Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Complaisance victimaire, un démenti

Complaisance victimaire, un démenti

Il est de plus en plus souvent question d’évoquer la complaisance victimaire pour dénoncer les excès de requêtes dont les victimes semblent inonder notre champ médiatique. En corollaire, la société compassionnel paraît comme un concept très opportuniste pour justifier un détournement d’attention au détriment de faits bien plus importants. Les neurosciences peuvent-elles nous dire si cette complaisance a un support concret.

Comme tous les mardi soirs, je participais au débat du café philo « Victor Schoelcher » à Toulouse. Ce jour-là il était question du pardon. Ce sujet ne pouvant se débattre que dans une dialectique, victime/prédateur, on évoqua la Shoah, bien sûr et, cela va de soi, les victimes des crimes spectaculaires dont il est si souvent question dans les médias. D’un côté la présence de la mémoire collective, de l’autre la puissance de l’information et de la rumeur. On en vint enfin aux victimes ordinaires, celles plus nombreuses et anonymes des violences familiales ou de proximité. Quelle ne fut pas ma stupeur quand, au détour d’une intervention, quelqu’un évoqua la complaisance dans laquelle certaines victimes sembleraient se vautrer. J’ai l’habitude d’entendre ces remarques sur les forums, ici ou là, sur Agoravox aussi, souvent dès qu’il s’agit d’évoquer les victimes de maltraitance de l’enfance et surtout de la cécité dont la société fait preuve à leur encontre. Si la question du pardon est importante, collectivement la plainte semble soulever bien plus de questions.

Si nous parlons de victime nous évoquons une lésion physique, psychique voire les deux.

Ceux qui dénoncent la complaisance victimaire semblent évoquer une sorte d’abus ou d’inflation de la plainte. Immanquablement cela nous renvoie à une injonction : "Si tu te secouais un peu ça irait mieux !" Qui fait référence à des règles morales bien présentes actuellement.

Mais quelle serait la limite au-delà de laquelle la plainte deviendrait outrancière et, par conséquent, infondée ?

Pour les juristes la réponse est simple : le droit répond, dans l’état, à la plupart des lésions que l’être humain peut infliger à autrui et que nos sociétés "évoluées" ont nommées. Il appartient donc à la victime de s’y référer. Au-delà nous serions dans le registre de l’émotionnel et du pathos, une injure au droit, avec, pour seule motivation, tirer profit d’une société qui se vautre dans la compassion. L’argumentation est fort bien ficelée, elle fait appel à la raison mais aussi, et de manière pernicieuse, à une sorte de préférence pour la volonté.

Bien entendu les médias sont mis à contribution, eux qui semblent se gaver de la misère environnante en jouant avec délice des malheurs d’autrui.

Pour les psychologues il s’agit de nommer ce qui semble être une tendance à se figer sur une blessure réelle, certes, mais qui n’aurait plus de sens à un moment donné de l’histoire du sujet. Il y aurait alors une sorte de jouissance "perverse" à perpétuer ainsi un instant qui se perd dans le passé. Il s’agirait bien d’une insulte à la bienséance psychologique.

Puisque les détracteurs de la plainte publique semblent s’appuyer sur des mécanismes rationnels, voyons ce qu’il en est du côté du système nerveux central, là où la psychologie a fait de gigantesque progrès en 30 ans.

Les mécanismes en jeu sous l’effet d’un trauma

Les effets d’un trauma sont durables et s’estompent très lentement, si bien que la répétition de l’événement traumatique induira des formes particulières de réactions neurophysiologies que l’on repère dans le cas de traumas sexuels ou de maltraitances subis dans l’enfance, de torture, de guerre, etc. La permanence ou la cyclicité du trauma empêchant le cerveau de cautériser la blessure initiale, les effets deviennent cumulatifs et s’installent en strates successives si bien que les réactions deviennent chroniques. L’impact du danger répété, tant au plan somatique que des mécanismes nerveux conduit à des changements de comportements qui peuvent bouleverser toute la sphère cognitive et l’apprentissage, principalement chez des sujets jeunes. Le sujet doit faire face au danger externe et aux réactions incompréhensibles de son corps.

Les chercheurs ont nommé mémoire traumatique ce trouble installé de la mémoire émotionnelle qui est une conséquence des violences graves et répétées infligées à l’organisme. En situation d’alerte, la mémoire devient plus perméable aux éléments environnants afin d’enregistrer les conditions du danger. Il s’agit d’une faculté adaptative de survie permettant de reconnaître et d’éviter le danger lorsqu’il se présente de nouveau. Elle se traduit également par des réminiscences intrusives qui envahissent la conscience au point de perpétuer le sentiment de chaos et de confusion mentale. (flash-back, illusions sensorielles, cauchemars, rêves lucides)

Ces troubles font revivre à l’identique, tout ou partie de la scène traumatique, avec la même détresse, la même terreur et les mêmes réactions physiologiques, somatiques et psychologiques que celles vécues lors des violences initiales. Autonome, Anhistorique, non-intégrée, hypersensible, la mémoire traumatique est déclenchée par des sensations, des affects, des situations de la vie présente qui rappellent, consciemment ou non, les violences ou des éléments du contexte traumatique, et ce jusqu’à des dizaines d’années après le trauma.

Le stress aigu laisse ainsi des traces indélébiles dans la mémoire traumatique, favorisées par la libération d’un fort taux d’adrénaline et un faible taux de cortisol, deux hormones libérées par les surrénales.

« L’adrénaline nous prépare à la fuite alors que le cortisol tempère ce mouvement et permet de nous ressaisir une fois le danger écarté, explique Nicolas Bergeron. Mais en situation de stress aigu et répété, le niveau de cortisol est trop bas pour moduler l’effet d’hyperactivité de l’adrénaline et ce niveau reste bas tout au long de la période de stress post-traumatique. Le résultat est que la personne est en état d’alerte permanent. »

(Le Dr Nicolas Bergeron est psychiatre, chef de Projet Montréal au Centre Hospitalier Universitaire de Montréal et président de Médecins du monde. Il vivait à New York au moment de l’attaque terroriste contre le World Trade Center. C’est cette tragédie qui l’a amené à s’intéresser au SSPT.)

Outre les hormones, le stress post-traumatique met en cause trois centres nerveux – qui font partie du système limbique avec l’insula. D’abord l’amygdale, siège de la mémoire émotionnelle (et traumatique), provoque le sentiment de peur. Puis l’hippocampe fournit des repères visuels permettant ensuite au cortex préfrontal de tempérer la réponse de fuite en adaptant les comportements et attitudes qui s’ensuivent. L’hippocampe est un véritable logiciel de traitement des informations stockées dans la mémoire. C’est son action qui permettra une réaction modérée et pertinente. Il reçoit du cortex, d’une façon différée, l’information nécessaire pour l’élaboration de souvenirs conscients à propos d’événements récents.

Très difficile à contrôler – tout au moins sans approche thérapeutique, la mémoire traumatique peut, surtout parce qu’elle est souvent parcellaire et liée aux capteurs sensoriels, ne pas être identifiée ni reliée au traumatisme – y compris par le clinicien ou le médecin – ce qui la rend d’autant plus déstabilisante et destructurante (impression de danger et de mort imminente, impression d’éclater, de devenir fou...).

Cette particularité, au cours du temps, rendra le sujet hyper vigilant et il développera une hypersensibilité particulièrement épuisante car elle impose une attention de tous les instants. C’est ce type de personnalité hyper sensible et hyper vigilante que l’on remarque assez vite chez les sujets victimes de violences répétées.

En parallèle, par le caractère autonome et impromptu des réminiscences, le sujet met en place des stratégies d’évitements et de contrôle qui influent sur toute la sphère comportementale et sur l’adaptation à la réalité – apprentissage, acquisition de nouveaux patterns, etc. Cela pourra même conduire à la production de situations permettant une sorte d’auto-traitement par des conduites de dissociation facilitant l’abolition de la souffrance – drogue, lacération, addiction médicamenteuse, troubles de la personnalité, agressivité, etc. Le sujet provoque ainsi, par lui-même, un choc de surtension pour créer une décharge provisoirement salutaire qui désensibilise tout l’être – une sorte d’orgasme de souffrance.

La question des dissociations compensatrices est de toute première importance pour qui veut comprendre et soutenir les victimes de traumas dans l’enfance. Compensatrices, la terminologie peut choquer car on pourrait ne pas comprendre en quoi une « pathologie » serait compensatrice. Tout simplement parce que, dans certaines circonstances l’organisme, dans ses stratégies de survie, suit la ligne de moindre souffrance. Plutôt qu’une mort imminente il choisit de sacrifier une partie de lui-même. Même si cela se fait aux dépens de réponses adaptées. On pourrait rajouter : de réponses reconnues selon la norme d’une société.

Peut-on se complaire dans la plainte ?

Est-ce que les victimes peuvent se complaire dans la plainte ? Formellement, si nous lisons bien les apports des neurosciences, non ! Cela n’empêche nullement quelques « spécialistes » de l’affirmer, ce qui ne manque pas de semer le trouble et d’alimenter un préjugé féroce.

Nous avons vu que le choc traumatique provoque une lésion qui affole deux structures : les amygdales et l’hippocampe. La répétition de la lésion induit ensuite un auto-empoisonnement de l’organisme par l’intensité de la réponse neuronale chaotique. (en apparence) La libération intensive et continue de noradrénaline et de cortisol peut provoquer à son tour des lésions profondes, voire fatales.

Nous avons vu que ces réactions chaotiques nourrissent la mémoire traumatique qui est intemporelle et, surtout, autonome. La conscience, elle-même dépendante du système régulateur du cortex cérébral ne peut rien contre cette irruption du chaos. La couche suivante d’apprentissage qui s’installe par-dessus cette zone traumatique, ne peut se perpétuer qu’en isolant au mieux les sédiments pollués et en luttant contre l’auto-empoisonnement. Mais le sentiment de chaos, même s’il peut être isolé provisoirement, demeure toujours présent, ce qui transforme la plainte en un gémissement continu.

Comment, dès lors, concevoir qu’un sujet puisse se complaire dans une sorte de jouissance de la plainte ? Ce serait prêter à ces sujets une intention perverse là où l’intention – au sens de conscience – elle-même n’existe plus.

Des concepts creux au service de l’ordre

Les différents arguments justifiant l’existence d’une complaisance victimaire ne seraient-ils pas, plutôt, le fruit d’une tendance plus ou moins aveugle mais de plus en plus pressante à pointer du doigt ce qui dérange l’ordre présent ? Cet ordre que le droit tente de maintenir souvent bien au-delà de son champ de compétence. La société compassionnelle ne serait-elle par le symptôme de maux bien plus profonds et étendus que nous voudrions le croire en dénonçant ceux qui portent leur plainte sur la place publique ? Intervenant en supplétive du droit, la psychologie, une forme de psychologie plutôt, n’aurait pas d’autre fonction que de fournir des arguments prétendument scientifiques à une doxa immuable et universelle.

En d’autres mots, la plainte, au-delà d’un certain seuil, devient socialement intolérable car elle touche à l’ordre et son existence, sa persistance constituent un facteur perturbant or, plutôt que d’y déceler une sourde protestation qui mériterait une pointe d’attention, elle est conçue comme un manifestation méprisable. Ceci révèle ainsi une paresse politique et une cécité morale dont les implications pourraient s’avérer profondes. Comme si le chaos dont la victime se plaint risquait de contaminer la société dans son ensemble...


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 24 février 2010 16:41

    La psychologie... autant parler religion.

    Vous faites bien par ailleurs de vous référer à un « médecin » canadien. (seul un psychiatre français a réellement un diplôme de médecine).

    Et le Canada essaie par tous les moyens d’introduire les sectes en France. Sophrologie, quand tu nous tiens...


    • Illel Kieser ’l Baz 24 février 2010 18:16

      @plancherDesVaches, votre commentaire est largement hors sujet mais j’y réponds car il véhicule de fausses informations.

      1 - il ne s’agit pas de psychologie mais de neurophysiologie

      2 - La Sophrologie n’a rien de Canadien et on la doit à un médecin colombien établi en Espagne, Alfonso Caycedo. Elle a été introduite en France au début des années 60 par des psychiatres français, Jacques Donnars et Roland Cahen. Ça n’a rien de bien neuf.

      3 - Je ne vois pas ce que
      la médecine canadienne pourrait envier aux Français.

      4 - Les Français n’ont pas besoin des Canadiens pour créer des sectes...


    • plancherDesVaches 24 février 2010 21:05

      J’hésite à vous répondre car vous vous détruisez vous-même. Mais n’est-on pas le meilleur architecte de son propre malheur...

      1 - il ne s’agit pas de psychologie mais de neurophysiologie

      La neurophysiolophie est aussi une pseudoscience qui ne peut être que considérée que par un pseudoauteur exploitant la realcrédulité des clients qui vont lui donner du fric.

      2 - La Sophrologie n’a rien de Canadien et on la doit à un médecin colombien établi en Espagne, Alfonso Caycedo. Elle a été introduite en France au début des années 60 par des psychiatres français, Jacques Donnars et Roland Cahen. Ça n’a rien de bien neuf.

      Merci ainsi de nous renseigner sur une pseudoscience qui ne vise, comme la PNL, que le fric.

      3 - Je ne vois pas ce que la médecine canadienne pourrait envier aux Français.

      Quand on lit ça...
      Il n’y a de 2 pays où vont se faire soigner les gens qui le peuvent :
      La France et les US. Les US lorsqu’ils ont un fric monstre, la France lorsqu’ils en ont moins.
      Le Canada.... Mince, pas de succès.

      4 - Les Français n’ont pas besoin des Canadiens pour créer des sectes...
      Explique, fils... je ne demande que ça.


    • clostra 24 février 2010 18:25

      Quand exigerons-nous des « forces de l’ordre » une solide formation de psychothérapeutes ?
      Pour les enseignants, on exigera bientôt un bac+5...
      L’ordre dans des sociétés évoluées ne peut passer par des « recettes » apprises qui utilisent des connaissances dangereuses si elles n’ont pas été éprouvées par la personne elle-même.
      Vraiment, oui, alors que se développent les connaissances en neurosciences certaines pratiques sont de vrais désastres pour la société.
      Pourtant largement décriées depuis ces fameuses découvertes des conditionnements, largement utilisées.
      On est stupéfait de voir combien la société actuelle est en retrait de tous ces progrès générateurs de confiance, en l’homme tout simplement.
      Au lieu de ça, tout est fait pour que la violence s’installe de façon durable sur des modèles dont on sait trop où ils mènent.


      • zelectron zelectron 24 février 2010 19:05

        Le seul problème c’est que les forces de l’ordre ont une formation liquidatrice (pas solide) et donc est-ce que la gégène fait partie des sciences neurophysiologiques ?
        Les enseignants ? perroquet +5 ? je ne sais pas.
        L’ordre dans des sociétés évoluées ne peut passer par des « recettes » apprises qui utilisent des connaissances dangereuses si elles n’ont pas été éprouvées par la personne elle-même : ça donne Dr Jekyll & Mr Hyde ?
        Pourtant largement décriées depuis ces fameuses découvertes des conditionnements, largement utilisées : a l’instar des chiens de Pavlov ?

        On est stupéfait de voir combien la société actuelle est en retrait de tous ces progrès générateurs de confiance, en l’homme tout simplement.  ???


      • clostra 25 février 2010 10:16

        Zelectron peut-être n’ai-ja pas été assez claire mais sur ce point nous nous battons sur le même terrain...

        Oui, il s’agissait bien de Pavlov et d’une utilisation intensive, jusqu’au « lavage de cerveau »...

        L’homme est un être avant tout avec une histoire, l’homme est un être historique. Si vous négligez le potentiel de toute histoire « retrouvée » vous créez du « sous-humain », pire peut-être. Question de sens.

        L’intelligence des situations, le refus absolu de traiter tous les problèmes de la même façon, nécessite d’une part d’avoir acquis une consistance « morale », disons « éthique », d’avoir deux sous de « jugement » personnellement éprouvé, d’avoir une certaine marge (liberté ?) d’agir.

        D’avoir également compris que de moissonner un champ de blé en herbe pour en supprimer les mauvaises herbes est le sommum de la bêtise humaine.*

        J’ai un petit exemple en mémoire issu d’une de ces émissions genre « télé-réalité » qui, je l’espère n’aura pas échappé à ceux qui ont regardé cette émission.
        Il s’agissait d’une famille, garçons et filles, quasi élevés pour servir dans l’armée. Lever matinal, cheveux rasés ou presque, chambres bien rangées. Seulement sous le lit, c’était le foutoir complet et de dévoiler ce fait ne gênait en rien ces jeunes soldats de demain.
        Il est possible qu’ils aient déchanté dans les casernes si tant est qu’on se baisse pour regarder sous les lits.

        L’autre exemple est un peu semblable, dans la société civile : il s’agit d’un certain management de la Qualité, destiné à faire occuper de très petits locaux à des gens qui s’y succèdent. Pareil ! mais là c’était derrière l’armoire : un véritable foutoir ! Pourtant, à première vue, tout semblait dans un ordre parfait !

        *moissonner le blé en herbe" est une des raisons pour lesquelles un régime présidentiel de 5 ans est vraiment une affaire incroyable !


      • ddacoudre ddacoudre 24 février 2010 22:07

        bonjour baz

        je ne pense pas que dans les cas graves d’agression comme celles que tu cible il soit ignoré des gens informés les processus cérébraux dont tu parles, cette mémoire traumatique, est notre outil adaptatif, celui qui permet la vigilance et la souffrance dans les exemples que tu cites ou une élévation du stress dans les persécutions du monde du travail.

        les neurosciences nous apprennent aussi que nous ne disposons pas du libre arbitre même s’il existe encore des auteurs qui soutiennent que le non conscient étant volitionnel il en découle une capacité de choix qui justifient que nous disposions du libre arbitre.
        ceci dit il faut différencier la victimisation dans laquelle nous plongeons qui consiste a exister en étant victime de quelque chose toujours de la part des autres où de la société, et les victimes de drames dont tu en cites quelques uns, également différencier l’information de l’existence de ces drames de leur utilisation politique a des fins qui n’ont aucun rapport et dont parfois la compassion affiché n’est que stratégie et hypocrisie.

        le même processus que tu décris pour l’incrustation du trauma ou son « angrammage » incrustation.

        existe dans le déclenchement de comportement agressif disproportionné à l’objet ou l’événement en jeu, existe aussi chez les agresseurs que leurs actes traumatises etc.

        les neurosciences risques de réformer la justice et de renvoyer nos système punitifs aux valeurs du moyen âge, mais par stratégie politique nous allons en sens inverse et pour satisfaire les victimes nous en sommes arrivé a juger mêmes les êtres irresponsables de leurs actes. ce qui est en conformité avec ce gouvernement dont le président a dit clairement qu’il serait le président des victimes.

        alors tu as bien raison de rappeler ces réalités mais elles ne se déroulent pas en de hors du champ politique dont les médias sont un instrument.

        cordialement.


        • Illel Kieser ’l Baz 25 février 2010 09:07

          je ne pense pas que dans les cas graves d’agression comme celles que tu cible il soit ignoré des gens informés les processus cérébraux dont tu parles, cette mémoire traumatique, est notre outil adaptatif, celui qui permet la vigilance et la souffrance dans les exemples que tu cites ou une élévation du stress dans les persécutions du monde du travail.

          Je doute fort de cela. Trop d’expertises ignorent ces faits, volontairement ou non, par soumission à des pressions locales, je n’en sais rien. Je souligne l’impact durable et gravement lésionnel du trauma. Il y avait hier sur France Inter une émission qui évoquait ce sujet. Les spécialistes qui intervenaient ont tous souligné la gravité des séquelles, le manque de moyens et de connaissances, l’archaïsme des prises en charge, la nécessité d’un personnel formé...
          Quant à la mémoire traumatique, elle n’a rien d’adaptatif, elle est facteur de perturbation même si je souligne qu’il s’agit d’une compensation. La persistance de la mémoire traumatique constitue un danger.

          les neurosciences nous apprennent aussi que nous ne disposons pas du libre arbitre même s’il existe encore des auteurs qui soutiennent que le non conscient étant volitionnel il en découle une capacité de choix qui justifient que nous disposions du libre arbitre.

          La question du libre arbitre fait débat... Rien ne permet d’aller dans un sens ou un autre. La solution viendra de la physique moderne et si l’on s’en tient à ce qu’elle semble nous dire, il existe des choix possibles au sein du chaos, mais cela ne correspond plus aux conceptions dualistes antérieures. La question du libre arbitre devra être revisitée. Les rapports que nous entretenions avec la nature a changé et nous vivons selon des représentations qui ne sont plus opérantes. Le dualisme corps/esprit est désormais dépassé. Beaucoup à dire sur ce sujet.

          ceci dit il faut différencier la victimisation dans laquelle nous plongeons qui consiste a exister en étant victime de quelque chose toujours de la part des autres où de la société, et les victimes de drames dont tu en cites quelques uns, également différencier l’information de l’existence de ces drames de leur utilisation politique a des fins qui n’ont aucun rapport et dont parfois la compassion affiché n’est que stratégie et hypocrisie.

          Deux niveaux de réponse : ok pour dire que la société compassionnelle est un instrument politique qui réifie la victime. Elle lui dénie le droit d’être.
          La victimisation n’a rien d’une épidémie, c’est aussi un artifice médiatico-politique utilisé ou décrié, selon le bord.
          L’Europe a peur mais elle réagit selon des lignes de force archaïques et sécuritaires au lieu de s’ouvrir à l’altérité et au futur. Cette frilosité crispée aura des conséquences assez lourdes. On peut prendre le problème au plan social comme au plan individuel. Si ça gémit dans le social, cela révèle quelque chose. Si l’on amplifie un phénomène pour l’instrumentaliser on peut déclencher l’incontrôlable.

          le même processus que tu décris pour l’incrustation du trauma ou son « angrammage » incrustation existe dans le déclenchement de comportement agressif disproportionné à l’objet ou l’événement en jeu, existe aussi chez les agresseurs que leurs actes traumatises etc.

          Il convient d’être plus prudent sur ce point. Les mécanismes ne sont pas les mêmes chez le sujet victime et chez le prédateur.
          Le prédateur organise son mode durant un temps très long, il tisse lentement sa toile pour tout contrôler. Au cœur de cet espace il domine et soumet. En dehors il se fait invisible, socialement inattaquable. Sa violence n’éclate que dans des circonstances ttrès particulièrres et, dans ce cas, sa violence est souvent meurtrière.
          La victime est soumise à la pression constante d’un risque d’empoissonement intérieur et si elle cherche à contrôler, c’est par réaction pour éviter de sombrer dans le chaos. La violence de la victime est alors une tentative pour se libérer d’un étau, c’est pourquoi elle sera souvent tournée contre soi.

          les neurosciences risques de réformer la justice et de renvoyer nos système punitifs aux valeurs du moyen âge, mais par stratégie politique nous allons en sens inverse et pour satisfaire les victimes nous en sommes arrivé a juger mêmes les êtres irresponsables de leurs actes. ce qui est en conformité avec ce gouvernement dont le président a dit clairement qu’il serait le président des victimes.

          Oui, on mettra du temps à sortir de cet archaïsme.

          alors tu as bien raison de rappeler ces réalités mais elles ne se déroulent pas en de hors du champ politique dont les médias sont un instrument.

          C’est vrai, sans aucun doute. Je ne perds jamais de vue l’aspect politique, social, historique.
          Bonne journée


        • ddacoudre ddacoudre 25 février 2010 11:31

          bonjour baz

          merci de ta réponse visiblement nous sommes sur la même longueur d’onde.

          je pense aussi que la neuroscience va nous contraindre à construire un nouveau langage pour faire les différenciations utiles, pour ne pas entrer en confusion, d’où il en découle que dire bonjour a quel qu’un peut le traumatiser, où l’on en arrivera a considérer que l’enseignement culturel en est un aussi,
          un point important que tu soulèves est effectivement la lente construction de l’événement qui se produira, donc les causalités réorganisées dans la perception de son environnement.

          je ne pense pas que nous puissions un jour trouver là les moyens d’en éviter les conséquences si nous conservons l’environnement qui les nourri, qui sont pour nous essentiellement la concentration humaine dans des espaces restreint et le mimétisme audio visuel. mais cela nous fait faire de grand bon en avant, peut-être trop grand par rapport a la population qui se sert toujours de la science pour trouver des vérités et des réponses définitives aux problèmes qu’elle se construit.

          cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès