Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Cultivons l’humour pour affronter la maladie

Cultivons l’humour pour affronter la maladie

Bernadette, la cinquantaine, est une femme enjouée. Cela fait pourtant sept ans qu’elle lutte contre un cancer du sein. Depuis le diagnostic, elle a subi à sept reprises l’ablation de tumeurs malignes. Comment fait-elle face ?

« Chaque fois que les médecins m’annoncent de mauvaises nouvelles, si j’en éprouve le besoin, je pleure tout mon soûl pour évacuer mon angoisse, dit-elle. Puis j’essaie de continuer à vivre normalement et de faire des choses que j’aime, comme apprendre le chinois ou partir en vacances avec ma famille et mes amis.

Je m’efforce de garder le sens de l’humour en toute circonstance. Je plaisante avec les médecins, je regarde les films qui me font rire et, surtout, j’essaie d’avoir des contacts réguliers avec mes amis et ma famille. Des amis avec lesquels vous pouvez rire sont un remontant extraordinaire. Un jour où j’étais sur le point de me faire opérer, des proches m’ont rapporté un incident cocasse qui avait eu lieu la veille. J’ai tellement ri que je suis rentrée en salle d’opération complètement détendue. »

Bernadette n’est pas la seule à avoir découvert que, grâce à l’humour doublé d’un état d’esprit positif, on supporte parfois mieux les problèmes de santé. La médecine moderne aussi en est venue à reconnaître la valeur de l’humour dans la lutte contre la douleur et la maladie.

Bon pour la santé, bon pour le moral

Le concept n’a rien de nouveau. Lope de Vega, écrivain espagnol du XVIIème siècle, a écrit pour sa part : « Si on pouvait exprimer librement son humour, je soupçonne qu’on vivrait en meilleur santé. » Pourtant, il semble que, dans ce monde oppressant, on réprime son humour plus qu’on ne l’exprime.

Nous vivons peut-être à l’âge d’or de la technologie, mais aussi à celui du déclin de l’humour. L’ouvrage « El arte de la risa » (l’art du rire) fait remarquer que, dans la société moderne, l’homo sapiens a été remplacé par l’homo informaticus. On se demande parfois si le langage du rire, des gestes et du sourire n’est pas en train de céder le pas à celui des flux binaires et des ordinateurs.

Le sens de l’humour aide le patient à avoir des pensées, des sentiments et des comportements plus positifs. D’après un article récent du professeur Jaime Sanz-Ortiz cancérologue et spécialiste en soins palliatifs, « l’humour favorise la communication, renforce les défenses immunitaires, soulage la douleur, réduit l’anxiété, diminue la tension affective et musculaire, stimule la créativité et entretient l’espoir ».

D’une valeur inestimable

Pourquoi l’humour est-il bénéfique à la santé ? Parce qu’il permet d’aborder les situations de façon optimiste, même les situations difficiles. « En invitant l’humour et le rire dans notre quotidien, nous préservons notre énergie, nous atténuons notre fatigue et nous avons moins tendance à nous apitoyer sur notre sort », affirme M. Sanz-Ortiz.

Naturellement, ce qui fait rire ou sourire varie d’une personne à l’autre et d’une culture à l’autre. « Tout comme la beauté est dans l’œil de celui qui la voit, l’humour se passe dans la tête de celui qui le perçoit », explique M. Sanz-Ortiz.

Toutefois, quelles que soient nos origines ou notre éducation, l’humour est souvent un moyen de communiquer efficace, un bon exutoire à l’anxiété et à aux tensions accumulées, ainsi qu’au sentiment d’insécurité. Puisqu’il peut nous être d’un tel secours, comment cultiver le sens de l’humour ?

Tout d’abord, arrêtons de nous focaliser sur nos problèmes ou notre maladie et efforçons-nous d’apprécier le bon que chaque instant nous offre. Ensuite, appliquons-nous à raisonner sainement en rejetant toute pensée déformée ou irrationnelle qui ne ferait qu’aggraver la situation.

Apprenons également à voir les choses sous un angle différent. Il n’est pas question d’être hilare ou de sourire en permanence, mais si nous cherchons le côté amusant d’une situation nous ferons mieux face. « L’humour nous distrait momentanément de nos soucis et nous donne une optique nouvelle du problème, ce qui nous permet de l’affronter avec d’autres solutions », dit encore M. Sanz-Ortiz.

Evidemment, l’humour n’est pas l’antidote à chaque situation difficile de la vie, mais il nous aide en général à aborder un problème avec un état d’esprit plus positif et équilibré.

Comme le reconnaît Bernadette, « ce n’est pas drôle d’être malade, mais il faut essayer de conserver son sens de l’humour. C’est comme si ma vie était un potager où poussent toutes sortes de légumes, dont un, hélas ! serait ma maladie. Alors je fais en sorte qu’il reste dans son coin pour qu’il n’envahisse pas les autres. Bien sûr, je ne prétends pas avoir vaincu le cancer, mais j’aime toujours la vie, et c’est ça qui compte ».


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • septikettak septikettak 18 août 2014 14:27

    L’humour, ca n’a pas l’air d’être la tasse de thé de certain rédacteur sur AV. Il serait un peu, beaucoup dictateur que ca m’étonnerait pas. Ce n’est pas pout l’auteur de l’article mais tout le monde devinera


    • Fergus Fergus 18 août 2014 17:56

      Bonjour, Nithy.

      Article déjà remarqué, lu et approuvé en modération.

      Je partage très largement cette philosophie. Dommage qu’elle ne soit pas plus répandue, d’une part pour rendre moins lourd le poids d’une vie parfois exigeante, voire douloureuse, notamment dans le cas de la maladie comme évoqué le texte, d’autre part pour rendre les rapports humains plus faciles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès