Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > L’huile de l’Arbre

L’huile de l’Arbre

L’olivier, cet arbre millénaire a beaucoup à nous apprendre, et un ancien funambule fildefériste devenu producteur d’olives en Sicile, nous ouvre le chemin de très belles découvertes.

C’est dans l’émission d’Alain Kruger « on ne parle pas la bouche pleine », sur l’antenne de France culture, du 7 avril 2012 qu’on a pu découvrir un homme imaginatif et pointu, Cédric Casanova. lien

Il a un beau jour abandonné le métier de funambule fildefériste qu’il exerçait chez les Fratellini, au Cirque du Soleil…et ailleurs, pour retrouver ses racines, le monde des oliviers, en Sicile, dans la région de Trapani. lien

A la suite d’une mauvaise chute, Cédric Casanova rentre au bercail, en Sicile, histoire de se soigner, de se ressourcer et quelques temps après, il retourne à Paris, avec dans ses bagages 100 litres produite par son ami Marco, huile qu’il va vendre si vite et si facilement qu’il va changer de vie, et devenir le meilleur ambassadeur des huiles haut de gamme de cette région de Sicile.

Il sera intarissable sur les huiles de sa région, et parmi les 450 variétés d’olives que l’on trouve en Italie, il évoque la Biancolilla, la Cerasuola, la Nocellara del Belice, la Santa Agatese, …chacune ayant leurs parfums, leurs propriétés, leurs goûts. lien

Cet endroit de Sicile, la vallée de Belice, abandonné en partie suite au tremblement de terre, produit en effet une huile de toute première qualité, avec, comme il le dit, un gout de feu, parfois « volcanique », une huile au parfum si violent qu’il peut agir en fond de gorge, jusqu’à provoquer les larmes que peuvent déclancher un piment d’Espelette.

La famille et les amis de Cédric Casanova faisaient leur huile depuis la nuit des temps dans cette partie de la Sicile, et constatant qu’elles avaient chacune leur particularité, il en est venu à imaginer un suprême raffinement : faire l’huile avec les olives d’un seul arbre.

Auparavant les huiles produites étaient vendues en vrac, et mélangées à d’autres…

Cédric Casanova s’était mis d’abord en tête de déterminer toutes les espèces d’olives qu’il y avait dans cette zone, et bien lui en a pris.

Le propriétaire d’un olivier splendide, vraisemblablement millénaire, lui a un jour présenté cet arbre et pour Casanova, ça a été la révélation : il s’est décidé à produire l’huile de ce seul arbre, ce qui était possible puisque cette arbre immense produisait chaque année 250 à 350 kilos d’olives permettant la production d’environ 50 litres d’huile.

De fil en aiguille, il s’est décidé à faire de même avec d’autres arbres, et grâce à lui, on peut aujourd’hui déguster « l’huile de l’arbre », c'est-à-dire, l’huile des olives d’un seul arbre.

Les huiles qu’il propose sont considérées aujourd’hui comme des grand crus, et de la douce « Katia  », à la « Carlo » qui illumine le palais, en passant par la « Domenico  », vive et amère, ou la « Carmelo » particulièrement efficace pour magnifier les sucs de viande, elles restent quand même abordables à  30 euros le litre. lien

Il a aujourd’hui sa boutique, une petite échoppe à Paris, rue Ste Marthe près du canal st Martin, « la tête dans les olives » dans laquelle il vend ses huiles rares, et où il accueille 6 convives au maximum, lesquels doivent amener leur vin, ou se contenter d’eau, afin de déguster les bons produits du terroir de ses amis siciliens. lien

Ce doué pour la communication ne cesse d’innover, puisque les amateurs d’huile d’olive peuvent même acheter un olivier, dont ils seront les seuls bénéficiaires des 30 ou 40 litres produits. lien

Cet amoureux des oliviers conseille d’utiliser son huile dès qu’elle est pressée, rappelant l’adage qui dit que « l’huile est bonne jeune, et le vin est bon vieux » et il évoque la tradition de la moufouletta, qui consiste à imbiber une tranche de pain d’huile nouvelle, avec un peu de sel, d’origan, de la ricotta, voire des anchois.

La légende grecque raconte que l’olivier fut le fruit d’une dispute entre Poséidon et Athéna qui s’affrontaient sur la manière la plus efficace de protéger une ville,

Pour les départager, Zeus les avait mis à l’épreuve, Poséidon faisant jaillir, grâce à son trident, en frappant un rocher, un cheval géant pouvant porter toute une armée semblait sur le point de l’emporter mais Athéna, touchant le sol avec sa lance, faisant ainsi sortir un arbre éternel, l’olivier, permettant de nourrir, d’éclairer, et de soigner les blessures, gagna finalement l’épreuve.

Ce symbole de fécondité, de paix et de gloire, fut aussi le signe de la fin du déluge, puisque la légende veut qu’une colombe apportant un rameau d’olivier à Noé, lui donnant ainsi le signe de la baisse des eaux.

Cet arbre que les islamistes considèrent être le centre et le pilier du monde n’a pas fini de nous surprendre. lien

Mais c’est peut-être en Crète que l’on trouve le plus grand nombre d’oliviers millénaires, puisqu’il est présent dans cette ile depuis 9000 ans, et qu’aujourd’hui encore, les oliveraies couvrent pratiquement le ¼ de la superficie totale de l’ile.

L’un des plus magnifiques de ces arbres, d’un diamètre de 4,90 m pour un périmètre de 14,20m. lien

Le plus vieil olivier du monde serait à Wallajea près de Jérusalem ; les experts estiment son âge entre 5000 et 7000 ans et malgré son grand âge, il donne encore des fruits. lien

On compte aussi quelques oliviers millénaires en France, comme celui de Roquebrune-Cap-Martin (photo), ou en Haute Garonne, à L’Union, près de Toulouse (photo) ou encore à Beausoleil, a coté de Monaco. photo

L’occasion peut-être de dénoncer la mode actuelle de planter un peu n’importe où de vieux oliviers, déracinés de leur terroir natal, pour des sommes qui peuvent atteindre 15 000 € chacun, et qui ne supportent ni une température trop basse, ni l’humidité. lien

Au-delà de la légende, il faut surtout s’intéresser aux propriétés médicinales permises par l’olivier.

L’huile d’olive, riche en vitamines, très nourrissante, digeste, adoucissante, est aussi vermifuge et les chinois vantent depuis longtemps ses propriétés d’antidotes contre certains poisons et venins.

Les anciens de la Grèce antique incorporaient les fleurs, l’écorce, et même les cendres de l’olivier dans de nombreuses préparations médicinales, et des préparations à base de feuilles et d’huile étaient utilisées pour soigner toutes sortes d’inflammation. lien

Tout est bon dans l’olivier : le fruit, la feuille, la fleur, l’écorce…ses feuilles ont des propriétés fébrifuges, remplacées aujourd’hui par la quinine : pour faire baisser la fièvre : on met pendant 15 minutes une douzaine de feuilles d’olivier dans 375 ml d’eau bouillante.

Une décoction de feuilles d’olivier (18 feuilles pour 800 ml d’eau) est un bon complément pour soigner l’hypertension. lien

De nombreux chercheurs ont aussi établi les propriétés de régulateur remarquable de l’extrait de feuilles d’olivier, lequel est un puissant antioxydant, et Alain Bourgeais, ancien directeur du laboratoire Saint-Benoît, recommande d’utiliser les feuilles des repousses au pied des oliviers, celles-ci étant beaucoup plus actives. lien

Et ce n’est pas tout, d’après Michel Bontemps, dans son « encyclopédie de santé familiale » (édition Godefroy 1993), la feuille d’olivier soigne aussi l’artériosclérose en améliorant la circulation artérielle mais aussi le diabète : en améliorant le fonctionnement du pancréas : un phytoconcentrat d’olivier permet d’obtenir une baisse du taux de glucose. lien

L’huile d’olive est aussi utilisée pour prévenir les troubles intellectuels des personnes âgées, les troubles cardio-vasculaires, le cholestérol, certains cancers, la tension artérielle et l’ostéoporose, et on lui prête des vertus aphrodisiaques…

Certains prétendent aussi que la prise d’une cuillérée à soupe d’huile d’olive serait un remède idéal contre la gueule de bois, en ralentissant le passage de l’alcool dans le sang… même si ce « remède de grand-mère » demande à être validé scientifiquement. lien

Riche en vitamine A, B, K et E, elle recèle aussi de nombreux sels minéraux, des protéines végétales et des acides gras mono insaturés.

Des chercheurs américains ont prouvé que l’huile d’olive aurait aussi des vertus anti-inflammatoires, et sa consommation régulière agirait contre les maux de tête et les douleurs musculaires (lien) et d’après le Dr Marie-Antoinette Séjean, elle serait un stimulant du cerveau. lien

Elle peut aussi être utilisée pour éviter d’avoir les ongles cassants, de soigner les cheveux, les dents, la peau, et même se protéger des coups de soleil. lien

Mais cet arbre magique a d’autres qualités, il peut permettre, grâce à son oleuropéine de restaurer nos défenses immunitaires, ce qui est une bonne nouvelle pour ceux qui abusent d’antibiotiques.

C’est en effet en 1969 que des chercheurs de la société Upjohn ont isolé un composant actif de la feuille d’olivier, l’élénolate de calcium, capable de détruire les microbes pathogènes et récemment le docteur Roberts Lyons de East Park Research allant encore plus loin découvrit les propriétés de l’olivier dans la restauration des défenses immunitaires. lien

Longue vie donc à l’olivier, et comme dit mon vieil ami africain : « la science est comme le tronc d’un baobab qu’une seule personne ne peut embrasser  ».

L’image illustrant l’article provient de « www.lemazetdelaclamoux.com&nbsp ;&raquo ;

Merci aux internautes de leur aide efficace.

Olivier Cabanel

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 29 novembre 2012 09:16

    salut Olivier ,
    indispensable cette huile d’olive , comment imaginer une salade de tomates sans elle ?
    J’en ai de la bonne près de chez moi  !
    et ici , un apéro sans les olives , impensable !  smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 10:15

      bonjour Le Chat

      quelle chance d’habiter une si belle région !
      et bravo aux oléiculteurs d’avoir enfin protégé leur produit !
      AOP ! grand progrès ;
       smiley

    • L'enfoiré L’enfoiré 29 novembre 2012 17:00

      Le Chat,

       Avec de l’huile d’arachide. smiley

    • L'enfoiré L’enfoiré 29 novembre 2012 17:07

      Pour ce qui est de la production des olives, la Grèce n’arrive qu’en 3ème position après l’Espagne et l’Italie.


    • les bienfaits naturels 24 décembre 2014 17:16
      Et pour des informations synthétiques et variées sur les vertus de <a href="http://www.bienfait-naturel-sante.com/huile-olive/">l’huile d’olive</a>, son histoire, ses modes de production, vous pouvez consulter ce site spécialisé dans la découverte des <a href="http://www.bienfait-naturel-sante.com/">bienfaits des produits naturels</a>.

    • les bienfaits naturels 24 décembre 2014 17:23
      Désolé pour le problème de mise en forme du message précédent, je reprends donc :

      Des informations synthétiques et variées sur les vertus de l’huile d’olive, son histoire, ses modes de production, sur ce site spécialisé dans la découverte des bienfaits des produits naturels.

    • Aldous Aldous 29 novembre 2012 09:31

      Je vous offre cet arbre, l’Olivier.

      Cultivez le, ainsi vos descendants ne connaitront jamais la faim.

      Athéna aux Athéniens.

      Malheureusement les Athéniens on negligé l’olivier et ont prit des credits aupres de Goldman Sachs...

      • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 10:16

        Aldous

        oui, dommage qu’ils aient négligé cette bien belle production, pour des leurres bancaires...
         smiley
        et merci pour l’arbre.
         smiley

      • Romain Desbois 29 novembre 2012 09:49

        L’espèce la plus prolifique parmi les oliviers est le Cabanel.  smiley

        En plus il ne se prend pas pour une huile. smiley

        En toute amitié smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 10:19

          Romain

          c’est ben vrai ça !
          merci...
           smiley

        • gaijin gaijin 29 novembre 2012 10:11

          article ....savoureux !
          j’ ignorais cette initiative de faire de l’ huile d’un seul arbre : génial


          • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 10:20

            gaijin

            je rêve de découvrir cette huile bientôt !
            à+
             smiley

          • oncle archibald 29 novembre 2012 10:23

            Pour les méridionaux « pur jus » dont je fais partie il ne viendrait à l’esprit de personne de faire une salade, qu’elle soit de tomates, de poireaux sauvages, de pissenlit, ou une frisée du jardin, avec une autre huile que celle que donnent les olives ... 

            Lorsque j’étais enfant j’ai souvent gouté chez ma nounou avec une tranche de pain légèrement grillée, frottée d’ail, avec un filet d’huile d’olive et un peu de sel .. j’en salive encore .. Et cette vielle dame qui était mal nounou, et vit encore aujourd’hui, assaisonne aussi les spaghettis avec un filet d’huile d’olive et un peu de parmesan râpé ... Le pourtour de la méditerranée est riche de recettes à l’huile d’olives et on n’utilise l’huile d’arachides ou de tournesol que pour les fritures . ..

            • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 13:04

              cher oncle

              je vais, des aujourd’hui, tenter de trouver de l’huile fraichement pressée.
              histoire de m’en faire une tartine.
              déjà, le Casanova m’avait mis l’huile à la bouche.
              alors là, je vais m’employer à découvrir ce plaisir.
              merci.
               smiley

            • ZenZoe ZenZoe 29 novembre 2012 11:27

              J’ai grandi avec la cuisine à l’huile d’olive, j’ai gardé cette bonne habitude. Son parfum dans la poële avec des gousses d’ail, son goût avec des rondelles de tomates saupoudrées de basilic ou simplement sur une tartine de pain, c’est à tomber par terre.
              Je déplore néanmoins que ce trésor ait été accaparé par toute une faune de profiteurs qui, flairant un bon filon, ont fait grimpé son prix de manière déraisonnable et introduit tant et plus des produits frauduleux sur le marché.
              Je regrette aussi, comme l’auteur, que des régions des pays méditerranéens se mettent de plus en plus à vendre leurs oliviers centenaires, défigurant le paysage et se privant définitivement de leur plus beau patrimoine. J’en vois souvent sur le bord des routes du nord de la France de ces vieux oliviers déracinés à jamais, la motte enveloppée dans du plastique noir et proposés à la vente pour des centaines d’euros. Ils ont l’air bien piteux sous le ciel gris, sous la bruine de Bretagne ou ailleurs où ils n’ont rien à faire. Je ne sais pas si les arbres ont une âme, mais si oui, j’ai mal pour eux.
              Un lien intéressant sur le micmac de la culture des oliviers en Europe pour les curieux :
              http://au-bout-de-la-route.blogspot.fr/2012/05/portugal-le-meurtre-des-oliviers.html

              Mais je ne voudrais pas gâcher le ton de l’excellent article d’Olivier. Allez, encore une petite tartine d’huile tout le monde ? C’est de l’AOC de Nyons, fameuse !


              • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 13:02

                Zen zoé

                merci d’en avoir remis une couche avec le commerce des oliviers, qui comme je l’ai écris, ne supportent pas l’humidité, le froid...
                15 000 euros pour avoir le privilège d’avoir déraciné un arbre de son terroir, juste pour le snobisme d’avoir un tel arbre chez soi, c’est nul.
                merci pour le reste du commentaire que je partage.
                au fait, au sujet de Nyons, que je connais assez bien, il semble qu’une bonne partie des olives de Nyons viendraient de Buis les Baronnies...
                juste histoire de lancer une polémique et de relancer le concept de AOP
                 smiley

              • ZenZoe ZenZoe 29 novembre 2012 13:54

                Olivier,
                Alors pour l’huile de Nyons (qui est un arrondissement incluant le canton de Buis-les-Baronnies - mille-feuilles administratif, quand tu nous tiens) :
                L’AOP Nyons a été obtenue en 1994 pour les olives noires et l’huile d’olive. Aujourd’hui, l’aire AOP comprend 53 communes (35 en Drôme, 18 en Vaucluse) dont les principales sont Nyons, Mirabel-aux -Baronnies, Buis-les-Baronnies, La Roche-sur-le-Buis, Venterol, Piegon et Sahune.
                Bonne fin de journée


              • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 29 novembre 2012 11:30

                Chez moi, tout est cuit ou rissolé à l’huile d’olive. Jamais de marga dans la poele.

                Cholesterol, connais pas.
                Et ça donne un petit goût aux omelettes que la marga ne donne pas.
                Attention cependant de ne jamais la brûler par de trop hautes températures sinon ça devient nocif. Concrètement, si on ne voit pas de fumée, c’est bon.

                • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 12:58

                  Gaetan

                  je partage, confirme et remercie.
                   smiley

                • Soi même Soi même 29 novembre 2012 12:10

                  Bonjour Olivier, très beau article.Je peu m’empêche de te faire partager un extrait, comment Homére à fait allusion à l’Olivier !

                  « Pénélope parle ainsi afin d’éprouver Ulysse. Le héros, blessé d’un tel discours, dit à sa chaste épouse :

                  [183] « Pénélope, tu viens de prononcer une parole qui m’a déchiré le cœur ! Qui donc a déplacé cette couche ? L’homme le plus habile et le plus fort n’aurait pu en venir à bout. Il n’y a qu’une divinité qui ait pu transporter facilement ma couche ailleurs : le mortel même le plus robuste ne pourrait la changer de place. Il existe des secrets merveilleux dans cette couche habilement travaillée : c’est moi seul qui l’ai construite, et nul autre n’y a mis la main. — Dans l’enceinte de la cour s’élevait jadis un superbe et. vigoureux olivier à l’épais feuillage, dont le tronc était aussi gros qu’une colonne. Autour de cet olivier je bâtis la chambre nuptiale avec des pierres étroitement unies ; je la couvris d’un toit et je la fermai par des portes qui se joignaient exactement. Je coupai ensuite le sommet de l’olivier, et, après avoir scié le tronc à partir de sa racine, je le polis tout autour avec l’airain, je l’alignai au cordeau, je le trouai de tous côtés avec une tarière, et j’en formai le pied de ma couche, que je façonnai avec le plus grand soin, et que j’enrichis d’or, d’argent et d’ivoire ; puis je tendis en dessous des courroies de cuirs teintes en rouge. Voilà les secrets merveilleux dont je t’ai parlé. Maintenant j’ignore si ma couche est encore à l’endroit où je l’ai laissée, ou si quelqu’un l’a transportée ailleurs en coupant l’olivier à sa racine (3).  »

                  Il dit. Pénélope sent ses genoux trembler et son cœur défaillir lorsqu’elle reconnaît les signes que lui décrit son époux avec tant d’exactitude  ; elle se lève en pleurant, court à Ulysse, lui jette ses bras autour du cou, lui baise la tête et le visage, et lui dit :

                  [209] « Ne sois point irrité contre moi, cher Ulysse, toi le plus prudent des hommes. »

                  http://remacle.org/bloodwolf/poetes/homere/odyssee/livre23.htm



                  .


                  • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 12:55

                    soi même

                    merci pour cette page d’histoire, ou peut-être de légende, 
                    mais on sait que dans toute légende il y a une part de vérité.
                    en tout cas, merci...
                     smiley

                  • Soi même Soi même 29 novembre 2012 13:09

                    @ Olivier, si tu le vois comme un récit métaphorique, ce n’est plus une légende, c’est un enseignement, l’Iliade et l’Odyssée !


                  • cardom325 cardom325 29 novembre 2012 12:13

                    Merci Olivier, pour cet hommage à l’huile d’olive, j’habite au Maroc depuis 3 ans, et j’ai même quelques oliviers dans notre verger ......je l’achète ici à un gars qui a un pressoir traditionnel, donc pression à froid , goût extraordinaire et cerise sur le gâteau le prix 35 drhs le litre, un peu plus de trois euros
                    ici, les gens en mangent même le matin, en trempant le pain dans une petite coupelle..........un délice
                    Pour en faire saliver certains, je mange depuis 10 jours des mandarines du verger, non traitées, des citrons aussi, les oranges pas encore tout à fait mûres , sinon nous sommes le 29 11, il y a encore des hibiscus , des roses et des bougainvilliers en fleurs .....dernière précision, nous sommes à 35 kms de marrakech, entourés de montagnes ...le pied, les amis !!!!


                    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 12:56

                      cardom

                      veinard !
                      le pied, ou c’est le bon mot.
                      merci.
                       smiley

                    • kitamissa kitamissa 29 novembre 2012 12:52

                      Eh oui l’olivier et son huile !!


                      ma femme Méditerranéenne m’a fait découvrir les bienfaits de ce liquide miracle !! 40 piges de mariage quand même ...
                      40 piges d’huile d’olive !! je bande comme un ours tous les matins ...une santé de jeune homme, un cerveau presque intact ... :

                      vive l’olive !!! 

                      • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 12:57

                        kita

                        vive l’olive...
                        au vu de ce que tu as écris, j’irais plus loin en mettant au pluriel l’olive.
                        vive les olives.
                         smiley

                      • Surya Surya 29 novembre 2012 13:06

                        Bonjour Olivier,
                        Je vénère l’huile d’olive et je ne cuisine qu’avec celle là, autant pour la cuisson (sauf friture que je ne fais jamais) que pour les salades. J’aime beaucoup inventer toutes sortes de recettes de vinaigrettes, par exemple avec du basilic haché macéré dans le bol d’huile... Le beurre, connais pas, encore moins les substituts vendus en supermarché, la margarine, le saindoux... jamais entendu parler, les autres huiles, pareil, même si certaines sont réputées pour êtres également bonnes pour la santé. Mais je place l’huile d’olive au dessus de tout. Pour moi, elle devrait être inscrite au patrimoine de l’UNESCO. Cela dit, c’est déjà un peu le cas puisque le régime alimentaire méditerranéen est inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité. J’aime toutes les cuisines du monde, mais la cuisine méditerranéenne est, de loin, ma préférée, et c’est celle que je fais la plupart du temps.
                        Dès que je peux, j’irai donc faire un tour à la Tête dans les Olives, un magasin que je ne connaissais pas et que je serai heureuse de découvrir.
                        Merci Olivier pour cet article en effet très savoureux smiley et bravo, et merci, à Cédric Casanova.


                        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 13:38

                          Surya

                          tout le plaisir est pour moi
                          il y a longtemps que j’ai abandonné le beurre au profit de l’huile, au moins pour les préparations chaudes,
                          pour l’huile, je fais un bocal avec un émincé de truffes, et un peu d’huile
                          on peut faire de même avec le thym, la sauge, et tant de plantes...
                          très pratique pour parfumer les salades...et tant de choses.
                          merci de ton commentaire.
                           smiley

                        • Surya Surya 29 novembre 2012 14:59

                          Ca a l’air bien bon l’huile à la truffe (en fait j’ai jamais goûté les truffes, je n’ai pas la moindre idée du goût que ça a) et pour le thym, ce que tu peux faire aussi (si tu ne connais pas ou pour les personnes qui ne connaissent pas), c’est une petite goutte d’huile essentielle de thym (bio bien sûr) dans tes préparations à l’huile d’olive, c’est plus fort que mettre du thym lui même, mais ça parfume magnifiquement, et si on a un problème de toux par exemple, c’est magique (et puis le thym c’est utile en général pour l’hiver. En infusion, c’est délicieux aussi ! smiley
                          Bonne ap (’pétit, ou ’rès midi, au choix !  smiley )


                        • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 19:08

                          Surya

                          l’huile de truffe est géniale pour parfumer un plat de pates !
                          au bout de quelques semaines de macération dans l’huile, celle ci en prend le parfum, et ça vaut le détour !


                        • lulupipistrelle 29 novembre 2012 14:19

                          L’olivier est toujours un arbre sacré.

                          La Loi le protège : il est interdit de l’arracher... On peut le couper, mais en laissant la souche, parce qu’il repart très bien...Si on veut construire, il faut le déraciner et le replanter.

                          • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 19:06

                            lulu

                            ça veut dire que les entreprises qui arrachent a tour de bras des oliviers en Espagne pour les replanter en France sont donc dans l’illégalité ?

                          • lulupipistrelle 29 novembre 2012 20:42

                            On déracine l’olivier avec sa motte de terre... il faut souvent une grue... 


                            Je ne savais pas qu’on revendait des oliviers à l’Espagne... sans doute des oliviers millénaires et prestigieux... c’est sûrement un commerce parfaitement légal,si à la place on en replante un jeune... 


                          • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 21:51

                            lulu

                            je me suis mal fait comprendre
                            on déracine des olivier millénaires en espagne pour les revendre a des nantis français
                            ils les plantent un peu partout, même en Bretagne, dont le climat humide n’est pas une bénédiction pour cet arbre remarquable,
                            ils seraient donc en infraction ?
                            si vous en savez plus ?
                            merci d’avance

                          • lulupipistrelle 29 novembre 2012 23:25

                            Les Bretons sont donc aussi naïfs que les Belges, auxquels on propose des « oliviers des montagnes » en pot...J’ai cru mourir de rire quand une copine liégeoise me l’a raconté. 

                            Vu qu’autour de Nice, les villages sont déjà à 500-600m d’altitude, je suppose que leurs oliviers peuvent mériter cette appellation non contrôlée....sauf qu’aucun olivier ne supporte le gel très longtemps.

                          • dom y loulou dom y loulou 29 novembre 2012 14:46

                            oui ben bien dommage alors que les oliviers soient impitoyablement arrachés en palestine et jettés sous les gravats, is it not ? 


                            bravo, alors là... quel progrès, quelle évolution superbe, nous sommes bénis par les dis eux !!

                            youpii vive rihanna et le cul de la reine et le sacré olivier !! applause 

                            • ZEN ZEN 29 novembre 2012 17:08

                              L’olivier, symbole de paix..
                              Hélas pas partout !


                              • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 17:15

                                Zen

                                espérons que la paix revienne vite...ça n’a que trop duré
                                et ça permettrait à la Palestine de vivre de cette belle culture.

                              • Eurasie 29 novembre 2012 21:53

                                C’est une mode bobo libérale de déraciner les oliviers ... et les gens aussi ...
                                 
                                Les immigrés auto-déportés comme esclaves modernes, et les indigènes souchiens eux sont des déracinés sur pied ...
                                 
                                Tous ça pour un grand mélange baobab - épicéa dans un parc de banlieue bétonnée Duflot ... ^pour que les dealers fasse leur trafic et vende du chichon aux bobos.
                                 
                                Le Grand Replacement, l’uniformisation des peuples.  (pas évident de faire la transition ...)
                                 
                                Plus compliqué, dans les racines Bobobab ...
                                 
                                Dans la Grèce ancienne, le travail est dévalorisé et Annah Arendt montre bien que ce n’est nullement parce qu’il existe des esclaves . Il en va de même de tout ce qui a trait à l’échange commercial. Ce n’est pas que la nécessité économique passe inaperçue, c’est au contraire parce qu’elle n’est qu’une nécessité. En tant qu’elle représente le royaume de la nécessité, dit Aristote, l’économie est étrangère au royaume de la liberté. La liberté ne s’acquiert que par une adhésion à des valeurs plus hautes, et subsidiairement par un mode d’action, l’action politique, qui ne peut s’exercer que dans le cadre de la vie publique. Cette dévalorisation générale des valeurs marchandes s’est longtemps maintenue dans l’histoire de l’Europe. L’avènement de la classe et des valeurs bobos y a mis un terme. Et ici, il faut bien entendu rappeler que Karl Marx n’a nullement rejeté l’analyse en termes de valeur-travail qu’il a trouvée chez Adam Smith ou Ricardo, mais qu’il en a fait au contraire la pierre angulaire de son système, le boboïsme bodruchonien, une gueuserie infantilisée par Etat-Maman, dont l’essence même et sa production dans l’étable commune
                                 
                                L’ « ordre tribal » de l’Athènes antique, reflète une morale primitive, une société refermée sur elle-même, dont les membres se connaissent tous entre eux et déterminent leur conduite en fonction d’objectifs concrets qu’ils perçoivent. Un euphémisme de dire que ce n’est pas le cas du Benêtland. Les citoyens antiques les déterminent de manière homogène, car ils ont un seul code de conduite homogène. La meilleure preuve étant la persistance des classes riches et pauvres. Un cas plus extrême est celui de Sparte, ou l’argent personnel servait à jouer aux dés ... très, très loin de la lutte des classes bodruchonienne. Dans cette société de vergogne à vergogne, agencée en fonction de finalités collectives à atteindre (écrabouiller Sparte par exemple, ou les macédoniens, ou les perses ...), les rapports humains, largement déterminés par les instincts (entraide, territoire, puissance etc ...), sont essentiellement fondés sur la tradition, la religion (polythéisme lié à la nature), la guerre, et la solidarité condition nécessaire et non finalité. La réciprocité et l’altruisme à l’intérieur de la Cité face aux autres Cités, pas du boboïsme. Évidemment le citoyen guerrier entrainé d’Athènes rigolerait aussi du bobo, sujet de l’État Maman infantilisant, et des tarzans de la tété « je suis là pour te protéger, petit bobo ! ».
                                 
                                A Athènes les métèques (riches étrangers) n’auraient pas bloqué le périph pendant une heure pour leur mariage smalla de colons ...


                                • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2012 22:10

                                  @ tous

                                  c’est hors sujet, mais l’actualité prime
                                  regardez cette vidéo

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès