Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > Santé > Le suicide chez les jeunes homosexuels

Le suicide chez les jeunes homosexuels

Le suicide est la première cause de mortalité chez les 30-39 ans et la deuxième chez les adolescents après les accidents de la route. Chaque année, en France, environ 540 000 jeunes tentent de se donner la mort dont 10 300 y parviennent. Depuis quelques années, le nombre de suicide tend à se stabiliser. Pour beaucoup d’entre eux (eux qui ?, c’est pas clair), la décision de mettre fin à leurs jours est liée à leur orientation sexuelle.

En 1978, une recherche américaine a démontré pour la première fois, que les risques suicidaires étaient plus élevés au sein des adolescents homosexuels et bisexuels avec un taux treize fois plus important que les hommes hétérosexuels. Cette étude prend une plus grande importance, lorsqu’en 2003, le Dr Marc Shelly vient à faire le même constat sur le sol français.

Les raisons de cette « sursuicidalité » ?

Toutes les études se mettent d’accord pour dire que ce n’est pas le fait d’être homo qui amène la personne à se suicider, mais bien les attitudes d’agressivité et/ou d’exclusion des homophobes. En effet, toutes ces attaques à répétition amènent l’adolescent à se remettre en question et à douter de sa réelle place sur Terre.

Cependant, il existe un point de divergence. Pour Philippe Adam (Institut de veille sanitaire) dans une enquête, en 2000, la «  sursuicidalité » ne serait pas liée chez les gays à des facteurs géographiques, à la catégorie socio-professionnelle, au fait de vivre seul, en couple ou en famille (pour les plus jeunes), ni à des maladies psychiatriques, à l’inverse de la population générale.

En 2004, une analyse faite sur douze mois rédigée par Annie Velter, dans l’Institut de veille sanitaire - Enquête Presse Gay 2004 -, vient contredire les propos précédents et met en évidence une catégorie de personnes ayant déjà fait une ou plusieurs tentatives de suicide. Ces personnes n’ont dans la plupart des cas pas fait d’études supérieures, sont au chômage ou au RMI, ont été rejetées par leur père et leur mère et on fait l’objet le plus souvent d’insultes, d’injures et d’agressions à cause de leur orientation sexuelle. Leur socialisation est faible de par le manque d’amis et une maigre fréquentation des lieux gays.

D’autre part, la consommation de substances nocives peut accroître le mal-être de l’individu.

Cela démontre bien que les conditions de vie jouent un rôle essentiel dans l’approche au suicide que peut avoir un homosexuel.

I- Pouvoir publics sourds, politiques provocateurs

Tandis que le gouvernement du nouveau président peine à se mettre en place avec des réformes qui font polémique, certains députés faisant parti l’UMP enfoncent le clou comme Christian Vanneste.

En effet, le 01/08/07, C. Vanneste, député UMP du Nord, affirme que l’homosexualité constitue une « menace pour la survie de l’humanité ». Cette déclaration a été faite lors d’une Assemblé nationale dont le débat portait sur le projet de loi créant la Haute autorité contre les discriminations.

Lors d’une émission sur TF1, il se justifie et lance plusieurs affronts à la communauté homosexuelle. Je cite : « L’homosexuel est quelqu’un qui se replie sur son sexe et refuse l’échange avec l’autre sexe. D’une certaine manière, il a une peur, voire une détestation, de l’autre. »... « Si les homosexuels ont envie d’exister, qu’ils s’aident eux-mêmes. Les pouvoirs publics, l’argent public ou la loi n’ont rien à voir avec eux. »

Ces propos, qui ne favorisent pas l’ouverture que Nicolas Sarkozy avait promise lors de sa campagne, ne font qu’accroître l’image négative que peut avoir un homosexuel à son égard.

Mais peut-on parler d’un recul dans l’intégration de la communauté homosexuelle dans la société ?

Le suicide a été promulgué grande cause nationale

Pendant plusieurs années, le suicide a été considéré dans toute l’Europe comme le plus abominable des crimes pour ensuite devenir une menace pour l’ordre public. Ce n’est qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que le suicide commence à avoir son importance dans la société. C’est pourquoi, entre 1958 et 1961 ont été créés de nombreux centres d’accueil tel que Recherche et Rencontre et, avec un peu plus de notoriété, des centres d’écoute comme SOS amitié.

Aujourd’hui, même si le suicide est promulgué grande cause nationale aucune réelle étude (en France) n’a été réalisée sur le suicide gay.

II- Les exemples étrangers

Dans les autres pays, c’est le même constat. Les jeunes gays, lesbiennes et bisexuels ont un taux de sursuicidalité plus élevé que leurs camarades hétérosexuels.

En Allemagne, le risque de suicide chez les homosexuels serait quatre fois plus élevé que chez les hétérosexuels. Les raisons proviennent essentiellement d’un environnement hostile et de virulentes injures verbales.

En Russie, l’homosexualité a été synonyme de crime jusqu’en 1993. Toutefois, le sujet reste encore très tabou.

Au Japon, le suicide, en général, était autrefois un acte traditionnel destiné à restaurer un honneur perdu, mais de nos jours il a pris une toute signification, celle de la détresse et de la douleur de l’individu. Depuis neuf ans, 30 000 personnes se donne la mort par an.

III- Les revendications

Ce que souhaite l’ensemble de la communauté homosexuelle, c’est que le suicide soit davantage pris en compte dans la société et que des mesures de prévention visant à enrailler l’homophobie se mettent en place dans les différents établissements scolaires.

SOS homophobie a bien compris qu’il était temps que les mentalités changent et fera tout pour que Nicolas Sarkozy tienne ses différentes promesses à ce sujet.


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 12:53

    ben chat alors , ils sont pas très gais , les gays ! peut être s’attireraient ils moins d’hostilité en évitant de s’afficher genre gay pride choquant pour de nombreuses personnes , pour vivre heureux vivons cachés dit on .....


    • Reuillois 14 août 2007 13:15

      En tant que modeste participant à la Lesbian & Gay Pride de Tours, permettez moi d’être en désaccord avec votre position.

      La visibilité des homosexuels est quelque chose d’extrêmement important pour ces jeunes qui se découvre homo. Ces jeunes ont besoin de modèles (merci Amélie pour nos copines lesbiennes smiley ). Quant aux Lesbian & Gay Pride, elle permette aux homos d’être réellement visible une fois par an, ce qui est, entre autre, une manière de dire à ces jeunes qu’ils ne sont pas seuls. C’est un évènement, certes quelque peu provoquant (reste à savoir provoquant pour qui...) mais qui a le mérite de montrer une image positive de l’homosexualité.


    • Reuillois 14 août 2007 13:21

      Un autre commentaire, pour vous remercier Dany-B de faire un article sur le sujet, même s’il n’est pas complet.

      Dans la lutte contre le suicide des jeunes homos, vous ne parlez pas des associations qui tentent d’intervenir dans les lycées, pour faire des sensibilisations à l’homophobie. Ces interventions ont l’intérêt d’expliquer aux élèves ce qu’est réellement l’homosexualité (c’est à dire ni une tare, ni une maladie), ce qui est bénéfique aussi bien pour les jeunes homos que pour les jeunes hétéros.


    • Reuillois 14 août 2007 13:23

      Oups, j’ai mal lu la fin de l’article, mea culpa :s


    • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 13:24

      @reuillois

      des types à moitié à poil latex cuir clouté ou genre grandes folles , c’est fou ce qu’on veut faire entrer dans la normalité ! village popaul ou cage aux folles , à la rigueur !


    • Reuillois 14 août 2007 13:36

      Vous avez une image bien limitée de ce qu’est une Lesbian & Gay Pride... Bien sûr qu’il y a quelques transformistes (et encore heureux), et des jeunes qui dansent sur de la techno (comme n’importe quel jeune, et d’ailleurs, de nombreux hétéros participent à ces marches). Mais il y a aussi, et surtout une majorité de personnes habillées comme vous et moi, des couples, des familles, qui marchent, qui manifestent. L’un des intérêts de ces marches est peut-être justement de regrouper des personnes qui veulent se « normaliser » et celles qui veulent se « différencier ».


    • nephilim 14 août 2007 13:59

      le Chat desire peut etre les cacher lui meme^^

      @le chat:ce n’est pas l’homosexualité qui me derange mais plutot votre commentaires.qui laisse supposer beaucoup de choses tres tres dangereuse^^ Etonnant de la part d’une personne qui aime tant les chats mais finalement je n’etais pas tombé tres loin en parlant de beauf..............


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 14 août 2007 15:24

      Lut l’chat,

      Même que certains de ces « costumées »,.... veulent adopter des enfants si !

      @+P@py


    • tal 14 août 2007 19:03

      @Le Chat

      * *peut être s’attireraient ils moins d’hostilité en évitant de s’afficher[...], pour vivre heureux vivons cachés dit on ..... * *

      Vieil adage plein de sagesse !

      J’ai pour voisin d’étage un couple hétero de jeunes Congolais Lui est éboueur(un vrai...) et elle femme de ménage(une vraie...). Ils se plaignent assez fréquemment des manifestations de racisme, ou tout simplement des marques d’hostilité à leur égard.Je leur ai donné aussi ce conseil de faire en sorte de vivre le plus caché possible,voir de ne sortir que la nuit. smiley Mais le pb c’est qu’ils en sont empéchés par leur boulot. C’est bien gentil m’a-t-il répondu, mais si on bosse plus on crève. Je lui ai rétorqué : Oui mais caché, et là tu rencontrerai toujours pas d’hostilité smiley


    • Martin Lucas Martin Lucas 19 août 2007 11:45

      « Vous dites que la société doit intégrer les homosexuels, moi je dis que les homosexuels doivent désintégrer la société. » Françoise d’Eaubonne (1920-2005) Quelques idées supplémentaires :
      - l’Hétéro Pride c’est tous les jours : pas un jour sans que j’entende ou je voie une manifestation d’hétérosexualité, sur une affiche, dans les médias, chez des amis. Alors non, la sexualité ne fait définitivement PAS partie de la vie privée, et les LGBT ont le droit de l’afficher comme les hétéros. Je pense au contraire que les homos ont le devoir de se montrer de plus en plus. On n’est accepté que quand on est suffisament visible pour faire partie du paysage. S’il y a des homos dans ce forum, ils savent ce qu’il leur reste à faire, pour le bien de tous : En parler à leurs amis, collègues, se montrer main dans la main dans la rue, s’embrasser en public, participer à la gay pride, pour ne pas laisser les autres donner une image de l’homosexualité qui leur paraît incomplète. Vous éviterez ainsi nombres de suicides chez les jeunes, n’est-ce pas une raison suffisante ?
      - Vous, qui dénigrez les homosexuels sans l’avouer (on ne cache que ce dont on a honte), vous avez sûrement parmi vos amis, parents, proches, collègues, des homosexuels ou bisexuels, un simple changement de ton, de discours pourrait les rendre infiniment heureux, changez de point de vue, les homos ce ne sont pas seulement « les autres ». Quant à ceux des homos que les parades de transformistes dérangent, ils laissent parler leur haine de soi, et c’est bien dommage. Quand ils auront dépassé celle-ci, ils se rendront compte que ces personnes sont profondément respectables, du fait qu’elles ont abbattu des barrières morales importantes pour dépasser la peur du qu’en dira-t-on. Pardonnez ma vulgarité, mais pour faire cela, il faut en avoir des « grosses comme ça ».


    • Icks PEY Icks PEY 14 août 2007 14:23

      Lorsque l’auteur affirme que la « sursuicidalité » des homosexuels est exclusivement liée à l’homophobie dont ils seraient victimes, j’aurai aimé une réflexion plus approfondie sur cette affirmation.

      Par exemple, qu’en est-il des pays dans lesquels l’homophobie serait moins forte ? Les statistiques démontrent-elles de façon significative un fléchissement de cette sursuicidalité ?

      Egalement, j’aurai aimé un élargissement du raisonnement : si le fait d’être victime de discrimination est « suicidogène », qu’en est-il des autres catégories d’individus sensés être victime de discriminations. Les femmes connaissent-elles un taux de suicide plus important que les hommes (discrimination sexiste, machisme, etc.) ? Les personnes de couleur sont-elles davantage frappées par le suicide ? Idem pour les discriminations religieuses.

      On pourrait également réfléchir par rapport au passé : à l’époque de l’affaire dreyfus en France, a-t-on vu le taux de suicide des personnes juives augmenter de façon significative ? En Allemagne, pendant la montée du national socialisme et au fil de l’affirmation de plus en plus explicite d’un antisémitisme d’Etat, a-t-on fait les mêmes constatations ?

      Bref tout cela pour dire qu’il me semble assez rapide d’affirmer que « Toutes les études se mettent d’accord pour dire que ce n’est pas le fait d’être homo qui amène la personne à se suicider, mais bien les attitudes d’agressivité et/ou d’exclusion des homophobes. »

      A titre pesonnel, je crois qu’une telle affirmation est très péremptoire et que si le climat homophobe peut avoir son importance sans la décision d’en finir d’un individu, il me semble excessif de dire qu’il s’agit de la cause exclusive de cette « sursuicidalité ».

      Bien cordialement,

      Icks PEY


      • lele lele 14 août 2007 16:37

        L’homosexualité est-elle un constat ou un choix ?

        L’individu la vis comme un état (le gay constate qu’il est homosexuel) La communauté gay dans sa grande majorité l’affirme comme un choix (je choisi d’être homo)

        Or le constat n’implique pas l’idée de remise en question ou de doute pouvant mener à un état suicidaire (je suis gay, c’est comme ça...) En revanche le choix posé en conscience ou bien imposé par la pression d’une communauté revendicatrice provoque par étouffement un état de malaise.

        Ne faut-il pas alors rapprocher le malaise de la communauté elle même avec ses revendication et sa fausse tolérance ?

        Ni communautaire, ni suicidaire... smiley


      • ratatouille ratatouille 14 août 2007 16:51

        Or le constat n’implique pas l’idée de remise en question ou de doute pouvant mener à un état suicidaire (je suis gay, c’est comme ça...)

        Ah. « Je constate que je suis gay or on m’a appris depuis ma plus tendre enfance à mépriser les tafioles, les tantouzes, les pédales, tapettes et autres enculés » ça ne peut pas pousser au désespoir un esprit fragile ?


      • lele lele 14 août 2007 17:00

        Tout est dans votre question.

        Dans ce cas là c’est la violence de cette éducation qu’il faut remettre en cause. Pas de doute que l’adolescent dans un environnement comme celui là ressente le malaise, gay ou non.

        Cette violence se voit dans ce sens mais aussi, en réaction, dans le camp opposé malheureusement...


      • Reuillois 16 août 2007 14:43

        Lele

        Quand un jeune découvre son homosexualité, ça lui tombe dessus, il ne choisit rien. Il constate un fait. Et contrairement à ce que vous pensez, c’est justement pour cela qu’il est fragile. Parce qu’il se découvre appartenir à un groupe d’individu pas toujours très accepté, parce qu’il découvre que la vie qu’il s’imaginait et que ses parents s’imaginaient pour lui (mariage, enfants...) ne sera pas possible, ou sera plus difficile à avoir.


      • ptitgui 28 février 2008 08:42

        pas du tout d’accord sur ce que vous dites...je ne connais pas grand monde dans la communaute gay qui parle de choix !!!!!! c’est un etat, on s’en rend tous plus ou moins compte depuis l’enfance... mais l’acceptance de soi est plus ou moins difficile selon les cas et surtout selon l’environnement familial.


      • koton 14 août 2007 14:28

        normaliser,différencier,ok mais bon,je pense que l’homme n’est pas la mesure de l’homme...

        et pour le chat de goutière,on est 2007 ton mode de pensée est d’époque(peut etre toi aussi)alors une soupe,un supo et au dodo !


        • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 15:26

          @koton

          tiens , y’a même un matou gay qui est sur un chat sur un sujet vachement important : le schtroumpf gay est il rose ? http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20070417234318AAp5n4N&show=7


        • koton 14 août 2007 15:48

          et le schtroumpf rose est il gay... ?

          c’est l’histoire d’un chat qui cherche,en vain,de se s’attraper la queue....

          haaa !!!!démasqué !!!


        • Laya 14 août 2007 16:42

          Pour parler d’homophobie en connaissance de cause, je peux dire qu’il existe deux catégories d’homophobes : les gens incultes et les intégristes religieux de tout poil (cathos traditionalistes, islamistes intégristes et juifs orthodoxes). Dans les allergiques aux gay prides, quelqu’un se reconnaît-il ?


          • beretta vexee 14 août 2007 18:22

            Je suis simplement allergique à la musique techno, ça rentre en compte comme intégrisme religieux ?

            Plus sérieusement c’est intégriste de trouver que cette manifestation est de mauvais gout et ne renvoie pas forcement une bonne image de l’homosexualité ? Depuis quand les homosexuels sont un groupe homogène ( pas de mauvais jeu de mot), qui font tous partie de la « communauté » et qui se reconnaissent tous dans la gay pride ?


          • nephilim 14 août 2007 16:56

            tu as oublié les beaufs. N’est ce pas le chat ^^


            • nephilim 14 août 2007 17:15

              je n’ai rien contre vous, le chat, mais deux articles digne d’un journal du 13h de tf1 et une phrase minable lu ici meme m’ont definitivement eclairé sur vos us et coutumes que je rapproche de la beaufferie nouvelle génération^^


              • LE CHAT LE CHAT 14 août 2007 17:24

                j’en ai rien à cirer qu’un gars soit gay ou pas c’est son problème , ce que je n’aime pas c’est le communautarisme et la provoc , quel interêt de s’afficher ainsi ? est ce vraiment rendre service aux autres que de se ridiculiser en public ?


              • Reuillois 14 août 2007 19:54

                Le Chat

                Communautarisme ? Provoc ?

                Quel communautarisme ? Toutes les actions des assos gay et lesbiennes tendent à ce que les gays et lesbiennes soient des citoyens comme les autres. On ne veut pas des droits en plus, on veut les même droits que les autres.

                Quel provoc ? Quel ridicule ? Le fait que des homos soient visibles est provoc ? Le fait que des travestis posent la questions du genre est provoc ? Désolé, mais concernant la Lesbian & Gay Pride, le problème vient plus selon moi de celui qui se sent provoqué. Quand personne ne se sentira provoqué lors des Gay Pride, nous auront avancé d’un grand pas !


              • claude claude 14 août 2007 20:51

                je suis un peu de l’avis du chat,

                je n’aime pas les gays-pride car elles caricaturent les clichés s’attachant à l’homosexualité.

                je conçois que c’est carv=nevalesque, dans ce cas, pourquoi ne pas les faire au moment des carnavals ?

                je compatis à la douleur des homos, qui ont perdu leurs repères et leurs famille, et qui glissent lentement vers le suicide. on sait que les ados sont très fragiles, et un obstacle supplémentaire qui les fait se sentir différents, augmente les chance de suicide.

                il y a un énorme travail d’éducation citoyenne à faire : la sexualité reste une affaire privée, tant qu’elle reste entre adultes consentants.


              • LE CHAT LE CHAT 16 août 2007 08:59

                @claude

                merci pour ton soutien ! je suis de ceux qui pensent que ce qui relève du strict cadre de la vie privée n’a pas à faire l’objet de manifestation de démonstration ! il n’y a pas d’hétéro pride à ce que je sache ! ces gays pride sont de plus récupérés par la classe politique caméléon qui vient s’y montrer en tête de gondole..

                et pourquoi pas Des fumeurs pride ? Des cannabis pride ?


              • haddock 14 août 2007 17:15

                c’ est tout autant con de traiter un homo de tafiole ou de noms de ce genre , une lesbienne de gousse , qu’ un petit de nabot ou de trucs insultants . On ne choisit ni sa sexualité ni sa taille ni plein d’ autres trucs .


                • beretta vexee 14 août 2007 18:16

                  J’ai du mal a suivre votre raisonnement. Vous faites un état des lieu du risque accrue de suicide au sein de la population homosexuelle, puis demander un renforcement de la politique destiné à lutter contre les discriminations sans lien logique évident.

                  Non pas que je mets en doute l’influence surement néfaste de l’homophobie sur la psyché des homosexuels ( homme et femme si il est besoin de le préciser, je n’ai pas gout pour les acronymes et les abréviations compliqués), mais en faire le seul facteur dénote d’une simplification pour le moins outrancière du problème.

                  De plus je me pose quelques questions sur les données avancés. De qui émanent elles ? Tous comme la couleurs de peau, l’orientation sexuelle est un sujet sensible, une étude nationale sérieuse ne doit pas être simple à mettre en place etc. Si ces donnés émanent d’associations d’homosexuels, comment ont elles étés obtenues ? Sont elles fiables ? Etc.

                  Quand aux données d’« enquête presse gays », le mode de consultation et de décompte est il comparable avec les précédentes études ? Je doute fortement que l’échantillon soit très représentatif ( que ce soit de la population français, ou même de la population homosexuel, tous les gays ne lisent pas Tétu, de part son titre même on peut douter de la representation lesbienne, etc. ). Pourquoi leur donner plus de crédit qu’a l’Institut de veille sanitaire ? Alors qu’au contrairement il corresponde à l’étude la plus soumise à caution ?

                  Vous faites des parallèles douteux avec d’autre pays, en quoi le nombre de suicidés ( donnée pas très importante en absolue comparativement au nombre de suicide par habitant, qui est un indicateur beaucoup plus utile ) japonais nous renseigne t’il quand à la situation des homosexuels dans ce pays ? Ou de l’efficacité des politiques publiques mises en place ?

                  Pour résumés vos donnez de départs sont soumises à cautions, votre raisonnement ne tien pas franchement la route, il y a donc de forte chance pour que vos conclusions soient fausses.


                  • Reuillois 14 août 2007 18:55

                    Petite précision avant de recommenter plus longuement, l’enquête presse gay est réalisée par l’Institut de Veille sanitaire.


                  • Reuillois 14 août 2007 19:05

                    Quelques précision suite aux réactions : Quelqu’un a cherché à savoir quel pourrait être les différences entre le groupe discriminé « homo », et les autres (femmes, couleur de peau, etc). Je dirai que la différence entre les homosexuels et les autres est que les premiers découvrent leurs différence à l’adolescence, à un moment clé où l’on est relativement fragile.

                    D’autres on demandé si l’homophobie ambiante était réellement la seule raison de la surcucuidalité des jeunes homos. C’est en effet une question qui doit se poser. Quelques éléments de réponses dans la fameuse « Enquête Presse Gay » de l’Institut de Veille Sanitaire.

                    Cette enquête a montré que les gays victimes d’agressions, d’humiliation, sont plus touché plus « touchés » par le suicide. L’homophobie est donc au moins un des facteurs de cette sursuicidalité, et donc un facteur à combattre.

                    L’enquête disait aussi (j’ai lue la partie sur le suicide mais je ne l’ai pas sous les yeux, je dois faire confiance à l’auteur de cet article) que les jeunes ne fréquentant pas ce que l’on appellerait grossièrement le « milieu » se suiciderait plus, d’où un autre facteur : l’hétérocentrisme. Le fait de se sentir paumé, seul dans une société d’hétéro.

                    Je pense que l’IMS (intervention en milieu scolaire) sur l’homophobie et l’homosexualité permettrait de combattre ces 2 facteurs de suicides : homophobie et hétérocentrisme.

                    Mais le suicide est un phénomène complexe (voir le pavé de Durkheim à ce sujet), et je pense que l’on pourrait trouver d’autres facteurs, si l’on faisait des recherches poussées sur le sujet.


                  • beretta vexee 14 août 2007 23:01

                    L’adolescence est une période difficile pour bon nombre de jeunes, homo ou non. C’est aussi la période ou le risque de suicide est le plus élevé ( d’où sortez vous suicidabilité ? Ce serait l’ aptitude a se suicider et à moins d’être paralytique tous le monde est apte à se suicider) ainsi que de nombreux autres troubles du comportements ( troubles alimentaires, etc. ). Il faudrait vraiment plus d’information pour échafauder des liens de causalité ( a prés tous on pourrait aussi défendre que les jeunes suicidaires deviennent homosexuel, même si ca parait peut crédible ), même si l’article se base sur une étude sérieuse les conclusions qu’en tire le journaliste peuvent être biaisés. Si quelqu’un pouvait retrouver l’étude de l’IMS ça ferait surement plus avancer le débat que de discuter d’un article de mémoire.


                  • beretta vexee 14 août 2007 23:04

                    L’article n’est pas très claire sur ce point votre commentaire non plus. Je doute que l’IMS face des études sur commande pour des magazines, ce n’est pas plutôt l’article de presse gays qui se base sur une étude de l’IMS ?

                    Ce n’est pas parce que l’étude et les donnés sont fiable que l’analyse qui en est faite est pertinente. Avec un peut d’habilitée on peut faire dire aux chiffre ce que l’on souhaite.


                  • Reuillois 16 août 2007 14:51

                    L’Institut de Veille Sanitaire (InVS) a réalisé l’enquête presse gay. C’est à dire que le questionnaire de l’enquête a été (entre autres moyens) diffusé par les magazines gay, dans le but d’obtenir des réponses de lecteurs.

                    Cette enquête a bien sûr fait l’objet d’article dans la presse gay, mais elle est aussi disponible sur le site internet de l’InVS.


                  • Edgar Edgar 14 août 2007 19:46

                    Très franchement, je préfére croiser la Gay Pride si provoquante..... que des skinheads ou des gens du GUD....


                    • beretta vexee 14 août 2007 22:47

                      Vous fréquentez quel établissement pour croiser des gens du GUD en 2007 ? Même chose pour les skins de nos jours vous avez une chance sur deux pour tomber sur un gauchiste, peut être même homosexuel avec des percing et tous l’équipement !


                    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 14 août 2007 20:50

                      Heureusement que Nicolas Sarkozy est contre l’adoption des enfants par les couples d’homosexuels

                      Dans une intertiew à paraître samedi dans le Figaro magazine et savamment distillée aux médias, le président de l’UMP se déclare ainsi opposé au mariage homosexuel et à l’adoption d’enfants par des couples de même sexe.

                      ..... Le Parti socialiste s’est prononcé en faveur du droit au mariage et à l’adoption pour les homosexuels dans son projet officiel pour la présidentielle de 2007.

                      http://www.liberation.fr/actualite/politiques/201757.FR.php

                      Le mariage entre homos , je m’en fou, par contre je suis absolument contre le fait de leur accorder le droit d’adoption !

                      @+P@py

                      .


                      • claude claude 14 août 2007 23:09

                        @ papy,

                        ne soyez pas plein de préjugés et rétrograde.

                        le mariage unit 2 êtres qui s’aiment et qui veulent bâtir leur vie ensemble.

                        la paternité et la maternité n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle, qui s’arrête à la porte de la chambre à coucher. donner de l’amour à un enfant pour en faire un adulte heureux et responsable, n’est pas lié au choix amoureux des parents.

                        si on interdit aux homos d’être parents, il faut aussi l’interdire aux ados, aux familles précaires, aux femmes emprisonnées, au 50000 familles qui battent, et martyrisent, parfois jusqu’à la mort, des enfants chaque année, à toutes ces personnes qui ne peuvent accueillir un enfant dans un environnement stable, affectueux et équilibré...

                        les homos sont bien nés de parents hétéro, non ???

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Dany-B

Dany-B
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès