Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le vaccin polio inefficace en Inde ?

Le vaccin polio inefficace en Inde ?

L’OMS reconnaît que dans certaines régions de l’Inde plus de 95% des cas de polio avaient reçu de 4 à 7 doses de vaccin ou davantage et s’interroge sur les raisons de cette échec de la vaccination : malnutrition, transmission élevée, maladies diarrhéiques nombreuses et fréquentes. Aussi elle envisage de nouvelle stratégies vaccinales et espère que la réduction importante des cas au cours de la première moitié de 2009 va se maintenir.

 

Le REH (relevé épidémiologique hebdomadaire de l’OMS) du 10 juillet 2009 est consacré à la polio en Inde. Il dresse un bilan pour le moins inquiétant pour l’efficacité des vaccins oraux en Inde :

 

« L’Inde a signalé un total de 874 cas dus au PVS* dans 13 États en 2007 et 559 cas dans 13 États en 2008. Du 1er janvier 2009 au 29 mai 2009, 59 cas dus au PVS ont été signalés par 4 États ; 279 cas avaient été signalés pendant la même période en 2008. Parmi les cas notifiés en 2007-2008, 867 (61%) concernaient des enfants âgés de <24 mois et 44 cas (3%) des enfants de >5 ans. Un total de 1108 cas (77%) notifiés en 2007-2008 avaient reçu plus de 7 doses de VPO* ; 265 (18%)ont signalé avoir reçu 4 à 7 doses ; 40 (3%), 1 à 3 doses, et 20 (1%) soit n’avaient reçu aucune dose soit ignoraient le nombre de doses reçues. »

*PVS : polio virus sauvage ; VPO : vaccin polio oral.

 

C’est donc un total de 1492 cas de 2007 au 29 mai 2009 dont au plus 79 étaient non vaccinés et les ¾ avec plus de 7 doses ! Il y a de quoi, en effet, pour s’interroger sur l’efficacité des vaccins utilisés et des stratégies vaccinales !

De façon plus précise, 176 cas ont été provoqués par le poliovirus sauvage de type 1 (PVS1) et 1319 par celui de type 3 (PVS3). Les États principalement concernés sont le Bihar et l’Uttar Pradesh, le reste de l’Inde ayant seulement observé 39 cas par le PVS1 et 55 par le PVS3 pendant la même période. L’OMS voit cependant des indices d’espoir en raison de :

 

1 - « l’interruption de la transmission du PVS1 dans les districts à haut risque de l’ouest de l’Uttar Pradesh pendant plus de 12 mois en 2007-2008 ». Interruption qu’elle attribue à « l’organisation de tournées fréquentes de vaccination par le VPOm1 avec l’appui de personnel technique de terrain supplémentaire » qui se sont montrées efficace « même dans les zones où la transmission est la plus persistante » en raison du fait que « l’ouest de l’Uttar Pradesh a une forte densité de population, l’assainissement y est médiocre et la majorité de la population est socio-économiquement défavorisée ».

2- « La flambée de 2008-2009 survenue dans l’Uttar Pradesh semble être en régression, même s’il existe un risque de poursuite de la transmission ou de flambée suite à une nouvelle réintroduction depuis le Bihar. »

Malgré ces améliorations, il est évidemment essentiel de comprendre les raisons de ces échecs si l’OMS veut avoir une chance d’éliminer la polio en Inde. Elle ne peut oublier qu’en 2005 il n’y avait eu que 67 cas de polio en Inde et qu’elle pensait qu’elle serait éliminée en 2006 où il y eut 676 cas puis 874 en 2007 :

« La poursuite de la transmission malgré une couverture vaccinale élevée a été attribuée à l’efficacité relativement moindre du VPO dans le nord de l’Inde que dans d’autres populations, peut-être due à l’association d’une forte incidence des maladies diarrhéiques et de la malnutrition, et à une transmission efficace du PVS facilitée par le surpeuplement. »

 

Aussi l’OMS étudie de nouvelles stratégies :

 

« Des interventions susceptibles de surmonter les derniers obstacles empêchant d’interrompre la transmission du poliovirus sont actuellement étudiées, notamment l’utilisation d’un vaccin antipoliomyélitique inactivé comme complément au VPO, un VPO bivalent nouvellement mis au point contenant à la fois des virus vaccins de type 1 et de type 3, une nouvelle formulation du VPOm1* comportant un titre plus élevé de virus vaccin, la recherche sur la contribution possible de groupes d’âge plus élevés à la transmission du poliovirus, et l’administration de compléments de zinc aux nouveau-nés pour réduire la prévalence de la diarrhée et améliorer l’état micronutritionnel, facteurs qui pourraient jouer un rôle dans l’amélioration de l’efficacité du VPO dans certaines situations comme dans le nord de l’Inde. »

*VPOm1 : vaccin polio oral monovalent de type 1.

Flambée de polio vaccinales au Nigeria

Le deuxième principal front contre la polio est au Nigeria avec là aussi bien des problèmes liés à la vaccination : depuis le début de l’année 2009 on assiste à une flambée de 103 cas provoqués par un virus dérivé d’une souche vaccinale de type 2. Pourtant, le virus sauvage de type 2 n’a plus été vu depuis octobre 1999 et pourrait donc être considéré comme éradiqué. Il y avait eu 62 cas de ce type en 2008, 68 en 2007, 21 en 2006. Ce sont donc les vaccinations avec le vaccin oral trivalent qui ont généré cette souche qui se maintient au Nigeria.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 juillet 2009 14:10

    Bonjour,

    Si l’information est juste, c’est ce système de contrôle auquel il faut soumettre nos banques et nos bourses, mais Il est presque étrange de voir des chiffres aussi précis quand on sait que l’Inde compte un milliard d’habitants. Cela témoigne ou, d’un formidable organe de contrôle sanitaire, ou d’une grande ignorance des suivis, ou de la tentative de désinformation pure et simple.

    Afin de réveiller vos soupçons, puis-je vous faire part des miens, longuement confirmés à propos du cancer et de la tuberculose... 

    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/mieux-que-les-bonnes-reponses-les-48871

    http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/quels-liens-etroits-entre-le-42664

    Bien à vous. L.S.


    • fonzibrain fonzibrain 14 juillet 2009 15:44

      regardez tous le doc sur le docteur GERNEZ,c’est très imporatnt

      http://www.dailymotion.com/playlist/xtb1n_fusionfroide_le-scandale-du-siecle/video/x8394u_le-scandale-du-siecle-16_webcam


      idem pour sylvie simon qui se tue à dire que les vaccinations sont des non sens

      c’est une des plus grande manipulation


      DONC À LA RENTRÉE NE VOUS FAITES PAS VACCINER
      (SAUF SI VOUS ETES PRO SIONISTES,la je m’en fous,vous avez qu’ à etre humain)

      • xray 14 juillet 2009 17:29

         

        En règle générale, les vaccins sont efficaces là où ils sont inutiles. 

        En septembre, tout le monde à la piqûre ! 

        Les virus de curés 
        http://levirusmachin.hautetfort.com/
         

        Le virus de la grippe porcine 
        http://levirusmachin.hautetfort.com/archive/2009/06/14/le-virus-de-la-grippe-porcine.html 



        • ALIS ALIS 14 juillet 2009 21:56

          C’est en outre un vaccin polio oral selon des experts scientifiques dans l’émission « Contre courant : l’origine du SIDA » diffusée sur France 2 , qui serait à l ’origine du SIDA après de vastes campagnes de vaccination en Afrique.
           Voir la vidéo sur google vidéos.


          • BA 14 juillet 2009 23:04

            Grippe porcine : 3 à 4 millions de cas possibles d’ici mars 2010 en Italie.

            Trois à quatre millions de personnes pourraient avoir contracté d’ici mars 2010 le virus A(H1N1) de la grippe porcine en Italie selon des projections officielles, a affirmé mardi 14 juillet le secrétaire d’Etat à la Santé Ferruccio Fazio, alors que la pandémie continue de se propager dans le monde.

            Ferrucccio Fazio a également annoncé une première campagne de vaccinations d’ici la fin de l’année qui concernera 8,6 millions d’Italiens, pour une population de quelque 58 millions d’habitants.

            Il s’agira essentiellement des salariés du secteur de la santé, des policiers, des pompiers et des personnes âgées de plus de 65 ans souffrant de maladies chroniques ou fragiles.

            S’il n’y avait pas de campagne de vaccinations, « on pourrait arriver en mars 2010 à 13 millions de personnes contaminées » mais en vaccinant les catégories les plus exposées, l’estimation est ramenée à « 3 à 4 millions de contaminés », a déclaré le secrétaire d’Etat lors d’une conférence de presse.

            Ces projections ont été effectuées par l’Institut supérieur de la Santé italien.

            Une deuxième phase de vaccinations sera déclenchée en février 2010, qui concernera notamment les personnes âgées de 2 à 20 ans (environ 12 millions d’Italiens), a-t-il indiqué.

            L’Italie qui figure parmi les pays relativement les plus épargnés jusqu’à présent en Europe n’a pas enregistré de décès dû au virus alors que le nombre de personnes l’ayant contracté s’établit à 224 depuis le 24 avril.

            De son côté l’Allemagne envisage de vacciner près du tiers de sa population contre le virus de la grippe porcine, selon le ministère de la santé.

            Berlin envisage de commander 25 millions de doses de vaccin qui seront attribuées en priorité aux personnels hospitaliers, à la police, aux pompiers et aux responsables de services essentiels, ainsi qu’aux femmes enceintes et aux malades à risques.

            Lundi 13 juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait souligné que le virus ne « pouvait pas être arrêté » et que « tous les pays allaient avoir besoin de vaccin ».

            La directrice de l’OMS, Margaret Chan, a déploré mardi que l’accès au vaccin contre la grippe porcine soit d’abord réservé aux pays les plus développés au détriment des populations des pays les plus pauvres.

            « Les capacités de production de vaccin contre la grippe ne sont pas infinies et malheureusement insuffisantes pour un monde de 6,8 milliards de personnes, dont près de la totalité sont susceptibles d’être contaminées par ce virus entièrement nouveau et hautement contagieux », a-t-elle déclaré.

            L’Australie, pays le plus touché par la grippe porcine en Asie-Pacifique, a indiqué mardi avoir commandé 21 millions de doses de vaccin contre le virus.

            Les autorités australiennes espèrent mettre en oeuvre un large programme de vaccination en octobre pour enrayer la propagation du virus dans le pays qui a contaminé plus de 9.000 personnes et a été directement mis en cause dans 19 décès.

            Zagreb et Ankara ont annoncé de nouveaux chiffres de contamination, avec respectivement trois nouveaux patients en Croatie portant à dix le nombre de personnes contaminées dans ce pays, et un total de 95 personnes touchées en Turquie.

            Dans ce dernier pays, le nombre de malades a été multiplié par plus de deux en moins de deux semaines.

            La section consulaire de l’ambassade roumaine à Nicosie a par ailleurs été fermée après que son personnel, l’ambassadeur en tête, eut contracté le virus de la grippe porcine, a annoncé mardi Bucarest.


            • clostra 15 juillet 2009 11:51

              Deux autres pistes de réflexion à propos de vaccination et de sensibilité aux virus.

              On est en droit de se poser la question de la sensibilité aux virus sous deux* autres angles :

              L’angle de la génétique

              L’angle de l’état de santé du sujet au moment du contage

              Lorsqu’on nous dit (l’OMS) par exemple que les décès dus à la rougeole ont pratiquement disparu en Afrique grâce à la vaccination, on est en droit de se demandé ce qui faisait la différence entre l’Afrique et l’Europe en matière de mortalité due à la rougeole : la génétique ou l’état de santé de la population.

              Témoin d’un très grave accident post vaccinal chez un très jeune enfant (très grave épilépsie confirmée à l’âge adulte), il est généralement rétorqué que la maladie peut provoquer de très graves séquelles. Ce que ne peut dire l’histoire, est si ce sont ces sujets-là qui réagissent mal à la vaccination...

              NB ce résultat en Afrique me semble d’ailleurs surprenant car c’est un vaccin hyper sensible à la chaleur...qui ne supporte aucune rupture dans la chaine du froid.

              * on ajouterait bien également un autre facteur (au grand damne de Pasteur) à la lumière de ce que l’on sait de la polio n’apparaissant « que » dans les populations avec un niveau d’hygiène satisfaisant, les autres ayant dès leur plus jeune âge été naturellement immunisés par des petits cousins inoffensifs de ce virus.


              • BernardGue 15 juillet 2009 21:15

                Les nombres données par l’OMS sont-ils fiables ? C’est une question posée.


                La polio ne peut se comparer au cancer en terme de dépistage car une paralysie se repère immédiatement. Les chiffres de l’OMS sont les cas notifiés et non pas les cas réels qui pourraient être plus important, on ne peut l’exclure a priori. En réalité, on part des cas de PFA (paralysies flasques aiguës) qui sont assez faciles à repérer puisque la personne est paralysée. Pour plus de 80% des cas de PFA, 2 échantillons de selles doivent être recueillis à plus de 24h d’intervalle et dans les 14 jours qui suivent le début de la paralysie. Ces échantillons sont ensuite expédiés dans de la glace à un laboratoire agrée auquel ils doivent parvenir en bon état. Le laboratoire détermine alors la nature du virus en cause.


                Je pense qu’on peut dire de façon certaine que tous les cas déclarés à polio à virus sauvage de type 3 par exemple sont bien de ce type. De même pour ceux qui dérivent d’une souche vaccinale de type 2 comme au Nigeria.


                Les cas sont-ils tous connus ? En fait, la définition de l’élimination du virus dans une région est assez inattendue : il est considéré comme éliminé quand on ne le rencontre plus chez les malades ET que le système de surveillance est capable de dépister chaque année au moins 2 cas de PFA non poliomyélitique pour 100 000 enfants de moins de 15 ans. Autrement dit, pour pouvoir affirmer qu’il n’y a plus de polio il faut trouver suffisamment d’enfants paralysés comme le ferait la polio mais sans que ce soit un virus polio ! Cette condition vise à mesurer l’efficacité du système de surveillance : si celui-ci ne fonctionne pas, il pourrait ne trouver aucun cas de polio mais cela ne prouverait rien quant à sa disparition.


                Le nombre de doses reçues par les victimes est sans doute plus difficile à évaluer avec certitude mais l’OMS n’a pas de raison particulière de majorer ce nombre, bien au contraire, dans ses publications officielles. Elle nous a suffisamment habitué à faire preuve de discrétion sur les cas vaccinés et de tapage sur les non vaccinés pour douter du contraire. Quand de nombreux cas de polio dérivés de souche vaccinale de type 2 étaient apparus au Nigeria en 2007 elle avait d’abord envisagé de n’en rien dire et n’avait révélé l’affaire que de nombreux mois après. Ces révélations assez inattendues sur le nombre considérable de doses reçues par un nombre très important de victimes sont faites au moment où la situation est devenue meilleure en Inde et où de nouvelles stratégies laissent quelques espoirs à l’OMS.


                L’OMS a sans doute aussi pris conscience que l’éradication de la polio ce n’est pas pour demain et que pour pouvoir maintenir encore longtemps à bout de bras son programme d’éradication il fallait lâcher une partie de la vérité. Car là aussi l’OMS nous a habitué à quelques manipulations : en novembre 2002 elle affirmait que l’élimination du virus polio sauvage était réalisable pour janvier 2003 à condition de disposer de tant de millions de dollars et que si ces sommes n’étaient pas immédiatement trouvées elle serait repoussée à Pâques 2003 et couterait beaucoup plus cher. Pâques, la Trinité...ça rappelle une chanson ! En fait l’OMS savait.. Mais que ne fait-on pas pour avoir des fonds...

                Bernard Guennebaud

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès