Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Les médecins homéopathes sont-ils des charlatans ?

Les médecins homéopathes sont-ils des charlatans ?

Oui, si l´on en croit l’Ordre médical français, après la condamnation - confirmée au niveau européen - de Martine Gardénal, présidente de la Société des médecins homéopathes. Motifs : recourt à des pratiques « non conformes aux données acquises de la science » (l´homéopathie) et refuse de dénoncer des patients qui se détournent librement de la médecine allopathique.

>> Voir l'intégralité de l'interview vidéo sur Ouvertures.

La Cour européenne des droits de l’homme vient de débouter, en date du 9 décembre 2010, le Dr Martine Gardénal, médecin non conventionné, en déclarant définitivement « irrecevable » sa requête, sans motiver sa décision. Le Dr Gardénal avait effectivement demandé à cette instance de se déclarer sur sa condamnation pour « charlatanisme » par le Conseil de l’Ordre français des médecins (COM) à la suite d’une plainte de la Sécurité sociale. Condamnation qui avait été confirmée en Conseil d’Etat.

C’est une affaire étonnante, puisque jamais les patients de Martine Gardénal ne se sont plaints de quelconque manière. Et l’accusation ne fait pas suite à des erreurs ni à des malversations qui auraient provoqué des préjudices à quiconque, encore moins des morts, comme dans l’affaire du Médiator.

Non, l’attaque est venue en 2007 de la Caisse primaire d’assurances maladie (CPAM) des Yvelines qui a fait prononcer à son encontre, par le COM, une interdiction temporaire du droit de donner des soins aux assurés sociaux pendant une période de six mois (dont trois avec sursis). Cette mesure a pris effet du 1er juin au 31 août 2007. Aujourd´hui, Mme Gardénal a retrouvé sa liberté d´exercer, mais elle a fermé son cabinet.

Faire un exemple en s’attaquant à un symbole


Pourquoi cette offensive ? On ne voit pas d’autre raison que le fait d’avoir voulu faire un exemple en s’attaquant à un symbole.

En effet, ce médecin respecté, et suivi depuis 37 ans par une nombreuse patientèle, préside la Société des médecins spécialistes homéopathes. Les motifs soulevés pour la condamner entrent dans la panoplie des arguments mis en ce moment en avant pour dénigrer les médecines complémentaires : « charlatanisme », « manque d’autorité vis-à-vis d´une patiente » et « recommandation d’une cure non adaptée à la pathologie ».

En juin 2003, le Dr Elizabeth Launay, médecin-conseil de la CPAM de Poissy (78), convoque et interroge une quarantaine de patients suivis par Martine Gardénal (« Fait-elle des prières ? Impose-t-elle les mains ? Se sert-elle du pendule ? »).

« Fait-elle des prières ? Se sert-elle du pendule ? »

Trois cas sont finalement retenus par la section disciplinaire du conseil régional de l’Ordre des médecins, trois personnes atteintes de cancers à l’égard desquelles le Dr. Gardénal est accusée de charlatanisme :

1 - pour avoir procédé à « un suivi médical et des prescriptions non adaptées aux affections des malades et non conformes aux données acquises de la science » pour une première patiente ;

2 - pour avoir « manqué d´autorité » vis-à-vis d´une autre patiente qui ne voulait plus entendre parler des traitements allopathiques trop lourds et avait décidé de son propre chef de les arrêter, au moins temporairement ;

3 - pour avoir fait une demande de prise en charge d´une troisième patiente dans une clinique anthroposophique allemande spécialisée dans le traitement du cancer. L´expert français écrit : « Il ne m´est pas possible d´apprécier les soins proposés à la clinique Porta Wesfalica dans la mesure où les documents fournis sont en allemand ». Cela ne l’empêche pas de conclure : « La cure allemande n´est pas adaptée à la pathologie ».

Dans les trois cas, le Dr Gardénal, tout en informant et conseillant ses patientes sur les traitements allopathiques à suivre, avait traité leurs pathologies annexes et leur avait laissé une liberté de choix. Aucune n’a porté plainte tant auprès du COM que de la Sécurité sociale.

Toutes déterminées et libres dans leurs choix, elles l´ont formellement attesté, de même qu’elles ont témoigné en faveur du Dr Gardénal. Cela ne l´a pas empêchée d´être assignée devant le COM.

C’est le principe qui est visé, non les actes

C’est donc bien le principe du traitement par voies « différentes » qui est visé, et non les actes réels de la praticienne.

C’est ce qu’explique Martine Gardénal dans cette interview pour Ouvertures : « Pour ne pas avoir "jeté" hors de mon cabinet et ne pas avoir dénoncé ces femmes en détresse, et les avoir accompagnées dans leurs pathologies annexes, je me suis vue trainée dans la boue et accusée de charlatanisme ».

Acceptant de parler de son histoire malgré la condamnation, elle veut aider « nombre de consœurs et confrères qui sont dans le même cas, injustement diffamés » et sans pouvoir se défendre.

Cela pose le problème d’une justice médicale à part, contre les avis de laquelle les possibilités de recours sont inexistantes, le Conseil de l’Ordre étant juge et partie. Et la justice civile se reposant les yeux fermés sur cette instance censée décréter infailliblement le bien médical et la vérité scientifique.

Redéfinir le libre choix thérapeutique

A l’issue de sa condamnation définitive, Martine Gardénal souhaite que l'on en revienne « aux principes fondamentaux :

- Cesser de harceler les médecins qui ont une pratique honnête, sans effets secondaires et efficace dans bien des domaines.

- Cesser de se référer en permanence aux "prescriptions non conformes aux données acquises de la science". Quand on voit les nombreux scandales issus de la médecine, les donneurs de leçons feraient bien de reconsidérer la situation, être plus humbles, reconnaitre leurs erreurs et s´excuser auprès de ceux qui ont subi injustement leurs foudres. Ils devraient même réparer le tort causé.

 - Redéfinir le libre choix thérapeutique (qui n´est pas respecté par l´Ordre), en cessant d´exclure les thérapeutiques non allopathiques.

- Que l´hôpital accueille dans tous ses services toutes les médecines dites alternatives, que personnellement je préfère appeler "médecines de vie" et que les assurances les prennent en charge au même titre que l´allopathie.

- Que cesse cette parodie de justice ordinale.

La santé et la formation du corps médical doivent être indépendantes des laboratoires et le corps médical ne doit pas être "aux ordres" ».

>> Voilà quelques propositions qui mériteraient d´être entendues alors que l´année 2011 a été déclarée "Année des patients et de leurs droits" par le gouvernement. Un des axes de cette initiative est : "la dynamisation de la démocratie sanitaire"...


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 28 février 2011 10:40

    Une dillution de « CH1 » est de prendre une solution et de la diluer par 1000.
    Une dillution de « CH2 » est de prendre cette première dilution et de re-diluer par 1000.
    Soit 1/1000 000 de produit de la solution originale quelque soit le produit.
    Et ainsi de suite pour CH3, CH4...

    Les « pseudo-médicaments » que vend très cher l’homéopathie sont de CH5 à CH7. Soit, dans les tubes ne se trouve plus une seule molécule de la « solution » originale.

    Oui, le placébo a des limites.

    Et je vous rappelle que malgré les scandales de certains médicaments, ceux-ci sont fait aux 2/3 à partir de plantes. Au cas où il vous faudrait de l’écologique.


    • Strawman Strawman 28 février 2011 10:51

      Rectification : 1 CH (Centésimale Hahnemanniènne) correspond à une dilution de 1/100. Cela ne change cependant rien au fait que la quantité de substance active est infinitésimale, voire inexistante.

      Je me permets de reposter mon message sur l’article de Naturavox du 14 février sur l’homéopathie :

      http://www.zetetique.ldh.org/homeo.html

      Le principe même de l’homéopathie suffit à la discréditer entièrement : diluer une substance active dans des proportions astronomiques. 1 CH veut dire qu’on a versé 1 goutte de produit pur dans 99 gouttes d’eau. 2 CH veut dire qu’on a mis 1 goutte de 1CH dans 99 gouttes d’eau et ainsi de suite... Un médicament à 30 CH revient à verser une goutte de produit dans un cube dont l’arête fait 1 million de fois la distance terre-soleil. Vous avez plus de chances de gagner le loto toutes les semaines jusqu’à la fin de votre vie que de trouver une seule molécule qui ne soit pas de l’eau ou du sucre dans un flacon d’homéopathie.

      Pour contourner cet écueil, les homéopathes ont élaboré la théorie de la « mémoire de l’eau » : l’eau conserve les propriétés des produits qui ont été dilués. Manque de chance, cette théorie ne repose ni sur les lois physiques (enfreint la conservation de l’énergie et de la matière), ni sur la pratique (toutes les expériences pour la prouver ont lamentablement échoué en public ; Benvéniste est tristement célèbre pour ça...).

      http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/...

      La prestigieuse revue médicale The Lancet a compilé une méta-étude massive de 110 études indépendantes sur l’homéopathie. Le résultat est sans appel : l’homéopathie fonctionne... avec la même efficacité qu’un placebo. Ni plus, ni moins.


    • docdory docdory 28 février 2011 13:12

      @ Strawman

      Merci pour cette intervention lumineuse, à laquelle je souscris évidemment à 100 % !
      A quand l’enseignement de la zététique et de l’esprit critique dès la classe de sixième au collège ? Je pense qu’il s’agirait d’une mesure prioritaire pour améliorer la qualité de l’enseignement en France ...

    • robin 28 février 2011 13:24

      j’attends goulument vos explications du pourquoi le prix Nobel Luc Montagné se réintéresse ouvertement à la mémoire de l’eau alors ?......lol !


    • docdory docdory 28 février 2011 13:45

      @ Robin 

      Les plus grands scientifiques ne sont pas à l’abri de lourdes faiblesses .
      Ainsi, Isaac Newton, l’un des plus grands esprits scientifiques de tous les temps, a écrit beaucoup plus sur des questions théologiques que sur des questions scientifiques. Par ailleurs , Newton était un adepte de l’alchimie , ce qui lui a fait écrire de belles âneries , par exemple, je cite :
      « La meilleure eau est attirée par le pouvoir de notre Soufre qui gît caché dans l’antimoine. Car l’antimoine était dénommé Aries [Bélier] par les Anciens. Parce que Aries est le premier signe du zodiaque dans lequel le Soleil commence à être exalté et que l’or est surtout exalté dans l’antimoine […]. L’air engendre le Chalybs ou aimant, et cela fait apparaître l’air. Ainsi le père de celui-ci est le Soleil (l’or) et sa mère la Lune (l’argent). C’est ce que porte le vent dans son ventre ».
       Plus tard, il pense avoir découvert le mercure philosophique et donne la modalité précise de l’opération.
      Ce genre de dérives dont a été victime Newton n’a aucune raison d’épargner Luc Montagnier !

    • docdory docdory 28 février 2011 13:52

      @ Robin 

      On peut dire la même chose de Blaise Pascal, mathématicien et scientifique de première grandeur, qui a fort malheureusement été perdu pour la science lorsqu’il s’est mis à sombrer dans des délires théologiques.
      Malheureusement, les pensées du Blaise Pascal philosophico mystico-théologique sont beaucoup plus enseigné aux collégiens et lycéens que les pensées du Blaise Pascal homme de science, et je regrette qu’il en soit ainsi !

    • Hieronymus Hieronymus 28 février 2011 13:59

      plancher des vaches
      je connais ces arguments contre l’homeopathie
      c’est vrai que ds des dilutions a CH10 il n’y a vraisemblablement plus une seule molecule du produit original
      seulement la n’est pas la question, l’homeopathie fonctionne autrement
      c’est une question d’electro-magnetisme, de frequence vibratoire de la substance originale
      ce serait trop long a developper ici, et puis je doute que cela suffise a vous convaincre
      pour moi l’homeopathie ca marche et c’est cela qui compte


    • srobyl srobyl 28 février 2011 15:05

      Bonjour, Docdory
      Dès la sixième et la cinquième, des exercices sont proposés aux élèves de manière à les amener à faire preuve d’esprit critique vis à vis par exemple de l’interprétation des courbes, en tenant compte des échelles utilisées, ou de visualiser des ordres de grandeur ; Malheureusement ces exercices ne sont pas systématiquement inclus dans les programmes
       En ce sens, vous avez raison


    • plancherDesVaches 28 février 2011 19:16

      En effet, Hieronymus.

      Il n’y a que la foi qui sauve...

       smiley smiley


    • herbe herbe 28 février 2011 19:45

      Docdory si je partage votre défense de la raison et peut-être bien aussi la perception d’une lacune dans l’enseignement, il faudrait amha que vous rendiez justice à l’histoire des sciences qui se fait par tâtonnements, expérimentations et mêmes erreurs (elles ont toutes leur place puisque il faut les discuter et pouvoir les invalider par l’expérience)...

      Et qui sait le futur donnera raison à Montagnier et sans violer la raison.
      Pourquoi le jugez vous définitivement alors qu’il continue à chercher tout à fait dans le respect de la méthodologie scientifique ....

      La construction du savoir (édifice jamais terminé) se poursuit ...

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Luc_Montagnier

      extrait tout à fait clair sur les intentions honnêtes de ce scientifique : « En décembre 2010, Luc Montagnier a annoncé dans le journal Science qu’il s’exilait en Chine pour « échapper à la terreur intellectuelle » entourant Jacques Benveniste, un « Gallilée des temps modernes », et la mémoire de l’eau. À l’Institut Montagnier de Shangai[4], il poursuivra ses recherches sur les modifications dans la structure de l’eau causées par l’ADN et persistant à de très hautes dilutions.[5  »


    • Abou Antoun Abou Antoun 1er mars 2011 01:01

      Mais vous avez aussi la chromothérapie, l’aromathérapie, la méditation, l’imposition des mains, le magnétisme, la prière etc...
      Dans chacun de ces cas vous trouverez des gens pour qui ’ça marche’.
      Et bien travaillons à combler le déficit de la sécu et à éviter les accidents que nous voyons maintenant avec la chimie, laissons à chacun sa méthode particulièrement quand ça ne coûte pas cher et que ce n’est pas très risqué.
      Le risque serait d’essayer de soigner des affections graves avec des méthodes beaucoup trop ’soft’.


    • zelectron zelectron 28 février 2011 10:44

      Définition « académique » de l’homéopathie : système placebo remboursé par la sécurité sociale faisait du bien aux personnes qui y croient (à l’instar des promesses électorales), accessoirement participe au déficit pharaonique de la sécurité sociale.


      • JL JL 28 février 2011 11:00

        zelectron, vous écrivez : « (la médecine homéopathique) accessoirement participe au déficit pharaonique de la sécurité sociale. »

        De deux choses l’une : ou bien vous avez raison, et dans ce cas, on pourrait penser qu’elle « rafle » un marché juteux.

        Ou bien vous avez tort ... et dans ce cas, on peut penser aussi qu’elle « rafle » un marché juteux.

        A bon entendeur.


      • facri 28 février 2011 11:10

        Accessoirement, c’est le vaccin contre le célèbre virus H1N1qui a plombé les caisses de la sécu les 2 dernières années. Plus d’1 milliard d’euros ont été engloutis ! Enorme pour une seule maladie !


      • cevennevive cevennevive 28 février 2011 13:57

        Bonjour zelectron,

        « participe au déficit pharaonique de la sécurité sociale » ????

        1) Les médecins homéopathes sont, pour la plupart, déconventionnés, donc les honoraires ne sont pas remboursés par la sécurité sociale ?
        2) Les médicaments homéopathiques sont très peu chers, et ils ne sont souvent pas remboursés non plus si le médecin n’est pas conventionné,
         
        Ne dites pas n’importe quoi ! Peut-être n’êtes-vous même jamais allé consulter un homéopathe, alors, qu’en savez-vous ?

        Je vous souhaite de n’être jamais malade, malade non par votre physiologie ou par la faiblesse de votre constitution, mais par les traitements que vous ont infligés les médecins allopathiques pour soigner vos petits bobos...




      • lagabe 28 février 2011 18:52

        oui ,, tu as en parti raison.
        Mais tu tiens pas compte d’une chose , quelqu’un qui aura un médecin homéopathe coutera moins cher à la sécurité sociale , que quelqu’un qui suivra un traitement classique
        C’est à dire cette personne se prendra beaucoup plus en charge qu’une autre ( vaccination pour la grippe grâce à l’Influenzinum, et je peux te donner d’autres exemples)
        De plus on soigne des chiens par homéopathie aussi
        Un vaccin part du meme principe que l’homéopathie , mais a plus forte dose
        La vaccination cherche à provoquer une première agression suffisamment forte pour faire réagir le système immunitaire et lui faire développer une mémoire , mais en même temps suffisamment atténuée pour ne pas provoquer de la maladie. Les rappels servent à entretenir cette mémoire.


      • clostra 28 février 2011 20:00

        justement non, l’homéopathie participe à ne pas l’agrandir, c’est pourquoi, contre vents et marées, l’homéopathie reste (bien partiellement à cause peut-être des 40% de députés médecins...allopathes)) remboursée (partiellement).

        quelques mots sur Boiron, une entreprise citoyenne, devrait cependant ne pas trop augmenter ses prix par le biais de pré sélections (valisettes) de remèdes homéopathiques pour certains types de pathologies.


      • Alpo47 Alpo47 28 février 2011 10:50

        Et à qui donc profiterait le seul recours à la médecine allopathique ?
        Tiens ... ne serait ce pas, in fine, les laboratoires ? Encore eux !
        On les trouve décidément partout où s’exprime la cupidité et la manipulation.

        On pourrait s’esclaffer de rire si ce n’était tragique...

        Une étude, faite par le secretaire général de l’UMP chargé de la santé, le Dr Philippe JUVIN, estime à 10.000 morts par an, les décès dus aux erreurs médicales de la médecine allopathique. Etonnamment, cela n’empêche pas ses tenants de continuer d’attaquer tous ceux qui vont à l’encontre du dogme et essaient de trouver des solutions alternatives. Même si comme ici, ils n’ont, EUX, causé aucun effet secondaire.

        Encore une tragédie, à mettre sur le compte du corporatisme et du lobbying des laboratoires, dont l’objectif n’est que trop rarement le bien être et la santé publique, mais bien plus souvent ... LA CUPIDITE ; On n’en finit décidément pas de mettre à jour l’influence néfaste de cette industrie qui a depuis longtemps oublié sa raison d’être et devient une des plus grandes ennemies de l’humanité.

        Quel dommage qu’une partie du corps médical lui serve de porte parole.
        Le fric, toujours le fric ...


        • Abou Antoun Abou Antoun 28 février 2011 12:17

          Mais vous oubliez que les labos contrôlent AUSSI l’homéopathie (BOIRON).


        • Strawman Strawman 28 février 2011 10:53

          "Une étude, faite par le secretaire général de l’UMP chargé de la santé, le Dr Philippe JUVIN, estime à 10.000 morts par an, les décès dus aux erreurs médicales de la médecine allopathique. Etonnamment, cela n’empêche pas ses tenants de continuer d’attaquer tous ceux qui vont à l’encontre du dogme et essaient de trouver des solutions alternatives. Même si comme ici, ils n’ont, EUX, causé aucun effet secondaire."

          Et pour cause, ils n’ont causé aucun effet primaire non plus. Difficile de se tromper.


          • Alpo47 Alpo47 28 février 2011 11:53

            Si l ’on considère que 40% des médicaments vendus sur ordonnance, sont reconnus (dixit le professeur Debré) n’avoir aucun effet, on peut se demander : Pourquoi donc sont ils là ?
             Ah, si, encore et toujours ... faire du fric.
            Pourquoi donc alors les représentants de cette « noble industrie » peuvent ils se permettre d’attaquer les « médicaments » homéopatiques au prétexte qu’ils n’ont aucun effet
            Argument fallacieux, donc.

            Rappelons également qu’au tragique bilan précédent de l’allopathie, il faut ajouter les 35000 décès/ an, dus aux maladies nosocomiales et surtout les centaines de milliers qui ne mourront pas mais ressentiront, souvent toute leur vie, les effets secondaires de leur médication.
            Sacré passif, non ?

            Je veux bien reconnaitre les efforts de soigner de la part des médecins, enfin d’une bonne partie d’entre eux, mais hélas aussi, leur totale indécence lorsqu’il s’agit de mettre à l’index un cas d’effets secondaires par exemple, pour un « guérisseur » qui s’efforce d’aider avec un traitement alternatif.
            Ainsi donc, au cours de sa carrière, un médecin pourrra TUER quelques dizaines de personnes par erreur ou incompétence, mais qu’un honnète guérisseur de campagne crée des troubles quelconques ... et le lobby et corporatisme se réveille...

            « Comment donc, mais avec un diplome on peut briser des milliers de vies, mais sans ... interdit de guérir ».

            Mais que se passe t-il dans notre société et notre monde ?
            Où sont passées nos valeurs ?


          • JL JL 28 février 2011 10:57

            Je suis sidéré moi aussi par ces motifs d’accusation ; « recourt à des pratiques « non conformes aux données acquises de la science » (l´homéopathie) et refuse de dénoncer des patients qui se détournent librement de la médecine allopathique. »

            Pour ce qui concerne le premier chef, de deux choses l’une : ou bien on déclare l’homéopathie illégale, ou bien cette accusation est infondée.

            Sur le « le refus de dénoncer » ! Cette accusation est de mon point de vue, un casus belli de la médecine officielle contre tous les citoyens de ce pays lesquels, par une telle sentence se voient dépossédés par principe, de leur libre arbitre.

            Je crois que ce procès est en réalité, le procès en creux de la médecine officielle. Et il me plait de copier coller ici un commentaire que j’ai fait sur un autre sujet :

            « Nous ne sommes plus dans une société de consommation mais dans une société de production : la différence c’est que dans la première, la machine économique peine (ou réussit, c’est selon) à satisfaire la demande. Dans la seconde, c’est la demande qui peine à absorber la production. La meilleure preuve en est la pratique généralisée du recours à l’obsolescence programmée des produits »

            La médecine officielle, disons médicamenteuse (!) entre dans cette boulimie productiviste qu’elle voudrait faire passer pour du consumérisme de la part de ses patients ! On voit éclater en live avec ce procès qui évoque l’autorité nécéssaire du praticien, l’aporie du discours officiel du conseil de l’ordre !


            • clostra 28 février 2011 20:08

              « recourt à des pratiques « non conformes aux données acquises de la science »

              c’est dire que les données acquises de la science » pourraient être exhaustives...On sourit ou on rit franchement sur un tout petit oubli :

              la science acquise par l’observation, science du réel. Et si dans l’expression de Hanneman, il y a un peu de poétique : c’est sur lui qu’il a effectué ces observations, ne souhaitant pas a priori que ces patients en pâtissent.

              Peut-être Claude Bernard, ou un autre, n’a-t-il pas conseillé à ses étudiants de tester les traitements sur eux-mêmes pour se faire une idée exacte de ce qu’ils (risquent) infligent à leur patientèle...

              Evidemment, si c’est pour tester le médiator en période d’examen, on imagine ces illuminés qui vont nous soigner...

              A bon entendeur : salut !


            • clostra 1er mars 2011 09:42

              Il s’agirait plutôt de Paul Milliez (et non de Claude Bernard) qui en parle dans son ouvrage « médecin de la liberté » 1980 lien


            • Walid Haïdar 28 février 2011 11:23

              J’espère que vous êtes payé Strawman, parce que partout où il s’agit de casser tout ce qui ne va pas dans le sens du système établi, on vous trouve.


              Dois-je moi aussi faire un copié-collé de la réponse que je vous ai donnée ?

              Vos propos sont parfaitement malhonnêtes, puisque l’homéopathie est parfaitement consciente de ce qu’il ne reste pas de molécule active dans ce qu’on avale. Le principe est que les molécules « actives » impriment l’information dans l’eau.

              Mais ce qui est important, c’est le tout d’une pratique médicale. Que les pilules soient placebo ou pas, est peut-être moins important que le fait d’une médecine ouverte et à l’écoute de la spécificité des patients, plutôt qu’une médecine arrogante et imbécile, qui applique des formules générales face à des cas spécifiques, car chaque corps humain est différent malgré les universaux. Je dis que placebo ou pas n’est pas si important car la composante psychologique du mal est souvent, si ce n’est toujours, très importante.

              Après, les gens qui se plaignent de la chimie et de ses effets secondaires sont gentils, mais croire qu’on peut régler ses problèmes avec des pilules magiques non chimiques et sans effets secondaires c’est un doux rêve, ou une arnaque de commerçant. Avant de demander aux médecins d’être à l’écoute de son corps, il faudrait peut-être soit-même essayer de comprendre ses propres fondamentaux, et avoir une hygiène de vie adéquate : je pense que c’est la seule vraie médecine valable. Mais si on ne veut pas écouter son corps parce qu’on est pas prêt à remettre en question sa notion du plaisir et de l’accomplissement, de ce qui est secondaire et de ce qui est vraiment important, alors on ne doit pas se plaindre d’une médecine allopathique basée sur le principe de réparer les dégâts à l’arme lourde sans se préoccuper des causes.

              Quelle que soit l’efficacité objective des produits homéopathiques, ces produits sont bien peu de chose comparés aux vertus de la prévention.

              Mais aucune industrie, que ce soit Glaxo ou Boiron, n’a intérêt à une véritable état d’esprit préventif : les deux ont intérêt à ce que les gens soient malades, car ce sont des commerçants, et que leurs clients sont les malades. POINT.

              • Abou Antoun Abou Antoun 28 février 2011 12:25

                J’applaudis (une fois encore) des deux mains à cette mise au point.
                Vous avez, Walid, un véritable esprit scientifique, ce qui se fait rare de nos jours et vous êtes de plus un humaniste (denrée encore plus rare).
                Je crois que l’agressivité du remède sera toujours en rapport avec l’agressivité de la maladie. Si vous contractez un cancer vous avez à mon avis plus de chances de vous en sortir avec une chimio et de la chirurgie qu’avec du perlin-pinpin, lequel pourrait faire effet dans le cas de quelque chose de plus bénin, spécialement si vous y croyez.
                Pour le reste « business is business » et les marchands tireront profit de vos convictions quelles qu’elles soient en matière de thérapeutique.


              • citoyen du monde citoyen du monde 28 février 2011 11:39

                - Tout comme chez les médecins généralistes, il y a des homéopathes incompétents.
                -L’effet placebo n’existe que si le patient a conscience de la prise du médicament : comment justifier l’efficacité de quelques granules homéopathiques diluées dans la gamelle de nos animaux de compagnie pour résorber un abscès purulent ?
                -La médecine comme toutes les sciences est en perpétuelle évolution : une théorie est considérée comme vraie jusqu’à démonstration du contraire. Nous ne sommes peut-être pas en mesure d’expliquer à ce jour la mémoire de l’eau en question.
                - Dans le budget de l’assurance maladie consacré aux médicaments homéopathiques, vous vous apercevez que c’est une toute petite goutte d’eau par rapport au reste des prescriptions médicamenteuses et, en tout cas si vous les enlevez, les patients prendront autre chose et ce seront des médicaments qui seront peut-être, eux, remboursés à 100 %, avec des interactions médicamenteuses possibles.


                • Labrique Baudouin Labrique Baudouin 1er mars 2011 12:32

                  Voici un élément qui abonde dans le sens qu’un médicament et quelqu’il soit n’est efficace que dans la mesure où le patient lui donne un tel pouvoir.

                  Je suis persuadé qu’aucun scientifique (matérialiste et rationaliste) ne se prêtera à l’expérience suivante :

                  On présente à un panel représentatif de patients atteints d’une maladie X dont les symptômes sont traités en médecine conventionnelle un médicament X à prendre ou un traitement X à suivre (dont les effets ont été validés selon des protocoles expérimentaux scientifiques par rapport à la maladie X).

                  On les divise en deux groupes (aléatoirement) identiques ; le discours tenu vis-à-vis des membres du premier groupe est de leur dire que les résultats obtenus par ce médicament/traitement sont exceptionnel d’efficacité et proche du 100 %.

                  Au second groupe on tient un discours diamétralement opposé : en fait on a fait croire que le médicament/traitement X étaient efficace mais les résultats ont été falsifiés par un « médicamenteur », émule de Reuben et qu’ils ne sont absolument pas efficaces. On veut simplement pouvoir confirmer une seconde fois dans les faits…

                  Je suis à peu près certain que pour les résultats sur les symptômes seront eux aussi diamétralement opposés ; cela prouverait une chose au moins, c’est que l’efficacité d’un médicament/traitement est comparable à l’effet placebo et donc que cela n’est tributaire que de la croyance qu’en ont les bénéficiaires. Cela confirmerait aussi le rôle immanquable du psychisme sur le corps.
                   

                  C’est d’ailleurs ce qui avait fait dire

                  1° au Dr Albert Schweitzer : « « Le vrai médecin est le médecin intérieur. La plupart des médecins ignorent cette science qui, pourtant, fonctionne si bien »
                   

                  2° au Pr Henri Laborit : « « La séparation entre l’esprit et le corps est sans doute un des concepts les plus difficiles à détruire, car fondé sur une apparente évidence » ; « (…) pour faire une infection ou une affection néoplasique [ndlr : cancer], il ne suffit pas d’un contact avec un microbe ou un virus ou un irritant local chroniquement subi. On a trop focalisé sur le microbe, le virus ou le toxique cancérogène et pas assez sur le sujet, sur son histoire passée et présente, ses rapports avec son environnement. Les toxiques eux-mêmes doivent sans doute présenter une toxicité variable suivant le contexte et le statut social de l’individu qu’ils atteignent. (...) »

                  (« L’inhibition de l’action » http://www.retrouversonnord.be/InhibitionActionLaborit.htm).

                  « Les soldats blessés vainqueurs guérissent plus vite que les vaincus » avait observé Ambroise Paré au XVIème siècle.


                • robin 28 février 2011 11:45
                  Les médecins homéopathes sont-ils des charlatans ?

                  Je ne sais pas si ce sont des charlatans, mais au moins leurs placebos ne tuent pas eux (cf...médiator et toutes les armes de guerre....eeuuuh pardon médicaments qu’on nous prescrit)

                  • peace06 28 février 2011 11:54

                    je suis soignée depuis 40 ans avec uniquement de l’homéophathie et de l’aromathérapie...idem pour mes enfants (qui sont presque adutes à présnt).. j’usqu’ici ... tout va bien !!!
                    sauf pour des patholgogies un peu plus sérieuses, c’est un bon moyen, qui ne coute presque rien !!!
                    A méditer messieurs les videurs des caisses de la sécu !!


                    • Labrique Baudouin Labrique Baudouin 28 février 2011 12:04

                      Voici ce que dit la loi en Belgique (en phase avec le contenu des codes des autres pays) :

                       

                      - l’Art. 34 § 1er, le Code belge, précise :

                       

                      « Tant pour poser un diagnostic que pour instaurer et poursuivre un traitement, le médecin s’engage à donner au patient des soins attentifs, consciencieux et conformes aux données actuelles et acquises de la science » (2).

                       

                      Pour éviter tout malentendu, un rapport parlementaire belge précise que : « [les] données actuelles de la connaissance [sont] telles qu’elles sont agréées par les autorités médicales  » (3) et donc, au premier chef, par l’Ordre des médecins.

                       

                      A cet égard, un médecin belge a tenté de justifier légalement sa pratique de la Biologie Totale en me renvoyant à l’Art. 36 du même code de déontologie : « le médecin jouit de la liberté diagnostique et thérapeutique ».

                       

                      Cependant, cette liberté ne peut évidemment pas s’exercer hors du cadre prévu dans l’Art. 34 cité. D’ailleurs, un article du bulletin du Conseil National de l’Ordre des médecins le confirme sans ambiguïté : « En cas d’intérêts opposés, l’Art. 36 reste subordonné à l’Art. 34 » (4).

                       

                      Je pense que ce médecin comme tous ceux intègrent « sous le manteau » des pratiques non reconnues par la science médicale se posant en (fausses) victimes, font manifestement fausse route, ils semblent croire ou faire croire que la voie la plus adéquate est de se « contenter » d’enfreindre la loi pour espérer ainsi qu’elle changera d’elle-même.

                       

                      Il aurait fallu que de tels défenseurs des approches non conventionnelles se mobilisent pour créer un groupe de pression qui aurait alors pu ouvrir concrètement la voie vers l’adaptation de la loi.

                       

                       ---------------

                       

                      1) Ce qui suit vaut également pour les praticiens de la GNM du Dr H. (supra p. 59) ; ce point est abordé ici, vu qu’ils sont plus nombreux à pratiquer la BT que la GNM.

                       

                      (2) Site de l’Ordre des médecins (http://ordomedic.uniweb.be/fr/code/chapitre/qualit%E9-des-soins ).

                       

                       (3) Chambre des Représentants de Belgique, rapport parlementaire sur les sectes (Session Ordinaire 1996-1997 du 28 avril 1997, N°313/8–95/96).

                       

                       (4) http://www.ordomedic.be/fr/avis/conseil/antibiothérapie.

                       


                      • Labrique Baudouin Labrique Baudouin 28 février 2011 16:48

                        P.S.

                        Je suis persuadé que si tous les médecins « alternatifs » s’étaient organisés en association, les choses auraient déjà pu changer : un énorme groupe de pression capable alors de mobiliser les parlementaires pour pouvoir modifier sous certaines conditions la loi.

                        C’est ce qui s’est passé en Suisse l’année passée : c’est le seul pays d’Europe à en avoir eu l’audace en dotant doté (le 17 mai 2010) sa constitution d’un nouvel article (118a) qui confère une valeur constitutionnelle aux « médecines complémentaires » :

                        « La Confédération et les cantons pourvoient, dans les limites de leurs compétences respectives, à la prise en compte des médecines complémentaires » (A une très large majorité (67 %) des votants ;

                        http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=255  et http://www.admin.ch/ch/f/ff/2008/7469.pdf ). .

                         


                      • kiouty 28 février 2011 12:06

                        Comme pour la religion, ça ne sert à rien de discuter : pour tout ce qui concerne l’homéopathie, jusqu’à preuve du contraire (et ça ne sera jamais le cas, puisque les homéopathes le refuse), c’est la CROYANCE qui dicte son opinion.

                        A partir de là, soit on y croit et ce n’est pas de la charlatanerie, soit on n’y croit pas et c’est de la charlatanerie.

                        Le débat s’arrête là, et c’est tout.

                        Maintenant : en ce qui oncerne mon avis sont tout le monde se fout. je suis allé voir un homéopathe pour une banale constipation. Six ou sept séances à 80 euros, des mesures prises avec un baton de cuivre et un voltmetre des discussions et des massages sans fin, des pilules et bien entendu, des tonnes d’achats de gélules et autres essences de pépins de pamplemousse onéreuses et ça n’avait RIEN changé.

                        Une visite chez le gastro-entérologue pour 33 euros remboursés par secu et mutuelle, un achat de laxatif à 3.50 euros, et pouf, c’était réglé.

                        Je n’en tire pas de conclusion générale, mais juste pour moi-même : la médecine conventionnelle, c’est pas toujours génial, peut-être (même si on a trop tendance à oublier, de la part des homéopathes et autres naturopathes, les bénéfices en termes de santé publique depuis un siècle), mais l’homéopathie, par contre, c’est de la fumisterie totale.


                        • JL JL 28 février 2011 12:14

                          Kiouty, vous êtes un clone de Zemmour ?

                          Non, sérieusement, vous êtes allé voir un charlatan, un vrai qui se dit peut-être homéopathe.
                           aussi,
                          Mais qui va voir un homéopathe pour une banale constipation ?


                        • Annie 28 février 2011 15:25

                          D’autant plus que si ça se trouve, le laxatif était déjà en vente libre, sans ordonnance.


                        • JL JL 28 février 2011 18:39

                          Sans compter qu’avec du bon sens dans le choix de son alimentation, ce problème est vite résolu.

                          J’ai connu un vieux médecin qui paniquait dès qu’il restait trois jours sans aller à la selle. Son épouse l’avait fait hospitaliser dans un service psychiatrique. Je suppose qu’il ne faisait pas confiance aux talents en diététique de sa moitié !

                           smiley


                        • Abou Antoun Abou Antoun 1er mars 2011 01:09

                          Une visite chez le gastro-entérologue pour 33 euros remboursés par secu et mutuelle, un achat de laxatif à 3.50 euros, et pouf, c’était réglé.
                          Euh, moi j’aurais procédé en sens inverse au cas où les dragées fucca à 3.5 € fonctionne j’aurais fait économiser 33 € à la sécu.
                          De plus je peux vous donner des recettes de laxatifs ’home-made’ dont le coût est plus prêt de 0.35 que de 3.5 €.
                          Enfin, ce que j’en retiens c’est que les homéopathes, y font pas ch...


                        • Traroth Traroth 28 février 2011 12:15
                          L’homéopathie ne repose sur rien d’autre que la foi et la coutume, et en tout cas par sur des données scientifiques vérifiables. Donc, quand vous demandez « Fait-elle des prières ? Se sert-elle du pendule ? », on peut répondre « Non, elle prescrit des poudres de perlin-pinpin ! ». Quand, ensuite, vous parlez de « libre choix thérapeutique », la contradiction est flagrante, puisque cela peut s’appliquer tout aussi bien aux prières et au pendule évoqués plus haut !

                          La seule manière de défendre l’homéopathie, c’est de donner les références d’une étude clinique qui prouverait que l’homéopathie a une efficacité supérieur aux placebos. Bien évidemment, on cherchera de telles références en pure perte dans cet article !

                          • facri 28 février 2011 12:23

                            Et les références des études cliniques pour le mediator ?


                          • dom y loulou dom y loulou 28 février 2011 13:00

                            Nous vivons à l’ère atomique depuis longtemps maintenant

                            et vos doctorats ne vous dispensent pas de continuer à apprendre

                            à l’ère atomique il n’y a rien de plus facile à comprendre qu’une seule goutte d’une substance X change toute la structure atomique d’un verre d’eau

                            et c’est très effectif IDIOT

                            vous auriez dû voir mon loulou se jetter sur les petites billes d’arnika et le voir être soulagé de ses douleurs durat plusieurs heures

                            CHARLATANS !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès