Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Les vaccins anti-grippe sont de moins en moins efficaces

Les vaccins anti-grippe sont de moins en moins efficaces

Un vrai pavé dans la mare vient d’être lancé par le Dr Tom Jefferson (Cochrane Vaccine field, Rome) : l’efficacité des vaccins antigrippe est très limitée. Lui et son équipe ont effectué une revue systématique de quarante années de recherche dans ce domaine, étudié 64 études internationales, représentant 96 "saisons" de grippe et comptabilisant 2,5 millions d’observations. La sanction est sans appel : quelle que soit la population étudiée, les critères cliniques pris en compte, les organisations sanitaires, les vaccins sont peu efficaces chez les personnes âgées. Toutes études confondues, et malgré l’hétérogénéité des essais, l’efficacité globale des vaccins sur les maladies grippales n’est que de 23 % lorsque le vaccin correspond bien au virus grippal en circulation. Lorsque le vaccin rencontre un autre virus grippal que celui contre lequel il est censé lutter, la protection des sujets vaccinés n’est pas différente de celle des sujets non vaccinés (le placebo ferait mieux). Chez les personnes âgées vivant parmi les autres citoyens, les vaccins sont inefficaces contre les syndromes grippaux, la grippe, les pneumopathies ; ils ne diminuent en rien le nombre d’hospitalisations, ni la mortalité.

Alors que la mobilisation contre une éventuelle pandémie de grippe aviaire passée à l’homme continue à prendre de l’ampleur, l’hebdomadaire médical britannique The Lancet vient de publier deux études qualifiées "d’alarmantes" par leurs auteurs sur l’efficacité des médicaments et vaccins censés lutter contre la grippe. Celle qui est réalisée par Rick Bright (Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta), montre que les antiviraux antigrippe classiques (amantadine et ritamantadine) utilisés depuis trente ans pour soigner et prévenir la grippe sont de moins en moins efficaces. Rappelons que les produits antiviraux sont l’un des seuls moyens de lutte contre une potentielle épidémie humaine de grippe aviaire, en l’absence de vaccins opérationnels. Ces médicaments agissent en bloquant la fusion des nouvelles particules virales avec les cellules qu’elles infectent. Piégées, elles ne peuvent sortir et infecter d’autres organismes. Les virologues savent, depuis belle lurette, que l’exposition des virus à ces drogues provoque la sélection de mutants viraux génétiquement résistants, qui peuvent ensuite se transmettre d’un homme à l’autre sans perdre leur pouvoir pathogène. Cette résistance "infectieuse" se propage surtout dans les maisons médicalisées, les services pédiatriques, les maisons familiales.

Depuis 1991, les centres collaborateurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveillent en routine la sensibilité des virus. La dernière grande étude de la résistance aux antiviraux date d’une dizaine d’années. Entre-temps, les virus H5N1 isolés d’oiseaux et d’humains infectés en Asie du Sud-Est depuis 2003 se sont révélés contenir une mutation génétique qui leur confère une résistance double à l’amantadine et à la ritamantadine. Les chercheurs du CDC à Atlanta ont cherché parmi un total de 6524 virus A humains (H3N2) lesquels étaient porteurs des mutations génétiques connues pour conférer cette résistance. 392 de ces virus H3N2 (soit 6 %) sont bien des mutants résistants. Plus de quatre cinquièmes de ces virus résistants ont été isolés après l’épidémie de 2003, provenant en majorité de pays asiatiques. Des 636 virus résistants identifiés aux USA entre octobre 2004 et mars 2005, 92 (soit 15 %) comportaient la mutation la plus fréquente.

Dans le monde, le nombre de virus résistants n’était que de 0,4 % entre 1994 et 1995, et il n’a cessé de croître pour atteindre 12,3 % entre 2003 et 2004. Cette résistance a commencé à augmenter en l’an 2000 en Chine, avec un pic de résistance entre 2002 et 2003 (74 % de résistance). Taïwan (23 %), Hongkong (70 %) et la Corée du sud (15 %) ont suivi. Aux Etats-Unis la résistance a atteint 15 % pour les six premiers mois de 2005, et onze autres pays, dont la France, ont isolé des virus résistants.

Quant au Tamiflu du laboratoire Roche, d’après David Reddy (responsable du groupe de surveillance de la pandémie), sa cible est une autre enzyme du virus qui serait "moins susceptible de mutations" selon lui. "Si le virus devient résistant au Tamiflu, il doit payer un prix, il se reproduit moins bien et se transmet moins". Néanmoins, jusqu’à 30 % des patients guéris qui ont pris de l’amantadine ou de la ritamantadine pour une grippe, excrètent des virus résistants à ces drogues. Ces cas de figure inquiétants pourraient se reproduire avec les nouveaux antiviraux. Pas étonnant que le laboratoire Roche participe ainsi à un réseau de surveillance international qui guette en permanence l’émergence de résistance au Tamiflu ou au Relenza (antigrippe de GlaxoSmithKline). On ne sait jamais...

En attendant, des infirmières hospitalières et des hôtesses de l’air se ruent sur les huiles essentielles. Les labos d’huiles essentielles remontent vertigineusement à la Bourse...


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Georgia (---.---.67.130) 2 janvier 2006 19:52

    Votre article est passionnant et j’espère pour vous et pour nous tous en définitive que ce genre d’informations pourra casser un peu la brèche que des années d’endoctrinement pseudo scientifique ont érigé dans nos cervelles de manipulés, friandes de religion médicale ou autres et prêtes à croire, sans méfiance aucune - comme c’est bizarre ! - aux miracles mis en marché tous les jours par la puissance pharmaco-médicale.

    A quand le vaccin contre la mort ? Bonjour l’immortalité entièrement conçue et réalisée par le cerveau humain, cette enflure prétentieuse qui prétend d’ores et déjà mettre le vivant aux pas ! Au pas camarade, au pas camarade, au pas, au pas au pas !

    Même les virus sont morts de rire et n’en déplaisent à ces pseudo savants, pseudo car d’où émane réellement la connaissance de la vie ? La participation humble mais néanmoins émerveillée à la splendeur du vivant...

    Nous n’avons même pas envie d’apprendre des plus petits, nos amis les virus et bactéries combien notre prétention à vouloir les dominer est stérile. L’impuissance est en marche, bonne route !

    A quand la naissance d’un cerveau vraiment intelligent capable d’apprendre à collaborer avec les petits hôtes afin de nous préserver en bonne santé, mentale, pour commencer, c’est à dire en participation et collaboration avec tous les acteurs du vivant à tous les niveaux et à toutes les échelles de la vie UNE.


    • battitte 30 septembre 2007 11:12

      cette campagne annuelle pour la vaccination antigrippe est proprement scandaleuse et est évidemment financée par le lobby pharmaceutique industriel, et on ose encore nous parler de déficit de la sécu... et qui plus est on va instaurer une franchise médicale supplémentaire... Personnellement alors que je viens de faire mes 7O ans j’ai toujours refusé de me faire vacciner... mon vaccin depiuis des années (prescrit par mon homéopathe) est lesuivant : toutes les semaines je prens alternativement :influenzinum 30 CH et la semaine suivan Serum de Yersin 9 CH (six granules de chaque...) ça coûte3 fois rien et en plus c’est remboursé... ET CA MARCHE !!! Ce traitement doit se faire entre Octobre et Mars

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès