Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Mercure en bouche...

Mercure en bouche...

Amalgames dentaires et mercure : une bombe à retardement ?

La toxicité du mercure est connue depuis longtemps. Il a fallu attendre 1950 pour mettre en évidence les méfaits du mercure sur les populations de la baie de Minamata au Japon. En 1932 une usine d’engrais chimiques s’installe sur les lieux. L’entreprise Shizo donne du travail à beaucoup, les pêcheurs continuent leur travail en totale ignorance des rejets, les populations continuent à consommer le poisson, abondant en ces lieux. Mais on observera assez vite des phénomènes inquiétants, des symptômes étranges : tremblements, problèmes de coordination, troubles sensoriels et cognitifs, fatigues, douleurs, naissances avec anomalies chromosomiques ou malformation. . . Les symptômes de l’hydrargyrisme mettront une vingtaine d’années à se déclarer. Shizo met en évidence le rôle du mercure (méthylmercure) mais garde le silence sur les expériences menées.

C’est seulement en 1959 que des médecins japonais mettent le doigt sur le responsable : 27 tonnes de produits dérivés du mercure et toute la chaîne alimentaire s’est trouvée contaminée, du plancton aux humains, dernier élément de la chaîne alimentaire. Les rejets toxiques cessent seulement en 1968, sous la pression des pêcheurs et des écologistes.

Des problèmes assez semblables ont eu lieu en Guyane avec l’orpaillage, qui a abouti à la contamination de nombreux Amérindiens de Guyane

Des experts du monde entier réunis à Madison en 2006 ont conclu que « cinquante millions de personnes dans le monde sont aujourd’hui gravement contaminées par le mercure »

Qu’en est-il des amalgames dentaires et du mercure qu’ils contiennent ?

La question est très vaste et nécessiterait un livre entier. J’espère que cet article déclenchera le désir de pousser plus loin l’investigation, car rares ceux d’entre nous qui ne sont pas concernés

Leur principe est contesté dès le début. Le corps médical spécialisé en médecine dentaire connaît depuis longtemps les risques de ces produits.

En 1920 déjà, Alfred Stock met en évidence leur nocivité à travers plusieurs études et relève de nombreux symptômes chez les porteurs de plombage au mercure : fibromyalgie, sclérose en plaque, nervosité, développement de maladies auto-immunes etc. . . Selon lui, le mercure, s’échappant des restaurations métalliques, intoxiquerait l’organisme et l’affaiblirait. Loebich en 1955, Rheinwald vont dans le même sens. A partir de 1960, Reis, Raue mettent en évidence la présence de mercure dans le cerveau des porteurs de plombage. En 1972, Störtebecker, Gasser, Mayer, Rebel corroborent ces résultats.

Au début des années 1990, le produit est à nouveau très contesté.

Dans le Nouvel Observateur de nov 97, Fabien Gruhier dénonce aussi la nocivité du mercure contenu dans les amalgames

En juin 97, l’association AKUT (luxembourgeoise) dénonce les lobbies qui bloquent l’information sur ce sujet sensible et alerte les responsables sanitaires et politiques.

Au Japon, en Russie et en Norvège, on ne met plus de mercure en bouche depuis une dizaine d’années. L’Australie, le Danemark remettent ce système en question. En Allemagne, plus d’un millier de patients poursuivent en justice le fabriquant d’amalgames Degussa et obtiennent gain de cause. Certains praticiens émettent l’hypothèse que le mercure pourrait être un des facteurs du développement de la maladie d’Alzheimer.

Malgré ces mises en garde, on continue à produire et à poser de tels amalgames. Les fabricants y trouvent leur compte : ils sont bon marché et sont faciles à poser. L’Association dentaire de France dédramatise : « pas de drame avec l’amalgame », mais en 1998 un décret impose la récupération des déchets d’amalgames dans tous les cabinets dentaires pour « éviter le rejet de mercure polluant et toxique dans la nature »

Les autorités sanitaires françaises déclarent que la nocivité de l’amalgame pour la santé n’est pas prouvée

Y aurait-il donc un silence entretenu sur la question, un refus de savoir, un déni de réalité ? Malgré le combat pour l’information menée par certaines associations

« . . . Alerté par cette controverse sur la nocivité de ces amalgames », le sénateur Claude Huriet a déposé une question écrite à l’intention du secrétaire d’Etat chargé de la Santé, pour lui demander s’il « envisage de faire procéder à un examen de cette question par des experts qualifiés et indépendants ». Que faire en attendant, si l’on a des plombages comme l’immense majorité des Français ? Ou si l’on risque d’en avoir besoin bientôt ? La principale alternative au mercure, ce sont les nouvelles résines composites, un peu plus coûteuses (et aussi un peu moins durables), que l’on a le droit d’exiger. Même si les praticiens n’aiment pas trop, dans la mesure où la pose en est plus longue et délicate. Tandis que, « avec l’amalgame, même un mauvais dentiste peut facilement obturer une carie », observe un spécialiste. Reste que de l’avis général il ne faut pas céder à la panique. Ni surtout courir pour faire enlever tous ses vieux plombs. En effet, le remède serait pis que le mal : la dépose précipitée des amalgames, effectuée sans les infinies précautions requises, est source de pollution pour tout le monde le patient, mais aussi le dentiste et l’environnement. Car en France c’est l’une des hontes de ce pays rien n’oblige le dentiste à récupérer le mercure extrait : après en avoir inhalé une bonne dose, le patient « déplombé » est simplement invité à cracher le reste dans l’évier. (Fabien Gruhier)

Un vrai débat contradictoire sans tabou pourra-t-il avoir lieu un jour en France, ou, comme pour le problème de l’amiante, faudra-t-il attendre le développement accéléré de pathologies nouvelles pour commencer à y réfléchir et à prendre des mesures adéquates contre certains intérêts en place ?

 

http://atctoxicologie. free. fr/

http://www. holodent. com/article-23043174. html

http://www. bernardmontain. net/pathologies/amalgames, dentaires. html

http://www. innovationsante. com/docs/Dangers_du_mercure_dentaire. pdf


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Hermes Hermes 20 novembre 2008 13:52

    Zen très bon article, bien résumé de la situation.

    Je rajouterais deux choses, les plombages synthétiques sont plus chers et tout le monde ne peut y avoir acces surtout qu’ils se perimes vites, j’en ai fait l’expérience.

    Par contre je dirais que ce qui permet d’éviter le mieux actuellement les plombages, c’est une visite annuelle chez le dentiste, une bonne higiene bucale et alimentaire. Bien sur cela ne marche pas à tout les coups


    • Hermes Hermes 20 novembre 2008 13:58

      Voir http://www.destinationsante.com/Des-plombages-presque-denues-de-risque.html

      Ne connaissant pas l’histoire du plombage, je crois me souvenir que les plombages modernes au mercures justement sont beaucoup dengereux que les anciennes version, disons un plombage plus stable.

      Ya t’il un dentiste dans la salle ??


    • Hermes Hermes 20 novembre 2008 13:59

      ON RECOMMENCE

      Ne connaissant pas bienl’histoire du plombage, je crois me souvenir que les plombages modernes au mercures justement sont beaucoup moins dangereux que les anciennes version, disons un plombage plus stable.


    • ZEN ZEN 20 novembre 2008 14:14

      @Hermes
      D’accord avec ves recommandations de bon sens
      Mais le problème déborde la simple hygiène
      Il y a un problème de diffusion lente avec le temps sous l’effet de divers facteurs

      Quelles recherches a-t-on entrepris pour trouver des produits de substitution depuis que l’on connaît la nocivité
      du mercure ?
      Le coût en dépendrait
      Il faut choisir. La santé ou le coût, qui pourrait baisser . D’autres pays, dont la Norvège, ont pris des décisions radicales.
      Il y a assez d’incices convergents et d’études approfondies qui montrent qu ’il est urgent de sortir des non-dits et de l’omerta , de faire le point au grand jour et de prendre des décisions , sans qu’il soit possible, bien sûr de retirer les amalgames traditionels, ce qui serait lourd , couteux et risqué , comme je l’indique.


    • ZEN ZEN 20 novembre 2008 14:18

      Hermes

      Attention à la langue de bois officielle !

      En février 2005, l’Afssaps a mis en place un réseau national composé de médecins et de chirurgiens-dentistes. Le réseau est chargé d’assurer le suivi des personnes souffrant de troubles qu’elles estiment liés à la présence d’amalgames dentaires. Dans ce cas, ces personnes doivent consulter leur médecin traitant ou leur chirurgien-dentiste. A la suite d’un examen clinique, il pourra les orienter vers un médecin et un chirurgien-dentiste affiliés au réseau multidisciplinaire. Ces professionnels réaliseront des examens toxicologiques et dentaires approfondis. Les patients seront informés des résultats de ces examens au cours d’une consultation qui précisera si les symptômes sont liés à la présence des amalgames dentaires en bouche.
      Une synthèse anonyme du dossier sera transmise à l’Afssaps, chargée de recueillir les informations standardisées qui feront l’objet d’une évaluation périodique.
      A ce jour, le dispositif de surveillance mis en place n’a pas identifié de lien entre les symptômes présentés et la présence d’amalgame en bouche."

      Le rapport de l’AFSSAPS est dans l’article ainsi que des éléments critiques


    • Hermes Hermes 20 novembre 2008 14:22

      regardez le dernier lien, l"affsa dit qu’actuellement pour les grandes caries, on ne peut faire qu’avec du plombage, c’est ce qui est le plus sur car le plus solide et pour les autres par les synthétiques.

      Donc en résumer si bon suivi chez le dentiste on detecte les caris sufisament tot pour n’utiliser que les synthétiques et dans de rares exceptions le plombage. Mais bon actuellement quiva voir annuellment son dentiste et a une bonne hygienne de vie. Pas beaucoup de monde. Mais je pense qu’il soit possible qu’il faut admettre que certains praticiens font trop du plombage, mais pour la proportion je ne saurais dire


    • Hermes Hermes 20 novembre 2008 14:28

      Mais je concoit volontier la mefiance quand nous avons des cas commele tabes, l’amiante, le nuage nucléaire


    • maxim maxim 20 novembre 2008 14:53

      je suis persuadé que sur Avox ,il y a des gens qui subissent les méfaits du plombage au mercure ,et dont le cerveau est déjà atteint de façon irrécupérable ...

      j’ai des noms mais je vous laisse deviner !


      • maxim maxim 20 novembre 2008 16:54

        bonsoir Furtif ....

        je parie que nous avons la même liste de noms !


      • LE CHAT LE CHAT 20 novembre 2008 14:56

        avec l’augmentation du pouvoir d’achat promise par notre président bien aimé , tout le monde pourra avoir ce joli sourire !
        http://img169.imageshack.us/img169/426/59552923dm1.jpg

        et ceux qui ont une haleine de chiotte , la sécu y pourvoiera !

        http://www.djherby.com/images/herby%20+%20wc%20borstel.jpg


        • ZEN ZEN 20 novembre 2008 17:42

          Maxim , Le Chat et Furtif

          Arrétez de plomber mon article !... smiley


        • ZEN ZEN 20 novembre 2008 17:40

          @ Le Furtif

          Les recherches en cours pourraient nous réserver des surprises..
          Si tu ouvres tous les documents joints , tu constateras le retard bien français en ce domaine
          Comme pour le dossier de l’amiante , tiens...
          Comment expliquer que certains pays , la Norvège en particulier , ont complétement banni ces types d’amalgame et que d’autres se préparent à faire de même...

          J’ai lu qu’il était fort probable que des prédispositions génético-hormonales pouvaient constituer un terrain favorable pour l’apparition des troubles décrits . On n’a rarement vu un tel développement de "maladies émergentes" (auto-immunes notamment)
          Le cerveau et les reins sont les organes les plus exposés
          La nourriture , c’est autre chose..

          Pour ce qui est des dentistes, certains sont conscients du problème (un lien y amène), d’autres ne prennent même pas les précautions nécessaires pour l’élimination pourtant sévèrement prescrites des particules d’amalgames, la majorité font confiance au rapport officiel de l’Afsstaps.
           Si tu l’as lu , tout va bien en France...


          • docdory docdory 21 novembre 2008 00:34

             Bonjour Zen .
            Comme tu m’as demandé mon opinion sur ce problème sur un autre fil , j’ai passé trois bons quarts d’heure à lire l’intégralité du rapport de l’AFFSAPS concernant les amalgames dentaires , problème qui n’avait pas retenu mon attention jusqu’ici .
            Ce rapport est d’une très grande rigueur intellectuelle , ce qui n’est pas toujours le cas dans le domaine . Il expose parfaitement la très grande difficulté qu’il y a à prouver quoi que ce soit dans le domaine .Le protocole d’étude qu’ils exposent dans la dernière partie du rapport est absolument irréprochable sur le plan méthodologique . A la lecture de cet excellent rapport , je partage entièrement les conclusions ( forcément provisoires ) particulièrement étayées de l’AFFSAPS ,qui me paraissent marquées du sceau de la rigueur scientifique la plus exigeante .
            Une chose me paraît certaine : si problème de santé publique il y a , ce qui est loin d’être démontré c’est un problème parfaitement marginal si l’on se réfère à la toxicité d’autres substances telles que le tabac , l’alcool ,les médicaments ( ce qu’on appelle la iatrogénie ) , la pollution , voire les pesticides .
            Le seul problème qui semble réellement documenté est celui des lichens plans buccaux en regard des amalgames chez les personnes présentant une sensibilisation d’ordre immuno-allergique au mercure . 

            Bref , les porteurs de plombages peuvent , sauf grosse surprise résultant de nouvelles études , dormir tranquille !


            • brieli67 21 novembre 2008 07:57

              cherchez vos infos là-dedans. z’avez tant de temps ....

              Commençons par l’eau en bouteille Danone complète ses eaux en Fluor
              http://www.bottledwater.org/&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;
              à vous de compléter et cherchez où le bât blesse
              à l’instar des effets du tabagisme chez http://www.imperial-tobacco.com/
              qui a racheté ALSATIS comprenant notre Seita

              Contre le fluor qui prévient très bien les caries dentaires
              http://www.actualites-news-environnement.com/20070406-citoyen-fluoration-eau.php
              au point que les dentistes des pays scandinaves n’ont plus de boulot et travaillent en Allemagne
              et dans les Pays de l’Est.
              Ce que ne disent pas les docteurs et ni surtout les dentistes :
              Le fluor des dentifrices ne sert à rien.
              Prise orale quotidienne jusqu’à l’âge de 14 ans.

              Les amalgames revue récente et officielle WHO et FDA
              http://en.wikipedia.org/wiki/Dental_amalgam_controversy
              rien à mettre sous la dent en plus aux states deux facteurs aggravants
              boissons sucrées et acides et chewing_gum

              ce sont DES HOAX PUB DE BOITES TOUT Céramique !!
              comme http://www.cereconline.com/ecomaXL/index.php?site=Cerec_PatientInfo


              Question à l’ Historien - Expert  de Poitiers et de Navarre ?
              Why sur aucun portrait des grandes huiles toutes et tous sont tristes et ne sourient jamais ?
              Un "ouistiti " aurait montré la misère de leur râtelier.






              • ZEN ZEN 21 novembre 2008 08:11

                @ Doc

                Grand merci d’avoir passé autant de ton temps précieux sur ce dossier épineux

                Je fais confiance à ton jugement sur ce sujet

                Si j’ai abordé ce problème, qui ne m’était pas familier, c’est parce qu’une personne qui m’est chère souffre d’une maladie auto-immune depuis quelques années (Gougerot) , dont tu connais sans doute les symptômes. Nous cherchons à comprendre les causes, sur l’interprétation desquelles les médecins consultés divergent, et une hyptothèse possible nous a semblé être celle du mercure, après moult lectures

                J’ai donc lancé une bouteille à la mer...Merci de l’avoir attrapé au vol

                Que l’ abandon des amalgames au mercure soit déjà un fait ou un projet en Russie, et dans certains pays nordiques et germaniques ,et je crois aussi aux USA ,me fait penser que le rapport de l’AFFSAPS est passé à côté de quelque chose...

                Merci encore et bonne journée !
                Cordialement .ZEN


                 


                • docdory docdory 21 novembre 2008 09:19

                   @ Zen

                  Gougerot a , à ma connaissance , décrit au moins deux maladies :
                   - Le trisyndrôme de Gougerot , qui est une vascularite leucocytoclasique qui se traduit par éruption purpurique , oedèmes et douleurs des membres inférieurs ,

                  - le syndrôme de Gougerot Sjögren qui se traduit par une sécheresse buccale et oculaire , pouvant dans certains cas associée à des manifestations rhumatologiques ou systémiques , dans le cadre de ce qu’on appelle " les collagénoses " .

                  Ces deux syndrômes ont pour origine un dérèglement immunitaire , dont la cause est inconnue . Je n’ai jamais entendu parler d’un rôle éventuel du mercure .


                • docdory docdory 21 novembre 2008 09:36

                   @ Zen

                  Je ne pense pas que le rapport de l’AFFSAPS soit passé à côté de quelque chose . Il passe au crible de façon extrêmement approfondie les arguments des 2 thèses en présence , et émet un certain nombre de conclusions
                  correspondant à l’état actuel de la science , et au principe de précaution ( ne pas poser ou enlever un amalgame chez une femme enceinte ). 
                  Les dentistes utilisant de plus en plus les composites ( qui , à vrai dire , selon une expérience personnelle ancienne sembleraient durer moins longtemps sont moins confortables en bouche que les amalgames ) , le problème des amalgames disparaîtra de lui même . L’on verra alors si la fréquence de certaines maladies diminue ( personnellement , j’en doute , au vu du rapport de l’AFFSAPS )


                • claude claude 21 novembre 2008 13:32

                  bien cher zen,

                  bonjour tout le monde,

                  merci une fois encore pour votre article bien documenté, ainsi que pour les précisions apportées par le doc.

                  cependant,, permettez-moi d’y mettre ma petite touche : il n’a pas été démontré de relation entre la présence d’amalgammes dentaires et le déclenchement de la fibromyalgie.

                  avec l’explosion du net, de nombreuses théories, plus farfelues les unes que les autrres, dénuées de tout fondements scientifiques, fleurissent. comme elles sont affirmées avec force, et que mr tout-le-monde ne possède pas les éléments nécessaires pour séparer le grain de l’ivraie, ces théories, souvent alarmistes, sont déformées et grossies pour devenir des vérités à qui l’on a du mal à tordre le cou !

                  en fait, à l’heure actuelle, on ne sait pas pourquoi ni comment se déclenche une fibromyalgie : les causes sont nombreuses et variées. en 2007, l’académie de médecine a remis un rapport sur cette pathologie .

                  le dr pello, a émis l’hypothèse d’un empoisonnement aux pesticides.

                  de plus en plus de communications sont faites sur ce syndrome, notamment par les société savantes de rhumatologie ou du traitement de la douleur.

                  www.cenaf.org/

                  bonne journée smiley


                • ZEN ZEN 21 novembre 2008 13:55

                  Bonjour, chère Claude

                  Bien longtemps qu’on ne vous voit plus en ces lieux..

                  Merci pour toutes ces pièces nouvelles au dossier
                  En fait , la fibromyalgie est seulement un des symptômes de la personne proche dont je parle. Il y a en d’autres : desséchement des muqueuses (notamment : yeux) . Diagnostic pour l’instant : syndrome de Gougerot
                  Après avoir beaucoup lu, de manière critique, ce qui me chiffonne , c’est le fait que je signalais à Doc :

                  "Que l’ abandon des amalgames au mercure soit déjà un fait ou un projet en Russie, et dans certains pays nordiques et germaniques ,et je crois aussi aux USA ,me fait penser que le rapport de l’AFFSAPS est passé à côté de quelque chose..."
                  Il y aurait donc plus que des soupçons, d’autant plus que les dentistes sont soumis à des règles draconiennes en ce qui concerne la récupération des résidus d’amalgame , même si beaucoup ne les suivent pas à la lettre..
                  Donc , on reconnaît les risques, mais on ne va pas jusqu’au bout de la logique du principe de précaution, qui devrait s’imposer ici.

                  Si tu touves de nouvelles pistes, merci de me les communiquer
                  Bonne journée !
                  Bien cordialement. ZEN


                • claude claude 22 novembre 2008 22:16

                  merci pour vos posts si sympas.

                  mais point de play-station...

                  je souffre de fibromyalgie sévère depuis 1992 qui fut déclenchée par une maladie de lyme. et ces derniers temps, je suis plus à "la fête " qu’à mon tour.

                  de plus, j’ai perdu une amie, une soeur, ma belle soeur qui nous a quittés après 18 mois de magnifiques combats contre une igniminie nommée cancer du pancréas. pourtant nous y avions cru et lutté main dans la main ... mais dans cette configuration, on est "over game" dans 95% des cas...

                  zen,

                  je fais partie du staff d’une asso en alsace, je te tiendrai au courant... tu as mon mail... smiley

                  bonne soirée à tous


                • claude claude 22 novembre 2008 22:42

                  concernant les amalgammes,

                  il y a pas mal de progrès qui ont été faits ces dernières années. et la formule des "plmobages" a beaucoup évolué, ne serait-ce que pour les dentistes et leurs assistants exposés aux vapeurs de mercure.

                  d’après les praticiens à qui j’ai demandé leur avis, ils ont souligné le fait du risque de contamination bactérienne, donc d’infections, lors d’un éventuel remplacement de plombage déjà installé depuis des années. autrefois, le mercure était utilisé pour ses vertus antisseptiques satbles.

                  en revanche, pour les nouveaux soins, les formules sont beaucoup moins "toxiques".

                  en tant que "simple patiente", j’ai tendance à faire confiance aux médecins à qui je confie ma santé, car la connaissance scientifique est en perpétuelle évolution, et pour la grande majorité d’entre eux, ils font leur boulot du mieux qu’ils peuvent avec les moyens qu’ils ont et le savoir qu’ils possèdent.

                  pour le syndrome de Gougerot (qui est d’ailleurs fréquemment associé à celui de la fibromyalgie)

                  voir : bon courage smiley
                  la lumière est toujours au bout du tunnel...







                • ZEN ZEN 22 novembre 2008 23:25

                  Merci Claude
                  Non, je n’ai pas ton adresse
                  Tu peux toujours me toucher sur mon blog (marcelthiriet@blogspot.com/ )


                • brieli67 21 novembre 2008 09:40

                  des "dry eye, dry mouth"-Disease.

                  http://www.haarlem-oil.com/

                  la véritable huile de Haarlem avec de la térébenthine des Vosges

                  - ah la bonne Terpine Gonnon des lendemains de cuite...
                  DONC EN VENTE LIBRE... existe aussi en comprimés très utilisés en milieu psy
                  pour contrer des effets secondaires de certaines thérapeutiques,
                  ça marche bien si on boit beaucoup.
                  les gélules à huile donnent de drôles de renvois (sic)
                  substance active de l’anis étoilé soufré en fait et pas effet retsina.

                  Petite réflexion mononeuronale
                  pour anticiper la préoccupation furtivienne : pas d’chance : c ksa râpe de partout. 

                  C’est pas une maladie le Gougerot-Sjögren mais un syndrome (à différencier de symptôme) de maladies auto-immunes / auto cannibales/ lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde, thyroïdite,
                  où de nets progrès de prise en charge thérapeutiques sont à noter ces dernières 15 années ;

                  à voir
                  http://en.wikipedia.org/wiki/Sj%C3%B6gren%27s_syndrome
                  pour les prises en charge plus modernes tel une bonne corticothérapie des dérivés de la Nivaquine et certains anti-cancéreux à doses filées.

                  Canevas que Dr Doctory pourra contredire et complèter
                  ne suis qu un humble toxico-pharmacologue parfois mononeuronal toujours.


                  • ZEN ZEN 21 novembre 2008 10:26

                    Cher voisin alsacien 67

                    Merci pour ces données
                    Je connaissais tous ces symptômes, qui n’apparaissent pas tous et qui se manifestent selon des degrés de gravité variés
                    Pour la térébenthine des Vosges, je vais essayer à Noël...
                    Vosgien d’origine , ça va marcher doublement !


                  • JL JL 21 novembre 2008 09:45

                    Je pense qu’il y a là un vrai problème de santé, cet article bien documenté le prouve clairement, mais les pouvoirs publiques pratiquent la fuite en avant : plus les sources de pollution seront nombreuses plus les pollueurs seront assurés de l’impunité.


                    • Francky 3 décembre 2008 12:00

                      Intéressant, mais encore une fois s’il y a risque, il est sans doute faible.

                      J’ai pleins d’amalgames dans la bouches et je suis en parfaite santé ;)

                      J’ai survolé le rapport de l’affsa, j’ai noté que cela reste en dessous des taux à risques et que c’est plus performant que les oslutions alternatives.

                      C’est toujours pareil, il faut juger entre le risque et l’intérêt.

                      Pour ceux qui souhaite lire la conclusion :

                      Les amalgames dentaires, à base de mercure et d’argent, constituent des matériaux d’obturation utilisés pour le traitement des lésions carieuses des prémolaires et molaires depuis plus de 150 ans. Il s’agit de dispositifs médicaux de classe IIa dont l’efficacité thérapeutique, et en particulier l’action bactériostatique, est reconnue. Dans certaines indications, et en considérant leur rapport coût/bénéfice, ces matériaux restent actuellement irremplaçables notamment pour les populations où le risque carieux est important, y compris les enfants, pour les lésions de moyenne et grande étendue, et pour les restaurations sous-gingivales.

                      Les amalgames ont fait l’objet de nombreux travaux, notamment pour évaluer leur toxicité car ils sont accusés périodiquement d’être à l’origine de divers troubles.

                      Ils libèrent de faibles quantités de mercure, sous différentes formes physico-chimiques, qui sont partiellement absorbées par l’organisme. La dose quotidienne absorbée est généralement inférieure à 5 µg. L’apport de mercure lié à l’amalgame dans la cavité buccale est insuffisant pour produire les effets pathologiques dose-dépendants observés, par exemple, après exposition professionnelle au mercure.

                      Chez des souches d’animaux génétiquement sensibles, des atteintes rénales glomérulaires de mécanisme immunotoxique non dose-dépendantes ont été décrites. On ne peut exclure que de telles atteintes puissent être observées chez certains porteurs d’amalgames, mais aucune publication ne confirme cette hypothèse.

                      Selon les données scientifiques publiées depuis 1998, les symptômes décrits par certaines personnes comme étant la conséquence de la présence d’amalgames dans leur bouche ne sont pas attribuables au mercure mais reflètent des maladies somatiques non diagnostiquées ou des troubles psychiques, voire psychiatriques.

                      Une sensibilisation d’un patient au mercure de l’amalgame peut se manifester par la survenue de rares lésions locales lichénoïdes. Toutefois, ces effets peuvent également être observés avec d’autres types de matériaux en bouche.

                      Les porteurs d’amalgames présentent, en moyenne, des concentrations sanguines, sériques, urinaires et tissulaires de mercure significativement augmentées par rapport aux non porteurs mais celles-ci restent très en deçà des concentrations pour lesquelles des effets toxiques ou biologiques peuvent être observés, par exemple chez des personnes exposées professionnellement. Aucun marqueur biologique traduisant une atteinte rénale, immunologique ou métabolique n’a été, à ce jour, décrit.

                      La dépose systématique des obturations n’assure pas la disparition des symptômes. La prise de chélateurs ne semble pas sans risques pour la santé des patients qui s’y soumettent.

                      Du fait des quantités de mercure manipulées dans les cabinets dentaires, des recommandations pour les professionnels doivent être rappelées. L’arrêté* du 30 mars 1998 relatif à l’élimination des déchets d’amalgames issus des cabinets dentaires a pour objectif de limiter les rejets de mercure des amalgames dans l’environnement.

                      Les matériaux alternatifs à l’amalgame restent actuellement plus complexes et plus coûteux à mettre en œuvre avec une longévité moindre. Par ailleurs, dans l’état actuel des connaissances, ces matériaux semblent moins biocompatibles que les amalgames. Dans ce domaine, les progrès sont rapides (améliorations des caractéristiques mécaniques, d’adhérence, de durabilité et de biocompatibilité) mais à ce jour, les avantages à long terme de ces matériaux alternatifs à l’amalgame n’ont pas été établis par des études d’un niveau de preuve suffisant.


                      • ZEN ZEN 3 décembre 2008 12:43

                        bonjour Frankly Merci pour le commentaire "J’ai pleins d’amalgames dans la bouches et je suis en parfaite santé ;" Moi aussi, mais je ne peux rien conclure.... Un de mes proches a manipulé de l’amiante pendant des dizaines d’années et il était en parfaite santé...jusqu’au cancer fatal Que penser des rapports d’autres pays plus prudents... ? Le problème du coût est secondaire...


                          • Eusèbe 30 octobre 2009 23:03

                            Je vois que vous suivez toujours le sujet. Vous avez raison : il n’a pas fini de revenir sur le devant de la scène.
                            L’amalgame finira par être interdit comme dans d’autres pays, le problème en France est plutôt de savoir quand.

                            @franck
                            Le rapport de l’afssaps est partial (bibliographie sélective), incomplet, contradictoire et contient en plus des informations sur la nocivité des amalgames qui sont loin d’être anodines.

                            >J’ai survolé le rapport de l’affsa,

                            afssaps

                            >j’ai noté que cela reste en dessous des taux à risques et que c’est plus performant que les >oslutions alternatives.

                            Le mercure est toxique dès la première molécule libérée, il n y’a pas de seuil inférieur d’après le rapport canadien.

                            > ces matériaux restent actuellement irremplaçables notamment pour les populations où le >risque carieux est important, y compris >les enfants,

                            Le rapport suédois sur le sujet dit exactement le contraire : « considérant l’influence inhibitrice sur le cerveau en développement, il n’est pas compatible avec les données de la science d’utiliser des amalgames chez l’enfant et chez la femme en âge de procréer »

                            >Les amalgames ont fait l’objet de nombreux travaux, notamment pour évaluer leur toxicité

                            Non, l’aspect chronique reste peu étudié.

                            > des atteintes rénales glomérulaires de mécanisme immunotoxique non dose-dépendantes >ont été décrites. On ne peut exclure que >de telles atteintes puissent être observées chez >certains porteurs d’amalgames, mais aucune publication ne confirme cette >hypothèse.

                            Plusieurs publication ont montré des atteintes rénales (Nylander, Boyd...)

                            >Selon les données scientifiques publiées depuis 1998, les symptômes décrits par certaines >personnes comme étant la conséquence >de la présence d’amalgames dans leur bouche ne >sont pas attribuables au mercure mais reflètent des maladies somatiques non >diagnostiquées >ou des troubles psychiques, voire psychiatriques.

                            C’est le diagnostic français. Pourquoi est il si différent dans les autres pays ?

                            >Les porteurs d’amalgames présentent, en moyenne, des concentrations sanguines, sériques, >urinaires et tissulaires de mercure >significativement augmentées par rapport aux non porteurs >mais celles-ci restent très en deçà des concentrations pour >lesquelles des effets toxiques ou >biologiques peuvent être observés,

                            Faux, des travaux menés à l’université de calgary ont montré des effets sur le cerveau à des doses extrêmement faibles.

                            >La dépose systématique des obturations n’assure pas la disparition des symptômes.

                            C’est possible, car le mercure est un toxique cumulatif (métal « lourd »). L’idée de mettre du mercure en bouche est une vraie aberration.

                            >La prise de chélateurs ne semble pas sans risques pour la santé des patients qui s’y >soumettent.

                            Au moins une information utile.

                            > L’arrêté* du 30 mars 1998 relatif à l’élimination des déchets d’amalgames issus des cabinets >dentaires a pour >objectif de >limiter les rejets de mercure des amalgames dans >l’environnement.

                            L’amalgame devient donc toxique hors de la bouche du patient. Intéressant.

                            >Les matériaux alternatifs à l’amalgame restent actuellement plus coûteux à mettre en œuvre

                             On arrive au problème de fond...

                            >Par ailleurs, dans l’état actuel des connaissances, ces matériaux semblent moins >biocompatibles que les amalgames.

                            Formidable, l’afssaps prend une décision rapide pour une fois.

                            > les avantages à long terme de ces matériaux alternatifs à l’amalgame n’ont pas été établis >par des études d’un niveau de >preuve suffisant.

                            Le rapport suédois conclut exactement l’inverse.
                            Alors qui a raison ?

                            Je n’ai aucune certitude sur l’amalgame dentaire, mais je suis certain que le rapport de l’afssaps n’est pas scientifique avec une telle bibliographie selective.
                            Jetez un oeil au round up, vous verrez que l’affssaps est une fois encore, loin d’être irréprochable.


                          • ZEN ZEN 1er novembre 2009 18:01

                            Merci, Eusèbe, pour ces précisions importantes et approfondies
                            Dossier à suivre
                            Je vais retourner sur le site de l’afssaps
                            Je l’avais soumis à un ami médecin, qui l’avait jugé sérieux

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès