• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Mon consentement éclairé

Mon consentement éclairé

Le bistouri sous la gorge.

JPEG Comme des millions d’assurés sociaux de ce pays, on m’a demandé de signer un curieux parchemin, une lettre de cachet des temps anciens pour le paiement d’un octroi ouvrant droit aux soins. Deux bandits de grands destins veulent ainsi me ponctionner d’une part non négligeable de ma pension afin de pouvoir exercer leur métier avec plus de bénéfices encore.

On me dit que ces deux personnages ont jadis signé un serment s’engageant à soigner leurs semblables. Hippocrate devait tout ignorer des dépassements d’honoraires : cette sale pratique de nos joyeux hypocrites. La médecine est devenue d’abord une source de revenus pour les seuls carabins. Le personnel qui entoure ces nobles mandarins étant, quant à lui, traité avec les règles qui sévissent dans l’économie libérale : baisse des employés, augmentation des charges de travail, réduction des salaires, cadences infernales et absence de droits.

La médecine n’est plus à deux vitesses, elle est passée en mode automatique. Tout conduit à la sortie de route pour les exclus, les indigents, les petites retraites et les maigres salaires. Le passage chez un spécialiste s’accompagne quasi systématiquement d’un surcoût ; ces gens-là ont de si grands besoins et doivent assurer leur train de vie quand d’autres se contentent de survivre.

On ferme les yeux dans les allées du pouvoir, d’autant plus aisément qu’il y a, face à ce racket à la santé, des situations bien différentes. Ceux qui ont le pouvoir de décider bénéficiant de mutuelles qui remboursent le péage aux soins qu’imposent les malandrins en blouse blanche. On se moque de savoir ce qui se passe pour les petites gens en déclarant la main sur le cœur que l'hôpital public est encore là pour les recevoir.

À moins d’être prioritaire et de se faire soigner à l’hôpital américain de Neuilly, essayez donc d’obtenir dans nos déserts médicaux un rendez-vous. Il faut patienter des mois, prendre celui qui veut bien vous recevoir et découvrir, un peu tard, qu’il pratique lui aussi la technique du coupe-jarret en s’en prenant à votre bourse pour épargner votre vie. Ensuite vous êtes tombé dans l’engrenage qui vous conduira à signer, dépité et contraint, ce consentement des temps obscurs.

C’est mon ressentiment éclairé que je viens contresigner ici. J’enrage de la morgue de ces petits blancs-becs, tout juste sortis des travées de l’université et qui se lancent déjà dans la course à l'échalote. « Je ne vous opère que si vous crachez au bassinet ! ». La belle menace que voilà ! « Signez et vous aurez droit à mes services ! ». L’infâme requête que voici !

Je comprends mieux que nos joyeux drilles du bistouri se présentent avec un masque sur le visage. Ils suivent les traces des bandits d’autrefois, taillant dans le vif pour s’enrichir. Chacun , tôt ou tard, devra subir l’agression que constitue cette demande de signature que ces lascars n’ont même pas le courage d'exiger eux-mêmes. Ils confient la sale besogne à une secrétaire médicale qui se trouve dans le même dénuement que le pauvre signataire.

Finalement, tout va bien dans le meilleur des systèmes de santé possible puisque nous n’avons aucun recours, aucun moyen de refuser, à moins de préférer ne pas être soigné. C’est la force de cette bande organisée qui sévit dans les cliniques privées : ces succursales du profit honteux où les dividendes accordés aux parasites d’actionnaires sont bien plus importants que le bien-être des patients.

Patients qui ne sont d’ailleurs que de simples clients qu’il convient de gruger, pressurer, ponctionner sans la moindre délicatesse. On vous taille une belle boutonnière et on vous vide vos bourses. Pour éclairer ce fameux consentement, je vais devoir prendre ma vessie pour une lanterne. Je n’ai plus que ma colère et mon indignation à opposer à un système qui ne va pas s’arranger. Le Prince des risettes entendant bien tailler encore plus profondément dans l’égalité à l’accès aux soins. Notre pays est bien malade pour le plus grand bien des gredins qui nous soignent.

Médicalement leur.

Information médicale.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • mollard lionel mollard lionel 20 janvier 12:50

    Arpentant le milieu blouse blanche depuis plus de trois ans, je comprends bien votre message, et ne peux que témoigner des faits relatés ou frelatés...


    • Alren Alren 20 janvier 17:14

      @mollard lionel

      Le programme de la France Insoumise s’il peut être appliqué par l’élection de JLM, prévoit l’abrogation des dépassements d’honoraires et la médecine gratuite pour tous.

      Ceci répond aussi à la juste indignation de Nabum.

      Mais, pour être équitable, il faudra prévoir une aide au financement de matériels de plus en plus coûteux pour la médecine libérale si on réalise qu’elle devra continuer d’exister.
      Ainsi le matériel moderne des ophtalmologues, par exemple, ou celui des dentistes, s’il est beaucoup plus performant qu’il y a peu est d’un prix exorbitant.
      Si l’on veut que des jeunes issus des milieux populaires puissent s’installer, cette aide leur sera indispensable, à l’image de ce qu’il faudra faire également pour les agriculteurs bio dont on veut multiplier le nombre à raison pour améliorer la santé des Français par la nourriture.


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 18:55

      @mollard lionel

      Ce brigandage ne va faire qu’empirer avec la bande à Fillon


    • mollard lionel mollard lionel 20 janvier 20:12

      @C’est Nabum
      Bien d’accord avec vous, avec la bande c’est fuyons...


    • mollard lionel mollard lionel 20 janvier 20:13

      @Alren
      Oui j’ai lu son programme, et il est intéressant, bien plus que les prétendants à droite toute !


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:09

      @mollard lionel

      Rien à attendre de bon pour notre santé
      Pour la leur, tout va bien


    • covadonga*722 covadonga*722 20 janvier 13:12

      yep , le docte mandarin qui veille de loin en loin sur le mal qui me ronge ,pour justifier un dépassement m’expliquais un jour qu’au Etats unis ect...

      Auquel j’ai répondu mal-gracieusement qu’au Etats unis la collectivité n’aurait pas participé financièrement a 80% de sa formation .Depuis nos relations sont entrées dans une ère glaciaire.
      Perso rien que pour lui faire chier j’ai décidé de mourir guéri   smiley

      • Rincevent Rincevent 20 janvier 15:07

        @covadonga*722

        Ayant passé trente ans en milieu hospitalier, c’est aussi la réponse que je fais à ceux qui critiquent notre système et n’ont que celui des US à la bouche. « Si c’est si bien là-bas, pourquoi êtes-vous resté ici ? ». Mais voilà, on veut le beurre et l’argent du beurre et là-bas :

        - Si on n’a pas des parents friqués, c’est les prêts étudiants avec endettement sur vingt ans ou plus (accessoirement, c’est la prochaine bulle financière qui menace d’éclater, en concurrence avec celle des cartes de crédit). Avec ce système, vous n’avez pas intérêt perdre votre job, votre banquier, lui, ne voudra pas le savoir.

        - Ce sont les assurances privées qui décident en combien de temps et avec quels moyens un patient sera soigné. Les praticiens qui ne s’y plieraient pas ne font pas de vieux os à leur poste. J’aimerais savoir ce que notre Ordre des Médecins en pense, lui si à cheval sur l’indépendance de ses inscrits, lui qui s’indigne quand la Sécu tente de freiner leurs appétits.

        Alors, notre système de santé n’est pas en bonne forme, c’est vrai. Mais je doute que la solution américaine le guérisse, ou alors, lui aussi, mourrait guéri…


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:09

        @covadonga*722

        Voilà une sage décision
        Bravo


      • juluch juluch 20 janvier 13:38

        C’est bien souvent que ça arrive mais se n’est pas une généralité Dieu merci !!


        J’ai été opéré plusieurs fois suite à des bobos sportifs et on ne m’a jamais rien demandé...peut être parce que c’est Marseille...va savoir...

        merci pour le témoignage Nabum.

        • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:11

          @juluch

          Notre sommes à Orléans dans un coupe gorge médical

          D’ailleurs l’éminence grise de Fillon ne s’est pas fait soigné ici


        • foufouille foufouille 20 janvier 14:11

          tu as pas tout vu. certains ne te soigneront pas pour plus cher ou très mal.


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:12

            @foufouille

            J’ai donc échappé au pire


          • Robert Lavigue Robert Lavigue 20 janvier 14:38

            Est-ce que soigner LE nombril justifie un dépassement d’honoraires ?


            • covadonga*722 covadonga*722 20 janvier 15:58

              @Robert Lavigue
              une ablation peut être   smiley


            • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:13

              @Robert Lavigue

              Mon pauvre ami, à votre instigation ils ont voulu me greffer un cerveau

              Peine perdue, le vôtre n’était pas compatible


            • alain_àààé 20 janvier 14:44

              je suis d accord avec vous car j ai connu ce probléme mais je m y suis réfusé alors que j étais dans une clinique un chirurgien et venu me voir vers 22h et m as dit qu il allait m opéré mais que je devais lui donné un supplément.je lui ai dit non et en tant que syndicalyiste son nom reporté sur un journal syndical ce qui c est passé et je lui en ai envoyé un exemplaire a lui et s directeur


              • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:14

                @alain_àààé

                Je ne suis rien qui vaille alors je ne peux faire jouer ni la menace ni le chantage


              • jymb 20 janvier 15:40

                Le problème est hélas plux complexe

                Pour de nombreuses interventions, le tarif conventionné est trop bas pour couvrir les frais d’une intervention ( bloc opératoire, matériel, salaire de l’aide opératoire diplômée, assurance responsabilité civile etc etc) 
                Le dépassement devient la rétribution du chirurgien, voire même de quoi payer une partie des frais engagés !

                Vouloir la disparition du secteur 2, avec dépassement d’honoraires, obligerait la sécu à relever fortement le tarif de beaucoup d’actes...autant dire que ce n’est guère possible..bref la solution est loin d’être simple. Ou bien les chirurgiens abandonnent toutes les opérations devenus financièrement impossibles et se tournent vers la chirurgie plastique et esthétique pour laquelle certaines et certains se ruinent volontairement.
                A l’inverse certains hopitaux ( pas des cliniques, des hôpitaux..) ne rêvent que de soigner des étrangers friqués capables de sortir le chéquier pour s’offrir les meilleurs. 

                • oncle archibald 20 janvier 18:01

                  @jymb : parfaitement exact, tout n’est pas aussi caricatural que le décrit l’auteur qui a peut être eu la malchance de tomber sur un margoulin !

                  Le chirurgien qui m’a placé en 2005 une prothèse de hanche m’a expliqué clairement, lui même, lors de la visite précédent l’opération qu’il était malgré toute sa bonne volonté obligé de me demander un supplément d’honoraires pour les deux raisons suivantes :

                  La première était que le tarif sécu de cette opération n’avait pas été relevé depuis 1998 et que en 7 ans, même modérée , l’inflation seule aurait justifié un relèvement du prix.

                  La seconde était qu’il allait me placer une prothèse dernier cri d’une durée de vie estimée à 25 ans tandis que les modèles plus anciens avaient une espérance de vie de 15 ans avant d’être elles aussi usées.

                  Comme il a ajouté d’abord que je pouvais à ma guise fractionner et étaler dans le temps le paiement du supplément qu’il me demandait et ensuite que si j’étais dans l’impossibilité de régler cette somme il m’opèrerait quand même et mettrait en place le même matériel j’ai trouvé cet ancien interne et chef de clinique des hôpitaux de Paris fort honnête et plus intéressé par son boulot que par l’argent qu’il en retirait.

                  Comme quoi il reste encore quelques médecins, sans doute plus nombreux que l’on veut bien le dire, qui ne sont pas « des gredins qui nous soignent », et justifient encore que leur rémunération s’appelle un « honoraire », le sens de ce mot étant finalement que le service rendu n’ayant pas de prix (sauver la vie, permettre de marcher sans douleurs, etc etc ...) l’argent qu’on leur donne n’est qu’une façon de les « honorer » en reconnaissant leur savoir faire.

                  Je suis consterné que cet excellent praticien ait pris une retraite bien méritée après avoir bossé sur des horaires impossibles toute sa vie durant puisqu’il leur faut bien en sus des opérations programmées assumer les urgences, ce qui lui valut d’être présent jour et nuit dans la clinique une semaine sur trois puisqu’il y avait seulement trois chirurgiens orthopédistes dans cet établissement.


                • foufouille foufouille 20 janvier 19:51

                  @jymb
                  49€ pour une consultation bidon d’une anesthésiste n’a aucune justification


                • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:15

                  @jymb

                  Ce n’est pas notre problème il me semble


                • TSS 20 janvier 17:29

                  Si tout l’argent ponctionné par l’etat au nom de la sécu allait effectivement à

                   la sécu :

                   1) la sécu ne serait pas en deficit
                   
                   2)les remboursements seraient meilleurs.

                   mais cet argent va dans le trou sans fond européen pour tenter de

                   respecter le sacro saint 3% !

                   cela me rappelle la vignette destinée aux maisons de retraite qui n’en ont

                   jamais vu la couleur sinon les anciens auraient vecu comme madame

                   Bettencourt.... !!


                  • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:16

                    @TSS

                    Ce monde il est pourri et je n’ai plus qu’à le refaire, un peu plus souriant


                  • Samson Samson 20 janvier 18:03

                    Sinon l’accroc au porte-feuille, rien de trop grave pour vous, j’espère !
                    Ce phénomène de rançonnement par les disciples d’Hippocrate est nettement plus rare en Belgique qu’en France où il semble - pour ce qui s’en raconte - coutumier, mais mon père y a été confronté.
                    Pas vraiment le choix : soit une impressionnante commission sous table, soit pas de spécialiste pour sauver son bras. Après avoir consacré toute sa carrière au service public et cotisé pour une sécurité sociale digne de ce nom, il s’est lui aussi vu rançonné par un chirurgien - heureusement compétent - aux études duquel il avait déjà largement contribué.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:17

                      @Samson

                      Tout va bien merci

                      J’ai le nombril de monsieur Lavigue


                    • Sergio Sergio 20 janvier 18:43

                      Je connais une personne qui souvent se targue d’aller voir des grands pontes de la chirurgie. A deux reprises, même à renfort de dépassements d’honoraires, ses interventions ont été de lamentables ’bides’. 

                      Pour ma part je continue à solliciter le Service Public en consultant à l’Hôpital, bien sur la salle d’attente n’est pas aussi bien fréquentée que dans le privé, il y a les enfants qui courent partout, des noirs, des arabes voilées avec leur mecs qui veulent qu’elles soient plutôt examinées par des femmes que par des hommes, des adultes en survêt et rendez-vous compte ...... et je ne parle pas de l’odeur !, des sans dents ’cmistes’. Au final je m’y sens bien car c’est là que je suis né. 
                      Je ne vais pas dresser un tableau idyllique des Hôpitaux, il n’est pas conseillé d’avoir un cancer dans le sud profond du département des Hauts de France, car vous ne serez pas sur d’avoir le protocole de soins ’dernier cris’, encore pire dans les cliniques. 
                      Et pour les dépassements d’honoraires, je vous assure que les croques-morts ont été les premiers à vous solliciter, sauf que dans ce cas, les décharges de responsabilité ne sont pas de rigueur, vu que le résultat est le même

                      • Milieu défensif au Red Star Jade4230 20 janvier 18:44

                        @Sergio

                        Les white helmets te font dire : « Bonnes fiançailles Wald » smiley smiley smiley smiley


                      • C'est Nabum C’est Nabum 20 janvier 21:19

                        @Sergio

                        Dans notre désert médical, nous allons là où un spécialiste daigne nous prendre

                        Nous ne choisissons pas, on nous fait la charité de nous prendre avant que de nous demander l’aumône


                      • Sergio Sergio 20 janvier 22:25

                        @C’est Nabum


                        Vous parlez de désertification médicale et j’imagine que c’est dans le privé, mais c’est la même chose dans le secteur public. 
                        Actuellement dans certains hôpitaux, on ne trouve pratiquement plus de médecins français, ils sont remplacés en majorité par des médecins roumains, et cela même dans le domaine des spécialités, ils sont d’ailleurs très compétents. Beaucoup disent que c’est à cause du numerus clausus et on en constate actuellement les conséquences, en particulier en médecine de ville. 
                        Il est clair que des économies sont faites du fait de la baisse des coûts de formations des médecins français, ainsi qu’une moindre rémunération des médecins étrangers en France. 
                        On commence donc à voir dans notre quotidien une importante quantité de travailleurs européens dans tous les secteurs, j’ai l’impression qu’on nous impose une concurrence impossible du fait des bas salaires proposés par les entreprises, 3 euros de l’heure chez un producteur de champignons dans les Hauts de France, pour 12 heures de travail au quotidien (travail saisonnier), mais je m’égare et sors du sujet. 
                        Pour revenir dans le secteur médical, on retrouve paradoxalement le même problème de désertification médicale en Roumanie et l’on imagine pourquoi. On marche donc sur la tête et on sent bien que le projet européen a été écrit par les parasites que décrit parfaitement Bernard Friot. 
                        C’est fou ce que l’on est entrain de nous imposer, comme si nous étions des enfants, nous n’avons pratiquement aucune marche de manœuvre et je crois sincèrement que nos gesticulations ’agoravographe’, ne sont que l’expression d’une crise d’adolescence passagère
                         Je suis d’ailleurs surpris qu’aucun médecin ne réalise un commentaire sur votre sujet, ils pourraient nous donner leurs avis car je ne pense pas que nous maîtrisions parfaitement le sujet, au final nous ne sommes que simples usagers, que pourrions-nous dire de mieux ?

                        Bon article Nabum

                      • C'est Nabum C’est Nabum 21 janvier 18:13

                        @Sergio

                        Nous vivons dans un désert urbain

                        La proximité de Paris pousse les loups en blouse blanche à aller faire fortune un peu plus loin


                      • gaijin gaijin 21 janvier 07:52

                        « Tout conduit à la sortie de route pour les exclus, les indigents, les petites retraites et les maigres salaires. »
                        oui et c’est délibéré
                        il faut bien comprendre que dans l’esprit des « riches » au pouvoir si vous êtes pauvre c’est parce que vous n’avez pas l’effort de devenir riche.....donc vae victis au nom des pseudos lois naturelles darwiniennes
                        et pi c’est tout !
                        https://www.youtube.com/watch?v=rIhkW6X6Hb4


                        • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 21 janvier 15:00

                          @gaijin
                          si vous êtes pauvre c’est parce que vous n’avez pas l’effort de devenir riche.....

                          Exact ! ma vieille tante, grande bourgeoise, disait il y a peu : « les pauvres ne méritent pas d’avoir de l’argent ! ». Elle qui n’avait jamais rien foutu de sa vie savait de quoi elle parlait ...


                        • C'est Nabum C’est Nabum 21 janvier 18:14

                          @gaijin

                          Je continue de ne pas faire l’effort

                          J’ai d’autres valeurs dans la vie que ce misérable pognon


                        • gaijin gaijin 22 janvier 08:52

                          @C’est Nabum
                          pareil smiley
                          mais il faut bien comprendre le point de vue des « zélites » rien de ce qui se passe n’est fait par hasard ou accident ....
                          ils sont cons, inhumains, et en plus ils le font exprès. 


                        • C'est Nabum C’est Nabum 22 janvier 09:00

                          @gaijin

                          Je privilégie la sottise chez eux et surtout la cupidité


                        • lloreen 22 janvier 10:16

                          Bonjour et prompt rétablissement à vous. Cette expérience malheureuse vous a fait prendre conscience de la dure réalité de ceux qui se dévouent pour soigner leurs semblables et sont « récompensés » en retour par le mépris affiché de parvenus au service des lobbies.
                          Voici un autre témoignage allant dans le sens de votre article.
                          http://www.lelibrepenseur.org/sabrina-ali-benali-lhopital-ne-tient-que-grace-a-la-devotion-des-professionnels/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès