Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Pandémigate OMS H1N1 : et si c’était pire que des conflits (...)

Pandémigate OMS H1N1 : et si c’était pire que des conflits d’intérêts ?

L’OMS vient d’être auditionnée par la commission santé du Conseil de l’Europe, à l’initiative du Dr Wogard, un inconnu jusqu’alors mais qui ne devrait pas tarder à être assailli de microphones et autres caméras. Le motif de cette audition est limpide et s’expose clairement. Le 11 juin 2009, l’OMS annonçait le niveau 6 de pandémie. Quelques semaines plus tard, les laboratoires lançaient la procédure de fabrication des vaccins. L’OMS diffusait des communiqués sur la propagation du virus, sur les décès notifiés, puis cessait de livrer les chiffres en arguant d’un prétexte apparemment bidonné. Pendant cette période cruciale, située entre mai et août 2009, nombres d’experts ont annoncé des spéculations sur la propagation virale et les décès. La presse de masse ne s’est pas fait prier pour relayer les communiqués se voulant inquiétants, pour ne pas dire alarmistes. Quelques mois plus tard, la grande vague pandémique H1N1 s’achevait et les estimations tombaient. Le virus A(H1N1) de 2009 a été nettement moins fatal que ceux des précédentes grippes saisonnières. Partant des faits recensés, il est raisonnable de penser que le déclenchement du niveau 6 et surtout des recommandations vaccinales n’était pas justifié. La raison tente alors de trouver les facteurs expliquant cette mise en œuvre d’une procédure disproportionnée face à la réalité d’une menace que les experts ont largement surestimée. Il s’est produit manifestement une série de fautes. Et c’est en raisonnant ainsi que le Dr Wodarg émet quelques soupçons de conflits d’intérêt entre les experts et les laboratoires pharmaceutiques en charge de préparer les vaccins. Ces soupçons sont légitimes dans la mesure où ces experts de la grippe auraient une double casquette. Etant rémunérés par l’industrie pharmaceutique (et l’OMS), on peut supposer, comme le fait Wodarg, qu’ils aient été inclinés à aggraver la menace grippale et donc, on est en droit d’exiger plus de transparence. Il semble que six des huit membres du comité stratégique ayant conseillé M. Chan soient rattachés de manière intéressée à des laboratoires.

La vérité sera-t-elle établie ? Il sera difficile, comme je l’écrivais il y a deux mois, de mettre à jour les conflits d’intérêts sauf à mettre les experts sous hypnose et leur arracher les motivations intimes de leur décision. De plus, axer l’enquête sur ce volet risque d’écarter une autre hypothèse que je vais exposer brièvement. Les experts de l’OMS, ainsi que ceux nommés par Mme Bachelot, ont-il péché par incompétence ? Cette question se pose. Elle engage le fonctionnement des systèmes publics sont celui de la santé. On peut penser que les conflits d’intérêts avérés ne seraient qu’un moindre mal. Un défaut pouvant être corrigé par des règles. Et qui ne met pas en cause l’institution. Par contre, envisager des incompétences constitue une hypothèse plus inquiétante. L’OMS serait-elle devenue un repaire de spécialistes incompétents venus arrondir leurs fins de mois ? La question se pose aussi pour les 17 (paraît-il) experts choisis par la Ministre Bachelot pour piloter la lutte anti-pandémique. Il faut établir les responsabilités et ne pas tout faire reposer sur l’OMS. Après tout, la Pologne s’en est très bien tirée avec cette grippe en se passant des vaccins. Mais bien des pays sont en droit d’obtenir des réponses sur cette alerte pandémique qui les a conduit à mobiliser leur système de santé en engageant des dépenses exorbitantes pour contrer une grippette.

Un document important à verser dans ce dossier. Le Haut conseil de la santé publique avait émis, suite à une saisine de la DGS (direction de la santé, autrement dit, la « Bachelot team »), un avis sur la chose. Il en ressort deux éléments importants. D’abord le constat d’une impossibilité à évaluer la dangerosité du nouveau virus, autrement dit, dans le texte, une « incertitude sur la gravité de la grippe ». Ensuite, ce comité a « estimé inopportun, dans l’état actuel des connaissances, que les vaccins antipandémiques puissent faire l’objet d’une obligation vaccinale, tant en population générale que pour les personnes fragilisées ou les personnels de santé ». Les experts de la ministre n’ont visiblement pas suivi ces recommandations, pourquoi ?

Fiasco, le mot est lancé, qui rime avec Outreau. Pourquoi ce fiasco des experts et des autorités. Comment expliquer la nature de l’expert ? Un procès à charge le décrira comme un individu obtus, zélé, psychorigide, carriériste, réfléchissant le nez sur le guidon, opportuniste. Ceux qui connaissent le fonctionnement du CNRS ou d’autres institutions savent que les postes de cadres sont souvent occupés par des professionnels qui ont raté leur dessein, ne se sont pas signalés par des talents démesurés et ont choisi la voie administrative pour gagner du galon. On les retrouve dans les organigrammes des directions. Ce phénomène social constitue un fléau. Il se peut bien qu’on soit face à ce même schéma dans le cas de la gestion de la « pandémie grippale ». Mais observons d’autres secteurs, par exemple le climat, que l’on retrouvera les mêmes, y compris aux affaires culturelles ; des gens obtus qui imposent leurs choix et nous proposent ce pitoyable et surfait Boltanski avec son art contemporain servant son ego et ses intérêts financiers. Que ce soit au niveau des merdes d’art conceptuel, des dispositifs de la gestion verte ou de la machine sanitaire, des experts imposent aux populations leurs vues étroites et la mise en œuvre de solutions dont on peut très bien se passer.

La pandémie grippale n’aura pas été inutile. Elle aura dévoilé les travers majeurs de nos sociétés avec ses techniques et ses élites dont on peut dire qu’elles font preuve d’un autisme avéré. Des élites fermées dans leur petit univers professionnel spécialisé, inapte à comprendre comment la société fonctionne et à se mettre dans la peau d’un individu ordinaire. Même les sociologues, ces spécialistes de la société, ne sont plus aptes à la saisir. Ils sont comme les experts. Lesquels en imposant leurs solutions, font marcher le système sur la tête. Tel est l’enseignement de cette affaire grippale.

Le monde semble se déglinguer mais pas plus qu’il y a 70 ans. Le système technicien semble échapper à la gravitation humaine raisonnable et vivre son inertie activiste sous le contrôle d’experts machinistes autistes. Rien de bien grave. Juste du gaspillage. C’est bien la leçon de cette pandémie mal gérée que de démontrer que le capitalisme n’a pas, contrairement à l’avis de Roger Caillois, le monopole de la dépense inutile. Nous savons où nous sommes. Ces experts sont des humains perfectibles mais parfaits dans la gestion de leur carrière, perfectibles comme du reste les gens de la société civile. L’aventure humaine a pour destinée de réaliser des belles choses mais aussi de merder complètement dans d’autres secteurs. Les politiques décideront s’il y a lieu de remédier à ces tares du système. A moins que les citoyens ne soient tentés pour une révolution visant à débarquer ces élites responsables de la mal-gouvernance du monde. Si tel est le cas, un conseil aux citoyens, instruisez-vous, rendez-vous maîtres des savoirs, développez vos compétences sans vous fermer aux choses quotidiennes du monde, soyez des élites sans être élitistes !

Pour finir, j’aurais volontiers reproduit un extrait de l’étrange défaite de Marc Bloch, ainsi que mentionnés quelques constats émis par Joseph K, pseudonyme derrière lequel se cache un haut fonctionnaire qui témoigna de la stratégie du déclin menée par les élites françaises technocratiques et politiques. Courrez vite lire ces deux livres !


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

78 réactions à cet article    


  • jako jako 27 janvier 2010 10:05

    « sauf à mettre les experts sous hypnose et leur arracher les motivations intimes »
    ou recycler Guantanamo ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 27 janvier 2010 11:01

      Une remarque sur la commission d’enquête. Elle ne doit pas uniquement auditionner les experts et se focaliser sur les responsables hiérarchiques. Elle devrait convoquer d’autres experts, pour une contre expertise, étant entendu qu’il n’est pas certain qu’un scientifique ose charger ses confrères, corporatisme oblige mais aussi carriérisme.

      Par ailleurs, j’ai esquissé un portrait assez sombre de ces bureaucrates de la science et ces scientifiques devenus bureaucrates. Il semble qu’ils ne servent que l’intérêt des labos, avec leurs intérêts propres. Tous les témoignages de professionnels ayant cotoyé ces individus sont les bienvenus.


    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 27 janvier 2010 12:11

      Il suffirait de ne pas faire comme à la télé.Des scientifiques indépendant et intègre ça existe,suffit de chercher ceux qui ne font pas carrière. :p


    • Verdi Verdi 29 janvier 2010 08:40

      Je partage votre analyse M. Dugué. Là où je diverge, et peut-être serez-vous d’accord, c’est sur les experts. Nos sociétés semblent ne plus pouvoir se passer de ces « super spécialistes ». Or, régulièrement, ceux-ci sont déjugés. Ce mot expert est galvaudé. Il a perdu une grande partie de son sens. Dans l’affaire de la grippe, comme vous le montrer bien dans ce papier, nous n’avons pas affaire à des experts, mais à des représentants de commerce, qui défendent, avant tout, leur(s) boutique’s) et leur porte-monnaie.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 27 janvier 2010 10:28

      Bonjour, quelques compléments d’infos

      J’ai oublié une précision importante, l’avis du Haut comité de la santé date du 26 juin 2009, deux semaines après l’annonce du niveau 6
      On se demandera aussi pourquoi Bachelot avait besoin de 17 experts contre la grippe, nommés du reste en 2008. Combien sont-ils payés ?

      Enfin, lu dans le Parisien

      Yves Charpak, spécialiste des maladies infectieuses, s’interroge : « On n’a jamais eu le vrai bilan de l’enquête faite au Mexique sur la mortalité du virus H1N1, effectuée par le représentant officiel de la France, le docteur Manuguerra, président de ce comité. Si, comme on le suppose, les chiffres montraient que c’était bien moins grave qu’initialement évoqué par les Mexicains, ce comité aurait dû rendre ces données publiques. Au lieu de ça, il a continué à évoquer le risque majeur de la pandémie à venir pour l’hiver. »

      Pourtant, d’autres évaluations étaient disponibles, notamment le bulletin InVS du 17 juillet 2009 où les chiffres du Mexique et des Etats-Unis sont publiés et où on s’aperçoit que cette grippe est peu virulente, d’où mon billet paru ici en juillet avec un titre mettant en doute l’existence de la pandémie, oui, on savait à cette époque. On doit se demander pourquoi Bachelot s’est entourés d’experts si peu fiables ? Que les parlementaires fassent la lumière

      Ils pourront consulter mon livre


      • JL JL 27 janvier 2010 10:32

        Effectivement : de deux choses l’une : ou bien l’on savait que la grippe n’était pas dangereuse, ou bien, dans le cas contraire, il aurait été irresponsable de ne pas prendre des mesures de confinement, ce qui n’a d’ailleurs pas été fait. Je me souviens que beaucoup de personnes à l’époque, le soulignaient déjà.


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 janvier 2010 10:38

        Le conseil de l’Europe comme d’ailleurs l’Europe elle-même sont fatigués, c’est toujours après une supercherie qui n’atteint pas le but escompté qu’on se rabat sur des enquêtes et autres auditions ! A quoi bon ?

        Mohammed MADJOUR.


        • Bardamu 27 janvier 2010 11:01

          Bon ! encore ?... votre dialectique se grippe monsieur !

          C’était une arnaque, une bonne manipulation que ceci... passons !
          D’autres plus graves encore nous attendent !
          Parlez-en !


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 27 janvier 2010 11:04

            Je vous en prie, messire Bardamu, faites donc et renseignez les manants que nous sommes sur quelque complot de nos monarques et de leurs copains, ces intriguants de palais qui jouent sur nos peurs en agitant quelque nano molécule


          • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 27 janvier 2010 12:21

            Pourquoi parler de complot ?La dialectique de la pensée unique nous a t elle à ce point corrompus ??
            Il y a bien des « anarques » plus graves,des actions bien plus dommageable à l’humanité que cette affaire là.
            Il n’y a pas de complot,qui impose la notion de secret,tout ce fait au grand jour,les documents sont là.Les compte rendu des réunions de certains organismes mondialistes vieux de trente ans nous montre bien que le monde est allé dans le sens qu’ils souhaitaient,au poil de cul prés,si vous me permettez.
            Et aujourd’hui encore il suffit d’ouvrir un oeil,de se pencher pour trouver les intentions des « élites » et d’un brin de logique pour voir clairement que celles ci sont mise par étapes en application.


          • Bardamu 27 janvier 2010 13:18

            Entièrement d’accord avec vous Mr.K.

            Non pas un ou des complots, mais bien plus de l’intérêt exacerbé, défendu bec et ongles.

            Il faut opposer dès lors la théorie du complot à ?... un paradoxe de l’intérêt... poussant aussi ?... à comploter !


          • Olorin 27 janvier 2010 15:57

            Tout à fait d’accord avec Mr. K ! Sauf à de rares exceptions, tout est souvent sous notre nez !
            Lisez l’excellent « L’ennemi intérieur » de Mathieu rigouste, vous verrez que beaucoup des pires choses sont planifiée de manière bien plus transparentes qu’on ne le croit pour celui qui s’y intéresse de près.
            http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707153968
            http://www.article11.info/spip/spip.php?article571


          • JL JL 27 janvier 2010 11:03

            Vous écrivez : « C’est bien la leçon de cette pandémie mal gérée que de démontrer que le capitalisme n’a pas, contrairement à l’avis de Roger Caillois, le monopole de la dépense inutile. Nous savons où nous sommes. »

            Je regrette, tout dépend de la limite que vous fixez à ce qui relève du capitalisme et ce qui n’en relève pas : en l’occurence, la nécessité pour les labos de faire de la croissance relève des règles implicites du capitalisme, et sans cette nécessité, nous n’en serions pas là.


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 27 janvier 2010 11:07

              Cette remarques avait un dessein sibyllin, celui d’introduire vers une réflexion sur l’imbrication des grands groupes et des Etats. Nous sommes à l’ère du National-Capitalisme, j’avais fait un billet fort remarqué là-dessus


            • HELIOS HELIOS 31 janvier 2010 00:32

              Psssst... je vous souffle : ce n’est pas un probleme de capitalisme ! c’est un scoop, hein ?

              Vous savez, le capitalisme c’est d’un coté des apporteurs d’argent et de l’autre des apporteur d’idées et de force de travail.... Tout ce petit monde oeuvre pour que l’entité fille, c’est a dire l’entreprise, remunere d’un coté l’argent (le capital) et de l’autre le travail (les salariés).

              Or les labo, n’ont pas agis en capitalistes, car s’ils l’avaient fait, ils se seraient contentés de bosser pour prendre des parts de marché, augmenter la valeur de l’entreprise et emlbaucher plus de force de travail...
              Ils ont simplement reagi en outil financier d’autres acteurs exterieurs... des banques et des organismes financiers.

              Il me semble qu’il y a la une difference fondamentale. Obama l’a compris et veut diminuer la taille de ce petit monde afin d’en avoir la maitrise.... Esperons qu’il va reussir et surtout qu’il ne finisse pas comme Kennedy... ce qui ne m’etonnerait pas du tout !


            • Bertrand Damien Bertrand Damien 27 janvier 2010 11:03

              Très bon article, très bien écrit, très bien documenté et argumenté. Voilà le genre d’article qui justifie à lui seul l’intérêt d’un forum comme Agoravox (où l’on trouve pas mal d’articles très très moyens).


              • Lapa Lapa 27 janvier 2010 11:25

                Assez d’accord avec l’auteur. Il serait presque préférable de ne découvrir que de la malhonnêteté plutôt que de l’incompétence.

                Et j’ai bien peur qu’il y ait un peu du premier, mais beaucoup du second. Le tout, amplifié par les nécessités médiatiques, fait qu’il ne semble plus y avoir de place à la raison (qui pourtant existe, vous citez des rapports et sources d’experts compétents ou officiels qui sont complètement passés sous silence).

                Il est à craindre que si la variole revenait chez nous, nous serions incapables de faire face à la menace. Englués dans les querelles, les conflits d’intérêts et les besoins de communication... Cet épisode de gripette a été désastreux pour nos finances, mais également pour la crédibilité de tout le corps médical étatisé : gens compétents et honnêtes inclus.

                Il n’y a pas pire résultat.


                • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 27 janvier 2010 12:31

                  « Il est à craindre que si la variole revenait chez nous »

                  En effet,cela m’inquièterais car cela démontrerait une implication total des états qui conserve ce virus étant donné que le dernier cas recensé date de 1977 en Somalie et qu’il n’y a aucun foyer animal pour ce virus.


                • Defrance Defrance 29 janvier 2010 20:02

                  Malhonnêteté et Incompétence ne sont pas forcement exclusif. Je remarque une chose très simple, on a commandé 94 000 000 de doses et on a mis en place « une usine a gaz » incapable de vacciner pus de 2 000 000 millions de personnes, cela entraine que mathématiquement parlant il fallait environ 47 MOIS pour administrer les doses  ? Deja là je pense que « La Fraise Tagada » doit réviser ses mathématiques de base, en particulier la regle de trois !


                • Massaliote 27 janvier 2010 12:04
                  1 198 patients atteints par le virus A en France ont été en réanimation Et on compte 258 décès. Combien dûs aux vaccins ?

                  • Massaliote 27 janvier 2010 12:12

                    « La surmortalité imputée à la grippe hivernale est estimée à au moins 2 500 décès par an », rappelle la SRLF, qui recommande d’« attendre des évaluations consolidées afin de comparer ». QUELLE BELLE ARNAQUE, ROSELYNE !


                  • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 27 janvier 2010 12:39

                    Un article interressant,merci.

                    Mais je ne suis pas du tout d’accord avec ça :

                    "[.]La vérité sera-t-elle établie ? Il sera difficile, comme je l’écrivais il y a deux mois, de mettre à jour les conflits d’intérêts sauf à mettre les experts sous hypnose et leur arracher les motivations intimes de leur décision.[.]« 

                    Petit rappel :

                     »Un conflit d’intérêts est une situation injuste dans laquelle une personne ayant à accomplir une fonction d’intérêt général, tel qu’un agent public (fonctionnaire, juré, tuteur, expert judiciaire, témoins), un avocat, un médecin, un homme politique, un cadre ou un dirigeant d’entreprise se trouve avec des intérêts personnels qui sont en concurrence avec la mission qui lui est confiée, l’intérêt de son administration ou de sa société. De tels intérêts en concurrence peuvent la mettre en difficulté pour accomplir sa tâche avec neutralité ou impartialité.«  viki

                    Il n’est en aucun cas question »motivations intimes". C’est avec des fait concret que l’on démontre un conflit d’intérêt.Des salaires,des actions,des embauches directes suite à un mandat,etc,etc.Et en effet,après de nombreuses lectures,il semblerait que conflit d’intérêt il y a,dans de nombreux cas concernant le vaccin contre la grippe A.Et une enquete dans ce sens devrait être menée.


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 27 janvier 2010 12:48

                      Votre remarque est juste.

                      J’ai écris trop vite. Je voulais signifier qu’il sera difficile d’établir si les experts ont agi en fonction d’un intérêt public ou de connivence avec des intérêts privés. Autrement dit si le conflit d’intérêt a été déterminant.
                      Pour le reste, c’est évident que les conflits d’intérêts sont manifestes dès lors qu’un scientifique habilité à prendre des décisions publiques émarge dans l’organigramme d’un labo privé


                    • JL JL 27 janvier 2010 13:00

                      @ Mr.K, vous avez raison. En l’occurence il s’agirait au mieux, de convergence d’intérêts, au pire de corruption.


                    • zadig 27 janvier 2010 13:01

                      A monsieur K (génération volée)

                      Je suis totalement d’accord avec votre remarque.


                    • riikou 27 janvier 2010 13:24

                      Excellent article !


                      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 27 janvier 2010 13:26

                        « la dangerosité du nouveau virus, autrement dit, dans le texte, une « incertitude sur la gravité de la grippe ». Ensuite, ce comité a « estimé inopportun, dans l’état actuel des connaissances, que les vaccins antipandémiques puissent faire l’objet d’une obligation vaccinale, tant en population générale que pour les personnes fragilisées ou les personnels de santé ». Les experts de la ministre n’ont visiblement pas suivi ces recommandations, pourquoi ? »


                        Affirmations et raisonnement fallacieux :
                        1) la dangerosité ne se mesure pas en terme de risque de mortalité mais aussi de souffrance et cela chacun est seul à même d’apprécier. On ne s’assure pas contre les seuls accidents mortels 

                        2) L’incertitude de la dangerosité ne signifie pas la certitude de l’absence de danger, mais au contraire l’usage du principe de précaution vis-à-vis d’un danger possible
                         
                        3) La vaccination n’a pas été rendue obligatoire mais possible pour tous ceux qui voulaient avoir recours à cette assurance gratuite (au contraire d’une assurance logement ou automobile qui sont obligatoires et payantes !) 

                        Dons les recommandations des experts ont été suivies à la lettre.

                        Quant à leur compétence, c’est une question que vous n’avez ni moi non-plus les moyens scientifiques de trancher , sauf à se croire, sans titre, plus experts qu’eux. Ce qui justement n’est pas mon cas, c’est pourquoi je fais confiance aux institutions qui les ont investis comme tels sur titres et travaux plus qu’à vos déclarations pour le moins fantaisistes.


                         

                        • JL JL 27 janvier 2010 13:44

                          reboul, vous mélangez tout. En effet, vous écrivez : « La vaccination n’a pas été rendue obligatoire mais possible pour tous ceux qui voulaient avoir recours à cette assurance gratuite (au contraire d’une assurance logement ou automobile qui sont obligatoires et payantes)  »

                          Les assurances logement et automobile ne sont obligatoires que pour des dégâts occasionnés à des tiers. S’il existait une assurance pour se prémunir contre les accidents causés par d’autres, elle n’aurait aucune légitimité à être obligatoire.

                          Par ailleurs, pour celui qui croit que le vaccin protège, il lui suffit de se vacciner pour se sentir à l’abri. Et il n’aurait aucune légitimité à demander à son prochain qui n’y croit pas, de le faire. Vous faites de l’idéologisme, autrement dit des sophismes.

                          Pour ma part, je préfère, et de loin avoir une grippe et en sortir avec une immunité renforcée qui me permettra d’être tranquille plusieurs années que me faire vacciner et voir mon immunité affaiblie au point de devoir recommencer tous les ans.

                          Quant à envisager le pire, je préfère et de loin mourir d’une mort naturelle plutôt que d’une maladie auto immune qui me ferait souffrir des années durant, ou bien subitement sans prévenir à la suite d’un choc réactif à une injection de d’agents pathogènes dits immunogènes. Chacun sa foi. La mienne n’est pas consumériste.


                        • curieux curieux 27 janvier 2010 16:33

                          Tiens vous osez encore venir sur un article sur la grippe. Je pense que les experts ne sont experts que parce que d’autres escrocs les ont désignés « experts ». Un peu de bon sens suffisait à flairer l’arnaque. Vous en manquez assurèment. Si demain la vitesse maximum en agglomération passe de 50 à 40 km/h, vous obtiendrez quelques millions de nouveaux DELINQUANTS qui seront punissables à la grande joie des fachos qui sont dans les associations de prévention routière contre la vitesse. Enfin, les escrocs existent encore et existeront toujours tant qu’ils y aura des neuneus pour les croire. Et malheureusement, ils sont légion(les gogos). Ca me rappelle une ancienne histoire où des petits malins proposaient du 30 à 40% d’intérêt sur vos économies alors que le revenu maxi était alors de 3 à 4%. Eh bien, tous ces gogos après avoir été délesté de leurs économies ont porté plainte. Moi, cette plainte, je ne l’aurai pas reçu. On peut être con, mais pas à ce point. Tant pis pour eux.
                          A ma connaissance le virus A/H1N1 n’est pas un nouveau virus. Mais si Bachelote le dit, faudrait la croire, un ministre de la santé, on ne peut pas mettre en doute sa parole. Ah, la belle naïveté d’un enfant de 4 ans.


                        • mac 27 janvier 2010 17:19

                           Il est des souffrances bien réelles que les institutions internationales échouent lamentablement à diminuer. J’en veux pour preuve le problème de la faim dans le monde qu’on aimerait bien voir éradiquer avec les mêmes moyens que cette grippe beaucoup moins virulente que la moyenne.

                          En effet, pour ce qui est de la dangerosité de ce virus, il me semble que l’on pouvait avoir quelques doutes sur le fait que l’on avait affaire à la maladie du siècle dès le tout début du mois de mai.
                          Voir s’abattre ce virus sur une mégapole comme Mexico (excusez du peu) et ne finalement décompter que quelques dizaines de morts, on ne peut pas vraiment encore parler de fléau. Encore une fois, les statistiques actuelles sont là pour nous le confirmer.

                          Quant à votre confiance dans les institutions c’est votre droit le plus absolu mais il me semble que certaines périodes sombres de l’histoire sont là pour nous rappeler qu’une confiance trop aveugle en celles-ci peut mener à de grandes catastrophes personnelles.


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 27 janvier 2010 20:13

                          Pas d’accord : le parallèle avec les assurances joue pleinement dès lors que l’on s’assure (obligatoirement) pour un accident causé à autrui, pour le couvrir donc si l’accident est causé par nous. Or la vaccination vaut aussi pour ne pas infecter autrui (c’est mon cas vis-à-vis de mes proches...). mais dans le cas du vaccin ce n’était pas obligatoire mais recommandé, c’est ce que je dis.


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 27 janvier 2010 20:17

                          Quant aux délires sur les maladies auto-immunes je vous le laisse bien volontiers ; je vous fais seulement observer qu’il y a bien plus de risque à contracter un syndrome de G.B avec une infection virale qu’avec son vaccin et cela est démontré.


                        • JL JL 27 janvier 2010 20:21

                          @ reboul, moi je sais que si j’occasionne un accident qui nuit à autrui, je suis responsable et devrai payer.

                          En revanche, si je transmets un virus, en quoi suis-je responsable ? Vous dites que le vaccin protège ? Pas moi ! En outre, je ne suis pas responsable des lois de la nature et je ne fais aucune confiance à ceux qui promettent que demain « on rase gratis »..


                        • cmoy patou 27 janvier 2010 20:27

                          Mr Reboul votre naïveté n’a d’égal que votre mauvaise foi, lorsque vous aurez été une victime vous me reparlerez des assurances suite aux inepties que vous écrivez on voit bien que vous n’avez pas eût affaire a eux si ce n’est pour des broutilles genre dégâts des eaux ou ce genre celà dit tant mieux pour vous mais de grâce ne soutenez pas les plus grands voleurs après les banquiers.

                          " Le destin pose deux doigts sur les yeux de l’homme, deux dans ses oreilles, et le cinquième sur ses lèvres en lui disant : « Tais-toi. » "
                          Proverbe Arabe


                        • mac 27 janvier 2010 21:45

                          Reboul me semble effectivement de mauvaise foi sur le sujet parce que malgré la preuve statistique du fait que la grippe A de 2009 ne sera pas à marquer dans les anales des grippes virulentes, celui-ci persiste à nous parler de principe de précaution et autres arguments à la graisse de chevaux de bois.

                          Arguments dont les institutions, pour lesquelles il a l’air d’avoir un haut degré de respect, usent et abusent quand ça les arrange. La seule question est de savoir pourquoi semble -t-il faire son dada de ce sujet pour lequel il n’apparaît, à priori, pas plus compétent que le péquin moyen ?

                          Est-ce une volonté de se présenter en pourfendeur, en tant que grand philosophe, de ce qui pourrait être perçu, bien hâtivement, comme du « conspirationnisme » ?


                        • Cascabel Cascabel 27 janvier 2010 22:56

                          "je fais confiance aux institutions qui les ont investis comme tels sur titres et travaux plus qu’à vos déclarations pour le moins fantaisistes.« 

                           smiley  smiley smiley

                          Ha mais oui, la pandémie, son cortège de morts et de souffrances a bien eu lieu !!! Les déclarations du gouvernement et de la presse n’ont pas du tout été fantaisistes !
                          Ah, vite accordons-leur à nouveau notre confiance à tous ces »experts", ces politicards et ces scribouillards de la presse ! Ces gens là sont pour notre bien et nos intérêts, ils y travaillent nuit et jour, croyez moi !

                           :->



                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 28 janvier 2010 08:30

                          http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Guillain-Barré


                          Toutes les références sur le syndrome de G.B.sont sur cette page
                          Je m’étonne qu’un agoravoxien ne le sache pas.


                        • JL JL 28 janvier 2010 09:38

                          Mais oui Reboul, on sait nous aussi recourir à wikiki. Dans le texte que vous proposez, il est notamment écrit :

                          « Certains cas (de SGB) sont survenus après des événements apparemment non rapportés tels qu’une chirurgie, une piqûre d’insectes ou diverses injections. Des cas ont été décrits durant l’hiver 1976-77, chez des personnes qui avaient été vaccinées contre la grippe, la vaccination commune anti-grippale elle-même étant responsable de rares cas »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès