Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Quand survient la dépendance

Quand survient la dépendance

Le choc d'une étape décisive.

Vidéo enchantée : 

Récit ...

Ils se pensent encore jeunes, ils ont profité pleinement d'une retraite qui s'octroyait encore à un âge où l'on peut faire plein de choses quand le corps et la tête permettent de jouir de ce temps béni des vieux. Ils se sont habitués à ne rien faire, à jouir à leur guise du temps qui passe, du temps qui se prélasse, du temps qui prend son temps.

Les années ont passé, vite, trop vite, bien plus vite que lorsqu'ils travaillaient. Ils n'ont pas vu les années s'ajouter aux années. Seuls les anniversaires leur signalaient que leur âge commençait à prendre de l'ampleur. C'est quand les dizaines suivantes sont arrivées que les tracas sont survenus.

Jusque là, tout allait pour le mieux. Bien sûr, quelques soucis agrémentaient parfois ce long tunnel sans entrave. La retraite était un rêve magnifique, soudain elle se complique d'un corps qui commence à faire des siennes, à ne plus aller son train d'antan. Il y a maintenant toujours un petit problème qui vous complique l'existence.

Ils se plaignent, ils se lamentent de ce changement de cap. Pourtant, se rappellent-ils qu'à cet âge devenu si ordinaire, leurs grands-parents étaient des vieillards en fin de vie, fourbus, usés, courbés sur le poids d'années qui avaient été autrement plus compliquées. L'espérance de vie a fait des bonds prodigieux, ils en sont les derniers bénéficiaires. Déjà, on mesure une inversion de la courbe, les générations suivantes prennent de plein fouet toutes les régressions liées à ce que les élites continuent d'appeler « Crise » alors que c'est l'explosion d'une bulle illusoire qui ne pouvait durer éternellement …

Mais revenons à eux. C'est le début des pertes définitives. Il y a d'abord les amis qui ont connu une alerte à laquelle ils n'ont pas échappé. Des signaux angoissants, des deuils qui en annoncent d'autres. Il faut comprendre que le temps est vraiment mesuré et que cette fois, le compte à rebours n'a jamais été aussi tangible …

Le corps pour l'un , la tête pour l'autre. Une quenouille qui s'effiloche. La vue, l'ouïe, les articulations, une litanie de petits riens, qui bout à bout, vous empêchent de faire tout ce que vous faisiez avant – proposition : auparavant. La mémoire qui se perd, la terrible perte de soi-même, l'effacement du disque dur. Ils font la paire, l'un sera les yeux de l'autre, l'autre sera la lucidité de l'un.

Il faut accepter ensuite bien des régressions, de ces habitudes que l'on avait prises au fil d'une vie où tant de progrès avaient parsemé leur existence. La voiture sera la première perte, la plus symbolique, la plus inacceptable. Le paradigme de l'indépendance, de la réussite sociale doit être abandonné. Il faut prendre ces transports collectifs qui jusqu'alors n'avaient jamais été pour eux.

L'autonomie domestique ensuite. C'est plus sournois, c'est moins visible. Il y a bien des choses du quotidien qui ne sont plus accessibles. Il faut que quelqu'un se charge des commissions, bientôt un tiers devra faire le ménage, l'entretien des espaces verts n'est plus accessible. À chaque fois, des dépenses supplémentaires, des choix à faire quand l'argent vient à manquer à force de dépenses nouvelles et incontournables. Même les plus aisés sentent la différence, les moins bien lotis n'ont plus le choix, ce sera la misère …

Puis viendra le temps de l'impossible. Rester dans son chez-soi n'est plus envisageable. C'est le début de la fin, la lente descente aux enfers des maisons, des placements provisoires, des séjours plus longs, du dernier domicile.

Mais là encore, c'est l'argent qui gouverne. La dépendance a un coût exorbitant, les moyens ne sont hélas pas pour toutes les bourses. Que dire d'une nation où le minimum vieillesse ne permet pas de couvrir un dernier séjour ? Que ce n'est pas très grave puisque tant d'autres se font beaucoup de pognon sur cette nouvelle mine au trésor ! Alors, ils se préparent à tout dépenser dans cette dernière ligne droite.

Inexorablement leur. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • iris 5 octobre 2012 11:52

    oui 2000euros /mois pour couches- logis- aide soignantes et medecin—la nourriture  : y des vieillards qui mangent très peu....et qui restent sur leur fauteuil toute la journée-
    il faut avoir des économies pour payer ou une maison que l’on prendra aux héritiers -et si l’on a rien ce sont les enfants et petits enfants qui si ils ont des revenus paieront-de quoi relancer le travail au noir... 
    si on a rien ou si personne ne peut payer c’est les autres qui paient pour vous ???


    • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 2012 12:38

       iris


      Le vrai débat qui n’a jamais eut lieu sur les retraites est là

      Quel montant minimun ?

      Pour moi c’est celui qui permet de payer une maison de retraite sans solliciter les enfants et il n’y a aucune raison d’avoir plus quand il ne devrait pas être possible de toucher moins

      Utopique ?

      • Salade75 5 octobre 2012 13:35

        « Une retraite qui permet de payer ... sans solliciter les enfants ».
        ... ?

        Et d’où vient l’argent alors ?

        Le principe même de la retraite par répartition est justement que les enfants financent la retraite des parents.
        Le problème vient quand les enfants ne peuvent plus.
        Il y a une autre solution, qui est de la faire financer par les petits enfants en recourrant à la dette.
        ... puis aux arrières petits enfants...


      • velosolex velosolex 5 octobre 2012 12:39

        Joli texte sur une réalité qu’on voudrait chasser, qu’elle ne continue à concerner que les autres. Mais même Johnny ne parvient plus à allumer le feu comme avant, et sans doute passe t’il pas mal de temps à chercher son allume gaz.

        Une des consolations vient qu’elle concerne tout le monde, encore pour quelques temps, avant que l’individu biotype ne remplace peu à peu toutes les pièces du puzzle, avant de sournoisement prendre sa place.

        Le marché de la maladie et du vieillissement sont juteux en France. On en potentialise le résultat comptable en se servant de la peur, de l’angoisse à venir. Les trois quarts du déficit de l’assurance maladie sont dus aux troisième et quatrième age. Pas question bien sûr de stigmatiser ceux ci, mais il faut avouer que le retour en bénéfice est loin d’être clair : Multiplication des prises de sang, des bilans, des scanners, au grand bénéfice des labos et des kinés, qui en dépit de leur talent, ne pourront jamais remettre en état un corps perclus d’arthrose. Mais je ne prône évidemment pas la suppression de ses soins, mais leur juste adéquation.
        Les vieillards ont besoin d’être entouré, d’être rassuré, mais on substitue des réponses mercantiles, et des devoirs de se maintenir à niveau, incitation trompeuse sur fond de « toujours jeune », à continuer à consommer, à faire le trompe la mort, en imitant les jeunes dans leur frasque et leur appétit de nouveauté, les incitant à « rester branché, connecté », alors que de tout temps, c’est le lâché prise serein qui caractérise les qualités de cet age.

        La prise en charge des personnes en fin de vie est proprement scandaleuse, autant pour elles que pour leurs enfants. Un scandale tu, et pour cause : Ils ne concernent que les gens de peu. Les autres auront toute facilité, grace à de bonnes pensions, de belles assurances, à se payer de bons foyers logements. Leurs enfants, pourvus de bons diplômes, ayant de bons salaires, après avoir bénéficié d’une éducation onéreuse, potentialisant au mieux le fric que fout le pays dans l’éducation nationale, ne seront jamais sollicités.

        A la mort de leurs parents, ils hériteront de biens immobiliers et de grosses valeurs.

        Quand aux autres, pourvus de petits salaires, ils devront payer plein pot la pension en maison de retraite de leurs parents, à moins de les prendre chez eux, ce qui est impossible dans la plupart des cas, pour une pluralité de raisons, la plus évidente étant le manque de place, et l’impossibilité de prendre en charge des pathologies lourdes, tel que l’Alzheimer.

        A moins de devoir prouver que vous avez été victime de maltraitance dans leur enfance, et certains, bien qu’ayant été dans ce genre de situation ne peuvent le faire, ils devront payer, la somme étant divisés par le nombre d’enfants.
        Les injustices de notre société sont donc transversales à tous les ages. On les voit à l’œuvre autant dans l’éducation nationale, la santé que le vieillissement au nom d’un principe d’égalité dévoyé. Quand il ne prend pas en compte les ressources, il privilégie évidemment les gens qui en ont, et les accroit ainsi.

        Qu’elle ne soit pas plus dénoncé pour le grand age est un bon acte d’hypocrisie : Les gens du pouvoir, les journalistes et les médias, socialement avantagés, ne sont pas concernés par ce genre de chose, et ne veulent pas remettre en cause les conditions de redistribution des richesses.

        Curieusement, le prix des maisons de retraites en France est un des plus élevés en Europe. Des residents il y a quelque temps, frontaliers, allaient mettre leurs vieux parents en Belgique, le rapport qualité prix n’étant pas comparable

        L’action sociale devrait pourtant prendre en compte les revenus de chacun pour une redistribution intelligente et juste : Il en est de même pour les allocations familiales, distribués également à des smicards qu’à des multimillionnaires, sous principe d’égalité des enfants, ce qui ne manque pas de sel. Pire, si le smicard n’a qu’un enfant, il touchera peanuts !....

        La phantasmatisation des qualité des vieillards, « toujours jeunes » nient ou oublient leurs vrais qualités, qui vaudrait qu’on leur redonne la place qu’ils occupaient parfois naguère ( ne pas non plus idéaliser le passé) : Reconnaitre leur expérience, leur qualité de témoin, de transmetteur,... Ce qui est loin d’être le cas maintenant, mis à part pour quelques privilégiés, qui font partie de ces « happy few » détestables de la scène française.

        Et encore ceux ci ne brillent pas vraiment par leur hauteur de vue.....

        Le 21 juin 2012, Canal + lançait un grand jeu concours à l’intention des scénaristes amateurs. Le principe ? Imaginer un court métrage de dix minutes qui serait joué par deux acteurs. Le jury, composé de sept couples de comédiens, a commencé à rendre son verdict.

        Richard Bohringer, 70 ans, et sa fille Romane ,ont ainsi complètement craqué sur l’œuvre d’une jeune comédienne, Lou. Un choix que Canal + s’est empressé de relayer sur sa page Facebook : «  ROMANE et RICHARD BOHRINGER ont choisi PUTAIN DE LUNE de Lou Bohringer et sera produit par BIZIBI. Merci pour tous les projets qui leur ont été proposés ! »

        Histoire de terminer par un éclat de rire, sur une affaire, hors le net, curieusement abstente des médias. Ne serait-ce pas encore une histoire de famillle ?

        Dément, non ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 2012 12:44

          velosolex


          Le montnant des retraites !!!

          Pourquoi la fin de vie doit continuer à maintenir les égalités de toute une vie active ?

          Pourquoi de toutes petites retraites. Quelle indignité ont commis les gens simples auxpetits salaires pour mériter de finir comme des miséreux

          Que valent de plus ces gens, gavés toute leur existence et qui auront droit à tout quand d’autres n’auront rien !

          Tant que les lois seront votées par les représentants de la classe bourgeoise, dominante et argentée, les pauvres seront négligés.

          Égalité des retraites pour tous !

        • L'enfoiré L’enfoiré 6 octobre 2012 09:28

          Velosolex, 

           Il y a une énorme différence entre la jeunesse qui passera « à la casse » demain et celle qui y est passée aujourd’hui. 
           Dernièrement, je me suis amusé à revivre mes 20 ans dans une petite pièce de théâtre entre 4 jeunes de même âge .
           Insouciance. On ne pense pas aux vieux. On les subit. 

          Nabum,
           « Égalité des retraites pour tous ! »
            Comme tout est dépendant de la vie active, que les cotisations de retraites sont différentes, que la vie est totalement différentes puisque nous sommes tous différents avec des envies différentes prises par la seule habitude, vous pensez bien que l’on ne pourrait accepter cela. 

        • velosolex velosolex 5 octobre 2012 12:55

          Nabum

          D’accord avec vous, mais je crois qu’il faudrait s’attaquer d’abord aux égalités de la vie active. Cette époque m’effraie : Les petits légitiment maintenant parfois les salaires des gros.
          Nous sommes dans un pays où les sardines votent pour les requins. La plus vieille histoire du monde peut-être. Il suffit de relire les animaux malades de la peste, de La Fontaine....L’homme du futur, en adéquation avec notre époque qui s’épuise, et épuise ses richesse, reste à inventer. Mais curieusement, les paradigmes d’égoïsme, de gloutonnerie obscène et de mépris cherchant une légitimation absurde n’ont jamais été si puissants.
          Un peu comme en 1988, où les nobles trouvaient qu’ils n’avaient plus assez de privilèges.


          • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 2012 12:59

            Vélosolex


            Les inégalités de la vie active peuvent se concevoir dans une échelle bien loin de ce qui existe actuellement

            Il y a les responsabilités, le mérite, l’engagement personnel, les prises de risque, bien des critères qui peuvent justifier une hiérarchie qui serait bien différente de celle d’aujurd’hui.

            Mais Rien, vraiment rien ne justifie que la solidarité acrédite les différences porofessionelles pour proposer des retraites si inégalitaires.

            Une seule retraite pour tous, une somme de dignité pour pouivoir payer l’ultime fin de vie !

          • velosolex velosolex 5 octobre 2012 13:31

            Il va de toute façon falloir s’adapter ou disparaitre.
            Il existe bien des façons de vivre en société, et il serait illusoire de croire qu’on peut se moquer du grand nombre sans être inquiété à son tour.

            Le véritable hold-up sur les richesses auquel on assiste depuis une trentaine d’années, s’appuyant sur le culte d’un libéralisme effréné, se moquant de toutes les conséquences, est en ligne directe avec ses fondateurs américains, eux mêmes liés à une conception de l’histoire yankee, ne voyant que la nature que comme une source inépuisable de richesses, que les plus forts pouvaient s’approprier, en vertu d’un darwinisme social mal maitrisé.
            Il existe d’autres façons que l’argent pour récompenser un individu, celui-ci étant le plus néfaste pour le milieu, ainsi que pour les autres.

            Il est temps de développer l’esprit social, le groupe, et de développer des politiques qui privilégient le long terme. A l’intérieur d’une telle politique, les problèmes de la santé et de l’éducation ne devraient pas être dans la main des lobbys.

             Savez vous que l’investissement boursier sur les maisons de retraite, assure un des meilleurs investissements boursiers, avec un retour immédiat de l’ordre de 10 à 20, en pourcentage.
            Ainsi, pour chaque problème,il existe, pour certains, des opportunités rêvées, et ça, d’autant plus que le politique choisit de se démettre, de ce qui devrait être ses obligations régaliennes.


          • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 2012 16:39

            velosolex


            Ils se moquent d’autant plus facilement du grand nombre que c’est eux qui ont défini des règles du jeu démocratique qui nient le plus souvent le grand nombre et qui lui donnent si peu de place le reste du temps qu’au final c’est l’argent qui fait les élections.

            Système vermoulu, système antidémocratique qui ne permet pas une représentatin juste et équilibrée des différentes composantes du corps social. Seuls les natis accèdent au pouvoir

            Démocratie ? Non oligarchie mafieuse

          • rocla (haddock) rocla (haddock) 5 octobre 2012 13:39

            c ’est bien connu , la mort est une absence de savoir-vivre .


            • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 2012 16:40

              Rocla


              Il est parfois bon de faire don de sn corps à l’absence et au silence 

            • Taverne Taverne 5 octobre 2012 16:47

              L’éventualité d’un projet de loi sur la prise en charge de la dépendance étant sans cesse repoussée depuis des années, c’est le système assuranciel privé qui de facto a été admis par les gouvernants.

              En effet, le nombre de personnes couvertes par un contrat d’assurance dépendance a progressé de 6% en 2011. Ce chiffre croît plus rapidement que celui de l’allocation personnalisée d’autonomie (+2%). Au total, 5,5 millions de personnes sont aujourd’hui couvertes par un contrat d’assurance dépendance. Le montant moyen de la cotisation annuelle est de 358 euros pour les contrats individuels et de 78 euros pour les contrats collectifs.Le montant de la rente mensuelle moyenne pour les contrats à adhésion individuelle est de 584 euros. Un chiffre supérieur au montant moyen mensuel de l’APA versée par les départements, qui est de l’ordre de 500 euros à domicile et de 478 euros en institution (avec bien sûr des différences importantes selon le GIR de rattachement).

              Mais en ne faisant rien, les pouvoirs publics ont laissé les assurances décider à leur place. Les socialistes auront beau affirmer que c’est la solidarité qui prime, au moment du vote, cet élément ne pourra pas être ignoré.


              • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 2012 18:11

                Taverne


                Cette sociét fonde désormais sa gourvernance sur l’iniquité ! 

                L’exclusion d’une grand epartie est en marche, dans tous les domaines un aprtheid par l’argent est ne action pour les soins, l’éducation, la vieillesse, la justice et tant d’autres domaine.

                La solidarité est morte, l’assurance est une forme factice de cette magnifique notion.
                Les socialistes ne sont pas gens de gauche, ils défendent le système, son mercantilisme et son inégalité. Le bourgeois de droite ou de gauche retse d’abord un bourgeois.

              • velosolex velosolex 5 octobre 2012 18:57

                Ces assurances dépendances sont un vrai régal pour les compagnies d’assurance, argumentant leurs contrats sur le marché de la peur, et de la prévoyance, de bons sentiments de personnes agées ne voulant pas être une charge pour leurs enfants.

                On cotisera dix ou vingt ans, pour un résultat illusoire : La plupart de ses assurances, à moins de payer des cotisations prohibitives, ne couvriront que le grand handicap, sanctifié par des médecins experts.
                 Quand vous en êtes arrivé là , la plupart du temps, il ne vous reste que peu de temps à vivre. je parle là en temps de probabilité et de statistiques, bien sûr, pas en temps d’espérance que chacun place humainement et sentimentalement en ses chances.

                Mais il faut savoir que la moyenne de séjour tourne en maison de retraite, entre deux et trois ans....Bien sûr ce sont des statistiques, mais ce sont eux qui font vérité pour les investisseurs, propres à tirer recette du marché de la peur et du grand âge.


              • C'est Nabum C’est Nabum 5 octobre 2012 19:02

                velosolex 


                Qu’importe l’habit, un margoulin reste un margoulin et en la matière nous en avons une belle collection dans ce pays.

                Bonne soirée

              • Laurent C. 5 octobre 2012 21:24

                nabum
                Ils sont marrants les commentateurs de votre article. Plein de bonnes idées avec de grands principes.
                Puis quand le sujet les concerne vraiment ...........

                Ben voilà, je suis concerné


                • C'est Nabum C’est Nabum 6 octobre 2012 06:24

                  Laurent


                  C’est si facile de parler en général, de développer des idées creuses. Merci de nous rappeler que ce billet évoquait au départ des gens qui me sont très proches.

                  Je vous souhaite tout ce qui convient pour tenir dans la dignité cette phase de votre existence. Merci d’être passé par ici.

                • Laurent C. 6 octobre 2012 10:35

                  C’est ma mère qui s’approche de plus en plus vite de cet état de dépendance. Veuve depuis 3 ans, alzheimer et DMLA.

                  Le problème se pose maintenant de l’aide à domicile .....
                  ........et pour moi de faire les bons choix à sa place.


                • L'enfoiré L’enfoiré 6 octobre 2012 08:30

                  Salut Nabum,

                   Merci pour cet article. Il va faire partie d’un des miens plus tard dans lequel j’irai aux « domaines pratiques ».
                   Pour avoir choisit le Grand Jacques aussi, qui dit bien ce qu’il en est.
                   Comme dirait quelqu’un : si tu ne veux pas vieillir, faudra que tu meurs jeune.
                   Comme je l’écrivais il y a longtemps « ’Papy, continue de boomer »
                   La société vieillit plus vite et plus longtemps. Le jeunisme est de la partie. 

                  • C'est Nabum C’est Nabum 6 octobre 2012 08:35

                    L’enfoiré


                    Merci pour vos mercis !

                    Nous tennons la route tant que l’on ne nous pousse pas dans le fossé ...

                    hardi les vieux, ferme sur la canne et la chopine ! Voilà une bonne dépendance ...

                  • L'enfoiré L’enfoiré 6 octobre 2012 08:58

                    Normal. « Geen dank » (pas de merci) comme diraient nos concitoyens du nord.

                    Beaucoup qui partent avant leur temps. Que l’on voit partir.
                    Certains vivent à du 200 à l’heure et meurent jeunes.
                    Brel a plein de chansons avec ce sujet. 
                    J’ai connu tellement de personnes qui ne savent pas vieillir aussi.
                    Qui se mettent à essayer de se rajeunir par tous les moyens, pour améliorer la carrosserie, sans pouvoir changer le moteur.
                    Comme vous dites, la perception du temps est très dépendante de l’âge.
                    Tout le monde en principe, à part maladie et l’accident, devraient à cause la médecine atteindre la retraite et dépasser allègrement la césure fatidique où il faut raccrocher.
                    Qu’est-ce que je leur conseillerais.
                    De garder la tête et les jambes. D’avoir une occupation qui leur mange le temps. Ne pas commencer à consacrer trop de temps à la télé. La télé est trop passive.
                    De rester interactif avec le reste de la société.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 6 octobre 2012 11:54

                    L’enfoiré 


                    N’oubliez pas que la fameuse espèrance de vie à cesser de s’allonger. Dans différents pays, elle a même reculé. Notre société va si bien qu’elle ne peut même plus garantir ce qu’elle nous vendait comme un espoir pour faire dui fric sur nos vieux os !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès