Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Réforme française du médicament : vraie réforme ou réformette (...)

Réforme française du médicament : vraie réforme ou réformette ?

A grand renfort de communiqués de presse et d'annonces médiatiques, est-elle finalement née la "divine réforme" du médicament  ? Même Irène Frachon dit s'en enthousiasmer.

Pourtant, il nous semble que ce projet de loi présenté en Conseil des Ministres et tel que décrit dans la presse, mérite quelques réflexions, analyses et commentaires.

1°) La seule chose de sûre de cette brillante réforme administrative, c’est le remplacement du sigle Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé) par celui d’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament). Comme souvent, on fait croire à de grands changements avec de simples changement de forme ou de look.

L’Afssaps a ces derniers temps été tellement « mouillée » que ce nom était traîné telle une casserole, au grand « dam » de l’industrie du médicament qui ne pouvait ainsi plus agiter « le sésame/l’approbation » d’une telle agence comme gage de fiabilité ou de qualité…

En changeant de nom, on fait croire qu’on repart « sur des bases propres ». Mais le changement de nom peut aussi être une stratégie commerciale : combien de fois l’industrie n’a pas commercialisé un même médicament mais sous des noms différents en fonction des pays où ils étaient utilisés. Ex : le vaccin H1N1 adjuvanté de GSK était commercialisé au Canada sous le nom d’ « Arepanrix » et en Europe, sous la nom de « Pandemrix ». Ces noms différents permettent, entre autres, de protéger la responsabilité des fabricants et de semer la confusion dans le public en cas d’effets secondaires car celui-ci se rendra bien sûr moins vite compte que c’est « encore le même médicament » qui est accusé aux quatre coins du monde !

 

2°) Encore une fois, il y a ici une confusion très grave dans le chef du Ministre Xavier Bertrand qui n’arrive pas à dissocier l’existence de déclarations de conflits d’intérêts et l’absence concrète d’influence due à ces mêmes conflits d’intérêts (qu’ils soient déclarés ou non) ! En effet, même si ces liens d’intérêts doivent être déclarés, cela ne suffit hélas pas à supprimer l’influence délétère sur le jugement clinique que ces liens vont générer et ce, au détriment du patient.

 

3°) L’obligation faite aux laboratoires de déclarer tous les avantages fournis aux prestataires de soins, aux médias spécialisés, aux associations, aux sociétés savantes et aux établissements de soins, part d’une bonne intention mais rien ne garantit au public que cette obligation sera respectée à la lettre. En outre, cette obligation, même si elle venait à être respectée, ne signifie pas que ces informations seront facilement accessibles au public qui ne saura ainsi pas forcément où les chercher et où les consulter très facilement. 

 

4°) Le fait que les firmes soient encore autorisées à venir promouvoir directement leurs produits devant un comité de médecins plutôt qu'en tête à tête individuel avec les praticiens, n'est pas forcément le gage d'une moindre influence car, selon les règles de la psychologie sociale, une ou deux personnes "leaders" peuvent avoir une influence décisive sur des groupes entiers... Pour ne pas facher les industriels, il était de toute façon clair que jamais la recommandation de l'IGAS (Institut Générale des Affaires Sociales) suppression pure et simple des visiteurs médicaux n'aurait été suivie.

  

5°) Quant au fait que le doute profitera soi-disant au patient et qu’il ne faudra pas surtout pas hésiter à retirer l’autorisation de mise sur le marché (AMM) en cas de problèmes après la commercialisation –dixit Mr Bertrand lui-même- on ne peut que s’étonner du TRES GROS DOUTE qui continue pourtant de bénéficier à Merck et à Sanofi Pasteur plutôt qu’aux patients concernant le Gardasil dont les effets secondaires inquiétants sont suffisamment connus et depuis suffisamment longtemps pour s’en inquiéter : n’était-ce pas en 2009 qu’une étude post-commercialisation sur ce vaccin et publiée dans JAMA faisait déjà état d’un surplus d’effets secondaires de type syncopes et thrombo-embolies ?

 

Mais il est vrai que, comme rappelé dans ce reportage de M6, c’était le même Xavier Bertrand qui était personnellement intervenu pour accélérer le remboursement du vaccin Gardasil avant même d’avoir reçu les avis des organismes ad hoc. Le même qui a aussi refusé de répondre, à l’occasion de ce reportage, sur les véritables raisons de son empressement…


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    




  • REFORMETTE A LA BACHELOT OU BERTRAND..

    IL FAUT COMMENCER PAR LA TETE....GOUVERNEMENT...QUI SPONSORISE QUI...QUEL
     
    PARTI...QUELS PROFESSEURS PASSENT A LA CAISSE...QUELS ELUS...........,,,,, ????

    empecher les élus et les profs de médecine de toucher des dessous de table..

    empecher les labos de vendre a 200 fois le prix de revient.......


    • Muriel74 Muriel74 2 août 2011 12:10

      Le vrai problème que cache ces mesurettes est la falsification des essais cliniques des médicaments, comme on semble le découvrir aux Etats-Unis
      http://www.lesmotsontunsens.com/medicaments-des-essais-cliniques-falsifies-10925
      Merci pour votre article et votre site que je consulte régulièrement


        • paul 2 août 2011 20:17

          Après les scandales récents du Médiator et du milliard perdu pour le vaccin H1N1, le gouvernement se devait de réagir, d’où cette réforme anesthésiante contre les critiques .

          On parlera plutôt d’une réforme cosmétique qui ne changera pas les multiples conflits d’intérêts entre la puissance industrie pharmaceutique, transnationale, et les services publics, les professionnels de la santé, la recherche, les services de contrôle, les experts .
           Pr Even, président de l’institut Necker, indique par exemple que si l’on supprimait un millier de médicaments qui ne servent à rien, 8 à 10 milliards pourraient être économisés à la Sécu dont le déficit est de 11 milliards .
          La formation continue des médecins est assurée par l’industrie, la presse médicale est sous contrôle, aucun moyen n’est dégagé pour des experts compétents et indépendants
          Le problème de fond concernant la Recherche n’est pas véritablement abordé ((blockbusters privilégiés) .


          • Lorelei Lorelei 3 août 2011 03:38

            une reformette pour faire oublier les crimes des organismes qui sont de mêches avec les groupes pharma qui pompent le fric de la sécu


            • @ lorelei

              tout a fait ok...avec vous encore une fois.....en vendant les médicaments...200 fois leur prix

              de revient........ou les génériques revenant a 20 centimes d’euro a 90% DU PRIX DE

              L ORIGINAL et en achetant beaucoup de soi-disants experts profs ou politiques..

              LE TROU DE LA SECU....EST HAITS PAR LES LABOS ET LEURS AMIS DE L UM....PS

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès