Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Une grève historique pour une profession en mal de reconnaissance

Une grève historique pour une profession en mal de reconnaissance

Le 11 mars dernier les infirmiers anesthésistes, plus communément appelés IADE dans le jargon hospitalier, se sont arrêtés de travailler à près de 85% et ont manifesté à Paris et dans toute la France, perturbant les blocs opératoires français puisque près de 3/4 des interventions se sont vues reportées.

Quelle est cette profession méconnue du grand public ?

L’IADE est un infirmier spécialisé qui a suivi le cursus de base (3 ans) associé à une formation spécialisée de 2 ans sanctionnée par un diplôme d’état. Avant de pouvoir effectuer cette formation plusieurs pré-requis : avoir travaillé en secteur de soin pendant une durée d’au moins 2 ans avant de pouvoir se présenter au concours d’entrée en école d’infirmier anesthésiste.
Il faut donc au minimum 7 années pour former un infirmier anesthésiste...
Cette spécialité est la plus longue de la filière infirmière, (Cadre de santé :10 mois, Puéricultrice : 12 mois, Infirmière de bloc opératoire : 18 mois)

Les IADE ne sont que 7500 sur le territoire français (rappel : 480.000 infirmiers en France).

Quel rôle a l’infirmier anesthésiste :

Les IADE sont les proches collaborateurs des médecins anesthésistes dans la pratique de l’anesthésie et dans l’organisation plus générale de cette activité. 8000 médecins anesthésistes et 8000 infirmiers anesthésistes réalisent annuellement près de 15 millions d’actes anesthésiques.
Eux seuls disposent de l’exclusivité de l’anesthésie.
C’est-à-dire qu’aucun médecin ou infirmier non anesthésiste ne peut réaliser d’actes anesthésiques en France.

Les infirmiers anesthésistes se chargent :

- de la vérification, préparation et entretien du matériel d’anesthésie

- de vous accueillir au bloc opératoire, ou toute autre structure où on pratique l’anesthésie (SAMU, endoscopie...)

- d’effectuer les gestes concourant à l’anesthésie (pose de perfusion, intubation trachéale, ventilation artificielle...)

- d’être le garant de la sécurité du patient anesthésié. Il est aux côtés du patient en permanence.
Il assure de façon autonome la surveillance et la qualité de l’anesthésie, du réveil ainsi que la prise en charge de la douleur post-opératoire.

- de la fonctionnalité de tous les appareils utilisés.

Métaphore  :

L’équipe d’anesthésie est souvent comparée à l’équipage d’un avion avec un pilote (le médecin anesthésiste) et un copilote (l’infirmier anesthésiste). Lors d’un vol d’avion, les risques sont les plus élevés au décollage (endormissement) et à l’atterrissage (réveil). Le médecin anesthésiste est le commandant de bord, mais il est toujours secondé par un infirmier anesthésiste.
Ce dernier assurera seul dans la majorité des cas la surveillance pendant la chirurgie ou l’examen médical, ainsi que la qualité du réveil.
De part sa formation et ses compétences il connaît les gestes adaptés à la situation d’urgence qui se présente à lui, en attendant l’arrivée du médecin.

Ceci est le fonctionnement quotidien des équipes d’anesthésie en France.

Pourquoi la colère de cette corporation ?

L’actuel protocole d’accord du 10 février 2010 a complètement mis le feu aux poudres...
Il prévoit des revalorisations salariales pour les IADE que l’on pourrait qualifier d’aumône,(inversement proportionnelle aux années d’études) en plus de perdre la catégorie active, soit un passage en catégorie dite sédentaire et départ à la retraite à 60 ans contre 55 auparavant.
"Nous nous sentons bafoués, trahis, méprisés" se confient les professionnels. "le différentiel entre un infirmier et un IADE ne sera plus que de 100 euros mensuel, qui ira reprendre deux années d’études difficiles et accéder à un tel niveau de responsabilité pour 100 euros ?!"
"Déjà que notre profession n’est pas attractive, elle le sera encore moins !"
 

Près de 18 questions écrites au gouvernement ont été déposées à l’assemblée nationale et publiées au J.O. par des députés, dont près de la moitié de la majorité UMP. Les élus sensibilisés au problème avouent eux même être abasourdis par ce qui est proposé aux IADE.
 
Fait rare, le Syndicat National des Praticiens Hospitaliers en Anesthésie Réanimation a lui même appelé tous ses adhérents médecins anesthésistes à soutenir la grève des infirmiers anesthésiste contre la dévalorisation de leur spécialité.
 
LE Jour J
 
Le 11 Mars ce sont 1800 IADE de France qui sont venus manifester devant le ministère de la Santé. A Bordeaux ils étaient 500, à Montpellier 250, à Lyon 800, 250 à Marseille...Ces manifestations ne se sont pas faites sans mal car plusieurs dossiers sont en cours pour assignations abusives de la part de certaines directions d’hôpitaux...
Près de 85 % de gréviste sur le territoire et près de la moitié des effectifs totaux dans la rue !
Près des 3/4 des interventions chirurgicales annulées ou reportées.
Quelle corporation en France atteint des scores de mobilisation aussi importants de nos jours ?
 
Le silence des Médias
 
Même si ce fort mouvement a su trouver un relais dans la presse quotidienne régionale, l’on ne peut que s’interroger sur le silence des médias nationaux. Comment ont ils pu passer à côté de cette information ? A leur décharge l’actualité sociale ce jour là était fournie mais l’absence de relais au niveau national reste impardonnable du fait de son caractère historique.
 
L’ensemble de la profession reste mobilisé et attend avec impatience la réouverture des négociations. Tout les yeux sont rivés à présent sur Madame Roselyne Bachelot, les personnels se préparent tout de même à d’autres journées d’action qui feront, ils l’espèrent beaucoup plus de Bruit.
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Bardamu 16 mars 2010 11:04

    Enfin !... ils réagissent, ceux-là !... car, grand Dieu, qu’ils sont anesthésiés !

    Le problème de l’hôpital public : on y a plus peur de la petite bête -microbes fantasmés à s’en user la couenne (lavage compulsif des mains !)- que de la grosse -Bachelot qui en sonne le glas !


    • Bardamu 16 mars 2010 11:12

      Sinon, les infirmiers anesthésistes ont généralement la grosse tête !

      Pour peu, ils snoberaient leurs collègues -simples infirmiers- se croyant dès lors les égaux des médecins.

      Quand on sait qu’un médecin -hormis Céline, mon maître !-, ça n’invente guère la poudre !... pas de quoi pavoiser alors ! 

      Une grève corporatiste ne sert à rien... qu’à diviser les forces, quand il faudrait les rassembler.

      Mais, sûr, si on est un tantinet élitistes (ouaf ! ouaf !)... comment y résister !


      • appoline appoline 16 mars 2010 13:11

        Le système hospitalier est en pleine déliquescence.. Trop de personnels hospitaliers sont imbus d’eux-mêmes et font des ravages dans leur service. La situation s’est bien pourrie au cours des ces dernières années et maintenant même s’ils le voulaient, il serait impossible de faire marche arrière.

        Donc le système est voué à crever et va laisser le patient démuni devant toute merde. La rivalité entre spécialités n’est que le reflet de la connerie humaine.

      • Bardamu 16 mars 2010 16:16

        Chantecler !... bouh !... du calme, l’ami !
        Sais-tu lire ?
        J’ai évoqué Céline en tant que médecin, et non qu’anesthésiste !
        La colère va !... jusqu’à en troubler ta vue !

        Trop bien-pensant...et pensant si mal pourtant !
        Pourtant, tu ne m’as pas l’air si jeune -ta photo !... il serait temps d’apprendre la vie, mon garçon !... ne plus jouer les enfants !

        Déjà, as-tu peur des vilains microbes !... crois-tu dur comme fer en des charlatans -les psys !... que d’autres alors, dans l’infinie collection de tes erreurs et phobies ?


      • Bardamu 16 mars 2010 19:57

        Etonnant personnage !... et pourtant si classique !


      • ChatquiChouine ChatquiChouine 16 mars 2010 13:17

         Personnellement, ce qui me choque le plus, c’est que Bachelot soit encore habilitée à négocier quoi que ce soit.
         Cette incompétente notoire aurait du se faire virer manu-miitari depuis ses errements sur la grippe A....et rendre des comptes devant la justice pour l’ énorme gachis financier dont elle s’est rendu coupale.


        • finael finael 16 mars 2010 14:10

          Bonjour,

          Ma mère était infirmière anesthésiste, métier qu’elle a exercé de 1955 à 1980 (même après avoir été médecin).

          Cela a toujours été un métier particulièrement difficile où il faut gérer la vie des patients.
           
          Dans bien des cas, si celui-ci succombe, la faute en est rejetée sur l’anesthésiste !

          Particulièrement difficile, mal payé, et peu ou pas reconnu, c’est un métier qui sauve bien des vies !

          Je suggère à ceux qui estiment que ces gens « ont la grosse tête » d’aller voir comment ça se passe, voire de se faire opérer.

          Je leur suggère de faire connaissance avec l’un ou l’une de ces IADE ... et de voir dans quel état ils reviennent de leurs opérations, de leurs gardes.


          • Bardamu 16 mars 2010 16:19

            Pénibilité et grosse tête : je ne vois pas le rapport !


          • Bardamu 16 mars 2010 19:54

            Adieu, beau coq !

            Tu auras ainsi tout le temps nécessaire... pour te beurrer la biscotte, le drôle !

            « Pauvre type » !... l’insulte participe d’un système projectif, je crois -tu dois le savoir, toi le féru de psycho !... défense psychologique, un tantinet archaïque, consistant à attribuer à l’autre affects comme attributs qui nous sont propres !

            Tes commentaires ne m’ont guère enrichi, certes !... mais je te souhaite une bonne continuation, tout de même !


          • @distance @distance 16 mars 2010 16:08

            Le silence des Médias

            QUI s’en étonnent encore ?

            à qui appartiennt-ils ces médias ?
            Depuis la fin du monopole public de la radio en 1981, puis de la télévision en 1984-1986, le secteur des médias a été pris d’assaut par des entreprises industrielles ou financières extérieures (BTP, armement, traitement des eaux, télécommunications...).

            Les médias sont des grands centres de la censure ; des entreprises liées aux gouvernements qui ne communiquent au grand public - à leurs gouvernés - que les informations qu’elles jugent bon de rendre publiques. Le vacarme des scandales financiers ou écologiques est à mesurer au silence général des entreprises sur leur fonctionnement et sur les opérations qu’elles mènent au jour le jour.

            télé-bocal diffuse tous les jours
            sur la TNT hertzienne canal 21
            également sur Free canal 215
            sur Neuf box canal 330
            sur Numéricâble canal 16
            et sur Noos canal 11
            http://www.telebocal.org/bocal2/
            Encore une belle fiesta pour fêter le printemps



            • Nozinan Nozinan 17 mars 2010 14:57

              @Bardamu :
              Qu’est ce qui vous rend si aigri, qu’avez vous envers notre profession.
              Déblaterrer des saloperies même avec le verbe de Molière ne vous rend pas plus intéressant...


              • Bardamu 18 mars 2010 10:16

                Dois-je répondre à un tartufe ?... de plus, censeur en herbe !
                Certes, non !... je le laisse à son supposé dévouement, celui-là. 

                PS :
                Aigri, Bardamu ?
                Que nenni !... bien plus vivant, alors !

                Aigri ?... toi, tu l’es par contre !... ton verbe sentant l’asepsie, ce prélude à la mort, l’ami !


              • hopenessgone 21 mars 2010 22:00

                Bon, Ben... Je viens de lire toutes les réactions et... Bof !
                Petite contribution :
                - En effet, le métier d’IADE est sans doute un métier difficile (horaires, responsabilités, pression de la hiérarchie, pression du malade,...)
                - En effet, ils ont une qualification spécifique (3+2...)
                - En effet, ils sont sans doute pas assez payés.
                - En effet, ils ne sont peut-être pas assez nombreux.
                Mais, ottez d’un doute : ce type de constatation n’est-il pas applicable à n’importe quel métier ? Pour autant que l’on soit de là corporation concernée.
                Alors, bon, le delta de salaire entre IDE & IADE se contracte... Ben, faute à qui ? Aux IDE, qui ont défendus leur beefsteak ? Aux IADE qui on tardé dans leurs revendications ?
                Bôâf ! On en revient toujours au même pb : qquel prix est-on pret à mettre pour notre système de soins. Il est certe très bôô. Mais il est aussi très cher (double sens...).
                Trop cher ? C’est à voir. En fait, la vrai décision politique est, à mon avis, là : quelles priorités pour l’état : la justice, la sécurité, la santé, l’éducation... Ou... Pleins d’autres choses ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès