Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > 28 morts dans un accident de la route : Sont-ils évitables grâce à la (...)

28 morts dans un accident de la route : Sont-ils évitables grâce à la technologie ?

C'est un drame intolérable vécu aujourd'hui par toute l'Europe solidaire des familles des victimes belges ! Mais cet accident qui est survenu vers 21h15, mardi soir, dans un des tunnels de Sierre, un canton suisse du Valais, tuant 28 personnes dont 22 enfants et faisant 24 blessés aurait-il pu être évité grâce aux nouvelles technologies développées en matière de sécurité ?

Les premières informations délivrées indiquent que le car a "pour une raison inconnue, dévié de sa trajectoire et percuté une paroi du tunnel. Le véhicule a ensuite heurté de plein fouet un mur en béton, situé à l’extrémité d’une place de secours. D’après la police suisse, le choc frontal a été d’une extrême violence".

D'après le quotidien belge Le Soir, "le car roulait probablement trop vite" et il convient de se poser la question : avec les technologies dont nous disposons aujourd'hui, grâce aux GPS aux positionneurs par satellites, aux capteurs et aux systèmes d'alerte de vigilance, peut on éviter des morts sur la route ?

Peut-être faut-il changer la réglementation dans chaque pays, afin d' éviter que des situations de cette nature ne se reproduisent et imposer aux véhicules de transport en commun et aux poids lourds qui ne sont plus sous le contrôle de leur chauffeur, un arrêt d'urgence généré par la technique. Et pourquoi ne pas l'étendre à l'ensemble des véhicules circulants ?

Après tout, ce systèmes existe bien en matière de transport ferroviaire : "la barre de l'homme mort" avec son système de surveillance associé, impose au chauffeur du train de signaler sa présence d'homme vivant et en état de conduire toutes les quinze à vingt secondes. Sinon le train s'arrête en mettant en oeuvre ses procédures de sécurité. Un simple coup de sifflet du train suffit pour signaler à l'ordinateur qu'il y a bien quelqu'un aux commandes !

Cette situation est elle transposable sur la route avec l'évolution des technologies ?

On sait aujourd'hui déceler les signes de fatigue ou d'absence d'attention rien qu'en suivant le regard de quelqu'un... Un appareil photo ou une micro caméra est capable de cadrer un visage et le système de reconnaissance faciale est potentiellement utilisable pour reconnaître les signes de fatigue chez un individu...

Et puis on sais aussi, pour l'avoir vécu, que l'endormissement d'un chauffeur n'est que très rarement spontané et que les signes avant-coureurs d'inattention et de comportement trouble sont décelables plusieurs minutes à l'avance par des mouvements désordonnés reconnaissables par leur mauvaise coordination : une tête qui vacille, un chauffeur qui baille de façon répétée, un véhicule qui zigzague très légèrement, et qui pour revenir dans l'axe donne de légers coups de volant ou qui procède par à-coups de redressement de trajectoires.

La technique existe : aujourd'hui on joue avec des Wii et on se fait détecter par des jeux Kinnects... La reconnaissance gestuelle est immédiate et permettrait à la sécurité routière de faire un grand bon en avant... On détecte bien les autre véhicules, lors d'une marche arrière on a des caméras de recul et des détecteurs anti-collision, ce qui était encore impossible il y a quelques années : une voiture est même capable de se garer toute seule.

En circulation, le GPS donne une alarme sonore au conducteur si celui-ci dépasse la limitation de vitesse à quelque kilomètres près. Particulièrement utile pour l'aide à la conduite. Il ne s'agit pas d'abandonner la responsabilité d'un chauffeur à la technique, mais bien d'apporter une assistance ou un rappel au bon comportement routier.

Et puis qui sait, si il y avait des capteurs d'assistance à la conduite sur la route, qui détectent instantanément le comportement anormal, on pourrait dès lors envisager de créer une alerte suffisamment forte pour empêcher un chauffeur de s'endormir et lui imposer le ralentissement immédiat jusqu'à l'arrêt du véhicule.

Oui, il faudra sans doute en passer par la technologie pour gagner en sécurité, mais cette petite restriction de la liberté de faire n'importe quoi sur la route pourrait bien sauver de nombreuses vies !


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 15 mars 2012 09:57

    a la place de trop de technologie, on pourrait reflechir sur une vraie police de la route formée pour assurer la sécurité et capable d’apprécier réellement la dangerosité des erreurs de conduite, en abandonnant toute idée de quotas, dégagée de toute pression statistique, qui préfère la prévention et la discussion à la contravention systématique.......

    http://2ccr.unblog.fr/2011/05/16/je-suis-pour/


    • dup 15 mars 2012 10:48

      ehh je crains que la fatalité est pas évitable par de la technologie. Je suis étonné que ça arrive pas plus souvent. Il suffit d’une 1/2 seconde d’innatention pour passer sur une bordure et être destabilisé.


      • HELIOS HELIOS 15 mars 2012 21:28

        ... votre remarque est bien pertinente, et votre : « Je suis étonné que ça arrive pas plus », demontre clairement qu’il existe un espace de sauvegarde auour des erreurs que nous faisons tous.

        La technologie ne resoudra pas grand chose de plus, par contre, dans le cadre de cet espace de sauvegarde qui est donné a l’erreur pour que les consequences soient mineures, il faut evidement s’assurer de la qualité de cet espace.

        Je m’explique... sur la route, les voies de circulations sont elargies pour que les vehicules ne se croisent pas de trop pres, il existe une berne pour qu’une manoeuvre excessive n’entraine pas la chute dans le fossé, ces même fossés ont la plupart disparus, remplacés par des glissieres.... tout cela forme cet espace de sauvegarde !

        Le cas du bus en Suisse est typique, Le bus etait en condition, le chauffeur reposé, la vitesse raisonnable et l’accident est arrivé. MEME SI il y a eu defaillance humaine, MEME SI il y a eu defaillance technique, le massacre a eu lieu parce que l’espace de sauvegarde etait insuffisant et SURTOUT MAL FAIT.

        En effet, dans un tunnel de surcroit, on de doit pas mettre obstacle dans le sens de la marche. Même les plombiers le savent, dans un tuyau on ne met pas d’asperité.... Or tout le monde la vue, la galerie arrivant sur la voie principale forme un « mur » en beton sur lequel n’importe quel vehicule ayant perdu sa trajectoire normale va s’encastrer,

        C’est helas ce qui est arrivé.

        Avant de chercher midi a quatorze heure, reflechissons quelques secondes et demandons a tous ceux qui sont si fort pour nous pondre des normes sur la qualité et la couleur de cerises, de s’occuper et de controler ce qui semble au premier avis important.

        Revisons tout au long des routes ces pieges volontaires (du genre Grosses Pierres en face de l’entrée d’un rond point, ou ces même murs dans les tunnels, pont etc) ou involontaires comme les faux jours a certaines heures amplifiés par des panneaux, ces même panneaux qui cachent les croisement etc... vous connaissez tous un exemple.

        Moi aussi, je suis etonnés que cela n’arrive pas plus... l’espace de sauvegarde est important, la qualite croissante des axes de circulation et la chute des accidents le demontrent au quotidien... a ne pas melanger avec des mesures imbeciles que nous voyons fleurir tout au long de nos routes... 2000 de plus cette année.


      • Tall 15 mars 2012 10:49

        L’avenir est aux véhicules robotisés. Il n’y aura plus de conducteur humain.

        Dans cet accident-ci, le car aurait d’abord heurté le mur à sa gauche ( donc extérieur au tournant ) avant de rebondir de l’autre côté de la route dans le mur frontal de l’échappatoire qui , lui, était situé à la sortie du tournant, côté intérieur.
        Il aurait donc tout simplement loupé son virage. Mais pourquoi ?
        A noter que le car n’était en route que depuis une bonne 1/2 heure.


        • Tall 15 mars 2012 11:19

          rectif : il a d’abord tapé à l’intérieur du tournant, a rebondi vers l’extérieur, puis rebondi à nouveau vers l’intérieur


        • L'enfoiré L’enfoiré 16 mars 2012 10:53

          Très juste Tall.
          Un vieil article sur le sujet (enfin sur la mobilité en général)


        • Matozzy Matozzy 15 mars 2012 12:05

          Comment utiliser l’émotion d’un pareil drame pour tenter d’avancer vers une dictature du controle...

          NON. Ce qui s’est passé est dramatique. Mais la vie est dramatique. On ne pourra jamais empecher les accidents. Ce n’est pas la surenchère de technologie qui empechera les drames.

          Plus il y’a de facteurs, plus il y’a de failles. Et la technologie est tout aussi faillible que l’être humain qui l’a conçue.

          Non, on ne veut pas d’une société sous controle, ou un véhicule ou être humain ne peut plus sortir des clous, des lignes ou autres... tout ça pour une prétendue « meilleure sécurité ».

          Je bosse dans le domaine de l’automatisation et du controle informatique. C’est formidable ce qu’on arrive à faire. Mais cela à aussi ses limites et ses failles. Dans tous les cas, je pense que l’être humain doit garder la vigilence et le controle. Et ne jamais s’en remettre complètement au controle d’une machine (dérive systématique quand l’être humain est mis dans un tel contexte).

          Et... le pire, se sont les marchands de peur qui vont jouer sur l’émotion d’un tel drame pour avancer leurs propres intérets.


          • bloggerfou bloggerfou 16 mars 2012 09:51

            Chers amis Agoravoxiens.


            D’abord je vous remercie pour cette contribution à ce débat, et comme vous je suis littéralement effondré de cet accident qui a coûté la vie à 28 personnes dont 22 enfants.

            Je présente, comme tout un chacun, mes très sincères condoléances aux familles des victimes et je crois que mes mots sont malheureusement inutiles pour accompagner tant de douleur.

            Mais moi aussi je suis père de famille et ce jour là, moi aussi j’avais un enfant sur les routes, d’abord en train, puis et car... Je me suis donc senti très concerné.

            Je ne fais pas partie des chantres du tout contrôle absolu en matière de sécurité, de même que, comme vous, je ne suis pas prêt à abandonner ma sécurité et celle des autres à la technologie.

            Je ne cherche en aucun cas à surfer sur les peurs du quotidien, ni à être un prophète de l’apocalypse technologique et industrielle... Je suis très loin de l’ordinateur Hal 9000 de 2001 Odyssée de l’Espace et de Bienvenue à Gattacca.

            Il n’empêche que : la technologie de système embarqué permettrait de déceler les signes avant-coureur d’une fatigue ou d’un comportement anormal.

            Pour l’avoir vécu, j’ai parfois été victime d’un début d’endormissement au volant, comme beaucoup de conducteurs, et si personne n’avait été là pour me crier attention, j’aurais pu avoir un accident grave et tuer ma famille et faire peut être d’autres victimes puisque j’étais au volant.

            Je ne veux pas, moi non plus, d’une société contrôlée, mise en fiche et aseptisée par les Etats contrôleurs et dénués de toute fonction humaine avec l’informatique à tous les étages.

            Je veux seulement faire avancer le débat sur l’assistance à la conduite grâce à l’informatique de bord dans l’automobile. 

            Selon quelques témoignages d’enfants rescapés, le chauffeur aurait tenté de mettre un DVD dans un lecteur et aurait pu perdre le contrôle du véhicule en faisant cette manoeuvre. Je le dis au conditionnel, car seule l’enquête accident de la police suisse et des experts pourra faire la lumière. Et je ne tirerai pas de conclusions sur l’accident.

            Si c’est le cas, bien évidemment les 30 secondes nécessaires à la mise en place d’un DVD sont 29 secondes de trop. Et l’accident, particulièrement celui là était peut-être inévitable.

            Mais tout de même, je ne peux pas m’empêcher de me poser la question sur ce qui pourrait aider à trouver un peu plus de sécurité.

            Il faut peut-être réfléchir à un système autonome d’assistance et d’alerte à la conduite, qui décèlerait sur les visages les yeux qui ont tendance à papilloner, les baillements répétés d’un conducteur, les petits mouvements de tête caractéristiques de l’homme fatigué au volant, les petits coups de volant intempestifs que l’on donne pour redresser une trajectoire, l’utilisation d’un téléphone portable, ou les mouvements sans grand intérêt pour la conduite attentionnée d’un véhicule tels que la mise en place d’un DVD ou la prise d’une boisson au volant... Et il y en a bien d’autres... On peut même aujourd’hui avoir des capteurs de pression de pneus instantanés qui décèle une chute de pression même légère.

            Ces détections diverses grâce à la vidéo embarquée, sans conséquences pénalisantes pour le chauffeur d’un véhicule, lui permettraient peut-être d’avoir une alerte sur son comportement une à deux minutes à l’avance et de modifier celui-ci de manière à se mettre en sécurité et ainsi accroître la sécurité de ses passagers et des autres usagers de la route.

            Je n’aime pas, moi non plus, le tout contrôle, et je milite activement pour l’utilisation des GPS d’aides à la conduite et avertisseurs de zones dangereuses. Vous pourrez d’ailleurs lire mon papier de mai 2011 sur le GPS utile.

            Mais si je peux apporter ma pierre à l’édifice du débat sur la sécurité routière en faisant réfléchir les constructeurs d’outils d’assistance à la conduite sur le fait de déceler à l’avance les petits signes qui préludent à un accident routier, alors, là oui, quitte à passer pour un impétrant, je veux bien insister et poursuivre dans mes convictions.

            Je n’ai aucune certitude à ce sujet, je ne suis absolument pas certain que l’informatique aurait pu sauver des vies, amis tant que l’on aura pas essayé, personne ne saura ! En tout cas, amitiés à tous les Agoravoxiens qui débattent positivement ou négativement sur ce sujet... 

            Rappelez vous tout de même la phrase d’albert Einstein : « Deux choses sont infinies : l’univers et la bêtise humaine... Pour l’univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »


          • Hétérodoxe 15 mars 2012 12:28

            Tu sais, quand un bateau coule en pleine méditerranée avec des dizaines de gosses à son bord dans l’indifférence générale, c’est justement à cause des contrôles un peu trop tatillons....

            Sinon, je te conseille Bienvenue à Gattaca ... film pas exceptionnel mais qui montre à quel point une société contrôlée électroniquement n’aurait rien à envier aux pires régimes totalitaires de la planète.


            • jymb 15 mars 2012 13:24

              La technologie intelligemment utilisée sera au contraire un outil de liberté sécurisée

              Imaginons une autoroute a vitesse libre mais régulée par des capteurs d’espacement avec le véhicule précédent , des capteurs d’adhérence au sol corrélés aux capacités techniques du véhicule utilisé et un guidage latéral.

              Le concept de vitesse normale ou excessive disparaît. Seule compte les possibilités de translation du véhicule en toute sécurité

              Mais pour en arriver là, il faudra vaincre beaucoup ;de blocages mentaux et dogmatiques


              • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 15 mars 2012 13:28

                Bonjour,

                Les systèmes de positionnement global sont tous basés sur une triangulation entre trois satellites en orbite basse dont la position est connue avec précision.

                Le signal GPS, basé sur des satellites militaires américains qui ont été déployés dans les années 80 et dont l’accès a été rendu public, donne la position à 30 mètres près. C’est trop peu pour un guidage efficace sur une voie routière. L’apparente précision de nos récepteurs GPS qui placent la flèche au milieu de la route est simplement due à l’interpolation (moyenne) entre une quantité variable d’échantillons de position.

                Le système soviétique GLONASS, dont le déploiement a été interrompu dans les années 90 quand l’Union Soviétique s’est effondrée, mais qui fut repris dans les années 2000, devait théoriquement obtenir une précision de l’ordre du mètre, mais sa couverture actuelle (en nombre de satellites) est insuffisante pour obtenir les performances annoncées sur le cahier des charges... ce qui a d’ailleurs poussé M. Poutine à taper du poing sur la table l’année dernière pour accélérer son déploiement.

                On ne peut donc pas compter sur ces systèmes, actuellement, pour obtenir un guidage routier précis. Par contre, la technologie existe pour éviter les obstacles. Un système de ray casting (radar frontal) permet d’évaluer les obstacles et les objets mobiles devant un véhicule, et au minimum déclencher une alarme à destination du conducteur, au maximum corriger de lui-même la trajectoire.

                « Trajecter » automatiquement un véhicule sur un parcours sinueux, l’informatique sait le faire. Le contrôle de la vitesse du véhicule est quelque chose de plus délicat par contre, car de nombreux paramètres doivent être évalués afin d’éviter les nombreux incidents qui mènent à la sortie de route. Mais des algorithmes suffisamment renseignés savent aussi le faire avec un taux d’échec acceptable, désormais inférieur à l’expérience humaine.

                Reste ensuite le dernier problème qui est celui de l’évitement des obstacles qui ne devraient normalement pas être présents sur le parcours, comme par exemple un enfant qui traverse juste devant la voiture en poursuivant son ballon. Ici, aucune solution n’est pour l’instant aussi efficace que l’oeil humain, qui sait séparer ce qui est « décor » et ce qui est « acteur » en une fraction de seconde. L’informatique sait faire ça, avec une caméra, sur des plans fixes (ce sont les algorithmes de détection de mouvement) ; mais pas encore sur des plans mobiles. Tout l’enjeu algorithmique est bloqué sur ce problème à l’heure actuelle : créer un algorithme de détection de mouvement qui fonctionne alors que le sujet porteur de la caméra est lui-même en mouvement.

                On obtient d’assez bons résultats en filtrant par moyennage puis en analysant les dérivées de ces images ; un pic dans la dérivée indiquant une intrusion dans le décor. Mais le taux de réussite n’est pas encore assez satisfaisant. De nombreuses entreprises, et non des moindres (Google, par exemple) y travaillent actuellement.

                C’était le point de vue de l’informaticien. Bonne journée smiley

                 


                • Tall 15 mars 2012 19:32

                  L’informatique n’est pas apte à remplacer un chauffeur humain sur route.

                  Il faudra l’IA forte pour ça.

                • Croa Croa 15 mars 2012 22:13

                  Avec Galiléo la précision sera bien meilleure, le système étant 100% civil, il ne subira pas les altérations d’usages propres au GPS. Mais il ne faudra pas trop faire confiance aux automatismes si nous voulons gagner en sécurité ! (Compter dessus pourrait inciter les chauffeurs fatigués à poursuivre par exemple.)


                • L'enfoiré L’enfoiré 16 mars 2012 12:01

                  « GPS, sois mon guide, mais pas toujours »
                  Mais le GPS n’est pas le seul outil à la conduite.
                  Les dauphins, les chauvesouris ont encore beaucoup à nous apprendre.


                • Matozzy Matozzy 15 mars 2012 14:57

                  « Mais des algorithmes suffisamment renseignés savent aussi le faire avec un taux d’échec acceptable, désormais inférieur à l’expérience humaine. »

                   

                  Je comprend l’élément statistique. La question c’est : « comment réagira celui dont l’enfant y passera à cause d’une faillite technique ? » Même si on me démontre statistiquement qu’il y’a moins de mort sur le routes dans le cas d’une route régulée par la technologie, qu’une autre régulée par le control humain et individuel... cela n’empeche que je n’accepterai pas de perdre mon control individuel pour m’en remettre au controle d’une machine... en qui je devrais prier d’être du bon coté des statistiques.

                  L’un des facteurs le plus important de notre humanité, c’est notre control individuel. C’est ce qui nous donne la capacité de réagir, de prendre des décisions, d’évoluer...etc...

                  Si on veut nous le retirer pour sécuriser de routes, on nous le retirera dans les autres domaines aussi, pour finir en troupeau de moutons, dirigé et régulé par des machines ou autre organisme qui prendront les décisions à notre place. Et pas seulement les décisions d’évitement d’un enfant...

                  Ce n’est pas un choix de performance statistique, mais un choix de ce que nous voulons être. La responsabilité de conduire de notre véhicule est plus importante qu’un simple élément de sécurité.


                  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 15 mars 2012 16:36

                    Mais c’est déjà le cas, Matozzy.

                    Quand vous montez dans une voiture, vous transférez la responsabilité de vous déplacer de vos jambes à une machine.

                    Que vous pensiez contrôler totalement cette machine est une illusion : si l’ordinateur de bord plante ? Si une durite de freins lâche ? Si une fuite quelconque quelque part se mettait à provoquer l’emballement du moteur ?

                    Ou même, tout simplement, si vous roulez sur un clou et que vous crevez une roue ?

                    Le clou, vous l’auriez vu venir à pied. En voiture, non.

                    La responsabilité que vous revendiquez, vous l’avez déjà déléguée ; c’est la civilisation humaine qui a commencé à la déléguer au moment où elle a inventé la roue.


                  • ykpaiha ykpaiha 15 mars 2012 15:12

                    La seule et unique facon de réduire les risques est d’imposer que tout transport en commun et de marchandises dans l’UE au dela de 300 Km soit interdit par la route...

                    Que l’on ne réponde pas que c’est trop cher voila bien un sujet d’investissement qui permettrait une vraie économie de se mettre en place...et que l’on arrete de nous seriner que c’a coute trop cher la sncf n’a jamais gagné autant...

                    Quand aux tarifs ...c’est comme pour les autoroutes ...si on arretait de nous prendre pour des cons.

                    Mais Y a t’il encore une vrai politique en Europe ?


                    • Croa Croa 15 mars 2012 22:22

                      Ce qui existe est équivalent puisque les grands trajets en autocar nécessitent deux chauffeurs au moins.

                      C’est vrai que les trains sont chers, comparés aux cars et aux voitures particulières. A mon avis ce n’est pas normal ! (Les gens acceptent parce que c’est moins fatiguant de voyager en train.)


                    • SATURNE SATURNE 15 mars 2012 15:15

                      En tout cas, heureusement que ce dramatique accident, quitte à se produire, se soit produit en Suisse et non en France.
                      Sinon, les pères fouettards de la sécurité routière nous auraient aussitôt dit : 30 morts de plus en mars 2012 par rapport à mars 2011 , il faut sévir, « les français se sont relâchés », il faut plus de radar.
                      Or la vitesse n’est pas en cause, c’est bien la seule chose dont les suisses soient sûrs.
                      C’est comme il y a 5 ans, quand un car entier de polonais avait sauté dans un ravin dans la cote de Laffrey en Isère. 50 morts d’un coup. Des polonais, mais aussitot comptés dans les statistiques françaises, c’était devenu : « les français se sont relâchés au volant, il faut sévir »...
                      Alors qu’un seul conducteur avait fait 50 morts d’un coup, -donc non révélateur du comportement de 50 personnes- et de succroit pas de français. Tous les morts sont égaux bien sûr, mais quand on sait la mauvaise fois du gouvernement en matière de sécurité routière, ces morts sont devenus français...
                      Pitoyable.


                      • jymb 15 mars 2012 19:57

                        Et oui, la manipulation est odieuse mais fonctionne à plein tube

                        - s’approprier les chiffres lorsqu’ils sont bons

                        - les exploiter à sa sauce lorsqu’ils sont mauvais


                      • Croa Croa 15 mars 2012 22:38

                        ça ne peux pas arriver en France ! smiley

                        Sur les autoroutes françaises aucun mur ne peut couper une trajectoire
                         : des glissières de sécurité anti-suicides empêchent toute collision, toutes les piles de pont et autre opportunités sont systématiquement mis hors de porté des fous ! 

                        Je présume que les suisses sont si heureux qu’il n’y a pas soucis pour eux ! smiley


                      • SATURNE SATURNE 15 mars 2012 15:26

                        Pour en revenir à cet accident, la vidéo exclut le choc ou la gène causée par un autre véhicule.
                        Reste l’endormissement du conducteur, une éventuelle crise cardiaque ou AVC au volant et le pneu qui éclate.
                        Dans tous les cas, on ne le saura jamais : auncun expert ne peut dire, dans une carcasse dont l’avant a reculé de 3 mètres, et donc dont les pneus onté claté dans le choc, si un pneu
                        a éclaté 2 seconde avant l’impact ou suite à l’impact.
                        Quant au conducteur, dans l’état où doit étre sa dépouille, je doute qu’un légiste arrive à trouver des coronaires bouchées, ou quelque chose de ce genre...
                        Reste le cas d’un portable qui aurait sonné et qui aurait fait baisser les yeux au conducteur pour le décrocher (les belges téléphonent énormément au volant sans étre sanctionnés, je le sais, j’y ai vécu 7 ans). Le relevé de la téléphonie du portable le montrera où l’excluera.


                        Pour ce qui est de sproposition de l’article, tout aurait été sans effet.
                        Un bus qui roule dans un tunnel au toit bombé a 50 à 80 cms de marge avec la paroi s’il roule bien à droite. Méme à 70 km/h (vitesse maxi dans le tunnel), si le conducteur dérive un peu (malaise, yeux baissés pour ramasser quelque chose...), ca tape en une demi seconde.
                        Auncun système de vigilance ne réagira aussi vite.
                        Il est ridicule de comparer avec les trains. Les trains roulent sur des rails, il n’y a pas à s’occuper du volant...Et méme le système de sécurité des trains (poignée à pincer deux fois toutes les 30 secondes pour prouver la vigilance du conducteur) ça aurait fait 29 secondes de trop dans le cas qui nous occuppe.


                        • Croa Croa 15 mars 2012 22:50

                          Dans un tunnel le GPS ne fonctionne pas, donc les futurs système de sécurité n’y fonctionneront pas non plus.

                          Les téléphones cellulaires non plus... normalement ! Car il existe des tunnels routiers où les téléphones cellulaires fonctionnent, le commerce étant plus important que la sécurité, comme toujours ! (Il faut qu’un opérateur irresponsable ait fait poser des relais dans le tunnel, ce qui n’est pas prohibé.)


                        • L'enfoiré L’enfoiré 16 mars 2012 12:09

                          Croa,
                          « non plus... normalement ! »
                          Je suis désolé, mais les GPS et les téléphones portables (les plus modernes) fonctionnent dans la plupart des tunnels.


                        • SATURNE SATURNE 15 mars 2012 15:31

                          La seule proposition concrète que l’on pourrait faire, c’est d’avoir un voice-recorder dans les bus (comme dans les avions), avec un carénage blindé anti choc.
                          En écoutant après coup les voix dans les minutes précédent le choc, on aurait pu entendre si le chauffeur téléphonait, a réagi à la sonnerie du téléphone non éteint, discutait avec le co- chauffeur en repos, s’il s’était plaint avant d’étre fatigué ou s’il voulait une relève.

                          L’autre, c’est d’avoir de vraies ceintures de sécurité dans les bus. Pas un simple baudrier ventral qui n’empéche pas de s’exploser le visage dans le siège de devant. Une ceinture complète, avec 3 points d’accroche, ou un harnais. Mais ca n’aurait pas sauvé le chauffeur ni ceux des 3/4 premiers rangs de sièges, vu la violence de l’impact et les déformations de la face avant.


                          • Yvance77 15 mars 2012 16:33

                            Salut,

                            C’est bien beau tous ces commentaires, sauf que la vérité est bien plus simple, idiote et dramatique. Le chauffeur a perdu le contrôle du bus, lors d’un changement de DVD.

                            C’est affirmé par les gamins qui ont survécus. Paix aux âmes des autres anges partis bien trop tôt.


                            • franc tireur 15 mars 2012 17:13

                              Ah un changement de DVD
                              J’’imagine que c était pas la tournée the Wall des Pink Floyd


                            • Croa Croa 15 mars 2012 22:59

                              Difficile à croire. D’autant que ce n’est pas au chauffeur de faire ça ! (Sur de nombreux cars la console audio-visuel & public-adress est au millieu plutôt à disposition d’un accompagnant.)


                            • pissefroid pissefroid 15 mars 2012 17:44

                              Ce qui m’étonne c’est la présence d’une portion de mur perpendiculaire et face au sens de circulation, pour la voie considérée.

                              En terme de sûreté cet accident était prévisible bien que sa probabilité soit très faible. 


                              • jymb 15 mars 2012 20:11

                                Là je suis d’accord avec vous. mais ( tout du moins en France) nous ne sommes plus dans cette logique.
                                Je m’explique avec un exemple pris sur la route qui dessert ma petite ville
                                Depuis presque dix ans un radar, installé dés le début de la vague des photomatons-trésor public surveille un virage un peu mal fichu, aux accotement meubles et gravillonés, sur une route trés fréquentée, jour comme nuit. Soit un des premiers points dangereux locaux répertorié.
                                Depuis 10 ans, aucun aménagement n’a été réalisé : élargissement, stabilisation d’accotements, rails, échappatoires.....rien de rien.
                                Ce qui signifie que des « décideurs » préférent encaisser de l’argent et laisser en place à l’identique un segment dangereux clairement et trés anciennement répertorié ..
                                Pour quels intérêts ? que méritent ceux qui se livrent à de telles pratiques ?
                                Qui a déjà vu un radar disparaître suite à des travaux de sécurisation ?
                                Personne ? tout est dit, hélas.


                              • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 15 mars 2012 20:39

                                Eh oui ! Un simple « rail » de sécurité aurait rendu l’accident bien moins létal...


                              • Giordano Bruno 15 mars 2012 21:29

                                Si votre idéal est HAL 9000 (l’ordinateur de 2001, l’odyssée de l’espace), on sait comment cela s’est terminé.


                                • Tall 15 mars 2012 23:22

                                  Hal 9000 n’a pas dysfonctionné. On lui a donné une consigne secrète disant que la réussite de la mission était prioritaire sur la vie de l’équipage. Une consigne assassine donc.


                                • Giordano Bruno 17 mars 2012 10:18

                                  Effectivement, Hal9000 a agi correctement. C’est bien là le problème. Il respecte son programme au-delà de ce que l’homme a prévu. Ce n’est pas Hal qu’il faut blâmer, mais son programmeur, qui en concevant une machine dont la complexité le dépasse, ne peut en prévoir les conséquences.


                                • Croa Croa 15 mars 2012 23:01

                                  On parle beaucoup de cet accident sur les médias mais les accidents de cars sont plutôt rares en fait. (Ce qui ne veut pas dire qu’il ne soit pas possible d’améliorer encore la sécurité.)


                                  • L'enfoiré L’enfoiré 16 mars 2012 12:12

                                    Croa,

                                     Cela m’a amusé d’entendre ce matin que les cars étaient le moyen le plus sûr (10X + sûr qu’une voiture).
                                     L’histoire du pot de fer contre le pot de terre, en somme.
                                     Je connais ces tunnels suisses. Le Gottard, par exemple, je vais encore le passé cette année.
                                     18 kms sur deux bandes, en ligne droite, pas de virage. Là, on prend beaucoup de précautions. 80Kms/h maxi et une distance de 100 m entre chaque véhicule.
                                     La plupart des autres tunnels, ce n’est pas le cas.


                                  • Bilou32 Bibi32 16 mars 2012 08:16

                                    Bien jolie la technologie et l’électronique embarquée... quand çà fonctionne ! La première cause de panne sur les voitures actuelles est liée à l’électronique. Et une panne électronique est souvent aléatoire, et peut arriver au bout d’un an ou bien 20 ou 30.
                                    Pour l’accident de car, il aurait pu être évité si une tierce personne avait manipulé le DVD.
                                    Une fraction de seconde suffit ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès