Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Alerte rouge pour les écoles maternelles !

Alerte rouge pour les écoles maternelles !

La fin des écoles maternelles est programmée, de nombreuses municipalités ont des difficultés pour maintenir et développer des crèches collectives.... Pourquoi tant de gâchis alors que tout le monde considère que la petite enfance est une période clé pour le développement des facultés et possibilités de chacun ?

Hier, le tout petit pouvait avoir accès à l’école maternelle à trois ans, voire même à deux ans.

Aujourd’hui cette scolarisation est remise en cause par les politiques publiques, programmant la fermeture des classes de tout petits.

Les jardins d’éveil sont censés se substituer à l’école maternelle à deux ans puis à trois ans,

La CAF finançant l’expérimentation de ces nouvelles entités.

Ne s’agit-il pas là d’un miroir aux alouettes ? :

- dans la phase d’expérimentation, les collectivités territoriales volontaires vont disposer de subventions conséquentes ;

- demain il leur faudra puiser dans leurs fonds propres ou demander aux parents de payer.

Le principe de l’accès pour tous les enfants à l’éducation donc à des savoirs, savoir être et savoir faire semble être remis en cause ! ?

« La direction des Politiques Familiales et Sociales a envoyé le 29 septembre, une lettre circulaire aux directeurs des caisses d’Allocations Familiales, leur demandant de mettre en œuvre : « les services d’accueil des enfants de moins de 6 ans », autrement dit les jardins dits d’éveil, « solution nouvelle(et payante) proposée aux familles pour améliorer la conciliation entre leur vie familiale et leur vie professionnelle » !

Même si ce texte prend la précaution de signaler « qu’ils n’ont pas vocation à se substituer à l’école maternelle », nous pensons, qu’en fait, c’est tout comme, puisque : « ils s’inscrivent dans une continuité de l’accueil depuis la naissance jusqu’à la scolarisation », le décret n° 2010-613 du 7 juin 2010 précise même que : « cet établissement accueille des enfants de 2 ans ou plus en vue de faciliter leur intégration dans l’enseignement du premier degré ». Cette précision est de taille au cas où nous n’aurions pas compris ! Et pour enfoncer le clou : « l’offre d’accueil proposée doit s’appuyer sur une ouverture annuelle et journalière conséquente supérieure à celle offerte par l’école maternelle ».

C’en est trop, et le CNAFAL s’insurge contre ce nouveau dispositif dont le but est bien de vider l’école maternelle, fleuron de notre système éducatif public, citée en exemple et copiée dans de nombreux pays, de sa substance sociale et éducative.

Les parents, qui, paieront ces structures, car « les financements de la branche Famille ne seront possibles que de 2 à 3 ans révolus et seront soumis à l’appréciation d’un jury national », n’auront même pas la garantie d’un encadrement de qualité, ni de compétences, puisque les règles d’encadrement pourront être dérogées en fonction du nombre d’enfants accueillis.

C’est un nouveau coup porté au système public d’éducation dans le but de faire des économies sur le dos des familles les plus modestes qui n’auront d’autre choix que de se tourner vers ces structures, mais qui n’en peuvent plus de supporter les mauvais coups portés à leur budget déjà difficile. »

Pour les professionnels de l’enfance, il est nécessaire de construire une continuité éducative cohérente entre la famille, premier co-éducateur de l’enfant, les modes d’accueils collectifs de la petite enfance et l’école maternelle.

Chaque espace possède sa spécificité et c’est ensemble que les co-éducateurs de l’enfant permettent à l’enfant de se construire comme personne et comme être social.

Alors que deux millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté et que des millions de familles rencontrent des difficultés sociales et financières, il est indispensable que les pouvoirs publics se saisissent de la question de l’accueil éducatif du tout petit.

Le Conseil départemental des associations familiales laïques de Seine et Marne et Familles laïques de Vaux le Pénil organisent le samedi 20 novembre de 9H à 13heures un colloque qui permettra l’émergence d’un vrai débat ( se reporter au blog http://www.familles-laiques-de-vaux-le-penil.fr/)

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • kama kama 15 octobre 2010 11:17

    Encore une fois, l’Education, seul remède à l’injustice et à l’inégalité sociale est malmenée... Que les pauvres se tiennent bien, bientôt seuls les riches pourront prétendre à une éducation de qualité, le reste des citoyens ayant droit à ces fosses communes du savoir que deviennent nos écoles publiques... Moins de moyens, profs et élèves démotivés... l’école se meurt, et l’Université avec !


    • Dzan 15 octobre 2010 12:00

      P’tit Louis,Sarkozy lui, n’a aucun problème, au lycée de Doha.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès