Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Chaque vie humaine compte !

Chaque vie humaine compte !

« L’appartenance à la famille humaine confère à toute personne une sorte de citoyenneté mondiale, lui donnant des droits et des devoirs, les hommes étant unis par une communauté d’origine et de destinée suprême. La condamnation du racisme, la protection des minorités, l’assistance aux réfugiés, la mobilisation de la solidarité internationale envers les plus nécessiteux, ne sont que des applications cohérentes du principe de citoyenneté mondiale. » (Jean-Paul II, le 1er janvier 2005, trois mois avant sa mort).



Huit des dix condamnés à mort pour trafic de drogue en Indonésie ont été exécutés dans la nuit du 28 au 29 avril 2015 par un peloton d’exécution composé de douze hommes : deux Australiens, Myuran Sukumaran (33 ans) et Andrew Chan (31 ans) ; trois Nigérians, Sylvester Obiekwe Nwolise alias Mustafa (49 ans), Okwudili Oyatanze (45 ans) et Raheem Agbaje Salami (42 ans) ; un Ghanéen, Martin Anderson alias Belo (50 ans) ; un Brésilien, Rodrigo Muxfeldt Gularte (42 ans) ; et un Indonésien, Zainal Abidin bin Mahmud Badarudin (49 ans). Aucun n’a voulu porter de bandeau aux yeux. Petit miracle de courte durée, la condamnée philippine, Mary Jane Veloso (30 ans), a obtenu au dernier moment quelques jours de sursis comme le Français Serge Atlaoui (51 ans). Mais leur situation est toujours jugée "préoccupante".

Le 18 janvier 2015, une autre série d’exécutions contre les trafiquants de drogue a eu lieu pour six condamnés à mort : un Néerlandais (Ang Kiem Soei), un Brésilien (Marco Archer Cardoso Moreira), un Nigérian (Daniel Enemuo), un Malawien (Namaona Denis), un Vietnamien (Tran Bich Hanh) et un Indonésien (Rani Andriani). Selon Amnesty International, il y a au moins 130 personnes qui ont été condamnées à mort en Indonésie à ce jour.

_yartiEtreHumain06

À 77 kilomètres au nord-ouest de Katmandou, la capitale du Népal, a eu lieu, le samedi 25 avril 2015 un séisme de magnitude 7,8 (suivi de plusieurs dizaines de répliques dont une le lendemain de magnitude 6,7), provoquant au moins 5 238 morts, 10 348 blessés et 8 millions de sinistrés (statistiques au 29 avril 2015).

Chaque semaine, chaque jour même, l’actualité déverse son lot effroyable de drames humains. Ils peuvent être d’origine naturelle, ce sont les plus meurtriers où les victimes se comptent par centaines de milliers, des tremblements de terre (Haïti le 12 janvier 2010 ; Katmandou le 25 avril 2015), des tsunamis (Sumatra le 26 décembre 2004 de magnitude 9,3 ; Fukushima le 11 mars 2011 de magnitude 9,0), ou avoir une cause humaine, plus ou moins volontaire, des accidents automobiles, des accidents d’avion, ou d’hélicoptère, des attentats (Paris, Copenhague, Tunis, Nigeria, Afghanistan, Pakistan, Irak, etc.), des guerres (Ukraine, Syrie, Irak, Yémen, Libye, etc.), des naufrages en mer (Méditerranée), des catastrophes industrielles (Bangladesh, etc.), des exécutions sommaires (Daech), des assassinats…

Mon propos, ici, est de faire porter l’attention sur deux remarques.

La première, c’est que tout drame humain mérite émotion et indignation. Chaque vie humaine compte, qu’elle soit célèbre ou anonyme, qu’elle soit nationale ou étrangère, qu’elle soit riche ou pauvre, qu’elle soit instruite ou pas, qu’elle soit influente ou exclue, qu’elle soit petite ou grande… L’émotion et l’indignation sont des moteurs indispensables aux changements du monde et à la solidarité, des ressorts de l’amélioration et du progrès. Elles ne sont évidemment pas suffisantes, mais elles sont absolument nécessaires.

L’année 2015 est déjà bien chargée en drames humains dès la fin de son quatrième mois et il est difficile de faire une comptabilité macabre qui pourrait simplement reprendre les titres des journaux depuis janvier, même si parfois, certaines informations sont plus discrètes que d’autres. Des dizaines de vies perdues par des assassinats, des dizaines voire des centaines de vies perdues par des attentats terroristes, des centaines voire des milliers de vies perdues par des accidents, crashs, des centaines voire des milliers de vies perdues par des exécutions, des milliers voire des dizaines de milliers de vies perdues par des guerres, des naufrages, des tremblements de terre… Ces lourds tributs sont marquants parce qu’ils sont maintenant immédiatement connus par tous les citoyens du monde.

Le tremblement de terre au Népal double à lui seul le bilan en vies humaines des attentats du World Trade Center du 11 septembre 2001. Numériquement, on est loin des attentats de "Charlie Hebdo" et pourtant, l’émotion populaire très vive suscitée par les assassinats des 7 au 9 janvier 2015 à Paris était légitime et nécessaire.

_yartiEtreHumain02

La nécessité de l’émotion, parce qu’elle est le point de départ de l’action. Le point de départ éventuel, pas forcément systématique. Mais sans émotion, pas d’action, pas de projet d’action, pas même d’idée d’action. L’indifférence. Or, ce projet d’action, il est multiple, en fonction des drames. Pour les catastrophes naturelles de grande ampleur, qu’on pourrait qualifier de "fatalité" planétaire, l’action a pour synonyme la solidarité : la tragédie au Népal n’est pas terminée, il y a encore de nombreux survivants à secourir, des rescapés à soigner, à héberger, à nourrir, à aider. Pour les actes d’origine humaine, il y a aussi ce même "service après-vente" d’aide humanitaire dans les guerres, dans les crashs d’avion etc. mais il peut aussi y avoir des actions en amont, pour éviter ces guerres, pour éviter ces attentats, pour éviter ces exécutions, même si la plupart du temps, cela correspond principalement à une action diplomatique car cela concerne souvent d’autres pays souverains, mais cela signifie aussi que le choix de ceux qui représentent notre pays est essentiel, donc, cette émotion doit aussi faire réfléchir aux choix électoraux futurs.

J’en viens à ma seconde remarque.

Il est souvent constaté qu’on oppose un drame à un autre drame. Comme si l’on ne pouvait pas s’indigner plusieurs fois, comme s’il fallait être exclusif, comme si l’un chassait l’autre (c’est un peu vrai dans le traitement médiatique assez insupportable). Certes, et c’est bien humain, on ne peut pas s’indigner de toutes les misères du monde, parce qu’on n’a qu’un seul cœur et que l’émotion est d’autant plus grande qu’elle touche de près (un drame national plus qu’un drame à l’étranger ; des personnalités connues, que ce fussent Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et Honoré ; ou Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine ; etc.), mais justement, c’est l’intérêt qu’il y ait plusieurs à s’indigner parce que leur émotion sera différente, modulée, pas focalisée sur les mêmes événements, rappelée.

S’émouvoir des attentats de "Charlie Hebdo" de janvier 2015 n’était pas incompatible avec l’émotion suscitée par l’attentat de Peshawar du 16 décembre 2014 ou encore celui du Caire du février 2009 (pris parmi tant d’autres). Les opposer est s’opposer aux valeurs universelles les plus élémentaires.

Certaines personnes qui nourrissent un antiaméricanisme d’autant plus primaire qu’elles ont oublié les leçons du passé (1944 par exemple), aiment parler des États-Unis quand on s’indigne de la peine de mort dans d’autres pays. Oui, évidemment, les États-Unis sont scandaleusement en retrait sur ce sujet, dans un archaïsme qui étonne par rapport au modernisme affiché, notamment démocratique (la démocratie américaine est plus ancienne que la démocratie française). J’avais évoqué la situation de la peine de mort au début du premier mandat de Barack Obama, puis la situation dramatique de Troy Davis, encore plus dramatique de George Stinney qui n’est quasiment pas connu alors qu’il mériterait d’être l’incarnation non pas du mal américain mais du mal de la peine de mort. Mais la Chine, l’Iran, la Corée du Nord, l’Arabie saoudite, même les Maldives (pensez-y quand vous allez prendre vos vacances) et beaucoup trop d’autres pays sont bien plus cruels avec la peine de mort que les États-Unis (voir le dernier rapport d’Amnesty International sur le sujet). Inutile de jouer au classement des cadavres, tous sont indéfendables de pratiquer encore la peine de mort, et d’exécuter ne serait-ce qu’un seul condamné.

_yartiEtreHumain04

Avec un goût certain au glauque, certains autres internautes se plaisent même à balancer l’assassinat (toujours horrible) de la petite Chloé du 15 avril 2015 pour répondre à l’exécution programmée de Serge Atlaoui (et de Mary Jane Veloso). Serge Atlaoui qui, rappelons-le, n’a été qu’un simple ouvrier de maintenance de machines qu’il ne savait pas destinées à la production d’ecstasy (il n’est donc ni un meurtrier, même si, indirectement, il a aidé à contribuer à la diffusion de la drogue dans la population, ni un violeur, ni un pédophile, mais plutôt un fraudeur du fisc assez vénal pour avoir accepté un travail au noir bien rémunéré).

Je passe ici sur l’odieuse instrumentalisation de la petite Chloé qui doit être insupportable pour ses parents (il faudrait d’ailleurs que les journalistes imaginent toujours le point de vue des proches des victimes dont ils parlent dans les médias, pour réduire le niveau de nausée qu’ils alimentent eux-mêmes en permanence dans l’information continue).

Mais récuser l’émotion suscitée par l’exécution probable d’un homme visiblement qui n’est que la victime d’un pouvoir politique qui veut montrer sa fermeté à son opinion publique (rappelons que l’Indonésie n’est pas une dictature mais une démocratie et que son Président de la République a été élu dans les règles démocratiques il y a neuf mois) en affichant une autre émotion, celle suscitée par la mort cruelle de Chloé, ce n’est que de la manipulation politicienne de première puanteur et de grande facilité démagogique.

La question de fond est de savoir quelles sont ses propres valeurs. Il ne s’agit pas ici de les afficher mais de les comprendre, de les connaître, et surtout de les défendre. Entre l’ignorance, l’indifférence, l’égoïsme, le nombrilisme et les drames humains qui dévastent la planète, où sommes-nous ? Où en sommes-nous ? Où nous situons-nous ? Où sont les valeurs humaines ? Où est l’humanisme, la solidarité humaine, simplement humaine, entre humains. Être humain, c’est peut-être cela, la définition, c’est de rester disponible à l’émotion et à l’indignation ; c’est d’être perméable à cette indignation qui ne sera jamais sélective mais parfois négligée, oubliée, ignorée ; c’est de ne pas se refermer égoïstement en se disant : "chacun sa m…", car oui, chacun peut, un jour, je ne le souhaite pas, mais c’est possible, être une victime, innocente, ou proche d’une victime, d’un crash, d’un accident de la circulation, d’un attentat, d’une guerre …et même d’une condamnation à mort dans un pays qui n’a pas encore compris que la peine de mort n’a jamais empêché la criminalité de se développer.

_yartiEtreHumain03

Alors, à défaut de soutien, on peut juste demander un peu de compassion pour Serge Atlaoui ainsi que pour Mary Jane Veloso, une compassion qui n’enlèvera rien à celle qu’on doit aussi avoir pour la petite Chloé et à toutes les victimes des drames humains qui secouent les cœurs, quels qu’ils soient partout dans le monde, et si ce n’est pas pour des valeurs humanistes ou de solidarité humaine, cela peut tout simplement être par pur égoïsme : un jour, ce sera peut-être vous qui serez dans le même cas, par un simple et malheureux concours de circonstances, après avoir commandé vos vacances à Bali, heureux d’avoir fait une bonne affaires avec une compagnie aérienne low cost, sur Internet, chez vous, dans votre fauteuil, aussi tranquillement que vous pourrez rédiger un commentaire à cet article…

« L’inviolabilité de la vie humaine est le droit des droits. »
(Victor Hugo)


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 avril 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La peine de mort, barbarie humaine.
Être républicain.
Valeurs républicaines.
L’esprit du 11 janvier.
Le gaullisme.
La leçon d’ouverture de Jean-Paul II.
Penser d’abord à l’humain.

_yartiEtreHumain05


Moyenne des avis sur cet article :  1.46/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 30 avril 2015 12:51

    Je résume : chaque vie humaine compte, tout le monde est important, il faut toujours protéger la vie tant qu’on peut.


    Ok. Pourquoi ? 

    Parce que vos parents vous l’ont répété depuis votre naissance ? Parce que vous êtes dans un environnement d’influence catholique ?

    Ben vous savez quoi, vous n’êtes pas seul au monde. Dans d’autres pays, les gens ont d’autres valeurs. Aux USA par exemple, le droit de posséder une arme (ils appellent ça la liberté) est plus important que la vie de son prochain. En Indonésie, respecter le Coran est plus important que la vie de son prochain.

    En fait, la vie humaine n’a pas la même valeur selon la civilisation, selon l’époque. Voyez avec quelle facilité on peut tuer un esclave au Qatar. Et vous, minuscule poussière dans 7 milliard d’individus, vous voudriez imposer votre échelle de valeurs au monde entier ?

    Oui, selon vos valeurs à vous, les indonésiens sont des barbares. Eh bien sachez que selon leur échelle de valeurs à eux, vous êtes une chiffe molle incapable de punir comme il se doit un criminel, un moins que rien infidèle qui ne mérite pas la vie. Sauf que eux ont la décence de ne pas vouloir nous imposer leur modèle. Alors fermez la et n’essayez pas d’imposer votre respect de la vie dont la majorité des habitants de ce monde se fout.

    • agauchtoute agauchtoute 1er mai 2015 09:43

      @bibou1324


      rako en bon catho réagit    :     aucun humain en trop............ dites le a vos élus qui s’enfoutent de vous et pour qui seules vos voix et votre lacheté compte !!!!!!!

      les moutons de l U E qui laissent se noyer de milliers d ’africains du nord continuant a comploter avec leurs dictateurs pour qu’ils restent soumis et mal nourris


      ces moutons qui ne comprennent pas : mais on les aide .................on leur jette nos miettes !!!!!!!!!!!!!!!!

      LA VERITE EST  : ON POURRIT LEURS DIRIGEANTS  ON LEUR VEND DES ARMES MOINS CHER ON NE PEUT ACCUEILLIR TOUS LES PAUVRES DU MONDE et si vous cessiez LES CATHOS D ETRE DES FAUX DERCH....................... !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



    • julius 1ER 1er mai 2015 10:06

      @bibou1324

      alors toi la plupart du temps soit tu ne sais pas lire, soit tu ne comprends rien !!!!

      l’auteur t’explique que Atlaoui n’a rien fait ni traffic, ni vente ni quoique ce soit ... il a juste travaillé au black dans une boîte qui fabriquait de l’ecstasy, au pire c’est juste un problème avec le fisc, mais en aucun cas il ne mérite la peine de mort !!!!!


    • Prisma Prisma 1er mai 2015 10:40

      @bibou1324, bonjour


      J’avais écrit un commentaire dans ce sens sur l’article « Peine de mort, barbarie ... », il y a 3 jours.
      Je le replace ici, sans changements :

      « Voyons l’Indonésie où ces exécutions « sommaires » peuvent nous paraître barbares. Ne perdons pas de vue que la majorité des pays asiatiques nous prennent aussi pour des barbares. 

      Pour un Européen, le cas Atlaoui apparaît scandaleux, dénué de sens. Nous sommes dans la compassion, l’émotionnel ; cet homme qui travaille, peut-être même innocemment depuis seulement 2 mois pour mettre au point des machines, cet homme qui ne parle pas la langue locale, cet homme qui a probablement eu un procès tronqué. Oui, tout ça ne manque pas de nous émouvoir et/ou nous révolter dans notre pensée occidentale.

      Pour les Indonésiens, de confession musulmane pour la très grande majorité, qui voient un grand nombre de leurs jeunes sombrer dans la drogue, il s’agit de ne pas déroger à la loi de leur pays, d »aller dans le sens de leur peuple (pas besoin de referendum, ils sont tous d’accord contre les Occidentaux, les Indonésiens), il ne s’agit que d’une formalité à exécuter, sans aucune considération, sans états d’âme. 

      Si le cas du Français incriminé est reconsidéré, si le gouvernement indonésien fait marche arrière, attendons-nous à de nouvelles taxes pour sauver le soldat Atlaoui."


    • Massada Massada 30 avril 2015 13:04
      Chaque vie humaine compte !

      Certains criminels, porteurs de pulsions violentes, ont la mort pour seule perspective, comme l’euthanasie pour certains malades incurables souffrant de maladies douloureuses. Faut-il la leur refuser ? 

      Cette question n’est pas de celles que l’on peut trancher par la prescription «  tu ne tueras pas  ». Le respect dû à l’être humain ne saurait s’y réduire, non plus qu’à de bons sentiments ou des émotions.

      La loi israélienne dit «  la peine de mort n’est pas pratiquée en Israël, sauf…  ». 
      La peine de mort doit être une exception ; il ne faut l’administrer que dans des cas très particuliers. Mais il ne faut pas l’exclure par principe, pas plus qu’il ne faut l’administrer à la légère.

      Exécuter Adolf Eichmann, ce n’était pas manquer de respect à son humanité. C’était un acte de miséricorde envers cet être mécanisé et un acte de respect envers la mémoire de ses victimes.

      Il n’est pas vrai que chaque vie humaine compte.

      • OMAR 30 avril 2015 18:01

        Omar147

        Mais @Massada.

        Les seules fois où les israéliens comptaient les vies humaines, c’était les jours où tes semblables bombardaient Gaza.

        Et ces jours là, installées sur des fauteuils et sirotant des bières, tout en jouissant, ils comptabilisaient les bombes qui s’abattaient sur les enfants, femmes et vieillards gazaouis.
        http://www.legrandsoir.info/ces-israeliens-qui-applaudissent-le-bombardement-de-gaza-the-guardian.html

        Pour vous, chaque vie humaine d’un palestinien six pieds sous terre, compte....
        Alors va faire ta hasbara ailleurs, va....


      • Massada Massada 1er mai 2015 09:26

        @OMAR

        la vie d’enfant ça compte ?

        L’ONU a finalement enquêté sur le fait que les Palestiniens stockaient des roquettes dans les écoles de l’UNRWA et qu’ils se sont servi des écoles de l’agence de l’ONU pour tirer des roquettes sur Israël, ce qui constitue de graves violations des conventions de Genève et du Droit international humanitaire.

        « La paix s’installera ici le jour où les Arabes aimeront leurs enfants plus fort qu’ils ne nous haïssent. »

      • OMAR 1er mai 2015 10:12

        Omar147

        Massacrada

        Tu continues à jouer à Tartuffe et à la perfidie

        Tu parles d’arabes, alors que ce sont les palestiniens que vous exterminez.

        Quant aux arabes, surtout ceux d’Arabie-Saloprie, en plus de vous soutenir, ils vous financent et votre développement et vos guerres.
        http://www.planetenonviolence.org/L-Arabie-Saoudite-Finance-Le-Developpement-D-Israel_a3614.html

        Par contre, les palestiniens haissent effectivement les nazis, les barbares qui les chassent ou les exterminent à coup de bombes au phosphore.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 30 avril 2015 13:58
        Chaque vie humaine compte !....Merci de bien vouloir préciser sur qu’elle planète.. ?

        • Zip_N Zip_N 2 mai 2015 00:26

          @Le p’tit Charles

          "sur qu’elle planète.. ?

          Sur la planète des singes ou ils capturent les humains qui veulent s’échapper : voulait il dire chaque vie humaine conte histoire, non pas les bons comptes font les bons humains, compter sans porte monnaie, le compte-goutte, le compte tour, le compteur de vitesse.

          Coluche a fait pour ceux qui comptaient pas mourir de faim. Paradoxalement faudrait il peut-être plus de comics efficace et plus de politiciens qui font rire pour obtenir résultat. Le droit de réaliser et obtenir un véhicule qui va plus vite que toute vitesse maximale autorisée et de vous tuer avec à pas encore été interdit. La passion et la psychose semble l’ emporter sur le compte de la raison humaine.


        • agauchtoute agauchtoute 2 mai 2015 10:09

          @Le p’tit Charles


          si on compare les salaires des familles les plus riches et des pdg les plus payés NON MILLE FOIS NON

          la vie humaine-riche vaut 10000 fois la vie humaine pauvre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

        • tf1Groupie 30 avril 2015 14:46

          Mais le dialogue avec les humains ne compte pas.

          L’auteur c’est 12 article postés en un mois et ZERO commentaire


          • Loatse Loatse 30 avril 2015 15:48

            Vilain, cruel, barbare gouvernement indonésien qui ne veut pas engraisser ses « marchands de mort » ad vitam aerternam dans les geôles de l’état et ce, au frais du contribuable...


            ah, on me dit que le contribuable indonésien non plus....

            question : va t’il falloir aller bombarder tous ces barbares pour leur apprendre la valeur de la vie humaine ?

            Réponse : il se peut, il se peut.......

            • OMAR 30 avril 2015 17:52

              Omar147

              Vous mélangez tellement tout dans cette dissertation asinienne, que l’on se demande quel but vise-t-elle et quel enseignement devrons nous en tirer.

              Puis ça devient évident : toujours se référer au 9/11 et au drame de Charlie-Hebdo, mais aucune allusion à Gaza ou au Ruanda, par exemple.

              Puis cela devient limpide :"....la Chine, l’Iran, la Corée du Nord......et beaucoup trop d’autres pays sont bien plus cruels avec la peine de mort que les États-Unis".

              Vous connaissez Warren Hills  ?
              C’est un HANDICAPE MENTAL qui vient d’être exécuté aux USA.
              http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/01/28/un-homme-declare-handicape-mental-execute-aux-etats-unis_4564672_3222.html

              Et cette dame handicapée aussi, Suzanne Basso, âgée de 59ans ?
              http://www.lepoint.fr/societe/usa-une-femme-sur-le-point-d-etre-executee-au-texas-05-02-2014-1788162_23.php

              Alors j’appartiens à cette catégorie de personnes qui nourrissent non pas un antiaméricanisme primaire, mais contre la connerie et le parti-pris comme étalé dans votre torchon.


              • vesjem vesjem 30 avril 2015 18:59

                nos gouvernants ont la compassion sélective ;
                osent-ils protester contre les nombreuses exécutions de leurs grands amis états-uniens ? non , ils se couchent .


                • Samson Samson 30 avril 2015 21:27

                  @vesjem
                  Pas vrai, ils protestent régulièrement par voie diplomatique, mais il y encore loin de la coupe aux lèvres avant que le vassal n’infléchisse les arrêts de son suzerain,


                • Claudec Claudec 30 avril 2015 19:02

                  Il suffit de penser qu’à la cadence de 200 000 êtres humains supplémentaires déferlant chaque jour sur Terre, un quart d’heure suffit pour combler le vide laissé par le séisme du Népal ; aux afflictions près, bien que les naissances soient autant de bonheurs à prendre en compte dans une certaine arithmétique. De quoi relativise en tout cas le concept de « communauté d’origine et de destinée suprême » concernant l’être humain.

                  A lire à ce sujet, à l’adresse ci-après, un article dont la publication m’a été refusé par Agvx.

                  « Parole de Pape : Nous ne sommes pas des lapins »



                  • Samson Samson 30 avril 2015 21:17

                    « Où sont les valeurs humaines ? »
                    J’estime tout comme vous que les principes de l’humanisme ne peuvent en aucun cas s’accommoder de la peine capitale et par ces temps troublés méritent toute notre énergie pour être défendus !

                    Merci donc pour votre contribution !

                    Petit bémol toutefois : au risque d’être taxé à mon tour d’« antiaméricanisme primaire », et si même la rédaction par ses pères fondateurs de la « Constitution des Etats Unis d’Amérique » est un modèle de démocratie et d’humanisme, sans même s’arrêter aux effets de leur politique étrangère il suffit d’additionner aux condamnés à la peine capitale les innombrables victimes des effets du 2ème amendement - soit la liberté pour chaque citoyen de posséder une arme - pour se questionner sur le modèle de « modernisme » qu’ils prétendent exporter.
                    Mais j’en conviens volontiers avec vous, prendre prétexte d’une barbarie pour prétendre en justifier d’autres revient à opter pour une indignité facile !

                    Pour ne pas déroger à la coutume, je me permets d’encore une fois vous présenter l’expression de mes très cordiales salutations ! smiley


                    • Samson Samson 2 mai 2015 17:13

                      @Samson
                      Pour illustration de ce modèle de modernisme auquel l’€urope ouvrira grand ses portes par la conclusion des accords TAFTA/TTIP et du peu de cas, sinon réduit à l’état de marchandise, qu’il fait de l’humain et du vivant, ces deux liens tous frais, propres - sans vouloir stigmatiser quiconque - à faire écho à certaines des inquiétudes qui s’étaient faites jour lors des manifestations contre le mariage pour tous :
                      lalibre.be/actu/belgique/bourse-des-meres-porteuses-a-bruxelles-une-deputee-sp-a-parle-de-traite-d-etres-humains
                      lalibre.be/actu/belgique/publicite-pour-la-gestation-pour-autrui-commerciale-le-mr-et-le-cdh-s-indignent
                      « Où sont les valeurs humaines ? »


                    • Auxi 30 avril 2015 22:14

                      Le problème, c’est surtout que Serge Atlaoui n’a pas eu un procès équitable : il n’y avait même pas d’interprète !


                      Imaginez-vous, coupable ou innocent, être jugé sans comprendre un traître mot durant tout le procès, et vous défendre dans une langue que le tribunal ne comprend pas ?

                      On est chez Kafka, là !

                      • agauchtoute agauchtoute 2 mai 2015 10:16

                        @Auxi


                        c est ce qui est arrivé en 14-18 /   2000 PAUVRES BOUGRES CORSES BRETIONS CATALANS MAROCAINS SENEGALAIS ONT ETE FUSILLES sur ordres de vieux généraux complètement fous genre NIVELLE ET PETAIN

                        ils n’ont pu se défendre ne parlant pas francais ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;on leur a traduit seulement la SENTENCE !!!!!!!

                        NON AUX TRIBUNAUX D’ EXCEPTION ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;;  COCORICO !!!!!!!!!!!!!!!!

                      • Claudec Claudec 5 juillet 2015 03:05

                        @Auxi
                        Dans la vie, chez Kafka comme chez tout autre, quand je fais des erreurs je dois assumer.

                        Les consommateurs de ce que dealent ceux qu’approvisionnent les passeurs, ils vivent chez qui eux ? 

                          • hans-de-lunéville 7 mai 2015 18:06

                            et donc vive la peine de mort ? quelle logique


                            • JC_Lavau JC_Lavau 8 mai 2015 16:32

                              Recherche des mots dans l’article :
                              Donetsk : néant. Malgré le pilonnage d’artillerie que ses habitants endurent.
                              Lougansk : néant. Malgré le pilonnage d’artillerie que ses habitants endurent.
                              Donbass : néant.
                              Odessa : néant.
                              Ou les noms des derniers assassinés en Ukraïne, après que leur fiche détaillée, avec adresse du logement et adresses des parents et proches soit mise à la disposition des tueurs par un site de l’OTAN ? Néant aussi.

                              Il y a donc des vies humaines qui sont beaucoup plus égales que d’autres, dans la tête de Sylvain.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès