Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Chômeurs : le changement... pour quand ?

Chômeurs : le changement... pour quand ?

Lundi s'ouvre à Paris la Conférence sociale réunissant syndicats et gouvernement.

"Tout sera mis sur la table... rien n'est tabou" a déclaré le Premier Ministre en préambule à ce rendez-vous. Qu'en ressortira t-il qui pourrait intéresser la grande masse des 4 millions de chômeurs ?

 Avec les étrangers, ils ont été les héros malheureux et malgré eux du printemps électoral. Eux, "les assistés", accusés par l'extrême-droite et l'ancienne majorité parlementaire de ne jamais, dans un contexte de grave pénurie d'emplois, en faire assez pour tenter de vivre d'un travail dont ils ne trouvent au mieux que des miettes. 2,9 millions de personnes inscrites auprès de Pôle Emploi dans la première des cinq catégories de chômeurs, celle des personnes immédiatement disponibles et n'ayant pas eu la moindre activité récente. Plus de 4 millions au total. Et un peu plus de 200 000 offres seulement (en additionnant temps infimes, autres temps partiels et temps complets) au début du mois de juillet sur le site Internet de ce même Pôle Emploi. Voilà pourtant en quelques chiffres la réalité crue à laquelle doivent faire face ces femmes et ces hommes, privés de travail et par là même de considération aux yeux d'un nombre important de concitoyens (un sondage réalisé par un grand institut et publié dans les colonnes d'un quotidien national (1) indiquait au mois de mai : "plus de sept Français sur dix estiment que les assistés trichent et profitent du système).

Pôle Emploi ne change pas de logique

Pour les millions de chômeurs, dans quel contexte s'ouvre la Conférence sociale de lundi prochain ? Un "Plan stratégique 2012-2015" a été rendu public par la direction de Pôle Emploi il y a quelques jours. Il a été concocté à l'époque du gouvernement Fillon. Un camouflet sévère pour le nouveau directeur, Jean Bassères : quatre syndicats ont voté contre, cinq se sont abstenus, aucun ne l'a approuvé. Décrit dans ce document de 70 pages, l'accompagnement à venir des privés d'emploi ressemble plus que jamais à un pathétique brassage d'air constitué d'orientations, souvent forcées, vers de coûteuses prestations occupationnelles sans lendemain et de pression inutile sur les chômeurs. Seule annonce jugée par les partenaires sociaux comme allant dans le bon sens, bien qu'insuffisante, le recrutement cet été de 2 000 agents supplémentaires en contrat à durée indéterminée. Combiné avec le redéploiement en interne de 2 000 "équivalents temps plein" sur des postes au contact avec le public, voilà qui devrait soulager un peu ces agents et les conseillers de Pôle Emploi, en charge chacun actuellement en moyenne de 117 dossiers d'inscrits. Peut-être une bonne nouvelle pour les conseillers et agents, actuellement débordés et au bout du rouleau mais qui sera de quelle utilité pour les chômeurs eux-mêmes dans le contexte actuel, au vu des dernières prévisions de croissance de l'Insee (0,4% au mieux pour 2012 et entre 1% et 1,3% pour 2013) et de celles de l'Unedic qui ne voit pas le chômage baisser avant 2014 ?

Autre mesure remarquée de ce Plan stratégique 2012-2015 adopté par l'ancienne ANPE, l'abandon du suivi mensualisé personnalisé de chaque chômeur, objectif jamais atteint, au profit d'un suivi différencié. Le but est que les demandeurs d'emplois considérés comme les plus éloignés du travail puissent bénéficier d'un suivi renforcé auprès de conseillers ne disposant pas plus de 70 dossiers chacun. Enfin, dernière mesure-phare qui laisse à penser que les rédacteurs de ce plan se sont sentis poussés par la logique coercitive et de surveillance voulue par le précédent gouvernement : la création d'un corps de contrôleurs censés vérifier, peut-être même de l'aveu de la direction au domicile des chômeurs, l'effectivité de la recherche de travail des inscrits à Pôle Emploi.

Et maintenant ?

Nombreuses sont les voix qui se sont font entendre ici et là au sein de la société française et qui appellent à faire cesser l'hypocrisie, à regarder la réalité en face : croissance ou pas, le plein emploi, c'est fini, bel et bien fini. Et la crise, son cortège de malheurs et de désespérance, voilà non pas quatre, mais près de quarante ans qu'elle sévit et frappe des millions de Français, particulièrement dans les milieux populaires. Au-delà des fluctuations liées aux conjonctures orientant le nombre de chômeurs à la baisse ou à la hausse, aucune des politiques publiques entreprises depuis près de quatre décennies, sous quatre présidents de la République différents et combien de gouvernements, n'est parvenue à éradiquer le chômage de masse. Loin de l'hypocrisie ou de l'ignorance consistant à rendre les sans-travail responsables eux-mêmes, par leur manque d'abnégation, du niveau très élevé du chômage en France (les chiffres cités plus haut concernant le nombre d'offres disponibles parlent pourtant d'eux-mêmes), idéologie qui sous-tend les mesures prises par Pôle Emploi visant à renforcer les contrôles et les surveillances des "assistés", des voix donc sont audibles qui font entendre un autre son de cloche. Ainsi, par exemple, celle de Christine Erhel économiste au Centre d'études de l'emploi (2), qui rappelait en mars dernier : "La raison première du chômage, c'est le manque de travail".

Parmi les engagements du candidat Hollande, 300 000 contrats d'avenir pour les plus jeunes, mais aucune annonce d'envergure concernant l'ensemble des catégories d'âge dans lesquelles on trouve les 4 millions d'inscrits à Pôle Emploi. Aucune annonce nouvelle non plus après la déclaration de politique générale prononcée par le Premier Ministre mardi à la tribune de l'Assemblée Nationale. Un changement pourrait néanmoins se dessiner grâce aux échanges prévus lors de la conférence sociale, dés la semaine prochaine. Puisque "rien n'est tabou"... La déclaration de Jean-Marc Ayraut indiquant que le président et le gouvernement n'étaient pas là pour tout faire en cent jours, mais bien en cinq ans, laisse la place à bien de supputations... en même temps qu'elle semble indiquer que l'audace ne sera au moins pas tout de suite au rendez-vous. Pour l'heure, inutile sans doute d'envisager une nouvelle réduction de la durée légale du temps de travail. Et l'expérimentation d'un revenu minimum d'existence pour tous qui, si la mesure s'avèrait applicable, permettrait sans doute la redistribution de centaines de milliers d'heures de travail ? Les chômeurs attendent des preuves d'attention après tant d'années où les périodes durant lesquelles ils eurent le sentiment d'être livrés à eux-mêmes succèdaient à celles où ils furent montrés du doigt, désignés comme boucs émissaires. Sans parler de ceux parmi eux qui ont été sous-traités, marchandisés à des cabinets privés faisant commerce de leur précarité et obtenant des résultats de "placements" de demandeurs d'emplois encore inférieurs aux performances réalisés par l'organisme public, dont le service n'a cessé de se dégrader et de se déshumaniser (numéro d'appel payant, impossibilité de rencontrer son conseiller à la demande...).

Les organisations de chômeurs et précaires ne seront pas représentées lors de la Conférence sociale débutant lundi. Sont-elles jugées non-représentatives par le gouvernement ? Leur Coordination nationale, qui s'est déjà réunie en juin avec des représentants de dix régions, a donné rendez-vous à ses représentants à elle en septembre à Lille. Son mot d'ordre : "mutualiser les moyens de défense face à l’arbitraire des radiations, au chantage aux allocations, à la destruction des droits des chômeurs et précaires ou au travail gratuit imposés par les gouvernements successifs et organisés avec zèle par les managers de Pôle Emploi". Il est difficile d'évaluer à l'heure actuelle le niveau de mobilisation des chômeurs et précaires mais le mot d'ordre de la Coordination est lui facile à comprendre.

 

(1) Le quotidien en question est le site "Libération.fr" (l'enquête en question fut publiée entre les deux tours des élections présidentielles).

(2) : Point de vue développé dans "Actualités sociales hebdomadaires", 9 mars 2012. Christine Ehrel a notamment écrit "Les politiques de l'emploi (Ed. PUF, "Que sais-je ?, 2009) et a contribué à l'ouvrage des Economistes atterrés, "Changer d'économie" (Ed. Les liens qui libèrent, 2012).


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 9 juillet 2012 10:36

    ah, ah, ah... cet article serait hilarant (de plaisir) s’il ne s’agissait pas d’un sujet « serieux ».

    Sur Pole emploi, par exemple, les chomeurs ont reçu recement un mail appelé « profitez des services en lignes... » issu d’un domaine « messagebusiness.com » (au passage, même pas un .fr)... et ce message etait une honteuse animation digne d’un mauvais jeux video où en passant la souris sur des « bulles » emetait un bruit incongru !!! ... du grand art de mauvais gout pour ceux qui luttent pour trouver un boulot et se nourrir.
    Encore du fric jeté par la fenetre (pas pour tout le monde, suivez messagebusiness) qui au maximun des objectifs de ce type de com’ fera savoir qu’il existe un site « pole emploi » a ceux qui l’utilisent deja depuis longtemps.

    Ensuite, l’article, au demeurant sympatique et « visceral » nous indique qu’il n’y a plus d’emploi...
    Cela me parait faux dans la mesure où le travail au noir se developpe ainsi que des emplois que je qualifierai de « gris » assurés par des autoentrepreneurs, des sous traitances hors champs de l’entreprise ou de l’artisan qui les effectue.

    Oui, sur l’aspect apparent de notre societe, l’emploi disparait, mais c’est uniquement parce que l’entreprise qui est sensée emaner du tissu economique et social ne joue plus son role social. elle joue un role de predateur sur le milieu qui est la cible de son marketing et de sa zone de chalandise.. appuyé de plus par les moyens modernes de communications et de livraison qui amplifie sa predation la font deborder de son espace naturel d’action.

    Sans une prise en compte rapide de l’aspect social de l’entreprise, aucun plan de l’emploi de sera possible, il faut imperativement creer un nouveau cadre d’action applicable a la structure même de l’entreprise, par un modification de la forme juridique, notamment en ce qui concerne la constitution du capital et des porteurs de parts « sociales » - et leurs retributions, naturellement -, par une evolution significative du modele de comptabilite pour tenir compte des porosités innacceptables entre les activites... et probablement par la mise sous « tutelle » de structures collectives (comme les chambres de commerce...) de l’action commerciale... bref une vraie « remise a niveau » d’une fonction sociale qui est devenue aujourd’hui defaillante...

    Montebourg, si tu me lis, il y a des français qui ont des idéeeeeeeeesss !!!


    • Yvance77 9 juillet 2012 12:09

      Salut,

      J’ai déjà fait un papier, le temps de travail doit désormais passer à 6 heures par personne dans bien des des secteurs : services, hôtellerie, transports, restauration etc... au lieu du sacro-saint 3 X 8 on peut se diriger vers le 4 X 6.

      Il y aura des problèmes dans la médecine ou là il faut d’abord former et y venir après.

      Mais c’est faisable


      • jcbouthemy jcbouthemy 9 juillet 2012 13:28

        Non seulement le travail est bien souvent la seule manière honnête de disposer de revenus permettant de vivre décemment, mais en plus il est un droit fondamental inscrit dans la Constitution à l’initiative du CNR.
        Ce qui manque c’est la volonté politique de le rendre effectif, tellement nos politiques sont imbibés de la pensée ultralibérale qui veut instituer une concurrence permanente entre tous les humains.

        Il faut reconnaitre que la situation arrange beaucoup de personnes et entre autres tous ceux qui peuvent ainsi devenir eux mêmes exploiteurs d’une nounou ou d’un jardinier quelques heures par semaine.
        Si on ajoute que ce sont les mêmes qui s’expriment lors des élections, on est certain que la situation n’est pas près de changer.


        • JUILLARD MICHEL 9 juillet 2012 14:20

          il est vrai et vérifiable tous les jours que l’on est au bout de ce système qui ne produit que de l’exclusion et l’insatisfaction de millions de personnes, même celles qui travaillent, on devrait dire les inclus( par opposition aux exclus) ne trouvent plus à s’épanouir au travail, pour la plupart on est dans le travail forcé, la prise de conscience viendra mais beaucoup trop de gens croient encore en des cycles de croissance vertueux !!!!!

          Personnellement je ne crois pas au réformisme, car depuis trente ans concentration du travail est allé de pair avec concentration des richesses et dans ce sens la fable de plus de riches, c’est plus de richesses, a atteint son paroxysme, je dirai que la prospérité économique sera moins de riches= plus de richesses, c’est presque inévitable !!!! 

          • iris 9 juillet 2012 14:50

            fh a dit pas d’effet d’annonces -allons savoir qq chose de ce sommet ??
            Et qu’en tirer ??
            l’informatique et internet sont des outils puissants pour supprimer des emplois car la communication humaine est immense et la rapidité d’envoyer fichiers documents etc...
            est telle que l’on pourrait pour les emplois de bureau travailler chez soi-
            et pour la production idem pour les taches répétitives ou la programmation de machines
            il ya que l’artisanat qui peut survivre-l’artisana d’art

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès