Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Combien coûtent les jours fériés à l’économie française (...)

Combien coûtent les jours fériés à l’économie française ?

A l'origine de ce cauchemar d'une dictature médiatique, il y a un fait réel que certains d'entre nous ont pu voir et entendre sur leur petit écran, sur une grande chaîne d'information en continu, mardi soir 7 mai 2013

Vous êtes tranquillement affalé dans votre fauteuil, fatigué après une dure journée de labeur, les yeux à moitié clos devant votre écran de télévision dont vous suivez distraitement le déroulement du programme d’une chaîne que vous n’avez même pas pris la peine de choisir, bref vous dormez à moitié, quand vous entendez cette phrase terrifiante : « Combien coûtent les jours fériés du mois de mai à l’économie française ? »

 

 Horreur, vous n’aviez pas pensé à cela ! Vous vous étiez même réjoui du heureux hasard qui avait permis que le jeudi de l’Ascension de cette année tombât le lendemain de la fête de la victoire du 8 mai, ce qui permettrait avec le pont du vendredi de vous octroyer cinq jours de suite de congé, cinq jours de repos que vous pensiez bien mérité dans cette alternance interminable de « métro, boulot, métro, dodo, métro, boulot… » du lundi au samedi de cette semaine destinée à ressembler à la précédente, puis à la suivante…

Pauvre innocent que vous êtes ! Pauvre insouciant ! Pauvre inconscient ! Misérable larve qui n’avez même pas songé une seconde que votre longue pause de cinq journées sans labeur allait coûter cher à l’économie française, oui cher, votre télévision vient de le dire, elle l’a même écrit en gros titre de lettres noires comme elle le fait chaque fois qu’elle veut attirer votre attention sur une information importante. Chère télévision qui vous a tiré de votre demi-sommeil pour vous rappeler à votre devoir de patriote : vous êtes sur terre pour travailler, pour alimenter l’économie française.

Fini de rêvasser, de bailler aux corneilles – qui s’envolent d’ailleurs effrayées par votre imprévoyance, toutes ailes déployées…- Non, vous dormez encore, ce n’est pas le moment de faire un cauchemar, réveillez-vous ! Oui, vous ! Vous avez tort de ne pas voir plus loin que le bout de votre nez. Vous êtes coupable ! Vous êtes indigne ! Votre légèreté est impardonnable ! Vous le sentez, maintenant, ce sentiment de honte qui vous envahit ? Ah, c’est désagréable, n’est-ce pas ? Cela vous étreint, cela vous angoisse ?

C’est bien fait pour vous, vous l’avez bien mérité, pauvre ver de terre qui imaginiez que vous aviez le droit de profiter de votre vie, mais elle ne vous appartient pas, cette existence : elle n’est là que pour vous permettre de travailler. D’ailleurs, estimez-vous heureux d’avoir la chance d’avoir un emploi et de pouvoir justifier ainsi le droit à la vie, le droit à la subsistance, le droit de vous reproduire afin de permettre qu'aujourd'hui et demain l’être humain travaille, travaille, travaille encore et toujours.

Il faut la nourrir, cette économie nationale, elle a besoin de vous. Promettez de ne prendre votre retraite que lorsque votre rentabilité sera devenue insignifiante. Faites le serment de ne plus prendre quatre jours de repos pour une petite grippe de rien du tout. Quand vous grelottez de fièvre, avez-vous pensé à ce que cela coûte à votre patron, à l’ensemble de la société ? Ne prenez plus le métro, c’est un nid à microbes ; restez donc sur votre lieu de travail, à dormir sur un lit de camp. N’ayez crainte : on vous apportera une soupe pour vous nourrir. Vous laisser mourir de faim, après tous les sacrifices qu’on aura fait pour votre éducation et vos apprentissages, cela serait d’un prix exorbitant, sans compter les frais d’enterrement ou de crémation.

 

Que se passe-t-il ? Vous vous réveillez ? Vous demandez à qui profite cette fameuse économie nationale puisque vous, vous n’arrivez pas à en faire, des économies ? En voilà une idée… Il est interdit de réfléchir devant la télévision, vous n’avez pas le droit : elle est là pour empêcher votre cerveau de penser ! Vous n’avez pas entendu M. Lelay de TF1 quand il a déclaré qu’elle ne devait limiter votre raisonnement qu’à la conscience du besoin de boire un soda. Souvenez-vous, il l’a dit : » Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain. »

Quoi ? Vous réfléchissez encore ? Mais arrêtez-vous de triturer votre cervelle, on ne vous en demande pas autant… Qu’imaginez-vous ? Non, non, c’est faux de penser que si votre repos coûte cher, cela signifie que votre travail rapporte ? Vous n’avez pas le droit de vous interroger sur ceux qui en profitent. Vous entendez : pas le droit ! Pas le droit non plus d’aller chercher qui va bénéficier des accords du Medef, de la possible disparition du SMIC, de la fin des services publics. Non, Marx vous l’avez oublié depuis des années de gavage de journaux télévisés ! Non, la lutte des classes, vous savez bien qu’on vous a répété mille fois que vous ne deviez plus y croire, comme Cahuzac !On vous a montré la courbe du PIB du mois de mai et vous devez vous sentir coupable, vous devez avoir envie de travailler, encore, toujours et davantage.

Non, n’ouvrez pas le dictionnaire pour chercher l’étymologie du mot travail, on vous le défend… Oui, on le sait que cela vient de « tripalium, sorte de pal à trois branches, instrument de torture » et alors ? Non, vous n’irez pas acheter « Le capital » de Marx ! D’ailleurs, pourquoi l’a-t-on laissé en vente libre, celui-là ?

 

Non, n’appuyez pas sur la télécommande : IL EST INTERDIT DE FERMER LA TELEVISION LORSQUE VOUS ETES CHEZ VOUS ! 


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • Dwaabala Dwaabala 8 mai 2013 11:18

    Bien vu.
    Pendant que PSA et Renault plonge, on ne manque pas de travail à Toyota.

    Depuis janvier, l’usine produit autant de voitures avec deux équipes qu’avec trois auparavant. Il y a surtout une accélération de la vitesse de la ligne de production. Chaque ouvrier intervient désormais sur un véhicule qui passe devant lui toutes les 60 secondes au lieu de 90 avant. Cela s’appelle le « takt time ». Et puis, il y a l’ « overtime », chaque ouvrier peut être obligé de travailler 55 minutes de plus par jour si nécessaire.

    Voilà la réalité du travail, quand il y en a : c’est l’exploitation.


    • escoe 8 mai 2013 11:27

      Chaque ouvrier intervient désormais sur un véhicule qui passe devant lui toutes les 60 secondes au lieu de 90 avant


      La prochaine étape sera de faire en 30 seconde ce qui se faisait en 60.

    • BlackMatter 8 mai 2013 11:31

      L’étape suivante sera de faire en 0 seconde ce qu’il faisait en 30 grâce à son remplacement par une machine. Ce sera jour férié pour tous le monde et toute l’année.


    • robert 8 mai 2013 18:23

      Black, ce que peuvent faire les machines est déja à son maximum depuis bien longtemps.

      Merci de cet article , ici en Belgique il y a le même débat ( curieux non ???) globalement à part UK les jours fériés sont les mêmes partout et principalement religieux ( laik ???) il y a beaucoup de choses dans le tuyau en ce moment dont ces fameux jours fériés , ce qui est à remarquer c’est que tout est présenté de la même manière, visite d’un « expert » qui explique aux gens , pas de contre, et tout cela rentre dans la tête des bdb ( copyright Robert Gil)


    • Fred94 8 mai 2013 11:32

      Et de quoi se plaignent ils ?! Pour les remercier de leur travail à des cadences productives, ils ont eu un paquet contenant un donut, une bouteille de coca et un stylo. Quand ils n’auront plus assez d’argent pour payer et le loyer et l’école, et les assurances et les crédits, ils pourront se nourrir au moins, eux !

      Sinon, on pourrait imaginer avoir une activité professionnelle pour vivre et non viivre pour un travail. Je sais, c’est utopiste... Plus sérieusement, je propose qu’à chacun soit donner de quoi se loger, se nourrir, se vetir et qu’avec, nos besoins premiers contentés, nous n’ayons plus BESOIN de gagner de l’argent.


      •  LA BONNE QUESTION C’ EST A COMBIEN NOUS REVIENNENT NOS ELUS NATIONAUX :

        - 10 % des 650000 elus sont PAYES dont 7285 NATIONAUX ET REGIONAUX NOUS REVIENNENT A 2500 EUROS/JOUR..je vous laisse le soin de calculer

        - un mandat de 5ans leur donne 2500 euros mois DE RETRAITE le double pour 10 ans pour en AVOIR LE QUART LE SALARIE FRANCAIS VA BIENTOT TRAVAILLER JUSQU A 70 ANS...
        et devra verser bientot 45 ans de cotisations

        en annexe mettre l’ascencion en jour non férié ....ca ne serait pas une catastrophe ( 8 et 9 mai fériés..c’est trop..........)..1 jour férié par trimestre suffirait
        on pourrait seument garder fériés le 1er de l’an...le 8 mai...je 14 juillet et le 11 novembre


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 9 mai 2013 18:20

        @ Tous ensemble ou L’écureuil rouge

        Pour faire des économies sur le nombre de nos élus, je vous propose une solution toute simple : installer une dictature avec seulement un chef d’état et ses conseillers. Il est évident que les élus ne présentent aucun intérêt pour l’Etat qui ne serait plus Etat-Nation, les citoyens perdraient ce titre mais ils n’auraient plus qu’à obéir sans jamais prendre de responsabilités, le pied quoi ! D’ailleurs on ne vous demanderait même plus votre avis et vous n’auriez plus besoin d’ordinateur pour vous exprimer. Le chef et ses conseillers seraient là pour penser pour vous. Qu’en pensez-vous ?

        Je suis d’accord avec vous : je suis ridicule. Allons, trêve de plaisanterie, je préfère trop d’élus du peuple à payer, trop de partis politiques plutôt qu’un seul, cela ne garantit pas la démocratie, mais c’est quand même le seul moyen pour la faire fonctionner quand elle fonctionne normalement.

        Quant aux jours de congé, n’avez-vous personne à aimer les jours de congé ?
        Compagne, compagnon, grands-parents, enfants et petits-enfants, amis ? N’avez-vous pas de poèmes à écrire, de tableaux à peindre, de musées à visiter, de livres à dévorer ? N’avez-vous pas de nouveau commentaire à poster ?


      • Henrique Diaz Henrique Diaz 8 mai 2013 11:37

        Qu’est-ce qu’un esclave ? C’est un homme qui travaille pour un maître en échange du droit de vivre et plus fondamentalement, c’est quelqu’un qui est contraint d’accepter cela par la force ou plus souvent parce qu’on a réussi à lui faire croire que c’était un échange équitable et honorable.

        Un esclave est un homme qui est utile à un maître, mais nuisible à lui-même, dès lors qu’il entre sous la coupe de son maître, auquel il appartient. Le salarié est l’esclave moderne, qui n’a aucun droit de cité, c’est-à-dire de propriété, qu’il met les pieds dans l’entreprise. L’entreprise qu’il fait vivre, qu’il nourrit et qu’il fait grandir, ne lui appartient pas, c’est lui qui appartient à l’entreprise.

        Qui est le maître ? Le capital lui-même, qui exige d’augmenter de façon exponentielle, fût-ce au prix de l’instrumentalisation de la très grande majorité des êtres humains.

        Quelle est la différence entre l’esclavage ancien et l’esclavage moderne ? Il y a eu un progrès : le contremaître ne fouette plus les esclaves avec un fouet de cuir mais avec des images et des petits discours, par la culpabilisation et le décervelage signalés dans l’article. Ce n’est pas un progrès moral mais un progrès technique : c’est beaucoup plus efficace !


        • Alibaba007 Alibaba007 9 mai 2013 01:02

          @ Danièle Dugelay et Henrique Diaz,

          Chère Danièle, je n’ai pas votre finesse et votre humour pince sans rire pour compléter votre article. Merci de l’avoir aussi bien tourné, il est limpide quant-à l’époque que nous vivons actuellement.

          Je crois qu’avec votre article et ce commentaire tout est dit et ...tellement bien dit !

          Qui est le maître ? Le capital lui-même, qui exige d’augmenter de façon exponentielle, fût-ce au prix de l’instrumentalisation de la très grande majorité des êtres humains.

          Quel avenir !

          Le primaire est mécanisé, le secondaire est automatisé, le tertiaire informatisé, le travail délocalisé, les bénéfices privatisés, les dettes socialisées, les impôts généralisés, les droits de l’homme ...piétinés, le citoyen manipulé, le chômeur dénigré, l’étranger stigmatisé, l’humain robotisé et décérébré, l’idéal virtualisé... Où va t-on ?

          ...j’espère pas trop vite à la guerre où nous mènent nos « bons gros » politiciens dirigeants visionnaires, partis réactionnaires , actionnaires, managers, militaires, Big brothers...

          J’espère qu’il y aura assez d’indignés pour réagir et pouvoir infléchir le chemin que nous avons pris depuis quelques années. Depuis quelque temps, tout s’accélère ! Le panneau de la voie sans issue est visible depuis bien longtemps et au bout de l’impasse, il y a le mur que semblent ignorer nos dirigeants.

          Si nous ne voulons pas mourir, réagissons !!!  smiley


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 9 mai 2013 01:27

          Merci à Alibab et Henrique Diaz pour avoir si bien complété mon petit article.


        • TRES BON

          LE PHANTASME DU MEDEF ET DU NOUVEL ORDRE MONDIAL DES BANKSTERS EST de revenir soit au « servage » soit a l« esclavage »

          pour imiter l’allemagne qui le fait pour les travailleurs de l EST 2 EUROS JOUR.DE PAYE ( soit 1 bol de riz ou de choucroute......jour)

          POUR L ALLEMAGNE C EST FACILE D ETRE LE PAYS LE PLUS PRODUCTIF DE LA CEE


        • h diaz @ c’était un commentaire a son excellent COMMENTAIRE


        • Mowgli 9 mai 2013 19:28

          « Le salarié est l’esclave moderne, qui n’a aucun droit de cité, c’est-à-dire de propriété »

          Et c’est bien comme ça ! Car « la propriété, c’est le vol » ne saviez-vous pas ? Faudrait-il encourager le vol ?


        • soi même 8 mai 2013 11:46

          Ce qui est me parait étrange dans ce genre de débat, c’est toujours ce raisonnement unilatéral, cette fois si il parle des jours fériés et du manque à gagné.
           Il introduise pour éclaire le propos l’astuce de certaines entreprise qui détoure ses différents ponts, et oublie de cité où de prendre en compte qu’il y a mais vraiment beaucoup de personnes sans emploie, qui chaque mois vive les ponts du mois de Mai, cela sont oubliées, on parle de manque de compétitivité en heure de travail, en claire on parle toujours de présuré celui qui travail et on oublie, sans doute un sujet qui fâche de la répartition du travail au personne qui non pas de travail.
          C’est toujours ceux qui travail que l’on demandera de faire des heures sup, et à aucuns moment, il est envisage du partage.
           Non par contre , il propose des formules locause pour les chômeurs, qui veulent se maintenir dans un travail, 20heures par semaine, 681€ donc 75 % au frais de la princesse.

          En réalité, dès qu’il a débat, il y a toujours des experts qui ont pour mission de nous instruire ce que nous devons accepter, en nous trouvant des exemples où des raisonnement pas infaillible mais bien autoritaire que la réponse, il faut surtout pas l’élargir à ce qui ont gommer soigneusement,

          La redistribution du travail, l’équité, la solidarité, une vue globale de cette balance de personne qui croulent sous des heures supplémentaires avec d’autres qui croulent sous l’oisiveté, car dans ce débat il n’est nullement question comment le chômage plombe l’économie, non il est juste question des paresseux qui profite des ponts et qui font perdre de l’argent aux bilant constables de ses experts si grassement payès à nous racontez, expliquez, à nous culpabilisez que nous devons adhérer à leurs doctrines, même si en définitif dans leurs omelettes théoriques, ils jettent une grande partie des œufs, car si ils en tenaient compte, on verraient toute suite que leurs beaux discourt n’est que du vent payés à prix d’or. 


          • Ariane Walter Ariane Walter 8 mai 2013 17:03

            Soi-meme, je découvre que tu es intelligent !!!! Bisous !!


          • pyjahman pyjahman 8 mai 2013 20:22

            On est jamais aussi bien servi que par Soi-même.

            Aujourd’hui, j’aime l’auteur de ce texte, j’aime soi-même, et j’aime Ariane Walter.


          • ARIANE A TENDANCE A PRENDRE agoravox POUR UNE MESSAGERIE« ROSE »


          • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 12 mai 2013 18:59

            exact.
            Pour ré-embrayer sur cet élargissement du débat à la redistribution du travail (là je vous suis complétement), je résumerais ma réflexion au fait que finalement, peu importe les avis sur les jours fériés. Leur remise en question n’est qu’une œillère inutilement culpabilisante de chantres « libéraux » affolés.
            Pour moi, la question des jours fériés se résout facilement dans celle des jours non-fériés.
            Mais... encore faut-il avoir du boulot, non ?
            Fausse question donc , et honte aux jeteurs d’opprobres sociaux en question. De tous poils. Le problème, bande de tous, c’est pas les jours fériés en trop, c’est le taf qui manque.
            Question suivante ?


          • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 12 mai 2013 19:21

            @ Emmanuel Aguera.

            Je vous suis complètement. Il y a du chômage alors qu’il y a des besoins. Quand un système économique en arrive là, à ne pas pouvoir donner du travail à tous, c’est qu’il ne vaut rien ou qu’il est usé et qu’il faut en changer.


          • foufouille foufouille 8 mai 2013 11:48

            tres drole et tres realiste


            • newphoenix newphoenix 8 mai 2013 12:25

              Il me dégoûtent de plus en plus ces médias pas un seul journaliste pour répliquer .

              Pensée unique et auto censure. Quand on les écoutent, les Français seraient des feignants alors que ceux qui travaillent (quand ils ont du boulot) battent des records de productivité selon l’OMC. 
              Il y en a t’il un seul qui a prit son calendrier pour faire cette simple remarque que cette année le 14 Juillet tombe un Dimanche et pareil pour Noel ?!? 
              Quelle bande de larves ces journalistes eteigner moi cette radio et la télé juste bonne a porter la propagande libérale. 

              • T.REX T.REX 8 mai 2013 13:07

                ET dire que Raffarin nous a enfariné pour nous faire travailler un jour férié pour améliorer le sort de nos vieillards dans des institutions à but lucratif qui coûte la peau du cul (entre 2000 et 3000 € par mois) comme ci ces dernières n’avaient pas les moyens de se payer une clim pour les rares canicules ! Pour sûr On s’est fait caniculer profond !

                N’éteignez pas la télé : BIG BROTHER IS WATCHING YOU ! 

                 


              • T.REX T.REX 8 mai 2013 13:22

                Je dirais même plus : Raffarin nous a enfariné avec raffinement !! smiley


              • Julien Julien 8 mai 2013 12:25

                Comme l’a dit un commentaire, les machines feront de plus en plus de travail, donc il n’y en aura plus pour les hommes. Contrairement à ce que pensent certains libéraux simplistes (comme celui qui nous disait l’autre jour dans « Ce Soir ou Jamais » que l’obsolescence programmée n’existe pas), le nombre d’emplois en plus pour fabriquer les machines ne remplace pas forcément ceux qui sont perdus : facile à comprendre, il suffit de se placer sur l’asymptote ou les robots construisent des robots.

                Le vrai problème, c’est de savoir où l’on va : dans 50 ans, 100 ans, 1000 ans ; où nous amène les sciences et techniques ? On parle des problèmes écologiques (réels, dus à notre inconscience, par exemple d’avoir laissé le nucléaire sortir des laboratoires), mais pas des futures solutions, en tout cas pas à plus que quelques années en avant. On avait une vision à plus long terme il y a 40 ans, on nous disait qu’on irait sur Mars, sur la Lune. Maintenant, je crois que les gens ont compris que ces rêves sont derrière nous, dans le cadre de la science actuelle. Je crois donc que le premier problème est scientifique (énergie, propulsion) ; et s’il n’y a pas de solution, alors il faut changer complètement le système (régulation population mondiale, traitement des problèmes écologiques, revoir le système économique, etc.).


                • miha 8 mai 2013 12:26

                  Que le 1er mai (jour férié : quelle horreur !) devienne la journée d’hommage aux victimes du travail ; comme on rend hommage aux victimes de la guerre chaque 11 novembre (encore un jour férié : horreur, malheur !) - les une seraient-elles plus respectables que les autres ?

                  Ce n’est pas difficile : tous les 1er mai, on dépose un bouquet devant le monument aux morts de sa ville, de son village avec la mention « aux morts au travail » ou « aux victimes du travail »... on peut le faire même si on est seul.

                  http://www.dailymotion.com/video/xzkz5p_1er-mai-2013-hommage-aux-victimes-du-travail_news#.UYooG_BOLct


                  • mac 8 mai 2013 12:55

                    Encore un de ces boniments qui nous racontent qu’en France on a plus de jour fériés que les autres. D’ailleurs on fait tout de moins bien que les autres, en France, puisqu’on a encore l’outrecuidance de croire que l’état doit parfois réguler un tant soi peu les choses alors que seul le marché et sa main invisible doivent en avoir le pouvoir.
                    On oublie de signaler que statistiquement, une partie de ces jours fériés tombent le dimanche ou le samedi comme c’est la cas du 14 juillet cette année et que dans certains pays, comme par exemple le Canada, les jours fériés tombent principalement le lundi.

                    Evidemment, les médias nous sortent cette sornette uniquement quand les jours fériés ne tombent pas le week-end, sinon tout est normal !

                    D’ailleurs que font tous ces journalistes qui répètent qu’on a trop de vacances en France quand on ne les voit pas pendant les deux mois d’été, pendant la période de Noël et au moment des vacances de ski à Courchevelle 1850 ou à Chamonix d’où ils reviennent encore parfois avec la trace des lunettes ?


                    • mac 8 mai 2013 13:06

                      Une hypothèse qui vaut ce qu’elle vaut mais comme on s’est un « peu » fait bouffer économiquement par l’Allemagne. Est-il possible que quelques hommes politiques, pas du tout vendus, aient la brillante idée de vouloir supprimer le 8 mai et le 11 novembre, histoire qu’on oublie un peu plus vite que l’Allemagne a essayé de nous envahir par deux fois ?
                      Ce serait un pas de plus vers « l’intégration » ?


                      • TSS 8 mai 2013 13:08

                        Naguère au 1er Mai ,jour chômé,(le seul),les autres sont des jours fériés, la radio diffusait de la

                         musique en continu ,les journalistes ne travaillaient pas,seraient ils jaloux et péteux d’avoir

                        baissé leurs pantalons ?


                        • alberto alberto 8 mai 2013 15:05

                          Bien vu, Danièle !

                          Y aurait comme une petite campagne orchestrée par le MEDEF que je n’en serais pas autrement surpris : pas une chaîne de radio ou télé pour ne pas oublier le petit couplet :« n’y a-t-il pas trop de jours de congés, et ce 8 mai ne serait-il pas de trop, gna gna gna, etc... ? »

                          Avec « débat » radio comme sur RMC : « faut-il supprimer les jours fériés » ?

                          Tous les arguments y passent :« Ça nuit à l’amitié franco-allemande ». Ça fait double emploi avec le 11 novembre« , »Y a déjà trop de congés en France"...

                          En ces temps de misère et d’accablement, voire de découragement du bon peuple, pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour grignoter cet acquis au passage ?

                          Aller hop, les médias au boulot qu’il leur a dit le MEDEF, après on s’attaquera aux 35 heures !


                          • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 8 mai 2013 17:09

                            Merci Alberto. Tu as probablement raison. Je rêve du jour où nous pourrons crier : « Le Medef, à la niche ! ».


                          • Esclarmonde Esclarmonde 8 mai 2013 15:36

                            En fait, en ce qui concerne les jours fériés, la France se situe dans la moyenne européenne... 



                            Le « problème » qui fait hurler le MEDEF et autres donneurs de leçon est sans doute la concentration de jours fériés en mai-juin (1er mai, 8 mai, Ascension, lundi de Pentecôte)

                            Une pseudo gauche est complice avec l’oligarchie financière : certains réclament qu’on annule les congés d’origine chrétienne car ce serait incompatible avec la laïcité et que ça vexerait les athées et les croyants non chrétiens smiley, ça tombe bien, tous ces congés sont insupportables en nos temps très modernes !! Surtout que Jésus a eu l’idée très bête de monter au ciel un jeudi, il n’avait pas pensé au coup des RTT pour récupérer le vendredi qui suit, un gaffeur invétéré !!

                            Et pourtant, si on cherche à deschristianiser la France, ce n’est pas pour nous sortir de superstitions venus de l’âge des ténèbres, non non, c’est pour que l’on accepte de travailler non stop toute l’année comme en Chine...

                            Il faut dire qu’au Moyen-Âge, époque extrèmement religieuse, on était supposés se reposer près d’un tiers de l’année


                            mais je vous laisser imaginer la tête de nos « élites » si on avait de telles revendications !!!


                            • Ariane Walter Ariane Walter 8 mai 2013 17:04

                              Superbe article Daniele, bien écrit, juste, ironique, formidable ! Merci !!


                              • JL JL 8 mai 2013 17:35

                                Marrant.

                                Et pendant ce temps, des crétins persistent à prendre prétexte qu’il n’y a plus de boulot pour nous vendre des rentes universelles !

                                Comme par hasard, ces mêmes crétins évitent soigneusement ce genre d’article.

                                Et pourtant ce n’est pas faute de les y avoir ’invités’.


                                • Bur K Bur K 9 mai 2013 13:39

                                  Des crétins ?

                                  L’argument bateau du crétin est d’assimiler son contradicteur à ce qu’il est lui-même.


                                • JL JL 9 mai 2013 15:32

                                  Tiens,

                                  en voilà un, et qui me suit à la trace.

                                  Mais je parie qu’il sera incapable de donner un argument pertinent sur l’article dont on parle.


                                • Scuba 8 mai 2013 18:21

                                  et pendant ce temps là, on oublie aussi que tout une partie de l’économie, celle qu’on appelle le tourisme se porte très bien pendant ces jours fériés, et peu créer des emplois, mais chut, il ne faut pas le dire, cela vous déculpabiliserait !!.


                                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 8 mai 2013 20:36

                                    j’ aime bien l’ esprit constructif et d’ entreprise des commentateurs.


                                    Vivement que pour eux le pognon pousse comme une tomate 
                                    dans un bac à légumes .

                                    On sort le sécateur à pognon et on coupe un bout de billet 
                                    de 100 .

                                    La vie , comme dans plus belle la vie .

                                    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 8 mai 2013 21:06

                                      Tiens, un Troll, un ! Je taquine Rocla-Haddock, mais pour gonfler son portefeuille je connais une autre méthode que se faire exploiter : devenir l’exploiteur.

                                      On achète des actions, on vend des actions, les mêmes ou d’autres, on combine, on intrigue, on manigance, on sort le sécateur à actions, on en coupe un morceau de son choix et... on ramasse le pognon.

                                      Vous allez me dire : quel boulot ! Oui, mais comme on dégorge déjà de ce fameux pognon, on paie « bien » un ou une salariée, bien sûr intéressé au résultat, et qui fait le travail pour vous.

                                      La seule difficulté consiste à trouver le paquet de « pognon » nécessaire au départ. On peut hériter comme Le Pen, faire fructifier son pactole en Suisse comme Cahuzac, se faire offrir des cadeaux comme Sarkozy ou épouser une riche héritière, devenir médiateur entre acheteur et vendeur d’armements, voler, tricher, tromper, corrompre... rien que des actions propres et morales.


                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 mai 2013 06:36

                                      rbmeletrollbeulemelebe .




                                      trelemebelemevetretre .

                                      Cependant que brelemelebelemetrollmelebetre .

                                      Il s’ avère dans ce cas delemetrebelemtrolbelemele .

                                      Dès le premier jour .

                                    • Mowgli 9 mai 2013 19:44

                                      Môssieur du capitaine alcoolo, sachez que les Grands Savants Lyssenko et Mitchourine on su faire pousser les tomates au-delà du cercle arctique !

                                      Alors, faire pousser du pognon dans un bac à légumes... ! Ce serait un jeu d’enfant si les sicaires du Grand Capital Apatride alliés aux Lobbies-Qui-N’Existent-Pas cessaient de mettre des bâtons dans les roues du Char de l’Etat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès