Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Commerce de la drogue : on se trompe de cible

Commerce de la drogue : on se trompe de cible

Marseille a subi, le 19 août dernier, son 13e règlement de compte depuis le début de l'année. Un homme de 25 ans a été retrouvé mort criblé de balles, au cœur du quartier de l'Estaque. Cette fois, c'est toute une équipe gouvernementale qui est venue constater les dégâts. Comme les médecins de Molière avec leur grand chapeau, ils se disent, faute de mieux, qu'une bonne saignée (quelques policiers supplémentaires) ne ferait pas de mal.

Quand s'attaquera-t-on aux racines de ce fléau qui sévit dans presque tous les recoins de la planète ?

Les évènements tragiques des quartiers pauvres de Marseille, le sentiment d'insécurité qui règne à Sevran et dans la plupart des quartiers populaires urbains, montrent comment l'activité illicite des trafics de stupéfiants gangrène le tissu social de ces quartiers qui deviennent des zones de non-droit où toute une population est l'otage de caïds locaux qui font régner un ordre, où l'intimidation par la menace et la violence règne. Même si les ministres de l'Intérieur successifs se lancent régulièrement dans des opérations médiatiques avec de grandes démonstrations de la force publique, l’État a peu à peu abandonné ceux que la situation économique oblige à habiter ces quartiers ghéttoïsés et à subir la loi de la violence de petits truands locaux.

Comme dans tout commerce licite ou prohibé, si les vendeurs prospèrent, c'est parce que le marché existe avec de plus en plus de consommateurs. Dans ce cas il s'agit de personnes qui par des parcours individuels sinueux ont été conduites à la consommation de drogue. C'est l'explosion de la dépendance à la consommation de ces substances illicites qui a crée, à cause de la prohibition, l'explosion de ce type de criminalité.

Du coté des fournisseurs, il faut construire sans cesse des réseaux d'approvisionnement et de distribution ; cela exige une main d'oeuvre peu qualifiée importante.Les quartiers populaires, avec un taux de chômage de 40 à 50 % de la population active, sont les fournisseurs de ces petites mains nécessaires au trafic de stupéfiant.

Au fil du temps une véritable économie parallèle s'est construite derrière le dos des édiles locales impuissantes à proposer une alternative à ces populations, les abandonnant aux mains de ces caïds locaux.

LA RÉALITÉ DES CHIFFRES MONTRENT L'AMPLEUR DU PROBLÈME

Dans le monde, environ 210 millions de personnes – soit 4,8 % de la population âgée de 15 à 64 ans ont consommé des substances illicites au moins une fois au cours des 12 derniers mois. Avec un chiffre d'affaires estimé entre 300 et 500 milliards de dollars, le trafic de drogue est devenu le deuxième marché économique au monde, juste derrière les armes ,mais devant le pétrole.

Les bénéfices et les sommes en jeu sont colossales. En effet, les profits des petits et grands trafiquants sont immenses. Le chiffre d'affaire du trafic de stupéfiant est de 243 milliards d'euros par an : si les trafiquants de drogues étaient un pays, leur PIB les classerait au 21è rang mondial, juste derrière la Suède. Malgré la répression, l'ONU estime que seuls 42% de la production mondiale de cocaïne est saisie (23% pour la héroïne). Dans certains pays de production ou de transit, comme le Mexique, ce sont de véritables contre-pouvoirs occultes qui font régner la terreur et corrompent les rouages de l’État. (1)

Le commerce de la drogue comme marchandise prohibée est extrêmement lucratif : le marché de la drogue est celui qui connaît actuellement la plus forte expansion.

DE LA DANGEROSITÉ DE LA PROHIBITION ACTUELLE

La prohibition de l'alcool aux États-Unis en 1920 a eu comme conséquences :

  • Une augmentation des prix des produits alcoolisés,
  •  une détérioration de la qualité des boissons, avec des risques sanitaires accrus,
  • une augmentation du trafic international,
  • une augmentation de la criminalité chez les consommateurs et chez les trafiquants,
  • la constitution de contre pouvoir avec des gangs à renommée internationale comme celui d'Al Capone,
  • le développement de la corruption dans tous les rouages de l'économie et de l’État,
  • un manque à gagner en impôts et taxe pour les États.

Devant l'inefficacité de l'interdiction sur la consommation d'alcool , en 1933, le 21e amendement annule le 18e amendement de la prohibition de 1920. Non seulement la loi sur la prohibition de l'alcool n’a jamais atteint le but qu’elle s’était fixée, mais elle a favorisé une augmentation affolante de la criminalité.

Comment n'a-t-on pas tiré des leçons de cet épisode de l'interdiction de l'alcool aux USA ? Avec le commerce illicite des drogues les conséquences sont identiques mais démultipliées par la mondialisation. ( Au Mexique on évalue, en six ans, à 70 000 les victimes dues au trafic de drogue pour alimenter le marché nord-américain )

Il est temps que les États reprennent le contrôle de ce commerce mortifère.

TRAITER LA TOXICOMANIE ET CONTRÔLER LE COMMERCE DES DROGUES.

"Les drogues tuent quelque 200 000 personnes chaque année. Les usages problématiques de drogues représentant l’essentiel de la demande, l’un des meilleurs moyens de réduire le marché est de traiter la toxicomanie”, a déclaré M. Fedotov, de l'ONU.

Les causes profondes de la consommation de produits stupéfiants sont à rechercher dans le mode de fonctionnement de nos sociétés livrées à la mondialisation des échanges et à la libéralisation de l'ensemble des activités humaines. Il faut être lucide et regarder en face les dégâts que peut faire chez les plus fragiles , ces injonctions de réussite individuelle à tout prix, que distille sournoisement et quotidiennement notre environnement, que ce soit dans le domaine professionnel, ou dans la sphère privée. Une société de consommation qui exacerbe constamment la satisfaction pulsionnelle des désirs individuels ne peut que conduire certains à trouver dans ces paradis artificiels ce qu'ils n'ont pas les moyens de réaliser ou de construire.

Le problème est que l'on ne veut pas admettre que la cause profonde de ces dérives est bien dans ces dysfonctionnements érigés en dogme dans ce monde ultra-libéral où règne une étrange alliance entre puritanisme et perversion. ( 2 ). On continue à maintenir le décor factice d'une société bourgeoise qui laverait plus blanc que blanc en interdisant à l'individu toute possibilité de dérive individuelle (3 ) tout en prônant l'obligation de réussite individuelle pour pouvoir satisfaire les besoins et envies ( légitimes ou créées par la publicité ) de tout consommateur. (On se rappelle la déclaration de Jacques Séguela : « Si à 50 ans on a pas une Rollex, on a raté sa vie » -" les 4 vérités " - Cette phrase à bien des égards obscène, prononcée le 13 février 2009, en pleine crise financière, à propos du Président de la République, par un publicitaire bien connu, est symptomatique d'un état d'esprit où la dictature des marques asservit les individus ).

Cette exacerbation permanente des désirs et des attentes des consommateurs rend de plus en plus difficile la maîtrise de ses pulsions et rend insupportable les frustrations. Il y a ceux qui trouvent le chemin de la réussite individuelle en restant dans les clous mais nombreux sont ceux qui doivent utiliser des subterfuges légaux ou illégaux pour tenter d'arriver à leurs fins pour tomber ensuite dans le piège de nouvelles dépendances : dépendance à des paradis artificiels pour les consommateurs, dépendance à un enrichissement facile et à une consommation de biens sans limite pour les trafiquants.

Il faudra bien qu' un jour, l’État, dont un des rôles et de protéger tous les citoyens, reconnaisse les dysfonctionnements du système et prenne ses responsabilités en la matière en se donnant les moyens de "tirer le rideau" en traitant ouvertement cette "pandémie" et en contenant la contagion vers les plus fragiles et les plus jeunes. Pour vider de sa substance le commerce illicite, il faut aussi contrôler la distribution des produits stupéfiants dans des officines médicalisées ou spécialisées tout en continuant à mener une lutte acharnée contre les trafics de drogues internationaux. C'est une bataille de longue haleine qui doit être coordonnée à l'échelle internationale.

S'attaquer à cette économie illicite et mortifère c'est aussi dessiner un horizon à ces quartiers abandonnés. Si on assèche le trafic de drogue, on enlève une énorme partie de l’économie de ces quartiers. Tant qu’on n’aura pas de réels projets économiques et éducatifs à offrir à ces populations, pour trouver ainsi les moyens de créer et de distribuer de la richesse autrement que par le trafic, la situation ne pourra pas évoluer dans ces villes comme Marseille où 30 % des habitants vit sous le seuil de pauvreté et où 60 % des ménages ne paye pas d'impôts sur le revenu faute de moyens (4). La question est bien plus large qu’une simple question répressive et dépasse les compétences d'un Ministre de l'Intérieur. C'est peut-être le seul message positive (involontaire ?) du passage du Premier Ministre et de son équipe ministérielle à Marseille.

En attendant, en contenant ce commerce derrière le rideau de l' illégalité on ne fait que laisser libre cours à cette activité, très lucrative pour certains mais aussi très dangereuse pour l'ensemble de la société.

LA SCIENCE DU PARTAGE

 

(1) Chiffre de 2011 Rapport de l'ONU Informations extraites du site Planètoscope

(2 ) "La cité perverse" - Dany Robert Dufour

(3 ) Une illustration de ce phénomène est l'interdiction du racolage, sous la présidence Sarkozy, qui a repoussé les prostituées dans des lieux encore plus sordides et n'a en rien apporter une solution à ce problème.

(4) Voir l'article de Xavier Monnier Auteur de "Marseille ma ville" dans l'Obs.

source photo :
http://www.mysecurite.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 22 août 2013 11:39

    lisez bien lg :
    "S’attaquer à cette économie illicite et mortifère c’est aussi dessiner un horizon à ces quartiers abandonnés. Si on assèche le trafic de drogue, on enlève une énorme partie de l’économie de ces quartiers. Tant qu’on n’aura pas de réels projets économiques et éducatifs à offrir à ces populations, pour trouver ainsi les moyens de créer et de distribuer de la richesse autrement que par le trafic, la situation ne pourra pas évoluer dans ces villes comme Marseille où 30 % des habitants vit sous le seuil de pauvreté et où 60 % des ménages ne paye pas d’impôts sur le revenu faute de moyens (4). La question est bien plus large qu’une simple question répressive et dépasse les compétences d’un Ministre de l’Intérieur."


  • gaijin gaijin 22 août 2013 12:03

    c’est tout a fait simple
    on reinvestit l’argent dégagé par un commerce légalisé dans l’aide a ces quartiers
    aide pour ceux qui en veulent
    prison pour les autres


  • Rensk Rensk 22 août 2013 14:09

    Mélanger de l’eau et de l’huile est industriel, cela s’appelle émulsion... c’est utilisé partout aujourd’hui pour travailler le métal, fraiseuses, tours, perceuses...


  • appoline appoline 23 août 2013 18:33

    Mais ça arrange tout le monde ce trafic. Qui dirige tout cela ? Croyez vous qu’il n’y a que les petits dealers des banlieues qui s’en mettent plein les poches, pas assez malin pour ça. L’argent sale concerne beaucoup de monde y compris ceux que l’on pense blancs comme « neige »


  • Robert GIL ROBERT GIL 22 août 2013 11:33

    Le marché de la drogue représente des milliards et sert de financement à différentes activités officielles et non officielles. C’est parfois avec l’argent de la drogue que des gouvernements dit « démocratiques » financent des activités illégales ou des groupes insurrectionnels dans différentes parties du globe........

    voir : SALLES DE SHOOT ET HYPOCRISIE

    et aussi : LA MAFIA VOUS SALUE BIEN


    • tf1Goupie 22 août 2013 21:32

      Et ton article sur les salles de shoot, que probablement personne n’a lu, rime surtout avec connerie.


    • appoline appoline 23 août 2013 18:37

      Les salles de shoot, c’est autre chose, les cons veulent se donner bonne conscience. Cela fera comme la métadone, le trafic ne va pas tarder à s’y infiltrer. L’humain dans ces bas instincts est une pourriture de première alors s’il y voit une importunité de racoler quelques âmes supplémentaires, il ne va pas se gêner


    • Pillippe Stephan Uraniumk 22 août 2013 11:36

      Florence Lambin a qui profite le crime comme on dit..
      pour un de pris combien en liberté.... ? lol

      les faits
      La provence.com


      • heliogabale heliogabale 22 août 2013 11:41

        Achille Peretti ?


      • alinea Alinea 22 août 2013 11:37

        Bien heureuse de vous lire Karol ; et d’être évidemment d’accord avec vous ( il y aurait sûrement moins de bonheur à être en désaccord ! smiley )
        Les réseaux sont tentaculaires, les intérêts répartis dans tous les pays et toutes les couches de la société ; l’argent sale que l’on blanchit, on le sait, remplit les banques dans les paradis fiscaux... bref, il en faudrait de la moralité, de la bonne volonté et une coalition grandiose entre les gens déterminés pour commencer à venir à bout de ce problème ; pourtant, l’exemple du Portugal prouve que la consommation baisse quand le produit est licite ! 
        La société est droguée, c’est le fond, à tout ! tous les comportements ressemblent à des addictions...ce problème est peut-être le premier à ne pas pouvoir être traité avec des rustines ! et tout remettre en cause ?..............


        • Karol Karol 22 août 2013 14:13

          Merci. L’économie de la drogue est très puissante et a contaminé de nombreux secteurs de la société, plus le temps passe plus il est difficile de lutter contre ce fléau.


        • asterix asterix 22 août 2013 19:20

          Le shitt, l’héro, la coke,les amphés, il faut tout légaliser.
          Seul point de vente : l’Etat !
          ET PLUS JAMAIS UN TRAFIQUANT, point !
          Réinvestissement prioritaire des bénéfices dans une campagne constante CONTRE l’usage des drogues. INFORMATION sur ses dangers. Traitement des TOXICOS par le système social.
          Tout cela coûtera bien moins cher à la société ET en êtres humains.
          A la télé, on voit au moins 50 meutres liés aux drogues par semaine.
          Et des caïds qui servent d’exemple, qui sont même parfois les bons, les coeurs tendres, les justiciers.
          MAIS JAMAIS UN PROGRAMME SUR L’AUTODESTRUCTION PHYSIQUE D’UN CONSOMMATEUR D’EXTASY APRèS SIX MOIS
          NI LA TRONCHE D’UN FUMEUR APRèS HUIT PéTARDS.
          OU QUI S’ENVOIE 2 LITRES DE VINASSE, C’EST KIFF.
          NI LA VIOLENCE à LAQUELLE MèNE LA COKE. Rien que du tir à pipe entre trafiquants ou avec les flics.C’est pour l’exemple, vous comprenez ? Faire chic, augmenter les audiences, rendre inculte, horrible, sanglant et con à la fois..
          NI LES LOPETTES QUE DEVIENNENT LES CONSOMMATEURS D’HéRO, L’HORREUR DU MANQUE QUI LES CLIENTèLISE.
          LA CAME VIDE L’INDIVIDU ET SON ENVIRONNEMENT FAMILIAL
          A 1.000%
          On voudrait pousser encore plus loin cette société « à la marseillaise » qu’on ne pourrait mieux faire.
          L’auteur pose la vraie question : n’est-il pas déjà trop tard ?
           


        • appoline appoline 23 août 2013 18:39

          S’il n’y avait que les banques dans les paradis fiscaux (rires), en faut de l’échelle vous avez des financiers qui louent leurs compétences aux pontes de la drogue


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 août 2013 20:56

          A l’auteur,

          bonjour,
           Je discutais récemment avec un flic des stups locaux qui acquiesçait à ma pensée que la légalisation du cannabis les aiderait grandement dans leur taf. Comme vous dites, une économie -prospère- s’est mise en place et il n’est plus rare de voir passer dans les quartiers rendus célèbres par la presse des berlines luxueuses aux vitres fumées. Ces caisses il faut les payer.
          La légalisation de la consommation et du transport de (petites quantités) de shit ou d’herbe doit être dépénalisée. Tout comme, et surtout comme, la culture à usage personnel, qui évitera à tant de douteuses fréquentations. L’effet sera immédiat : pénurie de clients, chute des prix, guerre interne (la BM à payer) pour les derniers marchés moribonds, nettoyages aux petits matins, et ciao l’économie parallèle... Je ne leur donne 6 mois avant d’avoir Pôle-Emploi débordé et un bond des résultats scolaires. Nécessité fait loi.
          Mon collègue (expression locale) m’a répondu... « oui mais... ils n’accepteront jamais : politikement inkorrect, comme on dit. »

          Alors des Kouilles, on en a ou on en a pas.


        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 23 août 2013 20:57

          ...« La légalisation... doit être dépénalisée. » Bravo Manu...
          Comme quoi on a beau se relire... smiley


        • heliogabale heliogabale 22 août 2013 11:38

          Sans parler du plus grand trafiquant de drogue de la planète : la CIA...

          Dans le cas de Marseille, il n’y a plus qu’une seule solution : mettre sous tutelle de l’État toute la région en suspendant tous les élus locaux.

          Ne pas se fier à la police locale qui m’a l’air tout à fait corrompue...

          En fait, sait-on si on a retrouvé des suspects dans la cinquantaine de règlements de compte que Marseille a connus depuis deux ou trois ans ?


          • bartneski bartneski 22 août 2013 11:40

            Bonjour Karol,

            je suis d’accord avec vous concernant l’urgence de la légalisation dans un seul but, le contrôle du marché. Par contre, je nuancerai vos propos sur les consommateurs. Ils ne sont pas tous des malades frustrés par le système à la recherche de paradis artificiels. Certains sont simplement épicuriens.

            En réponse à LG : on en fera des producteurs et exploitants déclarés.


            • Pillippe Stephan Uraniumk 22 août 2013 11:44

              celui là est un gros malin une vrai anguille j’ai rien dit
              lien

              Chirac et hassam premiers producteurs de cannabis

              lever la tête que diable .. smiley

              c’est pas dans la cave


              • Pillippe Stephan Uraniumk 22 août 2013 14:12

                 Aladeen

                un peu de lecture peut-être..., smiley

                coke en stock


              • Yanick Toutain Yanick Toutain 22 août 2013 16:36

                Merci de donner le lien vers mon article.
                Vous pouviez en donner le titre et le nom de l’auteur : Il est PEDAGOGIQUE pour les jeunes (surtout les dealers) de savoir POUR QUI eux ou leurs ainés TRAVAILLAIENT en réalité !
                Qu’un ministre de l’Intérieur ait pu avoir son labo au Maroc et que les répentis du réseaux voient leur vie menacée au point d’obtenir l’ASILE POLITIQUE aux USA est quelque chose à savoir !
                Que RUE 89 participe à l’OMERTA GENERALISEE sur ces INFOS est indispensable à CONNAITRE !
                Drogue ou esclavage en AFRIQUE sont les MAMELLES des VOYOUS QUI DIRIGENT LA FRANCE !!
                Que fait Hollande à soutenir Karzai le FRERE DU CHEF DU PRINCIPAL RESEAU DE PRODUCTION ET D’EXPORTATION D’HEROINE AU MONDE ?
                Poser la question est obtenir la réponse !
                +++++

                MERCREDI 24 MARS 2010
                Charles Pasqua le trafiquant de drogue et Eric Zemmour le raciste : Un commentaire sur rue89
                Sur rue89, Julien Martin fait une mise au point quant à l’affaire Zemmour Non, Ardisson n’a pas truqué les images avec Zemmour
                Par JULIEN MARTIN | Rue89 | 24/03/2010 | 20H56

                CE COMMENTAIRE A ÉTÉ VICTIME D’UNE CENSURE FASCISTE DE LA PART DE RUE89 !
                Ce journal en ligne protège le trafiquant de drogue Pasqua.
                J’ai déposé un commentaire de protestation

                =

                ==

                Humain sur Terre | 21H47 | 24/03/2010 | 














                Et le trafiquant de drogue Charles Pasqua, dont les trafics étaient mis en lumière dans le livre « Noir Silence » de François Xavier Verscahve«  ? Il a quelle pigmentation de peau ?
                Et le trafiquant d’héroïne Pasqua qui avait un laboratoire d’héroïne au Maroc, un laboratoire protégé par l’agent de la CIA Hassan II roi du Maroc, Commandeur des Croyants », il était de quelle « couleur » ?
                Ce trafiquant qui continue à se pavaner, qui était encore invité récemment à l’Elysée par Nicolas Sarkozy, il n’est pas un « autochtone » ?
                Il est vrai que pour un Eric Zemmour raciste, un tel trafiquant d’héroïne - à cause duquel les USA accordèrent l’ASILE POLITIQUE à la femme d’un de ses complices - ne serait que « délinquance en col blanc ».
                Il y aurait les trafiquants délinquants en col blanc.
                Aux origines gauloises attestées par des arbres généalogiques conservés pieusement au Palais Bourbon.
                Sans doute sous la surveillance de Noël Mamère qui croit qu’il existe une « race noire »...
                et des trafiquants de drogue en col noir ou ... bleu qui - eux - n’auraient pas Vercingétorix comme ancêtre ....
                Pour les aveux de Charles Pasqua ... point n’est besoin de garde à vue ... notre ancien ministre de l’Interieur, co-resonsable de la mort en décembre 1986 de Malik Oussekine, ses aveux de ses trafics de drogue, il nous les a fait en estant en justice.
                Il avait porté plainte contre FX Verschave et son livre ... mais ... en se gardant bien de mentionner dans la plainte déposée le fait d’avoir été accusé de trafics de drogue ....
                Il portait plainte sur des points de détails concernant le Soudan...
                Qui ne contre-accuse pas avoue !!!!!
                On attend que Zemmour ait le courage d’accuser, lui-aussi, le trafiquant Pasqua et .... tous ceux qui le protègent ... à commencer par « notre » président Nicolas Sarkozy !!
                ===
                Compléments
                =article Wikipédia
                Jacqueline Hémard
                Jacqueline Hémard fut mariée à un héritier du groupe Pernod, avant sa fusion avec Ricard en 1975.
                Avec Ali Bourequat et relayée par le Réseau Voltaire, elle a accusé en 1996 Charles Pasqua, qui ne l’a pas attaqué en diffamation, d’avoir participé à des activités illicites du SAC utilisant Ricard comme couverture. Cette assertion a été soutenue par un ancien proche de la famille royale marocaine, Hicham Mandari, tué sur un parking espagnol en 2005.
                Selon elle, des agents du SAC et du SDECE (ancêtres de la DGSE), en liaison avec des amis corses, auraient installé des laboratoires de fabrication de cocaïne au Maroc, pour financer leurs activités.
                =
                On voit sur cette page de Wikipédia de quelle façon la biographie de Charles Pasqua est truquée pour ne pas faire apparaitre son activité de trafiquant de drogue.
                ==
                Jacqueline Hémard et la French Connection
                Ces faits ne sont pas très fiables. On retrouve ce passage dans plein de sites conspirationnistes ciblant Charles Pasqua, comme celui du réseau Voltaire. Il faudra probablement modifier cette partie. Prudence...
                Labrede
                Pour les informations problématiques, je suis pour une suppression rapide et efficace : la légalité avant tout ! Eden ✍ 7 avril 2006 à 11:09 (CEST)
                Je le modifie ce jour 7 avril 2006. Labrede
                ===
                TRUCAGE DE BIOGRAPHIE, le trafiquant peut dormir tranquille pendant que les ZEMMOUR accuse les enfants d’Afrique !!!
                ===
                En 2008, un lecteur de RUE89 citait d’ailleurs Verschave
                ==
                à Houvaton De Azza Ingénieur en informatique scientifi... | 11H51 | 28/02/2008 |
                J’ai mis ci-dessous un petit résumé (page wikipedia sur FXV) de l’épisode des procès des trois chefs d’état.
                Par ailleurs, dans son livre Françafrique, Verschave ne s’était pas contenté d’allumer Pasqua sur l’affire Carlos, mais également sur des faits très graves de complicité de trafic de drogue :
                « Pasqua, un émule de Foccart, fait déjà parler de lui chez Pernod-Ricard, quel est son rôle ?
                C’est assez complexe… La stratégie de la guerre froide s’est appuyée sur des réseaux d’initiés liés par le secret dont le fonctionnement exact n’est pas toujours facile à établir. Par exemple Pasqua a bâti toute sa carrière politique sur une sorte d’anti-américanisme, or ses amis et lui-même sont très proches des républicains de George Bush. C’est typiquement un homme de l’ombre, faisant partie des services de sécurité du gaullisme.
                Dans “la Françafrique” publiée en 98, j’explique que Pasqua a été à l’origine de la French Connection, cette distribution de drogue aux USA servait entre autre à financer les actions des services secrets français… Pasqua m’a fait un procès en diffamation pour ce livre sur un seul point qui concernait le troc entre le terroriste Carlos et un soutien français au régime soudanais… Il n’a pas osé faire un procès en diffamation sur cette question de la French Connection !
                Dans “la Françafrique”, vous évoquiez aussi le cas d’une certaine Jacqueline Hémard qui avait reçu l’asile politique aux USA…
                C’est l’épouse d’un héritier du groupe Pernod-Ricard, il y a aussi son ami Ali Bourequat, un ancien prisonnier politique au Maroc, qui avait entendu l’histoire de la french connection de la part de ses codétenus au bagne de Tazmamart. ( on soupçonnait l’entreprise, dont le directeur de l’époque s’appelait Charles Pasqua, de trafic de drogue en se servant du Maroc des 60’s comme plaque tournante, avec la complicité d’Hassan II ). Ces deux personnes ont été obligées de s’enfuir aux USA ( en 1995 ) où elles ont obtenu l’asile politique ce qui est rarissime. »
                extrait d’un interview de FXV trouvée sur ce site :
                ===
                ==
                Quant au procès contre Français Xavier Verschave, on peut lire ceci
                ==
                Procès de Charles Pasqua
                http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Xavier_Verschave#Proc.C3.A8s_...
                Lors du procès Pasqua, il a reçu l’aide de l’ancien directeur de la DST, Porant, qui a témoigné que les discussions n’ont jamais abordé la question du nettoyage ethnique. Edmond Alphandéry, un ancien ministre de l’économie a témoigné en sa faveur tandis que Michel Roussin, ancien ministre de la coopération a assuré que M. Pasqua « n’était en aucune manière partie prenante à la politique étrangère de la France ».
                Au terme du procès François-Xavier Verschave a été condamné à verser 1 franc de dommages et intérêts à Charles Pasqua. « Le tribunal nous a donné raison sur toute la ligne, sauf un point : il m’a reproché un défaut de prudence dans l’expression, lorsque j’ai attribué au seul Charles Pasqua la responsabilité du soutien français au régime soudanais responsable de 2 millions de morts, alors que cette responsabilité était en fait celle de l’ensemble de l’exécutif français. » Le fait que toutes les autres personnes incriminées dans l’ouvrage se soient abstenues de contester en justice ce qui leur était reproché est pour François-Xavier Verschave la preuve de la validité de ses propos.
                ==

              • Yanick Toutain Yanick Toutain 22 août 2013 16:52

                Un sympathique commentateur avait apporté ses lumières (compétentes !!!!) sur le sujet sur RevActu.
                Que les lecteurs qui ne le connaissent pas aillent taper Marc Fievet sur Google

                1. Charles Pasqua est une canaille institutionnelle et ses liens avec le narcotrafic ne sont ignorés que des benêts ou autres « béni-oui-oui » tant appréciés du pouvoir établi. Merci pour avoir préciser à nouveau le vrai CV de ce triste sire.
                  La justice française aura raté une occasion d’être à la hauteur en ne poursuivant jamais sérieusement Pasqua.
                  Quant à Zemmour, il serait bon qu’il nous sorte une chronique sur le sieur Pasqua, mais là, on peut rêver, je crois !
                  Marc Fievet
                  L’Aviseur international

                  RépondreSupprimer

                2. Bonjour
                  Je vous remercie pour votre commentaire et vos encouragements.
                  Je portais déjà comme une médaille les crachats des militants LCR-NPA qui participent sur le site « officiellement officieux » du NPA à la campagne internationale en faveur des FARC.
                  Un autre diplôme me fut décerné quand ces néo-stalino-fascistes effacèrent un de mes messages et décidèrent de ma bannir de leur site.
                  J’avais commis l’« erreur » de dénoncer leur militant Toussaint qui - non content de faire l’apologie des FARC - applaudissait à l’exécution des malheureux paysans qu’ils appelaient « déserteurs » quand ils cherchaient à fuir leur gang.
                  Ces stalino-fascistes infiltrés dans la LCR puis dans le NPA n’avaient, sans doute, pas apprécié que j’explique que les FARC n’étaient pas des militants staliniens qui faisaient du trafic de drogue. 
                  Ils étaient juste des trafiquants de drogue ... faisant de la politique.

                  Combattre les FARC et leurs alliés politiques.
                  Combattre Pasqua et toute cette bourgeoisie dégénérée ne sont que deux facettes du combat contre l’exploitation et toutes les classes exploiteuses : BOURGEOISIE quant à Pasqua et Formoisie quant aux suppôts NPA des FARC.

                  J’irai consulter votre site « L’Aviseur international » : les informations sur l’état mondial de la pourriture envahissante sont une des clés de la révolisation mondiale à construire.

                  De 1974 à 1978, un militant trotskyste de la LCR qui se droguait était exclu.
                  J’ai été à cette école et n’ai jamais consommé de drogue de toute ma vie.
                  Les organisations révolisationnaires à construire devront intégrer ce même impératif.

                  Je vous engage à lire la suite : le texte auquel vous répondiez a été censuré par Julien Martin de Rue89 !
                  Censure pour protéger le trafiquant « blanc Gaulois » Charles Pasqua : Rue89 participe à la campagne raciste contre nos cousins petits-enfants d’Afrique initiée par le raciste Eric Zemmour


              • Ollisters Ollisters 22 août 2013 15:35

                @ LG


                En hollande le commerce est dépénalisé mais très rêglementer, si la vente par petite dose est autorisé, les commercants n’ont pas le droit d’avoir plus d’une certaine quantité en stock, ce qui les oblige a rusé pour s’approvisionner, de même que bien que la vente soit autorisée la production y est interdite, donc faudrait plutôt chercher les causes du developpement de la criminalité dans cette direction...



              • captain beefheart 23 août 2013 10:02

                Ben,les toxicos français comme vous les appelez ne se rendent pas massivement en Tchèquie ou la détention et la vente de drogues dures sont libres depuis trois ans,à ce que je sais.

                Cequi est important de noter aussi c’est que l’indignation « morale » sur l’utilisation de drogues illicites qu’affichent beaucoup de commentateurs et tous les criminels que nous élisons pour la politique ,n’est pas partagée par un gros tiers de la population occidentale ,et encore moins par les gens des autres pays ,qui savent que l’on peut les voir aussi comme médicaments du corps et de l’esprit... Demandez un vieux papi turc s’il connaît l’opium ,il vous dira qu’il en a un petit bout dans son pharmacie..
                 Reste à noter que n’importe quel utilisateur de « drogues illicites » ,en garde à vue a moins de droits qu’un meurtier-violeur d’enfant ,ou homme politique corrompu. Pour un joint il peuvent vous garder 4 jours sans avocat,par exemple,dans un pays qui se veut le berceau des droits de l’homme..


              • jymb 22 août 2013 13:05

                Arrétons l’hypocrisie !
                Les consommateurs ne sont pas tous des « toxicos » au sens marginal du terme
                Ce sont en grande majorité des ados, des classes moyennes, des quadra quinquas qui se lâchent volontiers.
                Pourquoi ne pas dire qu’ils ont une énorme responsabilité dans l’entretien de cette économie ?
                Ne peuvent ’ils pas se passer de leur pétard ou de leur rail ?


                • Karol Karol 22 août 2013 14:03

                  Bonne remarque, ce sont bien les consommateurs qui ont leur part de responsabilité dans le développement de ce commerce.


                • Rensk Rensk 22 août 2013 14:25

                  Question consommateurs... Saviez-vous que les produits chimiques sont en vogue ?

                  Selon l’analyse des eaux usées réalisée, à la demande de la télévision alémanique, les fêtards de la Street Parade 2013 à Zurich, ont avalé au total 4,1 kilos d’ecstasy en 2013 contre 350 grammes en 2011...

                  Un jour de semaine « normal », il se consomme environ 160 grammes d’ecstasy à Zurich. Pour obtenir ce résultat, des eaux usées sont prélevées régulièrement dans la station d’épuration « Werdhölzli » et les échantillons sont envoyés au Laboratoire de la protection des eaux du canton de Berne.
                  Les analyses montrent également une plus forte présence de cocaïne dans les échantillons. Selon les calculs, les fêtards ont consommé 3,4 kilos de cette drogue en 2013. C’est presque trois fois la quantité d’un jour de semaine...

                  La Street Parade est devenu le plus grand évènement techno-party du monde suite a l’arrêt de la Love Parade en raison d’une tragédie survenue le 24 juillet 2010. La Street Parade est l’événement annuel le plus important à Zurich. Elle a rassemblé 950 000 personnes en 2013.


                • TicTac TicTac 22 août 2013 17:03

                  On peut tous se passer de tout, drogue, alcool, tabac...

                  La seule vraie question est de savoir si la société peut tirer profit de cette économie ou si elle ne doit en assumer que les (néfastes) conséquences.

                  Pour l’alcool et le tabac, c’est tranché, nous assumons les coûts mais nous en tirons également les profits.

                  Pour la drogue (si tant est qu’alcool et tabac n’en soient pas...), c’est un foulard sur les yeux que nous avons laissé ce commerce lucratif aux dealers non patentés.

                  Allons au bout de l’hypocrisie et légalisons tout ça pour, au moins, essayer d’injecter de l’agent dans l’éducation, les banlieues et le mieux-vivre.

                • Andreï 22 août 2013 13:13

                  Marseille, dans quelques années, ça sera le nouveau Juarez  :
                  -la drogue s’est installé dans les quartiers nord
                  -la drogue corrompt les fonctionnaires de polices et tout membre de la société
                  -la drogue est facilement transité du Maroc ou des pays de l’Est
                  -les armes à Marseille sont lourde, de type kalachnikov, je mettrai ma main au feu qu’il y a un véritable Arsenal même dans les buissons/poubelles des cités marseillaises
                  -les trafics datent de Mathusalem, les mode d’expédition punitive datent de plus de 10 ans (comme celle des crémations des corps).
                  -il y a énormément de clans
                  -c’est un business et si tu touches à mon business, je te tue, parce que tu vends moins cher que moi et tu me fais perdre mes clients accro.
                  Marseille, c’est 850 000 habitant, 1 millions comme Juarez, bientôt ça va se ressembler.

                  Et lorsque le commerce de drogue sera en plein essor (touchera son age d’or) vous verrez que ce sera pire, y’aura pas que des français, français d’origine étrangère, Balkans, mexicains ou asiatique dans le trafic..

                  En 2016, dans la seule journée , il y aura 5 morts tué par balle.

                  Merci


                  • Coup d'tampon Coup d’tampon 22 août 2013 13:26

                    Article sans dépendance et non toxique.


                    • diogene 22 août 2013 13:44

                      Allons bon ! voilà qu’on découvre qu’à Marseille il y a du traffic et des règlements de compte. la belle nouveauté !
                      I l y a bien longtemps que la violence et les traffics marseillais défraient la chronique. La French connection c’était quoi d’autre ? du clan Guerrini des années soixante à la mafia des banlieues d’aujourd’hui, seuls les caïds ont changé. Avant c’était les corses, aujourd’hui les rebeus. (voir le film le prophête de Audiard)

                      J’ai vécu à Marseille toute ma jeunesse, j’ai été 4 fois emprisonné aux baumettes, et je peux assurer que des règlements de comptes j’en ai toujours connu à Marseille.
                      Des Guerrini à Francis le belge en passant par Zampa l’histoire de la pègre de la ville phocéenne est ininterrompue.
                      La différence c’est que si auparavant le milieu était plus ou moins contrôlé par les caïds de « référence » , aujourd’hui il s’agit d’une mosaïque de petits chefaillons qui se déchirent.
                      Le reste c’est pour amuser la galerie.


                      • révolQé révolté 23 août 2013 10:26

                        Diogène te Boris,
                        +100... !!!

                        Marseille à des truands ???
                        Holala... !!! pas bien... !!!

                        Ça a tjrs été une ville mafieuse (comme Paris,mais shuuuttt... !!! )mais maintenant le moindre délit doit être monté en épingle par les journalopes aux ordres afin de bien stigmatiser certaines catégories de gens.
                        Faire bien peur à la populace de base afin d’instaurer la loi martiale et controler tous les individus jusque dans leur trou du cul,mais toujours « pour votre sécurité M’sieur/Dames »...

                        « L’ordre par le chaos... »


                      • Loatse Loatse 22 août 2013 13:54

                        Depuis quelques temps à Marseille, l’espérance de vie des dealers diminue fortement.... je dirais même que le phénomène tend à s’accélérer

                        Donc en tenant compte des bénéfices liés au trafic et des inconvénients (en profiter un laps de temps très court avant de finir transformé en gruyère avant sa majorité ou peu après..) je ne sais pas si ce job suscitera encore longtemps des euh.. vocations..


                        • boris boris 22 août 2013 14:03

                          D’abord le canabis c’est bon pour la santé. Secundo 13 morts à Marseille depuis de début de l’année c’est rien du tout, des règlements de comptes entre truands est un épiphénomène qui dérange en rien le quidam lambda.

                          A la belle époque pas si lointaine des vrais truands Marseillais (corses pour la plupart), les flics laissaient pisser le mouton, les merdias ne venaient pas mettre leurs désinformations dans les règlements de comptes qui arrangeaient tout le monde.

                          Donc laissons se flinguer les capuchons, ça fait de la place.


                          • Pillippe Stephan Uraniumk 22 août 2013 14:26

                            @boris
                            si au moins ils utilisaient des silencieux on pourrai dormir dans le calme
                            j’aime pas être réveillé en sursaut.
                            le problème des balles perdues pourrait être résolut par des cours
                            du soir dans les stands de tir moyennant finance évidement et l’argent
                            reversé au victime des bavures mafieuse.
                              smiley


                          • Loatse Loatse 22 août 2013 14:27

                            Bon pour la santé ? l’effet relaxant y est oui, c’est même l’astuce pour que le consommateur ne s’apercoive pas qu’il y laisse quelques neurones au passage... (à chaque bouffée)

                            m’enfin ça ou lobotomisé par la télé c’est un peu in fine du pareil au même

                            Sauf qu’il est plus facile de jeter son poste par la fenêtre qu’il est aisé de déloger les dealers des halls d’immeuble...


                          • boris boris 22 août 2013 14:31

                            Loatsé,

                            Les neurones c’est comme les cellules du foie, elle se refont , très vite d’ailleurs.


                          • Rensk Rensk 22 août 2013 14:03

                            Votre article... c’est du oui et non.

                            La France est assez « bizarre » dans les faits, même Hollande refuse de ne plus faire courir la police après les consommateurs...

                            A l’ONU la France a attaqué la Suisse parce qu’elle « distribuait » de l’héroïne dans des salles de schoot... (alors que ce n’était pas vrai, les consommateurs apportaient leurs trucs en ce temps-là).

                            Puis est venu le temps où en effet l’État aidait les grand dépendants avec des drogue crée par les chimistes (on en a pas mal en Suisse) et plus tard même avec de l’héroïne... Cet héroïne pure a été acheté par la Suisse à la France (sous contrôle de l’ONU) ! La France est donc un pays dealeur officiel...

                            Puis vu les résultat effectif en Suisse (et d’autre pays depuis) la France tente d’ouvrir un centre de schoot a Paris ces derniers temps... (La France ne devra pas acheter le produit ailleurs vu qu’elle est fournisseuse d’autres pays... Afghanistan oblige !)


                            • frugeky 22 août 2013 14:13

                              « une véritable économie parallèle s’est construite derrière le dos des édiles locales »

                              ça c’est une vue de l’esprit. Sans le concours des élites locales et nationales le commerce ne pourrait pas fonctionné. Les dites édiles en croquent, et pas seulement des retombées économiques. Pourquoi penser que ces personnes ne consomment pas comme les autres ? Ce ne sont pas des humains différends et s’ils aiment l’ivresse du vin, et autres alcools, ce seraient des extra-terrestres de ne pas goûter d’autres ivresses.

                              « Comment n’a-t-on pas tiré des leçons de cet épisode de l’interdiction de l’alcool aux USA ? »
                              Là encore je m’oppose en faux. La leçon a bien été tirée et c’est que l’interdiction apporte plus de bénéfices. Financiers tout d’abord, la rareté et l’interdit augmentant les prix. En permettant également la « guerre » à la drogue qui permet de détourner une partie de la police et la justice d’autres missions et en cadrant au plus serré une population essentiellement précarisée.

                              • Pillippe Stephan Uraniumk 22 août 2013 14:17

                                « La totalité de la planète est recouverte de routes qui servent le trafic de drogue, son infrastructure logistique pour l’approvisionnement et les ventes. Il faut avoir en tête qu’aucun processus au monde n’est déconnecté des flux de drogue : aucun processus politique, militaire, ni même culturel, puisque de nouvelles modes culturelles pro-drogues sont constamment développées. »
                                ici


                                • Rensk Rensk 22 août 2013 14:39

                                  Les voitures appartiennent aux loueurs (Hertz par exemple) et leurs siège n’est pas a Marseille !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès