Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Enseignement : faire la fine bouche en période de pénurie de professeurs, (...)

Enseignement : faire la fine bouche en période de pénurie de professeurs, un drôle de choix

 Le président du jury du CAPES externe 2012, M. Xavier Sorbe, a reconnu dans une interview au journal Le Monde daté du 12 juillet 2012 [1], que la sélectivité du concours était revue à la baisse à cause de la pénurie des candidats : « Le jury est obligé, par la force des choses, d'adapter ses exigences dans un souci de pourvoir les postes ». Puis de rajouter : « Le CAPES 2012 de mathé­ma­tiques est le moins sélec­tif de toute l'histoire du CAPES de mathé­ma­tiques. Il est beau­coup plus facile de l'obtenir aujourd'hui qu'il y a dix ans. ».

Cette année, le pourcentage d’admis parmi les candidats présents aux épreuves (du CAPES mathématiques) a été d’environ 50% contre 13% en 1999, alors même que le jury ne décidait de ne pourvoir que 652 postes sur les 950 postes offerts au concours en 2012.

Devant la pénurie de candidats, le jury a choisi de préserver la qualité du recrutement de professeurs qui enseigneront ensuite pendant 42 ans dans la fonction publique. Mais à quel prix ? Un concours n’est-il pas sensé recruter les meilleurs parmi ceux qui se présentent à une date donnée ? Ne doit-on pas aussi penser aux sacrifices demandés aux étudiants depuis la réforme de la formation des maîtres en 2010 : seuls les plus motivés et les plus enthousiastes, qui désirent encore faire leur carrière dans l’enseignement, ont eu la force de supporter de rester sur les bancs de l’université deux années de plus pour décrocher un master (tout le monde ne peut pas payer ce surplus de formation alors qu’une licence suffisait amplement dans le passé sans que l’on ait jamais eu à rougir de la qualité des recrutements), de subir un examen de langues au niveau supérieur (le CLES2 imposé à tous ceux qui veulent passer un CAPES dans des disciplines scientifiques !) et un examen supplémentaire en informatique (le C2i2e, où le nombre de recalés n’est pas négligeable) ?

Devant tant de mesures décourageantes, combien d’étudiants ont dû abandonner leur projet d’intégrer le corps professoral ? La pénurie des vocations a été patiemment orchestrée depuis plusieurs années, et les solutions, que l’on doit maintenant chercher dans l’urgence, mettront des années à porter leurs fruits si seulement elles ne déstabilisent pas encore plus un écosystème fragile. Maintenant, oui, nous récoltons ce que nous avons semé : nous manquons de professeurs certifiés et la nation sera obligée de recruter des vacataires dans les plus mauvaises conditions qui soient pour vite les placer devant nos enfants.

Un bon nombre de recalés en 2012 avaient préparé et présenté le CAPES alors qu’ils étaient déjà en train d’enseigner dans des classes sous des statuts divers. Il aurait été plus judicieux de les recruter en abaissant un peu plus la barre d’admission, donc en pourvoyant la totalité des 950 postes promis. Certains enseignaient depuis six ans comme vacataires, et passaient leur CAPES depuis trois ans. Ne devrions-nous pas aussi penser à eux ?

Devant ce refus d’ouvrir plus grand les portes du concours, beaucoup de candidats qui enseignent déjà dans des classes de lycées et de collèges devront recommencer une année scolaire en situation précaire. Est-ce raisonnable ? En ne pourvoyant pas tous les postes, on refuse des professeurs de huit ans d’ancienneté, comme cet enseignant :

« Je suis professeur de lycée professionnel (titulaire de mon poste) avec huit années d'ancienneté, diplômé BAC+5 en mathématiques, ayant été inspecté plusieurs fois avec de très bons rapports d'inspection et de très bonnes notes administratives, et actuellement je progresse au choix dans ma carrière. (…) Cette année j'ai présenté le CAPES de mathématiques parce que j'avais envie de changement. A ma grande surprise, je n'ai pas été admis !

Si tous les postes avaient été pourvus, je n'aurais pas témoigné et aurais accepté les règles du jeu du concours. Je me serais simplement dit que l’on avait pris meilleur que moi. Mais changer ainsi les règles en cours de route, ne pourvoir que 652 postes sur les 950 annoncés, et être doublé par des vacataires qui seront recrutés l’année prochaine selon on ne sait quelles conditions opaques, me paraît injuste. Soit dit en passant, je n'ai rien contre les vacataires, car je suis passé par là et je sais qu’il s’agit d’une situation peu enviable.

Je ne dois pas être le seul dans cette situation d'incompréhension et de sentiment d'injustice. Je rappelle que les candidats qui n'ont pas été admis étaient tout de même admissibles, voire avaient réussi un oral sur deux, donc possédaient une certaine base de connaissances et de savoir-faire, et peut-être aussi de l'expérience et une vocation à faire ce métier.

Que se cache-t-il réellement derrière ce choix de ne pas pourvoir tous les postes ? Pourra-t-on un jour le savoir ? Pourvu que la réponse ne soit pas, comme l'année dernière, que le niveau n'est pas suffisant ! Si c'était le cas, on poserait alors une deuxième question : en quoi le niveau des vacataires qui seront recrutés pour pallier au manque de titulaire sera-t-il meilleur ?

Autre chose incompréhensible : nous informer dans les journaux télévisés du 11 juillet 2012 sur Soir 3 et BFM TV, que nous avons une crise de vocation des professeurs de mathématiques dans notre pays et qu'il n'y a pas assez de candidats, alors que l'on n'a délibérément pas pourvu tous les postes offerts au concours ! »

Ce candidat est parti à l’oral malgré des notes assez basses aux écrits (10 et 8,5 sur 20) parce qu’il a pensé qu’il avait de bonnes chances d’être recruté quand on annonçait 950 postes et que seulement 1200 candidats étaient admissibles. Il n’aurait pas engagé de frais inutiles pour séjourner à Paris si on avait dit qu’il n’y aurait que 652 lauréats. Peut-on le comprendre ?

Quant aux vacataires, le problème est réel : on fait constamment appel à eux pour que nos enfants aient un professeur, sans reconnaître leurs qualités et leur vocation à enseigner. Dans le lycée d’à côté, plusieurs vacataires ont été appelés à venir corriger des copies de BAC et faire passer des oraux de rattrapage, payés des clopinettes s’ils le sont un jour. Des vacataires payés à l’heure pour donner quelques cours devant des classes, puis être remercier, ne devraient jamais être appelés pour faire passer des examens. Cela n’est pas juste.

Les vacataires admissibles qui partent à Paris pour passer les oraux du CAPES n’ont même pas droit à un traitement de faveur, et continuent à être « pressés comme des citrons », si je me fie à ce témoignage d’un candidat en mathématiques :

« J'ai été forcé et contraint la veille de l'oral, pour la première fois et dans la hâte, de corriger des copies du brevet des collèges. Dans l'intervalle des dix minutes entre ma sortie du centre de correction et l'horaire de départ du train, j'ai réussi à perdre mes billets et ainsi me trouver dans une situation indésirable dans l'optique de la préparation d'un oral. »  [2]

Pourquoi conserver tant de vacataires et d’auxiliaires qui enseignent depuis des lustres sans pouvoir être titularisés ? Ils font l’affaire pour s’occuper de nos enfants, non ? Dans les années 1980, il existait un corps d’adjoints d’enseignements (AE), intermédiaire entre le corps des professeurs d’enseignement général de collège (PEGC), aujourd’hui disparu, et celui des professeurs certifiés. Ne serait-il pas sage de recréer un tel corps dans lequel les vacataires et les auxiliaires pourraient être intégrés au bout de cinq ou six années de services loyaux en établissements scolaires, en demandant simplement une validation d’acquis professionnels ou une inspection dans leurs classes ?

 

Références bibliographiques :

[1] Collas, Aurélie. L'embauche de nouveaux professeurs va se heurter au manque de candidats. http://abonnes.lemonde.fr/. [En ligne] 12 juillet 2012. http://abonnes.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2012/07/12/l-embauche-de-nouveaux-professeurs-va-se-heurter-au-manque-de-candidats_1732718_1473688.html.

[2] Compte-rendu oraux de CAPES externe 2012 de B.M. reçu le 13 juillet 2012. MégaMaths. [En ligne] 13 juillet 2013. http://megamaths.perso.neuf.fr/echo/120713CompteRenduOrauxCAPES-BM.pdf.


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 16 juillet 2012 18:05

    J’ai une remarque un peu en marge de cet article.

    Il ne se passe pas de jour que dans ce forum et d’autres, dans la presse, dans certaines conversation du café du commerce.sans que l’on entende parler des enseignants flemmards, avec des vacances interminables, des salaires mirobolants pour ne pas faire grand chose.

    Alors, je me pose une question, comment se fait-il qu’en pleine période de chômage persistant on peine à recruter des candidats pour une telle sinécure ?

    Pourquoi ceux qui envient le statut des enseignants ne se précipitent-ils pas ?

    Oserais-je penser que c’est parce que, peut-être, ils sont trop c*ns pour enseigner.


    • Dzan 16 juillet 2012 20:24

      @ Amiaplacidus
      + 1000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000 0000000


    • titi 16 juillet 2012 23:56

      @Amiaplacidus

      Bah moi j’ai été vacataire pendant 8 ans.

      Je gagnais pour 40 heures de cours / mois... bah l’équivalent d’un mois de 158 heures de travail dans le privé à niveau de compétence égale.
      Bon alors Ok, il y avait la préparation des cours.... Naaaaaaannnn je plaisante....

      Les cours on les fait une fois lorsqu’on prend une nouvelle classe, et d’une année sur l’autre ca change pas tant que ca. En plus si vous êtes pote avec un ancien qui prend sa retraite, il vous refile ses classeurs.

      Alors j’ai arrêté pas à cause des élèves, mais plutot à cause des autres enseignants et plus généralement du fonctionnement de l’EN : je ne voulais pas cautionner ça... et finalement je ne veux plus financer ça.

       


    • Dudule 17 juillet 2012 11:49

      Titi :
      40 h de cours/mois... Impossible.
      D’abord parce que les journées ne font que 24h et qu’il faut préparer ses cours, au moins la 1ère année.
      Les cours prêts l’année suivante, il reste plein de boulot : revoir les cours au moins la veille, sinon, on passe pour un idiot, préparer de nouveaux contrôles (les élèves adore demander à leurs petits camarades ce qui est « tomber » les années précédentes : impossible de donner le même sujet). De plus il y a toujours des remaniement à faire dans ses cours d’une année sur l’autre.

      Et par dessus tout, c’est administrativement impossible : un vacataire ne peut être employé à temps plein. C’est statutairement interdit.

      Alors 40h par semaine... mon oeil.


    • mortelune mortelune 17 juillet 2012 14:59

      @Titi

      Et bien moi je dis que ce que vous racontez vous l’avez rêvé. Vous n’avez jamais été prof ni même vacataire. Les vrais enseignants savent reconnaître les mythomanes. 

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 juillet 2012 17:46

      Calmez vous Sabine sinon maitresse va vous faire prendre la porte !
      Bon si les dimensions sont 72 / 210 et qu’elle est pleine,continuez, je suis preneur !


    • francesca2 francesca2 17 juillet 2012 18:14

      Non, il ne faut surtout pas qu’elle se calme, c’est vraiment grandiose !


      Pour une fois que celui qui leur assène leurs quatre vérités n’est pas quelqu’un qu’on peut traiter de fasciste extrême pourri. 

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 juillet 2012 18:22

      Porte pleine veut dire massive chez les ptits gars du batiment .


    • francesca2 francesca2 17 juillet 2012 18:26

      Sabine, si vous saviez smiley smiley

      encore pas plus tard que dimanche smiley

    • mortelune mortelune 18 juillet 2012 09:39

      @Sabine

      Prenez un témesta et tapez vous la tête contre un mur pour devenir amnésique. j’ai le sentiment que cancre vous étiez et cancre vous êtes toujours. En l’oubliant vous aurez une chance de vous sentir mieux dans votre peau de redoublante éternelle.

    • lemouton lemouton 18 juillet 2012 09:57

      Dommage que Sabine garde un si mauvais souvenir de ses enseignants..
      et en projète une image déformée sur les enseignants d’aujourd’hui..

      Ou alors elle surcompense un complexe, un profond sentiment d’infériorité par une agressivité à tout va...

      Un échange du type « Vis ma vie » avec un enseignant lui aurait été très enrichissant...


    • francesca2 francesca2 18 juillet 2012 11:31

      S’exprimer en dehors du prêt-à-penser de la pensée « bienveillante » et souligner l’hypocrisie Rdes humanistes du dimanche et jours fériés revient maintenant à faire preuve d’une agressibvité à tout va, résultat naturel et allant de soi du fameux complexe d’infériorité...


      Vis ma vie parce que c’est ton choix, sérieux. 

    • mortelune mortelune 20 juillet 2012 15:40

      @Sabine

      « Cette violence initiale me crève pourtant les yeux »
      De quelle violence parlez-vous ? De la votre sans aucun doute...
      Si elle vous crève les yeux, la violence dont vous parlez ne vous cloue pourtant pas le bec. Je vous rappelle que ce que vous êtes (c’est à dire pas grand chose au demeurant) vous le devez à certains instits et profs qui ont au moins eu le mérite de vous supporter. Maintenant il est clair qu’être enseignant n’est pas la panacée et que nous avons droit à l’erreur et le devoir de reconnaitre qu’il y a beaucoup d’érudits qui ne sont pas profs. Ceux là nous donnent des articles et des commentaires de qualité (ce qui n’est pas votre cas) et je les en remercie. 

    • titi 22 juillet 2012 23:07

      @Domsthène, à Mortelune, aux autres..

      Je trouve assez amusant que vos seules réponses soient de me traiter d’affabulateur et de menteur. Car ne vous en déplaise, j’ai bien été vacataire de l’EN pendant 8 ans.

      Ca vous dérange donc tant que celà que je raconte « la vraie vie » dans l’enseignement ?

       


    • titi 22 juillet 2012 23:09

      @Mortelune

      « Les vrais enseignants savent reconnaître les mythomanes »

      Les « vrais » enseignants sont imbattables au niveau de la modestie.


    • titi 22 juillet 2012 23:13

      @Dudule

      Vous commencez par « 40 h de cours/mois... Impossible. » Bah si... puisque c’est ce que je faisais.

       

      « Alors 40h par semaine... mon oeil. »
      C’est là où on voit l’indigence du recrutement, et les lacunes au niveau lecture... J’ai jamais parlé de 40 h semaine.

      Quoi que il y avait un système de rémunération assez complexe qui faisait que certaines heures était rémunérées avec un coefficient... du coup il n’est pas impossible que certaines fois j’ai été payé pour 40h semaine...


    • titi 22 juillet 2012 23:15

      @Dudule

      Et par dessus tout, c’est administrativement impossible : un vacataire ne peut être employé à temps plein. C’est statutairement interdit.

      De memoire je ne pouvais pas statutairement être employé plus de 3 ans.
      Je l’ai été 8.

      Statutairement interdit !!!


    • titi 22 juillet 2012 23:24

      @Démosthène

      « Du coup, plutôt que de revoir ce qui peut être amélioré, vous préférez user de stigmatisation de votre cas ( et encore, je demande à voir les ’ preuves ’ de vos vacations... ) pour mieux casser l’enseignement public, histoire que l’élitisme devienne la règle ? »

      Des idées pour améliorer le fonctionnement du « département » j’en avais pas mal.
      Sauf qu’arrivé en AG de début d’année, on se trouve confronté aux « dinosaures » de l’EN, qui nous dise qu’il faut plus de pédagogie, plus de moyens , plus de ceci plus de cela, que c’est la fautre au ministre, etc...
      Je prends l’exemple tout bête du téléphone portable pendant les examens : les dinosaures proposaient d’aller manifester devant le rectorat pour demander plus de surveillants pendant les examens, d’écrire au ministre, de faire la grève, de bloquer la préfecture. Moi je proposais d’installer un brouilleur à 80 euros. 
      Bah moralité, ils sont allés manifester, etc...

      L’EN est actuellement tenue par gens qui ne vivent pas sur notre planète.


    • non667 16 juillet 2012 21:12

      à démo
      ok ok ok sauf que ça a commencé avant 68 !


      • non667 17 juillet 2012 10:03

        de memoire avant 68 :
         : instruction publique = éducation nationale =sabotage
        -collège unique habi
        -math moderne


      • Le péripate Le péripate 16 juillet 2012 23:18

        Il est interdit de rire des difficultés du mamouth.

        Pfffffff.....

         smiley


        • lemouton lemouton 18 juillet 2012 10:05

          « mammouth... » —> vous en êtes encore a utiliser cette réthorique...
          Pffffff... smiley 

          pour rebondir...
          hier au soir, j’ai vu à la télé l’autre espèce de dindon suffisant (Alègre smiley —> son nom m’est pénible à écrire... )
          Donc je disais, l’autre dindon suffisant qui nous expliquait que le gaz de schiste n’amenait aucune pollution ou si peu.. smiley.... smiley...

          Non mais quel c**... mais quel C**.. !!!!...
          en fait toujours dans les bons coups, quand il faut sortir une couillonnade... smiley


        • Leo Le Sage 18 juillet 2012 10:19

          @Par lemouton (xxx.xxx.xxx.82) 18 juillet 10:05
          Vous dites : « Donc je disais, l’autre dindon [Alègre] suffisant qui nous expliquait que le gaz de schiste n’amenait aucune pollution ou si peu. »

           smiley
          Ah bon ?
          il devrait aller sur Agoravox lui...
           
          Cordialement

          Leo Le Sage


        • alinea Alinea 16 juillet 2012 23:46

          Ne pas s’engager ; l’État ne veut pas s’engager ; un capésien, c’est pour la vie ; un vacataire, ma foi ! Quand aux étudiants, ils savent qu’avec le CAPES, ils passeront de cinq à dix ans à Paris ! Et je peux vous dire que ça ne les enchante pas.
          Au bout de quatre ans, il y en a beaucoup qui se mettent à mi-temps ; qui galèrent au niveau fric mais qui respirent à pouvoir revenir chez eux, avec leur nana, ou leur mec, leur famille et leurs amis !


          • Dudule 17 juillet 2012 11:55

            Au sujet des mutations, ce n’est plus vrai. Les rectorats font plus d’efforts pour respecter les vœux des reçus, et comme il y a pénurie d’enseignant, si l’on ne va pas nécessairement où on veut, on va rarement où on ne veut surtout pas aller. Les candidats choisissent 6 académies avant les oraux. Il est rare qu’aucun choix ne soit satisfait.

            Ce que vous décrivez était la situation il y a une dizaine d’année.


          • Dudule 17 juillet 2012 11:58

            Le niveau du concours en physique chimie à l’écrit est au niveau du Master. Les programmes à savoir par cœur (ou plutôt dont il faut avoir une bonne idée), c’est plutôt pour préparer l’oral.


          • BOBW BOBW 17 juillet 2012 12:07

            Et Messire Sarko ,monarque absolu ,s’il avait été reconduit leur aurait « accordé »une retraite- 75%, à ... 80 ans smiley


          • jef88 jef88 17 juillet 2012 11:40

            une institutrice m’a laissé un souvenir impérissable !
            - elle m’a appris à lire et à écrire ....
            - elle avait une classe de 24 éléves
            6 en pré-préparatoire 4 à 5 ans
            6 en préparatoire 6 ans
            6 en CE1 7 ans
            6 en CE2 8 ans
            à 6 ans je lisais
            à 7 ans je lisais le journal à mon grand père !!!

            c’était une sur-diplomée ! ..... elle avait un brevet élementaire ! ! !

            Alors pourquoi un master maintenant  ?


            • Dudule 17 juillet 2012 12:28

              Pour ma part, je viens d’échouer (de peu) au CAPES de physique chimie.

              Je suis vraiment dégouté. Je travaille depuis des années dans des boîtes privées (préparation aux concours paramédicaux), payé à coup de lance pierre et traité comme de la m... Franchement, le public, c’est pas si mal.

              J’ai dû en plus me fader cette année le C2i2e et le Cles2 (que j’ai eu tout les deux du premier coup), préparer ces p... d’oraux de montage en apprenant des plans de montages sur papier tout en bossant à côté... et je m’en suis plutôt bien tiré.

              J’ai eu (pile) la moyenne à l’écrit sans avoir le temps de le préparer (compensant la chimie ou je suis nul par la physique), les oraux se sont passés assez correctement (un peu au-dessous de la moyenne, ce qui n’ai pas mal pour un candidat libre, même si j’espérais plus à la façon dont j’évaluais mes prestations).

              Mais voilà :

              Il n’y avait pas de pénurie de candidat au CAPES de physique chimie cette année. Et il n’y a eu aucune création de poste. 205 postes (une misère ! Il y en a eu jusqu’à plus de mille par an dans les années 90 !) promis avant les présidentielles, et 205 postes au final. Pas de créations de postes contrairement à ce que vous entendez aux infos.
              Tout cela fait que la barre d’admission est vraiment très haute : au-dessus de la moyenne, et je suis juste au-dessous.

              Bon, j’entends déjà les râleurs, arguer du fait qu’il est bien normal d’admettre des professeurs au-dessus de la moyenne... sauf qu’il faut voir la difficulté du concours.
              Les concours portent sur deux disciplines très vastes dont il faut maîtriser tout les aspects, et celà à un niveau bac+3 (même s’il faut bac+5 pour pouvoir passer le concours...allez comprendre...) et les oraux sont vraiment sévères : la moyenne est considérée comme une excellente note.

              Lorsque qu’il y avait pléthore de postes, l’admission est tombée en dessous de 8, et ça ne choquait personne.

              Donc les « socialistes » n’ont créé aucun poste, en physique chimie en tout cas.

              Un espoir tout de même : mon académie, vaste et assez peuplée, n’avait déjà que 17 candidats admissibles, ce qui était déjà peu... et il n’y a eu que 4 reçus. Plein de postes de vacataires en perspective. Je prépare un dossier.


              • PTRPTR 18 juillet 2012 01:04

                Inutile d’avoir des prof de physique en plus car c’est une matière ou le nombre d’heure diminue


              • lemouton lemouton 18 juillet 2012 10:08

                « ..c’est une matière ou le nombre d’heure diminue.. »

                —> et alors.. ??
                c’est un choix politique, et cela peu être changé en 24h...
                par contre recruter et former des profs —> 1.5an à 2ans..


              • mortelune mortelune 17 juillet 2012 15:24

                Place aux vacataires dans l’enseignements

                Place aux CDD partout ailleurs.
                L’humain est la dernière roue du carrosse dans nos sociétés de crotte de bique.

                • xmen-classe4 xmen-classe4 18 juillet 2012 10:05

                   le pourcentage d’admis parmi les candidats présents aux épreuves (du CAPES mathématiques) a été d’environ 50% contre 13% en 1999


                  je croyais que c’etais 10 admis pour 5000 candidats qui avaient tous doctorat ou école d’ingénieur.
                  candidats qui ne peuvent plus enseigné les fonctions sans parler des propriétés isomorphique entre deux ensembles.

                  ils faut avoir la vocation, j’ai connu beaucoup de professeur qui tournaient fou à croire que leur élèves allaient utiliser cela toute leur vie.

                  • lemouton lemouton 18 juillet 2012 10:32

                    « ..propriétés isomorphique entre deux ensembles.... »


                    — > il me semble que cela remonte aux 70’s, période délirante où l’avenir devait forcément passer par les maths modernes..
                    Quel gâchis...

                    « ..j’ai connu beaucoup de professeur qui tournaient fou à croire que leur élèves allaient utiliser cela toute leur vie... »


                    — > ben disons.. que eux sont aux ordres des inspecteurs, qui eux sont aux ordres des recteurs, qui eux sont aux...etc...
                    et les exams sont à la fin de l’année..


                    • RBEYEUR RBEYEUR 19 juillet 2012 18:42

                      De l’ayatollah féminin mortelumière, (xxx.xxx.xxx.85) 18 juillet 09:39 :

                      « ….@Sabine
                      Prenez un témesta et tapez vous la tête contre un mur pour devenir amnésique. j’ai le sentiment que cancre vous étiez et cancre vous êtes toujours. En l’oubliant vous aurez une chance de vous sentir mieux dans votre peau de redoublante éternelle…
                       ».

                      C’est la manifestation habituelle du débat chez les nazislamistes et les bolchos/fachos (veuillez pardonner pour la redondance).
                      On lapide d’amblée le porteur d’une idée divergente de leurs vérités qui sont forcément sacrées, divines, définitives et absolues, plutôt que d’argumenter et de discuter contradictoirement sur cette idée…   


                      • mortelune mortelune 20 juillet 2012 15:42

                        Tiens revoilà le brailleur de service qui délire. C’est certainement la seule chose qu’il sache faire le pauvre. Coincé dans des mots dont il ignore le sens il les utilise comme il mange ; à la louche...


                      • RBEYEUR RBEYEUR 20 juillet 2012 19:47

                        De l’ayatollah féminin mortelumière, (xxx.xxx.xxx.106) 20 juillet 15:42 :
                        « Tiens revoilà le brailleur de service qui délire. C’est certainement la seule chose qu’il sache faire le pauvre. Coincé dans des mots dont il ignore le sens il les utilise comme il mange ; à la louche... ».

                        Le gravissime déficit neuronal dont souffre l’ayatollah féminin semble être aggravé par les effets du ramadan…


                        • camelia 4 août 2012 15:33

                          Si rien n’est fait on va encore combler les postes vacants par des contractuels, des étudiants ... alors que les candidats qui se sont présentés au concours ont réussi les écrits du capes, ont bac+5 en maths ce qui n’est pas rien ! et ont passé un temps fou aux nouvelles certifications demandées en plus du bac +5 en maths. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès