Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Faut-il quitter la France ?

Faut-il quitter la France ?

On ne sait pas précisément combien de Français quittent chaque année le pays pour s’expatrier, on n’en connaît même pas toujours précisément les raisons, mais ce dont on est absolument certain, c’est qu’ils sont de plus en plus nombreux, et que cela concerne désormais toutes les catégories de personnes, dans tous les milieux.

Le ministère des Finances annonce un chiffre de trois cents contribuables très fortunés qui s’exilent ainsi chaque année pour raisons fiscales, mais il est fort probable que le nombre total de candidats au départ, quels que soient leur niveau de richesse et leurs motivations, dépasse largement plusieurs dizaines de milliers d’expatriés annuellement. D’après tous les observateurs, la tendance n’est ni à la stabilisation ni à la baisse. Au contraire.

Le problème nécessite d’être pris très sérieux, et nul ne sait réellement l’impact qu’il peut avoir sur la société française, encore moins sur l’économie française.

Ceux qui partent sont généralement des forces vives, des individus potentiellement proactifs, des investisseurs, des entrepreneurs, des ingénieurs, des scientifiques, des étudiants de haut niveau, des chercheurs, des cadres dirigeants, des cadres supérieurs, des créatifs, des inventeurs, des visionnaires. La nouveauté, c’est qu’ils ne sont plus seulement issus de la “matière grise”, de plus en plus de “travailleurs”, des gens dynamiques et actifs qui n’ont pas forcément fait de longues études, trouvent des opportunités ailleurs. Tous ces gens sont simplement déçus par la “décroissance” de la France, et décident de partir chercher ailleurs ce qu’ils ne trouvent pas dans leur pays.

Gardons bien à l’esprit que le modèle français est considéré partout à l’extérieur comme très qualitatif, il est perçu comme un système sans faille, parfait, idéal, envié même, où tout le monde semble vivre heureux dans le meilleur environnement possible, bref une idée vieille de trente ans.

Par conséquent, le Français sera toujours accueilli de la meilleure manière qui soit partout ailleurs, le capital sympathie est tellement important qu’on ne voit plus très bien où sont les freins au départ.

Quand on regarde les choses en face, ou de l’intérieur, on est bien obligé de constater qu’il y a un écart absolument énorme entre ce que le pays est censé être, et ce qu’il est vraiment, ou encore ce qu’il est censé apporter, et ce qu’il apporte vraiment. Pendant longtemps, cet écart pouvait être supporté, mais à force de se creuser davantage, il est devenu suffisamment inacceptable pour déclencher chez certains l’impulsion du projet de départ.

On ne peut pas reprocher le manque d’objectivité de ceux qui quittent le navire avant qu’il ne sombre. On ne peut pas non plus critiquer leur manque de patriotisme, ou d’honneur. Dans un monde global, où l’individualisme est un mode de vie largement répandu et même plébiscité, il n’est pas anormal de penser qu’on puisse trouver mieux ailleurs, surtout quand cela devient criant de vérité, et qu’il suffit de voyager un peu (réellement, ou simplement sur l’Internet) pour s’en rendre compte.

La France donne des signes incontestables de déchéance. Le pays est “techniquement” en situation de faillite, et le terme n’est pas exagéré. Faillite économique et financière, d’abord, et faillite sociale ensuite. Dans tous les domaines, il est devenu très difficile de trouver des raisons valables pour rester vivre en France. Tous les indicateurs sont dans le rouge. Certains affirment même que dans bien des cas, il n’est plus possible de faire machine arrière sans une rupture brutale, et forcément toujours dramatique.

On pourrait évoquer quelques domaines où le malaise est fortement présent.

Le système éducatif français n’est plus à la hauteur, il est complètement à la dérive, à tous les niveaux. Le corps enseignant est démobilisé et rendu inefficace, les infrastructures sont inadaptées, les résultats sont catastrophiques. Quand le ministère de l’Éducation annonce 82% de réussite au baccalauréat, les professeurs, eux, affirment qu’on ne dépasserait pas 30 ou 40% si l’on appliquait les mêmes règles qu’il y a dix ans. Nos universités sont des dortoirs à étudiants qui n’ont aucune vocation à y entrer. Pour bénéficier d’un environnement éducatif un peu meilleur, il faut pouvoir intégrer des établissement privés, qui ne sont donc pas à la portée de toutes les bourses.

Les nouvelles générations de Français sont des individus formatés pour être systématiquement et lourdement assistés, qui n’ont aucun goût pour le travail ou l’action proactive. Des idées simples, telles que “l’effort amène la récompense”, “le travail est un mal nécessaire” ou “la réjouissance passe par le travail” ont disparu de leur système de pensée.

La France disposerait a priori d’un bon réseau de santé et offre une bonne couverture sociale. Malheureusement, l’accueil qu’on nous réserve dans les hôpitaux se dégrade. Le niveau des équipements et des technologies n’est plus pertinent. On ne peut pas facilement être pris en charge dans des unités spécialisées pour bénéficier des meilleurs soins, on entend même ici ou là que pour se faire opérer par un spécialiste, il faut pouvoir payer des honoraires supplémentaires... plus ou moins discrétionnaires.

On ne cesse de le répéter, la France est championne du monde de la fiscalité la plus lourde, mais aussi la plus injuste. Cette seule raison pourrait suffire à tous nous faire fuir, parce que partout ailleurs la charge qui pèse sur le fruit de notre travail serait inférieure.

Dans le domaine de l’entreprise, créer une société ou se “mettre à son compte” implique désormais des risques qui peuvent rapidement s’avérer insurmontables, les gens sont découragés lorsqu’ils observent l’expérience de ceux qui s’y sont essayés. Les “mauvaises surprises” s’accumulent quotidiennement, sans compter la dégradation de l’image du “patron” dans le pays. L’entrepreneur devrait être valorisé avec la plus haute distinction, puisqu’il est l’unique maillon de la chaîne économique qui est à l’origine de la création des richesses, et qui œuvre surtout pour les autres, en définitive.

La France offre une grande liberté de façade, mais en réalité la complexité de ses règles, et la multiplicité des associations dont le but est d’augmenter les droits de certains en diminuant ceux des autres font qu’il devient de plus en plus difficile d’évoluer librement, ou d’entreprendre librement.

En France, la Justice est à deux vitesses, voire à trois vitesses (on observe un traitement différent pour les riches, pour les pauvres, et pour les affaires médiatisées). Quand on interroge les Français au sujet de la Justice, ils sont 75% à penser qu’elle est injuste dans leur pays.

On pourrait passer des heures à lister tous les problèmes qui s’accumulent en France, on pourrait parler du pouvoir d’achat qui baisse du fait de l’augmentation des prix, de l’impact de l’euro, de l’augmentation des charges directes et indirectes inévitables sur les individus, de la situation des entreprises qui étouffent et se retrouvent souvent au bord du gouffre, et de tout ce qui est soutenu artificiellement, on pourrait encore parler d’injustice, de criminalité en hausse, d’insécurité, et de la dégradation de la qualité de vie en général.

Certains se demandent s’il ne faudrait pas tout recommencer à zéro, en mettant tout à plat une fois pour toute, en tapant du poing sur la table. Politiquement, le pays ne devrait-il pas être dirigé par un “dictateur visionnaire et sage” plutôt que par des alternances de droite et de gauche qui l’ont mené où il est aujourd’hui, et qui continueront dans une voie similaire, probablement dans un cadre démocratique qui n’en porte plus que le nom ?

Pourquoi reste-t-on en France aujourd’hui ? Pour une majorité d’entre nous, il est encore difficile d’admettre qu’on puisse laisser derrière soi l’endroit où on a toujours vécu, son travail, sa famille, sa maison, ses projets, son pays, ne serait-ce que par principe. Le véritable frein aujourd’hui, ce n’est pas le patriotisme, mais plutôt un facteur psychologique lié à la peur de l’inconnu, qui s’estompe néanmoins.

Par ailleurs, je ne suis pas persuadé que ceux qui quittent la France le font exclusivement pour des questions financières, la majorité des expatriés que je rencontre partout dans le monde (en Amérique du Nord, en Asie, au Moyen-Orient ou un peu partout en Europe) certifient qu’ils ont surtout cherché une meilleure qualité de vie, plus de tranquillité, plus de liberté, moins de criminalité, plus de visibilité à long terme, plus de sécurité, moins de pressions diverses, plus de joie de vivre. L’argent vient souvent après toutes ces considérations naturelles et humaines.

Un autre élément troublant est que la plupart de ces gens qui partent ne souhaitent pas revenir en France si la situation s’améliore, certains garantissent même qu’ils ne reviendraient pour rien au monde.

J’ai bien peur que par la force des choses, de plus en plus de gens vont trouver évident de quitter la France pour trouver mieux ailleurs, ils découvrent que ce projet personnel est finalement assez réaliste et plutôt facile à faire aboutir.

Nous sommes à un seuil où les Français les plus actifs, vivant seuls, et ils sont nombreux, n’auront plus aucun complexe à quitter la France, et pourquoi pas l’Europe. Ce mécanisme me paraît inéluctable et hautement dangereux, et je ne vois pas bien ce qui pourrait le limiter ou l’inverser ; il résulte naturellement d’une politique nationale et européenne déplorable dans bien des domaines.


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (501 votes)




Réagissez à l'article

247 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 3 janvier 2007 11:54

    Encore un blablabla pleurnichard et décliniste. Que ceux qui veulent quitter la France la quittent (Ah que ce sera un bon débarras, mais interdit de revenir y chanter !), ça fera plus d’espace, de travail et de logements pour ceux qui veulent y rester.

    Mais au fait qui quitte la France ? Pas les pauvres, généralement...


    • Jack (---.---.22.88) 3 janvier 2007 13:34

      ...effectivement, ce sont les pauvres qui restent en France, et on souhaite bien du courrage à ceux qui restent :) adios adios

      pour ma part, moi je pars cette année ou l’année prochaine.


    • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 13:39

      Et ou vas tu ?


    • ZEN zen 3 janvier 2007 13:54

      @ Marsu

      Tu es injuste avec l’auteur. Fie toi à ses compétences. Quand on fait de la « prospective et anticipation » (voir l’encadré de présentation), on doit être pris au sérieux. smiley


    • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 13:59

      Toi, le jour ou ta retraite va sauter, tu va faire l’étonné, je me trompe ?


    • Jack (---.---.22.88) 3 janvier 2007 15:39

      je pars en asie !


    • ZEN zen 3 janvier 2007 18:40

      @Marsu

      T’es descendu grave, mon vieux !

      Et à moi on me donne des points ! la la laire..Je crois que, malgré le smiley, certains n’ont pas vu mon ironie...La prospective n’est pas une science exacte, pas plus que l’astrologie...


    • (---.---.37.181) 3 janvier 2007 19:52

      Je suis du meme avis que l’auteur. Le travail en France n’est pas valorisé. On préfère payer des gens à ne rien faire plutot que faire un boulot aussi simple soit il.

      Bac + 5, des études que j’ai financé moi même avec un crédit bancaire. Job chez macdo, télémarketing et autres petits boulots m’ont permis de terminer mes études dans un métier que j’aime et développe.

      Aujourd’hui j’au monté ma boite de conseil et franchement je suis dégouter de voir un pays ou il y a de plus en plus de pauvre, de chomeur des assistés et j’en passe avec tout le fric que je lache chaque mois pour pas dire chaque semaine à l’etat, organisme sociaux, Impots ...

      Aujourd’hui j’ai de l’argent oui et c’est mal vu. Et bien j’emmerde tour ceux qui sont dérangé par le fric et il ne suffit pas non plus d’etre pauvre pour être honnete.

      J’ai bossé pour reussir mes études, j’ai bosser a faire des petits boulots et je bosse encore. Les 35 heures je ne connais pas. Oui je prépare le transfert de mon cabinet en Belgique, Paris c’est a deux heures et l’aller retour c’est facile dans la journée. La retraite je me démerde parcequ’il faut vraiment etre suicidaire pour imaginer que la treintaine d’aujourd’hui aura une retraite.

      La France est belle oui mais il n’y a pas que la France dans le monde et ce n’est pas le seul pays qui est beau.

      En résumé je ne pleurniche pas, la france et ces bourrins ca va j’ai donné. Résultat je prépare mon depart hors France et finalement chacun sa merde. De toute facon quoi que l’on fasse en France on est critiqué, jalousé. Toi tu gagnes du frics alors tu peux pas comprendre. Ouai mais moi, je passe pas mon temps a me lobotomiser le cerveau avec TF1 et autres chaines du même style. A écoutez, ces bon gens sociaux qui se cachent derriere leur volonté a ne rien faire et à attendre que l’on vienne leur donner la cuillière pour bouffer parceque d’autres travail et gagne du fric.

      Certain diront que ce sont les etrangers qui posent probleme. Et bien heureusement qu’il y a des étranger pour faire des travaux, de la plomberie et tout ces métiers ou l’on peut bien gagner sa vie. Seulement oui, ces métiers sont physiques et il faut se lever le matin et souvent terminé tard le soir.

      Les Français sont des raleurs, jamais content, qui jalouse ceux qui bossent et gagne leur vie et idolatre des artistes qui gagne du fric à trémousser leur cul et a qui on fait croire que ce sont des stars !! ca oui le Francais moyen il aime. L’ideal du Francais gagner au loto, etre star dans le show businness, rentier ou ASSEDIC et RMI tout est question d’ambition finalement !!!

      Voila ma gueulante est passer ca fait du bien mais bon je sais pas pour qui je vais voter dans quelques mois, mais certainement pas ségolène !

      A +


    • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 19:57

      En belgique ?

      Quartier français ?


    • daniel (---.---.17.46) 3 janvier 2007 22:00

      Oui quel bonheur quand il n’y aura plus que des pauvres ! Mais qui paiera des impôts ? pas besoin d’impôts, on aura enfin réalisé le communisme (primitif) dans un seul pays et les touristes de toute la planète viendront nous jeter des cacahuètes pour nous nourrir.


    • ludo (---.---.245.27) 4 janvier 2007 00:24

      Bon voyage ! Moi après 3 ans en Espagne je suis revenu en France : sur le plan intellectuel, artistique, social, la France est plus riche. Mais l’Espagne est un super pays aussi.

      La vraie richesse n’est pas dans le PIB.


    • bob (---.---.121.185) 4 janvier 2007 09:47

      100% d’accord avec toi..... malheureusement je ne peux pas delocaliser ma boite... mais des que j’aurais vendu je me tire........la belgique c’est sympa

      bob


    • bob (---.---.121.185) 4 janvier 2007 09:52

      de toute façon en france il ne restera bien plus que les chomeurs les fonctionnaires et les retraites..... le poumon economique de la france


    • toto (---.---.132.252) 4 janvier 2007 18:46

      au rythme de depart (tant jeunes/vieux) a l etranger et a la retraite, faut pas etre matheux pour comprendre que la retraite en France (sauf pour les ex 68tar, qui ont 100% ... et c’est toi, si tu travailles, qui paie)) va etre une « notion » qui s effrite peu a peu. Comme on dit, « dans un monde qui avance, celui qui est immobile recule ».

      Conclusion : il y a urgence. L’article reflete bien.


    • Soren (---.---.209.50) 4 janvier 2007 23:18

      @ Actias,

      le problème avec l’immigration en France, c’est que nous accueillons rarement une immigration de travail, les immigrés qui veulent travailler et s’en sortir préferent aller en Angleterre ou dans d’autres pays anglo-saxons (Canada, USA, Australie ...), les autres préferent venir en France et béneficier du système social (auquel ils ont droit, aucun fraude ou malhonnêteté de leur part, la loi est ainsi faite ...). Je vis depuis quelque temps au Canada et là je peux vous assurer qu’en tant qu’étranger vous n’avez droit à aucune assurance sociale ni allocations ... soit vous travaillez et vous subvenez à vos besoin soit vous choisissez d’être en marge du système et advienne que pourra ...

      Les Canadiens ne sont malgré tout pas des monstres inhumains, de nombreux programmes de réinsertion, d’aide à l’emploi ou d’accueil des immigrés existent mais ils sont seulement là pour vous donner des conseils et faciliter votre insertion, d’espèces sonnantes et trébuchantes il n’en est pas question ...

      Ce système là est-il meilleur que le système Français ? Je n’ai pas la réponse ... toujours est-il que le Canada ne traîne pas une dette de 2000 milliards d’euros et que les problèmes d’immigration, de SDF ou de pauvreté existent mais ils sont anecdotiques ... Faut-il quitter la France ? chacun est maître de son destin, pour ma part je ne regrette pas d’être parti même si je pense revenir certainement un jour.


    • mec93 (---.---.148.48) 6 janvier 2007 18:49

      Tu as tout à fait raison. J’ai 2 fistons et ils se sont barrés un en Angleterre et l’autre en Australie .... et ils ne sont pas près de rentrer.


    • phil (---.---.54.55) 8 janvier 2007 01:06

      quand les enfants partent loin, c’est souvent pour prendre de l’air vis à vis de leur famille. alors si tu as trouvé cette excuse de « france qui sombre » pour te déculpabiliser de ton passé de parent - ça te soulage sans doute mais ça ne trompe personne


    • Benoit (---.---.187.22) 8 janvier 2007 18:41

      Bravo ! 100% d’accord avec toi.


    • Homme Libre (---.---.20.60) 31 janvier 2007 07:17

      Tout à fait d’accord avec ta réaction et ton commentaire...mais dis-moi, es-tu bien sûr d’être ce que tu prétends (études, job, capacités etc...) parce que , bon...ne le prends pas mal...mais avec les fautes d’orthographe, de syntaxe, de grammaire et l’expression écrite misérable dont tu nous a gratifiés, eh bien je peux te dire que dans ma boîte à moi tu n’entres pas smiley Remarque bien que tu confirmes ainsi que l’education nationale en France est vraiment calamiteuse !

      Homme Libre


    • Coridon (---.---.123.12) 11 février 2007 05:29

      L’emploi public représente 36,9 % des emplois (63,1 % pour le privé) au Danemark et seulement 19,4 % des emplois en France (80,6 % pour le privé).

      Le Danemark est souvent cité en exemple : moins de chômage qu’en France, flexibilité, sécurité ... vous connaissez le discours, qui doit pourtant être fortement nuancé et replacé dans le contexte de la société danoise.

      Mais le grand public ignore un aspect essentiel de la question sociale, trompé par les idolâtres du « marché » et de sa « main invisible ». L’emploi public est beaucoup plus développé au Danemark qu’en France, près du double en proportion de la population.

      L’emploi public danois compte pour 36,9 % dans l’emploi total, tandis que l’emploi public français se limite à 19,36 % de l’emploi total. La proportion d’emploi public est donc supérieure de 91 % au Danemark comparé à la France (36,90 / 19,36).

      Au Danemark (2004), pour un emploi total de 2 507 000, l’emploi privé est de 1 582 000 (63,10 %) et l’emploi public de 925 000 (36,90 %).

      En France (2004), pour un emploi total de 24 720 000, l’emploi privé est de 19 933 000 (80,64 %) et l’emploi public de 4 787 000 (19,36 %). L’emploi privé comprend 17 265 000 salariés et 2 668 000 patrons ou indépendants.

      Si l’on veut de rapprocher des performances du Danemark pour la proportion d’emplois publics dans l’emploi total, augmentons par exemple de trois millions le nombre d’emplois publics. Car les besoins sont immenses : dans la santé et en particulier la prévention, dans la petite enfance, dans l’éducation et la formation des jeunes et des adultes, dans l’aide structurée et publique aux personnes âgées ...

      Avec trois millions d’emplois publics en plus (à ne pas confondre avec les fonctionnaires), l’emploi public atteindrait 7 787 000 emplois, soit 28,09 % de l’emploi total (devenu 27 720 000) et nous serions encore loin de la proportion danoise de 36,9 % d’emplois publics.

      Par la même occasion, une bonne partie des nouveaux emplois publics pourrait être consacrée à une forte réduction du temps de travail, juste récompense des importants gains de productivité des années passées, pour ramener la durée réelle (pas seulement légale) à 28 ou 30 heures par semaine.

      Voir plus de détails, avec tableaux statistiques, à cette adresse :

      http://travail-chomage.site.voila.fr/danois/dk_emploi_public.htm

      A lire.


    • tontonk100d 1er octobre 2007 18:37

      « Faut-il » quitter la France.. C’est la meilleure ! Mais ça concerne qui, ce « faut-il » ??? Des avares, des accapareurs qui abandonnent leur pays pour mettre leurs biftons à l’abri dans les paradis fiscaux (ils sont là pour ça !) Pour un peu ils nous accuseraient d’en être la cause ! Ils nous reprocheraient presque de reluquer leur or ! C’est qu’ils bossent, eux, (25 heures par jour ! et nous pendant ce temps on fout rien...) ils sont plus forts ou plus chanceux alors ils « méritent » plus que les autres ! Et puis après leur mort ils veulent tout transmettre à leurs rejetons qui sont les plus beaux bébés du monde ! Alors que nos enfants, eux, sont moches comme des culs : ils n’auront rien ! Joli mentalité... Quand on est un rapace, un âpre au gain, un type sans scrupule ou un héritier, il ne faut pas s’attendre à être considéré autrement. Assumez ! Et puis vous pouvez quitter la France, des gens comme vous ne manquent à personne...


    • tontonk100d 1er octobre 2007 18:41

      Petite leçon de vocabulaire : ne pas confondre libre et libéral... smiley


    • vinvin 22 décembre 2009 18:28

      (Ah que ce sera un bon débarras, mais interdit de revenir y chanter !)


      Vous faite allusion a Johnny, là ?

      Si tel est le cas, et si vous osez salir le nom de Johnny, je n’ ai qu’ une chose a vous dire : ALLEZ VOUS FAIRE SUCER PAR UNE GIRAFE !



      VINVIN, (fan de Johnny en colère ! )

    • bidou (---.---.173.41) 3 janvier 2007 12:16

      oui, il le faut... comme toute notre élite depuis des années maintenant !


      • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 12:31

        « Gardons bien à l’esprit que le modèle français est considéré partout à l’extérieur comme très qualitatif, il est perçu comme un système sans faille, parfait, idéal, envié même, où tout le monde semble y vivre heureux dans le meilleur environnement possible, bref une idée vieille de 30 ans. »

        C’est une plaisanterie !

        Les autres pays se foute totalement de nous, dans les deux sens du terme. Quand au citoyens lambda, le modéle français se résume à « Le soir en rentrant du travail, le couple s’installe devant la porte fenetre de sa cuisine, sous laquel s’étend des vignes, et il déguste un verre de bordeau » Point barre.

        « Nous sommes à un seuil où les français les plus actifs vivant seuls, et ils sont nombreux, n’auront plus aucun complexe à quitter la France, et pourquoi pas l’Europe. Ce mécanisme me paraît inéluctable et hautement dangereux, et je ne vois pas bien ce qui pourrait le limiter ou l’inverser, il résulte naturellement d’une politique nationale et européenne déplorable dans bien des domaines. »

        C’est prévu (pourquoi voulez vous rester à payer pour des millions d’immigrés ???). Cela n’a rien à voir avec une « politique europénne déplorable ».


        • Dalma (---.---.50.69) 3 janvier 2007 12:39

          Quand au citoyens lambda, le modéle français se résume à « Le soir en rentrant du travail, le couple s’installe devant la porte fenetre de sa cuisine, sous laquel s’étend des vignes, et il déguste un verre de bordeau » Point barre.

          Parlons alors du modèle anglais : « Le soir en rentrant du travail, le couple va se bourrer la gueule au pub en hurlant devant un match de foot. Et une fois rentrés chez eux, ils dégustent un mouton bouilli à la gelée de menthe ». Point barre.

          Caricatural, inculte, stupide. Que voilà un argument imparable, isn’t it ?


        • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 12:46

          Voila, vous avez compris ce que pense les étrangers de la france. Donc inutile de croire que nous sommes le centre du monde, un super modéle ou etc, c’est totalement faux.


        • Michael (---.---.40.231) 3 janvier 2007 15:18

          commentaire trés intéréssant ici, les autres pays comme tu (je te tutois mais en fait, je te dis « you ».) sembles le dire en ont rien a faire de la france, oui c’est vrai, tout autant que la france en a rien a faire des autres pays je supposes. Me concernant je suis un blanc-rose et français sans m’en vanter ni le renier, j’ai quitté la france à cause de personnes comme toi beaucoup trop fréquente qui a dans son imaginaire qu’un français « ça doit » avoir des vignes devant sa maison, boire du bordeau et le reste c’est les noirs et les arabes sources de tout les maux de notre si beaux pays « autrefois » avec nos belles colonies. c’est vraiment triste.


        • Jack (---.---.22.88) 3 janvier 2007 15:41

          pas d’accord je confirme que partout le français est pris très au sérieux et prioritaire dans les embauches souvent aussi ! à l’étranger ils ont l’image de la france d’il y a 15 ou 20 ans, si ils savaient ce qu’est la france d’aujourd’hui, on serait cuit partout !


        • jlp (---.---.81.14) 3 janvier 2007 17:36

          J’AI RIEN COMPRIS...


        • le gros lourd (---.---.196.1) 25 janvier 2007 15:25

          desole mon Loulou mais j habite a Londres.Il y a plus de chance qu un rossbif deguste un mouton rotschild milesime qu un bouilli.ils achetent tout sur pieds et ils savent de plus en plus cuisiner.l immobilier francais etant abordable pour les anglais et allemands les francais ne pouvant plus conserver leur patrimoine a cause des frais d heritage et leurs salaires bas, ils vont devenir les femmes de menages des nouveaux francais qui debarquent.Deja au pays basque on lit partout :« le pays basque n est pas a vendre ! ».la france est en train d etre vendue et ce n est pas avec des chefs d entreprise et des gents motives qui se barrent a l etranger qu elle va rester francaise bien longtemps.le seul cote positif de l operation : au pays basque on en avait marre de ne sauter que des parisiennes que leur mari envoyait en vacances sur nos plages..alors un peu de viande fraiche venant d horizon lointains ca va nous changer du Thon local !!! :-P


        • le gros lourd (---.---.196.1) 25 janvier 2007 15:54

          desole mon Loulou mais j habite a Londres.Il y a plus de chance qu un rossbif deguste un mouton rotschild milesime qu un bouilli.ils achetent tout sur pieds et ils savent de plus en plus cuisiner.l immobilier francais etant abordable pour les anglais et allemands les francais ne pouvant plus conserver leur patrimoine a cause des frais d heritage et leurs salaires bas, ils vont devenir les femmes de menages des nouveaux francais qui debarquent.Deja au pays basque on lit partout :« le pays basque n est pas a vendre ! ».la france est en train d etre vendue et ce n est pas avec des chefs d entreprise et des gents motives qui se barrent a l etranger qu elle va rester francaise bien longtemps.le seul cote positif de l operation : au pays basque on en avait marre de ne sauter que des parisiennes que leur mari envoyait en vacances sur nos plages..alors un peu de viande fraiche venant d horizon lointains ca va nous changer du Thon local !!! :-P


        • le Lorientais (---.---.95.80) 3 janvier 2007 13:48

          Quitter la France ? Eh oui ! et pas seulement pour des raisons fiscales !

          Tenez ! Imaginez que vous vouliez construire des bateaux performants rapides, bien dessinés. Tenant bien la mer. Vous n’etes pas liés a un constructeur dejà établiVous avez passé des centaines d’heures à le concocter devant votre CAO/DAO. Puis vient le moment où vous voulez construire le démonstrateur. Là les ennuis commencent ! Vous vous heurtez à l Administration : celle chargée des afffaires maritimes qui commencent à tatillonner avec les règlementations de plus en plus lourdes ( C est pour cela que les marines sont en déclin dans ce pays : l administration naime pas les avanturiers !!!)... Puis, il faut trouver un espace en bord de mer : impossible : les collectivités locales vous mettent les batons dans les roues). Ne parlons pas des banques.... Puis vient se coller la dessus les reglementation sur l environnement : un chantier ca fait du bruit... Puis vous voulez vous faire aider : alors là c est le bouquet : urssaff, assedic, les regles de hygiène sécurité du travail....) les syndicats, l inspection du travail... Et les 35 heures !...

          Alors au bout d un certain temps vous laissez tomber, vous prenez l avion, et vous allez ailleurs.... Ou vous etes acceuillis... En 6 mois vous construisez un demonstrateur, vous mettez au point.... Puis, vous faites un prototype... Puis une présérie... Et après le salon nautique de Paris ou vous exposez... Vous lancez une série...

          Alors ? entreprendre en France : impossible ! Et en plus vous allez vous faire raquer par le fisc... Alors : au revoir !


          • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 13:56

            Oui, il n’y a plus de liberté en France.

            Moi, jamais je ne monte une entreprise en France !


          • Jack (---.---.22.88) 3 janvier 2007 15:42

            je confirme je suis un entrepreneur dans un autre domaine, j’ai les même ssoucis, et en 6 mois j’ai trouvé des investisseurs qui m’ont dit « monsieur, nous on fait pas comme en france, ici on vous écoute, on écoute votre vision, et on partie sur votre vision, on regarde d’abord votre vision avant les business plan, et en 2 mois on décide, non pas en 2 ans comme en france »


          • Yos (---.---.218.137) 3 janvier 2007 13:51

            Pour ma part c’est prévu bientot aussi !! bye bye les fonctionnaires et tous ces impots !!

            bye bye !


            • ZEN zen 3 janvier 2007 14:03

              @ Yos

              Bonne chance ! Moi aussi je prépare ma valise pour le Kampchatka(pointe Nord) .Il y fait froid, il n’y a ni route, ni école, ni électricité, ni soins médicaux...,mais on y est tranquille et on ne paye pas d’impôts... smiley


            • (---.---.229.236) 3 janvier 2007 14:13

              « Il y fait froid, il n’y a ni route, ni école, ni électricité, ni soins médicaux...,mais on y est tranquille et on ne paye pas d’impôts...smiley »

              Car tout le monde sait qu’il n’y a qu’en France que les maisons ont des portes et des fenétres...


            • Marsupilami Marsupilami 3 janvier 2007 14:38

              @ Zen

              Putain, tu t’imagines nos tête-à-tête si on reste les deux derniers habitants de la France (en dehors des classes moyennes au RMI et des prolos clochardisés qui n’ont bien entendu aucune importance) ? Un vieux couple aigri dans le cyberespace ? Surtout que le Suisse Jung me fait plus bander que l’Autrichien Freud ? L’horreur... Heureusement, la France est un pays magnifique si plein de forêts profondes et de sentiers de grande randonnée qu’on a pratiquement aucune chance d’y rencontrer ces petits connards d’ultralibéraux au cortex associatif labouré par les 4x4 miltonfriedmaniens - et même de s’y croiser pour s’y engueuler copieusement.

              Barrez-vous les mecs, on ne vous retient pas !

              @ Adolfosse-à-purin IP 236

              T’occupe de ma retraite de profession libérale gagne-petit. Elle sera plus mince que celle des vieux.


            • Jack (---.---.22.88) 3 janvier 2007 15:44

              payer des impots ailleurs n’est pas un problème, la sensation qu’on a que notre argent est utilisé correctement est différente de la france.

              ici en france, nos taxes servent à payer le prix de la deuxième guerre qu’on a toujours pas remboursé

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès