Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Frégates de Taiwan : la liste des réceptionnaires chinois des commissions (...)

Frégates de Taiwan : la liste des réceptionnaires chinois des commissions occultes légales

Cet article s’inscrit dans la formidable accélération qui se produit dans les procédures judiciaires engagées à Taiwan sur le dossier des commissions occultes, mais légales à l’époque, relatives notamment à la vente des frégates Lafayette à Taiwan. Ce qui est publié ici provient d’un article très complet choisi parmi nombre d’autres. Ses sources originelles sont les masses de documents bancaires arrivés par divers biais de Suisse notamment, mais pas exclusivement, à la justice taiwanaise. Ce sont ces éléments documentaires qui ont permis aux magistrats financiers de Taiwan de chiffrer le montant des « commissions légales occultes » remises à des hauts responsables chinois ainsi que d’identifier leurs heureux bénéficiaires. C’est une exclusivité Agoravox puisque ces informations indiscutées et avérées n’ont jamais été publiées en France.

Les activités très discrètes du réseau « Lily Liu » mises au jour

Il faut croire que la presse française a du mal à trouver, à l’heure de la mondialisation de l’information, de bons traducteurs mandarin-français.

Elle n’a en tout cas, semble-t-il, jamais noté que la liste des récipiendaires chinois de versements discrets avait été publiée dans le monde médiatique, sur la base de preuves indiscutables et jamais niées par les intéressés eux-mêmes, certes en mandarin.

Cela fait plus de trois ans que la justice taiwanaise a totalement mis au jour toutes les activités discrètes du réseau dit « Lily Liu » dans l’affaire des frégates de Taiwan, trois ans que la presse de Taipei a publié noms et données financières.

Pendant ces trois ans, tant la justice de la République que les médias français semblent n’en avoir jamais entendu parler. Ou alors, peut-être, les frais de traduction de quelques articles ont empêché de publier des informations pourtant très enrichissantes sur les mœurs de la dictature de Pékin et ses penchants pour des enrichissements personnels illicites selon le Code pénal chinois, appliqué pourtant avec férocité dans d’autres circonstances pour d’autres gens.

Il est aussi vrai que le Parquet avait interdit au magistrat Renaud Van Ruybeke de prendre attache avec ses homologues de Taipei afin de s’informer de manière respectueuse du Code de procédure pénale des avancées significatives réalisés par ses collègues de Taiwan.

Pourtant, ce réseau, dirigé par une très proche des plus hautes sphères politiques chinoises du moment, surnommée "Lily Liu", était celui qui avait la charge d’obtenir une « compréhension » des autorités de la dictature de Pékin envers la livraison par la France à Taiwan d’armements nouveaux, ceci au profit de diverses sociétés françaises d’armements.

C’est donc sur Agoravox que la vérité, déjà connue ailleurs, arrive en France pour informer, sources avérées à l’appui, le public français sur ce scandale international.

Pour l’heure, nous allons donc évoquer les « commissions légales occultes » versées à certains hauts membres du régime de Pékin pour prix de leur « accord » implicite - d’aucuns diraient de leur silence complice - à ces livraisons d’armements.

Un chiffre d’abord : selon l’ensemble des documents bancaires venant de Suisse et d’autres Etats où les banques forment un quasi-Etat dans l’Etat et remis aux magistrats taiwanais qui enquêtent depuis 1993 sur ce dossier, ce sont au total 366 millions de dollars (environ plus 220 millions d’euros) de « commissions » qui ont été versées à ces dignitaires chinois, hauts responsables du Parti communiste chinois et de l’Etat de l’époque.

Cerise sur le gâteau pour les citoyens contribuables français que l’on bassine avec les prétendus déficits sociaux et budgétaires : ces 220 millions d’euros sont sortis très légalement des caisses de l’Etat, au nom de la République et avec les signatures ministérielles adéquates, afin de « graisser », aurait-on dit à l’UIMM ou au Medef, les relations « internationales  », comprendre : obtenir que l’Etat chinois ne s’oppose en rien à la vente d’armes par des sociétés françaises à Taiwan.

Officiellement donc, tout cela est absolument légal !!!

Sur le plan moral, et par rapport aux citoyens et à leur situation sociale aujourd’hui, cela est évidemment une tout autre affaire. Chacun jugera selon sa propre conscience.

Aux ministres intègres de la dictature de Pékin, le salaire du silence payé par la France

Donc, 220 millions d’euros, soit à peu près 3,70 euros par habitant en France, ont été versés très officiellement par les caisses généreuses de l’Etat à des dirigeants chinois de l’époque (début des années 1990).

Nous n’entrerons pas dans le détail des sommes touchées par chacune des personnes citées, mais les lecteurs comprendront sans effort que plus le poste était haut, plus le montant accordé était élevé.

Nommons-les maintenant afin que la postérité retienne leurs noms et fonctions afin de marquer pour l’Histoire leur honorable intégrité morale, sociale et politique à inscrire dans le Grand Livre des vertus exemplaires :

Chu Zong Chi, Premier ministre de la Chine au moment du contrat et de ses à-côtés ;

- Li Peng, qui fut auparavant Premier ministre, mais qui doit surtout sa célébrité à la sanglante répression de la place Tien An Men le 4 juin 1989 qui fit plusieurs milliers de morts à Pékin et dont il fut l’organisateur principal. Rappelons ici que les ouvriers et étudiants de Pékin avaient manifesté dans tout le pays en nombre impressionnant avec le slogan : « Tremblez corrompus, le peuple est dans la rue » ;

- Yao Yi Lin, vice-Premier ministre, lui aussi fut un des promoteurs acharnés de la décision de répression le 4 juin 1989 ;

- Chien Chi Tseng, ministre des Affaires étrangères, un homme qui a bien connu son homologue français, Roland Dumas. Son entregent fut efficace pour « persuader » ses collègues du gouvernement d’être « compréhensifs » envers les demandes françaises ;

- Jian Ze Min, qui fut co-organisateur du massacre de la place Tien An Men, était à l’époque secrétaire général du Parti communiste chinois. Il a ainsi été "assuré" que le "parti unique" et ses médias ne s’occuperaient pas de ces contrats franco-taiwanais ;

- Yang Sang Kung, président du Conseil militaire de Chine, en fait à l’époque représentant des forces armées ;

- Liu Hua Ching, vice-président du même Conseil militaire ;

- Wang Chi Shan, gendre de Yao Yi Lin (le vice-Premier ministre déjà cité) et, par ailleurs, président d’une banque dynamique dans les relations internationales : China Construction Bank, banque qui finançait tous les gros projets immobiliers en Chine, souvent en partenariat avec des sociétés étrangères de ce secteur.

Selon les enquêteurs taiwanais se basant sur des documents très précis, cette banque aurait organisé les opérations bancaires nécessaires pour que les sommes versées par le ministère du Budget français arrivent à leurs destinataires pékinois.

Je mets ici le lien de la source officielle publique en mandarin, choisie parmi d’autres pour sa concision et sa clarté sur les points évoqués : http://www.libertytimes.com/2005/new/nov/27/today-fo4.htm

Donc, en résumé, huit hauts responsables du Parti et de l’Etat en Chine à l’époque se sont partagés, certes inégalement, ce qui n’est pas très "maoïste", 220 millions d’euros, soit en moyenne la somme de 27,5 millions d’euros par personne.

Enfin, pour ceux qui pensent que l’affaire des frégates était enterrée, même s’ils ne comprennent pas le mandarin, voici un lien vers une vidéo issue de la télévision taiwanaise qui énonce les accusations mutuelles entre l’ancien président taiwanais Lee Teng Huei et son ministre de la Défense de l’époque, Hau Po Tsun, sur la décision de retenir Thomson-DCN pour acheter des frégates plutôt que le Sud-Coréen Samsung, tout en précisant que vingt-quatre hautes personnalités du pays sont convoquées pour audition et interrogatoire chaque lundi jusqu’au 19 mai 2008.

Les images parlent d’elles-mêmes, sachant que le premier personnage qui parle dans le reportage est Chen Chui Bian, président de la République, expliquant en résumé qu’il veut faire éclater toute la vérité sur l’affaire des frégates Lafayette.

Lien : http://news.yam.com/view/mkvideopage.php/20080410029164

La suite sur les avancées de la justice taiwanaise dans cette affaire qui explose de tous côtés sera très bientôt écrite, toujours sur Agoravox.

Pour les lecteurs sinophones qui veulent prendre de l’avance sur les faits et aller à la source des informations en mandarin, un blog constitué exclusivement d’articles en mandarin sur le scandale des frégates de Taiwan existe :

http://firebug89.blogspot.com/


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Napakatbra Napakatbra 16 avril 2008 11:06

    A Taiwan, les commissions étaient légales, mais ils enquêtent...

    En France, les commssions sont strictement illégales, et ils n’enquêtent pas...

    http://www.lesmotsontunsens.com


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 16 avril 2008 11:58

      Napakatbra,

      Je corrige juste un point pour votre information : aux yeux de la loi taiwanaise, les commissions que la loi française de l’époque acceptait étaient en tout état de cause illégales dans le cadre du contrat commercial signé avec la partie française.

      Ce qui explique les procédures en cours en Suisse, à Taipei et ailleurs. D’où déjà 33 personnes jugées, condamnées et emprisonnées à Taiwan.

      En France, "secret-défense" et manipulations diverses ont abouti, pour l’heure, à bloquer toute instruction judiciaire sur les commissions occultes illégales appelées communément "rétro-commissions".

      Cette précision s’imposait, et elle souligne encore plus fort votre propos.

      Bien cordialement,


    • Philippe Vassé Philippe Vassé 16 avril 2008 12:18

      Je rajoute ce lien vers une information qui vient de m’arriver et manifeste le développement rapide du scandale franco-taiwanais appelé "Taiwan Goal Company case" en anglais par la Justice taiwanaise.

      Visiblement, les petits secrets militaires franco-taiwanais sont en voie de publication rapide par les députés taiwanais eux-mêmes.

      voir : http://www.kmtnews.net/client/eng/NewsArtical.php?REFDOCID=00ash4xtntb0dlix&TYPIDJump=00air17gdql55u7h

      Bien cordialement,


      • alberto alberto 16 avril 2008 14:15

        Philippe : ces ébulitions de la marmite taïwanaise, finiront-elles par éclabousser notre petit monde médiatique franchouillard ?

        J’en doute, malheureusement, et vu, ici, le bordel politique ambiant, la cacophonie gouvernementale, et l’adoption généralisée à la dévotion au Veau d’Or, je doute que les quelques millions de rétrocomissions revenues il y a plus de dix ans remplir quelques poches de nos élus perturbent médias et politiciens qui depuis en ont vu d’autres !

        Mais peut-être sera-ce la goutte d’eau qui mettra le feu aux poudres : Bien à vous.


        • Philippe Vassé Philippe Vassé 16 avril 2008 14:39

          Alberto,

          Vous posez les judicieuses questions de fond.

          A titre amical, je donnerai humblement quelques pistes de réflexion pour l’avenir :

          1) dans quelques heures, la liste des comptes bancaires d’Andrew Wang, l’ancien représentant de Thomson- devenu Thalès- à Taiwan sera largement diffusé, par divers biais, avec des noms de banques qui ne peuvent pas laisser certaines personnes insensibles, notamment sur les transferts qui seraient passés par une banque de compensation connue, selon des sources taiwanaises orales pour l’heure, du nom de...Clearstream.

          2) le scandale Taiwan Goal continue- voir mon post précédent- à s’étendre et à créer une situation de plus en plus incontrôlable pour certains, des deux pays. Avec des conséquences qui n’arrangent pas les problèmes hérités du passé et non-résolus à ce jour, mais les aiguisent.

          3) on parle dans les milieux judiciaires taiwanais de 44 noms français sur lesquels les documents bancaires arrivés depuis peu à Taiwan donneraient aussi des informations solides et précises. On a déjà vu que les comptes de Wang étaient les bons et que les sommes bloquées y atteignaient à ce jour 900 millions de dollars US.

          Pour ces divers motifs et parce que cette affaire qui est en train de devenir explosive en lien avec le dossier CLEARSTREAM a un caractère connexe à d’autres, il me paraît difficile, même à une presse plutôt docile, de ne pas dire pourquoi, soudain, la France aurait une immense casserole judiciaire qui ferait du bruit que l’on ne pourrait entendre à Paris.

          Le silence lâche n’est plus une solution dans le monde de la communication de masse rapide, qui échappe de toute façon à tout contrôle politique national.

          En France, aussi, il va falloir regarder le lourd passé en face, lourd pour les consciences de certains et pour les porterfeuilles de tous les citoyens-contribuables.

          Amicalement vôtre,


        • jakback jakback 16 avril 2008 16:33

          juste pour mémoire qui gouvernait la France en ce temps la ????


          • Philippe Vassé Philippe Vassé 16 avril 2008 17:11

            Jakback,

            Pour vous répondre, le contrat Bravo- les frégates Lafayette- a été signé par un gouvernement PS approuvé et soutenu par le RPR, et les contrats Tango et MICA sous des gouvernements RPR soutenu dans cette action par le PS.

            D’où l’acharnement de ces deux partis à la tête de l’Etat successivement ou en cohabitation, comme de 1993 à 1995, à invoquer le "secret-défense" pour couvrir leurs actes passés par toujours très reluisants et transparents.

            Il ne s’agit donc pas d’un scandale qui vise un parti politique au profit d’un autre, mais les deux partis essentiels actuels de l’échiquier politique français. Et dans ce scandale, chacun a soutenu l’autre et inversement, au nom de l’intérêt et des secrets d’Etat, en clair les intérêts de la DCN devenue DCNS, de Thomson devenu Thalès, de Dassault devenu Safran et de Matra (groupe Lagardère).

            Au total, selon les chiffres "officiels", 6 frégates dites Lafayette, 100 Mirage 2000 avec leurs équipements complets plus quelques à-côtés et 1000 missiles MICA.

            Bien cordialement.

             


          • jakback jakback 16 avril 2008 17:17

            Merci pour ces précisions.

            Bien cordialement


          • jakback jakback 16 avril 2008 16:48

            @ Philippe Vasse,

            si la presse taiwanaise divulgue le nom de 44 Français, pensez-vous nous les fournir ? vous lisant sur Avox, je pense que oui.

            D’avance merci.


            • Philippe Vassé Philippe Vassé 16 avril 2008 17:29

              Jakback,

              Deux remarques sur cette fameuse liste des Français :

              1) La Justice française l’a depuis longtemps car elle lui fut donnée à l’époque par...Roland Dumas, et ausitôt classée " secret-défense", et ensevelie dans l’oubli. Donc, elle existe bien, mais personne ne veut la publier afin de sortir enfin de cette sordide histoire qui continue à pourrir les relations de la France avec plusieurs pays, et pas seulement Taiwan pour de multiples raisons trop longues à détailler ici.

              2) Si les autorités judiciaires et politiques taiwanaises divulgent la liste des noms, comptes et sommes perçues par des Français, comme ils l’ont fait pour les "récipiendaires" chinois déjà, et comme leurs Juges l’ont fait en grande partie pour leurs nationaux "récipiendaires", il serait difficile d’empêcher que ces informations soient très vite partout dans les médias mondiaux, même sans mon aide sur Agoravox.

              Actuellement, plusieurs médias de divers pays sont en attente de ces éléments ainsi que de tout ce qui ira avec, notamment en provenance de Suisse ou de...Londres, via des intermédiaires qui négocient les informations à la source même.

              Nul doute donc sur le fait que toute information nouvelle circulera largement au niveau mondial : autant par exemple les autorités chinoises, russes, indiennes, pakistanaises, américaines, sont intéressées par les suites de ce dossier. Sans parler de l’UE avec CLEARSTREAM si cette institution était, par hasard, mouillée dans ce grand déballage.

              Par contre, ce qui est difficile à estimer sont les conséquences politiques potentielles en France et ailleurs de ces révélations judiciaires qui sont aujourd’hui, logiquement, inscrites, sauf miracle pour l’heure imprévisible, dans le processus général des évènements.

              Ce qui est certain, c’est que les informations originaires des enquêteurs taiwanais et publiées par les médias de Taiwan n’ont jamais été remises en question par personne, puisque la Justice suisse leur (les enquêteurs de Taipei) demande de compléter les preuves des délits à hauteur des 900 millions de dollars gelés en Suisse (intérêts inclus) et que Pékin n’a jamais non plus contesté un chiffre ou un nom.

              Ce qui aujourd’hui arrangerait les intérêts financiers de l’Etat français qui, par un accord signé en avril 2006 à Paris, s’est engagé à reverser à Taiwan le restant des commissions occultes estimées !!!

              En clair, donc, plus les Taiwanais récupèreront d’argent en Suisse par la voie judiciaire, moins cela coûtera aux contribuables hexagonaux au final.

              Si en plus, disons-le clairement d’autres sommes illicites prises par des Français pouvaient aussi être restituées, par une voie ou une autre, cela améliorerait en baisse la somme à payer par le Trésor Public français à Taiwan en application de cet accord officiel.

              Bien cordialement,

               

               

               


            • jakback jakback 16 avril 2008 19:02

              Effectivement plus les sommes récupérées seront proches de la totalité des millions versés, moins le contribuables Français seront ponctionnés, restera le volet judiciaire, mais nous n’en sommes pas la ,hélas.


            • aquad69 17 avril 2008 09:41

              Bonjour Philippe,

              Comment ? Se fatiguer à chercher un traducteur compétent dans une langue aussi lointaine et étrangère que le Mandarin ?

              Et tout ça pour 220 petits millions d’Euros ? 3.70 Euros par Français ?

              Mais si c’était tout ce qui nous avait été escroqué chaque année, nous ne saurions que faire de notre argent en fin de mois, et nous danserions de joie !

              En vérité, il faudrait avant tout nous trouver un traducteur français-français, qui puisse nous expliquer à quelle échelle les "cotisations" imposées que nous versons en permanence sont détournées par ces oligarchies d’égrefins que nous nommons des "responsables", politiques ou autres...

              Et quand à moi, je voterais volontier pour le rattachement, non pas de Taïwan à la France, mais bel et bien de le France à Taïwan, pour avoir un jour l’espoir de voir se rétablir dans notre pays un minimum de moralité politique et économique, une presse avec de vrais articles, et des dirigeants dignes d’un minimum de confiance.

              Serais-je le seul ici dans ce cas ?

              Merci de vos articles, cher Philippe, c’est toujours un bonheur de vous lire.

              Très amicalement Thierry

               

               


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 17 avril 2008 10:20

                Cher Thierry,

                Je comprends et partage votre colère plus que légitime : ainsi donc, l’Etat français peut enrichir illicitement pour le Code Pénal d’autrui, mais légalement à l’époque pour le nôtre, des hauts dirigeants chinois et taiwanais, tout en permettant au passage, si je puis dire, à quelques aigrefins français, eux, de rapatrier pour leurs comptes personnels des sommes importantes issus du Trésor Public, sommes encore à chiffrer, même si les estimations actuelles les disent à environ 1,8 milliards de dollars US, soit 1250 millions d’euros au total.

                Mieux encore, l’Etat français, qui n’a pas assez de mots durs et cinglants pour se lamenter sur des "déficits" divers et variés, arrive parfois à le creuser mieux que quiconque, mais en plus, en payant une fois les "pots de vin", puis pris la main dans le sac de ses mauvaises actions, puis une nouvelle fois en remboursant les victimes, débourse au total deux fois la sommes détournée.

                Une vraie gestion, certes, pas de bon père de famille, comme aurait dit un homme public connu !

                Vous avez aussi raison : si la Justice de la France avait AU MOINS, COMME LES MEDIAS, la même indépendance et le courage simlaire des Juges et journalistes taiwanais, il est fort possible que bien moins d’argent publci soit détourné chaque année, et surtout qu’une vraie moralité publique revienne dans le pays.

                Tant il est vrai que liberté des médias et indépendance forte de la Justice sont deux conditions essentielles de la moralité publique, partout dans le monde.

                Ainsi, à Taiwan, l’épouse du Président Chen Chui Bianest mise en examen et poursuivie pour corruption, détourenement de fonds publics, faux et usage de faux, ainsi que le gendre et le beau-père.

                En France, même un dossier léger où est cité, au hasard, le nom d’un Président, finit enterré et oublié.

                Comme disait une citoyenne récemment sur un blog citoyen : "il serait peut-être temps de recommencer 1789 et de renverser la monarchie opaque qui a fait main bases sur la République".

                A force de tirer sur la corde, elle se casse toujours et cela finit très mal pour ceux qui en ont usé et abusé.

                Bien amicalement,


              • mandrier 17 avril 2008 09:59

                Intéressant !

                Ne pourrait-on pas connaître le versant français de ce torrent de turpitudes ?


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 17 avril 2008 10:40

                  Mandrier,

                  Comme indiqué plus haut dans le fil des commentaires, le versant français a été une première fois mentionné et remis à la Justice de la République par Roland Dumas.

                  Il s’agissait de 44 personnes au total, ce qui correspond aussi aux données oralement apportées par les sources judiciaires taiwanaises, en conséquence de l’étude de documents bancaires parvenus à Taiwan depuis peu.

                  Comme je l’ai écrit, il serait vain et même diffamatoire de citer des noms sans, comme pour les "récipiendaires chinois", ou pour les comptes bancaires d’Andrew Wang, apporter toutes les preuves matérielles qui prouvent la véracité des faits avancés.

                  Mais, rassurez-vous, ce que la Thémis française a rapidement caché dans ses dessous en bon ordre avec un souci de pudeur appuyé, est apparemment en voie d’être déchiffré et démontré complètement par les enquêteurs de Taipei.

                  Si cela est, vous aurez donc en quelque sorte l’intégralité de "versant français", les sommes perçues, les comptes, les dates de virements ou de remises en mains propres, et enfin les noms des heureux bénéficiaires qui ne se sont pas vantés, jusqu’ici, de leur sort si bénéfique.

                  Ce qui est bien dommage, car de telles personnes, en accord avec l’air du temps porté au "bling-bling", devraient se vanter de leurs revenus gonflés brusquement en plusieurs fois, sans que personne n’y ait rien dit, d’autant que Dame Justice est restée les yeux fermés.

                  Peut-être, comme en Allemagne dans l’affaire de la fraude fiscale, d’aucuns, s’ils sont soucieux de leur liberté future, pourraient se dénoncer d’eux-mêmes avant que la vérité des faits prouvés ne s’abatte sur eux.

                  Car les 60 comptes de la famille Wang et associés risquent bien de parler pour eux et avant eux. Et la BNP est bien une banque française dont le compte n° 30004- 0567-08211 avait bien un solde créditeur encore, avant gel judiciaire, de 10 millions de Francs Suisses, soit environ 8 millions d’euros.

                  C’est un des comptes que les enquêteurs taiwanais pistent vers d’autres comptes...français, même dans des banques non-françaises.

                  Bien cordialement,

                   

                   


                • mandrier 17 avril 2008 18:33

                  Merçi !

                  C’est effarant !

                  Et que fout la "presse" ?


                • Philippe Vassé Philippe Vassé 18 avril 2008 02:59

                  Mandrier,

                  Vous posez une excellente question : où est en effet passée la presse française d’information qui a maintenant la source documentaire en mandarin sur tous ces éléments publics, accessibles en toute liberté et clarté, non-contestés par personne et avérés par deux Justices nationales ?

                  Va-t-elle laisser les sites et blogs sur Internet faire l’information et s’affaiblir elle-même en termes de crédibilité, lde iberté et de possibilité de redressement possible ?

                  Nos médias ne savent-ils même pas "lire", sur un blog en mandarin, des listes de comptes bancaires établis en ...anglais ? Avec des chiffres et des noms de banques parfaitement lisibles ?

                  Question subsidiaire : que fera la Justice de la République face à ces éléments incontestables et vérifiables par le plus mal payé des traducteurs assermentés de la plus pauvre juridiction de France ?

                  Va-t-elle marquer que nous serions revenus sur le plan du droit commun en 1788 ? Ce qui serait à coup sûr, dans le climat social, économique et politique actuel, envoyer un très mauvais message aux citoyens ?

                  La monarchie de 1788 en France a bien nourri la Révolution qui bouillait dans le pays avec la célèbre affaire, cynique à souhait, des "colliers de la Reine" ?

                  L’Histoire va t-elle se répéter avec cette fois les "commissions de l’aristocratie" ?

                  Bien cordialement,

                   

                   

                   

                   


                • mandrier 18 avril 2008 10:14

                  Bonjour !

                  - il y a une certaine "soumission " de la "presse" à une forme de pouvoir qui préfère l’affairisme aux valeurs fondamentales de la Nation ( exprimées sous la forme républicaine ou une autre...). Cette presse est "aux ordres" quoi qu’elle en dise !. Combien de journalistes parlent le mandarin ? Combien de journalistes actuellement en prise avec l’affaire du Thibet, savent que l’épisode du Sac du Palais d’été n’a jamais été oublié par les intéressé ?

                  - Il y a aussi un manque d’inculture, et de curiosité professionnelle...(Combien de journalistes connaissent-ils l’Histoire de la Chine, et particulièrement son mode de pensée ?
                  Il suffit d’étudier le fonctionnement courant du journaliste !

                  - par carriérisme, ceux qui sont en charge de la "justice" laissent faire, ou étouffent... Ou s’occupent de punir des futilités pourvu que cela porte atteinte à l’esprit français, à la Nation, à la France réelle !

                  - les politiciens ne sont pas a la hauteur, et en plus ils ont transférés par stupidité politique leur souveraineté à des organismes oligarchiques étrangers. Ce qu’il fait qu’ils sont aliénés et ont de moins en moins de pouvoir...

                  - enfin le Peuple est complèterment anesthésié par les médias et l’inculture crasse d’un pays en pleine décomposition.

                  Certains milieux "avertis" savent bien qu’il y a une énormité sous cette affaire, mais ils ne peuvent pas du tout la faire sortir car ils n’en ont pas les moyens.

                  Ces belles frégates, je les ai souvent vu en mer lors de leurs essais... Et à l’époque, confiant dans mon pays, je n’aurais jamais pensé qu’elles étaient à l’origine de magouilles de politiciens. C’est impardonnable !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès