Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Graine de quoi au juste ?

Graine de quoi au juste ?

Segpa ... Tolérable

Un cas d'école

Le jeune D est un formidable cas d'école. Un casse-tête pour l'institution, une terreur pour les enseignants qui doivent supporter sans rien dire ce garçon qui met en échec l'administration. C'est encore une menace incertaine, un danger indéniable pour l'avenir, un drame au présent. Mais qu'importe, il faut sauvegarder les apparences et faire en sorte que l'obligation scolaire soit assurée coûte que coûte, surtout que la charge en incombe à des comparses, des fonctionnaires corvéables qui n'ont rien à dire …

Car ce jeune garçon est une plaie au quotidien. Il arrive tous les jours à 10 heures quand il daigne venir. Huit heures, c'est bien trop tôt pour lui. Naturellement, il n'a aucune affaire et pas la moindre explication à fournir. Gare à celui qui lui demande des comptes ou un justificatif, il se voit immédiatement tutoyé et la réplique est cinglante : « Je n'ai rien à te dire ! Je te parle pas, moi ! »

Le garçon, il faut lui reconnaître ce mérite, a tout compris de l'impuissance de notre système. C'est un vieux briscard des conseils de discipline ; il a déjà changé cinq fois de collège en trois années de présence en pointillé. Il sait que rien ne peut lui être imposé et que les adultes sont obligés d'avaler leur fierté face à cette petite frappe.

Son père est aux abonnés absents. Il ne répond jamais aux coups de téléphone et il est plus que probable qu'il a donné un numéro erroné. Il ne répond pas plus aux convocations, ce qui diffère toute tentative de médiation. Cela fait deux mois que nous l'attendons pour mener un conseil de vie scolaire afin de formaliser l'arrivée de cet élève hors-norme. Il ne s'est déplacé qu'une fois , quelques jours après son inscription administrative afin de régulariser la situation. Depuis, c'est le silence radio …

La justice s'occupe de ce jeune monsieur. Mais il y a imperméabilité entre les deux administrations. Nous ne savons rien des reproches et des menaces qui pèsent sur cette tête rebelle à la discipline, à l'ordre établi, à la morale et aux obligations : le curriculum vitae en quelque sorte de ce repris de justesse. Les dossiers traînent également dans ce domaine car la famille use ici aussi de la stratégie de la chaise vide. Le temps passe et les commissions qui doivent juger d'un éventuel placement ne peuvent statuer sur son cas.

Il a été exclu pour violence, menaces, gestes déplacés. Nous pensons qu'il a participé à quelques tournantes (qu'il aurait filmées) où deux de nos élèves auraient, malheureusement, eu à jouer le premier rôle : naturellement celui de la victime de l'appétit de jeunes gens à qui rien ne doit être refusé. Qu'il se livre à un commerce lucratif qui met en danger la santé de ses camardes, ne fait que compléter le tableau d'un individu, qui malgré son jeune âge, est déjà à ranger dans les bandits de grand chemin.

Voilà le portrait sommairement brossé d'un jeune homme qui n'est plus un élève depuis bien des années, qui n'est pas encore un homme, qui est déjà un monstre et un danger public. Fort heureusement pour l'heure, sa petite taille limite son degré de nuisance. Ne désespérons pas ; il s'est nourri de haine et de conduites délinquantes ; il n'a jamais rencontré la contrainte et l'obligation. Il s'est construit dans son refus de toutes règles.

Plus tard, lui ou bien un autre, car il n'est malheureusement pas un cas unique, fera la Une de la presse pour des actes odieux commis au nom d'un fanatisme quelconque. Les experts affirmeront alors que son parcours était prévisible, qu'il a bénéficié de l'incompétence des uns, de la faiblesse des autres, de l'école de la prison ou d'une conjoncture qui explique ses errements. Nous qui l'avons vu se construire, nous ne dirons rien car ce sera trop tard et nous aurons honte de notre impuissance passée.

Ne croyez pas que j'exagère ou que je force le tableau. Je pourrais ajouter le témoignage de collègues, les plaintes d'une hiérarchie impuissante devant un tel cas. Nous en avons discuté entre nous, adultes sans pouvoir devant ce charmant jeune homme. Si un de nos enfants était à son contact, nous le changerions de collège. ; nous le ferions car nous en avons la possibilité ; ce n'est pas le cas de nos pauvres élèves.

Ce qui est symptomatique dans ce tableau effroyable, c'est que rien ne semble pouvoir infléchir le naufrage de ce gamin. Non seulement il se détruit, nous pourrit systématiquement la vie, se moque de nous, nous oblige à serrer les dents quand il fait preuve d'irrespect et de morgue mais en plus il participe chaque jour, partout où il se trouve, à la lente et inexorable montée de l'extrémisme et de l'intolérance. Tout simplement parce qu'on nous prive de moyens d'agir, qu'on nous impose des lois angéliques, qu'on refuse d'affronter la réalité et qu'il est désormais impossible d'imposer des contraintes et des règles sociales.

J'espère sincèrement me tromper sur ce charmant jeune homme. Le poids de mon expérience ne me pousse pas à l'optimisme. Je vous prie d'excuser ce portrait qui dérange. Même si ce garçon demeure encore une exception, il n'en constitue pas moins le fruit de notre faiblesse, de notre refus de poser le problème et, à ce titre, il est le paradigme de la prochaine barbarie.

Désespérément sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 6 juin 2014 13:05

    Le karcher promis de Sarkozy était en fait un jet de bébé que le gouvernement Hollande s’est empressé de tarir...A mon époque on trouillait devant le prof et on s’en prenait une bonne par les parents en cas de mauvais comportement , maintenant les élèves font leur loi celle de la cité et si ça ne suffit pas le grand frère ou les parents « chance pour la France » viennent dérouiller le prof et avec la loi Taubira les coupables deviennent des victimes, les victimes quand à elles sont des sales racistes qui osent regarder dans les yeux l’enfant chéri en le réprimandent.....Cette situation va encore s’empirer car l’état est totalement dépassé et ne voudra jamais reprendre la situation en main préférant lâchement la dégradation plutôt que d’enlever les flics de derrière les jumelles qui lui rapportent un pognon fou ....


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 juin 2014 13:10

      zygzornifle


      à qui profite le crime ?
      Qui a intérêt à laisser grandir ainsi des trublions sans foi ni loi

    • jymb 6 juin 2014 13:11

      Ce qui est étrange, c’est que derrière tout ceci il y a certainement des allocs, un logement social, des aides en tout genre, bref de l’argent versé par le contribuable pour nourrir et chauffer des parasites. 

      Je suppose que la suspension sans délai de ces versements provoquerait une réapparition magique de la famille
      Les forces de l’ordre, le big brother informatique peut faire rendre gorge à tout un chacun lorsqu’il se rend coupable d’avoir dépassé d’1 km/h l’obligation de lenteur ubuesque du moment en se rendant au travail.
      Simple question de priorité. les uns sont innocents, mais solvables, on les harponne facilement.
      Les autres sont introuvables ! 

      • C'est Nabum C’est Nabum 6 juin 2014 16:44

         jymb


        Il y a malheureusement dans ce que vous dénoncez une part de vérité
        Il faut donc se poser la question : à qui profite le chaos social ?

        Regardez bien et vous trouverez facilement

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 6 juin 2014 14:28

        Il est petit de taille. 

        Votre segpa est devenue l’antichambre de la prison.
        Les segpa me semblait-il avait une réalité, maintenant ils sont devenus le déversoir de l’éducation nationale. Un bon dossier pour Mme Taubira.

        • C'est Nabum C’est Nabum 6 juin 2014 16:45

           Prudence Gayant


          Celui-ci nous est arrivé en remplacement de ceux qui ont été exclus

          C’est le principe de la patate chaude, on se la refile sans penser aux autres, à ceux qui ne font pas de bruit et qui méritent notre aide et nos efforts

        • Gnagnagna 6 juin 2014 23:41

          Croyez-moi. On reviendra à la fessée cul nu. Et même en place publique...
          Enfin... quand les cons ne seront plus au pouvoir. Cela ne dépend que de quelques courageux... qui finiront bien un jour par se fâcher vraiment. Quand les cons cités plus haut leur auront bien chié dans les bottes.
          Cela vient.


          • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2014 06:57

            Gnagnagna


            Savez-vous qu’il y a un juste milieu et non la loi du milieu ?

            Dire Non à un enfant, ça encore du sens.
            Le faire Roi et lui inculquer que nul ne peut le contraindre conduit à bien des dérives

            Venez affronter ces gamins qui vous disent toujurs « NON » et qui refusent toute discipline ... 
            Vous comprendrez alors 

          • Gnagnagna 7 juin 2014 08:55

            1) j’ai élevé trois enfants « comme il faut » en utilisant « le juste milieu » (vous savez la main de fer dans un gant de velours) et en sachant dire non. Je n’ai pas de leçon à recevoir de vous ni de quiconque sur ce sujet.
            2) Si vous avez observé un tant soi peu ce qui se passe dans la vie, vous savez que plus le balancier va loin d’un côté, plus il va loin en revenant de l’autre. C’était le sens de ma réflexion et non un souhait.
            Je déplore tout comme vous le laxisme, dans l’éducation des enfants notamment, et, surtout, la sottise de ceux, jusqu’au plus haut niveau, qui se croient « évolués » et autorisés à donner des leçons en prônant la mollesse et la démission au nom d’une intelligence dénaturée.


            • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2014 09:12

              Gnagnagna


              Vous n’avez pas compris mon exaspération !

              Je m’occupe tous les jours de gamins à qui des parents dépassés n’ont jamais dit NON ce ne sont pas les vôtres je suppose ... 
              Et je peux vous dire que c’est l’enfer.

              Ils se plaignent sans cesse, refusent toute remarque, n’acceptent pas la correction ou l’erreur et se comportent comme des clients et non des élèves ...
              Alors, comprenez un peu que je puisse en souper des commentaires de ceux qui ont réussi à maintenir l’équilibre et qui pensent que tous les enfants sont comme les leurs ! 

            • Gnagnagna 7 juin 2014 15:03

              Je pense que nous sommes d’accord sur le fond et déplorons tous deux cette ambiance sociétale malsaine et délétère.
              Mais je crois aussi que, aveuglé par votre exaspération, vous cherchez inconsciemment quelqu’un sur qui diriger votre rancœur. Vous n’êtes pas assez à l’écoute (ou à la lecture) de ceux qui, comme moi, vous répondent et vous faites facilement un procès d’intention comme justification.
              Si vous avez assez de cet environnement et de cette gestion malsaine des rapports sociaux dans l’enseignement, faites comme moi : quittez-le et faites autre chose. J’en était arrivé à la conclusion que, seul, on ne peut rien faire pour changer les choses (on ne peut pas compter sur les lâches, les pleutres, les gogos, les naïfs, les rêveurs, ...).
              Tant qu’une révolution n’interviendra pas pour rectifier les choses et mettre à la porte les parasites et les médiocres donneurs de leçons qui se servent du peuple pour leur promotion au lieu de le servir, rien ne bougera ; cela empirera même. Et cela est valable dans tous les domaines et pas seulement dans l’enseignement.
              Vivement la 6ème... Mais celle-ci ne pourra s’initier qu’à partir de la rue ! En effet, inutile de croire que les gens au pouvoir changerons d’eux-mêmes un système dont ils sont les bénéficiaires.


              • C'est Nabum C’est Nabum 7 juin 2014 15:06

                Gnagnagna


                Vous avez sans doute raison et je vous en demande pardon 

              • Prudence Gayant Prudence Gayant 7 juin 2014 15:07

                 Comment se voient-ils eux-mêmes en tant que parents ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès