Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Inégalités meurtrières : les 67 plus riches possèdent autant que la moitié (...)

Inégalités meurtrières : les 67 plus riches possèdent autant que la moitié de l’humanité la plus pauvre – 1 enfant meurt de faim toutes les 6 secondes

Un rapport d’Oxfam montre que les 67 plus riches possèdent autant que la moitié la plus pauvre ! A la faveur de la crise du capitalisme, les inégalités ne cessent donc de s’accroitre dans des proportions démesurées.

SANS COMMENTAIRE.

PNG

Selon une étude de l’association, les cinq familles les plus riches du Royaume-Uni détiennent plus que les 20% les plus pauvres du pays, soit 12,6 millions de personnes. La totalité du capital détenu par ces 5 familles est de 28,2 milliards de livres (33,7 milliards d’euros).

En tête de plus riches le duc de Westminster, G.C.Grosvenor dont la fortune s’élève à 9 milliards d’euros.

Oxfam est la plus grande association caritative de Grande-Bretagne, tout ce qu’il y a de convenable, et son directeur qui n’est pas un bolchévik déchaîné vient de déclarer : « Les pauvres mais aussi les classes moyennes sont laissés pour compte. Les inégalités se renforcent aux extrêmes« .

Les associations caritatives s’inquiètent « du retour de la faim » en Grande-Bretagne, ainsi l’une d’entre elle, Trussel Trust a secouru 2.500 personnes en 2005 et ….815.000 au cours des douze derniers mois !

No comment..comme disent nos amis Britanniques.

C’est pas la crise pour tous le monde :

Forbes publie chaque année le classement des grandes fortunes… Qui établit qu’il y a au moins 1600 milliardaires en dollars. Leur fortune n’a cessé de croitre durant la crise. A eux seuls ils possèdent plus que le PIB de la France et de l’Allemagne réunies. Ces 1600 milliardaires en dollars capitalisent une fortune de plus de 6 513 milliards de dollars représentant plus de la moitié du PIB de la Chine et de l’Inde réunies. Selon Oxfam, les 67 personnes les plus riches du monde possèdent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité !

Selon le Crédit Suisse, les 1 % les plus riches de la planète possèderaient 43,6 % de la richesse et les 10 % les plus riches en détiendraient 83 %. Une petite frange de 0,5 % de la population – 24 millions d’adultes –, dont la fortune est au moins égale à un million de dollars, détiennent plus de 35 % de la richesse mondiale. Pour appartenir au cercle des 1 % les plus riches au monde, il faut détenir au moins 588 000 dollars (420 000 euros environ). A l’opposé, la moitié des individus les plus pauvres ne détient que 1 % du patrimoine. Cela veut dire qu’un grand nombre d’habitants de la planète ne possèdent quasiment rien, ou des biens de très faible valeur monétaire : 20 % n’ont pas plus de 672 dollars.

Inégalités meurtrières


JPEG Rappelons qu’en 2008, la FAO et l’ONU indiquaient qu’avec 30 milliards de dollars par an, on était en mesure de mettre fin durablement au problème de la faim dans le monde. Seul un milliard a été versé (d’après un article du Monde)

5 millions d’enfant meurent de faim chaque année. 1 toutes les 6 secondes. C’est cela le système capitaliste.
Et ces inégalités ne sont pas seulement profondément injustes, elles sont fondamentalement meurtrières !

Plus que jamais, il est temps de sortir du capitalisme !

 

Source site web du PRCF


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 10 avril 2014 16:15

    Mode avocat du diable...spécialité de Maitre Vergez.....que je trouvais tres tres intéressant sur le fond et la forme.

    + mode gueulante : vous attendez quoi d’autre à partir du moment ou COMPÉTITION il y a...tout cela est logique, normal , prévisible , inévitable !!! smiley

    c’est infecte mais c’est notre monde de compétition souhaité par presque tous , n’est il pas ??


    • ARMELLE 10 avril 2014 18:19

      Tout à fait Howa

      La compétition est une idiotie 
      mais que voulez vous, elle est enseignée dès le plus jeune âge sur les bancs de nos écoles... Là non plus il ne faut pas s’etonner

    • howahkan howahkan Hotah 10 avril 2014 18:41

      Exact Armelle, et pourquoi est elle enseignée et par qui ? parce que ca divise, ca crée des conflits, ça désuni tout groupe, ce dernier point étant LE but ultime avant de venir tranquillement voler le groupe occupé à se battre et à se déchirer etc etc, ca crée des pseudo vainqueurs, ca donne l’illusion aux humains ignorant d’eux même et de leur vie que la vie terrestre des humains n’ est que compétition, évolution, expansion donc guerre ,vol etc etc etc etc

      Si on comprends que ces sont les daltons qui dirigent la planète depuis 5 à 10 000 ans, joe est banquier, averell est la pseudo justice, jack l’enseignement et william la répression.....on comprend déjà un peu mieux ...ce sont eux qui enseignent la compétition dont le vrai mot pour la décrire est élimination..toue cette pseudo évolution pour en arriver à un criminel de sang froid...la vaste blague smiley

      le sujet va tres loin au cœur de chaque cerveau humain, de son fonctionnement non pas en tant que matière mais ce qu’il fait et produit et sur quelles bases etc etc ....mais là je n’ai pas l’énergie d’y aller plus en avant aujourd’hui.....de toute facon c’est un non sujet pour presque tout le monde

      il y a une tres mauvaise pièce jouée pour le troupeau et aussi par le troupeau qui ne le sait pas comme d’habitude ,troupeau de mouton ou de cochon comme on veut , jouée aussi donc par le politicien , le banquier, le policier, le pseudo juge , et le méchant qui est indispensable pour faire peur au mouton , qui va alors se retourner vers le sauveur..au lieu de se bouger le cul !!!! tout ceci est fait pour nous empêcher de voir que en fait le troupeau n’a absolument pas besoin du berger, là encore c’est exactement le contraire qui est vrai..qui puis je quand il s’agit que chacun se réveille ? rien du tout.....sauf pour moi même , ...éventuellement bien sur..dans le monde de la vie pas de la survie comme nous , il n’y a plus de certitudes, tout est mouvant en permanent

      nous sommes désormais domestiqués comme à la ferme moderne, il va falloir redevenir sauvage et libre....car nous sommes tous en prison,mentale et réelles aussi..et c’est totalement de notre faute...pas des autres !!

      cheers !!


    • ARMELLE 10 avril 2014 19:22

      @Howa

      Bien sur c’est de notre faute, laquelle existe à tous les niveaux.

      ...’’Changer vous même si vous voulez voir le monde changer’’...à méditer par tout ceux qui ont et qui sont conscients que d’autres n’ont rien.
      Le principe des aides dans nos sociétés est d’une profonde débilité, c’est ce que j’évoquais dans le cadre d’un autre article, en fait, nous pensons aider les gens en leur donnant du poisson alors que l’aide intelligente serait de leur apprendre à pêcher !!! Nous avons anéanti les pays du tiers monde en suivant ce principe, avons en contre partie pillé leurs ressources qu’ils auraient pu eploiter avec le savoir transmis, et nous faisons la même chose en terme d’aides sociales en France. On ote la responsabilité individuelle des gens afin de mieux les canaliser et inculquer une dépendance. 
      Certe la répartition des richesses telle qu’elle est est une aberration, mais la façon dont on aide les gens victimes de la pauvreté en est une autre, c’est celle qui est issue d’une politique débile, basée sur le clientèlisme. 
      Beurk 
      .

    • howahkan howahkan Hotah 10 avril 2014 19:41

      si vous supprimez les aides , sans changement de radical et profond au fonctionnement de la société basée sur une pseudo élite parasite à chaque niveau, en quelques jours c’est la guerre civile partout sur la planète...moi je veux bien......c’est une manière extrême mais une manière d’en finir avec la société marchand de profit pour de bon smiley..mais pas nécessairement pour le « bon »...mais probablement pour le encore pire ::

      voila pourquoi la pseudo élite redonne du blé aux gens qu’elle a rendu pauvres, car eux aussi ont tres peur.....
      des pauvres qu’ils contribuent a créer ils n’en ont rien a foutre, si ils payent avec notre pognons car ce ne sont que des parasites ,c’est pour eux meme survivre, sinon leur sort est reglé...et le truc qui me fait marrer c’est que ça leur fait mal de donner...mais ils n’ont pas le choix en fait smiley..ils vont continuer à banquer, c’est la seule solution pour garder leur société profondément inhumaine et injuste ..

      si ils arrêtent cela...ca va tanguer mais pour eux aussi...

      la société financière marchande de profit va tomber....sa fin arrive....reste a voir la forme..tout est ouvert, les paris sont lancés  !


    • ARMELLE 10 avril 2014 20:04

      Moi perso, ça fait 5 ans que j’entends ces mots. Le problème c’est l’echelle de grandeur du « bientôt ». L’oligarchie financière a, jusqu’ici, toujours trouvé la solution pour que leur système perdure et toujours avec le cautionnement des malhonnêtes pour qui nous votons et qui sont pourtant sensés se préoccuper de notre bien être.



    • howahkan howahkan Hotah 10 avril 2014 20:17

      Je suis d’accord....petit avis personnel..apprendre à vivre l’incertitude.............


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 10 avril 2014 16:24

      La FAO aurait voulu 44 milliards de US $ de la part des pays riches pour contrer la faim.

      APD :
      En 2009, l’aide publique au développement des États membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s’est élevée à 90 milliards d’euros (soit 119,6 milliards de dollars).

      On a déjà tellement donné depuis les indépendances (années 1960) !



      « Que faire des bénéfices annuels réalisés par les Offices de Commercialisation de Produits Vivriers au titre de la régulation de marché ? ». That’s the question...

      Pour tout lecteur informé, cette simple question paraîtra dramatiquement ironique car il sait que, nulle part dans le monde, un seul Office de Commercialisation de Produits Vivriers (Marketing Board for Food Crops) n’a jamais engrangé de bénéfices, n’est jamais parvenu à être rentable.

      Alors, me direz-vous, pourquoi poser, a posteriori, une question dont on connaît déjà la réponse négative ?

      Tout simplement parce que cette « innocente » question révèle, à elle seule, tous les échecs dont a été victime, durant des décennies (aujourd’hui encore !), l’agriculteur de produits vivriers,premier opérateur privé du marché.

      Depuis le début des indépendances, dans les années 1960, les Pays en Voie de Développement (PVD), aidés par les pays développés au titre de l’Aide Publique au Développement [Économique ?] (APD), ont mis en place des Stratégies de Régulation des Marchés de Produits Vivriers via des organismes étatiques.

      En théorie, ces organismes devaient acheter des produits vivriers au moment de la récolte, à un prix légèrement supérieur au cours du marché afin de soutenir les prix au producteur, et revendre leur collecte, avant la récolte suivante, à un prix légèrement inférieur au cours du marché pour soulager le consommateur. Toujours en théorie, entre le prix de vente (et de revient) et le prix d’achat, il y avait la place pour réaliser des bénéfices propres à rendre ces organismes rentables.

      Or, il n’en fut rien ! Les stratégies commerciales mises en œuvre furent tellement ineptes (par exemple : prix de vente inférieur au prix d’achat, et cætera) que ces organismes n’accumulèrent que des déficits et durent cesser leur activité dite de régulation de marché...

      C’est à ce stade que la question initiale prend toute sa valeur.

      Si ces organismes avaient eu des stratégies commerciales vertueuses et avaient été rentables, qu’aurait-on fait de leurs bénéfices annuels ? Cette question ne se posa jamais puisque ces organismes n’ont générés que des déficits.

      Pourtant, elle aurait dû être posée sur le plan théorique préalablement à la création des Offices de Commercialisation de Produits Vivriers. En effet, toute la stratégie de régulation de marché devait théoriquement bénéficier au producteur de produits vivriers, premier opérateur privé du marché. En conséquence, tout ou partie des bénéfices de ces organismes auraient dû revenir au producteur afin d’améliorer ses revenus et lui permettre de réinvestir dans la production pour améliorer sa productivité ; cercle vertueux.

      Les déficits accumulés par les Offices de Commercialisation de Produits Vivriers, pendant des décennies, constituent un gigantesque manque-à-gagner pour les producteurs ! ! !

      Mais, ce n’est pas tout. À cette perte il convient d’ajouter tout ce qui s’est « perdu dans les sables » :
      1)
      L’ensemble des investissements ayant servi à construire des réseaux de stockage.
      (lors de l’abandon de la Stratégie de Régulation du Marché, ces réseaux de stockage auraient dû être attribués gratuitement aux associations de producteurs (coopératives) au lieu d’être vendus aux agro-industries et aux commerçants-grossistes)
      2)
      Fonds financier destiné à assumer le coût annuel d’entretien des stocks (frais de fonctionnement).
      3)
      Fonds financier annuel d’achat de la collecte de produits vivriers (fonds de roulement).
      4)
      Cumul des subventions d’État nécessaires au renflouement des déficits accumulés durant des décennies.

      Durant un demi-siècle, pour les producteurs, l’ensemble de ces pertes représente des centaines, voire des milliers, de milliards d’Euros ! ! ! Les pays développés, bailleurs d’Aide Publique au Développement [Économique ?] (APD) en ignorent le montant exact...

      Les Offices de Commercialisation de Produits Vivriers (Marketing Boards for Food Crops) qui ont survécu à l’abandon de la Stratégie de Régulation du Marché ont été poussés par la FAO, la Banque Mondiale et les autres bailleurs de fonds à gérer des Stocks Nationaux de Sécurité qui ne peuvent garder la tête hors de l’eau que grâce à des subventions d’État.

      Mais, cela est une autre affligeante histoire...

      Conclusion :

      Dans le futur, pour que les agriculteurs de produits vivriers, dans le monde entier, puissent améliorer leur revenu et leur productivité, il faut que les PVD et les pays riches, bailleurs d’APD, consentent à fournir un effort financier aussi gigantesque que celui qu’ils fournirent depuis les années 1960.
      Mais, à la condition sine qua non que ce nouvel effort soit un franc succès et non pas un lamentable échec comme ce fut le cas pour le premier.
      Les PVD et les pays riches sont-ils prêts à cet effort en faveur de l’agriculteur de produits vivriers,premier opérateur privé du marché ?



      • Robert GIL ROBERT GIL 10 avril 2014 16:46

        quand on peut acheter une ferarri tous les jours et un appartement toute les semaines et que l’on en veut encore plus cela releve de la psychiatrie...donc pour leur bien on devrait les retirer de la circulation et les enfermer !

        voir : OU SONT LES RICHES

        ou : RICHES, DE QUOI PARLE-T-ON ?


        • zygzornifle zygzornifle 10 avril 2014 17:18

          67 ....Au moins on n’aura pas d’ampoules aux mains en coupant leur têtes ....


          • bibou1324 bibou1324 10 avril 2014 17:46

            Si on met fin à la faim dans le monde, il y aura moins de gens qui meurent. Donc plus de population. Donc la richesse à partager entre plus de pauvres (les riches ne partagent pas, eux). Donc moins chacun. Donc plus de faim dans le monde.


            C’est comme le gruyère et les trous ...

            Plus sérieusement, c’est dégueulasse, mais à partir du moment où certains prêtent à l’argent une valeur supérieure à la vie humaine, c’est simplement logique ce qu’il se passe. Et je peux prédire que ça va continuer. Parce que le fait d’avoir autant d’appétit pour l’argent n’est pas du tout seulement le fait de quelques très riches. Regardez le nombre de braquages dans le monde. Même les petits gens ne font que peu de cas de la valeur de la vie humaine.

            Et tout le monde accepte ça. Y compris les plus pauvres. Je pense que vous et moi sommes des hyper-sensibles, un peu trop attachés à la vie humaine. Après tout, qu’est-ce que ça peut nous faire, que des enfants qu’on a jamais vu meurent ?

            • foufouille foufouille 10 avril 2014 18:02

              et quand tu as du mal à nourrir cinq enfants, tu en fais pas un 6°


            • antyreac 10 avril 2014 17:55

              Parmi les riches il y a une bonne proportion des ex communistes qui ont profité de l’écroulement de leur pays pour racheter les entreprises le plus prometeuses


              • foufouille foufouille 10 avril 2014 18:00

                "A l’opposé, la moitié des individus les plus pauvres ne détient que 1 % du patrimoine. Cela veut dire qu’un grand nombre d’habitants de la planète ne possèdent quasiment rien, ou des biens de très faible valeur monétaire : 20 % n’ont pas plus de 672 dollars."

                à relativiser un peu. dans de nombreux pays, on ne déclare rien.
                pour exemple avec un revenu de 100$/mois en inde, tu as des VRP qui te vendent, dans les villages, des panneaux solaires pour recharger ton téléphone portable ........


                • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 18:19

                  En même temps si les riches avaient pas plus d’ argent que les 

                  pauvres on verrait aucune différence .

                  • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 18:59

                    C ’est bien pour ça que t’ es là  Démostholaringolologiste .




                  • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 19:02

                    Tout le plaisir a été pour moi .


                  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 10 avril 2014 18:43

                    « Plus que jamais, il est temps de sortir du capitalisme ! »

                    Très bien.
                    On fait comment ?
                    En votant ?


                    • antyreac 10 avril 2014 19:00

                      Les communistes n’ont jamais su répondre intelligemment à cette question....


                    • antyreac 10 avril 2014 19:24

                      Le jour ou tu sauras ce que le mot capitalisme signifie, tu reviendras t’exprimer...


                    • Garance 10 avril 2014 20:07

                      Le communisme ?

                      Y en a qu’ont essayé : ça a donné 200 millions de morts

                      D’autres continuent de s’en revendiquer : chez eux une femme qui a mangé un petit pois ils l’appellent ; une femme enceinte


                    • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 20:16

                      Les communisses  c’ est presqu’ aussi bien que le capitalisse .


                      Ils créent un peu moins d’ emplois , cependant .

                    • Remi 10 avril 2014 20:18

                      Pour être communiste, il ne suffit pas de se dire communiste.
                      Ce qui a existé, c’est le contraire du communisme.


                    • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 20:25

                      Le Poutou il en a créé combien de postes de travail ? 


                      Besancenot , combien ? 

                      Georges Marchais combien ? 

                      Arlette Laguiller combien ? 
                       
                      Krivine  combien  ?

                    • Remi 10 avril 2014 21:28

                      Ces individus sont dans l’opposition, je pensais que vous le saviez.
                      LO milite pour l’interdiction des licenciements.
                      L’UMPSFN est-il sur cette ligne politique-là ?


                    • berry 10 avril 2014 21:57

                      le PCF milite aussi contre les licenciements, mais je me souviens qu’il avait licencié une partie de ses permanents, il y a quelques années.


                    • jmdest62 jmdest62 11 avril 2014 08:08

                      @ rémi

                      Nos points de vue sur l’EN divergent mais il semblerait que nos « sensibilités » politiques convergent ......


                    • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 18:50

                      Non , on prend la porte sur laquelle est inscrit :


                       «  Sortie du capitalisme  »

                      Et le tour est joué .

                      • César Castique César Castique 10 avril 2014 18:58
                        « En tête de plus riches le duc de Westminster, G.C.Grosvenor dont la fortune s’élève à 9 milliards d’euros. »

                        Et alors ? S’il voulait, Grosveinard, réaliser ses biens pour en distribuer la valeur aux pauvres, il serait obligé de trouver d’autres riches pour les payer à leur juste prix. C’est absurde comme perspective. Voilà où mènent les comparaisons démagogiques à la c... !

                        « Gerald Cavendish Grosvenor, sixième duc de Westminster, unique actionnaire du groupe immobilier Grosvenor, règne tel un souverain sur un territoire cosmopolite. En province, ce descendant direct de Guillaume le Conquérant possède des milliers d’hectares : au Pays de Galles, en Ecosse et dans son fief historique du Cheshire, dans le nord-ouest de l’Angleterre. Mais cet aristocrate costaud au visage massif est surtout le Britannique le plus riche du pays grâce à des terrains, des centres commerciaux, des bureaux et des appartements éparpillés aux quatre coins de la planète. Cerise sur le gâteau, il possède depuis 2005 Serpette et Paul-Bert, les deux marchés les plus chics et les plus rentables des puces de Saint-Ouen, à Paris. » M le magazine du Monde, du 13 juillet 2012.


                        • Remi 10 avril 2014 20:15

                          Il y a des perspectives moins absurdes, qui consistent à ne pas laisser Gros et ses frères ploutocrates décider de ce qu’il adviendra de leurs fortunes.


                        • César Castique César Castique 11 avril 2014 07:57

                          « ... décider de ce qu’il adviendra de leurs fortunes. »


                          Après leur mort, vous voulez dire ? Mais attention à n’en pas revenir au même point : pour distribuer, il faut réaliser et, pour réaliser, il faut des riches qui achètent. 

                        • Remi 11 avril 2014 22:31

                          Vous avez une conception très ancillaire de l’économie...


                        • antyreac 10 avril 2014 19:09

                          Pourquoi s’acharner sur les plus riches qui vivent en général dans les pays développés

                          Sachez une chose les pays communistes ont éradiqués les riches cela n’a pas empêchés les populations de ces pays de vivre dans une grande pauvretés... 


                          • Remi 10 avril 2014 20:13

                            Pour être communiste, il ne suffit pas de se dire communiste.


                          • antyreac 10 avril 2014 20:47

                            Pour être communiste il faut se dire je suis con

                            pour être c capitaliste il faut se dire je suis intelligent et le tour est joué...

                          • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 20:50

                            Pour être  communisse il suffit d’ avoir des faux cils 

                            et d’ être marteau .

                          • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 20:23

                            En fait c ’est plus pratique d’ être riche  comme ça on 

                            manque pas d’ argent .

                            • antyreac 10 avril 2014 20:50

                              Enfin au moins un qui a compris l’utilité de l’argent et de la richesse....


                            • rocla+ rocla+ 10 avril 2014 20:52

                              Salut Antyréac , 


                              Ils crient tous envers les riches en disant que c ’est des salauds . 

                              Tout ça pour espérer un jour gagner au loto . 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès