Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La fameuse parabole de l’ile déserte de Peter SCHIFF

La fameuse parabole de l’ile déserte de Peter SCHIFF

« Imaginons que des gens soient échoués sur une île. Imaginons que 5 ou 6 d’entre eux soient asiatiques, et un seul, américain. Et une fois échoués sur cette île, ils décident de répartir le travail : un des asiatiques se voit attribuer la tâche de pêcher. Un autre de chasser. Un troisième de rassembler du bois pour le feu. Et ainsi de suite. Et l’américain se voit enfin attribuer la tâche de manger. Ainsi, à la fin de la journée, ils se rassemblent tous pour préparer un festin, et l’américain s’assoit et mange. Enfin : il ne mange pas tout. Il laisse suffisamment de miettes pour que les 6 asiatiques puissent recommencer le lendemain : passer leur journée à préparer un repas que l’américain puisse manger. Maintenant, si vous demandiez à un économiste moderne de regarder comment fonctionne cette île, il dirait : « regardez comme l’américain est vital pour l’économie de l’île. Sans lui, personne n’aurait d’emploi de pêcheur, de chasseur … C’est lui qui crée tous les emplois sur cette l’île ! »

Mais la réalité, c’est que la situation de chaque asiatique sur l’île serait grandement améliorée s’ils repoussaient à la mer notre américain : parce qu’alors ils auraient beaucoup plus de poissons et de gibier à manger, et peut-être n’auraient-ils pas besoin de passer toute la journée à pêcher et chasser. Peut-être pourraient-ils passer un peu de temps à se reposer sur la plage. »

Avec cette parabole de Peter SCHIFF, nous constatons que le mythe de la croissance pour tirer l’emploi est faux, si les richesses étaient mieux partagé entre l’américain et les asiatiques, ceux ci auraient moins besoin de travailler. Et si l’américain mettait la main à la pâte, (c’est-à-dire partager le travail), chacun aurait du temps libre. Ce n’est pas l’américain qui créé les emplois, l’emploi, le travail existe, lui il l’exploite. Comme dans la société, les richesses produites disparaissent dans les poches de rentiers, et l’on nous fait croire qu’ils sont indispensable : « heureusement qu’il y a des riches pour nous faire travailler » nous dit-on, il serait plus juste de dire, « malheureusement, il y a des riches pour nous exploiter ».

Comment cela est-il possible ? La chose parait tellement évidente quelle en est même trop simple. Alors il faut que ceux qui on le pouvoir explique sans relâche le bien fondé du système qu’ils ont créé et qui les nourrit. Jusqu’au siècle dernier l’église expliquait cela très bien, en promettant le paradis à ceux qui acceptaient sans sourciller la domination des « puissants », ne pas remettre en cause l’ordre établit et reporter la faute de son malheur sur soi-même était source de bonheur dans l’au-delà. Aujourd’hui, les médias ont pris la relève de l’église dans les sociétés occidentales, et pour accepter l’inacceptable ils nous maintiennent dans la peur de l’avenir : terrorisme, sécurité ou catastrophe écologique, tout est bon pour nous manipuler !

Les riches jouent collectifs, les pauvres sont individualistes et chacun pensent être meilleurs que le voisin et que sa progéniture sera champion de foot, tennismen, présentateur télé, chanteur ou actrice…de film X !

http://2ccr.unblog.fr/2012/03/02/parabole-de-l%E2%80%99ile-deserte/


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • pens4sy pensesy 5 juin 2012 12:46

    ça fout le cafard cette parabole.


    • dawei dawei 5 juin 2012 13:29

      au contraire ça me fout la patate car je pourrais enfin expliquer calmement et avec des mots simples pourquoi les gens (souvent tres agées, à part les jeunesse sarkoziennes) se trompent lorqu’elles disent qu’heureusement que les riches sont la pour nous faire travailler !


    • Guy BELLOY Guy BELLOY 5 juin 2012 14:40

      « Les riches jouent collectifs, les pauvres sont individualistes et chacun pensent être meilleurs que le voisin et que sa progéniture sera champion de foot, tennismen, présentateur télé, chanteur ou actrice…de film X ! »
      Ben oui, du pain et des jeux..si possibles lobotomisants...La réflexion est morte avec la lecture, plus besoin de pompiers pyromanes (Fareinhet 451).
      La majorité de nos concitoyens n’a même pas pris conscience d’une indispensable réforme de cette Vè république (Montebourg et Melenchon l’ont prônée sans plus de détails). Combien ont lu « L’esprit des Lois » ?

      http://decryptages.blog4ever.com/blog/lire-article-558299-9296858-lettre_ouverte_a_madame_valerie_trierweiler___.html



      • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 14:48

        C’est idiot. Au nom de quoi l’américain, puisque américain il y a, se voit réserver le privilège de s’assoir à table sans rien faire pour confectionner le repas ?

        La seule raison possible est l’usage de la force. Remplaçons notre américain par un gros type avec un gros gourdin et appelons-le État par exemple.

        Tiens là ça marche.


        • jmdest62 jmdest62 5 juin 2012 15:14

          Amusant ! mais au lieu de :
          « ....Et l’américain se voit enfin attribuer la tâche de manger. ... »
          vous auriez du écrire :
          « ...Et l’américain , armé de ses missiles » s’ attribua la tâche de manger........"

          plus près de la réalité et ça aurait fait plaisir @ Le péripate  smiley

          il manque un Européen , pour faire la vaisselle et deux ou trois africains pour ramasser les ordures ! 


           smiley

          cordialement


          • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 15:24

            Je le confesse : l’ordinateur avec lequel je lis vos âneries m’a été imposé par quelques tirs bien sentis de missiles dans le jardin, et non pas choisi en fonction de ses qualités intrinsèques bien inférieures à celles de notre hélas défunt minitel..


          • Duke77 Duke77 5 juin 2012 15:56

            En effet, l’ordinateur que tu utilises est de qualité bien médiocre car imposé à la population mondiale par une multinationale en situation de monopole. Ainsi, Bill Gates a innondé le monde d’un système d’exploitation bourré de buggs qui nécéssite des mise à jour continuelles alors qu’à la même époque des systèmes bien plus performant et abordables tournaient déjà avec interface graphique à fenêtres, souris etc (Amiga, Atari, Mac etc). Ce n’est certainement pas la qualité de ses softwares qui lui a assuré le succès (il n’y qu’à utiliser vista pour s’en rendre compte) mais bien ses armes (financières) et sa maîtrise d’un système économique exploitant la main d’oeuvre à bas prix.

            Mais on peut toujours penser que les produits de masse issus du libéralisme sont les meilleurs... Un cheeseburger ? http://www.madamenature.be/themes/eco-consommation/du-faux-fromage-sur-les-pizzas


          • dawei dawei 5 juin 2012 16:28

            c’est clair que Microsoft est sensé etre un symbole de tout ce qui répugne un vrai liberal de l’ecole autrichienne et même bien plus encore que son horreur de l’Etat . Car Microsoft est par excellence est un monopole qui paralyse tout le monde moderne de façon illégitime et inéquitable, et c’est justement dans ce cas de monopole que l’Etat doit faire appliquer les lois antitrusts.
            Or, l’Etat a du mal à faire appliquer ces lois, probablement parce que l’Etat a trop longtemps été perçu comme le mal ultime par les neoliberaux , et à force de l’avoir vidé de sa substance par les neo liberaux, il n’a plus les épaules pour faire appliquer la loi exigée pourtant par les libéraux sincères . Ne vous trompez pas d’ennemis, l’Etat est encore sensé représenter au moins le gentil flic dans votre idéal.


          • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 18:11

            Heu... c’est un Mac.

            Bon, c’est sûr, vous êtes de poves petits malheureux. Ca, je retiens.


          • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 18:19

            Parce que imaginer qu’un libéral qui roule en Ferrari et mange un enfant communiste tous les matins puisse lire ou écrire sur un vulgaire PC.... et ben c’est nul.


          • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 18:31

            Le monopole. Il n’y a aucune raison d’empêcher les monopoles sauf une : que ce monopole ait été obtenu par collusion avec le pouvoir politique, par la loi, la taxe, les réglements, etc...

            Malgré son quasi monopole sur les machines et les OS Gates n’a pas vu venir Facebook, l’Iphone, etc...

            La compétition ne tient qu’une toute petite place dans le capitalisme, bien moindre que dans les organisations pyramidales. Le déplacement, l’invention, le truc auquel personne n’avait pensé avant et qui devient vite indispensable... ça c’est son truc.

            Alors les monopoles finissent toujours par mourir de leur belle mort. sauf dans les régimes d’économie mixte, en fait techniquement des régimes fascistes. Collusion du capital et du pouvoir. Croony capitalism. Le capitalisme des copains. Appelez ça comme vous voudrez.


          • dawei dawei 5 juin 2012 18:59

            ça se tient,
            on peut appeler ça aussi ploutocratie, corporatocratie, voyoucratie ...
            néanmoins, le grand génie de Bill Gates est avant tout d’avoir mis des barricades légales autour de son pillage ... d’Apple ... entre autre ... ayant lui même hérité d’une armée d’avocat grâce à la providence familiale.


          • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 19:17

            Devant tant de bonne volonté, très inhabituelle en ces lieux, je vais citer, une fois n’est pas coutume, Jean Jaurès.
            Le courage pour l’entrepreneur, c’est l’esprit de l’entreprise et le refus de recourir à l’État.


          • tf1Goupie 5 juin 2012 21:24

            Aux Etats-Unis le mot « Entrepreneur » est un mot respectable. He oui, « entrepreneur » prononcé en Français.

            En France, d’où vient ce mot, Entrepreneur est vulgaire, voire détestable.

            Eh oui tout ce qu’on créée en France finit dans des chiottes françaises ... ou bien devient succès dans les autres pays, y a de quoi être fier.


          • bert bert 7 juin 2012 01:31

            euh le texte de Jaurès date de 1890.....

            en 1912 le capitalisme des p’tits entrepreneurs est mort avec les monopoles......

          • credohumanisme credohumanisme 5 juin 2012 17:20

            Bravo, en quelques lignes vous proposez le communisme et l’euthanasie des improductifs

            En utilisant le terme de parabole vous définissez bien votre façon d’argumenter. La parabole est un apologue, elle est au service d’une morale (votre morale anti-capitaliste).
            Il s’agit ici d’un sophisme auquel ne peut pas se résumer l’économie mondiale.

            Si les chinois ne trouvent pas une satisfaction, une rémunération à leur travail
            - dans votre exemple qui peut être satisfaire un altruisme ou respecter des valeurs morales par exemple de solidarité les interdisant de laisser mourir l’américain obèse incapable de faire quoi que ce soit
            - dans la réalité les chinois obtiennent une contrepartie à leur travail (par exemple des devises leur permettant d’acheter des technologies)

            Pour revenir sur votre île, même en faisant travailler l’américain vous ne changerez pas grand-chose à la richesse produite, puisque vous convertirez le supplément en inactivité. Vos habitants n’auront toujours qu’un peu de poisson, un peu de bois ...

            Imaginez maintenant que d’une ile voisine mieux achalandée on leur propose du steak, des parpaings ou des poupées gonflables ... tous les habitants de l’île seront heureux de travailler plus pour gagner plus (désolé c’est de la provoc smiley ) ... c’est comme cela que l’on a inventé le commerce ... et le capitalisme ... et la mondialisation, ne vous en déplaise et n’en déplaise à Monsieur Schiff.


            • HELIOS HELIOS 5 juin 2012 17:28

              ... et c’est l’amerloque qui va encaisser la marge des echanges avec l’ile voisine ??? il va peut etre inventer le credit pour le jour ou la peche sera mauvaise, et gagnera les interets ?


            • credohumanisme credohumanisme 5 juin 2012 17:37

              Pas forcément l’américain, celui qui aura l’intelligence de prévoir qu’il y aura des journées sans poisson certainement oui.

              Greg, grand économiste devant l’éternel, dans un superbe ouvrage paru chez Dargaud raconte via Achille Talon l’histoire de votre île : L’île de Trokhatouva, dans l’archipel de Sanzunron.

              Lecture édifiante dont vous trouverez un résumé ici :

              http://www.parisblognote.com/article-l-archipel-de-sanzunron-achille-talon-102254300.html


            • Serpico Serpico 5 juin 2012 18:06

              Et pratiquement, les US vivent aux crochets du monde entier (et spécialement sur le dos des plus pauvres) en manipulant leur planche à billets.

              Le dollar envahit le monde et les USA sont endettés juqsu’au cou : qui ne comprend pas et qui a besoin de parabole ?


              • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 18:15

                Et comme ils sont les seuls à avoir pensé à manipuler la planche à billets, ben évidemment, c’est sur, on l’a dans le fion...
                Vraiment les seuls ?

                J’adore votre naïveté, très rafraichissant.


              • Serpico Serpico 5 juin 2012 18:45

                Votre intelligence me sidère : les autres pays qui utilisent la planche n’ont pas une monnaie « mondiale ».

                Je suis sûr que vous allez percuter tôt ou tard.


              • Le péripate Le péripate 5 juin 2012 18:53

                Le dollar a été une monnaie mondiale quand il était la seule monnaie a être convertible en or.
                Depuis il garde la place qui est le reflet de sa puissance économique certes mais tous les pays n’échangent pas en dollar, ou pas uniquement.

                Vous vivez avec des schémas dépassés.


              • dawei dawei 5 juin 2012 19:17

                ne pas échanger en dollar, s’est possible, par exemple , l’Irak, la Libye, l’Iran , Cuba ... le font ou l’ont fait juste avant de se faire détruire . L’Inde a tenté .... elle s’est rétractée après que Clinton ait grogné en lui montrant ses dents toutes pointues d’americaine liberale millitante s’il en est de la liberté des peuples ... à appliquer strictement ce que dit l’oncle Sam son Colt sur leur tempe et à marcher au pas.Donc le commentaire précedent qui reprenait la parabole de l’ile sauvage avec l’americain qui impose sa gourmandise à coup de missile dans le fion, ça se tient quand même pas mal !


              • mozee mozee 5 juin 2012 20:59

                @Le péripate : Mais la convertibilité du dollar en or n’étant plus, on peut se demander qui vit avec des schémas dépassés.


              • tf1Goupie 5 juin 2012 18:22

                C’est pas les asiatiques qui sont en train de vider les stocks de Thon de la planète ?
                Non, c’est des américains avec les yeux bridés. LoL

                Et bien sûr les Chinois n’essaient pas de faire main basse sur les ressources de l’Afrique.

                Mais nous, Français on a la conscience tranquille, c’est pas quelques vagues années de colonisation qui comptent.

                Moi je serais vous je boycotterai Internet pour faire la nique aux Américains.


                • yoananda 5 juin 2012 20:53

                  ok, alors si on met de coté l’Européen (dont est issu l’américain) :

                  cette parabole ne veut dire, ou alors il faudrait dire que c’est l’américain qui a inventé le bateau, l’arc et le feu ...

                  parce que dans la « réalité », ce sont les us qui ont inventé l’industrie du pétrole, la société de consommation, Internet, la bombe A, l’électricité, la TV, les frigos, les voitures, les tracteurs, les immeubles et tout ce que le reste du monde leur envie ...

                  c’est de la propagande cet article. Je vote moins.


                  • BarbeTorte BarbeTorte 5 juin 2012 22:40

                    ben oui, ils ont tout inventé les américains, c’est bien connu.
                     smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley

                    Bon, blague à part, j’ai trouvé cet article très intéressant, donnant, pour une fois un peu matière à réflexion. Le propre d’une parabole est bien sur d’être caricatural, mais contrairement à la plupart des articles que j’ai pu lire aujourd’hui, l’auteur ne nous assomme pas pendant des dizaines de lignes pour nous convaincre, avec force détails, que toute opinion différente de la sienne est à jeter aux orties.


                  • yoananda 6 juin 2012 12:05

                    Je ne dis pas que les amerloc ont tout inventés dans l’absolu, mais dans le cadre de cette caricature, ca serait tout comme.
                    Et du coup ca signifie que cette « caricature » n’en est pas une, c’est simplement faux.


                  • hopeless 5 juin 2012 23:51
                    La parabole est intéressante, mais on peut également expliquer les choses directement : 

                    Quand Hollande (et les autres) parle de relancer la croissance, il fait mine de croire que la croissance est une condition nécessaire et suffisante pour amener la prospérité dans notre pays. Or, c’est faux. Que se passe-t-il en réalité ? La croissance fait tourner les usines de plus en plus, c’est vrai, ce qui amène d’abord et surtout un enrichissement des patrons. L’emploi, n’est ici qu’un sous-produit de la croissance, ce qui permet seulement d’affirmer qu’elle est une condition suffisante à la prospérité du peuple. Prenons maintenant le problème à l’envers, demandons au peuple ce dont il a besoin, et faisons tourner les usines en fonction de ces besoins. Il y aura du travail, moins que dans le 1er cas, mais suffisamment pour que chacun puisse s’en satisfaire. La croissance n’est donc surtout nécessaire qu’aux plus riches, pour qu’ils puissent obtenir encore davantages de profits, ça parait clair !

                    • oj 6 juin 2012 01:51

                      inutile de partir sur une ile !

                      chaque matin je me dit en voyant les gens partir au travail que la seule richesse réelle est celle crée par les millions d’individus qui se lèvent et vont travailler pour extraire, transformer, transporter, vendre et qui , mettant leurs benefices et insvestissements en commun , se dotent d’infrastructures....etc pour construire une communauté : une Nation.

                      Or bizarement le travail disparait, les savoir-faire aussi, et l’argent se retouvent sur des comptes off-shore aux mains de sociétes gigognes qui repretent aux nations pour endeter et générer des interets, les infrastructures elles-memes se retrouvent aux mains de comptes privés etrangers...

                      Inutiles de partir sur une ile pour raisonner et se rendre compte de la situation et prendre une decision.

                      insurrection , assemblee constituante, reprise en main de tous nos biens et de la nation et expulsion des traitres


                      • bert bert 6 juin 2012 01:53

                        j’aime bien la photo de Jack london au bohémian club


                        • bert bert 6 juin 2012 02:05

                          .... actrice de film porno sur une île avec 6 asiatiques smiley


                            • Le péripate Le péripate 6 juin 2012 09:32

                              Je me suis demandé qui était ce Peter Schiff à qui est attribué cette robinsonnade absurde.

                              J’ai trouvé ça.

                              Le foutage de gueule est évident de la part du scribouillard.

                              En tout cas merci de cette découverte.


                              • sleeping-zombie 6 juin 2012 09:47

                                Hello,

                                Pas mal comme parabole, ça me rappelle un peu Orwell et la façon dont il dénonce la distorsion du langage/de la pensée par l’idéologie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès