Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La laïcité, le communautarisme et le Maire de Lyon

La laïcité, le communautarisme et le Maire de Lyon

Il est au PS, il se dit laïque, bien entendu mais comme d'autres « grands laïques » déclarés il est prêt à tout par clientélisme électoral, même à contourner la loi de séparation des églises et de l'Etat....

Par sa politique de compromis, non content de « violer » la loi du 9 décembre 1905 qu'il doit défendre et respecter, il favorise le communautarisme religieux, opposé à l'intégration républicaine.

Le communiqué de Laïcité République interpelle le Conseil Municipal qui a cautionné et voté cette proposition de financement :

 

« Financements publics : la laïcité, pas le communautarisme
- 30 mai

La décision du conseil municipal de Lyon de financer une association religieuse constitue une nouvelle étape inquiétante de la bataille livrée par les tenants du communautarisme pour vider la laïcité de son contenu. Elle s’inscrit dans la continuité des tentatives pour « toiletter » la loi de 1905 et abandonner ses principes.

En dotant d’une subvention de 16 000 euros le conseil régional du culte musulman, qui a pour objet d’assurer ce culte dans la région, le conseil municipal joue sur les mots lorsqu’il affirme que cette subvention n’est pas destinée à la pratique du culte lui-même.

S’il peut s’appuyer sur des textes du Conseil d’Etat qui a ouvert la voie au subventionnement public des associations religieuses - dès lors qu’elles ne sont pas destinées à la pratique religieuse- et sur la décision du Conseil Constitutionnel (21 février 2013), il apparaît clairement que le conseil municipal contourne allègrement les principes de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat.

Celle-ci dans son article 2 stipule en effet que la République ne reconnait, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

Cette situation n’est pas acceptable qui, à terme, menace les principes républicains et la paix civile. C’est la raison pour laquelle l’engagement du candidat à la Présidence de la République d’inscrire les principes de la loi de 1905 dans la Constitution avait été particulièrement apprécié. Si insuffisance juridique il y a, elle doit être rapidement comblée. Le Comité Laïcité République appelle le législateur à mettre un coup d’arrêt à ces dérives, quels que soient le culte ou la communauté concernés.

Comité Laïcité République »
 

Le Conseil Municipal pourrait utiliser une telle somme pour développer des actions de solidarité dans une ville où de nombreuses familles connaissent la misère et la précarité.

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • philouie 1er juin 2013 08:41

    « Cette situation n’est pas acceptable qui, à terme, menace les principes républicains et la paix civile. »

    Une solution serait peut-être de déchristianiser quelques églises vides, propriété de l’Etat, pour les transformer en mosquée et ainsi rétablir une forme d’équité entre Français de confessions différentes ?


    • Constant danslayreur 1er juin 2013 08:52

      Bonjour Philouie
      J’étais tenté de vous dire « oui, à condition que ça se fasse avec le plein assentiment des populations notamment chrétiennes et que ça ne leur soit pas imposé », mais tout bien considéré même si c’est elles mêmes qui le proposent, j’avoue que j’hésite encore ne sachant quoi en penser...

      … «  le Calife Omar contraint le patriarche Sophronius à la reddition de Jérusalem. En sa compagnie, il visite le Saint-Sépulcre, quand vient l’heure de la prière. Sophronius lui propose de prier en ses murs. Omar refuse, expliquant que ses troupes, sous le prétexte de sa prière, pourraient confisquer l’église et en faire une mosquée »

      http://www.stoa-architecture.com/theorie/?p=93


    • philouie 1er juin 2013 09:43

      Constant,

      je te rassure, il ne s’agit que d’une petite provocation.

      une provocation destinée à faire réfléchir, sur le problème d’égalité qu’il y a en France à propos des lieux de culte. Propriété de l’état et entretenu pas l’état au profit des catholiques, là où les musulmans en sont réduits à l’indigence.
      Il y a des raisons historiques à cela mais ce serait une erreur de croire qu’il faille s’accrocher à l’histoire pour régler la situation nouvelle contemporaine.

      Il faut que les français finissent par comprendre que les français d’origine d’Afrique du nord sont des Français à part entière et qu’il faut œuvrer à leur intégration dans le cadre de la laïcité, c’est à dire avec la possibilité de pratiquer leur culte dans des endroits décents.

      On ne peut laisser les musulmans occuper les rues pour leur prière au prétexte qu’ils n’ont pas
      l’argent pour construire eux-même leur lieux de culte. (Pour rappel, les musulmans de France, font partis des classes pauvres de la France.)

      On ne peut pas non plus laisser les financements aux mains des puissances étrangères qui s’en servent alors comme un moyen de faire de l’entrisme dans nos politiques intérieurs.

      Le problème est complexe, les solutions à la Chalot n’en sont pas puisqu’au final, son objectif est de promouvoir son idéologie athée, c’est à dire d’utiliser la laïcité et la puissance de l’état pour combattre les croyants.


    • escoe 1er juin 2013 11:40

      Il faut que les français finissent par comprendre que les français d’origine d’Afrique du nord sont des Français à part entière 


      Vous parlez des Zemmour, Lellouche, Elmaleh, Smadja et cie, là ?

    • Constant danslayreur 1er juin 2013 13:36

      Oui Philouie, un sujet complexe effectivement.

      Tu te souviens certainement – tu étais présent sur le fil – de l’article de Fergus qui avait plutôt bien fait le tour de la question sans haine et sans préjugés, j’avais alors pour faire avancer le schmillblick du financement en question, donné un début de piste et je persiste à croire que le meilleur moyen pour garder toute indépendance surtout en terre laïque, est de passer par les fidèles et par les fidèles seulement, même si leurs conditions matérielles sont modestes. 

      Par Hadj Ahmed (---.---.---.51) 28 février 2011 12:47

      Bon article Fergus merci, mais savez-vous en écrire de mauvais ?

      Pour le financement de la construction des mosquées manquantes en France, j’ai une proposition. Mais d’abord l’état des lieux :

      Ici , chaque prière du Vendredi, une association créée spécialement pour la construction d’une mosquée M est dûment autorisée par la direction locale du culte relevant du ministère du même nom , à effectuer une collecte de dons dans toutes les mosquées de la préfecture.

      10 mn avant la fin du premier prêche, l’Imam qui aura au préalable vérifié que la quête est légale, l’annonce aux fidèles leur demandant un petit geste chacun selon ses capacités, chacun selon sa foi.

      L’association qui dès l’annonce de la date à laquelle elle pourra « passer à l’action » aura envoyé un bénévole dans chaque mosquée qui se fera aider par d’autres bénévoles localement.

      Les échanges en espèces et donc avoir des espèces sur soi est ici hélas, plutôt la règle que l’exception. Monnaie courante donc pour le jeu de mots débile.

      A la fin de la quête, un PV est établi avec les sommes exactes réunies (comptées collégialement par d’autres bénévoles généralement des commerçants pour qui c’est l’occasion de mettre de gros billets et de récupérer la monnaie qui leur est utile dans leur commerce.

      Et ça fait des années que toutes les mosquées se construisent comme ça. L’état pas plus que les collectivités n’y mettant pas le moindre sou.

      Je propose donc que les personnes qui prient Rue Myrha et ailleurs se réunissent en association temporaire mais officielle, prennent attache avec les autorités d’ici et demandent l’autorisation de faire une ou plusieurs quêtes. Avec contrôle de la chaine et des mouvements de fonds de A à Z.

      Et je suis persuadé que beaucoup de smicards algériens (100 €) se feront un plaisir de faire le geste dont personne en terre laïque ne veut entendre parler. Je ne reproche rien à personne hein, au contraire je suis bien conscient que c’est dans l’ordre des choses. Quand on est regardant et c’est généralement plutôt la règle, seule la foi permet de faire le geste volontaire de donner ce qui est considéré comme un investissement. Alors qu’un athée ne peut que considérer un tel financement comme une perte irrémédiable. 

      PS : Juste une remarque je vous cite « En l’occurrence des fidèles à l’Islam totalement oublieux du fait que le Coran, faute de mosquée, ne leur interdit en aucune manière de déplier leur tapis de prière chez eux pour pratiquer leur culte. »

      C’est vrai dans tous les cas, sauf pour la prière du Vendredi si l’accès à une mosquée (sans précision de ses limites d’accueil) est possible. Mais bon je conçois aisément que ça ne soit pas le problème des non-musulmans d’où l’intérêt de la construction d’un lieu de culte digne dans l’intérêt de tous.

      PS 2 : Pas le temps de me relire sorry d’avance okzou

      Lien vers l’échange http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pratique-de-l-islam-en-france-la-89577?debut_forums=100#forum2835466

      Et lien plus général vers l’article de Fergus http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/pratique-de-l-islam-en-france-la-89577

      Salam


    • philouie 1er juin 2013 22:38

      Constant,

      merci pour ton témoignage.

      il est celui de la responsabiilté, plutôt que de l’état vache à lait.


    • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 2 juin 2013 23:56

      L’argent public doit être utilisé pour l’intérêt public et non pour des intérêts privés. L’exercice d’un culte ne concerne que les pratiquants de ce culte. C’est la base de la loi de séparation des religions et de l’Etat.


    • CHALOT CHALOT 1er juin 2013 08:52

      En 1905, c’est une séparation, un divorce qui a eu lieu entre les Eglises et l’Etat.....avec un contrat, les églises, temples.... devenaient propriété de l’Etat ( puis des communes) et les religions en devenaient les utilisateurs...La religion musulmane n’était pas dans ce contrat (très très marginale à l’époque)
      Il était dit aussi qu’à partir de cette séparation plus un sou public devait retomber dans les escarcelles religieuses.


      • eric 1er juin 2013 09:28

        Toujours votre constat d’échec...Tenter de casser le thermomètre ne fera pas baisser la fièvre. Ce n’est pas la laïcité que tentent de fuir tous les parents qui parviennent a mettre leurs enfants dans le prive malgré les quotas imposes par les syndicats du public, c’est la qualité de l’enseignement public.
        Aux états unis, il y eu une dans certains état, une politique visant a favoriser la liberté de choix des plus défavorisés entre public et prive. Le résultat n’a pas été une hémorragie au profit du prive, mais une hausse du niveau du public.
        Votre combat laïque, si il était positif, devrait s’orienter d’abord pour encourager tous ce qui améliorerait la qualité de l’enseignement public. Les parents sont assez indifférents a la coloration idéologique de l’école du moment qu’elle a des résultats.
        Du reste vous l’admettez quand vous dites que les élus financent par démagogie. Cela revient a dire qu’ils suivent les veux des électeurs et que ceux ci, en toute connaissance de cause, considèrent que le prive est meilleur pour l’avenir de leurs enfants.

        Vous devriez faire comme les catholiques a l’époque des guerres de religion.
        La reforme faisait de grands progrès notamment parce qu’elle ouvrait des écoles de qualité et que les gens s’y précipitaient. Les Jésuites on copie les méthodes pédagogiques et la croissance du protestantisme s’est arrêtée ( bon, il y a eu d’autres facteurs bien sur).

        Quand les écoles publiques associeront les parents et les élèves, connaitront de vraies communautés pédagogiques, auront la possibilité de réellement évaluer les enseignants et au besoin de les changer, elles auront moins besoin de consacrer de l’énergie a tenter de torpiller les cathos.


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 1er juin 2013 09:46
          @Eric

          Là vous bottez en touche ! La question n’est pas la comparaison des mérites de l’enseignement privé et de l’enseignement public, mais le financement public d’un culte dans une république qui n’en reconnait aucun !

          Cela dit vous avez une façon originale d’analyser les succès de la Réforme au XVI° siècle ! Heureusement que vous reconnaissez qu’il y avait d’autres facteurs !

        • eric 1er juin 2013 10:47

          Bien sur que si que c’est la question.
          Nous savons tous que la ruée vers le privé, qui n’est limitée que par le nombre de places disponibles, est liée a la qualité respective des deux enseignements. Pas a la question religieuse ou laïque.
          Todd, dans son premier livre sur l’URSS montrait que dans un système socialiste, donc de chiffres manipulés, les anecdotes devenaient parfois plus significatives que les chiffres. On en est la avec l’EN.
          Une de mes copines, gauche de gauche, grande apparashik dans la fonction publique recherche université, fille de, très haut placée dans la maçonnerie féminine, ayant manifesté contre la venue de JPII, décide de déménager en petite couronne pour faire face a l’agrandissement de sa famille. Super grand appart pour le prix de son petit dans le centre.
          Mais, école publique locale. Devant la catastrophe et comme ses copains, elle s’adresse a...l’école Alsacienne. Celle qui permet d’être dans le privé en ayant l’air de rester laïc. (c’est pour cela qu’elle m’en a parle, elle espérait un piston...)
          Refus pédagogique : 3 heures de transports par jour et par beau temps a cet age ? Vous pensez a quoi la ?
          Elle l’a mis chez les sœurs....
          Dans le même genre, mon arrière grand mère, instit laïque de combat, n’est pas venue au mariage de mes parents, parce qu’il se passait dans un temple. « On ne transige pas avec ses principes », façon Chalot. Mais a la fin de sa vie, elle participait au financement de l’école catho pour mon cousin, parce qu’« on ne rigole pas avec les enfants ».
          C’est pourquoi votre combat laïque contre l’école privée est perdu. Entre la vérité et leur mère, la plupart des gens normaux choisissent leur mère.
          Il est perdu parce qu’il a renoncé a améliorer l’école publique pour se consacrer a tenter d’aller contre la volonté des parents.
          Relisez Bourdieu, inénarrable « chercheur » qui a « découvert » que les parents sont a peu près prêt a tout pour assurer un avenir a leur gosses, si possible au moins aussi bon que le leur...même l’Union soviétique qui disposait elle de vrais moyens de coercition, n’est pas parvenue a enrayer cette tendance. Et je peux témoigner qu’elle a vraiment essaye, au moins au début.
          Tant que l’EN ne se reforme pas, le combat contre l’enseignement catholique est une perte de temps. Il est meme contre productif parce qu’il lui permet d’améliorer ses positions en profitant de la poursuite de la degradation du public.


        • escoe 1er juin 2013 12:50

          Todd, dans son premier livre sur l’URSS montrait que dans un système socialiste, donc de chiffres manipulés, les anecdotes devenaient parfois plus significatives que les chiffres


          C’est pas pareil chez nous ? Les faits divers nous en disent souvent plus long que ce que l’oligarchie médiatique veut bien nous dire.

        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 juin 2013 00:33

          Les résultats des écoles privées sont truquées. Les élèves sont choisis, les autres évincés. Elles bénéficient de l’argent donné par les parents, ce qui leur permet de se doter de matériels supplémentaires ou d’intervenants. Certaines sont véritablement des écoles de riches pour les familles riches et cette ségrégation par la fortune est inadmissible. Elles peuvent également recevoir des dons de fondations, or ces sommes sont susceptibles de profiter de déductions fiscales et cela représente un détournement illégal d’argent public. Elles jouissent de libertés que n’ont pas les écoles publiques et leur organisation n’est plus soumise à l’agenda qu’elles ne sont plus tenues de remettre. Dans le second degré, les élèves les moins bons sont renvoyés avant le bac ou invités à se présenter en candidats libres pour ne pas mettre en danger le score des réussites à l’examen de l’établissement. Dans le premier degré, les enseignants voient revenir régulièrement les élèves en difficulté après un an d’essai en privé et leur renvoi. Voilà qui est excellent pour donner aux enfants l’envie de travailler et la confiance en soi, mais ce n’est pas l’objectif de l’enseignement privé qui est soit d’évangélisé, soit de réussir sur le plan commercial.

          Quant à l’enseignement public, cela fait plusieurs décennies que réformes après réformes font tout pour en détruire la qualité, surtout à partir de 2007. Pour le moment, le nouveau gouvernement n’a même pas rattrapé le déficit en postes décidé par Sarkozy. Le projet de loi en discussion ne semble pas pouvoir améliorer la situation. Les instructions des années 1990 de l’OCDE ont bien été respectées dans l’objectif de détruire l’enseignement public, puisque l’enseignement doit être une marchandise comme une autre et s’inscrire dans le marché. Les enseignants du public sont obligés de se battre contre cette politique et sont généralement soutenus par les parents dans l’intérêt des enfants.

          L’école privée est souvent moins difficile pour l’embauche de professeurs sans statut et récupèrent parfois les candidats malheureux à l’examen d’entrée dans le public. Rappelons enfin que tous les enseignants de l’Education Nationale sont soumis à un contrôle professionnel continu et, qu’avant l’ère Sarko, ils recevaient, surtout dans le primaire, une formation de pédagogues. Ce métier est une profession qui nécessite des études spécialisées. Les parents n’ont pas à contrôler les enseignants : il ne leur viendrait pas à l’idée de contrôler les compétences et le travail de leur garagiste ou de leur médecin ! Les inspecteurs ont ce rôle et l’assument.


        • Crab2 2 juin 2013 08:36

          Avec les impôts de tous les citoyens contribuables, financer des lieux de cultes, ce n’est pas seulement anti-laïque, c’est aussi afficher un mépris de la conscience athée :

          http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/05/observatoire-de-latheophobie.html



        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 3 juin 2013 00:45

          @ Lecureton

          Vous n’êtes pas aussi bête que vous voulez le paraître. L’athéisme n’est pas une religion, mais le plus souvent une réflexion faite en conscience et librement, fondée sur la raison. Les athées ne veulent ni de lieu de culte, inutile puisqu’il n’y a aucun culte à respecter, ni du communautarisme que vous semblez souhaiter.


        • antyreac 1er juin 2013 15:58

          La laïcité est maintenant menacé par l’islam nous devons réagir sinon par notre indolence on risque d’être fagocité par cette religion aux moeurs d’un autre âge


          • juluch juluch 1er juin 2013 17:31

            Je suis d’accord avec cet article.........ça m’arrive. smiley


            • njama njama 1er juin 2013 22:27

              Il est au PS, il se dit laïque ...

              Le PS l’a été, laïque, comme la Droite ... à une autre époque, « républicaine ».
              Maintenant le PS, comme la Droite sont pilotés par l’UE (Art. 17 TFUE) ... le TCE est clairement très anti-laïque et vise à établir un communautarisme, dans lequel, le christianisme sera par culture et histoire, immanquablement majoritaire, et dominant en Europe ...
              L’Europe aurait-elle besoin de se coiffer d’une tiare chrétienne ? (théologie du Choc des civilisations ?)

              Le PS est-il encore laïque ? Qui pourrait encore le croire ?

              Que faisait donc très officiellement Manuel Valls à la béatification du père Louis Brisson ici ? Que faisaient donc très officiellement JM Ayrault et L Fabius à la messe d’intronisation du nouveau pape ici ? ... contre toutes traditions républicaines !

              « En 2010, François Hollande avait dénoncé la visite de Nicolas Sarkozy au Vatican comme un »manquement à la laïcité« .
               »En 2013 il y envoie ses deux plus hauts représentants, Jean-Marc Ayrault et Laurent Fabius pour l’intronisation du nouveau pape."
              Jean Luc Mélenchon

              Le PS, comme l’UMP juste avant, lèchent aujourd’hui les pompes du (des) clergé(s), baisent les mains des évêques, du pape ... des rabbins, des pasteurs, des imams ...

              Comme cela devient de la provocation, publique, d’autant plus que les médias pipole pensent nous régaler en nous relayant ce type d’infos ... faudra pas trop s’étonner qu’on réveille les bouffeurs de curés (clergés) ... que cela fera grincer des dents dans les chapelles. Pas de problème, la liberté d’expression est là, la jurisprudence aussi. Charlie-hebdo n’a-t-il pas été blanchi de toutes ses provocations sur la (les) religion(s) ... Une autoroute laïque (anticléricale) nous est grande ouverte si besoin pour répondre aux provocations des politiques.

              A méditer ...

              En 1980, Valéry Giscard d’Estaing, le principal rédacteur de l’ultra-libéral et antilaïque Traité constitutionnel européen, avait déclaré :
              « Pour combattre le communisme nous devons lui opposer une idéologie. A l’Ouest, nous n’avons rien. C’est pourquoi nous devons nous appuyer sur l’islam »


              • Crab2 2 juin 2013 08:35

                Avec les impôts de tous les citoyens contribuables, financer des lieux de cultes, ce n’est pas seulement anti-laïque, c’est aussi afficher un mépris de la conscience athée :

                http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/05/observatoire-de-latheophobie.html



                • antyreac 2 juin 2013 15:42

                  La laïcité ne veut pas dire intégriste

                  on peut subventionner les lieux du culte surtout quand il s’agit d’un chef d’oeuvre du moyen âge comme la cathédrale de Paris

                  • Crab2 3 juin 2013 17:19

                    Dans ce cas, ce n’est pas subventionner un lieu de culte, mais entretenir un monument historique sous la responsabilité d’un architecte en chef des monuments historiques - Crab ( ex-urbaniste )


                  • CHALOT CHALOT 2 juin 2013 20:42

                    Antyréac !
                    La laïcité constitue « l’antithèse » de l’intégrisme
                    J’ai expliqué qu’en 1905 il y avait un contrat.
                    Je rajoute que faire des travaux dans la cathédrale de Paris ne procède pas de la subvention d’un lieu de culte mais de l’entretien d’un de nos patrimoines collectifs.


                    • docdory docdory 3 juin 2013 14:13

                      @ Chalot


                      Tu as bien fait de dénoncer cet incroyable scandale. 

                      Deux conclusions doivent en être tirées :

                      1°) Il faut adjoindre un volet répressif sévère à l’article 2 de la loi de 1905 (« la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte » ).
                      Serait passible des mêmes lourdes sanction que le délit de corruption toute personne, élue ou fonctionnaire, qui aurait reconnu, salarié ou subventionné un culte, et toute personne qui aurait tenté de faire reconnaître, salarier ou subventionner son culte par un élu ou un fonctionnaire.

                      2°) Considérant le fait que la liberté d’association a pour corollaire évident la liberté imprescriptible de ne pas faire partie d’une association et donc de ne pas cotiser pour une association si l’on n’en a pas envie, il faut adjoindre un article à la loi de 1901 stipulant que « la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucune association ». 
                      En effet, lorsqu’une association est subventionnée, le contribuable se retrouve, à son corps défendant, comme étant le cotisant obligatoire d’une association à la raison sociale de laquelle il peut parfaitement être en désaccord complet. Ceci ne peut plus être accepté dans une République censée être fondée sur les droits de l’homme.

                      La simple adoption de ces deux mesures de bon sens élémentaire permettrait de rendre impossible à l’avenir le genre de dérives que tu dénonces à juste titre dans ton article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès