Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La surpopulation est un crime contre l’humanité !

La surpopulation est un crime contre l’humanité !

Faites l'amour sans faire de victimes !

Le problème n'est pas le surpeuplement, mais le partage des richesses, disent les bons apôtres ! Pipeau !!

Une cure de désintoxication à grande échelle, progressive et durable, va s’imposer. Il faudra radicalement couper les ponts avec l’ancien mode de vie imposé par un capitalisme héritier d’un obscurantisme aux modes miniers et aux conséquences dégénératives pour la terre. Les causes majeures qui nous conduisirent aux crises écologique, énergétique et alimentaire, aux misères présentes et à l'effondrement annoncé sont la surpopulation de notre maison du Quaternaire, notre pétro-addiction insoutenable et la surconsommation de viande par les pays nantis.

De ces trois grandes menaces pour l’humanité, la première illustre le tabou des tabous, correspond à se prononcer sur l’indicible, à débattre du sacré, à remuer l’interdit. Comme tout sujet innommable, la langue de bois a toujours été de mise. Exhorter à une dépopulation volontaire et pacifique, ce n’est pas seulement affronter les groupes d’intérêts et d’influences qui s’engraissent sur la multitude, y compris dans sa version famélique, mais aussi se heurter au dogme largement consenti de la famille et à des tropismes religieux, y compris dans des pays dits laïques et aux familles éclatées.

Les errances majeures que sont la gestion abusive des ressources et une totale absence de régulation démographique portent en elle un naufrage et sont assimilables à un phénomène paradoxal que l’on peut désigner comme autogénocidaire. Ces deux comportements erronés sont si absurdes qu’on ne les appliquerait même pas à la maison !

Une nouvelle figure s’est instaurée depuis la moitié du siècle passé dans les pays du Sud, sous l’influence néfaste d’une incitation au lapinisme prôné par les colonisateurs judéo-chrétiens et arabes, et leur dogme monothéiste de l’homme divin et de la fatalité, c’est une inéquation considérable entre la dotation géographique et l’effectif populationnel. Un peu comme un berger qui dépasse la charge pastorale, c'est-à-dire le nombre de têtes que peuvent potentiellement nourrir les ressources fourragères locales, hypothéquant ainsi toute régénération possible, abus contreproductif qui se nomme surpâturage et confine à une néantisation écosystémique.

Toutes les sociétés n’ont pas pour économie l’industrie, le commerce ou les hautes technologies qui permettent, comme au Japon, à Hong-Kong ou dans la Silicon Valley de s’étager pour surpeupler une niche géographique étroite, ou encore l’activité de paradis fiscal ou de trafics véreux internationaux comme Monaco (avec une termitière humaine de 15.850 habitants au km2 !), Macao (17.800 h/km2) ou Gibraltar (4.700 h/km2). Pour avoir un ordre de grandeur, l’Australie n’abrite que 2,6 habitants au km2 ! La terre fertile d’une famille de cultivateurs exige davantage d’espace que l’ordinateur d’un escroc boursier !

Pour les peuples agricoles, ruraux et oubliés, ce sont les ressources paysannes qui doivent définir la taille d'une population, et non l'inverse.

Cessons de nous étonner qu'il y ait grand malheur à féconder un enfant tous les neuf mois et à proliférer sur des terres sèches, ingrates et infertiles, qui plus est préalablement appauvries par des abus d’usages agraires contractées par l’agronomie erronée d’une coopération pas toujours bien intentionnée. Il n’est guère possible pour une société rurale de survivre en contradiction avec les lois de la nature et sans éducation d’aucune sorte, qui plus est soumise à la tyrannie de cruels gouvernants aptes au détournement des aides alimentaires. Aspirine sans frontières fait ce qu’elle peut.

À qui profite le crime démographique ?

Derrière la bonne parole nataliste, à masque paternaliste, sont tapies d’immondes arrière-pensées économiques, militaires, nationalistes, racistes, souffrant d’une myopie écologique hypothéquant tout futur universel. Avec ce que l’on sait maintenant, encourager la surpopulation, c’est cautionner un crime volontaire contre l’humanité. Les ressources n’étant pas élastiques, l’appropriation des plus forts ne peut qu’entraîner une famine des plus faibles.

« Travail-famille-patrie » et ses variantes du style « dieu-patrie-roi », telles sont les trilogiques recettes des peuples mis en batteries, voués à la fécondation spontanée, corvéables à merci et disponibles sur un geste pour le plus grand profit des marchands d’armes soutenus par les dogmatismes religieux.

Un PDP à l’usage des Occidentaux !

Quant aux peuples nantis pour avoir piller le monde depuis des lustres, même en baisse, leur natalité n’est pas la bienvenue. Nous consommons et consumons dix, vingt, cent fois plus que les habitants des pays du Sud. Qui plus est, la Terre étant une île, nous les contaminons à distance, ce qui est le comble de l’inique.

Puisqu’il faut un permis pour conduire une simple bagnole, il faudrait établir un permis de procréer (PDP) pour concevoir l’enfant souhaité, lequel ne serait accepté qu’après étude du dossier socio-économique. Quant aux allocations familiales, il y a urgence à les supprimer, voire à instaurer une taxe dès le second enfant, et une surtaxe pour les familles nombreuses. C’est peut-être malthusien mais il n’existe aucun autre échappatoire à l’inconscience procréative de certains.

Veut-on vraiment s'en sortir ?

Regardons la réalité en face, ne cherchons pas de faux-fuyants, nous les colonisateurs au grand cœur, extorqueurs des ressources et vandales de la planète. En continuant à surexploiter la Terre nourricière, à en piller les ressources, à massacrer le vivant, à torturer le monde animal, à notre seul et égoïste profit, en prônant des bons sentiments humanistes dont on sait l'impraticabilité depuis que nous professons des versets de morales..., où allons-nous ?

Veut-on vraiment s'en sortir ? NON !

J’ai écris un pamphlet infrarouge sur le sujet. Il fit scandale. Mais depuis, on ose remettre en cause la procréation égoïste et inconsciente, le vocable surpopulation n’est plus un gros mot et les familles nombreuses n’ont plus le vent en poupe.

À l'occasion du passage aux 7 milliards, la démographie inhumaine et hors-sol des démographes-économistes ne fut pas le seul son de cloche, de nombreux médias ont enfin communiqué sur l'aspect majeur de la surcharge démographique, celui écologique et de la raréfaction des ressources.

Faire des enfants tue la planète ! Éloge de la dénatalité
Ce n’est pas un livre, c’est un cri !
La Terre n’est ni extensible, ni rechargeable…
Si on aime les enfants, il ne faut pas en faire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

122 réactions à cet article    


  • non667 17 novembre 2011 10:50

    à michel
     oui sur le constat et le principe général

    maintenant pour les décrets d’applications :

    observation : ils savent ( le N.O.M. )qu’au contraire du pharaon qui avait besoin de millions d’esclaves pour assurer sa magnificence eux n’ont besoin que de quelques esclaves (bien bêtes pour éviter les révolutions ) et des millions de robots informatisés qu’ils possèdent déjà

    voila une réaction que j’ai du poster une dizaine de fois sur A V :( les chiffres sortis à la louche de ma tête ne sont pas si éloignés des vôtres )

    ils savent (l’élite )depuis longtemps que la terre ne peut nourrir de façon pérenne plus de 2 milliards d’habitants ! (les centaines de milliers d’années d’avant le progrès technique /médical le prouvent )
    le problème de cette élite ,de ce peuple élu est donc : comment supprimer 4,5 milliards d’habitants qui pompent l’air inutilement pour eux ?

    comment faire baisser la consommation /pollution des survivants afin de mieux leur en laisser(a l’élite ) et pour plus longtemps ? :
    en augmentant les prix pour la consommation .(ça vient )
    en mettant des taxes pour la pollution .(c’est parti :taxe carbone !)

    pour les 4,5
    avortement ,préservatifs , destruction de la famille , hédonisme ..... en route pour l’occident . mais pour les autres notamment les musulmans ?
    mais ça n’irait pas assez vite alors il faut ajouter d’autres solutions !

    la bombe atomique ? impensable ça pêterait de tout les cotés , elle ne fait pas de détail , contamine trop longtemps le territoire , de plus le vent tourne et n’a que faire des frontières ! alors ?
    bombes à neutrons : pas assez ciblantes
    les armes chimiques, bactériologiques même problème

     euréka j’ai trouvé !
    et si on fabriquait un virus génétiquement modifié (genre sida + ) qui épargne seulement un type de population qui possède un génome particulier acquis (ogm ,« vaccins préventifs » ) ou inné (gène d’Abraham par exemple , les israëliens font des recherches dans ce sens ,vérifiez sur net ).

     

    comble du cynisme :
    la recherche coute cher alors on peut la faire financer par des dons de la populace en organisant des génétons et en disant que c’est pour soigner des maladies héréditaires alors que c’est pour sa mort . 


    • appoline appoline 17 novembre 2011 18:28

      Le sénateur MacNamra avait déclaré à l’ONU que les seules façons de réduire la surpopulation étaient la famine et la maladie, c’était en 45 il me semble. Ca travaille l’élite depuis bien longtemps, quant aux fameux virus, diverses campagnes ont déjà eu lieu ainsi que diverses campagnes de stérilisation de masse. Mais tant, que la réalité ne sera pas dite clairement, que des mesures adaptées ne seront pas mises en place, nous courrons plus que jamais droit dans le mur


    • non667 17 novembre 2011 22:08

      à) barrak
      non pas d’esclavagiste ? ceux qui ont construit les pyramides etaient des salarier volontaires payés aux smig + 20% ? smiley smiley


    • cathy30 cathy30 17 novembre 2011 10:53

      M Tarrier
      vos parents auraient dû faire preuve de beaucoup d’amour envers leur enfant, cela nous auraient éviter cet article lamentable.
      Salauds de pauvres.


      • Rounga Roungalashinga 17 novembre 2011 10:58

        Salauds de pauvres.

        C’est exactement l’esprit de l’article, qu’on pourrait traiter, si on était un tantinet taquin, d’être d’extrême-droite et raciste.


      • appoline appoline 17 novembre 2011 18:30

        Cathy, 


        Vous avez juste une idée de ce que vont bouffer vos arrière petits enfants ? La manière dont ils vont vivre ne vous chagrine pas non plus ? Vous avez tort, vous verrez déjà l’année prochaine comment le monde va s’orienter.

      • rastapopulo rastapopulo 17 novembre 2011 20:58

        Les européens ont les normes environnementales les plus stricte au monde. Le plus grave est la pollutions des cours d’eau mais la priorité au bio réglerait le problème. La panique pour ne pas raisonner par contre n’aide à rien si ce n’est une autre révolution paravent pour les financiers à la base du malthusianisme, de la CO2phobie,...


      • Hétérodoxe 17 novembre 2011 23:28

        Cathy, c’est beau les bons sentiments ... et c’est tellement commode !!

        Ca permet d’avoir sa bonne conscience pour soi en s’essuyant les pieds sur son prochain.

        T’as raison, c’est tellement mignon un pauvre qu’il serait bien dommage de s’en passer, hein ?!


      • Rounga Roungalashinga 17 novembre 2011 10:57

        Si la surpopulation est un crime, qui est le coupable ?
        Une bonne guerre ne résoudrait-elle pas tout ? Ou une extermination massive ?
        A quoi sert-il de réduire la natalité des pays développés alors qu’elle est déjà en baisse et que les natalités fortes sont le fait de populations pauvres ?


        • chapoutier 17 novembre 2011 11:08

          et évidement l’obtention du PDP serait conditionné par les yeux bleus et la chevelure blonde des postulants.


          • foufouille foufouille 17 novembre 2011 11:28

            plutot a la taille du portefeuille
            les tarrier sont ecolos, meme en prenant l’avion souvent


          • Tristan Valmour 17 novembre 2011 11:08

            Monsieur Tarrier,

            Vous avez perdu absolument toute crédibilité en nous présentant hier votre fille. Vous ne pouvez pas d’un côté annoncer que faire des enfants est un crime contre l’humanité, et de l’autre… en faire. Combien au juste ? Bref, vous êtes à l’image de ces profs qui critiquent le Privé et…. mettent leurs enfants dans le Privé. A l’image de ces députés qui appellent à plus de rigueur budgétaire et…. refusent une baisse de seulement 10% de leur rémunération. La liste est longue. Vous n’avez pas un petit 4x4 quelque part, combien de fois prenez-vous l’avion ? Quel est votre bilan carbone personnel ? Allez-vous bientôt nous présenter un compte paypal pour recueillir les dons ?

            Cette absence totale de crédibilité inhérente à votre situation personnelle de père de famille, qui se transforme en « père de ma fille » (pour assurer sa promotion) se double d’une absence de sources et de chiffres fantaisistes. Nous constatons peut-être ici les limites de l’autodidacte, prisonnier de ses seules perception et émotion.

            Laissez l’écologie aux vrais écologistes, à ceux qui ont une vision systémique et scientifique du problème, à ceux qui sont capables de dépasser leur perception ; à des gens par exemple comme Joël de Rosnay.

            Même si souvent je n’étais pas d’accord avec vos positions extrémistes, vous m’étiez néanmoins sympathique parce que vous relayiez le message – trop rare - sur le besoin de conserver la diversité du vivant et de respecter davantage les espèces animales et végétales. Aujourd’hui vous ne m’apparaissez plus que comme une sorte de gourou qui veut régner sur une niche idéologique et vendre ses livres via agoravox. 

            Pour terminer – et rassurez-vous, je n’interviendrai plus sous vos billets parce qu’ils se ressemblent tous et vous laisse à votre troupeau de fidèles qui comme tous fidèles ont troqué la raison contre l’émotion -, à l’amoureux des citations que vous êtes et dont vous abreuvez le lecteur à profusion, je souhaite offrir celle-ci :

            « La citation tient lieu d’esprit à celui qui n’en n’a point »


            • leguminator 17 novembre 2011 11:57

              J’en arrive aux mêmes conclusions que toi Tristan : Tarrier est une sorte de gourou / illuminé qui assène ses idées tel un dogme forcené hermétique à toute argumentation contradictoire.

              Il souhaite défendre la planète, mais qu’est-ce que la planète ? La Terre a connu des périodes différentes avec des habitants qui sont toujours parmi nous, tels les crocodiles et les requins, et d’autres qui ont fait leur temps, tels les dinosaures et Neanderthal. Ses habitants changent mais la planète subsiste même si elle comporte des changements. Cela ne veut pas dire pour autant que je défends les dérives que chacun peut constater.

              Du coup je vois Tarrier tel un Dr Folamour qui souhaite figer la Terre dans l’état où il l’a connue sans se soucier de savoir ce qu’en pensent ni les autres, ni la planète elle même pour les plus mystiques. Bref encore quelqu’un qui sait ce qui est mieux et qui veut l’imposer à tout le monde.


            • René 03 René 03 17 novembre 2011 18:01

              Vous ne savez sans doute pas lire ou ne lire que ce qui vous intéresse, mon ami Michel Tarrier n’a jamais dit qu’il ne falllait pas procréer mais mais écrit en clair qu’il faut ne pas dépasser un ou deux enfants par femme.

               Et vous de combien d’enfants avez-vous surpeuplé cette pauvre terre ? (surpeuplé c’est au delà de deux) .

            • appoline appoline 17 novembre 2011 18:36

              Il s’agit simplement de regarder la réalité en face, vous ne voyez pas, bon sang, la vitesse à laquelle tout se dégrade. Un peu de bon sens enfin, nous ne pouvons même pas imaginer ce que sera la vie dans un pays comme la France dans 20 ans, 20 ans c’est long et c’est court. Nous n’arrivons même à enrayer cette crise, vous ne voyez pas l’emballement depuis 2008 et ce serait un honneur de jeter un enfant dans cette merde alors qu’on ne sait pas s’il pourra se nourrir......Vous comprenez maintenant pourquoi ça va basculer


            • rastapopulo rastapopulo 17 novembre 2011 20:30

              Tout mélanger ne constitue pas un argument. Sauf pour le statu quo.


            • pierre60 pierre60 17 novembre 2011 11:14

              « Des enfants, on en ramasse à la pelle dans ce pays [le Niger] — est-ce un pays ou un cimetière ? — où le taux de fécondité des femmes est le plus élevé du monde, neuf enfants en moyenne par couple. Un carnage. Les coupables sont facilement identifiables, ils signent leurs crimes en copulant à tout va, la mort est au bout de leur bite, ils peuvent continuer parce que ça les amuse, personne n’osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l’humanité : faire des enfants, le seul crime impuni. On enverra même de l’argent pour qu’ils puissent continuer à répandre, à semer la mort ».
              Pascal Sevran,
              PS
              La mort aurait pu etre au bout de la sienne aussi, mais on avait pas a craindre la surpopulation.


              • appoline appoline 17 novembre 2011 18:37

                Oui mais en attendant, il avait raison


              • le poulpe entartré 17 novembre 2011 22:06

                Heureusement Pascal Sevran a eu la bonne idée de passer l’arme à gauche et d’éviter à la sécurité sociale de supporter le coût d’un grabataire sénile radoteur, bavant du matin au soir avec la régularité d’un métronome, ses conneries pétainistes ponctuées des refrains sortis des partitions de croix gammées.

                Quant à l’auteur, s’il pouvait passer aux travaux pratiques en commençant par lui-même, on pourrait éternellement le remercier pour sa contribution à la survie de l’humanité.
                 


              • pierre60 pierre60 28 novembre 2011 09:35

                Il n’avait pas raison. Il avait tort.
                Le premier des crimes contre « l’humanite » (a part l’assassinat) c’est de ne pas faire d’enfant du tout.
                C’etait exactement le cas de Pascal Sevran.


              • Talion Talion 17 novembre 2011 11:44

                Donc pour l’auteur, quand les autres font des gosses c’est un crime contre l’humanité... Par contre quand lui il en fait là il n’y a aucun problème !

                Hypocrisie quand tu nous tient !  smiley 

                Si l’auteur souhaitait paraitre un minimum crédible, il aurait dû avant d’écrire cet article commencer par flinguer ses gosses, faire stériliser sa femme et se soumettre lui-même à une vasectomie.

                Je ne sais pas pourquoi, mais je pense que notre ami est un grand fan de John Holdren et de son projet de stérilisation forcé des pauvres et de mise en place d’un « permis de procréation ».


                • leguminator 17 novembre 2011 13:39

                  Comme pour tout flingueur il faut savoir commencer par les bonnes personnes, à savoir soi-même  smiley


                • appoline appoline 17 novembre 2011 18:42

                  Talion, 


                  Vous verrez quand vos enfants seront obligés de presque tapiner pour pouvoir bouffer, quand le système sera à terre à force d’avoir été vampirisé. Un regret viendra, mais qu’est ce qu’on a fait, si on avait su tout ce qui se passe.
                  Vous ne voyez pas la glissade de 2008 (elle avait commencé bien avant d’ailleurs), là, ce n’est rien encore, attendons juste quelques mois

                • rastapopulo rastapopulo 17 novembre 2011 20:33

                  Mais de quoi vous parlez ? Des milliards de gens tapinent ou sont esclaves indépendamment de la situation écologique par simple archaïsme social.

                  Se focaliser sur l’imposition de normes, même écologique, au lieu d’élever leur niveau de vie en priorité pour qu’il décide d’eux même de préserver la nature est la seule option non dictatoriale.

                  En plus ce n’est en rien le nombre qui est déterminant mais les modes de production.


                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 novembre 2011 12:24

                  On notera que la province du Québec au Canada fait face à un problème de dénatalité qui les oblige à faire de gros efforts pour que des personnes viennent le repeupler.

                  Cette nouvelle devrait mettre du beaume au coeur de l’auteur : la dénatalité est possible sans contraintes à condition de disposer d’un cadre culturel adéquat.

                  De vastes études en perspective !


                  • appoline appoline 17 novembre 2011 18:44

                    Alois,$


                    Vous avez envie vous, d’aller vous peler les miches à - 40° ? Vous comprendrez aisément la hausse de la démographie dans l’ Hérault et non le Pas de Calais.

                  • rastapopulo rastapopulo 17 novembre 2011 20:34

                    Quelle ignorance. Le Québec refuse énormément de monde, dont des diplômés, parce qu’il est sélectif. 


                  • appoline appoline 18 novembre 2011 17:38

                    Le Canada ne ramasse la lie comme on le fait chez nous.


                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 novembre 2011 12:40

                    Il suffit d’empêcher les gens du tiers monde de venir s’établir chez nous ( même par mariage ) et on n’aura plus de problème de surpopulation.

                    Et si dans d’autres pays ils ont des problèmes de surpopulation ils pourront les régler à leur façon : par la famine , les épidémies, la guerre ou d’autres solutions à leur goût.

                    Nous n’avons pas à importer chez nous les conséquences de la non gestion démographique des pays sous développés qui le sont justement à cause de leur natalité débridée.


                  • jaja jaja 17 novembre 2011 12:47

                    "Il suffit d’empêcher les gens du tiers monde de venir s’établir chez nous ( même par mariage ) et on n’aura plus de problème de surpopulation."

                    Il ne restera alors plus qu’un gros problème si cela ce faisait : la résistance au fascisme...


                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 novembre 2011 13:00

                    Ben non tout ira bien, il suffit de changer quelques lois trop laxistes qui favorisent l’importation de chômeurs du tiers monde : avec ça, le nombre de chômeurs diminuera naturellement et on vivra mieux et dés lors plus personne n’éprouvera le besoin de voter pour l’extrème droite.

                    Que du bonheur en perspective...sauf pour ceux qui ont besoin de chômeurs pour se faire élire et se la couler douce ensuite.

                    Pourquoi devrions nous subir les problèmes de surnatalité des autres pays ?



                  • appoline appoline 17 novembre 2011 18:47

                    Ne vous inquiétez pas, nos élites vont s’occuper de cela, réduire la population mondiale reste leur but. Certains disent 2 milliards, d’autres descendent jusqu’à 500 000 millions. Et puis, dame nature risque aussi d’y mettre son grain de sel, elle va se débarrasser de ses puces.


                  • rastapopulo rastapopulo 17 novembre 2011 20:36

                    J’hallucine devant autant de révérence....

                    Au moins vous êtes honnêtes contrairement à « l’élite ».


                  • Hermes Hermes 17 novembre 2011 13:16

                    Bonjour,

                    il y a une chose (au moins) que vous ne prenez pas en compte ou que vous ignorez : l’instinct de survie de l’espèce. Il se manifeste d’ailleurs systématiquement dans les situations de troubles ou quand le risque d’extinction est fort.
                    Tous les travailleurs sociaux le savent : c’est dans le situations d’urgence matérielle ou psychologique que surviennent des grossesses qui tout bien considéré ne sont pas toujours réellement désirées.
                    Le phénomène d’expansion de l’humanité est une réalité. Que l’on oeuvre à le maitriser pourquoi pas, mais le juguler autoritairement est une utopie. Et la meilleure maîtrise réside dans la diminution des situations d’urgence.

                    La planète terre ne suffira pas ? Non surtout si on continue à s’entredéchirer et à détruire les ressources. L’investissement dans la destruction est aujourd’hui collosal  : via l’armement et les conflits ou dans la notion de croissance économique qui nécessite la production de biens de consommation jetables dans des chaines de production destructrices.

                    L’origine de tout cela on la connaît : le culte de la recherche du pouvoir, de la fortune, de la réussite et de la compétition.

                    Toute cette énergie pourrait être investie profitablement dans la conquête spatiale, car il faudra un jour étendre notre terrain de jeu, mais il faudrait une révolution des mentalités car les difficultés technologiques sont bien plus importantes qu’on l’imaginait, et aujourd’hui, les « élites privilégiées » n’ont plus envie de relever ce défi qui n’est absolument pas « rentable » à court ou moyen terme. Elles penchent plutot dans votre sens d’ailleurs.

                    La révolution des mentalités prendra du temps, mais elle est nécessaire pour toutes ces raisons. Elle nécessite à la base la valorisation des énergies vitales, et en tout cas pas leur mortification.

                    Bien cordialement.


                    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 novembre 2011 13:30

                      Non, dans le tiers monde ils font plein de gosses pour qu’il y en ait assez qui veillent sur eux quand ils seront vieux.

                      C’est aussi simple que ça et pour le reste, ils se fient à la chance pour que leurs enfants prospèrent et puissent les entretenir plus tard en dépit du manque de terres agricoles disponibles ( forcément , quand un champ est divisé en dix, il donne dix fois moins de nourriture ) et qui doivent donc s’exiler dans des villes où à l’étrager où ils espèrent trouver un hypothétique travail.

                      Tant qu’on acceuille inconsidérément tous ces gens ils continueront à produire déraisonablement des enfants qui finiront forcément par venir chômer et délinquer chez nous vu qu’aileurs il n’est plus possible de survivre.


                    • Hermes Hermes 17 novembre 2011 16:42

                      Pourquoi ce NON ? Vous parlez vous aussi de l’instinct de survie il me semble ? NON à quoi ?
                      Merci d’expliciter, j’avoue ne pas comprendre.


                    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 17 novembre 2011 17:10

                      Le fait qu’ils fassent beaucoup d’enfants est en partie lié à leur culture qui les encourage à avoir des familles nombreuses, crise ou pas crise. C’est également une manière d’obtenir le respect de leurs pairs.

                      Dans le temps - avant qu’on aille les coloniser - les surplus de populations disparaissaient par la guerre, la famine et les épidémies et cette attitude ne posait pas de problèmes étant donné qu’il n’y avait qu’à faire la guerre aux voisins pour avoir plus de terres ... ou moins de paysans sans terre suite à une défaite.

                      Ces pratiques ne sont plus envisageables actuellement, bien qu’on pourrait se poser des questions sur les conflits africains actuels qui semblent liés à la surpopulation et le besoin de prendre les terres du voisin.



                    • appoline appoline 17 novembre 2011 18:53

                      L’instinct de survie, vous ne le connaissez pas, tout simplement parce que vous n’avez jamais eu à vous battre pour respirer. Soyez lucide un peu Alois, je pense même que si nous changions radicalement dès demain, beaucoup resteraient sur le tapis. Nous avons joué, notre bêtise nous perdra


                    • rastapopulo rastapopulo 17 novembre 2011 20:39

                      Mais de quoi vous parlez ??? L’essence étaient au plomb il y a pas longtemps et la suie du charbon (nécessaire en masse pour les pseudo-renouvelable) de chauffage fessait des ravages.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès