Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le graphique au noeud coulant : des salariés à pendre

Le graphique au noeud coulant : des salariés à pendre

Ce petit graphique, tiré de la page 32 du document "Réussir ACT" continue de faire sa vie, jusqu’à devenir un symbole.
Alors qu’il a fait partie d’un concept tendant à vouloir "faciliter des projets de mobilité" de l’entreprise France Télécom (traduction simultanée : de dégraissage) il vient dessiner la perspective d’avenir du salariat dans une société malade : la corde du pendu.

Rendons à Sud PTT ce qui lui appartient, lui qui fut le premier à mettre à disposition sur internet la plaquette "Réussir ACT" datée de mars 2007, destinée aux "managers" de France Télécom, sur l’art et la manière de contourner, culpabiliser et rendre acteur principal le salarié dans sa propre déchéance identitaire dans une restructuration interne, pour l’en éloigner. Et qu’ainsi l’entreprise continue de son petit bonhomme de chemin dans la rentabilité. D’autres (1), (2°) s’en firent l’écho.

S’il faut en croire les indications des bas de pages du document, la société Orga Consultants, basée à Neuilly sur Seine, en serait le concepteur. Son "management et la gestion des hommes" se résumeraient ainsi : "La gestion du capital humain, levier de performance et de changement". L’approche de son "savoir faire" se termine toujours par un camenbert morcelé.

En l’occurence, le camembert ne renferme pas des asticots, mais les salariés de France Télécom chez qui " la mobilité forcée", déjà décortiquée dans une étude d’octobre 2008 (mais non lue par les dirigeants de France Télécom ?) a conduit aux drames qui font l’actualité.

Lire "Réussir ACT " (ACT= « Anticipation et Compétences pour la Transformation ») rend intelligent... Bon dieu, mais c’est bien sûr, dit le lecteur : ! Ils font cela partout ! Ils font cela dans mon entreprise aussi ! Le mécanisme décrit, c’est celui que je connais : mon employeur fait lui aussi de la prose sans le savoir (! ?).
Bien entendu, s’agissant d’une structure comme France Télécom, le concepteur s’est méfié de réticences probables chez l’encadrement "executant". Qu’à cela ne tienne. Pour séparer le bon grain de l’ivraie, mais aussi pour se séparer sans état d’âme des "bons", on va "décentraliser" au maximum vers "le bas" le processus de désintégration sociale, le transférer au petit chef, le kapo d’en bas qui fera bien l’affaire. Il lui suffira de lire l’argumentaire et s’y conformer, où il est écrit que par« ... l’écoute, empathie, le questionnement, argumentation, attitude positive… » tout sera circonvenu, donc réglé.


Et puis, la technique s’affine : on y apprend à " Apprendre à combattre les « ...freins psychologiques... » des salariés", et, pour qu’ils soient "... les instruments d’une politique de départs difficile à assumer », on suggère de transférer la responsabilité des ruptures à venir sur les victimes désignées !
Bien joué, Bill !
C’est bien là que réside le tour de force : avoir théorisé sur le transfert de la "responsabilité" du décideur vers le salarié, en faire un mode de gestion. Jouer à chat perché la vie de l’individu en lui donnant l’impression qu’il a "choisi". Jusqu’à choisir sa corde.

Ils sont chouettes nos temps modernes, non, qui nous offrent des décideurs sans visage et sans nom ne voulant plus signer en bas de la page les décisions qu’ils ont prises ?

Quoi, la maltraitance au travail serait programmée  ?
Où allez-vous chercher tout cela ?

Pendant ce temps là,
> les cours du pétrole augmentent de + 5% .
> à la Bourse, le CAC40 remonte ("... que du positif disent les investisseurs)
> le chômage continue de grimper.
> le président Sarkozy veut un "sommet des pollueurs avant Copenhague"

Puisqu’il veut "sortir des jeux de rôle", que le "temps n’est pas notre allié... notre juge", que "nous sommes déjà en sursis", j’ai une modeste suggestion à faire à notre président de la République, au risque d’être aussi pendu à un croc de boucher  : si ce sommet de chefs pollueurs pouvait aussi examiner et prendre des décisions d’alarme (et continuons de raisonner par l’absurde, décider de sanctions, peut-être) sur les conséquences des modifications (la casse) récentes du code du travail en France sous la houlette du Président français, ce serait une bonne chose. J’allais écrire que "ce serait justice".
Mais non.
Parce que la justice s’en est allée, fondue dans les espaces asociaux d’une société glacée, dont le permafrost s’alimente du non partage et de l’écrasement des plus pauvres.
N’y allons pas par quatre chemins : dans le même temps qu’on endort le quidam en "twittant"avec Clearstream ou sur de prétendus fantasmes VGE/Lady Di, s’installent la résignation pour ligne de vie, et, sans crier gare, les plus grandes désespérances, en cortèges explosifs.
Il suffit de bien regarder autour de nous ce "phénomène" actuel et lui
donner un sens : des mouvements sociaux naissent et vivent en dehors des confédérations syndicales...
Oui, je sais, des lecteurs diront "Encore un qui prédit des catastrophes quand rien ne s’agite autour de nous". Que, justement, la rareté des manifs fait rigoler le Président.
A voir.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 24 septembre 2009 12:45

    Merci pour cet article sur la réalité du monde de l’entreprise , c’est devenu vraiment une jungle pour les salariés au profit de quelques prédateurs !


    • jakback jakback 24 septembre 2009 12:57

      Tout cela est vrai et bien décrit, malheureusement pas nouveau pour les salariés du privés. On imagine aisément le tsunami psychologique chez les agents du service public.


      • SURVEYOR 24 septembre 2009 13:06

        Leur cynisme n’a d’égal que leur avidité sans bornes.


        • Gourmet 24 septembre 2009 13:17

          C’est une tendance qui s’affirme depuis presque 20 ans désormais :
          - rentabilité, productivité à l’avantage de quelques uns et au détriment de masse de salariés.

          Il est bon de le répéter, répéter sans cesse et de profiter des tribunes qui nous sont offertes.
          Mais il faut aller plus loin.

          Tenir des registres (à l’image de ce qui se passe sur les députés avec deputesgodillots.fr par exemple) sur les conditions de travail de telle ou telle entreprise (petite ou grande), l’état de ses finances, son climat social.
          Ceci afin que le public sache et que les futurs embauchés sachent également.

          Car enfin, doit-on trouver normal que le cours de bourse d’une entreprise explose lorsque celle-ci annonce des suppressions d’emplois ?

          Est-il normal qu’une entreprise licencie alors qu’elle réalise des bénéfices faramineux et verse donc en conséquences des dividendes somptueux ?

          Un exemple récent est le groupe PPR : presque 2000 licenciements (même pas pris la peine d’un plan social alors que c’est obligatoire) mais plus de 400 millions d’euros versés aux actionnaires !
          On ne l’a pas entendu le gouvernement sur ce sujet ! Et Estrosi ne s’est pas déplacé à la FNAC ou à Conforma ou au Printemps pour autant.

          db


          • sheeldon 24 septembre 2009 15:38

            bonjour

            très bon article merci

            http://www.acrimed.org/article3216.html

            cordialement


            • fhefhe fhefhe 24 septembre 2009 16:17

              Je l’ai maintes fois dit sur mes commentaires...La diffèrence est énorme entre un Directeur du Personnel« et un »Directeur des Ressources Humaines« ....

              A Manager enlevez le second A et vous obtenez »Manger« ...voilà pour quoi bon nombre de Cadres Supérieurs ont un sourire de Carnassiers !!!!

              Les  »Cost-Killers« se transforment en »Snipers« dans les bureaux ....leur paroles , sont des tirs à bout portant (ou touchant) pour Blesser ou Tuer le salarié...

              Je me répète encore une fois à la Recherche du Maximum de Profit pour un Minimum de Coût...conduit à l’Esclavage , au Camp de Travail... !!!

              En effet , le »Toujours" moins cher....conduit au ZERO coût... 

              Coût x ...x1 < x 2 < x 3 ...moins cher est une relation d’ordre stricte. Les coûts successifs de x forment une suite numérique positive strictement décroissante.

              La suite des x tend vers Zéro...ET l’atteint !


              • Jurassix Jurassix 25 septembre 2009 08:37

                Ce qui me chagrine, c’est ce genre de message, tout à fait équivalent à « les fonctionnaires sont tous des feignasses ».

                • Non, un Manager, c’est pas un requin qui a son salaire indexé à l’inverse du moral des troupes.
                • Non, un Manager, c’est pas la belle vie, quand les choses vont bien, c’est grâce à son équipe, quand elles vont mal, c’est de sa faute.
                • Non, le cost-killing n’est pas synonyme d’employee-killing.
                La recherche du « max de profit », c’est pas comme celà que la plus part des entreprises fonctionnent. Du profit oui, mais pas à tout prix.

                Pour FT, c’est un changement de mentalité qui fait très très mal, quand on passe du public au privé... Et pour me mettre sur la même ligne que vous, de la glande au travail.
                Même si je n’en pense pas un mot.


              • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 24 septembre 2009 17:09

                Il est vrai, étant donné que les chefs sont la plupart du temps mauvais, que le principe du « matage » spartiate s’applique en entreprise. Que ce soit un prestataire intérimaire ou un interne en fixe. La raison est le mauvais départ à l’origine. Mais si tout en haut de la pyramide un et un seul directeur est de mauvaise volonté (pour une raison quelconque) alors c’est toute l’entreprise qui est vérolée ne pouvant permettre l’essort de bons et vrais chefs.


                • bor1s bor1s 24 septembre 2009 17:17

                  Le gain et l’appât du gain... n’importe quel homme se pendrai les pieds dedans...
                  Les consultants en « comment faire plus de tune » sont des prédateurs, se foutent du social.
                  On leur apprend à n’avoir aucun sentiment, le contrat réglé leur font évanouir tout soupçon culpabilité et leur donne envie de repartir à la pêche...
                  Ces gens là sont des fabricants à chômeurs  !


                  • Cap2006 24 septembre 2009 19:18

                    Salarié de FT depuis plus de 20 ans, je travaille tous les jours, comme la grande majorité de mes collègues, à satisfaire nos clients ... dans un environnement permettant à chacun de trouver sa place. Tout n’est pas parfait...
                    Je vous synthétise un enquête conduite dans mon entité ( sans prétention qu’elle soit représentative de tout le groupe)

                    D’après une enquête CHSCT d’une entité de FT, organisée en  2009, disponible à tout salarié du groupe dans l’intranet.
                     Il s’agit d’une entité commerciale et de gestion commerciale  en pleine réorganisation au moment de l’enquete, avec une population plutôt plus jeune et plus féminisée que la moyenne FT.
                    1- 77% du personnel non cadre a la possibilité de modifier ses horaires si besoin, et 49% fixent très souvent/assez souvent eux même leurs horaires de travail.
                    2- En cas de surcharge d’activité :
                     —> 50% des employés et 15% des cadres/maitrise ne rallongent pas ou rarement leur journée… 82% et 56% ne sautent ni ne raccourcissent le repas … 62 % et 41% prennent quand même leur pause… et 50% et 31% prennent le temps nécessaire à bien faire le travail…
                     —> 86% des cadres/maitrise sédentaires n’emportent jamais ou très rarement du travail à la maison…(seul 3% des non cadres emportent de assez souvent ou très souvent du travail à la maison)
                    3- Il y a des difficultés :
                     —> La course permanente après les délais est source de stress pour 57% des personnels
                     —> 82% des personnels se plaignent de devoir abandonner un travail en cours, pour en faire un autre.
                     —> 95% des personnels sédentaires se plaignent de fatigue visuelle…
                     —> 24% des personnes interrogés anonymement ont peur d’exprimer un avis sur le souhait d’un changement de poste, pour seulement 4% vis-à-vis de la consommation de drogue, de calmants et d’alcool)
                     —> 70% notent une dégradation des conditions de travail depuis les 12 derniers mois.
                     —> 58% des personnels nomades déclarent ne pas du tout avoir, ou plutôt pas avoir, d’objectifs atteignables et des consignes clairement définies
                    4- La situation est positive
                     —> Les personnels jugent ainsi leur travail :
                      l

                    le travail

                    non cadres

                    cadres

                    permet d’apprendre

                    86%

                    88%

                    est varié

                    89%

                    91%

                    permets l’initiative

                    60%

                    71%

                    soutien et coopération suffisant

                    78%

                    83%

                    est reconnu

                    82%

                    80%

                     —> 65% des personnes disposent de la formations et d’informations suffisantes et adéquates, pour un travail de qualité ( 4,6% pas du tout)
                     —> 58% des personnes ont des objectifs atteignables et des consignes clairement définies, pour un travail de qualité ( 3,8 pas du tout)
                     —> 80% s’estiment suffisamment formés pour faire le travail demandé
                     —> 59% en suivi une formation ou fait l’objet d’un soutien ... 42% on aidé un collègue
                     —> 51% ne souhaitent pas changer de job…. Contre 26% qui déclare le contraire ( 24% préfère ne pas se prononcer)
                     —> 20% ont été sollicité par le management pour changer de job... contre 63% qui disent ne pas avoir aborder le sujet.

                    5- État de santé
                     —> 12% prennent des somnifère, autant des anxiolytique, 8% des antidépresseurs 
                     —> Cette pratique médicamenteuse est plus répandue chez les non cadres et les sédentaires..
                     —> Absentéisme inférieur à la moyenne : seuls 14% > 10 jours, dont 4% > 25 jours et 1% > 70jours


                    • freelol freelol 25 septembre 2009 07:59

                      Merci pour le flood


                    • Cap2006 24 septembre 2009 19:21

                      Désolé, le tableau n’est pas passé aussi bien que la prévisualisation

                      —> Les personnels jugent que leur travail :
                        le travail...           non cadres cadres/maitrise
                        permet d’apprendre 86%  88%
                        est varié                   89%  91%
                        permets l’initiative 60%  71%
                        soutien et coopération suffisant  78%  83%
                        est reconnu                82%  80%


                        • Yohan Yohan 25 septembre 2009 08:57

                          Là, Faudrait peut-être éviter l’exagération. Les stats disent que globalement les français sont heureux au travail et je sais qu’à ’étranger on nous jalouse pour notre culture du temps libre.
                          Si ça vous intéresse je peux vous donner une tendance issue de mon entreprise où par principe les salariés se plaignent toujours dans les réunions d’avoir trop de boulot, alors qu’on travaille moins à cause de la crise.
                          De plus, dès qu’on a des fenêtres pour se développer, ils rechignent en disant qu’ils ne sont pas formés pour ça, alors que c’est faux. En fait, c’est le changement qui leur fait peur. Ils sont dans une bulle confortable et ils ont perdu l’habitude de se battre


                          • taktak 25 septembre 2009 11:42

                            Oué tous des larves, flemmardes et peureuses.

                            Une bonne réflexion de manager.


                          • Pépé le Moco 26 septembre 2009 12:16

                            Il est intéressant de consulter le site de cette fameuse société : Orga Consultants (lien)
                            Ses secteurs d’activité sont multiples : automobile, santé, retraite, média,... (Etonnant non ?)
                            Il ne faut hésiter à leur laisser un gentil petit message (« contact », situé en haut de la page).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès