• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le retour de la machine à supprimer le dimanche

Le retour de la machine à supprimer le dimanche

Ce dimanche 26 avril, c’est par la voix de Brice Hortefeux, « l’ami de trente ans » du Président, devenu l’actuel Ministre du Travail, que les grincements de la machine à supprimer le dimanche se font à nouveau entendre. Il était l’invité du « Grand rendez-vous », sur Europe1.

Promesse de campagne ? "Nous n’y avons pas renoncé".

Le Ministre a rappelé qu’il s’agissait d’un engagement de campagne pris en 2007 par le candidat Sarkozy : "nous n’y avons pas renoncé", "cet engagement doit être tenu et il sera atteint", a-t-il asséné.

M. Hortefeux s’est bien gardé de parler de certaines autres promesses de campagne de son candidat : en 2007, Nicolas Sarkozy avait aussi promis de rétablir l’équilibre des comptes publics, de faire baisser le taux des prélèvements obligatoires, de ramener le plein-emploi et d’améliorer le pouvoir d’achat. Du boulot, pour un Ministre du Travail...

Une nouvelle proposition de loi... écrite par le Gouvernement, et discutée... pendant les grandes vacances !

Et le Ministre d’annoncer le prochain dépôt d’une nouvelle "proposition de loi" (censée être d’initiative parlementaire, dont le circuit législatif est plus simple que celui d’un "projet de loi", d’initiative gouvernementale). Selon les décomptes, le texte original a fait l’objet de sept ré-écritures successives officielles, toutes "parfaitement équilibrées", ce nouvel avatar n’en serait que la huitième !

En fait, une fois de plus, il s’agira pour le gouvernement de réécrire le texte initialement proposé par Richard Mallié, ce député des Bouches du Rhône, que sa propension à déformer la réalité (voir l’affaire du vrai-faux sondage du JDD) est telle qu’elle l’a fait surnommer "Tonton Carabistouille". Les rumeurs rapportent d’ailleurs que ce ne serait pas Tonton Carabistouille, un peu usé, qui porterait cette nouvelle mouture, mais un nouveau député porteur d’eau.

Le texte relooké, qui devrait être déposé "dans les prochaines semaines", sera "débattu en juillet", période où les citoyens sont en vacances, les journalistes à la plage, et où les bancs de l’Assemblée sont désertés. Une façon toute particulière de concevoir le débat républicain...

Abuser du marketing politique tue (la confiance).

La reprise d’arguments improbables laisse prévoir que ce nouveau débat sera, comme l’ancien, placé davantage sous le signe du marketing politique, à grand renfort de cabinets de communication et de campagnes de pub - on se souvient des millions dépensés par le Gouvernement Raffarin pour sa campagne de pub sur le Lundi de Pentecôte - , que de la sérénité et de la transparence, voire de la confiance.

Ainsi, on pleurerait presque à ré-entendre le Ministre reprendre l’inoxydable "Par exemple, c’est une stupidité de ne pas pouvoir faire ses courses le dimanche sur les Champs-Elysées". Encore un peu, il nous ressortait le coup des "180 dérogations" !

Mais, plus sérieusement, il est lassant, après six mois de matraquage marketing, de continuer à entendre M. Horetefeux affirmer que le projet consisterait à permettre "aux salariés qui le souhaitent, dans des zones bien définies, de pouvoir effectivement travailler volontairement", alors que l’on sait que ce prétendu "volontariat", en matière de salariat, n’existe pas, et que les "zones bien définies" ne tiendront pas longtemps devant les problèmes de concurrence en domino qu’elles vont induire, phénomène actuellement observable avec les conséquences de l’amendement Confokéa.

De même, que le Ministre laisser perdurer l’énorme carabistouille du texte Mallié, qui avait fait croire aux salariés que le dimanche serait payé double, tout en écrivant dans sa proposition - en très petits caractères - que le double paiement ne s’appliquerait qu’en absence de convention contraire, disposition qui rendait le double paiement aussi probable que la fin des impôts, n’est pas des plus responsable.

La Mallié-VIII, version light

La future proposition, huitième réécriture du texte Mallié, s’annonce comme une version "light" de la septième version.

Selon M. Hortefeux, il s’agira de pouvoir ouvrir "tous les commerces de détail" dans "les zones touristiques et thermales", ainsi que dans certaines "grandes agglomérations", comme Paris, Marseille et Lille. M. Hortefeux a sans doute oublié que les magasins d’alimentation (jusqu’à midi), de loisirs, de sport, et tous les établissements culturels peuvent actuellement ouvrir en toute légalité dans toute la France, ainsi que tout commerce s’il est ouvert par son propriétaire (il faut rappeler que le travail du dimanche n’est PAS interdit en France, mais que la Loi impose seulement aux employeurs de donner un jour de repos hebdomadaire aux salariés, le dimanche).

La disposition Mallié, qui proposait de passer le nombre de dimanche d’ouverture exceptionnelles des magasins de 5 à 8 par an, ne devrait pas être reprise. Il est probable que ce soit la crise qui soit à l’origine de cette évolution : prévoyant originellement la libéralisation de tous les dimanches, le secteur de la grande distribution avait demandé que n’en soient libéralisés "que" 10 seulement par an, seuil de la rentabilité de l’opération*. C’était avant que la grande distrib’ ne mesure tous les effets de la crise. 

A problème simple, solution simple.

Au fond, qui veut la peau du dimanche ?

D’un point de vue économique, il s’agit, selon tous les rapports publié sur le sujet, ainsi que l’expérience de certains pays voisins (Etats Unis et Allemagne, notamment), d’une mesure légèrement néfaste, ne créant ni emplois ni richesse. Socialement, c’est une très mauvaise mesure, et la société n’en a vraiment pas besoin. Selon les sondages, de 70 à 80% des citoyens veulent garder le dimanche comme il est, les syndicats sont vent debout, et les Eglises protestent. Politiquement, mauvaise limonade : l’UMP ne partage pas massivement l’opinion de ses leaders sur ce sujet (comme sur d’autres, d’ailleurs), et l’opposition, toujours en peine de trouver des sujets sur lequels elle puisse rebondir, est toute prête à enfourcher ce cheval. Du côté "amical", les lobbies de la grande distribution, qui avaient chaleureusement poussé la proposition Mallié, sont refroidis par la baisse de consommation actuelle, et la faiblesse des prévisions pour 2009. On n’entend même presque plus Laurence Parisot sur le sujet, c’est dire !

Reste deux questions emblématiques : Plan de Campagne, par qui cette histoire "ubuesque" avait commencé, et les Champs Elysées.

Le problème de la plus belle avenue du monde n’en est pas un : une consultation des commerçants de l’Avenue devrait rapidement permettre de trouver une solution, qu’une simple solution réglementaire viendrait asseoir - en attendant qu’un prochain Ministre trouve stupide de pouvoir acheter des lunettes de vue le dimanche sur les Champs mais pas rue de Berri ! Les syndicats s’y sont déclarés ouverts.

La question de Plan de Campagne est moins facile : ce centre commercial gigantesque avait pu obtenir des dérogations lui permettant d’ouvrir en toute légalité (au contraire des Usine Center), mais ces dérogations de complaisance, témoignant de quarante ans d’incurie administrative, sont aujourd’hui attaquées. Là encore, une solution progressive de retour à la normale, pourquoi pas dans une durée équivalente, est une solution réaliste et efficace. Elle avait été entreprise début 2007 par le Préfet Christian Frémont, en concertation avec les partenaires sociaux et les entreprises, et ne demande qu’à être reprise.

Pas besoin pour cela de détruire une loi qui a fait la démonstration de son équilibre depuis plus d’un siècle.

* Interview Jérôme Bédier, Nov 08


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Louisiane 27 avril 2009 10:57

    C’est étrange de voir ce gouvernement s’arcbouter sur des projets qui sont loin de faire consensus, y compris dans ses propres rangs, de revenir à la charge réguliètement pour essayer d’imposer des pratiques qui n’arrangent qu’un partie assez réduite de gens au détriment de la plus grande partie.
    J’ai bossé dans un magasin de meubles suédois lorsque j’étais étudiant et qui ouvrait le dimanche. Très clairement, les employés n’avaient pas le choix (deux week-end par mois) et le salaire total n’était pas plus élevé que celui des employés du supermarché proche fermé le dimanche.
    Depuis quand, les salariers ont-ils le choix des horaires de travail ou des heures sup à effectuer ?
    Pour qui bosse réellement ce gouvernement ? Pour la majorité des Français ou pour une minorité d’électeurs « ami » ? Poser la question, c’est déjà y répondre.


    • Papybom Papybom 27 avril 2009 11:12

      J’ai enfin compris. Certes, je suis long à la détente (c’est l’âge et l’absence de culture politique). Si un texte du Roi n’est pas voté, on change quelques lignes et on le représente.

      Il me semble que le procédé à déjà été utilisé, mais quand ? Je dois faire erreur.

      Si un article ne plait pas, sur AgoraVox, on peut faire pareil 


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 27 avril 2009 11:17

        «  Par exemple, c’est une stupidité de ne pas pouvoir faire ses courses le dimanche sur les Champs-Elysées  ». Ces représentants ( de commerce ) que sont nos législateurs font des lois dans leurs « propres » intérêts.

        « alors que l’on sait que ce prétendu »volontariat", en matière de salariat, n’existe pas, et que les « zones bien définies » ne tiendront pas longtemps devant les problèmes de concurrence en domino qu’elles vont induire, « Quantités de lois pourtant bien définies par des textes compliqués et illisibles mènent en fait que vers la dérive consumériste à outrance. Elles sont de nouveaux maillons à la longue chaine du profit institutionnalisé des lobbys qui dirigent les marionnettes au pouvoir.

         » De même, que le Ministre laisser perdurer l’énorme carabistouille du texte Mallié, qui avait fait croire aux salariés que le dimanche serait payé double, tout en écrivant dans sa proposition - en très petits caractères - que le double paiement ne s’appliquerait qu’en absence de convention contraire « Magnifique principe qui fixe les limites d’une loi par des arguments trompeurs, car elle inclut  » l’allalinéa « qui tue.

         » Pas besoin pour cela de détruire une loi qui a fait la démonstration de son équilibre depuis plus d’un siècle. " Pourquoi ne pas voter directement une loi de la dérégulation totalitariste en usant de l’argument le plus convainquant : Liberté pour le commerce qui sauve la crise...

        Saigneurs, bénissez le travail du dimanche et que la volonté du profit soit faite ! Amène...


        • moebius 27 avril 2009 12:13

          les Champs Elysée c’est pas trés commerçant... a part un Virgin plus cher que la Fnac étre ? un mac do et un monoprix assez minable, c’est surtout une vitrine pour japonais et surtout chinois maintenant. Ca manque singuliérement d’animation. Transformer la plus belle avenue du monde en super marché et pourquoi pas le super marche le plus grand du monde serait peut etre une bonne idée mais ça pose un certain nombre de problémes pour le défilé du 14 juillets si le centre reste ouvert le dimanche. Comment concillier deux univers différents et apparemment inconcilliable mais le commerce peut servir les intéret de notre défence nationale ; Carrefour pourrait par exemple sponsoriser l’infanterie, Leclerc la légion...l’armée ferait un peu de pub pour notre grande distribution nationale ça lui ferait un peu de sous pour s’acheter des armes et payer des déplacements à l’étranger fort couteux. Ce serait aussi fantaisiste et amusant que la parade de MIckey à Disneyland et ça aurait comme on dit vulgairement, de la gueule. Le prestige de l’armée n’en sortirait que grandi. et en plus ça attirerait beaucoup de monde et c’est tout bénéf. Aprés le défilés Sarko et Carla ainsi que tout les chef d’état invités pourrait déjeuner a la cafétaria du Cora, ce serait conviviale et faire leurs courses chez Célio, les généraux et les militaires chez Décathon pour achetez une de ces tentes SDF qui sont bien pratiques parce qu’elles se montent trés vite mais pour les plier c’est pas évident mon beauf frére en a acheté une mais faut dire qu’il a deux mains gauches. On pourrait aussi convertir le soldat inconnu que de toute maniére personne ne connait, à la cause du consommateur anonyme qui dépense des sous à la caisse du commerce et de l’industrie. la patrie reconnaissante qui vous remercie et espére que vous étes satisfait de vos achat Nous vous rapellons que la patrie reconnaissante restera exeptionnellement ouverte jusqu’a minuit pour féter la prise de la bastille


          • souklaye 27 avril 2009 12:36

            Quand un producteur parle comme un consommateur, c’est qu’il y a plus de produit à vendre, mais le souvenir et les phobies maintiennent l’illusion.

            Les chirurgies faussement démocratiques succèdent aux coups d’États électoraux guidés par la guerre des nerfs. Les abus de langages configurent le discours officiel.

             

             

             

            L’inflation des pathologies économiques et des modes de régulation administrative ont crée un engouement pour la croyance à tout prix, à bas prix. Cette religion confond parabole et législation.

            Depuis que les maladies globales ne sont plus adaptées à la médecine institutionnelle, la réorientation professionnelle transforme les humanistes en cannibales.

            La suite ici :

            http://souklaye.wordpress.com/2009/04/23/bloc-note-politique-sur-mesure-espoir-a-la-carte-et-gout-des-autres/


            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 avril 2009 13:23
              Pour le travail dominical sans supplément de rémunération.

              Il est politiquement et économiquement stupide de vouloir instaurer le travail dominical avec supplément de rémunération quand il serait si simple de l’instaurer sans supplément de rémunération.

              Pour y parvenir, il suffit d’ôter au dimanche son statut de jour chômé et, simultanément, de donner 52 jours de congés supplémentaires à tous les salariés.

              De cette manière, les tenants du dimanche chômé prendront ces 52 jours de congé durant les 52 dimanches annuels tandis que les autres salariés travailleront durant ces dimanches-là, sans supplément de rémunération.

              Parmi les travailleurs du dimanche, on devrait trouver les musulmans et les juifs qui, eux, choisiraient de prendre ces 52 jours de congés supplémentaires, respectivement, les vendredis et les samedis.

              • Fergus fergus 27 avril 2009 13:27

                Au delà du fond - ce projet est débile, contreproductif et ne vise qu’à donner encore plus de poids à la grande distribution - je trouve le gouvernement particulièrement faux-cul en ayant recours à une « proposition de loi », autrement dit à une soi-disant initiative parlementaire, histoire de pouvoir se décharger sur les députés de toute responsabilité en cas d’échec.


                • Papybom Papybom 27 avril 2009 13:45

                  Et oui Sampiero,

                  Le Patron reste le patron. Le Roi reste le Roi et les moutons des moutons.

                  Tondons, tondons les pauv’con, c’est le fond qui manque le moins.

                  Condoléances pour nos espoirs qui ne sont que les doléances de cons.

                  Cordialement.


                  • Triodus Triodus 27 avril 2009 14:17

                    Qu’on ne vote plus, ils s’y sont fait et accomodé depuis longtemps (pas besoin qu’on vote pour eux pour qu’ils soient là en plus.. !) 

                    Mais qu’on arrête de consommer et là ils commenceront à avoir des sueurs froides dans leur caleçon !!

                    Ils nous veulent 7/7 à dépenser au lieu de 6.5/7 ? Qu’on leur en donne que 5 et on verra leurs têtes !


                    • Bulgroz 27 avril 2009 15:58

                      Concernant le travail du Dimanche, il eût été autrement plus courageux de la part de l’UMP et du gouvernement de ne rien faire. C’est vrai, quoi, pourquoi se faire chier ?


                      Nicolas Sarkozy, rendez nous la France dans l’état où vous l’avez trouvée en Mai 2007.

                      • 65beve 65beve 27 avril 2009 22:40

                        Bonsoir,
                        @Bulgroz

                        « Nicolas Sarkozy, rendez nous la France dans l’état où vous l’avez trouvée en Mai 2007. »

                        Dites plutôt « où vous l’avez laissée en 2007 » - l’UMP étant déjà aux commandes depuis 5 ans à cette date.

                        cdlt
                        bv


                      • Yvance77 27 avril 2009 16:05

                        Et Dieu a dit « le septième jour tu te reposeras pour pouvoir louer le seigneur »

                        Depuis je me repose en louant le grand Sarko ... en rêvant de lui mettre une bonne droite.

                        A peluche


                        • topy 27 avril 2009 20:24

                          Halte à la généralisation du travail le dimanche

                          Combien de députés, combien de ministres vont-ils faire du zèle, comme Monsieur Hortefeux pour honorer une promesse de campagne de Sarkozy qui est encore plus décalée en période de crise mais qui divise les Français.

                          Selon un très récent sondage, les Français jugent négativement à 69 % l’insistance du gouvernement sur le travail le dimanche.

                          Si vous pensez que c’est une mauvaise solution nuisible à l’équilibre de la société, à l’environnement , à l’emploi dans les commerces de proximité et à la vie tout court, alors vous pouvez signer la pétition de travail-dimanche.com et rejoindre le groupe contre le travail le dimanche sur facebook.com .


                          • HELIOS HELIOS 27 avril 2009 22:38

                            Vous savez tres bien pourquoi Sarkozy veut a tout prix faire cette reforme... comme pas mal d’autres dont celle des plaques d’immatriculation.

                            C’est paur augmenter le stress de la population.
                             Lorsque une personne est dans un environnement instable le comportement normal est le stress. et le stress permet, sans etre plus efficace, d’etre plus soumis.

                            cela s’appelle le stress management.


                            • Pourquoi ??? 28 avril 2009 06:02

                              J’ai adoré l’argument de ce cher Brice :« Après tout, cette loi n’a que 100 ans, ce n’est pas du tout une vieille tradition. »
                              Encore un mensonge : cette loi a été imposée au début de la révolution industrielle à des chevaliers d’industrie avides et esclavagistes qui ne respectaient pas la vieille tradition.

                              Jamais auparavant un paysan n’aurait imposé à ses valets de travailler le dimanche, sauf extrème urgence, et il n’y avait pas besoin d’une loi pour faire respecter le repos dominical.

                              Nos chevaliers d’industrie modernes grignottent joyeusement nos droits les uns après les autres


                              • L'enfoiré L’enfoiré 28 avril 2009 11:37

                                Je crois qu’ici il y a les religions qui interviennent. Je ne sais si c’est voulu ou non.
                                Le dimanche, c’est pour les chrétiens, Le samedi, pour le shabbat, Le vendredi pour le ijumaa. Il y en a pour tout le monde en fait.
                                Intégrer et mixer, Tout le monde sera servi. Nous serons tous en fête à un moment donné par les jours de congé. Quelle ambiance.
                                Il suffit de se promener le dimanche et le samedi, chez nous, à Anvers. Le décorum change mais les hommes restent.
                                C’est quand qu’on commence ? 
                                 


                                • pallas 28 avril 2009 12:36

                                  Alors je vais de ce pas, devenir chretien, juif, musulman, boudhiste, ainsi je suis sur de conserver dans les années a venir mes week ends et mes congés.
                                  En tant que Athée je risque de travail 7 jours sur 7 et 12 heures par jour dans les années a venir et sans retraite, ben oui quoi, je bosserai jusqu"a m’a mort.


                                  • L'enfoiré L’enfoiré 28 avril 2009 18:15

                                    Salut Pallas,
                                     Je m’attendais à une telle réponse. Je le suis aussi, athée. Il faudrait donc un jour de congé pour les athées. Je propose le lundi, quand les autres auront une mine jusque parterre en allant au boulot.
                                     D’accord ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès