Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les Japonais atteints par le syndrome du sexless

Les Japonais atteints par le syndrome du sexless

En juin 2006, une grande société pharmaceutique allemande a effectué un sondage sur la vie sexuelle des Japonais. Agées de 30 à 69 ans, 800 personnes mariées ont été interrogées par Internet en juin. Il en résulte que le nombre moyen de rapports sexuels est de 17 fois en une seule année. 33,9% qui n’ont pas eu de rapports depuis plus d’un an. 60% répondent que le rapport sexuel dans le mariage est important. 48,8% reconnaissent qu’il sont abstinents. Car 33,1% considèrent que c’est ennuyeux. Le changement de structure familiale tel que la naissance d’un enfant en serait la cause pour 26,9%. Pour 19,2%, ils n’ont pas suffisamment de temps. 18,7%, considèrent l’acte sexuel comme trop répétitif. 10,9% des hommes avouent être impuissants. 41,9% répondent qu’ils ne sont pas satisfaits de leur conjoint en cas de rapports sexuels, mais seulement 26,2% en discutent ensemble.

Le sexless est un syndrome, c’est-à-dire un ensemble de troubles de la sexualité et du comportement qui ne permet pas à lui seul de déterminer la nature et la cause du phénomène qui est vécu d’une manière volontaire ou bien supporté par une personne ou un couple. Difficile à définir, mais on peut dire que l’abstinence sexuelle chez les Japonais se caractérise par l’arrêt, un manque ou bien une absence d’intérêt ou d’activité sexuelle pendant plus d’un mois, et sans motif particulier. Le syndrome du sexless se manifeste essentiellement par une complète indifférence et une certaine inexistence de la sexualité chez les individus, qu’ils vivent en couple ou bien qu’ils soient célibataires. Le sexless peut aussi se manifester soit par une grande aversion de toute relation tactile avec l’autre et de l’accouplement, dans ce cas l’envie n’existe pas ; soit par une absence de relation sexuelle mal vécue et subie par un individu qui est en état de manque, car sa libido reste intacte.

Le syndrome du sexless peut avoir des origines physiques ou psychologiques, mais le plus souvent, les deux à la fois. Car l’un ne va pas sans l’autre en cas d’impuissance du mari, de frigidité de la femme ou de développement d’un certain dégoût pour l’acte sexuel. Parmi les maris sexless, beaucoup n’éprouvent aucune attirance envers leur propre épouse mais plutôt pour d’autres femmes. Les Japonais fantasment sur les jeunes filles, en particulier en uniforme d’écolière, d’infirmière ou d’hôtesse mais cela ne signifie pas qu’ils passent à l’acte. C’est une des caractéristiques particulières du Japon, qui le distingue nettement des autres pays. Selon une enquête du journal Yomiuri menée par Internet, sur 200 maris abstinents, 88,5% ont répondu qu’ils aimaient leurs épouses. Et 91,6% se sont plaint de leur manque de rapports sexuels. Tandis que les 2/3 ont indiqué qu’ils voudraient remédier à cette situation mais seulement 31,3% d’entre eux en ont discuté avec leur partenaire.

Généralement, c’est encore l’homme qui prend l’initiative de faire l’amour. Même si les femmes ressentent de l’insatisfaction, elles se taisent car elles le considèrent comme un devoir. Depuis les années 1990, les Japonaises commencent à dire « non » lorsque les hommes leur demandent de faire des choses qui leur déplaisent et à manifester de plus en plus ce qu’elles désirent. Mais les hommes refusent encore d’être à leur écoute et finissent par s’abstenir de tout rapport sexuel en cas d’incompréhension. 70% des personnes qui vont consulter pour des motifs sexuels sont des femmes.

L’absence totale de libido est un symptôme majeur chez les Japonais non seulement chez les hommes mais aussi chez les femmes. Parfois les jeunes filles japonaises rejettent toute idée d’avoir des rapports sexuels avec leur petit ami. Elles adorent leur petit ami qu’elles ne voudraient pas perdre, mais elles repoussent toutes leurs avances. En août 2006, sur 250 jeunes filles interrogées par le magazine SPA, 175 ont répondu que leur compagnon les harcelait. Certaines ont ajouté qu’elles éprouvent un certain dégoût pour le sexe et détestent tout contact corporel.

Une jeune étudiante de 23 ans, qui adore regarder des vidéos de dessins animés, a un petit ami depuis un an et demi et elle s’entend très bien avec lui, mais elle refuse tout rapport intime avec lui, elle préfère continuer de vivre dans le monde imaginaire des vidéos pour satisfaire ses émotions et éprouver du plaisir.

Une société japonaise de publicité spécialisée dans le domaine pharmaceutique a mené une enquête sur le style de vie des jeunes Japonais à Tokyo (Mainichi, 23 octobre 2006). 500 personnes de 20 à 40 ans ont été sondées et se plaignent d’être trop stressées par le travail et du manque de satisfaction dans leur vie quotidienne. 16% des jeunes de 20 ans et 38% de 40 ans avouent leur abstinence sexuelle. Aux questions suivantes, ils ont répondu :

  • Avez-vous une érection en vous réveillant le matin ? Chez ceux de 20 ans, 25% répondent négativement ou bien une fois tous les 5 jours en moyenne. 28%, répondent qu’ils ont une érection une fois tous les 3 ou 4 jours. 10% de la totalité des sondés répondent qu’ils sont impuissants. En moyenne, ils ont répondu qu’ils étaient impuissants depuis l’âge de 32 ans. 29% des jeunes de 20 ans et 35% de ceux qui ont 40 ans, ne sont pas du tout intéressés par l’acte sexuel.
  • Êtes-vous stressés dans la vie quotidienne ? Trop pour 20% ; un peu pour 65%. La cause est le travail et les rapports avec le supérieur hiérarchique dans 86% des cas. 26% à cause de la famille.
  • Que vous ressentez-vous le plus souvent ? Fatigués pour 84% ; énervés pour 83% ; envie de pleurer pour 43% ; 27% pensent que s’ils étaient morts, les autres seraient satisfaits.
  • Que ne ressentez-vous jamais ? 29% répondent qu’ils ne se sentent jamais bien en se levant le matin ; pour 23%, qu’ils ne voient jamais rien de positif pour l’avenir ; et 12% affirment qu’ils ont le sentiment d’être inutiles dans la vie.

Dès que l’on ne pratique plus l’acte sexuel, il est très difficile de redevenir actif dans ce domaine, à cause du manque de volonté des intéressés. En 2001, le journal Asahi a interrogé 1000 couples dont 28% ont avoué leur abstinence. Puis en 2004, 32% des couples déclarent ne pas avoir de rapports sexuels. En décembre 2006, selon un sondage d’une revue pour hommes, 40% de couples japonais n’ont pas de relations sexuelles. La progression du sexless n’est pas limitée aux couples mariés. Le principal problème est le déclin de la capacité à communiquer entre hommes et femmes (18 février, 2007). Selon un sondage mondial organisé par le fabricant de préservatifs Durex, la fréquence moyenne annuelle du nombre de rapports sexuels des Japonais est de 45 fois pour l’année 2005, c’est la plus basse fréquence du monde, selon les statistiques de Durex.

Documents joints à cet article

Les Japonais atteints par le syndrome du sexless Les Japonais atteints par le syndrome du sexless

Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (318 votes)




Réagissez à l'article

155 réactions à cet article    


  • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 10:53

    Est-ce que le fait de manger du riz aurait une incidence sur ce manque de bol ?

    Rocla


    • Avatar (---.---.97.169) 14 mars 2007 14:59

      L’ inverse de la libido c’est le bide au lit !!!

       smiley


    • LE CHAT LE CHAT 14 mars 2007 10:56

      Dommage qu’il ne soient pas catholiques , benoit XVI ratzinger aurait été fier de les avoir dans son troupeau smiley


      • (---.---.82.4) 14 mars 2007 12:55

        Benoit XVI et l’Eglise encourage les relations intimes , bien au contraire..sauf que ça doit se limiter au couple marié...rien à voir avec l’abstinence...de plus , le fait de ne pas remplir son « devoir conjugal » peut être la cause d’une annulation du mariage... faut se renseigner avant de débiter des âneries.


      • Bill Bill 14 mars 2007 13:09

        C’est vrai, et Benoit XVI en parle dans son encyclique Deus Caritas Est, à le manière de l’Eglise, bien sûr :

        « Il n’est pas rare aujourd’hui de reprocher au christianisme du passé d’avoir été l’adversaire de la corporéité ; de fait, il y a toujours eu des tendances en ce sens. Mais la façon d’exalter le corps, à laquelle nous assistons aujourd’hui, est trompeuse. L’eros rabaissé simplement au « sexe » devient une marchandise, une simple « chose » que l’on peut acheter et vendre ; plus encore, l’homme devient une marchandise. En réalité, cela n’est pas vraiment le grand oui de l’homme à son corps. Au contraire, l’homme considère maintenant le corps et la sexualité comme la part seulement matérielle de lui-même, qu’il utilise et exploite de manière calculée. Une part, d’ailleurs, qu’il ne considère pas comme un espace de sa liberté, mais comme quelque chose que lui, à sa manière, tente de rendre à la fois plaisant et inoffensif. En réalité, nous nous trouvons devant une dégradation du corps humain, qui n’est plus intégré dans le tout de la liberté de notre existence, qui n’est plus l’expression vivante de la totalité de notre être, mais qui se trouve comme cantonné au domaine purement biologique. L’apparente exaltation du corps peut bien vite se transformer en haine envers la corporéité. À l’inverse, la foi chrétienne a toujours considéré l’homme comme un être un et duel, dans lequel esprit et matière s’interpénètrent l’un l’autre et font ainsi tous deux l’expérience d’une nouvelle noblesse. Oui, l’eros veut nous élever « en extase » vers le Divin, nous conduire au-delà de nous-mêmes, mais c’est précisément pourquoi est requis un chemin de montée, de renoncements, de purifications et de guérisons. »

        http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/encyclicals/documents/hf_ben -xvi_enc_20051225_deus-caritas-est_fr.html

        Bill


      • tovara (---.---.149.181) 14 mars 2007 16:13

        ...« un chemin de montée, de renoncement, de purifications et de guérison », comme le philosophe Blaise Pascal qui portait une ceinture de chasteté avec des pointes, qu’il s’enfonçait dans la chair lorsqu’une pensée salace l’effleurait...peut être que ce masochisme le faisait jouir ?


      • rdaneel (---.---.198.72) 18 mars 2007 07:27

        Ah bon se sexe c’est pas sale ?


      • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 11:14

        Beaucoup de Japonaises et de Japonais sont « poil de carotte » pour la raison que leurs parents avec si peu de relations sexuelles , leurs canalisations sont rouillées ce qui donne ce si beau teint cuivré .

        Rocla


        • Gasty Gasty 14 mars 2007 11:14

          Izumi aime les sucettes à l’anis. C’est internationale.


          • tovara (---.---.149.182) 14 mars 2007 11:21

            Les Japonais sont des sages. Et si le « sexless » n’était pas un « trouble sexuel » mais le début de la sagesse voire du bohneur ? Difficile à faire comprendre à des Français généralement obsédés du c.l....


            • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 11:30

              Je connais un truc pour être heureux sans sexe , le matin tu chausses des souliers de deux tailles en dessous , et le soir tu les enlèves c’ est extra comme sensation . Mais bon les chaussures c est bien , une belle nana c’ est bien mieux .

              Rocla


            • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 11:32

              Je pense pas que c’ est une question d’ espace , on peut faire l’ amour dans un enroit crucial .

              Rocla


            • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 11:54

              @ Jack

              en dessous de quoi ?

              Rocla


            • (---.---.107.66) 14 mars 2007 18:29

              Tovara > « Les Japonais sont des sages. Et si le »sexless« n’était pas un »trouble sexuel« mais le début de la sagesse voire du bohneur ? »

              Ouais, enfin là, la sagesse et le bonheur, ils sont un peu limités :

              - « 27% pensent que s’ils étaient morts, les autres seraient satisfaits. »
              - « 29% répondent qu’ils ne se sentent jamais bien en se levant le matin. »

              L’obsession sexuelle peut détruire une vie, et refléter certains aspects des plus vils de notre humanité. Mais cette mouvance sexless me paraît révélatrice d’une grande fatigue de la vie (disparition du désir et de l’en-vie), plutôt que d’une sagesse toute bouddhiste basée sur la maîtrise de ses propres désirs pour s’en affranchir.


            • Cosmic Dancer (---.---.174.28) 14 mars 2007 18:34

              @ IP 49.107

              Je m’apprêtais, en revenant sur ce sujet, à faire un commentaire équivalant au vôtre. Il y a en effet une différence fondamentale entre l’absence de vitalité donc la libido à zéro, et la maîtrise des pulsions physiques qui, de fait, peuvent pourrir certaines vies (les addictifs, les déviants) et en briser d’autres (les agresseurs).


            • tovara (---.---.11.246) 14 mars 2007 19:07

              Non moi je trouve que c’est la preuve que les Japonais sont Zen.


            • Blastm (---.---.169.7) 19 mars 2007 08:30

              Oui, enfin, la ca a peut etre une autre explication, faut pas oublier que le porno au japon est systématiquement censuré, donc faut bien avoir quelque chose de « visuel » à montrer, d’ou le nombre important de ce genre de productions extrêmes... Mais le parallèle est intéressant ; les films X nippons constituant pour la plupart à voir une nenette sur le dos qui ne fait rien que pousser de petits cris pendant que monsieur s’affaire, ou sont carrément hardcore... On comprends que l’alternative est réduite, et que ca ne donne pas beaucoup d’idées aux couples qui sombrent dans l’ennui smiley


            • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 11:22

              Il est vrai qu’on peut difficilement prendre des photos et déclencher des orgasmes simultanément . Encore que .

              Rocla


              • jak (---.---.153.43) 14 mars 2007 11:29

                Cela explique en partie leur taux élevé de suicides


                • tovaritch (---.---.149.182) 14 mars 2007 12:12

                  Non. Le taux de suicide est élévé en FRANCE et pourtant la plupart des Français sont des obsédés du c.l et, à les entendre, des champions au lit. Celà tient à la dureté de la vie proffessionnelle au Japon ( 86% des sondés avouent avoir peur de leur chef).


                • (---.---.248.41) 14 mars 2007 12:26

                  Ben voilà , concilier la dureté profesionnelle et la dureté amoureuse n’ est pas japonaisé . Peut-être une question de rigidité mentale ?

                  Rocla


                • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 14:01

                  Le taux de suicide élevé en France , est surtout dû aux personnes qui se donnent la mort .

                  Rocla


                • (---.---.32.24) 14 mars 2007 16:47

                  Bravo pour une Lapalissade de grande amplitude.


                • Fred (---.---.20.123) 14 mars 2007 11:30

                  Le problème de sexe est peu être un peu plus simple. Au japon, le problème de l’espace est crucial.

                  Les tourterelles régulent leur population lorsqu’elles sont en cages, au dela d’un certains nombres, elles ne font plus de bébés.

                  Est-ce que cela peut en être même pour les humains ?


                  • hubert (---.---.61.221) 14 mars 2007 11:59

                    Bonjour Fred

                    Les poissons rouges eux grandissent en fonction de la taille de leur aquarium, celà expliquerait peut être aussi la petite taille des Japonais, allez savoir...

                    Plus sérieusement, en ce qui concerne le manque d’espace vital, il est fort possible que l’animal humain développe à son inssu un phénomène d’auto-régulation des naissances pour éviter à terme des méthodes régulatrices plus radicales, comme en Chine par exemple, mais pour d’autres raisons.


                  • Rocla (---.---.248.41) 14 mars 2007 12:04

                    Hubert ,

                    Je m’inscris en faux , j’ ai un ami propriétaire d’ un océan , je veux dire un grand océan , ben dedans il n’ y a que de très petits poissons . Gardons notre sérénité .

                    Rocla


                  • hubert (---.---.61.221) 14 mars 2007 12:17

                    @rocla

                    Tout est relatif en effet, moi j’ai un ami propriétaire d’une grosse limousine et d’une grande piscine, mais qui n’a qu’un petit poisson.


                  • Jojo2 (---.---.158.64) 14 mars 2007 13:08

                    Ca n’a rien à voir avec l’article sur le sexless, mais puisqu’on y est.

                    Oui, c’est vrai, les être vivants sont plus petits quand leur espace vital est restreint. Il y a des espèces naines d’un peu tout dans les iles, comme des éléphants, des renards, des buffles, etc... C’est ce qu’on appelle « island syndrome »


                  • Liberté planétaire (---.---.111.12) 14 mars 2007 14:20

                    1 la petite taille des japonais est due à la vie insulaire pendant des siècles : elle a favorisé la consanguinité, le peuple japonais ayant été replié sur lui-même très longtemps.

                    2 les suicides issu du stress professionnel sont une des conséquences d’une société qui exerce une pression énorme sur la réussite professionnelle et je pense que la pauvreté de leur vie sexuelle est une autre conséquence.

                    Le Japon est une fourmilière, j’y étais, j’y ai vécu un temps, c’est effrayant. le problème du Japon c’est : la pollution, la promiscuité, les perspectives d’épanouissement personnel presque inexistantes, la compétition entre les individus sans pitié, le vieillissement de la population (dénatalité), le coût de la vie, etc.

                    A mon avis, si ça rend pas nécessairement impuissant, ça donne sûrement envie de se casser. Et lorsqu’on ne peut pas se casser, on déprime ou on se suicide. En tout cas, difficile d’avoir la trique lorsqu’on déprime : je pense que les deux sont liés et sont la conséquences de cette société étouffante où la sexualité est sublimée en devenant « otaku » : obsédé par les mangas.


                  • tovara (---.---.149.181) 14 mars 2007 15:30

                    Le problème des Japonais, c’est qu’ils subliment trop la sexualité, celui des Français (attention des Français, je n’ai pas dit des Françaises), pas assez.


                  • Fred68 (---.---.64.1) 14 mars 2007 16:37

                    @tovara : rassurez vous, la nouvelle génération de française pense tout pareil. C’est super has-been le romantisme, des deux coté de la barrière.


                  • Dam (---.---.165.148) 14 mars 2007 17:40

                    Ben en bretagne, on a plein de p’tits rades, ça expliquerait le pourquoi y’a beaucoup de petit chez nous smiley


                  • be wolf (---.---.143.82) 14 mars 2007 20:27

                    Breizh power !!!!


                  • Rétif (---.---.73.43) 14 mars 2007 21:08

                    « 33, 5 % trouvent pensent que c’est ennuyeux » Ce n’était peut-être pas plus mal du temps où l’ on en faisait un devoir (conjugal).Au moins on ne se posait pas toutes ces questions : pour les jommes, on « honorait » son épouse, et tout le monde était content. À propos de nos voisins d’outre-Manche, ils disaient jadis aux jeunes épouses : « Ferme les yeux et pense à l’Angleterre ».


                  • Kicéça (---.---.1.28) 15 mars 2007 23:21

                    Vous confondez les français et les grecs.


                  • Hyperion (---.---.81.149) 23 mars 2007 11:14

                    le probleme de l’espace est un bon point. l’intimite est tres dure a trouver. les logements sont tellement petits et chers que les jeunes restent longtemps chez leur parents, urbanisation si dense que c’est impossible de trouver un coin a l’abri des regards ( croyez-moi je vis au japon et jai une copine allemande lol ), peu de jeunes ont de voitures. voyez cette exception culturelle du love hotel. c’est quasiment leur seul endroit d’intimite mais ce n’est pas donne. meme les cybercafes sont en fait des endroits a box clos ou les jeunes et les salarymen viennent se masturber car impossible de s’isoler a la maison. concernant larticle, oui tout est vrai, stress, boulot, cellule familiale etc..je suis sorti avec des japonaises, cest a se taper la tete contre les murs car elles fonctionnent differement..totalement. sexless mieux ou pas que notre libido latine...je ne sais pas.


                  • stefano 30 octobre 2007 13:58

                    Attention pour la question de l’espace vital : le Japon a la réputation d’être dense et hyper peuplé, mais la densité y est plus homogène.

                    donc, pas de grande plaine comme la Brie la Beauce, de zones désertes comme la Lozère...

                    .. mais pas de zone super peuplés comme Paris non plus : globalement, Tokyo est moins dense que Paris !!

                    il y a des HLM, des grandes tours a Tokyo, de plus en plus, mais énormément de petits immeubles et de maisons avec jardin. Donc, finalemetn, le Japonais moyen dispose de plus d’espace et de tranquilité que le Parisien ou le Français habitant dans une grande ville.

                    Alors, maintenant vous pouvez dire que c’est justement le fait de vivre les uns sur les autres comme à Paris qui stimule la libido smiley)


                  • stefano 30 octobre 2007 14:06

                    Fourmilière ? Pour celui qui navigue dans les quartiers « chauds », Shinjuku, Shibuya, Akihabara.... mais en s’éloignant de quelques centaines de metres on rentre dans le Tokyo résidentiel.

                    j’ai vécu à 15 mn à pieds de Shinjuku, une « menshion » de 3 étages, dans une rue où devait passer 3 ou 4 voitures par heure. Autour de moi, il n’y avait que des immeubles à 3-4 étages dans cette rue « principale ». En passant dans les sous artères quasi pietonne, c’était alors des maisons de 2 étages avec un petit jardin. Vraiment petit le jardin, mais c’était quand meme un jardin... (chose rare à Paris à 15 mn du centre ville !!)

                    Quant aux otaku, pareil, on les rencontre par ci, par là, ça dépend des endroits et des milieux sociaux-professionnels, mais dans mon entourage je n’en connaissais guère et ceux-ci étaient plutôt traité avec mépris. juste pour dire qu’il ne faut pas prendre la minorité pour l’ensemble.

                    Le Japon est un grand pays, divers, variés et il est difficile de l’appréhender en quelqeus phrases (comme la France au demeurant, bien évidemment).

                    Et le monde du travail y est différent. Plus ou moins dur ? ca dépend des endroits, des patrons, des milieux.... et cela dépend aussi de chacun. De ce qu’on recherche dans la vie professionnel et de sa propre capacité à s’adapter.

                    Parfois certains revenant en France regrette le milieu professionnel japonais, plus cool, plus libre, plus respecteux... Meme ils ne veulent plus revenir en France. d’autres ne peuvent s’adapter vivre au Japon.

                    Il en est de même des Japonais venant en France. Pour certains, le milieu y est trop dur, trop agressif, trop compétitif : les mêmes tares que vous décriviez pour le Japon.

                    Encore une fois, je crois que tout est relatif... et si on n’est pas pret à accepter une culture autre, de toute façon l’expérience est forcément négative : on ne voit dans l’autre que ce qu’on est prêt à y voir.


                  • Ptit Dark (---.---.247.32) 14 mars 2007 11:30

                    Le manque de rapport sexuel influe directement sur le nombre d’enfant par femme (1.25) et d’ici 50 ans le japon va parraitre bien dépeuplé... Il y a un risque que la Corée du Sud suivent le même chemin pour les mêmes raison sociaux-économique.

                    Si on ajoute les accès de nationalisme japonais (qui ne feront qu’empirer avec la baisse de la population), la folie de Kim Jong Il (et certaienement de ses successeurs) et le déficit de femmes en chine et inde (1.2 Mds de femmes manquantes), on va vers une situation très « intéressante » en asie pour ne pas dire explosive.


                    • tovaritch (---.---.149.182) 14 mars 2007 12:15

                      « Le Japon sera dépeuplé », eh bien au moins un pays raisonnable, on ferait bien de suivre leur exemple, je rappelle que la population mondiale risque d’atteindre les 10 milliards en 2050, la France 70 millions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès