Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les riches nous coûtent trop cher

Les riches nous coûtent trop cher

Ces dernières années nous avons passé notre temps à distribuer de l'argent aux riches afin qu’ils soient plus riches. Nous avons donné tout ce qu'ils voulaient aux banques et aux grosses entreprises. Nous avons appauvri les pauvres pour qu'ils deviennent plus pauvres. Nous avons étranglé économiquement les classes moyennes et endetté la nation. Cela, nous l'avons parfaitement réussi !

Alors que les familles de salariés arrivent difficilement à joindre les deux bouts, et voient sans cesse diminuer leur pouvoir d'achat, des petits malins se partagent des milliards d'euros de bonus, en contrepartie de bien peu de contraintes. Chaque jour des millions de travailleurs se battent pour garder leur emploi et conserver un toit sur la tête de leur famille. Ceci est la loi du marché !

Alors que certains sont obligés de dormir dans leur voiture, et manger de la nourriture de deuxième zone, la presse people se réjouit des commandes record de champagne et de caviar qui n’est ni plus ni moins qu’une arrogante provocation en direction de tous ceux qui souffrent, et la population reste anormalement passive face à ce scandale. Sommes-nous définitivement domestiqués ?

Les escrocs du secteur financier, qui ont mis l’économie à genoux, poussent des hauts-cris lorsqu’on évoque la perspective de règlementer les marchés. Leur extravagantes prises de risque leur rapportent des avantages extraordinaires, des chèques de paie de plusieurs millions d'euros et des maisons grandes comme des châteaux. Mais le public doit être là pour les aider lorsqu’ils sont en difficultés.

Il existerait des entreprises que l'on doit sauver à tout prix, même si cela entraîne la ruine des finances de l'État et met en péril le niveau de vie des gens ordinaires. Quel sens tout cela a-t-il ? Si une société doit être sauvée avec de l'argent public alors qu'elle revienne au public : nationalisons-la !

Plutôt que de continuer à donner de l'argent à des entreprises qui licencient et délocalisent, aidons les salariés qui le désirent à les reprendre en autogestion. Instaurons une échelle de salaire décente. Ne laissons pas des sociétés devenir plus riches que les Etats, car c'est la porte ouverte à la corruption, et les gouvernements deviennent leur vassal. Notre président est le fondé de pouvoir des multinationales, il est loin d'être le président de tous les français !

Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique - ce que nous avons fait depuis environ trente ans - tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions de familles qui luttent pour y arriver chaque jour.

Cet argent n’atteindra jamais le bas de la pyramide. Nous sommes fous de continuer à y croire. Il faut instaurer des règles, le capitalisme prospère sur l'absence de règles. En 30 ans ce sont 10% du PIB qui sont passés de la poche des salariés à celle des actionnaires : c'est-à-dire 160 milliards d'euros par an qui sont détournés dans les caisses de ceux qui ne travaillent pas au détriment de la France qui se lève tôt.

Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (77 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • patdu49 patdu49 6 janvier 2011 12:56

    Excellent résumé de la situation.

    à part le « les classes moyennes étranglées » ce qui est absolument faux.
    les classes moyennes déjà, ça ne veut rien dire du tout ...
    lesquelles ? classes moyennes inférieures, classes moyennes intermédiaires, classes moyennes supérieures ?? ..

    je connais un tas de classes moyennes qui vivent comme des pachas, perçoivent des allocs, épargnent à donf, et ne payent pas un radis d’impots sur le revenu, voir même percoivent de l’argent des impots, via des niches fiscales ...

    Concernant le passage en gras, que font les vraies victimes, ceux qui galèrent à donf, pourquoi ils se révoltent pas ... etc ..
    bah c’est dur dur hein, quoi faire ???

    mettre le feu à des bagnoles, c’est déjà le cas, sans doute pas assez encore à priori ... même si ça fair hélas des victimes innocentes, car rarement les bagnoles des criminels en cols blancs qui crament ... trop protégées dans les beaux quartiers protégés de ces mafias ..

    faire des braquages, des vols, des trafics pour survivre, ça aussi c’est déjà le cas, ça fait même des morts tout les mois, ...

    sinon quoi faire ?
    grêve de la faim ?? ... bah on peut crever, ils en ont rien a secouer les crevures de mondains de droite ...

    manifester, se prendre la flotte sur la gueule, se faire déloger par les CRS au service des crevures du pouvoir, ces petits moutons qui obéissent aux ordres comme à l’epoque de l’occupation allemande les flics faisaient du ramassage de juifs, d’homo, de resistants communistes ...  ?

    manifester et s’exprimer comme je le fais, comme tu le fais sur le net ? ...
    ça aussi, ça se fait la preuve, nos écrits, ... et ensuite ???? ça fait le buzz, ça passe à la télé aux heures de grande écoute ??? bah non puisque les mêmes collabos des nazis qui sotn à la tête des médias ... des gros pleins de frics qui vivent comme des pachas eux mêmes ...

    bref reste pu que les URNES, en votant pour des partis HUMANISTES ... bah là encore c’est pas gagné hein, ...


    • pavillon noir 6 janvier 2011 13:50

       Les droits de l’Homme,le droit de vote...C’est vrai....


    • ddacoudre ddacoudre 6 janvier 2011 18:05

      bonjour patdu49

      il existe pour défendre ses intérêts particulier des groupements que l’on appelle des syndicats, il ne fallait pas les abandonner, mêmes s’il ne sont pas parfait.
      les urnes cela fait trente ans que vous y croyaient et au point ou nous en sommes par elles nous élirons notre tyran.
      ddacoudre.over-blog.com .
      cordialement


    • xbrossard 7 janvier 2011 11:50

      @patdu49


      que faire ?

      après tout, jouons le jeu de la consommation ; comme seul les riches peuvent consommer, forçons les à consommer ! allons brûler leur résidence secondaire (pas souvent habité et gardé), et pour en racheter une nouvelle, ils relanceront la construction ! idem pour leur bagnoles !

      et pour tout ceux qui sont sans espoir, atteint d’une maladie incurable, leur restant quelques mois à vivre, qu’ils se sacrifient pour bousculer le système ; qu’ils tuent un banquier, qu’ils le fassent savoir en place publique, de toute façon la prison ça ne sera pas pour longtemps !

      zut, il faut que j’arrête d’avoir des idées pareil moi smiley

    • matthius matthius 6 janvier 2011 13:24

      Ce n’est pas souvent qu’un article propose.
      En effet les riches souhaitent une abstention forte pour assoir le pouvoir aux élections. Ils sont de plus en plus forts chaque fois que le peuple ne sait pas quoi faire. Les médias élitistes éludent les combats gagnés par le peuple contre l’américanisation de notre société. Ces combats ne peuvent ainsi se finir comme la lutte contre les OGM.

      Bravo à l’auteur !


      • katalizeur 6 janvier 2011 13:46

        @ l’auteur

        bonjour

        tres bel article, tout est dit de maniere simple et pedagogique.....pour la revolte, il faut encore attendre un peu .........c’est en phase de maturation.....


        • delajacquerie 6 janvier 2011 18:36

          heu..... le beaujolais nouveau, c’est bon jeune.
          Attendre que l’on soit laminés, dépouillés pour que l’on puisse se satisfaire d’un reste de fond de sauce.
          Ils sont entrain de nous cuisiner façon tete de veau avec la soit disante fin de l’etat providence, comme si celui çi appartenait au marché internationnal « aux capitalistes et confreres ».
          Tu casques toute ta vie pour etre finalement detroussé, méprisé, accusé de vol etc...
          Le beaujeu il est bon jeune  


        • katalizeur 6 janvier 2011 23:14

          desolé.....je ne bois pas d’alcool.....

          mon tres cher ami je suis aussi impatient que vous......mais ne confondons pas vitesse et precipitation....

          je m’explique :
           a peine 1a2 % DE LA POPULACE a pris conscience de la situation...le reste a les yeux fixés sur le foot,plus belle la vie et autres cochonneries...., ce matin l’economiste et prof a science po Alain COTTA dans une interwiew sur kernews disait que moins de 10 deputes comprenaient la situation actuelle....
           pour avoir une influence sur le systeme, il faut reunir au moins 5% de la populace, pour realiser un veritable changement il en faut 10%....NOUS EN SOMMES LOIN.....

          quand je dis changement ,c’est d’un veritable changement, mais pas de quelques amenagements cosmetiques dont le systeme a l’habitude de se sevir quand il fait sa mue...a chaque election bien sur.....


        • Alpo47 Alpo47 6 janvier 2011 13:49

          Progressivement, les yeux s’ouvrent sur la nature du « système » prédateur en place.
          Et nous constatons que tout est en place, décidé ... pour satisfaire l’avidité quelques milliers de familles, déjà riches, voire ultra-riches. Ce sont des prédateurs, socipathes, qui décident de tout pour nous. Les politiques ne sont que des marionnettes remplaçables.
          Vous voulez connaitre les noms de ceux qui décident et bloquent le système ? Recherchez qui sont les actionnaires privés de la banque de France et vous aurez les décideurs.
          Les profiteurs, eux, sont nettement plus nombreux.

          Quand à nous, nous sommes l’écrasante « majorité silencieuse ».


          • gimo 6 janvier 2011 14:03

            Alpo 47

             Quant à nous, nous sommes l’écrasante « majorité silencieuse »

            le dirai  la majorité qui s’écrase en silence !!!!!!!!dommage

            je ne peut que vous suggérer

            que de prendre exemple sur  (voir ci dessous)
            Par gimo (xxx.xxx.xxx.182) 4 janvier 16:26

            Quand l’Islande réinvente la démocratie

            l’Assemblée constituante a été élue en novembre

            apprenez a être des hommes pas des soumis

            http://www.parisseveille.info/quand...


          • LE CHAT LE CHAT 6 janvier 2011 13:49

            oui , plus d’argent pour les productifs et moins pour les vampires spéculatifs !
            si les sociétés et les riches payaient leur juste part , les régimes sociaux seraient en excédent et les caisses de l’état moins vide !


            • Laury 6 janvier 2011 15:40

              Merci @ l’auteur pour ceux qui espère encore une changement après la mise en place du dernier
              président par la CIA vous pouvez toujours rèver a un monde de partage :http://www.voltairenet.org/article157210.html.
              Ce n’ai pas seulement la France mais toute la zone Euro qui est conçue pour le racket des peuples


              • Pierre PEYRARD 6 janvier 2011 15:43

                Excellent article.

                Il me fait penser au livre d’Annie LACROIX-RIZ, « le choix de la défaite », s’agissant des élites politiques, militaires et financières dans les années trente.

                • gimo 6 janvier 2011 15:54

                   @ PEYRARD

                   En effet LACROIX-RIZ, " n’est pas aimée pas ces vautours charognards de politiqueS


                  • dogon dogon 6 janvier 2011 16:25

                    Entièrement d’accord avec vous, Robert.
                    Il y a aussi une autre solution à la soi-disant crise de la dette publique, en France et partout ailleurs où le problème se pose. Il faut émettre des rentes perpétuelles à l’intention des français. L’épargne totale de notre beau pays est très largement suffisante pour couvrir l’ensemble des besoins.
                    Jean-michel Quatrepoint l’explique beaucoup mieux que moi, ici :
                    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20110101trib000587839/il -faut-renationaliser-la-dette-de-la-france.html


                    • sisyphe sisyphe 6 janvier 2011 17:03

                      Constat malheureusement tout ce qu’il y a de plus exact ! 


                      Allez, on en rajoute une couche : 

                      Les chiffres alarmants du mal-logementSelon une étude de l’Insee, 2,9 millions de personnes vivent dans un logement sans confort, et 250.000 sont sans domicile fixe.
                      Sinon, on a appris, par ailleurs, que les « bonus » versés par les banques à leurs traders pour l’année 2010 ayant légèrement diminué, leurs salaires ont été augmentés d’autant ; le suave principe des vases communicants ; sympa, non ? smiley 

                      Pour ce qui est de la saine et nécessaire révolte, hélas, je crois qu’il faudra attendre encore...y a tant de crédits sur le dos des « ménages » ... 

                      • Guit'z Guit’z 6 janvier 2011 17:10

                        Rien ne sert de voter, il faut se révolter à point !


                        •  C BARRATIER C BARRATIER 6 janvier 2011 17:34

                          Très bien, très simple et très vrai
                          Puis je le reprendre en citant l’auteur bien sûr pour un magazine destiné aux retraités et aussi pour mon site ?

                          http://chessy2008.free.fr/news/news.php

                           


                          • charles-edouard charles-edouard 6 janvier 2011 17:36


                            les riches nous coûtes trop cher ,mais les pauvres aussi aussi nous coûtes trop cher
                            car les plus pauvres d’entre nous faut bien les aider ,part des dons et les impots ,leurs donner le minimum vital , sans pauvres les riches n’exciteraient pas et sans riches les pauvres n’exciteraient pas non plus


                            • lolo 6 janvier 2011 18:12

                              Triste, mais très juste vision de notre époque.

                              Je me demande comment il n’y a pas encore eu de rebellion. Quoique quand on voit comment la population est abrutie devant la télévision, et la dégradation du niveau culturel/intellectuel moyen, la montée de l’individualisme du matéralisme, je me dis que les capitalistes/banquiers ont encore de beaux jours devant eux.

                              Une sondage très parlant paru en fin d’année dernière révélait l’étendue des dégâts. Il y a 30 ans les jeunes ado révaient dêtre plus tard médecin, scientifique, avocat...bref des professions gratifiantes. En 2010, ces bambins donnaient majoritairement comme réponse : star de la télé, sportif, chanteur...Cela résume tout.
                              Si la jeunesse actuelle a Cauet/Ardisson et Ribéry comme modèle, la minorité de très riches pourra continuer à nous rouler dans la farine pour encore pas mal de temps je pense (à moins qu’il commettent l’erreur de nous supprimer la télévision, alors là il y aurait certainement rébellion).

                              Sur ce espérons tout de même que çà leur pète à la gueule très bientôt.


                              • eric 7 janvier 2011 17:14

                                Oh c’est assez simple, il n’y a pas de rebellions parce que globalement tous cela n’est pas vrai. Vous pensez bien que dans un pays comme le notre si une immense majorité de la population était en pleine paupérisation et limite misère, il y a longtemps qu’elle serait dans la rue d’autant que ceux qui en rêve et l’y incite, si ils sont très peu nombreux, sont quand même très bruyant par rapport a leur nombre. Il y a suffisamment de précédents historiques ou des français moins conscients, moins informes, moins éduqués et plus réellement pauvres ont fait des révolutions.
                                Bien sur, les révolutionnaires sur ecran et clavier d’AV peuvent tenter de se consoler en se disant que les « travailleurs » a 80% au niveau bac, sont plus abrutis par TF1 qu’ils n ’étaient quand illetres aliénés par les cures les patrons et les aristo, il se revoltaeint vraiment, mais cela nepeut convaincre qu’eux memes....


                              • lebreton 6 janvier 2011 21:11

                                si les riches sont trop riches et nous trop pauvres je sujere de leur reprendre ce qu’ils nous on volé par la force comme en 1789 ,un riche mort égal 10 pauvres moins pauvre ,pour que les pauvres soient moins pauvre ,il va falloir tuer beaucoup de riche comme dans toutes les guerres les riches font s’entre tuer des gens qui qui ne se connaissent pas à leur profits eux qui se connaissent si bien mais qui ne s’entre tuent pas !! je vois mal ceux du fouquet’s s’entre-tuer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                                • NICOPOL NICOPOL 7 janvier 2011 03:48

                                  @ l’Auteur,

                                  "Il faut instaurer des règles, le capitalisme prospère sur l’absence de règles. En 30 ans ce sont 10% du PIB qui sont passés de la poche des salariés à celle des actionnaires : c’est-à-dire 160 milliards d’euros par an qui sont détournés dans les caisses de ceux qui ne travaillent pas au détriment de la France qui se lève tôt.« 

                                  Le capitalisme n’est pas incompatible avec des règles strictes. »Capitalisme« n’est pas forcément synonyme de »capitalisme sauvage« .

                                  Par ailleurs, comme souvent, il me semble que vous assimilez un peu rapidement »actionnaires« avec »rentiers". Dans la plupart des cas, les actionnaires travaillent : soit directement pour l’entreprise dont ils sont actionnaires, soit indirectement lorsqu’il s’agit du placement de son épargne, notamment dans la perspective de sa retraite. L’actionnariat, c’est aussi un moyen de réinjecter dans l’économie productive une partie de l’épargne des travailleurs, au bénéfice des entreprises ainsi financées, et des épargnants qui, si le choix de placement est avisé, participe justement aux bénéfices de la société. 

                                  A part ça, globalement d’accord sur le constat.


                                  • eric 7 janvier 2011 09:00

                                    On peut etre sectairement partisan sans pour autant renoncer a toute cohérence intellectuelle.
                                    On a pas donne de l’argent aux riches, on leur a pris un peu moins de leurs revenus sur lesquels ils payaient et payent encore des impôts qui sont parmi les plus élevés du monde développé.
                                    On a pas fait cadeau aux banques de capitaux, on leu a prêté a des taux de marche que les mêmes qui approuvent bruyamment ici considèrent comme prohibitifs quand ils sont payes par des etats irresponsables qui s’endettent a tous va pour payer leurs frais de fonctionnement exorbitants. On ne peut pas avoir transférer 10% de pib aux actionnaires quand l’ensemble des dividendes après impôts ne représentent pas cette part de la valeur ajoute. Il est difficile de parler de "société plus riche que l’état quand la dépense publique represente 58% du PIB.
                                    Sur les en gros 7 points de transfert de VA, au détriment des ménages depuis un presque maximum hisstorique atteint sous Giscard, et le droite, en gros 4 l’ont ete aux entreprises pour leur permettre de presque revenir vers une moyenne OCDE et de se désendetter, environ 3 ont servis a augmenter les frais de fonctionnement de l’État. http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/2-80.pdf. mais cela ne lui a pas suffit et il a continue a s’endetter de pas mal de point de pib.
                                    Conclusion, pour aider plus les pauvres, il faut que l’etat depnse moins et s’endette moins. Il faut une politique plus iberale......


                                    • eric 7 janvier 2011 09:14

                                      J’ajoute que ce qui me peine le plus dans ce type d’article est la parfaite indifference hypocrite aux pauvretees. Il est evident qu’il suffit d’ameliorer l’efficacite de la depense publique de 10%, ce qui n’est pas irrealiste, pour obtenir a peu pret autant d’argent qu’en imposant les dividendes a 100% ce qui reviendrait a nous sortir du monde développé. En préconisant de faire « payer les riches » ces écrits montre une plus grande préoccupation d’araser par le haut, que d’apporter des réponses concrète aux problèmes de pauvretés le tout en les instrumentalisant.


                                      • ubogy 7 janvier 2011 13:44

                                        @eric :
                                        ce qui me peine le plus c’est que le système économique que vous semblez défendre c’est 100% des bénéfices privatisés au profit des actionnaires et 100% des dettes socialisées (externalisées, opération magique et tout aussi pourri que la création des CDS...) au point que les dettes des banques privées deviennent celles des États (dettes publiques). Belle mentalité !


                                      • eric 7 janvier 2011 16:28

                                        A ubogy, même remarque que plus bas, vous ne pouvez pas prétendre ne pas savoir compter quand 80% d’une generation est au niveau bac. Quand la part des entreprises et notamment celle conssacre aux dividendes varie entre 5 et 10% de la Valeur ajoutee apres impots, parler de 100% des benefices est pire qu’une foutaise, un mensonge délibéré. Quand a vos elucubration sur la socialisation des dettes.... L’essentiel des entreprises font appel a l’endettement pour se développer, et pas aux taux qu’obtiennent les états parce qu’elles n’offrent pas les mêmes garanties. Toutes vos absurdités sur les capitalistes, les banquiers et les riches reviennent a dire qu’ils sont éminemment pervers tres malins et parfaitement stupides puiqu’ils passent leur temps a se saigner eux meme au quatre veines en acceptant de payer des taux d’intérêts exorbitant.
                                        Du reste, comme je le faisais remarquer a la suite d’un des autres innombrable article de cette veine, tous cela n’a rien d’étonnant, le mensonge systématique étant une des méthode préféré du fashisme. Referez vous au programme du NSDAP munich 1920, et vous verrez qu’il suffit de remplacer juif par capitalistes banquier et allemand de race par travailleurs citoyens ( et classe moyenne depuis la nouvelle mode récente) pour avoir non seulement exactement les mêmes analyses de la réalités, les mêmes projets et les mêmes méthodes.

                                        Vous me direz que les gens ne sont pas toujours sincère dans ce qu’ils disent et c’est vrai. Le fait que vous ayez des discours fachistes n’implique pas que vous le soyez réellement et sincèrement, néanmoins les ressemblances sont vraiment troublantes.


                                      • lagabe 7 janvier 2011 09:17

                                        tu me fais rire
                                        1> les banques ont tout rembourser
                                        2 > si d’un coté on mettait ce que nous coute les riches et de l’autre tout ce qui est social , le RMI ,CMU , AVNC ect a ton avis qui nous couterait le + cher ?


                                        • JL JL 7 janvier 2011 09:36

                                          lagabe : si on supprine le RMI, la CMU et les autres aides sociales, demain le pays est à feu et à sang. Et ça, ça ne plaira pas du tout, mais alors pas du tout aux riches !

                                          Alors que, si l’on prend tout ce qui dépasse le raisonnable au delà duquel on ne peut plus qu’abuser, ce sera la fête dans la rue ; et les rixhes pourront s’en aller au diable :

                                          « Tout homme qui a au-delà de ses besoins ne peut plus user, il ne peut qu’abuser. » (Joseph Fouché, dans une « Instruction » datant de 1793, cité par Zweig)


                                        • kiouty 7 janvier 2011 11:17

                                          Y aurait pas besoin de RMI, de CMU et autres « aides » si il y avait une redistribution du capital au profit des salariés, et pas une captation unilatérale par les grands patrons et par les investisseurs.


                                        • eric 7 janvier 2011 17:41

                                          A JL et allez donc, on poursuit dans l’absurde et l’hypocrisie. Absurde, il y a très peu de temps qu’existent rmi et cmu et je ne sache pas que le peuple ait été dans la rue avant leur création. Hypocrisie, nous sommes tous sans exception tres au dela de nos besoins elementaires par rapport a la tres grande majorite de la population mondiale et il serait beaucoup plus simple de vous priver de votre propre superflus dont suivant vos dire vous ne pouvez qu’abuser que de soutirer aux riches le leur. Dans le premier cas, cela ne dépend que de vous et nul n’essaiera de vous en empêcher. Votre démarche y gagnerait en exemplarité. Exemple, avez vous réellement besoin d’un ordinateur et d’une liaison internet quand des hommes des femmes et des enfants meurent de faim tous les jours partout dans le monde. Donnez l’exemple, faites honte aux riches, bande de tartufes !


                                        • JL JL 7 janvier 2011 17:56

                                          @ Eric, chiche ! On me rend une nature vierge des produits sains, la possibilité d’exercer un boulot artisanal sans être « tué » par le capitalisme, la haute technologie et l’induistrie financière ; et en échange, je balance mon ordi !

                                          Vous ne voulez tout de même pas me demander de vivre avec à la mode d’il y a un siècle ou deux, hein !? Et comme je ne peux pas changer mon environnement, j’en use comme je peux, sans en abuser autant que je peux.


                                        • eric 7 janvier 2011 19:46

                                          a JL Ben voyons ! Bonjour l’assistanat ! Qu’on me donne ! En attendant vous êtes vraisemblablement de l’ordre de 400 fois plus riche que le paysant dogon qui lui vit (survit) deja comme cela mais comme un vulgaire capitaliste, a 400 000 euro par mois, vous posez vos conditions avant de partager concretement...Allez faire de la moralisation chez les Dogons !


                                        • kiouty 7 janvier 2011 11:07

                                          Bravo ! C’est une synthèse au vitriol superbement réussie et qui secoue !


                                          • kiouty 7 janvier 2011 11:15

                                            On a pas donne de l’argent aux riches, on leur a pris un peu moins de leurs revenus sur lesquels ils payaient et payent encore des impôts qui sont parmi les plus élevés du monde développé.

                                            Avec les stock-options, les paradis fiscaux et la possibilité de se payer des specialistes d’optimisation fiscale, non, le temps ou les riches payaient le plus en proportion de leur revenu est totalement révolu. Ceci est un large mensonge. On l’a bien vu a propos du bouclier fiscal, alors meme que l’administration faisait des chèques de plusieurs centaines de milliers d’euros à des contribuables !

                                            On a pas fait cadeau aux banques de capitaux, on leu a prêté a des taux de marche que les mêmes qui approuvent bruyamment ici considèrent comme prohibitifs quand ils sont payes par des etats irresponsables qui s’endettent a tous va pour payer leurs frais de fonctionnement exorbitants.

                                            Ah parce que les banques elles, ont été « responsables » peut-être, avec les dépôts des gens qu’elles ont balancé dans leur grand casino meurtrier ? Si elles l’avaient été, elles auraient assumé leur perte, en cohérence avec leur idéologie de responsabilité individuelle et de non interventionisme de l’état. Au lieu de cela, elles sont venues pleurnicher. C’est bien le moins que l’état soit rémunéré à taux de marché pour leur sauver la peau du cul. Tu peux dire merci à l’état justement, qui, déjà affaibli par la crise et l’augmentation de l’endettement a ACCEPTE d’aider les institutions bancaires (normal, l’état fait tout ce que ces gens là désirent). Et oui, le chomage provoqué par la crise a provoqué la crise de la dette souveraine, et ceci n’a rien de structurel, ça a totalement à voir avec la conjoncture économique du krach des subprimes).

                                            Alors ton petit ton méprisant sur l’état intellectuel de l’auteur, tu ferais bien de te l’appliquer, parce que l’aveuglement idéologique, ça commence à bien faire.

                                            Conclusion, pour aider plus les pauvres, il faut que l’etat depnse moins et s’endette moins. Il faut une politique plus iberale......

                                            HA HA HA HA HA, c’est un poisson d’avril ou quoi ? Pour que l’état dépense moins, il faudrait deja moins de chomage et donc moins de casino boursier pour commencer.


                                            • eric 7 janvier 2011 16:02

                                              A kiouty, vous vous méprenez, mon mépris n’est pas petit, il est massif. A l’heure ou 80% d’une classe d’age est au niveau bac, je ne peux pas croire que l’auteur et vous même ne savez pas compter ou lire. Vos mensonge sont donc délibérés et ne peuvent être fondes que sur l’hypothèse que vos concitoyens sont des abrutis et je m’explique. Voila un type qui prend les deux extrême des 30 dernières années dans la repartiion de la valeur ajoutée, les compare, oublie que la part de l’État s’est accrue et en conclue a 160 milliards annuels de spoliation. C’est un mensonge, parce qu’a ce niveau, cela ne peut pas être une erreur de calcul.

                                              De même dans vos remarques a vous, on ne peut admettre l’aveuglement a une epoque ou entre l’internet et les possibilités de deplacement, n’importe qui est a meme de verifier par lui meme que dans les pays developpes aujourd’hui, il y a d’autant moins de chomeur que les politiaues sont plus liberales. C’est donc délibérément que vous mentez et cela ne me parait pas tres estimable.


                                            • eric 7 janvier 2011 17:28

                                              A kiouty, d’ailleurs la cohérence de votre discours est comparable a celle de l’auteur. C’est vraiment du grand n’importe quoi. SI il y avait moins de chômage, l’etat rentrerait plus d’argent mais ne dépenserait pas moins puisque les régimes de chômages sont géré par les partenaires sociaux pour l’essentiel et sur la base des cotisations des salaries du prive ( puisque la fontion publique se refuse absolument a participer a la solidarité avec les travailleurs les plus fragile au motif qu’elle n’est pas concernée par le risque) Quand au casino boursier, l’État prend sa part sous forme d’impôts d’une part et y joue pleinement son role en etant le principal emprunteur sur les marches.


                                            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 7 janvier 2011 11:59

                                              Pas mieux. Je plussune.

                                              +1


                                              • Do Ngoc Tran 7 janvier 2011 12:37

                                                Je ne suis pas économiste, donc je ne comprends pas.
                                                Tous les gouvernants européens sauvent leurs banques (sauf en Islande), imposent l’austérité, c’est-à-dire augmenter impôts et charges pour le plus grand nombre, réduire le pouvoir d’achat, donc la croissance, pour garder la note de cotation, aggraver la misère des plus démunis.
                                                Une autre politique est possible, pour augmenter la croissance, en injectant du pouvoir d’achat aux classes pauvres et moyennes : quand on donne de l’argent aux pauvres, ils le dépensent.
                                                Quand on donne de l’argent aux riches, la majeure partie s’envole vers des circuits financiers souvent improductifs genre fonds de spéculation, qui à leur tour, attaquent les Etats à travers la spéculation sur les dettes souveraines, les déficits budgétaires, et l’austérité.
                                                Mais il se trouve que la plupart des gouvernants s’abreuvent aux mangeoires (sic) des riches, en exemple l’Italie ou la France. Il n’y a donc rien à espérer, car il n’y a plus de révolution.


                                                • ubogy 7 janvier 2011 14:01

                                                  C’est sûr que ce sont les islandais les plus courageux car ils ont flanqués tout ce beau monde dehors, les banques ET les politiques...

                                                  Aujourd’hui c’est Constituante et nouvelle Constitution, rien que ça !

                                                  De toute façon les crédits financiers pourris qui ont fait cette crise dépassant la totalité du fric présent et à venir sur la planète, il n’y avait pas de meilleure solution que de virer tout le monde et tout remettre à plat, car c’est planétairement insolvable ;-p

                                                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès