Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Liberté ou l’extermination oubliée des Roms

Liberté ou l’extermination oubliée des Roms

Liberté, nouveau film de Tony Gatlif (qui est également compositeur ici), nous rappelle que pendant la guerre les Roms ont été massivement exterminés. Cette Shoah les Tsiganes l’appellent Samudaripen. Sur les deux millions qui vivaient en Europe à cette époque, entre 250 000 et 500 000 ont disparu dans une quarantaine de camps de concentration. Dont certains en France. Une histoire oubliée.

Voici le synopsis de Liberté tel qu’il figure sur le site du Centre d’études Tsiganes  :
 
Théodore, vétérinaire et maire d’un village situé en zone occupée pendant la seconde guerre mondiale, a recueilli P’tit Claude, neuf ans, dont les parents ont disparu depuis le début de la guerre. Mademoiselle Lundi, l’institutrice fait la connaissance des Tsiganes qui se sont installés à quelques pas de là. Ils sont venus pour faire les vendanges dans le pays. Humaniste et républicaine convaincue, elle s’arrange, avec l’aide de Théodore, pour que les enfants Tsiganes soient scolarisés.

De son côté, P’tit Claude se prend d’amitié pour Taloche, grand gamin bohémien de trente ans qui se promène partout avec son violon sur l’épaule. Mais les contrôles d’identité imposés par le régime de Vichy se multiplient et les Tsiganes, peuple nomade, n’ont plus le droit de circuler librement : Théodore cède alors un de ses terrains aux bohémiens, désormais sédentarisés.
 
Tandis que les enfants Tsiganes suivent les cours de Mademoiselle Lundi, P’tit Claude est de plus en plus fasciné par le mode de vie des Bohémiens - un univers de liberté où les enfants sont rois. Mais la joie et l’insouciance sont de courte durée : la pression de la police de Vichy et de la Gestapo s’intensifie et le danger menace à chaque instant. Comme ils l’ont toujours fait depuis des siècles, les Tsiganes devront reprendre la route

Ce projet, Tony Gatlif, réalisateur notamment de Latcho Drom, Gadjo Dilo, Swing ou Exils le porte depuis longtemps. L’histoire de la persécution des Roms pendant la guerre « a été volontairement ignorée, confie-t-il à 20minutes. Elle ne se trouve dans aucun livre scolaire... ». Et le cinéaste d’ajouter « Je l’ai fait pour raconter ce qui a été oublié ».

Pour le centre d’études tsiganes, «  soixante-dix années après les faits, on prend la mesure par l’ouverture des archives de la Seconde Guerre mondiale de l’étendue des persécutions raciales qui ont eu cours dans cette époque. Alors que les derniers témoins vont se taire à jamais, il est urgent de mobiliser toutes les énergies pour mettre à jour les faits avec la plus grande précision, en montrer les mécanismes, et conduire dans le respect des victimes la restauration d’une mémoire bafouée.

L’internement familial massif des "Nomades" en France pendant la Seconde Guerre mondiale a été provoqué par la conjonction de deux types de politiques, la radicalisation du Régime des Nomades français et l’application de la Zigeuner-Politik (le régime racial) allemande.
 
En France, la règlementation des "Nomades" (terme administratif qui servait à qualifier les familles tsiganes françaises), initiée par la loi de 1912, s’était intensifiée et personnalisée par une multitude de pièces spécifiques, dont le carnet anthropométrique emblématique. Des familles françaises depuis toujours faisaient l’objet d’une surveillance et d’un enregistrement quotidien.

Les pouvoirs de l’administration préfectorale ont été renforcés dans l’entre-deux-guerres (à la suite de la loi du 3 août 1926, décret du 5 novembre 1926). À partir du décret-loi du 6 avril 1940, cette politique d’exclusion fut radicalisée par les ordres d’assignation à résidence imposés aux familles enregistrées dans le Régime des "Nomades. »

Mais revenons au film. « Je voulais un acteur qui ait une gueule et une voix qui ressemble à un Français de l’époque. Marc Lavoine a les deux », explique Tony Gatlif au Parisien pour qui Liberté est un oeuvre énergique, puissante et bouleversante.
 
« C’est en tombant sur l’histoire de l’une de ces victimes, un certain Taloche, incarné par James Thiérrée, petit-fils de Charlie Chaplin, que Gatlif s’est décidé à tourner le film qu’il avait toujours rêvé de faire’, précise le Parisien.

Ouest France rappelle que ce personnage de Taloche est directement inspiré d’un nomade bien réel qui figure dans le livre d’un historien local, Jacques Sigot, sur le camp de concentration de Tsiganes de Montreuil-Bellay, dans le Maine-et-Loire.

Il n’existe pas de film et très peu de livres sur les Tsiganes, rappelle Médiapart qui cite le nom hélas oublié de Matéo Maximoff ou encore celui d’Henriette Asséo. Il n’existe rien sur leur déportation, « hormis quelques chapitres dans des ouvrages consacrés à l’histoire de ce peuple nomade. » Le réalisateur a donc fait appel à des historiens, des spécialistes de l’histoire Tsigane.

En France, souligne le centre d’études Tsiganes, de nombreuses familles tsiganes (quelque six mille hommes, femmes, vieillards, enfants) furent internées dans des camps gérés par l’administration française. Cela s’est passé entre 1940 et 1946. Nos livres d’histoire sont silencieux.
 
Chassés, privés de liberté, maltraités, gardés sous la responsabilité et le contrôle des autorités françaises, ces enfants, ces femmes, ces hommes, attendent aujourd’hui encore, la reconnaissance de l’Histoire et de la France, leur Histoire, leur France. Simplement parce qu’ils sont, Tsiganes, Voyageurs ou dits " nomades ", Bohémiens… ce droit de mémoire leur a été dénié.

Le film de Tony Gatlif s’inscrit dans un projet* dont le réalisateur est le parrain : Une mémoire française. Les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale, 1939-1946. L’événement programmé cette année « témoigne, explique le centre, de cette histoire oubliée, de cette histoire qui nous appartient à tous, pour que la mémoire ne s’échappe pas et que l’histoire ne se répète pas.

*Projet est parrainé par le cinéaste Tony Gatlif. Il est encadré par un comité scientifique composé d’historiens : Henriette Asséo, Emmanuel Filhol, Marie Christine Hubert, Alain Reyniers, Jacques Sigot Il est porté par un comité d’organisation composé des associations suivantes : ANGVC (Association Nationale des Gens du Voyage Catholiques) / ASNIT (Association Sociale Nationale Internationale Tzigane) /FNASAT-Gens du voyage (Fédération Nationale des Associations Solidaires d’Action avec les Tsiganes et les Gens du voyage) / LDH (Ligue des Droits de l’Homme) / MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) / Romani Art / UFAT (Union Française des Associations Tsiganes)

Liberté. Comédie dramatique française de Tony Gatlif, avec Marc Lavoine, Marie-Josée Croze, James Thiérrée, Rufus, Carlo Brandt... Durée : 1h 51




Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • morice morice 24 février 2010 13:33

    Bravo de rappeler que ça commence toujours comme ça : par une exclusion... 

    « Nos livres d’histoire sont silencieux. »
     quand j’ai débuté dans l’enseignement, il n’y avait RIEN sur Vichy dans les bouquins scolaires : RIEN. On était en guerre, il y avait des résistants, DeGaulle arrivait.. et hop c’était la seconde guerre mondiale. Il n’y avait pas un mot non plus sur la décimation de 1917 ou les crosses en l’air... RIEN. Rien sur... Pétain ! Alors pensez donc sur Touvier ou sur Papon...

    • TSS 24 février 2010 17:39


      Papon rattrapé par la justice, c’est de la rigolade,il est sorti de prison pour raisons medicales(?)

       et a terminé sa vie chez lui avec 30 policiers autour de sa maison payé par les contribuables !!

      c’est une sacrée punition pour une personne responsable des morts de 1961ainsi que ceux 

       du metro Charonne... !! et je ne reviens sur la deportation !!


    • masuyer masuyer 24 février 2010 13:58

      Bonjour,

      merci à Tony Gatlif de s’être saisi de cette question.

      Verrons-nous certains imbéciles de ce site venir nous dire ici que les « Tsiganes l’avaient un peu mérité ? »

      Parce qu’au vu de certaines déclarations déjà lues ici, cela pourrait tout à fait se reproduire, sous les applaudissements d’une bande de bas du bulbe sur de leur bon droit et « défenseurs des droits de l’homme »


      • anty 24 février 2010 21:27

        Johan Strauss

        Le Danube bleu


      • Reinette Reinette 25 février 2010 02:02


        la valse des faux-culs, oui


      • citoyen 24 février 2010 14:20

        mais il y a deja eu des livres la dessus , depuis assez longtemps deja , par exemple un ouvrage de christian bernadac . on ne le trouve plus hélas que d’occasion sur les sites pricemachin et e-béééé , par exemple . Toutes ces choses sont bien connues des gens qui ont bien voulu s’y intéresser .


        • drourim drourim 24 février 2010 16:09

          Enfin Il est arrivé
          Le film sort aujourd’hui et j’espère qu’il ne souffrira pas “d’avatar“
          Au camp du Struthof (Natzveiler) en Alsace redevenue Allemande, les Tziganes portaient un triangle noir pointe en bas ainsi que les témoins de Jéhovah, les “asociaux“ et les droits communs.


        • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 15:25

          En espérant que votre billet sera plus apprécié que celui-ci :

          http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/premiere-conference-europeenne-sur-44584

          On notera les nombreuses insanités débitées alors par certains !

          Sinon, je ne manque aucune réalisation de Tony Gatlif, celle-ci ne fera évidemment pas exception !

          Cordialement


          • jako jako 24 février 2010 15:36

            Hans, effectivement le fil est gratiné que du lourd bulgroz jonas etc


          • masuyer masuyer 24 février 2010 15:46

            Bonjour,
            c’est exactement ce dont je parlais. Le plus « cocasse » c’est que ces types n’ont de cesse de trouver des nazis partout.....

            Ces gars-là seraient nazis sous Hitler et staliniens sous Honecker. smiley


          • armand 24 février 2010 17:14

            Excellent article Hans j’ai eu plaisir à voter sur ce fil ou apparaissent des commentaires très « improbables » des provocs surement, ce n’est pas cela mon pays ni mon identité.
            Pour l’article du jour excellent rappel sauf que....
            J’ai essayé ce week end d’acheter en magasin officiel (fnac cultura auchan) les films Lebanon Les Citronniers La Fanfare Valse avec Bashir etc.... introuvables idem pour welcome
            il ne reste que le web pour obtenir ces témoignages et je présume que Liberté fera de même...


          • TSS 24 février 2010 17:43

            Lire « La route du rom » de didier Daeninckx très instructif sur le comportement du français de

             base(de souche) avec les manouches... !!


            • Reinette Reinette 25 février 2010 02:00


              Salut à tous

              Liberté, beau titre ... ce film je ne vais pas le rater

              Nous sommes tous des nomades contrariés smiley

              TSS, La route du Rom Daeninckx ... bon livre

              à lire également
              de Jan Yoors
              - Tsiganes Sur la route avec les Rom Lovara
              - La croisée des chemins - la guerre secrète des Tsiganes 1940-1944
              http://www.libella.fr/phebus/index.php?q=YOORS










            • Cogno2 25 février 2010 09:45

              On se fout des roms, tout comme on se fout de tout ce que Staline et Hitler ont exterminé.
              La seule chose importante, c’est la grande histoire d’amour entre les juifs et les nazis, le reste, c’est peanuts.
              Les vainqueurs écrivent l’Histoire.


              • Triodus Triodus 1er mars 2010 09:40

                ..et les perdants la répètent sans cesse..


              • L. D. T. L. D. T. 28 février 2010 01:13

                Désolé. Je suis jeune, en forme et optimiste sur la vie, même s’il n’en reste plus beaucoup ça existe encore. Et je n’ai aucune intention de chialer sur une autre vieillerie tragique. J’avais déjà peu donné pour les juifs, pas versé une larme pour les esclaves noirs et je n’arrive même pas à ressentir le moindre remords quant à la colonisation.

                Pleurez, si ça vous fait vous sentir mieux.

                Je suis trop heureux et trop cultivé(ce qui n’est pas grandchose) pour égoutter l’eau de mon corps par mes yeux, surtout pour des types morts il y a plus de soixante ans et qui ne nous apporteront rien maintenant.

                Vous savez pendant que vous larmoyez sur des tragédies largement dépassées et ressassées, d’autres avancent...


                • nilasse nilasse 28 février 2010 11:54

                  vous remettez en question la souffrance des souffrances ??? les seuls a avoir souffert dans tout l’univers sont les juifs cher auteur. le million de tziganes exterminés,c’est quantité négligeable. alors pourquoi les livres d’histoires ou les émissions a but historique perdraient leur temps a parler de ce non sujet, ou du destin tragique des homosexuels,des gens dit « asociaux »,des opposants politiques ou des 27 millions de russes morts durant cette période. votre article frise le négationnisme. (ironie)

                  très bon article,et sujet trop rarement abordé. bravo

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès