Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Loi anti-prostitution et modèle suédois : encore une loi à la con, une (...)

Loi anti-prostitution et modèle suédois : encore une loi à la con, une !

Avec 268 voix pour et 138 voix contre, le Parlement a encore une fois réussi le pari de voter de la manière la plus inutile, hypocrite et contre-productive qui soit face à un problème mal analysé, et en niant un principe fondamental de notre société qui est que chacun – et chacune – puisse disposer de son propre corps comme il ou elle l’entend.

Certes, le désir affiché d’éradiquer la prostitution sous contrainte est tout à fait louable, mais criminaliser le “client” dans toutes les situations revient à jeter le bébé avec l’eau du bain et ne servira qu’a rendre cette activité souterraine, et encore plus dangereuse pour les femmes qui la pratiquent. Mais moins visible sur les trottoirs de Neuilly et du Bois de Boulogne…

Le premier problème est un problème de principe : deux êtres adultes et consentants qui, pour des raisons qui les regardent, décident de contractualiser une relation sexuelle… ne pourrontt plus le faire, du fait que le “payeur” se retrouvera criminalisé d’office. Ce qui est du grand n’importe quoi et fait fi de tout droit fondamental d’usage de nos propres corps. Il faudrait, pour être logique, interdire alors tout contrat de mise à disposition du corps de quelqu’un vis-à-vis de qui ou de quoi que ce soit, autrement dit : fini le salariat.

Le second problème concerne les évidentes dérives associées à la mise en oeuvre : Tout homme se promenant avec une femme qui n’est pas sa compagne “officielle” (y compris, par définition, tous les célibataires) sera suspect, et donc sujet à contrôles de police, perquisitions, etc… Sans parler de la femme qui, elle, selon les bonnes vieilles méthodes policières, sera sans doute “invitée” sous la menace à “dénoncer” ses partenaires. Nous entrons par une nouvelle porte dans la dictature policière pure et dure. Après sa défaite dans l’affaire du mariage pour tous, la Gestapo de la bonne morale tient là une bonne chance de revanche.

Le troisième problème concerne la relation aux objectifs : les députés se revendiquent du “modèle suédois” instauré en 1999 et qui, en criminalisant le payeur sans pour autant rendre illégal la prostitution en tant que telle, prétend avoir grandement réduit la prostitution en général. Ça c’est la communication officielle, mais en y regardant de plus près il ne semble pas y avoir de relation très nette entre cette loi et le niveau de prostitution : une étude rédigée par Dodillet and Ostergren intitulée The Swedish Sex Purchase Act : Claimed Success And Documented Effects (Loi suédoise contre l’achat de sexe : déclarations de succès et réalité documentée) dont un des paragraphes introductifs dit ceci (ma traduction) :

L’analyse des études et rapports disponibles démontre que le Sex Purchase Act (la loi anti-prostitution suédoise, ndt) n’a pas eu l’effet annoncé sur le niveau de prostitution, le trafic des femmes ou la déterrence envers les clients. Il n’est pas non plus possible d’en conclure que l’attitude du public vis-à-vis de la prostitution a changé de manière significative en faveur de la position féministe (à l’origine de la loi, ndt) ni que cette loi bénéficie d’un support croissant. Nous avons par ailleurs trouvé des rapports concernant des effets négatifs de cette loi – notamment en ce qui concerne la santé et le bien-être des travailleuses du sexe – et ce malgré le fait que le législateur avait insisté sur l’absence d’effets négatifs sur les prostituées.”

Une autre étude, publiée en avril 2012 et intitulée The Swedish Law to Criminalize Clients : A failed experiment in social engineering (La loi suédoise de criminalisation des clients : une expérience ratée en ingénierie sociale), conduite par Ann Jordan, dont l’un des paragraphes introductifs dit ceci (ma traduction) :

Sans surprise, l”expérience n’a pas fonctionné. Depuis treize années que la loi est en vigueur, le gouvernement suédois n’a pas été capable de démontrer en quoi cette loi a réduit le nombre de consommateurs ou de prostituées, ou réduit le trafic (des femmes prostituées sous la contrainte, ndt). Tout ce qu’il (le gouvernement suédois, ndt) peut faire valoir est un support (contesté) de l’opinion publique et une mise en danger accrue pour les prostituées travaillant la rue. Malgré cet échec, le gouvernement a choisi d’ignorer les faits et de déclarer cette loi comme étant un succès ; il continue en plus à faire la promotion de cette loi envers d’autres pays.”

Pour la France en tous cas, la propagande semble avoir fonctionné. Mais au bénéfice de qui ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 5 décembre 2013 21:10

    « Doive », non. « Puisse », cela le/la regarde. Mais cette subtilité doit sûrement vous échapper.


  • Daniel D. Daniel D. 6 décembre 2013 08:40

    Il n’y as rien a argumenter avec quelqu’un qui ne sait pas faire la distinction entre disposer de son corps a sa guise et être prostitué sous la contrainte.

    L’agressivité, le dénigrement, les arguments spécieux comme argumentaire ? tu appelles cette chose indigeste un argumentaire ? ce truc pondu par un esprit manichéen intégriste incapable d’empathie et de comprendre autrui ?

    Pénaliser les clients n’est pas lutter contre le proxénétisme, c’est un fait. Et c’est même contre productif car les travailleuses doivent accepter des conditions moins sure pour travailler , pas les esclaves, non, les volontaires, celles qui ont même un syndicat et qui sont indépendante, celles que certains s’évertuent a nier...

    Pas besoin de leçon de morale de la part de gens qui portent un discours sans réelle réflexion.


  • Rounga Roungalashinga 6 décembre 2013 09:14

    Voir Démosthène exiger un argumentaire, ça fait un peu le même effet que voir une Femen réclamer de la décence.


  • Rounga Roungalashinga 6 décembre 2013 13:22

    Démosthène,
    J’ai de la peine pour toi en constatant à quel point tu es à côté du débat quand tu poses ta question. Il me semble qu’il est clair pour tout le monde ici que la prostitution forcée n’est pas acceptable. Inutile de revenir dessus sans cesse dans l’espoir de confondre tes contradicteurs en les accusant de la cautionner.
    Mais pour faire avancer le débat et le faire sortir du point de stagnation où tu veux le faire rester, moi je vais t’en poser une, de question : les putes, tu t’es déjà demandé ce qu’elles en pensaient, de cette loi ? Non, sûrement, tout comme les médias que je n’ai pas vu une seule fois inviter une prostituée pour aborder le sujet, alors qu’elles sont quand même, avec les clients (qui ne sont jamais consultés non plus !), les premières concernées. Tu as vu qu’elles ont manifesté contre la loi ? Ca ne remet pas un tout petit peu en cause tes certitudes ?
    Allez, va, et ne dis plus de bêtises.


  • tf1Groupie 6 décembre 2013 13:31

    Le fait que Démosthène soit favorable à cette loi suffit à démontrer la bêtise de cette loi.

    Il y a des enfants de 10 ans qui sont esclavagisés dans les usines de chaussure.

    Qu’à cela ne tienne, supprimons les chaussures nous dira Démosthène !

    L’évidence est qu’en Suède la prostitution n’existe plus officiellement : elle est cachée.
    Donc impossible de savoir ce qu’il en est réellement.
    Mais il très probable que ce soit devenue une prostitution de luxe via Internet. Conclusion les pauvres n’ont plus le droit de baiser... Vraiment super cette loi !


  • stepht 6 décembre 2013 14:23

    D’habitude, je plussoie M. Démosthène. Mais là, j’ai dû perdre mon cerveau en route...

    L’immense majorité des gens échangent leurs capacités intellectuelles et/ou physiques contre de l’argent, de façon plus ou moins librement consentie. Afin d’éviter que le donneur d’ordre ne devienne trop exigeant, on a établi des lois, un code du travail...
    Certes, dans certains pays, ce code nous serait parfaitement intolérable (10 à 12 heures par jour dans un sweatshop offshore (ouais, ça fait djeuns de causer franglais) quelconque, payées un bol de riz... ?). Mais quand on sait se montrer raisonnables, ça peut fonctionner (35 heures par semaines, 5 semaines de congés payés, retraite à 60 ans, assurance maladie, assurance chômage, ...).

    Pourquoi la chose sexuelle vous effraie-t-elle autant ? Pourquoi se braquer de la sorte sur ce sujet ? Pourquoi ne pas le traiter avec la même circonspection ? Certes, le proxénétisme est ignoble ; la prostitution forcée intolérable ; l’exploitation infantile abjecte...
    Mais justement, criminaliser ce qui pourrait être raisonnable (une relation certes tarifée, mais librement consentie) ne risque-t-il pas de favoriser ce qui ne l’est pas, aussi bien chez nous que —vos exemples !— en Thaïlande ou en Afrique du Nord ?
    Un patron se permet-il de gifler ou de donner une raclée à un ouvrier ? La comparaison s’arrête là : c’est le proxénétisme, la violence, l’exploitation, la contrainte (utilisez votre vocabulaire préféré...) qui sont à éradiquer.
    Je n’ai aucun droit de regard sur les pratiques —et le nombre de partenaires !!— de ma fille. Si elle se fait payer, ça la (ça les ?) regarde. Par contre, si elle y était contrainte, effectivement, il vaudrait mieux qu’il ne se trouve pas d’arme en ma possession... Alors oui ! Il y a bien une nuance de subtilité, que je ne pense pas indispensable de devoir expliquer à une esclave sexuelle, exercât-elle dans les Beaux Quartiers.

    Quant aux attaques « ad hominem », pour quelqu’un qui se permet d’accuser ses contradicteurs de n’avoir pas de cerveau, d’être des « abrutis », de les appeler ses « potes », d’être « incapables de comprendre », ou encore d’être des « bouffons bouffis de certitudes » (malgré la jolie allitération), c’est l’hôpital qui se moque de la charité...


  • hugo BOTOPO 5 décembre 2013 15:56

    Faire payer ou taxer les clients d’un acte sexuel c’est la définition de la prostitution et/ou du proxénétisme. L’État devient un proxénète en prétendant -comment ?- lutter contre la traite sexuelle des êtres humains. La loi ne sera guère efficace dans la lutte contre le proxénétisme.
    Les relations sexuelles entre adultes consentants ne sont pas interdites. En absence de consentement c’est du viol imposé sous la contrainte du client ou du proxénète !
    Depuis de nombreuses décennies la consommation modérée de boissons alcoolisées est autorisée aux adultes : les excès, l’ivresse étaient condamnées et réprimées, autrefois, selon les affiches placardées sur les débits de boisson. Aujourd’hui la répression se limite à la conduite sous l’emprise alcoolique, même légère.
    Les drogues, surtout les drogues dures -cocaïne, héroïne, LSD, ...- sont interdites et tout possesseur de drogue est supposé être un trafiquant et devrait se faire verbaliser ou emprisonner. POURQUOI TOUS LES CLIENTS CONSOMMATEURS OU REVENDEURS DE DROGUES NE SONT-ILS PAS SYSTÉMATIQUEMENT SANCTIONNÉS ? Ce serait une mesure radicale contre les trafics et l’usage des drogues. Les consommateurs de « coke » et autres stimulants seraient-ils trop nombreux dans les microcosmes, dans les hautes sphères de la politique, des médias, des arts, de l’économie et de la finance, pour ne plus faire appliquer la loi ?


    • claude-michel claude-michel 5 décembre 2013 16:09

      Hollande le moraliste qui fait des bébés a toutes les femmes qu’il rencontre sans les épouser.. ?

      Dans le fond a chaque fois il va aux putes peut être...une façon comme une autre de se vider les nouilles...Un mec exemplaire en somme...comme Belkacem (franco-marocaine) qui dans son pays se tait devant la corruption de son roi...mais vient chez nous faire sa crotte.. ?

      • yt75 5 décembre 2013 16:35

        Une petite vestale, Venus ou sphinge ci dessous :
        https://vimeo.com/64412828
        Elles au moins (les vestales) étaient chastes ! (et peine de mort aux contrevenantes)


        • Le421 Le421 5 décembre 2013 17:43

          Pas un mot sur les chefs de réseaux de prostitution... Ils sont sûrement plus difficiles voir dangereux à appréhender que le client de passage. Ils ont aussi sûrement des carnets d’adresses avec des noms intéressants bien remplis.
          Surtout si, en parallèle, ils ont une équipe d’escort-girls haut de gamme qui occupent des messieurs de la haute société.
          Il ne faudrait surtout pas penser que depuis que DSK s’est fait descendre par ses copains politiques que les réseaux font faillite.
          Mais là, on touche du « beau monde », alors, botus et mouche cousue...

          Bande de faux-culs !! Décidément, nous avons affaire à un Concours Lépine de la connerie au Gouvernement en ce moment.


          • bernard29 bernard29 5 décembre 2013 17:51

            voilà comment un député peut voter pour une mauvaise loi ;

            Conclusion de la tribune de Cambadélis (député PS), dénonçant les pièges de cette loi ; sur le Post (http://www.huffingtonpost.fr/jean-christophe-cambadelis/la-prostitution-le-piege_b_4384854.html?utm_hp_ref=france )

            « Voter contre cela sous entendrait que l’on est contre l’objet du texte qui dit s’attaquer à la prostitution. Cela sous entendrait même que le parlementaire vote une sorte d’encouragement. S’abstenir ne serait pas très courageux. Et voter pour serait cautionner une loi qui rate sa cible. Voilà pourquoi ce texte est un piège. Alors la mort dans l’âme, comme j’ai la prostitution en horreur, je vote sans adhésion pour une loi inaboutie. »

            On pourrait croire que si une loi est non aboutie, mal fichue, dangereuse , on devrait voter contre . Eh bien non. on vote pour , parce que la prostitution c’est caca.

            Ce qui est fort du café c’est que le PS et en particulier Cambadélis, faisait des pieds et des mains pour propulser DSK à la Présidentielle.  !!! 


            • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 5 décembre 2013 21:12

              Virez-moi cette bande de cons...


            • oncle archibald 5 décembre 2013 19:08

              Avec 268 voix pour et 138 voix contre on arrive à 406 députés qui ont voté. Sur un effectif de 577 députés. Ils étaient où les 171 autres ? Z’étaient allés aux putes ? Ou bien ils s’en foutent de participer à la discussion et de voter les lois ? Bande de fainéants ! Escrocs !


              • oncle archibald 5 décembre 2013 19:35

                Nous sommes encore devant un dilemme : 

                1/ personne raisonnablement ne peut être pour la prostitution qui dégrade celle qui la pratique. 
                2/ personne raisonnablement ne peut penser qu’une loi va éradiquer la prostitution.

                Il faut cependant distinguer deux cas : 
                1a/ celui de la prostituée contrainte par un marchand de viande. Ce problème ne nécessite nullement de nouvelle loi. Le proxénétisme est déjà interdit. 
                1B/ celui de la femme qui se prostitue librement et qui accepte en toute conscience de laisser le libre usage sexuel de son corps à un inconnu moyennant un dédommagement financier.

                La loi ne devrait raisonnablement traiter que de ce cas 1B puisque le cas 1A est déjà prévu et en principe réprimé.

                La loi qui a été votée à la sauvette va pénaliser le « consommateur » d’un service qui n’est pas interdit à la vente !!!! Un peu comme s’il était autorisé de vendre de la drogue et que seul l’acheteur soit puni ! C’est fou non ? Pourtant des messieurs qui prétendent faire la loi « au nom du peuple Français » ne mollissent pas (si j’ose dire) et votent cette ineptie.

                Résultat : Le client va devoir se cacher pour ne pas se faire prendre. Le « contrat » va donc se traiter par internet ou par téléphone, et un Monsieur amateur de ces pratiques se rendra au domicile privé d’une dame pour lui rendre visite. Comment l’infraction à la loi pourra-t-elle être constatée ? 

                Un flic va monter subrepticement l’escalier derrière le client et faire irruption dans l’appartement de la prostituée au moment précis ou il lui remet de l’argent ? Et pourquoi ne serait-il pas en train de rembourser la somme qu’elle lui avait prêté il y a trois jours lorsqu’il était au restaurant très ennuyé d’avoir oublié son portefeuille ?

                On voit bien que le seul résultat, non négligeable certes, sera de faire disparaitre ou tout au moins diminuer fortement la prostitution de rue. 

                Je ne doute pas que ces Messieurs les maquereaux trouvent les moyens très vite de contourner cet inconvénient, exactement comme au temps de la prohibition aux Etats Unis ils continueront à faire de substantiels profits sur le dos de leurs protégées.

                • Duralex Duralex 6 décembre 2013 08:32

                  @Archibald

                  Contrairement à vous je pense que cette loi interdit clairement la prostitution en France. Le fait que les prostituées ne puissent être condamnées n’y change rien.

                  Ainsi la loi interdit le travail au noir mais en cas de travail au noir, seul l’employeur peut être condamné, et non le salarié non déclaré.

                  Partant de l’idée que les femmes sont des êtres faibles, dépourvues d’autonomie et de toute volonté propre, de telle sorte que dans tous les cas de prostitution, elles ne sont que des victimes de cette forme de domination masculine, il est évident que le législateur ne pouvait les sanctionner.

                  D’autre part le fait que la prostitution soit réduite à la clandestinité ne sera pas simplement un effet pervers de la loi : c’est à mon avis le but recherché. On ne veut plus voir les prostituées dans nos rues.

                  Quant à empêcher la prostitution, c’est évidemment une autre paire de manches. Mais le but n’est pas d’empêcher la prostitution, ce qui est au dessus des forces du législateur, il s’agit seulement de la rendre invisible, quitte à ce que cela renforce le proxénétisme


                • oncle archibald 6 décembre 2013 09:21

                  @ Duralex : « Ainsi la loi interdit le travail au noir mais en cas de travail au noir, seul l’employeur peut être condamné, et non le salarié non déclaré. »

                  Vous évoquez le cas d’un employeur qui ne déclare pas son employé. Pour revenir au sujet ce pourrait être par exemple un « clandé », le bordel clandestin en général proche des lieux ou travaillent des émigrés clandestins et ou les filles travaillent « à l’abattage ». Dans ce cas assimilable à de l’esclavage il est clair que seul l’employeur doit être condamné.

                  Mais il y a bien d’autres formes de travail au noir. Il y a par exemple le travail du week-end fait par l’employé qui traite directement avec les ex clients de son patron. Très courant dans les domaines de la réparation automobile et des métiers du bâtiment. Ou bien le bon bricoleur qui exerce son activité non seulement chez lui mais chez son voisin moyennant finances. Dans ce type d’activité le client et le prestataire de services sont punissables par la loi. 

                  L’activité « artisanale » d"une prostituée libre de tout proxénète serai dans ce deuxième cas .... sauf que c’est seulement son client qui serait punissable. A mon avis, juridiquement, cela ne tient pas debout et même si la loi passe en l’état au parlement et au sénat elle sera retoquée soit au conseil constitutionnel soit au conseil européen.

                • Hermes Hermes 6 décembre 2013 15:17

                  Oncle Archibald a bien résumé l’effet de cette future loi : tout sera visiblement « propre » désormais ! Il est à craindre que l’invisible n’en devienne que bien plus inhumain hélas.....

                  Encore une fois, un sujet a été jeté en pature l’opinion publique et aux députés ain de diminuer le temps de cerveau disponible,et de déclencher des passions qui obscurcissent tous les jugements. La stratégie politique à droite comme à gauche est la même, seuls les thèmes diffèrent.

                  Pendant ce temps, que se passe t-il vraiment ?


                • Antoine 5 décembre 2013 22:59

                  La suède aussi a sa langue de bois officielle, c’est à dire, comme souvent chez nous, le déni de la réalité. Quoi qu’il en soit, beaucoup, qui se plaignent de cette ânerie supplémentaire, n’avaient pas de mots assez durs à propos de ce « salaud » de Sarko : et c’est qui, qui vient parasiter encore davantage vos finances et vos slips ? Qu’ils s’excusent d’avoir propulsé au pouvoir ces zombies !


                  • REFLEX 5 décembre 2013 23:06

                    tous les trois ou quatre mois, madame la Porte parole du Gouvernement nous en sort une :
                    la dernière fois, c’est pour nous vanter les avantages du « mariage pour tous », en réalité pour quelques centaines de couples . Mais à l’époque, que chacun s’en souvienne, elle a bien avoué que ce n’était que le début d’une progression devant "nécessairement aboutir vers une loi permettant aux couples homosexuels d’envisager la Gestation Pour Autrui. Et oui, elle l’a bien dit....
                    Aujourd’hui, c’est la loi qui devrait permettre de sanctionner les clients de prostituées : Je veux bien prendre tous les paris , que des sanctions, il ne pourra y en avoir devant l’immensité de la tâche ( qui va se planquer pour surprendre les clients , comment, où, ? : impossibilité presque totale d’appliquer une telle loi. Alors, pourquoi la voter, cette loi absurde dont on veut nous convaincre qu’elle est une avancée spectaculaire vers une certaine morale, alors que l’on est infoutu de coincer les maquereaux proxénètes . Et surtout, on veut nous en démontrer le bien fondé en prenant l’exemple de la Suède, alors que précisément les résultats sont loin d’être ceux présentés
                    officiellement par les pouvoirs publics.
                    Quelle seront les prochains projets de loi que Madame Najat Vallaud-Belkacem va sortir du chapeau ?
                    De l’enfumage, et encore de l’enfumage, pour occulter les vrais problèmes !!
                    ---marre de cette hypocrisie permanente, marre d’entendre en première page des médias les problèmes de prostate du Président, avec des tables rondes à l’envi , sur ce seul sujet.
                    Bon sang, pour qui prenez-vous les habitants de ce Pays ? des demeurés, des moutons de Panurge, bref des crétins et des vaches à lait ?


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 décembre 2013 10:13

                      ce gouvernement applique la même technique que le précédent : il désigne des boucs émissaires (simplement ce n’est plus les mêmes qu’avant).

                      Et pour constater les infractions, on fera comme la police de Miami dans Dexter : femmes flics déguisées en prostituées smiley


                    • Scual 6 décembre 2013 02:47

                      Cette loi va tellement empirer la situation des prostituées que j’en ait les larmes aux yeux et la haine contre le FdG qui soutient cette loi dégueulasse.

                      Sérieusement quand on retrouvera des prostituées enchainées dans des caves, ce qui sera forcément la conséquence directe de cette loi, j’aurais bien envie de trainer par les pieds les salopards de démagos du FdG qui seront les responsables de la torture de ces pauvres femmes.

                      Pour régler le problème de l’esclavage on s’en prend à l’esclavage, ce qui n’a absolument aucun rapport.

                      Cette loi va conforter le monopole de la mafia sur la prostitution. Elle va augmenter le degré de criminalité et d’insécurité à cause du nouveau mode de fonctionnement de la prostitution (caché dans des caves, des camions, des cabane, des squatts...) et je ne parle même pas des conditions d’hygiène et de sécurité des esclaves que ces salops prétendent vouloir protéger. Cerise sur le gâteau, puisqu’il faut désormais un lieu caché, cette loi va les obliger à passer le reste de leur vie bien surveillées par leur esclavagiste de proxénète. Autant dire que dire non à certaines demande sera très mal vu par celui-ci surtout si c’est bien payé.

                      Voila pour la conséquence directe de cette abjecte loi à la sauce puritaine Républicaine américaine... une référence j’en suis certain pour le FdG qui a décidé de commettre un crime pour satisfaire la branche la plus réactionnaire des féministes pour des raisons purement clientéliste électorale en sacrifiant quelques putes esclaves : un véritable gage de leur moralité.

                      J’ai beaucoup soutenu le FdG. J’ai jamais hésité à critiquer quand il se trompait mais c’était extrêmement rare. C’est la première fois qu’il se comporte carrément comme un ennemi du peuple et des opprimés et donc comme mon ennemi. Honte au FdG d’avoir soutenu un durcissement des conditions des esclaves et de leur asservissement à leur maître !

                      Le pire c’est que même d’un point de vue moral, c’est totalement indéfendable de condamner la prostitution. Si on la délivre du monopole des mafias esclavagistes, et il n’y a rien de plus simple, ce n’est absolument rien de plus que la liberté de disposer de son propre corps. Ont-ils conscience que ce point de vue JUSTIFIE celui de ceux qui veulent interdire avortement, homosexualité et à vrai dire pratiquement tout ce que les être humain peuvent faire ? Honte au FdG de supprimer des libertés individuelles aux citoyens.

                      Franchement en suivant la voie des prohibitionnistes puritains, le FdG (oui je m’en tape du PS, je sais qu’ils sont des traitres neoconservateurs, menteurs, demago etc etc etc...) a été non pas un défenseur de notre liberté contre celle du capital, mais un ennemi de notre liberté, et par conséquent potentiellement tout aussi dangereux que le capital !

                      Heureusement jusqu’ici ça va, il n’ont pas TOUT détruit, seulement la vie de quelques esclaves prostituées qui verrons leurs conditions dramatiquement empirer. Mais maintenant je me demande quelle va être leur position sur le piratage, sur le cannabis, sur les viols de brevets, sur la liberté d’expression, le porno, et j’en passe. Est-ce qu’au lieu de leur reprendre et de nous rendre nos libertés confisquées il ne vont pas tout simplement les interdire à tout le monde comme ils viennent de le faire ?

                      Pour la première fois, je doute réellement des intentions du FdG. Ce qui m’avait séduit c’était la radicalité CONCRETE. Là ils ont fait preuve d’un dogmatisme et d’un aveuglement digne des pires fanatiques religieux. Ils ont nié la réalité (oui la prostitution peut être non seulement consentie mais voulue), mélangé la cause et la conséquence et l’ont assimilé à un autre phénomène (esclavage et proxénétisme assimilé à la prostitution), nié la vérité (la prostitution est un droit, seul l’esclavage est une contrainte), soutenu une loi contreproductive (les conditions des esclaves va empirer) au nom de l’inverse exact de leurs convictions (la liberté des citoyens). Bref, c’est TOUT CE QU’ON DOIT REJETER ET COMBATTRE EN POLITIQUE.

                      Il n’y a qu’une seule et unique solution : légaliser, règlementer et encadrer. En offrant des structures aux prostituées, on les protège des clients relous et on peut mieux discuter avec elles si des proxénètes récupèrent les gains. On peut mieux s’assurer de leur consentement, de leur indépendance, de leur volonté, tout en leur offrant des conditions humainement et hygiéniquement acceptables. Bien sur chacune à son compte, c’est la prostitution qu’on légalise pas le proxénétisme. Pas de multinationale du sexe à l’horizon. De cette manière on coupe les jambes de la mafia, on libère et on protège les prostituées.


                      • HerveLE HerveLE 6 décembre 2013 11:25
                        Allez, un petit dessin humoristique pour détendre l’atmosphère !
                         
                         Mademoiselle Jeanne aura-t-elle une équivalence infirmière ?
                         

                        • nemotyrannus nemotyrannus 6 décembre 2013 11:44

                          Regardez l’autre article du sanglier.


                          Ils avouent enfin ouvertement qu’ils n’ont pas d’autre motivation ni justification que la « domination masculine » qu’ils croient déceler comme origine de la prostitution.

                          Que c’est encore cette vision qui les pousse à vouloir interdire . Pas la pauvreté , pas le manque de ressource , pas les gangs , pas la survie... Non , les mâles !


                          • Oursquipense Oursquipense 6 décembre 2013 13:34

                            On en revient toujours à un problème de logique : se prostituer est-il un délit en France ?

                            Si oui cette loi est une conséquence logique d’un arsenal judiciaire, sinon comment peut-on considérer qu’il est légal de vendre son corps à des fins sexuelles mais illégal que quelqu’un l’achète ?

                            Le proxénétisme, quant à lui, est un délit depuis longtemps.

                            C’est tout de même étrange qu’au nom des principes de la liberté et de l’égalité un Etat oblige ses ressortissants à changer les règles du mariage afin que les mêmes règles s’appliquent à tous alors qu’il viole délibérément ces principes quelques mois plus tard. Un client qui sait pertinemment que la prostitué qu’il « loue » est obligée pourrait être considéré comme un complice de délit de proxénitisme mais en revanche celui qui sait pertinnement qu’il a affaire à une « volontaire » quel délit pourrait-il bien commettre ?

                            Et pour revenir à la question de départ : se prostituer est-il un délit en France ? Non...mais ce n’est pas autorisé non plus, on reste dans le domaine du fait toléré et on refuse toujours de statuer clairement sur ce sujet. Pourquoi ?


                            • exocet exocet 8 décembre 2013 22:22

                              Je me garderai bien de ma prononcer quant à l’acceptabilité ou pas de la prostitution, car ce terme recouvre, selon moi, un grand nombre de cas plutôt différents, et me semble assez délicat à appréhender.

                              Cependant, avant que cette loi ne soit votée, les journaux relataient souvent des incidents avec des habitants des quartiers ou s’exerce la prostitution, souvent des quartiers huppés de Paris, dont les immeubles prennent de la valeur avec le déplacement forcé des prostituées dans des lieux cachés.

                              De même, pour avoir lu les textes d’un site « pro prostitution » animé par des prostituées, j’ai vu que lorsque des prostituées essaient de discuter avec des féministes abolitionnistes, ça tourne mal, et les abolitionnistes insultent les prostituées de la pire manière.
                              Ce faisant elles montrent là leur mépris des prostituées, alors qu’au contraire leur discours officiel parle de respect et de protection de la femme.

                              Est-ce que par hasard ces abolitionnistes féministes ne seraient pas plutôt, tout simplement, des femmes qui craignent que leur mari ou concubin n’aille voir des prostituées ?
                              Je me pose la question....


                              • GeorgieOne 26 février 2014 17:48

                                Lois à la con, votées par des députés à la con
                                Tant qu’on mettra en place des nullités comme députés, on devra en subir les conséquences...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès