Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Mémoires à vif ? Détournements de mémoires

Mémoires à vif ? Détournements de mémoires

Pourquoi la France a-t-elle autant de difficultés à faire face à son histoire réelle, à assumer l’héritage tel qu’il est et non tel qu’on le souhaiterait, à remplir un vrai devoir de mémoire ? Grave question. Sans réponse facile.

Cela vient peut-être du fait que ce pays centralisé, profondément monarchique, s’est construit en partie sur des légendes cultivées, des mythes transmis... Nos ancêtres les Gaulois... Clovis, roi des Francs... Charlemagne, empereur français... La Révolution sans la Terreur et sans l’Empire... L’Empire sans les violences... Les fausses victoires trop célébrées, et les vraies défaites oubliées... « Parfois, confiait un jour de Gaulle à Peyrefitte, je fais semblant. Et ça marche ». Mais, parfois, ça ne marche pas...
« Vous, les Français, me disait récemment un ami belge, vous apprenez dès l’école à confondre idéal et réalité, fiction et réalité, c’est l’histoire du coq qui chante même sur un fumier... De l’emphase et du lyrisme pour les valeurs et les principes. Des litotes et des silences pour le respect des valeurs et des principes. Cela vous a déjà joué de vilains tours... Waterloo, Trafalgar, l’affaire Dreyfus, Pétain, la décolonisation si difficile... Vos difficultés intérieures actuelles viennent en partie de là. Tous les États-nations reposent sur une sorte de mysticisme national et sur des histoires plus que sur l’Histoire. Mais, vous, vous êtes champions... Pourtant l’école historienne française compte d’excellents esprits ».
Eh ! oui... Combien de temps pour reconnaître les responsabilités françaises dans l’antisémitisme du vingtième siècle ? Combien de temps pour dire que les « événements d’ Algérie » étaient une guerre ? Combien de temps pour réparer (faiblement) les injustices commises envers les « harkis » ?
Pourtant, nous avons un culte de la commémoration, qui se manifeste quotidiennement, ou presque : les anniversaires du jour... sont fêtés comme les saints, sans savoir à qui ils renvoient.

C’est dans ce contexte qu’il importe de replacer les débats stupides au Parlement sur les « aspects positifs » des colonisations françaises. Stupide et inadmissible, ce type de prise de positions traduites dans une loi. Il est vrai qu’il y a des précédents : quand, par exemple, le Parlement légifère sur le « génocide arménien », il se mêle de ce qui ne le regarde pas.

Les politiques doivent donner aux historiens les moyens de faire leur travail, d’accomplir leur mission, non leur dicter les consignes ou encore se mettre à leur place... En l’occurrence, qui peut nier que les entreprises coloniales françaises ont eu des effets négatifs et positifs ? Faire ressortir les uns et les autres n’est une insulte pour personne, n’est une mise en procès de personne. Que recherche-t-on avec cet amendement encore plus bête que ridicule ? Une amnistie par l’amnésie ? Il n’est pas sain qu’un pays qui a des raisons d’être fier de lui et de s’aimer (heureusement) vive dans des mensonges entretenus. La Vérité triomphe toujours.
Qui plus est, ce double vote parlementaire apporte de l’eau au moulin de ceux qui sombrent dans les excès inverses, il nourrit par ricochet les raisonnements victimaires des « indigènes de la République ».
Cette irresponsabilité des législateurs n’est pas faite non plus pour enrayer la crise, le dénigrement croissant de la démocratie représentative.
Enfin, il est logique que ce scandale contre la mémoire, contre l’Histoire et contre la démocratie ne facilite pas cette « amitié » franco-algérienne, si souhaitable pour les deux pays, pour leurs peuples toujours marqués par les « feux mal éteints » de cette guerre qui fut d’abord une guerre civile à trois dimensions : entre Algériens, entre Français, et entre Français et Algériens.

Le « devoir de mémoire » est d’abord un devoir de mise à plat, d’approche de la vérité, de connaissance, de savoir. Or, on confond (de plus en plus) le savoir et le croire. Dans cette affaire, ce ne sont pas les mémoires qui sont à vif, ce sont les détournements de mémoire. Signe des temps...


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Pierre Borotra (---.---.86.179) 6 décembre 2005 12:33

    Malheureusement comme toujours celui qui parle ne connaît pas son dossier sinon l’auteur saurait que face à un négationnisme d’Etat ( celui du gouvernement Turc) seul un autre Etat peut y faire face.

    Des historiens face à une négation orchestrée de façon étatique ne peuvent rien.


    • bachir (---.---.202.151) 6 décembre 2005 16:12

      Bonjour,

      votre article est très intéressant mais comme souvent concernant la colonisation vous oubliez l’essentiel :

      L’idéologie qui tente d’expliquer la colonisation à les mêmes racines que le nazisme (je sais cela vous choque). il s’agissait de prendre des terres et des ressources naturelles à des « sauvages », des 1/2 civilsés. Dans un cas il s’agit d’africains ou d’asiatiques et dans l’autre de slaves ou de russes (la shoah c’est encore autre chose ). les allemands était frustrés de ne pas avoir de colonies (la grande bretagne est la france occupant cet espace).

      ce que je veux dire que la colonisation est un crime commis au nom des lumières et de la république . il vaut mieux l’oublier.Aller lire lé débat entre Jules FERRY et Clemenceau sur la reprise de la colonisation après la chute de l’empire (le 2 eme) et vous verrez qu’a l’époque les gens avaient très bien compris les conséquences. l’objectif final était l’extermination ou le travail forcé.

      Donc la mémoire est sélective, la france d’aujourd’hui n’est pas la france d’hier mais quand on voit cette putain il ya de quoi être déséspéré !

      Je ne suis pas une victime de la colonisation mais le résultat et franchement le résultat n’est pas terrible d’un point de vue de l’identité et nous attendions au moins une reconnaissance des crimes et pas des discourts sur la mémoirer et fier d’être etc. faire le lien avec les émeutes que nous avons vécus est une escroquerie . les jeunes casseurs ne sont pas victimes de la colonisation mais des français !

      cette lois est là pour dire : La France aimez là ou quittez là !

      moi je dis j’aime la France et je la quitte !

      merci.


      • arsen (---.---.49.69) 6 décembre 2005 17:05

        Le parlement se mele de ce qui le regarde quand il legifere sur le genocide des armeniens (sans guillemets) car il lutte ainsi contre le negationisme qui est une des pire forme de racisme : achever le crime de genocide en niant ma memoire.


        • (---.---.162.15) 6 décembre 2005 17:51

          Bachir a écrit : « Aller lire le débat entre Jules FERRY et Clemenceau sur la reprise de la colonisation après la chute de l’empire (le 2 eme) ». J’ai cherché et j’ai trouvé cet Extrait du débat de juillet 1885. C’est effectivement une lecture intéressante.

          Am.


          • (---.---.17.191) 7 décembre 2005 07:57

            Je pense malheureusement que le mal francais est encore plus profond. Je ne pense pas que l idee de l article etait de dire que la France (les historiens ou les parlementaire)doit reconnaitre le bien fait ou le mauvais cote de la colonisation. Je l ai plus compris, dans le sens ou la France, se donne une image constante de droiture quelque soi ces actes, elle ne reconnais jamais ces erreurs. Et en ce sens elle ne regarde que les bons cote de son histoire. Ca me rappelle une amie americaine qui me disait :« je comprend pas pour les Irakiens ne nous aime pas on est venu les liberer ». Risible n est ce pas ? Et bien nous c est pareil sur plein de chose. Alors admettons, que la France etait fasciste pendant la guerre, qu elle a exploite les pays colonises.... Comme ca, en reconnaisant les crime du passe, elle trouvera peut etre, les solutions aux probleme avec plus de justice.


            • frédéric (---.---.219.110) 8 décembre 2005 12:37

              L’Histoire ne s’écrit pas avec des « mémoires multiples » mais par le dépassement des points de vue et intérêts partiels, particuliers et subjectifs. De plus, le recul nécessaire démontre que la signification profonde des événements ne coincide pas nécessairement avec la conscience subjective qu’en ont les acteurs (et à plus forte raison les héritiers plus ou moins lointains des acteurs). Il en résulte que l’Histoire ne peut pas être unilatérale et servir les intérêts de tel ou tel groupe de pression circonstantiel, auquel cas elle n’est que propagande. D’où l’absurdité qu’il y a pour le législateur de prétendre dicter à l’historien sa vision des choses et la conduite à tenir. Celà concerne aussi bien l’article 4 sur les aspects positifs de la colonisation (aucun travail d’ensemble ne peut encore exister sur la question) que la loi dite Taubira (qui isole indûment un aspect de l’histoire globale de l’esclavage qui doit nécessairement inclure l’esclavage intra-africain comme l’esclavage antérieur et postérieur à la traite négrière occidentale). De fait tout se passe donc comme si tous ces appels au « devoir de mémoire » (curieuse expression) visaient autant à occulter certains aspects de la réalité historique qu’à attirer l’attention sur d’autres.


              • bernie pan (---.---.229.189) 11 décembre 2005 18:37

                La France a du mal à assumer son héritage ? Bof... Le 1er ministre japonais va prier dans un temple shinto des « soldats morts au combat ». La Chine a enterré le maoïsme et ses 50 millions de morts. La Russie a fait pareil avec Staline. L’Algérie a glorifié le FLN, responsable d’au moins 200 000 morts algériens. La Turquie refuse de reconnaître le génocide arménien... La traite des noirs a été « inventée » par les arabes et entretenue par els noirs...

                Alors, les éternels pleureuses de la « mauvaise conscience française », ça me fait un peu rigoler... Chaque pays fait comme il peut avec son histoire.

                Il n’y a pas « d’Histoire ».

                Il n’y a qu’une histoire écrite, réécrite, raturée...

                Dans la Rome impériale, déjà, on effaçait les effigies de certain empereurs, quand ils mourraient.

                Quant au travail des historiens...

                Mon prof d’histoire, en terminale, nous a bien appris à tous que la guerre d’Algérie avait fait 1 million de mort. 3 fois plus que l’estimation d’aujourd’hui... (dont la moitié par le FLN). Faut dire qu’il prenait sans esprit critique le chifre de l’historiographie officielle du FLN...

                Alors bon... Un peu de recul, d’apaisement, de connaissances, aussi...

                D’ailleurs, au fond, vous ne dîtes pas vraiment autre chose dans votre article.

                Mais je ne partage pas votre avis sur cet amendement, qui peut avoir son utilité.

                Je trouve, moi, qu’on occulte bien assez de choses de l’histoire de France, et qu’on privilégie bien assez un seul regard...

                La France n’a pas fait pire que les autres pays en matière de colonisation. Arabie ou Turquie musulmanes l’ont fait, bien avant la France. L’Europe, colonisée par ces puissances, devrait-elle aujourd’hui en demander des comptes ?

                La colonistation par la France est plus récente...

                Elle a connu des drames. Et elle a aussi apporté les routes et l’électricité.

                Je suis pas sûr par ailleurs que ce débat excite beaucoup de monde...


                • Courouve (---.---.102.6) 11 décembre 2005 20:39

                  Il faudrait veiller à ne pas remplacer l’amendement Vanneste par une loi Bouteflika.

                  On ergote sur un adjectif (positif) et on risque de rater une commémoration.

                  Il y a cinq ans, une vingtaine de lycéens ont été assassinés par des islamistes dans le dortoir de l’internat du lycée technique de Médéa. Le lycée, cette institution grecque apportée à l’Algérie par la France.

                  Il y a cinq ans, précisément dans la nuit du 16 au 17 décembre.

                  Comme disait un dessinateur du Nouvel Obs (Ray Clid), imaginez la terreur des islamistes face à ces adolescents armés chacun d’un cerveau ...


                • islam (---.---.236.100) 18 novembre 2006 17:03

                  la descrination raciale est vivant jusqu’à maintenant pourquoi ? pouvons nous dire que l ’histiore est fausse ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès