Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ne soyons plus les esclaves des financiers

Ne soyons plus les esclaves des financiers

Reprenons notre souveraineté économique

"Celui qui contrôle l'argent de la nation contrôle la nation " disait déjà Thomas Jefferson (1743-1826), 3ème Président des Etats-Unis. 

 

Les peuples sont dominés par le pouvoir de la finance. .

Nos élus ont cédé aux marchés financiers le pilotage de notre économie. Ils sont entièrement responsables de la perte de notre souveraineté populaire.

Dès 1973 le gouvernement Giscard-Pompidou (Banque Rothschild), interdit à notre état d’emprunter à la banque de France, mais l’oblige à s’adresser aux marchés financiers, avec toute la dépendance que cela entraine ( taux d’intérêts soumis aux agences de notation…)

Puis les traités européens n’ont fait qu’aggraver cette perte du contrôle démocratique de notre monnaie. « Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d'une nation, et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois ». Mayer Amschel Rothschild (1744-1812),

Les règles du commerce entre les nations, mises en place tant au niveau mondial (OMC, FMI) qu’européen (UE, BCE) imposent le « libre échange », c'est-à-dire la libre circulation des capitaux, biens et services. Cette règle permettant le dumping social, fiscal et environnemental, favorise le profit des possédants au détriment des citoyens :

Entraînés dans une concurrence sauvage et un productivisme destructeur, les peuples, soumis au diktat « du monde de la finance » (notre principal adversaire disait François Hollande !), n’ont plus la capacité de contrôler leur production, l’équilibre des échanges avec les autres peuples, la protection de la nature. Tous les acquis sociaux sont tirés vers le bas. On assiste, impuissant à un véritable déni de démocratie à tous les niveaux, mondial, national et local.

Nous devons retrouver le contrôle de notre monnaie et de nos échanges 

Au niveau International, il faudrait des règles du commerce comme celles décrites dans la Charte de la Havane [1] proposées en 1948 par la plupart des nations (53 dont les USA), mais refusées aussitôt par le sénat américain. En voici les premiers articles :

- Intégration du plein emploi dans ses objectifs

- Équilibre de la balance des paiements des états membres

- Favoriser la coopération des États membres

- Contrôle des mouvements de capitaux des états membres

- Interdiction du dumping etc.

Ces règles, proposaient que le développement de chaque pays soit fondé sur la coopération et non sur la concurrence.

Au niveau européen, nous ne voulons plus des règles néolibérales imposées aux peuples européens par l’UE, la BCE et le FMI, avec un euro au service de la finance, car elles entraînent une guerre économique au sein même de l’Europe, au lieu d’une vraie solidarité.

Au niveau national, la plupart des leviers de politique économique ayant été confisqués par L’UE, il ne reste plus aux nations de la zone Euro que la gestion l’austérité. Le droit de vote ne sert plus qu’à élire des exécutants soumis à la domination du capitalisme financier.

Au niveau local, il convient aussi de mentionner que les entreprises privées, cellules de base de toute activité économique, ne devraient plus être dirigées par les seuls actionnaires, mais cela fait l’objet d’un débat complémentaire (citoyenneté dans l’entreprise).

Moyens d’action.  Comment sortir du piège néolibéral ?

- Au niveau international, revenir à la Charte de la Havane. Pour cela, les peuples de la terre doivent se concerter dans le cadre de l’ONU, comme les 53 nations l’avaient fait en 1948. Encore faut-il qu’il y ait suffisamment de nations qui le veuillent, pour entraîner les autres, et ce n’est pas demain la veille ! Mais cela doit rester un objectif.

- Au niveau Européen c’est le même Problème. L’UE est bâtie sur des bases néolibérales incompatibles avec l’intérêt des peuples. Comment convaincre les 28 nations la constituant, d’adopter les règles d’échange et de développement dans l’esprit de la Charte de la Havane ?

Cela aurait pu être envisagé à l’issue de la deuxième guerre mondiale, dans l’esprit du CNR. De fait, il en a été tout autrement. La construction européenne qui devait ramener paix et prospérité s’est construite sur le mode libéral que nous subissons. Les 28 nations qui la composent avec des gouvernements majoritairement conservateurs, sont enlisées dans une véritable guerre économique qui pourrait facilement dégénérer en guerre civile.

 

Comment changer ?

Par un soulèvement des 28 peuples ? Cela parait « mal barré », car il n’y a pas de pouvoir démocratique européen ! Si on ne sort pas de l’UE, la situation est sans issue. Elle va continuer à se dégrader à vive allure. 

- Au niveau national.

De ce qui précède, on voit bien que les nations, sont les seuls lieux où existe encore un peu de démocratie grâce au droit de vote. Elles constituent le socle de toute reconstruction démocratique européenne et mondiale. L’internationalisme ne peut se bâtir que sur des nations dotées d’un vrai pouvoir démocratique. En cela, il est nécessaire qu’elles retrouvent la totale maîtrise de leur économie, c'est-à-dire une vraie souveraineté populaire.

Comment une nation peut-elle maitriser son économie ?

C’est par le contrôle de sa monnaie et de ses échanges avec les autres nations qu’une nation peut être souveraine. Il est alors important de bien comprendre que la maîtrise de son économie requière l’équilibre de la balance des paiements.

« Aucun pays ne doit être en situation structurelle d’excédent ou de déficit de sa balance des paiements. » (Charte de la Havane, article 3 et article 4)

Qu’est-ce que la balance des paiements ?

C’est l’ensemble des flux de biens, services, revenus, transferts de capitaux, et flux financiers que les résidents d'un pays dans leur ensemble (particuliers, entreprises ou État) entretiennent avec ceux du reste du monde. http://fr.wikipedia.org/wiki/Balance_des_paiements

On peut comprendre facilement que si on importe plus de biens, services, capitaux que l’on en exporte, il en résulte un solde déficitaire que la banque centrale devra compenser en puisant dans ses réserves de devises tant qu’il y en a, puis devra s’endetter (émission de bon du trésor pour se procurer des devises étrangères par exemple).

Si l’endettement s’aggrave, c’est notre cas actuellement, l’état se met en situation de dépendance vis-à-vis des créanciers (aujourd’hui les Marchés financiers).

Pour éviter le déséquilibre de la balance des paiements, un état dispose de plusieurs leviers :

Contrôle du taux de change de sa monnaie. Nécessite un contrôle par sa banque centrale. Dévaluer une monnaie favorise les exportations et réduit les importations. La balance des transactions courantes (des biens et services) s’en trouve améliorée.

Contrôle de la circulation des capitaux : Cela peut servir à limiter l’investissement des capitaux vers l’étranger ainsi qu’une fuite massive des capitaux en cas d’attaque des spéculateurs internationaux…

Contrôle de la circulation des biens et services

 Taxes aux frontières sur les biens et services importés, ainsi que les quotas d’importation. Cela permet de réduire et de choisir les importations, et d’éviter le dumping social fiscal et environnemental. C’est le Protectionnisme.

Baisse des dépenses : Abaissement du coût social (salaires, cotisations, dépenses publiques), pudiquement appelé "ajustement structurel". A ce jour c’est le seul levier disponible !

Pour qu’une nation soit souveraine, son état doit maîtriser l’équilibre de sa balance des paiements. Pour cela, il doit contrôler sa banque centrale (monnaie, circulation des capitaux) et ses échanges de biens et services (protectionnisme). 

Souveraineté populaire et coopération entre les peuples

Nous venons de voir que la souveraineté populaire au niveau d’une nation, ou souveraineté nationale, est une condition nécessaire pour qu’un peuple puisse décider de son sort.

Les règles de l’UE ne laissent plus à l’état français qu’un seul levier de décision, « baisser les dépenses », c'est-à-dire : gérer l’austérité ! Elles nous privent des autres leviers de commande.

C’est un véritable déni de démocratie.

- Nous devons contrôler notre monnaie. La dévaluation est un outil indispensable. Par exemple la Suède, qui n’est pas dans la zone Euro, a en partie réussi sa transition énergétique grâce à une dévaluation monétaire. Mais pour autant la dévaluation ne doit pas servir à dominer les autres peuples, mais à favoriser l’équilibre entre les pays : Non à la dévaluation compétitive.

 - Le libre échange imposé par l’Europe a tendance à devenir de plus en plus une règle internationale mortifère (GMT ou TAFTA, CETA…). Il nous empêche de réguler la circulation des capitaux et des biens ! Résultat : délocalisation, chômage, endettement, austérité, déficit…spirale infernale !

Nous avons donc besoin d’un protectionnisme. Cela n’exclut pas qu’il soit « solidaire ». Les taxes douanières perçues, qui assurent l’équilibre, peuvent très bien être reversées pour tout ou partie, aux pays que l’on veut aider, à la condition bien sûr que ces reversements profitent aux peuples et non aux possédants de ces pays

Conclusion

L’union européenne, censée amener paix et prospérité, a été bâtie sur des règles néolibérales donnant tout pouvoir à la finance internationale, au détriment de nos peuples.

Nos nations, ayant perdu leur souveraineté économique, sont entrainées dans une guerre économique mortifère et vers une austérité à perpétuité.

Pour sortir de cette descente aux enfers, les nations doivent retrouver leur souveraineté, et en particulier contrôler leur économie.

Pour la France, cela passe par le contrôle de notre monnaie par la banque de France et de nos échanges commerciaux avec les autres pays grâce à un protectionnisme qui n’exclut pas d’être solidaire avec les autres peuples.

Comment faire, sans sortir des règles l’UE et de l’Euro pour restaurer notre démocratie et construire une Europe et un monde solidaire ?

[1] Charte de La Havane http://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_La_Havane


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • diogène diogène 2 décembre 2014 13:48

    Le « libéralisme » n’est que la phase la plus avancée du capitalisme.

    Vous proposez un retour à une phase antérieure, ce qui est aussi impossible que de revenir à la période de la révolution industrielle ou au patronat paternaliste.
    Comme le disait Mme Thatcher (qui omettait la première partie de la phrase parceque sa religion lui faisait penser qu’un seul système économique était possible) :

    dans une système économique capitaliste, il n’y a pas d’alternative.

    • HUBU HUBU 2 décembre 2014 14:38

      Ok pour sortir du capitalisme.

       Mais comment faire ?

      Attendre le grand soir ? ça fait 60 ans que j’attends.

      Attaquer de tous les cotés ? oui.

      Reprendre le contrôle democrtique de ses finances ne peut il pas constituer un petit pas ?

      HUBU


    • chitine chitine 2 décembre 2014 15:55

      Merci HUBU.
      La première lutte elle se déroule dans nos imaginaires.
      Faire prendre conscience aux gens de la situation et des possibles solutions, c’est le début nécessaire à tout.
      Pas suffisant, c’est sûr, mais il faut bien commencer par là, et vous y contribuez avec ce genre d’excellente synthèse.
      .
      Le fatalisme est un paradoxe, la plus puissante et la plus courante des prophéties auto-réalisatrices.


    • Hervé Hum Hervé Hum 2 décembre 2014 23:06

      Diogène a raison HUBU, mais vous avez juste aussi sur un point fondamental, la case retour à la nation. Non pas pour refaire une politique passéiste, mais pour faire évoluer le système dans le sens souhaité par la majorité des citoyens, c’est à dire un système plus social, participatif.

      Or, ce système ne peut se faire que par le biais d’une économie basé sur la coopération et non sur la concurrence.

      Le problème n’est pas la mondialisation de l’économie qui a commencé depuis bien longtemps, depuis la colonisation de la Terre, mais comment cette mondialisation est organisé. sociale, participative et donc coopérative ou anti sociale, concurrentielle et exclusive.


    • Tall 2 décembre 2014 14:25

      L’UE est le jouet du business, et les peuples y sont hors-jeu.


      Car il ne s’agit même plus de corruption, mais d’une main-mise pure et simple.
      Exemples : des ex-banquiers à qui on confie des mandats politiques, ou encore des directives carrément écrites par les lobbyistes concernés et que les politiques ne font que relire et signer.

      Si les peuples pouvaient voir en caméra cachée comment ça se passe à Bruxelles, ce serait la grande Révolution immédiate.

      • marauder 3 décembre 2014 06:55

        Encore un confusionniste patenté toujours pret a diviser et nous detourner de nos problemes.

        N’empeche ce sont souvent des looseurs de la bourse qui se sente sous une conspiration.
        Bin ouais le connard de droite aime le,fric et deteste se remettre en question. Il cherche un,bouc emissaire de preference suffisement lointain et confus pour que meme ses victimes (ie les plus pauvres bein entendu) s’approprie avec lui cette pseudo lutte.

        Je pensais trouver un lien vers cheminade ou l’upr ou autre j’en ai point vu. Tres etonnant, a moins que tu sois chouardien ?


        • Le421 Le421 3 décembre 2014 09:14

          Et les gens se plaignent de quoi ??
          Les charges, l’administration, les immigrés, les portiques écotaxe, tout ce qu’on veut !!
          Mais des vrais problèmes... Ils sont tellement abrutis qu’ils ne voient plus rien.
          Ca finira mal.


          • lloreen 3 décembre 2014 13:40

            « Ils sont tellement abrutis qu’ils ne voient plus rien. »

            Ils ne sont pas abrutis, ils sont totalement désinformés.
            Il faut savoir que le but premier des journaux n’ a jamais été d’ informer mais d’ infuser la propagande des contrôleurs planétaires par l’ intermédiaire de leurs complices, qui sont toujorus grassement rétribués et qui forment une corporation parmi de nombreuses autres.

            Leur but est le maintien absolu du statu quo. C ’est également le rôle des partis politiques, divers et variés, qui ont l’ apparence de favoriser la pluralité d’ opinions mais qui ne font que diviser pour mieux régner.
            C ’ est d’ ailleurs du plus grand comique de les voir s’ agiter, papillonner, vociférer pour finalement se congratuler une fois les caméras éteintes et s’ embrasser et sourire, quelquefois contraints et forcés, parce qu’ entre toutes ces factions rivalisant pour le contrôle et le pouvoir le plus absolu possible, c ’est souvent la détestation cordiale.

            Les seuls à croire à cette mascarade et à ces mises en scènes perpétuelles sont ceux qui sont cérébralement lessivés dès la primaire par des programmes totalement composés par ceux qui contrôlent le monde à travers la finance, l’ instruction, les fausses croyances et que les autres qualifient de « peuple », c ’est-à dire, une masse malléable, taillable et corvéable à leur merci.
            Ceux qui observent un tant soi peu remarquent bien le mépris des premiers pour les seconds, ravalés au rang de « ressources » (humaines).

            C’ est donc en propageant l’ information qu ’on parviendra à faire ouvrir les yeux à la majorité, d’ autant plus que cette période se prête parfaitement à cette prise de conscience, dans la mesure où la classe laborieuse est de plus en plus confrontée de plein fouet aux conséquences des pratiques maléfiques des prédateurs et des escrocs de l’oligarchie internationale.


          • JeanBlague1 JeanBlague1 3 décembre 2014 11:03

            Lorsque je constate la difficulté de la mise en place rien que d’une taxe Tobin ... 

            la spéculation n’est pas taxé mais ton travail lui par contre ... quel sentiment de justice 
            C’est sur qu’il faut voir global dans le monde d’aujourd’hui, ce qui augmente la difficulté 
            L’europe n’est pas démocratique, elle ne fait pas de politique et est purement économique 
            Le peuple européen ne décide pas de la politique européenne ... bien dommage 
            J’aime bien la pensé de cet article mais je me méfie toujours des solutions proposées style upr 

            • lloreen 3 décembre 2014 12:54

              Ce qui est essentiel, donc, est que l’ information circule le plus largement possible et que chacun apporte, dans la mesure de ses moyens, sa petite pierre à l’ édifice de la libération des griffes de ces parasites et ces usurpateurs.


              • lloreen 3 décembre 2014 16:36

                Un excellent article pour compléter , est celui d’ Ed Griffin, auteur de l’ article La Créature de Jekyll Island, explique la création du système inique de la réserve fédérale (FED, qui n’ a d’ ailleurs rien de fédéral puisqu’ elle est entièrement privée.

                http://www.google.de/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCEQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.lepouvoirmondial.com%2Fmedia%2F01%2F01%2F749375387.pdf&ei=fit_VOzcBovzavvzgaAH&usg=AFQjCNHPikpE76XghqkW-Tpnu6q_14MYOg&bvm=bv.80642063,d.d2s

                Il faut aussi savoir que ce sont ces prédateurs qui sont à l’ origine de la plus grande escroquerie, celle qui engendre, les crises, les guerres, la paupérisation .

                Les banquiers de chez Rothschild dirigent la France.

                http://www.lepouvoirmondial.com/archive/2014/01/19/les-banquiers-de-chez-rothschild-dirigent-la-france-5276188.html


                • lloreen 3 décembre 2014 16:56

                  L’ énergie est libre aussi.
                  En lien, les plans pour fabriquer le générateur quantique qui vous fournira en énergie gratuitement et de façon illimitée.
                  Soyez vigilant : le cartel énergétique torpille le mouvement et diffuse des faux blogs avec de faux plans pour discréditer.

                  http://www.magnetosynergie.com/forum/viewtopic.php?f=19&t=1821

                  Il existe un réseau QEG francophone sur facebook.


                  • lloreen 3 décembre 2014 17:01

                    Pour information : l’ histoire de Nikola Tesla.

                    http://www.la-grande-revelation.com/l-energie-libre-de-nikola-tesla-a1772220

                    Pour sortir de sa condition d ’esclave, il faut également jeter aux oubliettes toutes les fausses croyances et l’ histoire tronquée servie par les esclavagistes pour garder la masse laborieuse sous contrôle.


                    • lloreen 3 décembre 2014 20:06

                      Les multinationales gouvernementales sont forcloses depuis le 25.12.2012.

                      http://sans-langue-de-bois.eklablog.fr/un-groupe-d-avocats-contre-le-systeme-decident-de-corriger-les-injusti-a80445134

                      Extrait :

                      "

                      Le One People’s Public Trust ou OPPT * est constitué d’un groupe d’avocats très compétents qui, dans le cadre du système judiciaire, a décidé quelques années en arrière, de se dresser contre le système afin de corriger les injustices, dont ils étaient témoins. Pour commencer leur investigation, ils décidèrent, de dénoncer les malversations faites par les banques avec l’argent public.

                      Cet argent est employé par les banques à des fins privées et s’avère souvent en relations directes avec la majorité de tous les crimes  : Crime contre l’humanité, contre la souveraineté du citoyen, crimes judiciaires et commerciaux, etc. et qui inclue sans limites, la violation de la paix, les outrages, la servitude involontaire, l’escroquerie, la coercition, l’utilisation de la force, le vol, le découragement, les actes et pratiques trompeuses, etc.

                      Ces courageux avocats ont décidé de renverser le système avec ses propres règles. Ils ont mené une série d’investigations très complexes où ils ont repris le Public Trust, crée dans le cadre de la constitution des Etats Unis. Ils ont inscrit tous les habitants de la planète et ont suivi une procédure judiciaire où les défenseurs sont tous les débiteurs et l’accusation, non seulement le système bancaire mais aussi toutes les multinationales abusant de ces mêmes citoyens...Une fois les dossiers constitués, ils leurs ont demandé de contester l’accusation, ce qu’ils n’ont pas fait, bien sûr.Un groupe d’avocats contre le Système, décident de corriger les injustices.

                      La défense a donc entamé des poursuites allant jusqu’à la saisie complète et la clôture d’ entités légales du système dans leur totalité.

                      Parallèlement à cela, fut créée une structure de base d’un autre type de gouvernance appelé le CVAC (Centre de Valeur des Actifs du Créateur). Le CVAC est une structure légale très bien constituée.

                      Qu’est-ce donc que l’OPPT ? C’est une organisation légale constituée par nous tous, chaque individu de la planète. Y sont inclus les capitaux de la planète, c’est à dire tout ce qui a une valeur, aujourd’hui, principalement l’or et l’argent, et qui a été consigné en propriété par le Trust. Il est important de  préciser que dans l’OPPT, c’est tout les individus de la planète qui sont concernés, personne n’est mis à l’écart, il n’y a pas de frontières, pas de gouvernements et pas de multinationales. L’OPPT est donc une organisation derrière laquelle tous les individus de la Planète se positionnent pour dénoncer les injustices commises à leur insu et dont le but principal est de récupérer les richesses volées afin qu’elles soient redistribuées de manière égale .

                      Note : CVAC= Creator’s Value Assests Centre

                      * Comprendre « Groupement Public du peuple Uni »

                      One People’s Public Trust (OPPT) saisit légalement les avoirs des grandes entreprises, des Banques et des Gouvernements, pour abus d’esclavage et usage de systèmes monétaires privés.

                      Beaucoup d’entre vous en ont entendu parler… beaucoup d’autres pas du tout. Annoncé publiquement le 25 décembre 2012, le système de «  Multinationale Gouvernementale » a été saisi. Saisi en toute légalité… via l’un de ses propres mécanismes. Les « pouvoirs en place » sont maintenant les « pouvoirs du passé ». Toute dette a été effacée et les entreprises incluant, sans limite, les Multinationales Gouvernementales, et les Banques – ont été saisies.

                      Bien entendu, ils pourront continuer leur jeu en espérant que nous continuerons à jouer avec eux. Mais grâce à une série  d’investigations menées par One People’s Public Trust (connu sous le nom de OPPT) dans le cadre du C.C.U. (Code de Commerce Uniforme), le choix est désormais de notre côté. Un nouveau cadre légal pour une gouvernance sociale est maintenant en vigueur, un fait qui a été ratifié légalement par le cadre juridique contrôlé par son prédécesseur.Automatiquement et pour ainsi dire… NOUS SOMMES LIBRES !!!(Mettez-vous à l’aise - c’est un article long, mais c’en est un que vous ne pouvez rater !!!) One People’s Public TrustLe jugement des poursuites judiciaires menées par OPPT à la cour a entraîné beaucoup d’agitation. Et à juste titre ! Le potentiel pour le changement positif qu’il a généré est d’une IMPORTANCE CAPITALE ! Mais avant d’en arriver aux conséquences, j’aimerais vous présenter « les faits » et « comment cela s’est passé ». La multinationale Gouvernementale sous contrôle et les principaux médias sous contrôle, refusent d’annoncer leur propre disparition – pour une raison évidente. Ainsi, en tant que citoyens planétaires informés, je crois que notre rôle est de comprendre ce qui est arrivé, de comprendre comment, afin d’informer les autres … et finalement pour initier le mécanisme de changement mondial que nous attendons tous.Mais tout d’abord, un tour d’horizon de la réalité.Avant de poursuivre, permettez-moi de formuler quelques faits marquants.1) Les Gouvernements étaient des multinationales. Le phénomène de la multinationale Gouvernementale n’est pas seulement démontré par le fait que les «  Gouvernements » se comportent comme des Bénéficiaires (non comme des Administrateurs) du Gouvernement supposé en place, mais de nombreux documents, apportant la preuve, le démontrent aussi ! Les Etats-Unis, le Canada, l’Australie, Le Royaume Uni, la France, l’Italie, le Japon, l’Afrique du Sud… et la liste est longue… sont tous des multinationales basées aux Etats-Unis, et enregistrées en tant que telles auprès de la Commission des Opérations de Bourse des Etats-Unis… (S.E.C) et agissent de la sorte à nos dépens. « Ce Système » est oligarchique par nature, dans la mesure où il est destiné seulement à offrir le profit « à quelques-uns », alors que nous autres travaillons pour l’alimenter. 2) Les individus étaient des entreprises privées : A la naissance, un acte de naissance est signé par vos parents, qui est utilisé ensuite par la Multinationale Gouvernementale pour alimenter un Trust en votre nom. Ce Trust permet de cautionner votre fond de garantie, et « un compte en fond de garantie » est créé et financé sous votre propre nom. Vous êtes le bénéficiaire de ce Trust… mais personne ne vous signifie qu’il existe. Si vous ne faites pas un acte testamentaire à l’âge de 7 ans, la Multinationale Gouvernementale vous considère comme décédé – selon la loi maritime – et vous êtes officiellement considéré « comme disparu en mer » par le système. Sérieusement. C’est alors que la  Multinationale Gouvernementale assure ensuite le contrôle financier de vos avoirs, en toute connaissance de cause. Elle sait que la plupart d’entre nous vivons de fait au-delà de l’âge de 7 ans, et continue à nous considérer comme des esclaves vivants. Les fonds de garanties générés par la monétisation de votre vie – vous utilisant comme cautionnement – vous sont prêtés lorsque vous avez recours aux prêts bancaires, prêts immobiliers, etc. Vous êtes alors forcé de travailler pour rembourser ces prêts en plus des intérêts – au système sur votre fond de garantie. Légalement, vous n’avez aucun droit sur ce fond, parce que vous êtes considéré comme « décédé » à l’âge de 7 ans. Vous perdez. 3) Les grands médias sont l’instrument dont se servent les Multinationales Gouvernementales pour mener la propagande directement chez vous. Ils sont utilisés pour manipuler les perceptions du public sur les actions et inactions de la Multinationale Gouvernementale, dans le but de renforcer les normes sociales, de les délimiter, de dicter des comportements sociaux et vous vendre des futilités en créant un « besoin  » et un produit qui le satisfait. Ceci n’est pas limité aux seuls grands médias. La psychologie du « vieux » paradigme est également renforcée par les institutions telles que l’éducation nationale et la religion.Les multinationales, les gouvernements et les grands groupes médiatiques racontent tous les mêmes mensonges. Ils font tous partie de la même bête. 4) En conséquence, la structure du monde économique était un mécanisme d’esclavage de masse. L’esclavage est un système dans lequel les gens sont traités comme une propriété, et forcés de travailler. Les esclaves sont détenus contre leur gré, depuis le temps de leur capture, l’achat ou la naissance, et privés de leur droit de partir, ou de refuser de travailler. Est-ce que cela vous rappelle quelque chose ? Vous êtes né dans « le système » sans que l’on vous dise comment il fonctionne. Vous avez été élevé et l’on vous a appris à contribuer au système. Vous devez travailler des heures exhaustives dans le système, et vous devez payer des taxes au système privé. Vous devez adhérer aux règles du système – qui relèvent pour la plupart de la propriété et de la possession – sinon vous serez puni par le système. L’architecture du système délivre délibérément l’abondance à une minorité « triée sur le volet », et de nombreux autres auront faim. Mais si vous n’aimez pas ça, vous ne pouvez pas quitter le système. Le système « possède » tout, tout le monde et partout. Jusqu’à maintenant, vous n’aviez qu’une option : coopérer. C’est comme vivre dans un casino sans porte de sortie, et la maison mère gagne toujours. "


                      • lloreen 3 décembre 2014 20:07

                        Extrait :
                        "

                        Quand nos Gouvernements sont-ils devenus des sociétés ?

                        Tout a commencé avec l’introduction du système bancaire dénommé, la Réserve Fédérale. Lorsque le décret de la Réserve Fédérale fut voté par le congrès aux Etats Unis en 1913, le Député Charles Lindbergh a prévenu le Congrès Américain dans un registre du Congrès daté du 22 décembre 1913 (vol. 51), qu’en instituant le système privé de la Réserve Fédérale, la conséquence inévitable serait qu’en utilisant le pouvoir de créer la monnaie, permettrait de provoquer l’inflation et la déflation de l’économie, et les grandes entreprises prendraient le contrôle. Selon les termes du député Lindbergh : “A partir de maintenant, les dépressions seront créées scientifiquement”. Et elles le sont. En 1929, les « pouvoirs du passé » ont délibérément fait chuter la bourse. Comment ? Les fluctuations des titres de la bourse sont causées par l’émotion. Avant le crash de 1929, on a créé une euphorie qui a généré une période d’inflation. Les pouvoirs aux commandes ont vendu leurs titres à prix élevé, puis créé la panique sur la baisse dans le marché. Lorsque les cours se sont effondrés, ils ont racheté leurs titres pour une bouchée de pain – et éliminé la concurrence aux abois du même coup. En bref, la Grande Dépression de 1929 a été générée artificiellement afin que les grandes entreprises qui contrôlaient  la bourse puissent en profiter pour prêter aux gouvernements l’argent nécessaire pour sortir de l’effondrement qu’elles avaient provoqué. Les nations souveraines ont finalement été forcées de signer des emprunts qui, par leur nature même, ne pourraient jamais être remboursés. Et comme les dettes souveraines ne cessaient de s’accroître, le paradigme de « l’esclavage par l’endettement » a été formalisé … et les grandes entreprises ont pris le contrôle. De nos jours, les multinationales Gouvernementales continuent de feindre d’être les vrais gouvernements. Le Système des Banques centrales (qui domine actuellement les économies occidentales) continue d’alterner les périodes de ‘boom des marchés’ et de ‘dépression des marchés’ en restreignant ou relâchant stratégiquement l’émission de monnaie et de crédit. L’actuelle Crise Financière Mondiale en est un parfait exemple. Et en même temps, les grands médias jouent leurs rôles en manipulant les humeurs de la bourse sur les marchés et en facilitant les contre-vérités politiques. Mais la campagne judiciaire complexe entreprise par l’OPPT a mené à la saisie des avoirs et propriétés du système des grandes  multinationales. Toutes les sociétés privées, y compris les systèmes gouvernementaux et bancaires, ont été saisies de leurs avoirs en utilisant leurs propres mécanismes de législation/réglementation commerciale. En langage juridique, cela signifie la fin pour les anciens Trust du vieux système et le début pour les nouveaux ! Alors est-ce le « renversement du Gouvernement » ? Non – c’est le renversement des grandes multinationales qui se sont comportées comme des gouvernements. Si vous comprenez que les «  Gouvernements » sont en fait des entreprises privées qui ont, par ruse, altéré les constitutions des nations souveraines, leur acte de décès était un fait programmé à venir. La fraude du gouvernement est réelle. Et finalement – par leur incapacité à réfuter les accusations basées sur le CCU (le Code de Commerce Uniforme) – l’imbrication des multinationales gouvernementales dans son ensemble se trouve coupable de fraude, de trahison et d’esclavage. En vertu du droit international, l’OPPT a le droit d’exiger la réparation par dédommagement de ces crimes. Celles-ci ont choisi la saisie de leurs avoirs et la cessation de leurs activités de grandes entreprises, banques et gouvernements en tant que responsables ainsi que la confiscation de leurs titres et avoirs des infrastructures légales – y compris l’or et l’argent détenus comme garanties par le système financier – pour les transférer entre les mains de l’OPPT. N’y pensez pas en termes de renversement, mais comme la saisie de biens usurpés. Les poursuites en justice de l’OPPT récupèrent ce qui nous appartient en tant qu’êtres souverains sur cette planète. La loi Universelle, la Common Law et le C.C.U. sont maintenant la loi applicable sur cette planète.(Je décrirai plus tard en détail les mécanismes mis en place par l’OPPT pour remplacer les fonctions de gouvernance). CCU : La bible du commerce Le C.C.U est la “bible” du commerce ; il décrit précisément la manière selon laquelle le commerce international est régi. En fait, l’ensemble du système commercial gravite autour du C.C.U. Si le prêt immobilier de votre logement est saisi, via une hypothèque, ou que vous êtes dépossédé de votre voiture, la banque utilise le mécanisme parallèle du C.C.U pour agir. Mais la législation du C.C.U. n’est pas enseignée dans les facultés de droit. Elle reste le domaine des grandes entreprises privées et de leurs dirigeants, qui forment leurs employés en contentieux du C.C.U. – gardant ainsi la connaissance de cet instrument « en interne ». Mais un des administrateurs d’OPPT a été amené professionnellement à utiliser la législation du C.C.U durant un certain temps, et comprend en profondeur comment les « pouvoirs du passé » manipulaient le C.C.U pour contrôler le système financier américain au plus haut niveau. Experte en C.C.U, mère et fondatrice de l’OPPT, Heather-Ann Tucci-Jarraf a utilisé la saisie de sa propre maison comme cas d’école. Elle a attaqué la procédure de saisie immobilière à travers le mécanisme C.C.U et, ce faisant, a découvert – pour employer des termes simples – que la justice américaine est toujours en faveur des multinationales. Ce qui n’est pas étonnant, vu que 99% des lois se rapportent à la propriété privée… ou au commerce. En avançant prudemment, l’OPPT arriva à la conclusion que les entreprises privées opérant sous le couvert des gouvernements souverains et des systèmes financiers se rendaient coupables de trahison envers les habitants de cette planète en l’absence de toute information connue, volonté et consentement express de leur part. Le rapport final de cette investigation se trouve ici . Et en l’espèce, … pour saisir le « système », les administrateurs du Trust OPPT ont tendu un piège en utilisant la structure légale qui leur était fournie PAR le « système » lui-même.Comment les administrateurs OPPT sont-ils arrivés à la saisie ? L’OPPT est géré par des administrateurs Caleb Skinner, Hollis Randall Hillner et Heather Ann Tucci-Jarraf. L’OPPT a été créé lorsque les administrateurs se sont associés – et ce faisant ont renoué – avec le Trust intégré dans les termes de la Constitution originale des Etats-Unis de 1776, laquelle constitution, fut abandonnée lorsque le gouvernement des Etats-Unis fut transformé en Multinationale Gouvernementale en 1933. L’OPPT a ensuite associé chaque individu de la planète à cette structure de Trust en tant que bénéficiaires de ses titres et propriétés, et l’a désigné « le Peuple Unique, Créé par le Créateur ». Ce faisant, les administrateurs créaient un Trust, dans le cadre légal qui a des droits supérieurs à quelconque partie – le Trust entre le Créateur et les « Êtres existants » de la Terre. Les « Êtres existants » sur Terre sont les bénéficiaires du Créateur en tant que garants des manifestations du Créateur sur Terre. Juridiquement parlant, il ne peut y avoir de proclamation supérieure à celle du One People’s Public Trust … exceptée celle émise par le Créateur lui-même. Les ressources de notre planète – spécifiées dans les actes du C.C.U. comme étant l’or et l’argent mondial – ne peuvent de ce fait être détenues, vendues contre rémunération, comptées sous forme de ‘salaire’ pour nous rendre esclaves, ou être épargnées afin de créer de la pauvreté ou déposséder. Sous l’OPPT, nous sommes tous actionnaires de titres. Les ressources de notre planète nous appartiennent dorénavant à chacun à parts égales. C’est notre droit de naissance. Maintenant c’est la loi.Entre 2011 et 2012, les administrateurs ont déposé une série d’investigations complexes au C.C.U. au nom de ses bénéficiaires. Les détails de ces investigations de l’OPPT au C.C.U. peuvent être consultés sur leur site : http://peoplesstrust1776.org/. Attention : c’est une lecture juridique dense destinée à un enregistrement et une divulgation légale officielle. Ce n’est pas destiné à la communication de poursuites de l’OPPT contre des tiers ou leurs conséquences sur le public. Cependant les administrateurs travaillent directement avec la collectivité de ‘médias alternatifs’ pour être sûrs que le public reçoive une information précise, claire et adéquate. Pour résumer ces documents :En l’espèce, les grandes entreprises multinationales, les gouvernements et les banques ne font qu’un, « Une Commission d’enquête et une instruction » ont été déposées à l’encontre « du débiteur », une entité juridique créée via le mécanisme C.C.U. régit par le Code d’Enregistrement des sociétés. Le dépôt de plainte stipule que le débiteur a « en toute connaissance de cause, volontairement et intentionnellement commis des actes de trahison  » en « possédant, faisant fonctionner, aidant et encourageant des systèmes monétaires privés » et « en faisant fonctionner des systèmes d’esclavage envers … des citoyens sans les informer, contre leur volonté et leur consentement ». Les dossiers de procédures de C.C.U. sont des données publiques, et suivent les mécanismes de procédures juridiques classiques. Si une entité légale fait l’objet d’une plainte, la personne morale (dans ce cas le «  débiteur ») a le droit de la contester. Si celle-ci n’est pas en mesure d’en apporter la preuve contradictoire ou, n’est pas reçue dans un délai imparti, il en résulte un jugement par défaut, suivi par l’application du verdict. La conséquence est, la cessation immédiate d’activité de cette entité légale, dans le cas présent, au motif qu’elle a été incapable d’apporter la preuve contraire des charges de trahison démontrées par l’OPPT. Le plus important ici, est que le jugement en culpabilité selon le C.C .U. a valeur légale immédiate s’il n’est pas démontré le contraire. Et dans ce cas, les administrateurs de l’OPPT se sont assurés qu’ils créaient une situation juridique dans laquelle les individus et toute entité légale dénommée le « débiteur » n’avaient aucune capacité de démontrer le contraire. Comment ont-ils réussi ? Toutes les charges déclarées d’esclavage et de fraudes sont vraies. Bien sûr, aucune preuve tangible de leur innocence n’a été démontrée.Le « débiteur » est de ce fait coupable de trahison.En dédommagement, les grandes entreprises sont saisies de leurs avoirs usurpés et confisqués,La richesse de notre planète est réaffectée au Trust l’OPPT. Toute dette des multinationales est effacée,Le « système » est définitivement clos. Les archives publiques le prouvent,Les dépôts et déclarations enregistrés au C.C.U. font office de Loi Internationale Selon les clauses même du système, celui-ci n’existe plus. Nous sommes libres !! Cliquer ici pour lire le communiqué de presse de l’OPPT du 4 février 2013."


                        • lloreen 3 décembre 2014 20:13

                          Une autre excellente contribution à ce sujet.

                          http://www.alterinfo.net/Le-Vatican-la-City-de-Londres-et-le-District-of-Columbia_a96013.html#last_comment

                          Extrait :

                          "
                          La ville état du Vatican, le District of Columbia et la City de Londres forment un empire inter-connecté.
                          Ces trois cités-états entreprises contrôlent le monde économiquement au travers de l’entreprise financière de la City de Londres, militairement au travers de Washington District of Columbia (D.C) et spirituellement au travers du Vatican.
                          ▪ Elles ne paient aucun impôt
                          ▪ Elles ne sont sous aucune autorité nationale
                          ▪ Elles ont leur propre drapeau indépendant
                          ▪ Elles ont leur propres lois séparées
                          ▪ Elles ont leur propre force de police
                          Elles ont des identités totalement différentes du reste du monde. Les trois étoiles qui sont sur le drapeau du District of Columbia (voir la photo sur l’article original) réfèrent aux trois cités-états, une pour chaque ville de l’empire.

                          Washington DC
                          Le président des Etats-Unis Obama, et les autres avant lui, opère en tant que “roi vassal” prenant ses ordres de la “City of London” au travers du Royal Institute of International Affairs (NdT : RIIA la maison mère du CFR en grande-Bretagne…).
                          La constitution du district of Columbia fonctionne sous la loi romaine tyrannique connue sous le nom de “Lex Fori” qui ne ressemble en rien à la constitution des Etats-Unis. Lorsque le congrès a voté la loi de 1871, il créa une entreprise distincte connue sous le nom d’Etats-Unis/US (NdT : et non pas “d’Etats-Unis d’Amérique”/USA) et un gouvernement corporatiste, entrepreneurial pour le District of Columbia. Cet acte de trahison a permis au District of Columbia de fonctionner comme une entreprise en dehors de la constitution originale des Etats-Unis d’Amérique et en dehors des meilleurs intérêts des citoyens américains.

                          City of London Inc.
                          Devenue un état souverain en 1694 lorsque le roi William III d’Orange privatisa et retourna la Banque d’Angleterre à des banquiers privés. En 1812, Nathan Rothschild torpilla le marché boursier anglais et prît alors un contrôle frauduleux de la Banque d’Angleterre.
                          Aujourd’hui, la ville état de Londres (City) est le centre financier mondial et le kilomètre et demi carré le plus riche de la planète.
                          Elle abrite ;
                          ▪ La Banque d’Angleterre contrôlée par Rothschild
                          ▪ Lloyds of London
                          ▪ Le London Stock Exchange
                          ▪ Toutes les banques britanniques
                          ▪ Les succursales de 384 banques étrangères
                          ▪ 70 banques américaines
                          ▪ Journaux de Fleet Streets et Publishing Monopolies
                          ▪ Le QG mondial de la franc-maçonnerie
                          ▪  Le QG pour le cartel mondial monnétaire connu sous le nom de “la couronne” ou “the Crown”

                          Elle ne fait pas partie de la ville de Londres ou de l’Angleterre ou du Commonwealth britannique


                          Le Vatican Inc.
                          La fortune collossale du Vatican inclut d’énormes investissements avec les Rothschild en Grande-Bretagne, en France et aux Etats-Unis et avec de très grosses entreprises pétrolières et de l’armement comme la Shell, BP et General Electric.
                          Le stock de lingots et de pièces d’or du Vatican vaut des milliards, il est emmagaziné à la Banque D’Angleterre contrôlée par les Rothschild et à la Réserve Fédérale américaine.
                          L’église catholique est la plus grosse puissance financière au monde, la plus grosse accumulatrice de richesses et de propriétés en existence, possédant plus de biens et de richesses que toute banque, entreprise, fond de trust géant et gouvernement n’importe où sur la planète.
                          Le pape, qui est le dirigeant visible de cette fortune mondiale colossale, est un des hommes les plus riches de la planète.
                          Alors que les deux tiers de l’humanité vit avec moins de 2$ per jour et un cinquième (1/5) du monde est sous-alimenté ou meurt de faim, le Vatican est à la tête de la richesse mondiale, profite inlassablement de ses investissements sur le marché boursier et dans le même temps prêche le “don”.
                          Durant la seconde guerre mondiale, le Vatican fut critiqué pour son soutien à Hitler et son régime nazi. A ce jour, le Vatican est toujours sous le coup d’une enquête pour le pillage de l’or nazi des banques suisses et des comptes des victimes juives de l’holocauste nazi.
                          Ces cinq dernières décennies, plus de 1500 prêtres et évêques ont été identifiés pour avoir harcelé sexuellement des dizaines de milliers de jeunes garçons et filles au sein de leur congrégations religieuses et leurs orphelinats.
                          1- Pourquoi cette institution honteusement riche prêche t’elle des valeurs spirituelles, la pauvreté et la chasteté, alors que des cardinaux, des prêtres et des évêques couvrent leurs crimes d’abus sexuels et de viols ?

                          2. Pourquoi l’église a t’elle lutté contre et résisté aux accusations et aux demandes de compensation de ses victimes sexuellement, émotionnellement et spirituellement traumatisées ?
                           
                           
                          Organisation de la Conférence Internationale des Peuples

                           
                          url de l’article original : http://peoplesconference.org/empire_of_the_city.htm
                           
                           Traduit de l’anglais par Résistance 71 

                           


                          • lloreen 3 décembre 2014 20:19

                            La république française est une entreprise gouvernementale comme toutes les autres filiales de l’ UE.
                            Les présidents de la république sont donc des employés des escrocs de la City de Londres (Couronne) à qui ils rendent des comptes.
                            Ils entretiennent l’ illusion qu’ ils représentent les français, ce qui est totalement faux.Il suffit de suivre la politique des présidents de la république, tous employés des Rothschild pour le remarquer.
                            Pompidou étaient un ex directeur de la banque Rothschild dont le but a été dès 1973, l’ endettement et l’ asservissement de la population française
                            Macron suit la même politique en droite ligne et il est un ex ( ou pas...) employé des Rothschild.
                            Tous ces gens sont grassement payés pour maintenir le statu quo et empêcher tout changement autre que virtuel, par le biais d’ élections tronquées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

HUBU

HUBU
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès