• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Non à l’inversion de la hiérarchie des langues !

Non à l’inversion de la hiérarchie des langues !

En France, désormais, il y a un fait inquiétant qui tend à prendre de l'ampleur : on s'étonne et on s'offusque de moins en moins de l'omniprésence de l'anglais.

JPEG - 150.1 ko
Léa Salamé, l’anglomane !

L'anglais semble être devenu pour certains, quelque chose d'incontournable et de normal.

 Bien sûr, on voit là le résultat de plusieurs décennies de propagande et de mise en condition des cerveaux des Français, une propagande qui a principalement commencé avec le plan Marshall et les accords Blum-Byrnes de 1946 et qui s'est faite en douceur jusqu'à nos jours, au point où une ministre, Fioraso, a légalisé l'enseignement EN anglais dans les universités françaises, où un ministre, Peyron, a rendu l'enseignement de l'anglais obligatoire dès le CP (dès 7 ans pour nos enfants), où la France se fait représenter au concours de l'Eurovision de la chanson par un chanteur qui chante en bilingue français-anglais - pour bien faire voir à la population française que le français ne suffit plus -, où Carrefour, entreprise française et deuxième groupe mondial dans la grande distribution, mécène de l'équipe de France de Ballon pour l'Euro 2016, choisit une chanson en anglais pour encourager et représenter les joueurs français, etc.

Bref, toute cette anglicisation, impossible à réaliser, il y a de cela quelques décennies, est réalisable aujourd'hui. Certains appellent ce phénomène l'évolution, d'autres, plus résistants et plus informés, appellent cela de la colonisation, une colonisation douce que nous a menée le monde anglo-américain dans une guerre de velours qui a fini par lobotomiser une grande partie de la population française.

Pour prendre un exemple de cette triste réalité, il n’y a qu’à regarder ce qui se passe en France au niveau de la Semaine de la Francophonie.

Eh bien, cette année, comme chaque année, les grands médias ont boudé l’évènement. À titre d’exemple, le 20 mars, qui est la Journée internationale de la langue française et de la Francophonie, rien n’a été dit sur le sujet dans le journal télévisé du 20 heures de France 2, une chaîne du service public de l’audiovisuel français, rappelons-le, une chaîne qui est censée, de part ses statuts, veiller à la diffusion, à l’illustration, à la promotion et à la défense de la langue française. Non seulement, cet évènement ne fut pas traité, mais on nous présenta un film français au titre anglais, FIVE, avec son acteur principal, Pierre Niney, présent sur le plateau, qui nous parla de sa première expérience en anglais lors d'un tournage aux É-U-A. Bien évidemment, Marie Drucker, la présentatrice du journal, abrutie à l’anglais comme la plupart de ses confrères, ne demanda pas à Pierre Niney pourquoi ce film français, tourné en France par des acteurs français et, qui plus est, aidé financièrement pour une large part, par des subventions publiques, donc par l’argent de nos impôts, avait un titre en anglais. Eh oui ! pour les gens de France 2, nommer un film français en anglais, c’est dans l’ordre des choses, la question ne se pose plus, même le jour où l’on est censé fêter la langue française !

Dans le même ordre d’abrutissement à l’anglais, le samedi 11 juin, dans l’émission de Laurent Ruquier On n’est pas Couché, un débat-spectacle diffusé sur la chaîne publique, France 2, il y eut Léa Salamé, une des chroniqueuses animant les débats, qui félicita, bouche bée, le chanteur « français » Nicolas Ker, un des invités de l’émission, de chanter en anglais sans l’accent français ! Là, bien sûr, nous touchons le fond, car non seulement on n’en est plus à se demander pourquoi un Français chante en anglais, mais on en est à donner un bon point à un Français qui chante bien en anglais, sans accent français.

Voilà donc encore, que s’affirme, ce que j’appelle la théorie de tout perdre : perdre notre langue insensiblement, comme nous perdons insensiblement nos acquis sociaux, notre système de vie et de pensée, etc.

Ce trimestre fut particulièrement marqué par des manifestations contre la loi El Khomry, dite loi-travail, une loi qui veut, via son article 2, et entre autres éléments nocifs, mettre en place l’inversion de la hiérarchie des normes. Autrement dit, selon ce principe, ce n’est plus la loi commune qui prévaudra, mais des accords au niveau des entreprises, même si ces accords d’entreprise sont plus défavorables pour le travailleur que la loi commune. Là encore, c’est la façon de voir anglo-libérale qui gagne du terrain, car cette façon de faire est un renoncement à deux des principes-clé qui fait notre République : Égalité et Fraternité. En effet, jusqu’à maintenant, les syndicats puissants, présents dans de grandes entreprises, qui parvenaient à tirer des accords vers le haut, permettaient à la loi commune d’évoluer elle aussi vers le haut et cela, bien évidemment, pour le bénéfice de tous, même pour ceux qui n’ont pas de syndicats puissants dans leurs entreprises pour défendre leurs droits et faire évoluer leur condition de travail. L’égalité de droit et la fraternité entre travailleurs étaient alors possibles, elle ne le sera plus avec l’inversion de la hiérarchie des normes. 

Cette inversion de la hiérarchie des normes n’est pas sans rappeler ce qui s’opère également au niveau de la langue française. En effet, n’assiste-t-on pas également, à ce que l’on pourrait appeler l'inversion de la hiérarchie des langues, une inversion consistant en France, à mettre, dans des cas de plus en plus nombreux, l'anglais devant le français ? La loi commune - article II de notre Constitution - ne dit-elle pas que le français est la langue de la République, mais des accords particuliers ne mettent-ils pas l’anglais devant le français : enseignement EN anglais dans nos universités et grandes écoles, travail en anglais dans de grandes entreprises telle Airbus à Toulouse, subventions publiques pour des films français tournés en anglais, publicités en anglais sur l’espace public, communication en anglais entre hauts fonctionnaires français et technocrates français de la Commission européenne, etc. ?

Bref, la loi commune qui dit que la langue française est la langue de la République passe de plus en plus en second plan par rapport à des accords, à des conventions, à des pratiques qui placent l’anglais devant le français.

Force est de constater, cependant, que si des millions de personnes sont descendues dans la rue pour refuser l’inversion de la hiérarchie des normes, personne n’est descendu dans la rue pour protester contre l’inversion de la hiérarchie des langues ! Preuve que la population a été mieux préparée à accepter l’anglais qu’à accepter le système de vie qu’il sous-tend. Cela s’explique, tout de même, par le fait que le formatage de la population à l’anglais a été lancé de longue date, par la machine de guerre culturelle et de divertissement étatsunienne, au moins à partir des Accords Blum-Byrnes de 1946, tandis que le formatage au libéralisme de type étatsunien qui normalement suit l’imposition de l’anglo-américain, n’a réellement commencé, lui, qu’à partir du traité de Maastricht de 1992, traité qui a marqué la fin du Marché commun européen, pour construire une Europe libérale ouverte aux quatre vents et soumise au système économique étatsunien. 70 ans pour nous préparer à penser que l’anglais n’est plus une langue étrangère en France, apparemment, c’est plus efficace que 24 ans pour nous persuader que notre système social est obsolète et qu’il faut en changer.

Enfin, une note optimiste, tout de même, est venue se poser sur la fin de ce deuxième trimestre de l’année : le 24 juin, jour de la Saint-Jean-Baptiste, fête nationale du Québec, et comme pour rappeler aux Québécois, que voter l’indépendance est toujours possible, une majorité d’électeurs britanniques votait l’indépendance de la Grande-Bretagne à l’égard de l’Union européenne.

JPEG - 28.5 ko
Brexit et Exit le tout-anglais

Bonne nouvelle pour nous qui défendons la langue française, le plurilinguisme et la traduction au sein de l’UE, car voilà maintenant que la langue anglaise qui colonise près de 90% de la communication de la Commission européenne, n’aura plus d’existence légale dans l’UE, puisque l’anglais ne fera plus partie des langues officielles de l’Union (l’Irlande a pour langue nationale officielle, le Gaélique ; Malte, le maltais et Chypre, le grec et le turc) ! Ainsi donc, comment désormais, les Euro-atlantistes de tout poil et les technocrates bruxellois de la Commission européenne, promoteurs du tout-anglais, vont-ils justifier, politiquement et juridiquement, le fait honteux, et totalement illégal au regard des traités, que l’anglais reste, la langue officielle, ou peu s’en faut, de l’UE ?

 Oui, nous avons du pain sur la planche entre dénoncer la théorie de tout perdre, dénoncer l’inversion de la hiérarchie des langues et dénoncer l’anglais qui n’a plus à être une langue de travail et de communication au sein de l’UE, puisque plus aucun pays de l’Union n’a cette langue comme langue officielle.

Plus que jamais, le combat pour le français, pour la Francophonie, pour le plurilinguisme, pour la traduction et contre le tout-anglais, continue.


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • Abou Antoun Abou Antoun 27 août 2016 13:00

    You’re completely right !


    • HELIOS HELIOS 27 août 2016 20:31

      @Abou Antoun


      bof... ça ou l’arabe....

    • Paul Leleu 28 août 2016 03:18

      @HELIOS


      l’invasion de l’Anglais a commencé avant guerre avec l’invasion du Jazz... 

      je crois que plus généralement, les guerres ont épuisé l’Europe... alors que les USA se sont enrichis (malgré des pertes humaines). 

      La fin de notre puissance impérialiste marque aussi le déclin de notre langue et de notre culture... 

      mais il faut dire que de toutes façons la plupart des français n’en ont rien à faire de la culture... 

    • La mouche du coche La mouche du coche 28 août 2016 09:02

      Cette femme est un agent de l’empire américano-sioniste. Il est donc logique qu’elle haïsse le français et promeut l’américain.


    • Bkhra aalqura (---.---.11.223) 28 août 2016 16:44

      @La mouche du coche Bientot ce serait ni le francais ni l englais mai ’larabe ,ya kelb


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 août 2016 21:36

      @Paul Leleu


      En fait, les linguistes estiment qu’un bon tiers du vocabulaire anglais est d’origine...française !

      Le lien entre ces langues s’est noué au moment de l’ invasion de 1066 quand Guillaume le Conquérant s’est emparé du trône d’ Angleterre et a fondé une nouvelle dynastie.

      Il s’est poursuivi au cours du Moyen Age par le biais des possessions anglaises en France ( Normandie, Anjou, Maine, Touraine, Aquitaine ) qui faisait que l’élite anglaise était bilingue.

      Ce n’est qu’avec la fin de la guerre de 100 ans et la fin de la domination anglaise sur l’ Ouest du pays que les langues ont commencé à diverger grandement.

    • covadonga*722 covadonga*722 27 août 2016 14:26

       bonjour , je vous trouve bien optimiste 

      Le français est éjecté progressivement des institutions internationales.Nos futures élites dirigeantes on quasi toutes étés cooptées par l’empire US.La diversité et l’autre prime sur la souche et le sol.On apprend à nos fils la repentance ,donc la honte de ce que nous avons été.Restera quelques livres et films tant que notre langue sera lue et comprise puis nous deviendrons..Légende......

      • OMAR 27 août 2016 17:46

        Omar9

        @cova

        Tu chiales parce que « Le français est éjecté progressivement des institutions internationales

        Mais regarde-toi et autour de toi seulement :
        -Tu dois adorer
        Johnny Haliday et Eddy Mitchel mais tu sais pas qu’ils s’appellent Jean-Philippe Smet et Claude Moine.
        -Tu fêtes Halloween et tu oublies la St-Sylvestre.
        -Tu bouffes un hamburger chez Mc-Do mais pas un coq -au- vin chez Louisette.
        -Le béret, c’est fini, place au jean et à la casquette »base-ball".
        -Oubliée la valse musette, maintenant, c’est le break dance, etc...

        Mais à quoi devrais-tu t’attendre quand tu acceptais normalement cela, et pire, tu perdais ton temps pour un vulgaire burkini ou foulard, au lieu de créer et d’innover..


      • Saltz Saltz 27 août 2016 20:43


        @OMAR

        • Mais regarde-toi et autour de toi seulement :
        • -Tu dois adorer Johnny Haliday et Eddy Mitchel mais tu sais pas qu’ils s’appellentJean-Philippe Smet et Claude Moine.
        • -Tu fêtes Halloween et tu oublies la St-Sylvestre.
        • -Tu bouffes un hamburger chez Mc-Do mais pas un coq -au- vin chez Louisette.
        • Le béret, c’est fini, place au jean et à la casquette »base-ball".

        Désolé de vous contredire,

        mais Johnny Haliday et Eddy Mitchel appartiennent à une mode des années 60, le rock et l’américanisme. Comment s’appellent les chanteurs maintenant ?
        Top 10 des artistes les plus populaires depuis janvier 2016, selon le classement établi par Digitick et Infoconcert 1- Renaud 2- Kendji Girac 3- Les Insus 4- Johnny Hallyday 5- Coldplay 6- Louane 7- Radiohead 8- Muse 9- AC/DC 10- Michel Polnareff
        Les noms anglophones ne sont pas majoritaires.

        Halloween

        Cette fête n’a pas vraiment pris en France, bien qu’elle ait des racines très anciennes dans certaines régions.
        En France, il existait en Bretagne, dans le Finistère, du XVe siècle jusqu’à la moitié du XXe siècle, une coutume chez les enfants, « vers l’approche de la Toussaint, de creuser des betteraves, d’y pratiquer des trous en forme d’yeux, de nez et de bouche, d’y introduire un bout de bougie et de refermer le tout » ; outre ce « lampion à tête humaine, posé la nuit sur un talus ou dissimulé dans les broussailles d’un terrain creux » pour effrayer les gens, le même témoignage évoque des enfants avec cette fois la tête-betterave portée sur leur tête et montés sur des échasses, en une terrifiante procession supposée représenter l’Ankou et les êtres de l’Autre Monde32. En Lorraine, la Rommelbootzennaat (nuit des betteraves grimaçantes en Francique lorrain) est une tradition célébrée en Moselle la veille de la Toussaint, essentiellement dans le Pays de Nied et dans le land de Sarre voisin. La veille de la Toussaint, les enfants sculptent des têtes grimaçantes aussi dans des betteraves, légumes dont la récolte marque la fin des travaux des champs. Éclairées par la lumière d’une bougie, les têtes sont déposées sur les rebords de fenêtres, des puits, les murs des cimetières ou aux croisements des chemins pour effrayer les passants33. Cette fête a continué à être célébrée bien avant le retour en Europe de la mode d’Halloween à la fin des années 1990

        Le béret
        Très en vogue au XIXe siècle pour les uniformes de travail (chauffeur, portier, concierge, gardes de sécurité, chef de train, etc.), elle était alors directement inspirée des uniformes militaires et notamment du képi.
        Dès les premières lignes de son roman Madame Bovary, Gustave Flaubert en affuble son personnage du jeune Normand Charles Bovary pour sa première entrée en classe. La description de cette « coiffure composite » est très détaillée, pour un résultat assez ridicule.


      • tonimarus45 28 août 2016 09:01

        @OMAR—tenez , peut etre hor sujet mais pendant que nous sommes en train de « peindre la girafe » avec le « burkini »

        «  »La loi Sapin 2 contient un amendement qui met votre assurance-vie à la merci de fonctionnaires ; ils pourront fixer les rendements et geler remboursement et avance. Cet amendement, déjà adopté par l’Assemblée, sera débattu prochainement au Sénat. ????..
        SANS commentaire


      • Perceval 27 août 2016 14:49

        La Francophonie et la loi Toubon sont une franche réussite. En France moins de 4% des cadres parlent anglais et on ne risque plus de vendre nos produits à l’extérieur.
        Pareil sur la TNT : 34 chaînes gratuites et que des programmes nullissimes traduits en français (sauf la 4, la 5 et Arte)


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 août 2016 22:10

          @Perceval
          C’est plutôt l’euro, trop cher et impossible à dévaluer, qui est responsable de la baisse des exportations.. Par contre, la Loi Fioraso qui impose l’anglais et le modèle anglo saxon dans l’enseignement supérieur a pour conséquence que la France a reculé dans le classement de Shangaï à la 6e place ...


          Il existe ainsi une quasi-schizophrénie au sein de nos dirigeants :
          - d’une part, Geneviève Fioraso et consorts se disent non concernés par ce classement et prétendent qu’il n’a aucune influence ;

          - mais d’autre part, ces mêmes dirigeants n’en décident pas moins de caler notre enseignement supérieur sur le modèle anglo-saxon, notamment à travers l’américanisation des esprits. Ils le font de façon compulsive, suivant en cela un mimétisme nigaud et le mépris chronique des spécificités de la pensée et de la recherche françaises.

          Comme le rappelle Claude Hagège :« Imposer sa langue, c’est imposer sa pensée »
          Il y a longtemps que nos z’élites ne pensent plus.


        • Alren Alren 28 août 2016 17:33

          @Fifi Brind_acier

          Excellent !!!


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 août 2016 22:24

          @sampiero
          C’est la grenouille météo de Washington et de l’ OTAN. Si on critique les USA, elle accuse immédiatement « d’anti-américanisme primaire ». Sans qu’on sache exactement ce qui est primaire, secondaire ou tertiaire....Lors de son passage chez Ruquier, elle a accusé Asselineau « d’anti -américanisme primaire ».


          Vous avez dit antiaméricanisme primaire ?
          Plusieurs journalistes et personnalités ne se gênaient pas pour parler de la domination américaine !
          Aujourd’hui, un journaliste qui dirait la même chose serait aussitôt taxé de « complotisme » et « d’antiaméricanisme primaire » et viré de l’antenne sans autre forme de procès.

          C’était aussi un temps où le président de la République (Charles de Gaulle surtout, et François Mitterrand dans une moindre mesure) et leurs ministres combattaient expressément cet asservissement de notre patrie par les dirigeants de Washington. Cette vidéo nous le prouve en donnant la parole à Michel Jobert, Pierre Messmer, Hubert Védrine….

          Désormais, les journalistes autorisés à s’exprimer sur les grandes chaînes de télévision françaises répètent comme des perroquets la propagande de Washington et de l’OTAN, l’exemple de Léa Salamé n’en étant que l’exemple le plus révoltant. Quant aux locataires de l’Élysée, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ils ne sont plus que des larbins de Washington et ils ne s’en cachent même pas."


        • Croa Croa 27 août 2016 15:24

          Oui, ça m’énerve aussi tous ces groupes FRANÇAIS qui chantent en anglais. À leur défense il faut savoir que les médias sont demandeurs de langue anglaise en ce qui concerne les coupures musicales. Ce n’est évidemment pas normal ! smiley
          *
          Notons qu’à l’Eurovision dernière la chanteuse non française qui a concouru avec une chanson en français (si, si il y avait bien une étrangère chantant en français !) a été très critiquée par les animateurs français, ce qui n’est pas gentil mais n’est guerre étonnant.


          • Alren Alren 27 août 2016 16:25

            @Croa
            les médias sont demandeurs de langue anglaise en ce qui concerne les coupures musicales

            Les coupures musicales en anglais ont l’avantage que pratiquement personne en France ne comprend l’américain de rue qui compose les paroles, souvent fort pauvres et peu poétiques.

            La voix humaine est alors utilisée, comme souvent aussi à l’opéra, tel un instrument de musique particulièrement sensible et émouvant. Et l’on peut placer ces intermèdes musicaux n’importe où sans tenir compte du sens de ce qui est chanté.

            C’est ce qui a permis à l’équipe française de foot victorieuse de la Coupe du monde de 1998 d’adopter comme « hymne », la chanson "I will survive", qui n’avait rien à voir avec aucun sport, puisque ce sont les propos acides d’une femme plaquée par son mec qui lui annonce qu’elle survivra très bien à la rupture et même qu’elle aimera quelqu’un d’autre rapidement !

            Ce qui serait bien c’est que ces chansons sans paroles proviennent d’autre langues plus musicales pour mes oreilles que l’anglais : personnellement j’adore entendre chanter en portugais avec l’accent brésilien ...


          • Enabomber Enabomber 27 août 2016 18:00

            @Alren
            À l’opéra justement, c’est l’anglais qui est nettement sous-représenté. D’ailleurs, vous imaginez ce que donnerait « Va pensiero » en anglais ?


          • Alren Alren 27 août 2016 18:36

            @clone sampiero

            Mon pauvre vieux !


          • socrate socrate 27 août 2016 19:01

            @sampiero

            Les langues régionales n’ont presque pas subies d’influences contrairement au français qui concentre un apport important des parlers des régions et de l’étranger.
            Le français issu du parler médiéval devrait-il renier la littérature courtoise, les trouvères, troubadours, Chrétien de Troyes ou Villon, sans parler des langues vertes et des argots, le tout sous le prétexte qu’ils ne sont quasiment plus utilisés.
             Tout comme les langues régionales, qui sont une richesse pour un peuple aux origines multiples, et ne doivent pas être considérées comme étant en opposition à la langue officielle qui d’ailleurs devrait plutôt se garder du « franglais » qui commence sérieusement à la dénaturer.
            De toute façon l’usage de l’anglais dans les chansons s’explique par le potentiel immense des potentiels « acheteurs », encore et toujours une histoire de fric.
            Brassens, Brel, Ferré, Ferrat, réveillez vous !.


          • gerard5567 27 août 2016 19:20

            @socrate
            Justement ; l’anglais est en grande partie issu du franco-normand. To cancel et to remember viennent du français médiéval, par exemple.


          • socrate socrate 27 août 2016 19:45

            @gerard5567

            Exact et intéressant, « Dieu est mon Droit » (devise royale anglaise)


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 août 2016 22:33

            @sampiero
            Expliquez nous un peu pourquoi les Corses ont droit à « une télé quasiment normale » ?? En langue corse, certes, pour certaines émissions, mais majoritairement en français, sans un mot d’anglais, sans films ni téléfilms US, sans nouilleries de télé réalité, avec plein de reportages, de la culture, de la géographie, de l’ histoire, de l’archéologie ?? Et sans météo, ni incendie en Californie dont on se contrefout ? Cela s’appelle FR3 Via Stella .


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 août 2016 07:31

            @sampiero
            L’essentiel des programmes est en français, ne vous en déplaise...
            Si vous croyez que l’herbe sera plus verte en étant directement dirigés par Bruxelles, vous n’avez qu’à regarder la Grèce, sous tutelle de la Troïka ....


          • tonimarus45 28 août 2016 09:07

            @Alren— clone sampiero ?????? je pense qu’il poste sous plusieurs pseudos dont un celui d’un en FARINEUR

            Il emploie les meme mots et tournures de phrases

          • Alren Alren 28 août 2016 17:40

            @tonimarus45

            Je n’ai pas bien compris :vous croyez que je suis aussi clone sampiero ?

            Réponse souhaitée SVP.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 août 2016 19:32

            @sampiero
            Parce que le but final des euro-régions, que défendent les régionalistes, c’est d’être directement gérées par Bruxelles !


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 août 2016 21:43

            @Croa

            Pour réussir à l’International, le chant anglais est plus facile et porteur que le français. 

            Quand à la candidate française de l’avant dernier eurovision, la critique portait plus sur le fait que sa chanson était vieillote et ultra-déprimante. Une candidate parfaite pour l’édition 1949 mais complètement hors du temps !

          • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 août 2016 21:45

            @sampiero

            En même temps, personne ou presque ne regarde cette chaine non plus, alors...

          • EL Yagoubi M’hamed (---.---.181.21) 27 août 2016 15:55

            « Plus que jamais, le combat pour le français, pour la Francophonie, pour le plurilinguisme, pour la traduction et contre le tout-anglais, continue. »


            Il n’y a aucun doute que la bataille pour défendre la langue française est déjà perdu. Il est certain que dans quelques années, une dizaine d’année pas plus, cette langue sera réduite à rien.
            Un sondage publié en Algérie le mois d’août 2016 montre que 95% des Algériens veulent rompre avec la langue française et tourner ver l’anglais. Au Maroc, une prise de conscience est déjà installée dans le milieu éducatif et scolaire à tous les niveaux pour renforcer l’apprentissage et l’appropriation de l’anglais et aussi le chinois.
            C’est une réalité observable et objective qui fait froid dans le dos quand on voit comment l’espace francophone est en chute libre. La crainte est déjà là de voir la langue française dépourvue de toute validité écologique.

            • Abou Antoun Abou Antoun 27 août 2016 18:03

              @EL Yagoubi M’hamed
              La crainte est déjà là de voir la langue française dépourvue de toute validité écologique.
              Ah bon ? Le français passe pourtant pour une langue ’verte’.


            • Alren Alren 27 août 2016 18:19

              @EL Yagoubi M’hamed

              Il est certain que dans quelques années, une dizaine d’année pas plus, cette langue sera réduite à rien.

              Vous prenez vos désirs pour des réalités.

              Croyez-vous que les Québecois vont perdre leur identité nationale acquise de haute lutte avec le français en l’abandonnant pour l’anglais ?

              Croyez-vous que les Wallons vont abandonner le français face aux Flamands ?

              Que les Suisses francophones vont faire de même ?

              En Afrique subsaharienne de l’ouest, le français est la langue véhiculaire des élites qui se sont donné du mal pour l’apprendre. Croyez-vous qu’ils vont se « taper » l’apprentissage d’un anglais courant, et non celui des aéroports, pour un profit nul puisque les anglophones ... ou les Chinois arrivent dans ces pays en parlant le français ou avec des interprètes français.

              Même en Algérie, d’où vous écrivez sans doute, malheureux pays qui cultive officiellement le ressentiment pour le « colon » au lieu de se tourner vers l’avenir et coopérer avec la France où tant de binationaux prospèrent, on n’abandonne pas une langue si familière pour en apprendre une autre ... si étrangère !

              À propos de l’anglais, voici un rappel historique :

              En 1066, le Duc de Normandie conquiert l’Angleterre à lui promise par le roi défunt mais contestée par un usurpateur. Il devient roi d’Angleterre et apporte avec lui, ses seigneurs et combattants une langue romane ancêtre du français. Après quelques générations, montent sur le trône anglais d’autres rois « français », de langue française. Ils viennent d’Anjou.

              Péripétie de l’histoire une reine anglaise descendante d’un roi de France sans héritiers mâle est amenée plus tard à réclamer pour son fils la couronne de France. Il s’ensuit une guerre qui va durer cent ans et dont la fin voit les « Anglais », les soldats sont anglo-saxons mais les seigneurs français, « boutés » hors de France.

              Par ressentiment, les rois d’Angleterre ont alors voulu chasser le vocabulaire français de l’anglais.

              Mais c’était impossible, notamment pour les mots les plus savants : ils n’existaient pas dans le saxon des paysans !

              C’est ainsi que 60% des mots anglais sont toujours d’origine française. S’il n’y avait pas eu une forte dérive pour la prononciation des mots entre les deux pays, ce serait une langue facile pour un francophone.

              Dans dix ans, vous ne repenserez sans doute pas à votre commentaire. C’est dommage car vous auriez mesuré comme il y a loin de la coupe aux lèvres !

              PS Et vous, quel est votre niveau en anglais ?


            • Croa Croa 27 août 2016 19:22

              À EL Yagoubi M’hamed,
              Il est un fait qu’au Viet-Nam (autrefois l’Indochine) il n’y a que quelques vieux qui parlent encore un peu français alors que beaucoup de jeunes parlent l’anglais. Que les autres ex-colonies suivent la même évolution ne serait guerre étonnant.


            • roman_garev 27 août 2016 19:43

              @Alren

              Bravo pour ce commentaire.
              Les Algériens, les Marocains et autres Vietnamiens sont libres à renoncer au français, ils ne nuiront qu’à eux-mêmes, car dans le monde entier la valeur du français restera toujours telle qu’elle est, très appéciée.
              Le rappel historique sur l’anglais est très édifiant, et j’y ai un complément curieux pour l’autre couple des langues.
              Les chefs nazis de l’Ukraine de nos jours, tout en essayant à renoncer définitivement au russe jusqu’à le brûler au fer rouge, vient de s’apercevoir que dans l’ukrainien (c-à-d. le dialecte du russe employé par les des Galiciens paysans, sefs de Polonais, d’ailleurs très beau pour les propos de table, de bazar et les chansons) 70% du vocabulaire « civilisé » (technique, informatique, scientifique, même historique) n’existe pas ! Une langue paysanne, une sous-langue, comme l’était l’anglais...
               

            • EL Yagoubi M’hamed (---.---.181.206) 28 août 2016 00:19

              @Alren
              D’abord, je ne suis pas Algérien. Ensuite, j’aime la langue française. Enfin, je ne veux pas que cette langue soit détruite de l’intérieur. Je reste toujours attaché à cette belle langue parce qu’elle renvoie à des profondeurs de la pensée et à une culture aux dimensions universelles. Le tout est bien fondé sur un principe majeur que je défend dans toutes pratiques : La laïcité. 


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 août 2016 07:35

              @EL Yagoubi M’hamed
              Elle n’est pas détruite de l’intérieur, mais par la volonté extérieure des USA de détruire les cultures et les langues nationales. Les larbins et autres chiens de garde ne se rendent pas compte que les USA ne dirigent plus le monde et que nous allons vers un monde multipolaire...
              « Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale »
              A nous de défendre la souveraineté et la culture française.


            • mac 27 août 2016 16:21

              Dans un pays gouverné par des « young leaders » et avec des journalistes formés aux US, cela vous étonne que notre colonisation soit actée ?

              La France n’est plus que l’ombre d’elle-même mais heureusement, le français survivra en dehors de le France, on parle même de la deuxième ou de la troisième langue la plus empruntée dans le monde en 2050.


              • Odin Odin 27 août 2016 17:11

                @mac

                « Dans un pays gouverné par des « young leaders » et avec des journalistes formés aux US, cela vous étonne que notre colonisation soit actée ? »

                Exactement, notre langue suit le même chemin que notre souveraineté nationale. Tout est fait, par nos gouvernants, pour qu’elles disparaissent. Attendons 2017 pour constater si les français veulent ou non rester des veaux !


              • EL Yagoubi M’hamed (---.---.181.161) 27 août 2016 18:17

                @mac
                Exactement ! Ce ne sont pas les locuteurs Français qui sont responsables de la chute de cette langue, belle langue dans toutes ses dimensions. Ce sont les sortants des écoles médiocres du commerce et du business, il y en a beaucoup ces dernières années, qui ont ruiné cette langue. Sa présence dans le monde ne s’annonce pas bien vu la prolifération des réseaux de communication et des médias de bas niveaux soumis à des logiques de vitesse et de superflu du néolibéralisme. 


              • Ger. 27 août 2016 16:42

                je suis profondément convaincu qu’une langue charrie une idéologie. Je me souviens de deux amis que l’histoire avait entrainé de longs déplacement et qui parlait parfaitement le français, le russe et l’espagnol (leur père avait été un général républicains, ils avaient été élevés en URSS et s’étaient installés en France. Je leur ai demandé : entre vous, quelle langue parlez-vous ? Ils m’ont répondu : ça dépend ; quand on parle littérature, c’est le français, mais pour la poésie, on préfère l’espagnol ou le russe ; pour la politique, c’est le russe.
                Si les Etatsuniens ont fait un tel effort pour imposer leur langue, ce n’est pas par paresse ! mais parce qu’à travers elle, c’est leur idéologie qu’ils veulent imposer.
                alors, battons-nous pour notre langue...
                Dans une autre vie, j’ai été prof. d’anglais...


                • Arthur S Jeussey de Sourcesûre 27 août 2016 16:43

                  Le phénomène est le même en Allemagne, en Italie, en Espagne, pour les mêmes raisons de domination politique, économique et « culturelle » (cinéma, chanson) des Etas_Unis.


                  Mais il reste de la marge avant la disparition de l’espagnol, de l’allemand, de l’italien et du français.

                  L’ironie de la situation, c’est que la langue anglaise elle-même s’américanise" au Royaume-Uni, au grand dam des Britanniques cultivés.

                  Le plus dramatique est la situation de l’Afrique où les très grand nombre de langues et de dialectes, porteurs de cultures spécifiques méconnues des occidentaux, sont remplacés peu à peu pat le globish (global english), forme appauvrie de l’anglo-américain réduite à un lexique de 500 mots qui paraissent suffisants pour expliquer aux peuples concernés comment ils doivent se comporter pour que leurs richesses minières et elurs productions agricoles soient détournées et pillées.

                  • Legestr glaz Ar zen 28 août 2016 08:14

                    @Jeussey de Sourcesûre

                    Il « reste de la marge » dites vous ? Je n’en suis pas si certain.

                    Si la loi Fioraso amène les universitaires à rédiger en langue anglaise pourquoi ne pas, rapidement, inclure dès l’école primaire un enseignement en langue anglaise ? De cette façon, les enfants parleraient un excellent anglais toute leur vie durant. 

                    C’est bien de cette manière que l’Etat français a procédé avec la langue bretonne. Après la première guerre mondiale, il a été absolument interdit aux enfants bretons de parler leur langue maternelle à l’école. Ils pouvaient le faire dans le cour de récréation uniquement. Et bien, 20 à 30 années plus tard, la langue bretonne passait aux oubliettes. Les parents formés uniquement à l’école en langue française ont parlé le Français à leurs enfants. Le tour était joué. Les locuteurs bretons ont pratiquement disparu. Seuls subsistent les écoles diwan qui enseignent le bi-linguisme, Français-Breton. Lorsque vous entendez parler une de ces personnes, formées à l’école diwan en langue bretonne, vous la reconnaissez immédiatement : elle parle le Breton avec un très fort accent Français ! Amusant, non ? 

                    En imposant l’anglais dans les écoles primaires, en 20 ans l’affaire sera pliée. C’est le chemin que l’on prend. 




                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 août 2016 19:38

                    @Ar zen
                    Il ne s’agit pas seulement de culture, mais d’économie. Les langues nationales font obstacle à la fluidité de la main d’oeuvre en Europe. Aux USA, les gens parlent la même langue, et déménagent d’un bout à l’autre du pays pour trouver du travail. Pas en Europe, surtout pour aller trouver un boulot en Roumanie à 161 euros par mois... L’idée sous jacente à l’UE, c’est de fabriquer « un peuple européen nomade », qui se déplace en fonction du marché du travail....


                  • mursili mursili 27 août 2016 17:08

                    Contre le tout-anglais, ou contre l’anglais tout court ?

                    Votre ressentiment envers l’anglais vous fait dire des bêtises car contrairement à ce que vous affirmez l’anglais est bien langue officielle en république d’Irlande et la langue la plus parlée par une majorité d’Irlandais. Il suffit de consulter une liste des médias irlandais, presse et audio-visuel, pour s’en rendre compte.

                    Il faut dire qu’une certaine forme d’anglophobie est un déni de réalité. L’anglais est bien actuellement la langue des échanges internationaux et du tourisme, l’empire américain ayant pris le relais de l’empire britannique. C’est un fait, on ne refait pas l’histoire, pas plus qu’un match perdu. Ou alors, il faut par exemple proposer une alternative francophone à Google, dont le programme de traduction est centré sur l’anglais.

                    Cependant, on ne peut qu’être d’accord avec vous pour le respect de la hiérarchie des langues et pour critiquer le snobisme anglomaniaque de certaines « élites » auto-proclamées. En France, le français d’abord, cela va de soi, et il faut continuer à cultiver et promouvoir son usage . Mais les Français ont tout intérêt à apprendre correctement l’anglais, plutôt qu’à se glorifier de leur ignorance.

                    Une bonne connaissance de l’anglais permet d’accéder à un grand nombre de publications et d’ouvrages de qualité qui n’ont pas trouvé de traducteurs français. 


                    • Alren Alren 27 août 2016 18:35

                      @mursili

                      l’anglais est bien langue officielle en république d’Irlande

                      Certes mais le prétexte serait bien mince pour les non-élus de l’UE de continuer à publier des documents uniquement dans une langue nationale des Irlandais, soit dit sans offenser ce peuple attachant !

                      Une bonne connaissance de l’anglais permet d’accéder à un grand nombre de publications et d’ouvrages de qualité qui n’ont pas trouvé de traducteurs français. 

                      Ce n’est pas "une bonne connaissance de l’anglais" qui est nécessaire pour lire dans cette langue des ouvrages parlant de physique théorique ou de médecine, c’est une parfaite connaissance de cette langue.

                      Et ce niveau de maîtrise demande des années d’apprentissage et une mémoire des mots excellente. Un(e) étudiant(e) a autre chose à faire qu’à consacrer des années à apprendre une langue qui ne relève pas en elle-même de son domaine d’étude.

                      C’est pourquoi l’État devrait posséder un service de traduction pour mettre à la disposition de tous les francophones du monde ( par internet) toute publication en anglais ou autre langue ayant une recherche scientifique active, une bonne version française.

                      Il faudrait évidemment régler des droits d’auteur.


                    • gerard5567 27 août 2016 19:22

                      @mursili
                      C’est surtout le globish qui règne.


                    • roman_garev 27 août 2016 21:22

                      @mursili

                      « Contre le tout-anglais, ou contre l’anglais tout court ? »


                      Une question incorrecte. Contre l’anglais dominant le français en France.

                    • roman_garev 27 août 2016 21:27

                      @mursili

                      « l’anglais est bien langue officielle en république d’Irlande et la langue la plus parlée par une majorité d’Irlandais. »

                      1) La deuxième langue officielle, après l’irlandais. Plusieurs pays ont chacun plusieurs langues officielles. Il ne s’agit pas de donner le statut officiel au sein de l’UE à une énième langue d’un seul pays.
                      2) La langue la plus parlée... n’intéresse personne du point de vue officiel.

                    • Ruoma Ruoma 27 août 2016 22:01

                      @mursili
                      Plutôt que parler de tout-anglais ou d’anglophobie, il conviendrait plutôt de relever le manque de diversité ou d’ouverture que subissent les Français dans leur propre pays.
                      Avez-vous déjà vu à la télévision française des films africains, russes, philippins, argentins, tchèques, grecs, bulgares, géorgiens, turcs, etc. ?
                      La réalité, c’est que notre environnement médiatique est confiné entre le français (encore heureux) et les productions de la « communauté internationale », c’est-à-dire essentiellement les états-unis et les pays anglo-saxons.
                      Nous ne sommes plus concrètement qu’un pays vassal.
                      Alors oui pour apprendre l’anglais à l’école, le jour où l’on pourra tout autant apprendre l’arabe, le chinois, le danois, le russe, le thaïlandais...
                      Nous en sommes très, très loin !


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 août 2016 22:39

                      @mursili
                      En France, la langue officielle inscrite dans la Constitution, c’est le français : article 2.
                      On a affaire à des élites schizophrènes !

                      – Le projet de loi Fioraso du 20 mars 2013 veut violer l’article 2 de la Constitution, bannir le français de l’enseignement supérieur, et souligne la ringardise du français ;

                      – la circulaire Ayrault du 25 avril 2013 veut faire respecter l’article 2 de la Constitution, bannir l’anglais du gouvernement et souligne la modernité du français !

                      On vient d’apprendre que le Premier ministre [NDLR : M. Jean-Marc Ayrault ] a envoyé, le 25 avril 2013, une circulaire à tous les membres du gouvernement pour exiger… qu’ils arrêtent de s’exprimer en anglais.


                    • mursili mursili 27 août 2016 22:45

                      @Ruoma
                      « Nous ne sommes plus concrètement qu’un pays vassal. »

                      Oui, c’est particulièrement clair depuis Sarkozy et Hollande et leur politique étrangère servile qui ruine tous les efforts de leurs prédécesseurs dans ce domaine. Le pauvre De Gaulle doit faire des moulinets dans sa tombe.

                      "Alors oui pour apprendre l’anglais à l’école, le jour où l’on pourra tout autant apprendre l’arabe, le chinois, le danois, le russe, le thaïlandais..."

                      Pas avant ? pas très réaliste...


                    • hunter hunter 28 août 2016 21:03

                      @Fifi Brind_acier

                      Quand Xine Lagarde était ministre, l’anglais était imposé dans les réunions internes du ministère !

                      Vielle salope celle-là !

                      Adishatz

                      H/


                    • JANCAP JANCAP 27 août 2016 18:29
                      - Ah, la Loi Travail et le cas particulier du syndicalisme français ! Avec 8 % des syndiqués, il est pourtant représentatif des salariés (élections professionnelles) et les accords s’appliquent à TOUS les salariés, contrairement aux pays beaucoup plus syndiqués où les accords ne s’appliquent qu’à eux. En France, avec la répression patronale, il faut être fou pour être syndiqué ;
                      - Vous voulez être à la mode en France, comme chef d’entreprise ? Trouvez un nom anglais pour votre prochain produit et un slogan en anglais pour sa publicité ;
                      - Pour l’inversion de la hiérarchie des langues, allez faire un petit tour au Québec. On vous apprendra pourquoi il est écrit ARRET sur les panneaux STOP, ce qu’est le magasinage, un égoportrait ou un courriel. Pour imposer le français chez nous ou en Europe, balayons d’abord devant notre porte ou faisons-nous aider par plus français que nous, les Québécois. 

                      • fanchig (---.---.140.56) 27 août 2016 18:36
                        Hiziv an deiz e c’hoari koshadur an dud enep dezhañ ha ma ne vez ket graet ur striv bras ez eus riskl e kendalc’hfe an niver a gomzerien da zigreskiñ kement ma’z afe ar yezh-se da goll da viken.

                        • Legestr glaz Ar zen 28 août 2016 08:26

                          @fanchig

                          Pour la langue bretonne, c’est fait.


                        • Xenozoid 27 août 2016 18:55

                          il se passe le même aux pays bas, mais bon la plupart sont au moins bilingue , et trilingue comme normal,l’anglais est 1ere langue étrangére,mais cela n’empêche pas le néerlandais /flammand de rester trés consevatif et evolutif,la pub capitalist est même aprouvé,de plus la base du capitalisme est née ici, les gens connaisent,il ont un nom pour ca, gedoog beleid,si vous voyez une guerre dans la langue moi je vois un atout,car tout n’est pas que jeux de force....

                          le crier c’est fortifier la hierarchie,sans comprendre celui qui ne parle pas

                          • non667 27 août 2016 19:00

                            le français est toujours la langue officielle juridique internationale car la langue la plus précise ,permettant le plus de nuance . mais aussi la plus complexe
                            mais aussi en compétition « économique » mais là on ne fait pas dans la poésie c’est pas gagné !


                            • Montdragon Montdragon 27 août 2016 21:23

                              Sans compter que tout ce cirque massacre gaiement la très belle langue anglaise que j’ai appris à aimer en lisant Poe dans le texte, puis Tolkien,etc.....
                              Les anglophiles devraient hurler leur courroux (coucou) devant une langue charcutée par des gosses dégénérés boboïsants pour la télé française.
                               


                              • hunter hunter 28 août 2016 21:06

                                @Montdragon
                                Parfaitement exact !

                                De nombreux universitaires anglais évoquent ce problème depuis des années !

                                Il ne faut d’ailleurs pas parler d’anglais, mais de globish, qui est une dérivée appauvrie de l’anglais, issus du domaine des affaires (le « buziness », en français contemporain) !

                                 smiley

                                Adishatz

                                H/


                              • Ruoma Ruoma 27 août 2016 21:38

                                Article très pertinent, qui a le mérite de bien poser le problème.
                                C’est pourtant dommage que personne ne fasse les relations intéressantes :

                                • Léa Salamé, c’est celle qui avait accusé Asselineau de faire de « l’anti-américanisme primaire » à ONPC.
                                  Il se trouve qu’il n’y a pas d’autre pays dans le monde qui puisse utiliser une telle formule qui permet de cataloguer et discréditer instantanément un intervenant, au même titre que ces autres formules « complotiste », « antisémite », « terroriste », « souverainiste », nationaliste, extrémiste, etc...
                                  Il se trouve aussi que cette personne qui est bienvenue dans les médias français est très pro-US, a présenté une émission sur France 24 intitulée « Une semaine aux Amériques » et elle a dans sa famille un responsable de la CIA (je n’ai pas retrouvé le lien).
                                • Dans le même temps où le français est évincé des médias, télévision, cinéma, publicités, variété, il est intéressant de remarquer que « l’union » €uropéenne entend défendre et développer les « langues régionales », au prétexte d’un patrimoine à maintenir, au détriment de la langue officielle du pays. La France a ratifié la Charte des langues régionales proposée par l’UE, mais ne l’a sauf erreur toujours pas appliquée. On appelle ça un effet de tenaille : amoindrir la langue nationale et faire renaître et renforcer les langues minoritaires (« diviser pour mieux régner »).
                                • J’avais relevé par curiosité la nationalité des films ou séries présentés sur toutes les chaînes de la TNT, sur plusieurs mois d’affilée. Les productions anglo-saxonnes (EU, RU, Allemagne, Nouvelle Zélande, Afrique du Sud, Canada, Australie, etc.) occupent en moyenne 50% du programme, l’autre moitié se partageant entre les productions françaises et quelques productions étrangères (Italie, Suède, Espagnol, Japonais, Chinois). J’ai exprimé mon indignation à plusieurs reprises auprès des responsables des chaînes ou des rédactions d’hebdomadaires de programmes, sans aucune réponse.
                                • S’ajoute à ça que de plus en plus de grandes écoles vont enseigner directement en anglais (la langue des affaires), laissant le français aux enfants des familles modestes qui bénéficieront d’une formation déplorable ; voir la qualité de l’enseignement dans « l’Éducation » nationale et le niveau actuel lamentable des textes en français (orthographe, précision, etc.) ; qui se retrouveront très vite en apprentissage pour devenir des ouvriers et employés incapables de comprendre leurs chefs dialoguant en anglais.
                                • Il faut enfin insister sur le fait qu’on pense dans une langue. En ce sens, remplacer une langue par une autre, c’est faire disparaître tout un ensemble de concepts et de raisonnements qui étaient possibles dans la première et deviennent impossibles avec la seconde. C’est de cette façon qu’on peut voir apparaître dans la législation française ; par ex. les « action-class », le « plaider coupable », ou en disparaître d’autres « le principe de précaution ».

                                Heureusement, des personnalités s’expriment sur cette question, dont en particulier Michel Serre (« Il y a bien plus d’inscriptions en anglais en 2016 qu’il n’y en avait en allemand sous l’occupation ») ou un professeur au Collège de France (dont j’ai oublié le nom).

                                Heureusement, il est à peu près admis que le Français devrait passer devant l’anglais en nombre de locuteurs dans le monde autour des années 2040.

                                C’est donc tout à fait lamentable que ce soit la France elle-même (ou plutôt ses dirigeants marionnettes serviles) qui se désintéresse de la francophonie et renie sa propre langue.

                                Mais, rêvons un peu... En 2017, si les Français se ressaisissent, on peut espérer enfin un « Frexit », pour que les choses commencent à changer. smiley


                                • Ruoma Ruoma 27 août 2016 21:44

                                  Je suis désolé, la mise en page qui utilisait le format liste à puces n’a pas été prise en compte, ce qui rend mon commentaire un peu difficile à lire... smiley


                                • vesjem vesjem 28 août 2016 16:11

                                  @Ruoma

                                  Il faut enfin insister sur le fait qu’on pense dans une langue. En ce sens, remplacer une langue par une autre, c’est faire disparaître tout un ensemble de concepts et de raisonnements
                                  en effet , romua, le breton , dont la langue a été éradiquée, a laissé des séquelles profondes au sein de la population ; alcoolisme, dépressions, suicides , semble selon certains chercheurs , en être les conséquences


                                • Taverne Taverne 27 août 2016 21:56

                                  Mais le Français reste la langue de l’olympisme et c’est un peu comme si la Marseillaise retentissait avant et après chaque annonce au micro. smiley

                                  J’écris toutes mes chansons en français. Jamais en anglais.


                                  • mursili mursili 27 août 2016 22:03

                                    En raison d’une vision passéiste (toutes les élites européennes parlaient français au dix-huitième siècle), vous semblez considérer que la seule alternative au tout-anglais serait le tout-français. Il vous est certainement impensable d’envisager que cela puisse être le tout-chinois, hiérarchie oblige. Toujours selon votre vision passéiste, la France a vocation à éclairer le monde, indépendamment de son dynamisme économique, de son attractivité culturelle, de la qualité de son accueil touristique. 

                                    N’est-il pas légitime de se demander alors pourquoi l’enseignement du français recule dans tous les pays de l’Union Européenne ?

                                    L’anglais est actuellement la langue de communication universelle. Cette situation ne changerait pas, même si l’Union Européenne - qui va d’ailleurs se décomposer comme un château de sable à marée haute - ne comptait plus aucun pays anglophone.


                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 août 2016 22:49

                                      @mursili
                                      Personne n’a dit de supprimer l’anglais, mais de sauver la langue française ! Si le français recule en Europe, c’est justement parce que l’UE est une fabrication américaine ! Dans le même temps que les USA essayent de tuer les langues nationales, ils poussent à la reconnaissance des langues régionales. La carte des langues minoritaires est la même que celle des ethnies d’ Hitler  !


                                      Derrière la volonté de tuer les langues nationales, il y a le projet d’en finir avec les Etats Nations, et de rattacher les euro-régions directement à Bruxelles.
                                      « Le démantèlement des Etats »

                                    • mursili mursili 27 août 2016 23:24

                                      @Fifi Brind_acier

                                      Sur ce point, je suis d’accord avec vous, mais il ne tient qu’aux Français et aux francophones d’être fiers de leur langue et de continuer de la faire vivre et de la cultiver. L’islandais de la petite Islande se porte encore bien, malgré des siècles de domination danoise et son poids plus que modeste dans les affaires du monde. 


                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 août 2016 07:45

                                      @mursili
                                      C’est ce que fait l’ UPR depuis 9 ans, en dépit d’une censure constante des médias dominants ! Ce que déteste la mondialisation, on le voit en Amérique latine, en Libye et en Syrie, ce sont les Etats indépendants et souverains.

                                      « L’Etat dévasté » par Robert Charvin


                                      La défense de la souveraineté se heurte 50 ans de propagande euro-atlantiste, qui va de la Gauche la plus extrême-à la Droite la plus extrême... Ils nous promettent tous depuis plus de 30 ans « une Autre Europe à la St Glinglin », pour ne pas avoir à se poser la question de la souveraineté....

                                    • lisca lisca 28 août 2016 00:39

                                      Aujourd’hui sur BFM, la « chroniqueuse » : et vous avez des followers ?<br>Le type en face s’efforçait de remplacer par un barbarisme anglo chaque mot simple, précis, francais du discours, pour plaire à l’interlocutrice. Il en perdait son latin !

                                      BFM milite à fond pour ce genre de charabia pédant et ridicule.


                                      • agent ananas agent ananas 28 août 2016 03:11

                                        Le Laos est un cas intéressant.
                                        Si a majorité de la population parle seulement le Lao (plus de 75% vit en zone rurale), l’élite urbaine parle un échantillon de langues internationales.
                                        Dans cet ancien pays de l’Indochine on parle encore un peu le français (l’ancienne génération et les « retournés ») mais aussi quasiment toutes les langues des pays « frères » de l’ex bloc communiste où les étudiants étaient envoyés durant les années 70 et 80. Ainsi il n’est as rare que le vietnamien, le russe, le chinois, l’allemand (ex RDA), l’espagnol (Cuba), le tchèque, le hongrois, le bulgare, le polonais, soient parlés par les cadres de l’administration (génération des 50/60 ans).
                                        Aujourd’hui et ceci depuis l’accession du Laos à l’ASEAN il y a une vingtaine d’années, la génération plus jeune s’est mise à l’anglais. Sans compter aussi le Thaï qui est proche linguistiquement du Lao et dont les laotiens sont friands des programmes TV qui sont bien plus divertissants que ceux de la TV nationale du PC.


                                        • Claude Simon Gandalf 28 août 2016 09:32

                                          J’ai écris des chansons en anglais.


                                          C’est juste parce qu’elle apporte une fluidité, les mots étant plus courts, pour construire un texte. Notamment si on veut l’enrichir, comme Bowie.

                                          C’est juste un choix technique, pas une trahison nationale.

                                          Sachez que l’anglais a des mots d’origine latine dedans. On peut bien s’accomoder des souffrances que les vikings nous ont fait subir après que, latinisés, ils aient envahi l’Angleterre.

                                          J’avoue, j’ai un respect pour la chanson française, car, c’est de mon point de vue, plus dur à écrire.

                                          • vesjem vesjem 28 août 2016 16:02

                                            @Gandalf
                                            au cas où tu ne le saurais, la moitié des mots anglais est d’origine française


                                          • zygzornifle zygzornifle 28 août 2016 10:30
                                            Non à l’inversion de la hiérarchie des langues !
                                            ..... on parle bien du cunnilingus ??

                                            • vesjem vesjem 28 août 2016 15:45

                                              on ne me fera pas croire que la diffusion permanente de chansons récentes débiles et agressives américaines, sur nos radios d’état , est le fait du hasard ;
                                              non tout cela est organisé consciencieusement et méthodiquement par des salopards parfaitement identifiables


                                              • ENZOLIGARK 29 août 2016 09:53

                                                @vesjem ... , Bonghjornu , ... ecouter ou reecouter + Voir ou revoir  : COME ON EVERYBODY [ Music / VIDEO ( L ’ as des as  ; la grande vadrouille ; Hitler Kaput ... ) - en VO - by Leningrad - Saint Petersbourg - ] . ... AhAhAhAhAh ... . ... АФФ ИСС per Corsica * ...


                                              • vesjem vesjem 28 août 2016 16:00

                                                il est consternant de remarquer que PAS UNE musique ou chanson provinciale n’est diffusée sur nos radios nationales
                                                en bretagne une nouvelle génération de musiciens créent une kyrielles d’oeuvres de très grande qualité sur les bases des rythmes et sonorités bretonnes classiques, c’est-à-dire :pour danser les très nombreuses danses bretonnes ...
                                                silences radios sur toute la ligne
                                                nous sommes bien sous dictature molle d’une perversité de plus en plus remarquable !
                                                la langue française se fait neutraliser par nos « zélites » traitresses comme le breton a été neutralisé par les mêmes, se réclamant de la ripoublique, à une autre époque ! personne, alors ne pipait mot ! il est grand temps de se réveiller !


                                                • Krokodilo Krokodilo 28 août 2016 16:45

                                                  Toujours bon de rappeler ce constat de l’anglais imposé à l’école en douce (officiellement il s’agit d’initiation aux langues), favorisé puis quasiment imposé comme langue européenne, soutenu par nos élites « Young leaders » ou autres. Mais pour l’alternative, je pense que ce que vous indiquez, plurilinguisme et traduction est un mirage ; il a fait la preuve de son échec puisque c’était le prétexte officiel de l’UE, ce système s’est révélé inefficient et inapplicable avec seulement trois langues de travail. Tout empire a besoin d’une langue véhiculaire entre ses citoyens (parce qu’on les oublie en ne tenant compte que des Parlements), latin, français, portugais, anglais, russe, arabe, perse, truc, c’est arrivé souvent, et il en est de même pour les relations internationales - tout un chacun n’a pas les interprètes de l’ONU. C’est l’ampleur du phénomène qui est une nouveauté. La seule alternative crédible au « broken english » comme langue-pont est celle qui na jamais été essayée, favoriser progressivement l’espéranto (deux ans à l’école suffiraient), langue construite équitable, largement plus simple et tout aussi efficace. Ceci explique cela, nos grands médias vendus au tout-anglais boycottent soigneusement toute info à ce sujet, mais Internet est là , heureusement, pour en montrer la richesse aux plus curieux et aux moins formatés.


                                                  • Denis Gelinas Denis Gelinas 28 août 2016 17:57

                                                    Léa Salamé ?
                                                    oui,oui, celle avec Babette Levy et Femen Fourest qu’il faudra raser et tatouer l’étoile de David sur le front à la libération !


                                                    • Elliot Elliot 28 août 2016 20:00

                                                      Depuis le XXVIIe siècle et jusque aux tout débuts du XXe , le français était la langue parlée par toutes les cours d’Europe et par voie de conséquence la langue diplomatique par nécessité.

                                                      Il y aurait matière à gloser longuement sur les raisons de son relatif effacement progressif mais on peut constater qu’il accompagne le déclin de la France en tant que puissance politique. D’aucuns pensent encore pouvoir ressusciter les splendeurs passées : ils sont à la fois touchants et pathétiques surtout quand par des débats dont l’ineptie semble échapper à leur myopie mais éclate aux yeux du monde entier, ils croient faire renaître une identité figée par une sorte de nostalgie qui ajoute à leur déclassement progressif.

                                                      Étant moi-même un petit peu bilingue français/allemand ( j’avoue que le manque de pratique me rend de plus en plus souvent hésitant sur le choix des mots en allemand ) je trouvais beaucoup de satisfaction à ce que l’on me complimentât sur mon accent germanique qui n’était pas mâtiné de français
                                                      Par définition, un chanteur a l’oreille musicale, ce qui ne rend pas trop compliqué chez lui la restitution des sons dont est faite une langue, a fortiori aussi prégnante que l’anglais à laquelle les moutards sont aujourd’hui biberonnés de manière intensive, ne fût-ce que par l’arrière-fond musical qui rythme leurs jours

                                                      Je ne vois aucune raison de faire un mauvais procès à Léa Salamé sur son compliment ( elle-même est multilingue ) ni à reprocher à ce chanteur d’avoir choisi l’anglais comme mode d’expression musicale

                                                      Le bât ne blesse-t-il pas ailleurs, dans ces petites classes où tout un savoir pédagogique qui , sous la férule des hussards de la république, de ces hommes et femmes qui se dévouèrent pour l’école laïque émancipatrice, amenèrent des classes d‘âge entières de petits paysans ou fils et filles d’ouvriers sur les rives d’un savoir que nos contemporains sont souvent loin de partager aujourd’hui.
                                                      Tout cet art de l’enseignement qui a été victime de funestes entreprises de modernisation et les différentes réformes furent autant d’expérimentations hasardeuses et inefficaces si on les mesure à l’aune de leurs consternants résultats.

                                                      Qu’on le veuille ou non, l’anglais est en train de s’affirmer et il imprègne déjà de toute évidence le vocabulaire.

                                                      Qui se soucie encore de l’équivalent français du mot anglais qui s’est imposé dans la langue vernaculaire ?

                                                      Une langue évolue, elle s’enrichit d’apports extérieurs ( de mots arabes par exemple qui donnent des crises d’urticaire à quelques simplets ) et malheureusement, si l’on n’y prend garde , elle tend aussi à s’appauvrir quand le terme importé s’impose au détriment du français.
                                                      L’anglais se diffuse dans la langue courante, c’est comme ça ! C’est la faute à la technologie, au progrès, à Hollywood, à la musique pop, c’est la faute au temps qui passe et ne revient pas, c’est surtout la faute à ceux qui en mésusent en croyant être « in « comme on dit , à la page comme je dirais, moi.


                                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 août 2016 06:28

                                                        @Elliot
                                                        En somme, vous constatez et cela ne vous donne pas envie de défendre ni la France, ni la langue française..., avec des résistants dans votre genre, nous ne sommes pas sortis d’affaire ...


                                                      • Elliot Elliot 29 août 2016 12:23

                                                        @Elliot


                                                        Effectivement je constate beaucoup de choses qui devraient vous consterner aussi : le niveau de plus en plus médiocre des bacheliers, les libertés que l’on prend avec l’orthographe ou pire avec la syntaxe ( assez paradoxalement d’ailleurs chez ceux qui n’ont que leur identité à jeter comme argument de défense ), l’abaissement continuel de la France que seuls quelques esprits hâbleurs veulent ne pas voir. 
                                                        Le Cocorico fait toujours recette surtout quand il se pare des couleurs du ridicule et beaucoup de Français aiment coller à leur caricature... 


                                                        Pour ce qui est de la langue française, j’ ai pour elle, ma foi ! du moins me semble-t-il, un respect que j’essaye de transposer dans ma prose : je ne pense pas abuser d’anglicismes ou autres barbarismes à la mode
                                                        Quant à la France, nombril du monde rabougri, desséchée, avec ses politiciens objets de la risée du monde entier, s’agitant avec de vaines querelles sur des bouts de tissu, discutaillant de tout sans savoir un traître mot de ce dont ils parlent, mélangeant dans une innommable soupe idées et concepts broyés au laminoir de leur énormissime incompétence huilée par les burettes de la plus extrême confusion mentale, cette France-là est pour moi morte, vaincue davantage par la pusillanimité de son personnel politique que par le rouleau compresseur de la mondialisation.

                                                        On n’arrête pas la roue de l’histoire surtout quand elle est lancée à vive allure parce que l’on a oublié d’actionner les freins, on essaye de s’en accommoder et de sortir d’un mal tout le bien qui pourrait s’y trouver. 
                                                        Car le manichéisme n’est pas de mise : rien n’est idéal mais rien n’est tout à fait mauvais et du pire extrayons le meilleur ou du moins essayons....

                                                      • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 28 août 2016 20:10

                                                        @ l’auteur,

                                                        Bravo pour cet article. Un de plus sur ce sujet capital, et surtout un de plus de qualité.
                                                        Vous dites :
                                                        « (...)Bonne nouvelle pour nous qui défendons la langue française, le plurilinguisme et la traduction au sein de l’UE, car voilà maintenant que la langue anglaise qui colonise près de 90% de la communication de la Commission européenne, n’aura plus d’existence légale dans l’UE, puisque l’anglais ne fera plus partie des langues officielles de l’Union... »
                                                        Je ne pense pas que ce soit une bonne nouvelle pour nous, les défenseurs de la langue française, pour ne pas dire les défenseurs de la diversité des langues et des cultures, tout simplement parce qu’au fond cela ne changera rien.
                                                        Je m’en expliquerai dans la suite de mon article.
                                                        Quant aux limites du plurilinguisme, je rejoins totalement Krokodilo.

                                                        Cordialement.

                                                        Thierry Saladin

                                                        • JC_Lavau JC_Lavau 29 août 2016 00:43

                                                          Le franglais des randonneurs snobs :

                                                          Citation
                                                          On est également assez forts avec le quilt (anglo-saxon) qui signifie simplement couette en VF (couette = quilt, comforter...) alors que ce que nous désignons par quilt (mal francisé) n’a apparemment pas d’équivalent en anglais : dialogue de sourds garantis entre MUL francophone et anglophones ! 

                                                          Citation
                                                          ça va paraître un peu overkill ... mais j’ai customisé mon quilt/top bag DIY ultra light pour qu’il sèche en A frame sous mon tarp monté en lean to, c’est assez versatile pour y attacher mes shoes de trail, et mon sac par le roll-top ! Tout ça grâce au mesh et au scratch de mon smock, qui n’évite pas le windchill factor, mais le premier feed back est top 
                                                          Citation
                                                          Il faut aussi penser à éviter le splash effect sous l’asymmetrical A-frame.
                                                          Citation
                                                          C’est le rôle de la footprint, si elle est pas waterproof c’est un deal-breaker  prévoir du polycree en back up ou un sitpad 

                                                          Pour le froid pensez à l’overfill

                                                          Etc


                                                          • JC_Lavau JC_Lavau 29 août 2016 08:59

                                                            @JC_Lavau. Chez Des Caquelons vous pouvez acheter une softshell, mais dans un catalogue québécois vous trouverez des coquilles souples.
                                                            Les enragés du coupage de gramme en quatre méprisent, préfèrent de loin la hardshell qu’ils choisissent la plus fine et la plus chère possible, pour épater les autres. Dures ou souples, je les durcis toutes, à la dissolution de silicone : j’en ai sacrément marre des coupe-pluie qui ne coupent pas la pluie ; au prix de beaucoup d’huile de coude en jouant à cache-cache avec la météo, j’obtiens au final d’un item à 20 roros le service d’un item à 100 roros, voire 200 roros.
                                                            http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2156.msg4684.html#msg4684
                                                            Quant à un kilt de pluie, ça n’existe dans aucun commerce, et un pareo thermique non plus. La culture du mauvais temps percole mal jusqu’aux concepteurs de par icitte.

                                                            Là où j’ai de la misère à traduire judicieusement, c’est pour la tarp, abréviation de tarpaulin. Je suis le seul à prononcer bâche à tendre. Or nombreux sont les terrains boisés où il est impossible de planter une tente sans presque tout déchirer, tandis que tendre un hamac et une bâche par dessus, contre la pluie, convient à merveille. http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/kayak/hamac.jpg


                                                          • ENZOLIGARK 29 août 2016 06:40

                                                            AFF ( АФФ ) ISS ( ИСС ) ... , ... Cuufficialita pe a ricunniscenza di - u Corsu i pre salva a nostra lingua  ! . Sustegnu a i prighjuneri , ewiva a lotta di liberazione naziunale . A FRANCIA FORA ... INDIPENDENZA SOLA SOLUZIONE per Corsica * ... 


                                                            • ENZOLIGARK 29 août 2016 08:31

                                                              @ENZOLIGARK ... , ... A ME PATRIA [ Music - en VO - by Surghjenti ] . ... AFF ИСС ...


                                                            • JC_Lavau JC_Lavau 29 août 2016 09:50

                                                              J’avoue utiliser le terme Zitterbewegung, l’original, ne jamais utiliser « tremblement de Schrödinger ».
                                                              http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/Physique/Microphysique_contee.pdf
                                                              Ne serait-ce parce que dans le « tremblement » je discerne le postulat corpusculariste subreptice, alors qu’il s’agit d’une interférence entre les quatre composantes d’onde, deux à énergie et fréquence positives, deux à énergie et fréquence négatives.

                                                              Déjà qu’oser penser et écrire en français, langue de native, me faut force mépris et rancoeurs, ajouter innovation linguistique sur innovation scientifique serait suicidaire. Je garde Zitterbewegung. Mmh, si, j’ai fait d’autres innovations linguistiques qui innovent dans la façon de discerner la microphysique de la macrophysique ; on y avait accumulé nonante ans de retard.

                                                              J’avoue utiliser vindsekk, mais jamais « sac à vent ». J’avoue n’avoir jamais traduit « bothy bag », c’est une conception de l’abri d’urgence totalement britannique ; « sac-abri » serait pourtant envisageable. Dans les années 1969-1973 j’utilisais un abri Zdarsky, qui depuis longtemps n’est plus proposé dans le commerce ; c’était la plus simplifiée et la moins chère des tentes de paroi. Si j’ai le courage et surtout le temps, il m’arrivera de couper et coudre une imitation de Jervenbag, mais traduirai-je cette marque au nom hybride norvégo-anglais ? En norvégien, « jerven » c’est pour nous le glouton, petit carnassier redoutable en défensive. L’ancêtre du Jervenbag avait été la cape Zimba, dont la place sur le marché était restée dérisoire, notamment par l’amateurisme de sa conception.


                                                              • Mmarvinbear Mmarvinbear 30 août 2016 21:31

                                                                car voilà maintenant que la langue anglaise qui colonise près de 90% de la communication de la Commission européenne, n’aura plus d’existence légale dans l’UE, puisque l’anglais ne fera plus partie des langues officielles de l’Union


                                                                Ah non, désolé, l’anglais est aussi une langue officielle en Eire et à Malte...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès