Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Ô salon de l’agriculture 2009

Ô salon de l’agriculture 2009

Parce qu’il faut rendre à César ce qui appartient à César, rendons de grâce les lettres de noblesse au salon de l’agriculture.
Au-delà des enjeux politico-économiques ronflants, cette chapelle Sixtine du monde agraire offre un trésor inestimable : le reflet de notre société.

Au gré de la fortune, le regard promeneur ou l’ouïe indiscrète se délectent de curiosités.

À la campagne, observer est naturel et on n’y trouve rien à redire. Il serait mal venu d’étiqueter le jardinier de pervers sous prétexte qu’il contemple les intimes secrets de Dame Nature. En ville, les règles sont différentes. La bonne éducation voit d’un mauvais œil le badaud. Il est donc délicat de satisfaire son appétit en bizarrerie. Mais, qu’à cela ne tienne, les vacances de février peuvent y remédier.

Malgré la crise, les stations de ski ne désemplissent pas. Observer l’homo-sapiens se mouvoir en combinaison bibendum ou se déhancher entre deux plaques de verglas est toujours plaisant. Mais de tous les spectacles, le plus riche reste le salon international de l’agriculture. Les glaneurs et glaneuses d’insolite ont de quoi s’y sustenter.

C’est un lieu éphémère à mi-chemin entre le passé et le futur, une sorte d’Arche de Noé aux portes de Paris qui réunit des êtres tant à poil qu’à plume, avec des gueules, parfois des becs, jactant ou beuglant selon les origines.

C’est le palais des produits du terroir. On déguste du saucisson par ci, du fromage par là et il n’est pas question d’être catalogué pique-assiette lorsqu’on a payé 12 euros son entrée.

Les animations fleurissent le long des allées. De la transformation du jus de pamplemousse en spaghetti au grand jeu du quid animalier, il n’y a qu’un pas.

Et on piétine, les yeux écarquillés devant une kyrielle de scènes cocasses. D’un côté, les étudiantes d’AgroParisTech effectuent leur stage en ramassant les crottes du concours canin, de l’autre, les animateurs nature ont la garde des enfants pendant que les parents se documentent à la buvette. N’oublions pas l’enseigne McDonald qui a changé son code couleur en vert, la boutique JouéClub qui s’est perfidement collée à la nurserie du salon et puisque nous y sommes, un peu de compassion pour la société Danone qui a posté un vigile à l’entrée de son stand déjà entouré de plexiglas. Oui, le salon de l’agriculture recèle mille et une surprises. On découvre des ruminants à l’assise diamétralement stupéfiante comme des commerciaux au sourire démesurément large – surtout à l’espace éco-habitat. On apprend qu’un gramme de terre contient un milliard de bactéries, une information d’importance si l’on tient compte des 24 000 m2 d’exposants, d’exposés et de visiteurs car nous avons là une biodiversité peu commune.

Tout ce petit monde festoie, marchande, vient en famille – une truie peut avoir jusqu’à 18 petits – et repart l’esprit et le ventre pleins de victuailles. Le salon de l’agriculture est un rendez-vous rare qu’il serait dommage de manquer. Alors pour tous ceux et celles qui le désirent, ses portes resteront ouvertes jusqu’au 1er mars, avec une nocturne carnavalesque vendredi prochain.

Ninon de Lenclos


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 28 février 2009 17:32

    A propos des bactéries, cela me rappelle un jour de tournoi de football en région parisienne au Polygone de Vincennes. Comme toujours dans ce genre d’évènements, la Croix-Rouge était présente et, exceptionnellement, des laborantins étaient venus, au petit matin, prélever des échantillons de terre pour les analyser dans la journée.

    Résultat : des millions de germes divers, de sympathiques bacilles, d’attrayantes bactéries par cm². Staphyllocoques, streptocoques et même gonocoques, ils étaient tous là, tapis dans les rares brins d’herbe pour niquer les footeux. Impossible de continuer dans ces conditions avait asséné un responsable de la Croix-Rouge aux organisateurs. Le tournoi s’est évidemment poursuivi et des milliers de matches se sont par la suite déroulés sans le moindre problème sur ces terrains comme des milliers de matches les avaient précédés.

    Les crottes du Salon, de la gnognotte à côté des terrains de sport !


    • logo22 28 février 2009 21:40

      article sans aucun interet
      vitrine "presentable" de l’agrobizness
      avec cette annee et grace à sarkozy plus de poulets que de bovins dignes de ce noms
      et des corteges de gogos deconnectés de la réalité rurale et agricole
      le pseudo progres technique n’a apporté qu’individualisme, isolement , destruction, pillage et pollution
      bien sûr vous etes nourris à pas cher (enfin si on considere le "pas cher" avant de passer à la caisse de carrefour ou leclerc)
      mais pour combien de temps encore ? (pour ceux qui ne creveront pas d’un quelquonque cancer)


      • lineon 1er mars 2009 04:28

        tristes tristes campagnes , pov Ninon.


        • Blé 1er mars 2009 13:00

          Sans doute les agriculteurs ont tout intérêt à présenter leur bêtes et leurs spécialités à cette foire. Les parisiens et banlieusards ont la possibilité de voir de près du boeuf autrement que haché et les carottes préparer autrement que par "Tante Marie" en surgelée.

          Je vis dans une petit coin de France où des milliers de ruches meurent parce que l’agriculture intensives (et l’épendage de produits) les a fait disparaître, les petites grenouilles et les escargots aussi.

          Le salon de l’agriculture a t-il permis aux visiteurs de comprendre les vrais enjeux des décisions qui ont été prises par notre bon gouvernement ?

          Permettre la culture des O G M c’est continuer à faire disparaître des micros échos systèmes dans la nature.

          Je ne sais pas si les abeilles ont un avenir, mais je sais que les lobbyes de l’agro alimentaires se portent bien. Merci qui ????


          • Reinette Reinette 1er mars 2009 18:05


            « Ca s’est bien passé. Je n’ai reçu que des applaudissements et des encouragements ; je n’ai pas entendu une seule critique. Si ça allait vraiment mal, les mecs ne se seraient pas privés de m’emmerder. Comme quoi les sondages se plantent et disent n’importe quoi. » Commentaire du Grincheux à sa sortie du Salon

             

            Le Grincheux prend les français pour des cons ! Sa visite au Salon a été mise en scène par les valets de l’Elysée. Il n’a été entouré que d’officiels, de garde du corps, de 50 flics et de militants UMP, qui avaient reçu des invitations. Et il a évidemment évité les stands Guadeloupe et Martinique.

             

            « En 20 ans, je n’ai jamais vu autant de policiers pour une visite présidentielle. Ce n’est pas le salon de l’agriculture, c’était celui de la sécurité rapprochée ». commentaire d’un organisateur du Salon.


            • souklaye souklaye 4 mars 2009 09:00

               À vrai dire, je confonds le salon international de l’agriculture et le musée Grévin car dans les deux cas, seul le public crée le mouvement.

              Si ce salon est censé être une vitrine légale et le pouls du monde agricole, on peut se dire que celui-ci est malade de son caractère unique qui l’isole plus qu’il ne l’immunise.

              Derrière une corporation, il y a des hommes et leurs revendications – que l’on rend pittoresques pour satisfaire le folklore et le rôle de chacun – qui sont si proches des maux de l’Homo urbain que l’on peut s’interroger sur la définition contemporaine des Hommes de la terre.

              http://souklaye.wordpress.com/2009/02/21/adieu-veaux-vaches-cochons-et-agriculteurs/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès