Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pendant les grèves du CPE, les profs travaillent encore

Pendant les grèves du CPE, les profs travaillent encore

Contrairement à l’idée reçue, pendant les grèves du CPE, certains professeurs se sont mis à réfléchir à des alternatives au blocage, non pas pour les défier, mais pour permettre aux élèves de poursuivre leur travail personnellement.

On pourrait croire ques les enseignants sont en vacances forcées. Pas du tout, non seulement certains soutiennent les élèves dans les lycées, font des ateliers, mais en plus d’autres tentent d’inaugurer des alternatives aux problèmes de l’interruption des cours. C’est ce que je présente ici à partir du principe que j’ai développé avec un collègue.

Face à la reconduction des grèves dans notre lycée, nous avons décidé de mettre en ligne des cours de soutien qui permettent d’obtenir aussi bien des polycopiés (qui sont aussi mis en libre-service dans le lycée) que des suppléments de réflexion. Le tout étant agrémenté tout à la fois par un système de commentaires pour chaque post, et un système de chat indépendant et lié au blog.

"cours d’urgence"

Avec cette initiative, nous souhaitons montrer en quel sens il est possible de penser autrement le rapport à l’élève et à l’enseignement grâce aux nouvelles technologies. Et de plus, que la citoyenneté ne s’édifie pas seulement sur l’obéissance à des statuts, mais aussi par l’invention d’espaces propices à la développer.

Notre site vient d’être lancé, nous attendons de voir comment il va être reçu par les élèves, et comment ils vont investir cette relation qui leur est offerte.


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • éric (---.---.50.202) 22 mars 2006 11:32

    Bravo, belle initiative !


    • choucroute68 (---.---.71.146) 22 mars 2006 14:19

      Vu et entendu à la télé le 21/03/06 de la part de profs et de principaux d’établissements. Les élèves empêchent par la violence ( en bloquant les portes) les profs de travailler. Prise d’otage et gningningnin. Question : quand les profs sont en grêve n’empêchent-ils pas les élèves de travailler ? Merci pour votre initiative de mise en ligne des cours.


      • (---.---.171.65) 22 mars 2006 18:43

        Que dire alors de ceux qui ne font plus cours et qui s’engagent dans la polémique. Que dire des blocages anti-démocratique de Nanterre !! Ouvrir les yeux çà peut servir


        • (---.---.180.158) 25 mars 2006 14:24

          et arrèter de boire systématiquement la messe du 20H de ppda et consorts aussi, ça peut servir :)


        • Invité provocateur (---.---.28.210) 25 mars 2006 18:53

          Quand il n y a pas de grève ( ce qui arrive de temps en temps )ils travaillent déja beaucoup à la maison ( smiley alors la ils travaillent encore beaucoup plus à la maison. Un bon indicateur est les embouteillages pour rentrer dans Paris, l’indicateur est parallele a l’indicateur de presence des profs parisiens dans l academie de Paris !!!!


          • Alain (---.---.65.76) 25 mars 2006 20:53

            Une p’tite question : A quoi ça sert de faire grève si les profs mettent les cours sur internet ? Finallement c’est juste un moyen détourné pour ne pas faire grève. En ce qui concerne les blocages, je tient a signaler que les AG où sont votés les blocages sont des assemblées représentatives de tous les étudiants (donc démocratiques), les anti-blocages n’ont qu’a s’y rendre plus nombreux (puisqu’il parait qu’ils sont si nombreux). Certains critiquent les blocages mais s’impliquent-ils, eux, dans la vie démocratique des Facultés ? Oui en effet, ouvrir les yeux ça peut servir.


            • Al Arabiye (---.---.225.234) 25 mars 2006 23:44

              Bravo Monsieur, vous montrez que par les moyens modernes de communication, on peut exercer son métier de façon intelligente, et pour les grévistes de protester tout en assurant toujours leur service public ce qui les rendrait bien plus crédible.


              • Al-Capone (---.---.50.163) 27 mars 2006 07:18

                Rien de plus dangeureux qu’un prof egoiste, demago, corporatif dans une salle.

                Facile de raconter se que long veut, dans une salle pleine de « gamin », sans controle !

                Les reflexions de ces profs en 2003 lorsque l’etat ne leurs a pas payer les jours de greves. Une vraie honte. J’ai trouvé indescent, il y a meme eu des articles dans la presse a ce propos.

                Est ce si execptionnel de ne pas ce faire payer ces jours !

                Nantis de profs !


                • Al-Capone (---.---.50.163) 27 mars 2006 07:22

                  L’éducation nationale, LA GRANDE MUETTE ;)


                • Kriss (---.---.12.245) 31 mars 2006 01:29

                  L’éducation nationale emploie 1 million 600 personnes, est le plus gros employeur du monde, tandis que plus de 150 000 personnes âgées entre 16 à 22 ans sortent du système éducatif sans formation précise, 25 % de chômage chez ces jeunes devenus précaires. Combien coûte l’utilisation de 20000 fonctionnaires de police et de gendarmerie pour la pseudo sécurité des manifestations, combien coûte les nombreux retards au travail, combien coûte les nombreuses personnes qui travaillent sur les lois, les (pseudo)journalistes, le système suite aux grèves ? Les nombreux professeurs qui en ont rien à faire pendant ces grèves ? Une étude doit être menée, le jusqu’auboutisme de l’état cache quelque chose de plus secret. Tandis que l’euro et les nébuleuses statistiques ainsi que les multiples licenciement de privatisation ou d’externalisation en tout genres produisent chaque année une surconsommation pharmaceutique ainsi qu’une grande précarisation à tout age. Les augmentations de salaires des cadres « élus » et un hold up en imposant fortement le travail, l’augmentation de l’immobilier qui réjouit les futur héritiers, des loyers, des charges, des taxes pour les propriétaires, des impôts ne sachant pas profiter du baby boom et de nombreux départ en retraite qui n’en finissent pas de plomber le système, l’establishment reste muet, la sauce extrémiste SarkoVillepintiste, noircissent mais n’éclairciront jamais le drapeau qui se retrouvera couvert de sang. Ce drapeau est noir mais surtout pas blanc. En souvenir de Malik Ousekine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès