Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pour une critique intelligente de l’islam (2)

Pour une critique intelligente de l’islam (2)

Dans un précédent article, j’ai énoncé trois règles utiles à respecter pour qui veut critiquer une religion, et notamment l’islam. En voici deux autres.

Quatrième règle : faire des comparaisons impartiales
 
On est souvent injuste quand on compare les civilisations entre elles. La raison en est simple : il est tout naturel de surestimer sa propre culture et de sous-estimer les autres. C’est en particulier le cas quand on compare la civilisation musulmane (ou les civilisations musulmanes) avec la civilisation occidentale. Au passage, je précise que je n’ai nul plaisir à me flageller. Loin de moi, donc, le désir de rabaisser ma culture. Les bâtisseurs de cathédrale, Horta, Bach, Ravel, Django Reinhardt, Turner, Vermeer, Nerval, Baudelaire, Dostoïevsky, Kafka, Desproges, Hitchcock, Platon, Hegel, Einstein, Elias, Rousseau, Marx, Bakounine, Orwell…. tous ces auteurs et beaucoup d’autres m’ont nourri. Leurs œuvres font d’une certaine manière partie de moi, elles constituent mon identité, beaucoup plus en tout cas que ma nationalité française. Et c’est justement parce que j’ai une connaissance et un amour profonds de ma culture que je me sens assez fort pour en critiquer les points faibles. En voici deux ou trois exemples.
 
On reproche souvent à l’islam d’être une religion violente et intolérante alors que le christianisme – qui est une part importante de la civilisation occidentale – serait une religion de l’amour. C’est oublier que chacune de ces deux religions est complexe, pour ne pas dire ambiguë. Ainsi, on ne peut nier qu’il y ait parfois une certaine violence dans les Évangiles. Jésus a pris un fouet pour chasser les marchands du temple (Jean, II, 15). Anticipant George W. Bush, il semble avoir eu une curieuse forme d’ouverture d’esprit : « Qui n’est pas avec moi est contre moi. » (Matthieu, XII, 30). Surtout, il faut avouer que la pratique des chrétiens a souvent été aussi violente et intolérante, sinon plus, que celle des musulmans : chasse aux hérétiques, chasse aux sorcières, expulsion ou conversion forcée des juifs et des maures d’Espagne, guerres de religion… Saint François d’Assise ou saint Thomas More (auteur de la célèbre Utopia) sont les arbres charmants qui cachent la forêt des fanatiques. Paradoxalement, l’idée d’un Dieu d’amour, qui se fait homme et meurt en croix pour sauver l’humanité, a parfois exacerbé la haine contre ceux qui refusaient le christianisme. Comment, à moins d’être un suppôt de Satan, pouvait-on refuser un Dieu si aimable ? L’amour devint ainsi le moteur de la haine, et ce fut particulièrement visible dans la manière dont beaucoup de chrétiens, jusqu’à une époque récente, considéraient les juifs : comme des « déicides » qui devaient expier pour les fautes de leurs ancêtres. Ces derniers n’avaient-ils pas crié jadis à Ponce Pilate : « Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants » (Matthieu, XXVII, 25) ?
 
Heureusement, me direz-vous, la civilisation occidentale ne se réduit pas à ses origines chrétiennes. D’ailleurs, nos plus belles conquêtes (démocratie, droits de l’homme, science moderne…) se sont souvent faites contre la religion, et en particulier contre l’emprise de l’Église catholique. Si nous voulons comparer l’islam à quelque chose, ce n’est donc pas au christianisme, mais à la civilisation occidentale – cette civilisation moderne, démocratique, humaniste et laïque qui fait notre fierté. Or, toute moderne qu’elle soit, cette civilisation a de belles zones d’ombre. On peut reprocher à certains musulmans – ultra-minoritaires – de pratiquer le terrorisme. Mais le terrorisme le plus meurtrier est toujours le terrorisme d’État, pour la simple raison qu’un État dispose de moyens plus importants qu’un groupe d’activistes clandestins. Or, quels États ont été les plus puissants jusqu’à présent, sinon les États occidentaux, et en particulier les États-Unis ? Cette simple constatation nous aide à comprendre pourquoi le plus grand acte terroriste de l’histoire a été commis par un gouvernement américain. Que furent, en effet, les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, sinon du terrorisme à très grande échelle ? Car peut-on appeler autrement le meurtre de centaines de milliers de civils dans le but de terrifier toute une population ?
 
Un autre exemple, plus récent celui-là : l’invasion de l’Irak par les Américains et leurs alliés en 2003. On s’est scandalisé, à juste titre, du mensonge concernant les « armes de destruction massive » de Saddam Hussein. Mais l’autre justification de l’invasion – nous allons apporter la démocratie et les droits de l’homme à ses malheureux Irakiens – ne valait guère mieux. Peut-on sérieusement, au nom de la démocratie et des droits de l’homme, déclencher une guerre « préventive » et tuer des centaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils ? Attitude pour le moins paradoxale, qui n’est pas sans rappeler l’étrange charité chrétienne des inquisiteurs, ou encore la barbarie « civilisatrice » des guerres coloniales.
 
Cinquième règle : ne pas se tromper d’ennemi
 
Que les différences de coutumes et de religions soient souvent sources de conflit, c’est une évidence que je ne prétends pas nier. Ce qui est critiquable, en revanche, c’est cette tendance actuelle à tout ramener à ce genre de causes. Pour beaucoup de gens, le conflit israélo-palestinien est une guerre de religions. Pourtant, il est clair qu’il y a là d’abord un problème de territoires. Aucune population, quelle que soit sa religion ou son absence de religion, ne supporterait sans réagir de voir un peuple étranger s’approprier la plus grande partie de ses terres, puis morceler à l’extrême le territoire restant tout en y construisant sans cesse de nouvelles colonies.
 
On peut d’ailleurs faire remarquer que l’idéologie sioniste, au départ, n’était pas spécialement religieuse : la Bible y était davantage considérée comme un témoignage historique du passé des juifs que comme la parole de Dieu. Quant au camp adverse, la religion n’y a pas toujours joué un rôle fondamental. Si les Palestiniens se sont tournés vers le Hamas, c’est d’abord en raison des échecs répétés du Fatah (eux-mêmes dus, en grande partie, à l’intransigeance d’Israël). Lorsqu’on ne parvient pas à trouver une solution politique à un problème politique, la tentation est grande de se tourner vers la religion.
 
La grille de lecture religieuse et culturelle est également utilisée à propos des tensions sociales dans les banlieues pauvres de France ou du reste de l’Europe. Il s’agit là d’un problème bien différent du conflit israélo-palestinien. Mais dans les deux cas, on surestime fréquemment l’importance du facteur religieux, et de l’islam en particulier. La croissance des inégalités, le chômage de masse, la ségrégation urbaine ou les discriminations (lors d’entretiens d’embauche, d’une recherche de logement ou de contrôles de police…) passent au second plan : désormais, c’est le conflit entre l’islam et la modernité occidentale qui est censé tout expliquer.
 
Pourquoi cet aveuglement, y compris chez des personnes cultivées comme Alain Finkielkraut, que je mentionnais déjà dans mon précédent article ? La réponse est assez simple, je crois, lorsqu’il s’agit des classes privilégiées. Des gens comme Finkielkraut ont tout intérêt à croire à leurs explications simplistes : cela les dispense de s’intéresser aux causes économiques et sociales du problème. Quand on est satisfait de l’ordre établi, mieux vaut ne pas l’étudier de trop près : on pourrait être amené à le mettre en question.
 
Quant aux personnes appartenant aux catégories populaires, on peut comprendre (sans pour autant approuver) qu’elles soient nombreuses à verser dans la xénophobie, le racisme anti-arabe ou une haine de l’islam fort peu rationnelle. Les causes fondamentales de leurs problèmes leur paraissent hors d’atteinte. Pour s’attaquer efficacement à la pauvreté, au chômage, à la précarité et aux inégalités, il faudrait modifier de fond en comble le système politique et économique. Or, un tel objectif paraît pour le moment irréalisable. Les temps ont changé : les classes populaires ne sont plus organisées comme avant par un syndicat ou un parti puissant. L’idéal communiste est pratiquement mort et la social-démocratie s’est métamorphosée en social-libéralisme. Faute de pouvoir s’en prendre aux adversaires d’en haut (politiciens, grands patrons, gros actionnaires, banquiers, fonds de pension, fonds d’investissement, spéculateurs, etc.), il est humain de déverser sa colère sur ses voisins.
 
Les motifs d’agacement ne manquent pas, d’ailleurs, depuis les insultes jusqu’à la destruction des biens matériels (voitures brûlées, par exemple), voire à l’agression physique. De part et d’autre, la colère engendre la colère, le mépris répond au mépris, si bien que des Français « de souche » n’ont plus de complexe à se dire racistes. De toute façon, comme ils disent, ceux d’en face « sont plus racistes que nous ». D’autres, plus fins, refusent cette référence au pseudo-concept de « race » et critiquent les Maghrébins ou les Turcs sous l’angle de la culture : c’est à cause de leur religion (forcément violente, intolérante, machiste) que ces gens seraient incapables de s’intégrer à notre société et de respecter les lois de la république.
 
Conclusion : le retour de l’Union sacrée
 
Ainsi, les causes politiques et économiques des problèmes sociaux ont été en grande partie recouvertes par des explications culturalistes, où l’islam fait souvent figure de bouc émissaire. Tout ça n’est pas pour déplaire aux élites politiques et économiques. « Diviser pour régner » a toujours été leur maxime, et non sans raison. Rien ne leur fait plus plaisir que de voir des gens issus de la gauche – Riposte laïque, pour ne pas les nommer – s’associer avec des excités de la droite extrême pour un imbécile « apéro saucisson-pinard ». Saucissonards, saucissonardes, et vous pinardiens exquis, vous les couperosés à la bonne trogne bien de chez nous, oublions nos mesquines revendications sociales. Groupons-nous tous sous un même drapeau : celui de la France souchienne, la France éternelle de Lascaux et de Clovis, de Jeanne d’Arc et de Napoléon, de Pétain et d’Hortefeux, l’homme qui aime à taquiner les Auvergnats. Car comme disait Jaurès, récupéré récemment par le Front National : « À celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien ».
 
Bien évidemment, il ne s’agit pas de comprendre cette citation à la lumière de la véritable pensée de Jaurès. La patrie, telle que l’entendait ce vilain socialiste internationaliste, c’était d’abord un peuple qui prend en main son destin, s’insurge contre l’oligarchie économique et instaure une démocratie sociale après avoir conquis la démocratie politique. Ce n’était certainement pas un symbole vide, comme un drapeau, un chant patriotique ou un bout de saucisson. Ce n’était pas non plus une population fermée sur soi et xénophobe, obsédée par la haine des juifs et la revanche contre l’Allemagne.
 
Malheureusement, les vrais jaurésiens sont rares. L’Union sacrée commence à se reconstituer, comme en 14, où la plupart des socialistes ont fraternisé avec leurs adversaires de la veille. Certes, les ennemis ont changé. On ne vomit plus le juif Dreyfus ou la barbarie allemande. Ces vieilles haines sont tellement oubliées qu’on parle maintenant de culture européenne, et même de culture judéo-chrétienne ! Pour l’heure, le bouc émissaire est musulman. Demain, peut-être, il sera chinois. Alors on oubliera la prétendue incompatibilité de l’islam avec la culture occidentale. Avec des trémolos dans la voix, on appellera à l’unité de la civilisation monothéiste et du monde méditerranéen contre le péril jaune.

Moyenne des avis sur cet article :  3.06/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

92 réactions à cet article    


  • Menouar ben Yahya 13 octobre 2010 10:02

    A votre longue liste de « ma culture »...Bach ; Ravel ; Baudelaire ; Nerval....que vous citez je les garderais et parlant de la « mienne », j’y ajouterai ; Ibn Kheldou, Averroés ; Avicenne ; Oum Khalsoum ; Arabi ; Bergson ; Omar Al kahyam ;Chaplin; Youcef Chahine....et paraphrasant Levy Strauss,je dirais, on ne peut pas donner plus de valeur à une culture plutôt qu’à une autre.
    Dans mon esprit , ces dimensions culturelles ne s’opposent pas, parlant de la condition féminine, mes références iront aux combats féministes mais aussi à Averroés, parlant médecine, je pense à Pasteur mais aussi à Avicenne ; parlant poésie et de vin, je pense à Baudelaire et Al Kahyam....et si demain pointait le péril jaune, je suis sur que je trouverais dans la littérature chinoise des auteurs qui feront echo à ceux dont je suis déjà nourri.

    Alors oui combattons, les aspect les plus rétrogrades de toutes les religions, avec équité, surtout lorsque l’on sait que le dieu qu’elles prônent n’existent pas !


    • Yvance77 13 octobre 2010 10:07

      Bonjour,

      L’article est trés bien écrit, et le posteur a de la qualité.

      Oui mais voila, cela ne me satisfait pas plus. Avoir un avis tranché sur cette réligion est un manque d’intelligence, j’accepte.

      Mais il reste le constat suivant, si l’on parle tant de cette stupide croyance en un prophète que je vomis, c’est parqu’il a d’abord envahi un espace un peu trop important, sur des terras qui ne sont pas siennes initialement.

      Secondo et je l’ai déjà dit, en quoi l’Islam a été un bienfait pour l’humanité sur ces derniers siècles ?

      Ou sont les créateurs, ou sont les scientifiques dont on au pu profité de leurs lumières.

      Participer avec ce genre de posts en une acceptation progréssive de ce moyen-age mental est pour le moins cavalier.

      Non je ne veux pas de ces idées là, l’Europe n’a pas à devenir la Musulmanie demain.

      Pas plus que je ne supporte des cathos-fachos, des orthos bornés, ou des judéos-abrutis derrière des cloisons mentales.

      Bye


      • nash2 13 octobre 2010 11:15

        à Yvance77

        « Ou sont les créateurs, ou sont les scientifiques dont on au pu profité de leurs lumières. »

        certains savants musulmans ont été cité par un commentateur (avicenne, averoes, abn khaldoun...)
        Nier à la civilisation musulmane son apport au monde est une des racines du problème actuel. (Pour se convaincre du contraire rien de plus simple : comment les écrits des grecs 4eme siecl Avant JC parviennent ils à l’europe 10 siècles plus tard ?! gardés dans un coffre fort ou sur une clé USB attendant les galilée , copernic, et consors ..., les savants musulmans au minimum ont fait une transmission et en réalité ont fait un travail critique et ont développé les maths , medecine, ...

        Aujourd’hui nier la civilisation musulmane contribue à la thèse du choc des civilisations. On a le droit d etre chrétien, musulman, athée, agnostique ...c’est une affaire individuelle mais nier l’histoire c’est corrompre l’homme, son avenir et ouvrir la voie des erreurs passées.
        A+


      • Scribouille 13 octobre 2010 11:55

        Ou sont les créateurs, ou sont les scientifiques dont on au pu profité de leurs lumières.

        Il faut vraiment ne s’être jamais intéressé à l’Islam pour oser dire ça ! Constat qui invalide pour le coup votre critique !


      • Hortus 13 octobre 2010 11:59

        Autant d’inconséquence en si peu de phrases. Chapeau Yvance ! 

        La culture arabe a apporté des Lumières (Averoës, Avicienne...) bien avant nos « Lumières ». Si nos savants ont pu développer les sciences, c’est notamment grâce aux sciences développées par les arabes (algèbre, astronomie...). Quant à la barbarie, feuilletez l’excellent ouvrage de Amin MAALOUF : « Les croisades vues par les arabes » (collection J’ai Lu) et vous découvrirez que si les arabes ont connu quelques fous furieux sanguinaires, c’était une sacré collection d’autres fous furieux sanguinaires que la « religion d’amour » (sic) et la « civilisation chrétienne » (resic) avait envoyé trancher du sarazin !!!

      • ricoxy ricoxy 13 octobre 2010 12:52

        « 
        certains savants musulmans ont été cité par un commentateur (avicenne, averoes, abn khaldoun...)
        [...] les savants musulmans au minimum ont fait une transmission et en réalité ont fait un travail critique...

         »

        Savants musulmans ou savants arabes ?


      • Serpico Serpico 13 octobre 2010 12:59

        Yvance : "

        Mais il reste le constat suivant, si l’on parle tant de cette stupide croyance en un prophète que je vomis, c’est parqu’il a d’abord envahi un espace un peu trop important, sur des terras qui ne sont pas siennes initialement.

        Secondo et je l’ai déjà dit, en quoi l’Islam a été un bienfait pour l’humanité sur ces derniers siècles ?"

        *********************

        Tant d’ignorance étalée aussi fièrement, c’est ahurissant.

        Puisque vous connaissez si peu, comment pouvez-vous vomir un homme dont vous ne savez rien (à part les articles de l’Encyclopedia Cretina alias Tf1 et consoeurs)

        Et pourquoi s’indigner de l’invasion de terres qui n’étaient pas siennes ? parce qu’un arabe aurait moins le droit de conquérir des terres que, disons, un conquistador espagnol ou un général français ?

        C’est insupportable pour un habitant de pays ex-colonialiste, un membre du monde judeo-chrétien qui a vampirisé la planète et massacré des millions de personnes.


      • Yvance77 13 octobre 2010 13:05

        Très bien, je resterai volontiers dans mon ignorance, ca me va. Ignorance de toutes les religions également, pas une pour sauver l’autres.

        Et je persisite et signe, l’Islam depuis quelques temps n’apporte rien de bon, vous pouver citer Averoes et les autres, il n’en reste pas moins vrai que de nos jours, c’est le néant importé de cette croyance du middle age.

        Pas de quoi en faire un fromage ... et bonjour à vous.


      • Moule 13 octobre 2010 13:12

        Bravo, se contredire en un seul post, c’est fort. Vous vous dites ignorant, mais pourtant vous persistez et signez, vous SAVEZ que l’Islam (et on imagine dans votre esprit par amalgame, la civilisation arabe dans son ensemble) n’a rien apporté de bon.


      • samir 13 octobre 2010 14:15

        il faut recadrer les choses le monde arabe n’a finalement apporté que peu de chose dans la brillante civilisation musulmane

        il s’agit plus de perses, ouzbeks, turcs, nord africains qui ont apporté au monde des sciences, philo etc... ne serait ce que parce qu’ils sont plus proches de la mediterrannée et donc de l’antique egypte, grece et rome


      • Yvance77 13 octobre 2010 15:13

        Entièrement d’accord avec vous samir, il fût un temps (on part de plusieurs siècles en arrière) ou le monde islamique fût un phare érudit.

        A ce jour l’Islam n’apporte rien de rien sur le plan des bienfaits.

        Cela ne veut pas dire que d’autres sont dans ce cas.

        Et au bobo penseurs prouvez nous le contraire ! Dites moi de nos jours si une seule madrassa s’intéresse à la recherche sur le SIDA, dites-moi si un seul iman se soucie d’apporter une parcelle de sa reflexion au profit des sciences etc ...

        Vous pouvez continuer à me traiter d’idiot, no souci on est tjs l’idiot de quelqu’un ... mais cela ne veut pas dire que votre boboitude bien-pensante soit vraie pour autant.

        A peluche


      • Moule 13 octobre 2010 17:14

        Complètement idiot ce commentaire. Allez voir la recherche en Inde par exemple, où les musulmans sont très nombreux. Allez voir le nombre de chercheurs musulmans aux Etats Unis, en France. Aujourd’hui le travail intellectuel est mondialisé et n’est pas l’apanage des chrétiens ou des musulmans ou des athées. Et c’est évidemment dans les pays développés que les crédits et les apports les plus importants sont fait à la recherche et à la culture. Ce n’est pas une question de religion.


      • Capillotracteur Capillotracteur 13 octobre 2010 18:36

        @Serpico

        Il est vrai que l’esclavage arabo musulman a été une grande avancée pour l’humanité, plus de 10 siècles de servitude qui continue de manière cachée.

        Mais tu n’es pas « ignare » donc tu sais que le Sahel fut littéralement vidée de sa population par les caravaniers.

        Et tu me diras ? Où sont les descendants ? Très simples, il n’y en a pas, les esclaves étaient tous castrés...


      • Png persona-nongrata 13 octobre 2010 19:13

        Mesdames et messieurs YVANCE77 ne sait pas de quoi il parle , un trait de caractére particulier chez tout islamophobe de base , l’ignorance dans toute sa splendeur et sa vient philosopher sur les « lumiéres » ....je crois que ton ampoule est grillée coco :)

      • Yvance77 13 octobre 2010 20:03

        persona,

        primo si être islamophobe c’est rejeter cette religion à la con ... j’assume, et le vis bien. T’as envie de te taper le coran, très bien tu le fais dans ton coin, en privé et tu gonfles personne.

        secondo je t’emmerde et ce quoi que tu puisse penser de moi

        Vu ...


      • OMAR 13 octobre 2010 20:55

        Omar T.

        Yvance77 :A ce jour l’Islam n’apporte rien de rien sur le plan des bienfaits..

        Partiellement d’accord avec vous, sauf que vous éludez des éléments importants :
        -pratiquement l’ensemble du monde musulman était colonisé et ses structures culturelles, dévastées ;
        -l’Occident a, de tout temps, favorisé à son profit, ,la fuite de cerveaux ;

        Et votre raisonnement se tient aussi si nous l’appliquons pour l’Amérique Latine et Centrale, ainsi que pour une trés grande partie de l’Asie. 

        Non, ce ne sont pas les religions et encore moins l’Islam qui ralentissent le progrès de l’humanité, mais l’obscurentisme de certains nouveaux prophètes, et des diaboliques dont les principaux agissements consistent à faire massacrer une partie du genre humain, parce que celui-ci ne partage sa vision de la vie, ou ne correspond pas au profil de l’être humain, tel qu’il le conçoit.
        .


      • Pie 3,14 13 octobre 2010 21:09

        Une madrassa est une école religieuse... il y a peu de chances qu’elle fasse de la recherche médicale pas plus qu’au Vatican, dans une synagogue ou un temple protestant...


      • Yvance77 13 octobre 2010 21:23

        Omar,

        Enfin quelque chose d’intéressant à lire chez vous.

        100% en accord avec vous sur la partie première de votre développement.

        Mais pas d’accord sur la chute. L’islam, comme le catholicisme, etc ... sont porteurs d’oeillères. Il y a un cadre, un livre, une pensée ... et point de salut en dehors de ces torchons.

        Navré mais le salut vient lorsque l’on jette aux orties ces brulots, coran, bible, torah ...

        J’ai toujours eu du respect pour l’animisme Cherokee ou autre ... je trouve cela bien plus fort, sans en retirer une quelconque certitude pour ma vie s’entend.

        Merci à vous

        PS : Pie merci je sais encore ce qu’est une madrassa.


      • Png persona-nongrata 13 octobre 2010 22:48

        Donc t’es bien un islamophobe ignorant de base et tu viens d’en faire la démonstration , pourquoi tu m’insultes ? :) je n’y suis pour rien , je réagis en tant que lecteur ni plus ni moins .

        A+ Raciste .

      • yoav 14 octobre 2010 01:35

        Vous amalgamez (une fois n’est pas coutume sur ce site) les musulmans avec uniquement des madrassas et des imams, comme si tous les musulmans fréquentaient des madrassas ou des mosquées !! C’est bien mal connaître le monde musulman. Réduisons le culte catholique à des abbayes et aux paroles du pape et on atteindra la même représentativité.

        Comme le culte catholique le porte, le culte musulman est aussi synonyme de charité, de compassion et d’empathie, à la différence que ces trois qualités (au minimum, je fais court) sont encore bien présentes chez les musulmans. Si vous ne les avez pas constatées par vous-même, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de musulmans ni jamais voyagé dans un pays musulman. Vous représentez donc un terrain propice au développement d’idées extrémistes véhiculées par les politiques et les médias toujours avides de diversions. Je rappelle que ces deux mondes sont totalement contrôlés par des juifs en France et dans la plupart des pays occidentaux. Maintenant, c’est tout à fait votre droit de croire tout ce qui ce dit dans les médias et de ne pas chercher à voir plus loin et de trouver d’autres informations non pré-formatées.
         

      • Serpico Serpico 14 octobre 2010 20:37

        samir "

        il faut recadrer les choses le monde arabe n’a finalement apporté que peu de chose dans la brillante civilisation musulmane

        il s’agit plus de perses, ouzbeks, turcs, nord africains qui ont apporté au monde des sciences, philo etc... ne serait ce que parce qu’ils sont plus proches de la mediterrannée et donc de l’antique egypte, grece et rome« 

        ****************

        Ça c’est de »l’analyse« de haut niveau !

        Les arabes ont répandu l’Islam, ils ont occupé des pays pleins de génies. Eux n’auraient été que le »démarreur«  ?

        Des »raisonnements" comme ça, même dans les poubelles il n’y en a pas.


      • Ronald Thatcher rienafoutiste 13 octobre 2010 11:25

        depuis quand une religion et plus encore la plus belliqueuse, devrait être respectée ?


        • OMAR 14 octobre 2010 10:44

          Omar 33

          Depuis que des énerguméne sans foi ni loi tentent d’imposer leurs idioties, leurs désarrois, leur vide spirituel et leurs terreurs aux autres croyants.


        • zelectron zelectron 13 octobre 2010 11:31

          Paradoxe : Je suis tolérant, mais à l’extrême, je ne tolère pas l’intolérance !


          • samir 13 octobre 2010 12:45

            si vous n’envisagez les autres que comme un groupe d’intolerants alors l’existence meme de ce prejugé chez vous temoigne d’une intolerance latente

            la tolerance ne se trouve pas chez vous

            et puis au final la tolérance c’est le respect qu’on accorde a l’adversaire/ennemi si vous considerez que vous « tolerez » ces francais musulmans, si vous etes dans cet etat d’esprit alors ne vous etonnez de rien...

            les francais musulman n’ont pas a attendre votre tolerance en fait ils s’en foutent


          • zelectron zelectron 13 octobre 2010 18:50

            @samir
            Pour vous montrer ma tolérance à votre égard, je pourrais dire que je me moque de votre opinion, mais ce n’est pas le cas, je vais expliquer :
            Vous ne savez pas lire ? Il s’agit d’une position extrême lorsque en face il y a des gens qui tuent, violent, pillent, et fuient... il peut s’agir de sikhs, de chrétiens, de musulmans ou même d’athées ...etc... qui n’attendant rien « au delà » et pourraient être tenté par le crime...pour ma part je suis extrêmement tolérant et avant d’accuser qui que ce soit je me renseigne.
            Petit aparté : vous avez des dispositions ne les gâchez pas par des considérations hors de propos, vous savez qu’il existe une frange minuscule de l’islam, qui a l’inverse proportion de sa petitesse s’exprime si j’ose dire bruyamment, et qui est non seulement intolérant mais assassin, le combattez vous ?


          • samir 13 octobre 2010 12:38

            L’Antéchrist = Der Antichrist (1888), §§ 59 et 60, trad. Jean-Claude Hémery (Gallimard, 1974)

            Le christianisme nous a frustrés de la moisson de la culture antique, et, plus tard, il nous a encore frustrés de celle de la culture islamique. La merveilleuse civilisation maure d’Espagne, au fond plus proche de nous, parlant plus à nos sens et à notre goût que Rome et la Grèce, a été foulée aux pieds (et je préfère ne pas penser par quels pieds !) – Pourquoi ? Parce qu’elle devait le jour à des instincts aristocratiques, à des instincts virils, parce qu’elle disait oui à la vie, avec en plus, les exquis raffinements de la vie maure !… Les croisés combattirent plus tard quelque chose devant quoi ils auraient mieux fait de se prosterner dans la poussière


            • LE CHAT LE CHAT 13 octobre 2010 12:57

              Comprendre l’islam d’aujourd’hui , c’est relativiser en pensant au catholiscisme à l’époque de 150-1700 avec les guerres de religion , l’inquisition et toutes les horreurs commises au nom de Dieu . certains musulmans en sont encore à ce stade de tolérance , ça prendra du temps avant que les plus haineux soient mis au silence par les autres ...


              • Moule 13 octobre 2010 13:14

                Certains chrétiens sont encore à ce stade de tolérance aussi, ainsi que certains athées (beaucoup chez F de souche par exemple ...), ainsi que ....


              • NeverMore 13 octobre 2010 13:24

                Combien de temps çà va prendre à votre avis ...

                Est ce que « apprendre de l’histoire » nécessite de se replonger plusieurs siècles en arrière pour accepter ce qui se passe aujourd’hui et maintenant.

                Est ce que l’Islam doit repasser par tous les « stades » pour voir enfin le monde d’aujourd’hui et accepter l’existence des autres..


              • LE CHAT LE CHAT 13 octobre 2010 15:02

                @nevermore

                ça prendra « un certain temps » comme disait le regretté Fernand Reynaud !
                après , c’est à nous de ne pas nous laisser marcher sur les pieds , on s’est pas débarassé des curetons pour être enmerdés par les barbus aujourd’hui !


              • Moule 13 octobre 2010 17:16

                On s’était débarassé des fachos aussi ...


              • Capillotracteur Capillotracteur 13 octobre 2010 18:33

                @Moule

                De toi c’est çà ?

                Oups des chrétiens traditionnalistes commettent tous les jours des attentats à la bombe...


              • Png persona-nongrata 13 octobre 2010 19:16

                Tiens encore un winner qui n’est pas au courant..........

              • Moule 13 octobre 2010 22:21

                Je vois que j’ai touché juste !! Non les chrétiens font pas trop d’attentat ces derniers temps, mais plutôt des guerres : Irak, Afghanistan, ...
                Mais à compter les points entre les religions on aboutit à rien, ça n’a rien à voir avec une démarche historique. Et comme je le disais précédemment, on a au moins autant de mec dangereux chez les non religieux que chez les religieux.


              • cathy30 cathy30 13 octobre 2010 13:17

                Mais c’est quoi cet article ? j’ai lu le premier paragraphe après tout est trop confus. Cet article est bien dans l’air du temps, mépriser une partie de notre modernité. Le monde arabe fait partie également de notre culture et nous a aussi construit nous occidentaux : les maths, la philosophie, la médecine, la littérature, l’architecture etc. Arrêtons de nous faire manipuler ça va mal finir cette connerie.


                • samir 13 octobre 2010 13:21

                  oui les identités des cultures, civilisations, peuples s’entrecroisent constamment, s’imbriquent et se construisent


                • Jordi Grau J. GRAU 13 octobre 2010 15:40

                  A Cathy30

                  Désolé si mon article vous a paru confus. Mon but était assez clair, pourtant : examiner les préjugés simplificateurs concernant la civilisation occidentale et la civilisation islamique (ou plutôt les civilisations islamiques). J’ai voulu montrer que certains défauts qu’on attribue à l’islam (ou aux civilisations imprégnées de la religion musulmane) se retrouvent en occident. Si j’ai commencé par faire l’éloge de la civilisation occidentale, c’est pour que ne m’accuse pas d’être un masochiste bien-pensant qui passe son temps à dénigrer sa culture.

                  Cela dit, je vous donne raison sur un point : la civilisation occidentale doit en effet beaucoup aux Arabes et aux Perses du Moyen-Age, lesquels étaient majoritairement musulmans. Cet argument met de l’eau à mon moulin : le choc des civilisations est une construction. Et si jamais il se produit un jour - ce qu’à Dieu ne plaise - il sera plus le résultat des préjugés et des manipulations politiques que d’une réelle opposition culturelle. On pourrait comparer l’opposition actuelle entre islam et modernité occidentale à celle qui existait il y a un siècle entre la civilisation française et la civilisation allemande. Il y avait énormément de points communs entre les deux pays, mais les différences culturelles ont été exacerbées pour des raisons politiques. J’aurais pu parler de tout cela, mais mon article aurait été trop long, je crois.


                • cathy30 cathy30 13 octobre 2010 17:16

                  merci pour votre réponse j. Gruau


                • NeverMore 13 octobre 2010 13:45

                  Vous faites l’impasse sur la nature d’ailleurs largement auto-proclamée de l’Islam : c’est la parole même de dieu, et la dernière. En clair pour l’islam, se réformer, c’est disparaître.

                  Par ailleurs, l’islam prétend règler tous les aspects de la vie : religieuse, politique, sociale et  comportementale. Au fait, comment définiriez vou une idéologie totalitaire ?

                  Pour moi, il y a bien une hiérachie des cultures, et si la culture que j’appellerai « moyen orientale » occupait une place de choix, je dirais qu’elle à été récupérée par l’islam, et ensuite détruite par ce même islam.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jordi Grau

Jordi Grau
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès