Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Privatisation des prisons

Privatisation des prisons


Il était de bon ton dans les rangs de l’UMP ou du Parti Socialiste, il y a encore peu de temps, de montrer du doigt la Chine lorsque l’on parlait des Droits de l’Homme, notamment en ce qui concerne le travail des détenus chinois dans les prisons. J’emploi l’imparfait pour les fans du parti de la majorité, puisque depuis que l’UMP est copain comme cochon avec le parti communiste chinois, il est conseillé aux adorateurs de notre omni président de se taire sur le sujet. Quant aux ténors des socio-démocrates français, ils sont tellement emberlificotés dans leurs contradictions, qu’ils en oublient de jouer le rôle d’opposants. Dans le numéro 8 du Lot en Action mag, le Lutin qui lutte a poussé un petit cri de colère sur la privatisation des prisons et le travail des détenus. J’étais donc décidé à mener une enquête sur le sujet pour vous écrire un petit article, histoire de vous dresser un tableau de la situation en quelques lignes. Mais en avançant dans mes investigations, je suis passé de la stupeur à la colère, rejoignant l’indignation de notre chroniqueur adoré.

Pour comprendre la situation des détenus en France et la politique sarkozienne en matière carcérale, il convient en premier lieu de regarder vers l’ouest, outre atlantique, comme le fait frénétiquement notre président. Deux chiffres sont importants : la population des États-Unis représente 5% de la population mondiale. La population carcérale américaine représente 25% de tous les détenus du monde… cherchez l’erreur ! Autre chiffre important, celui de la progression de cette population carcérale aux states : 300.000 en 1972, 1 million en 1990, 2 millions en 2000 et 2,3 millions en 2009. On peut dès lors chercher des raisons à cette explosion du nombre de prisonnier. Manifestement les politiques sociales sont un cuisant échec, surtout lorsque l’on regarde les statistiques qui concernent les crimes, voies de faits et délits en tous genres, mais comment expliquer qu’un pays comme les États-Unis, capable de verser des centaines de milliards de dollars de fonds publics pour voler au secours des banques et des constructeurs automobiles, n’arrivent pas à mettre en place des mesures efficace pour lutter contre l’exclusion sociale et la pauvreté ? Une des explications passe par l’organisation et la gestion des centres pénitenciers. De plus en plus de prisons sont maintenant construites et gérées par des entreprises privées, surtout depuis que Bush, le brillant intellectuel libéral, a fourré son nez dans ce dossier. Que voulez-vous, aujourd’hui il faut faire de l’argent avec tout.

 

Ces entreprises privées facturent très cher aux états ces services (en France, les libéraux, c’est-à-dire les partisans de l’UMP et du Parti Socialiste appellent ça des Partenariats Public-Privé (voir l’article : Une prison, ça rapporte énormément)). Mais pour faire encore plus d’argent, ces entreprises ont eu une idée géniale : transformer les détenus et esclaves, en déguisant tout cela sous des noms pompeux comme aide à la réinsertion et formation. Cette population est corvéable à merci, payée avec des salaires qui conduiraient les chinois les plus défavorisés à la révolte, et ne bénéficient bien sur d’aucun droit. Génial comme idée non ? Du coup de nombreuse entreprises y ont vu une solution très opportune pour éviter les frais de délocalisation en Chine ou en Indes : IBM, Boeing, Motorola, Microsoft, ATT, Wireless, Texas, Dell, Compaq, Honeywell-Packard, Nortel, Lucent Technologies, 3 Com, NorternTelecom,TWA, Nordstorm, Revon, Macy’s, Pierre Cardin, Target Stores... oui, vous avez bien lu, Pierre Cardin. Et si vous ne voulez pas bosser vous allez directo en cellule d’isolement jusqu’à ce que vous ayez changé d’idée. Elle n’est pas belle la vie ? Là où le bas blesse, c’est que ces entreprises qui gèrent les prisons, super, mais alors super rentables, ont un intérêt énorme à ce que les prisons soient pleines. Plus il y a de détenus, plus les états versent d’argent, et plus ils y a de contrats à la clef avec des entreprises qui passent des commandes pour faire travailler les malheureux prisonniers. La boucle est bouclée.
C’est précisément ce qu’a dû se dire notre président monté sur piles et talonnette grand modèle, lors de ses voyages au states pour aller s’excuser des paroles malheureuses de Dominique…

 


Parce que la politique française en la matière est calquée sur le même moule. Bon, là il me faut faire preuve d’un minimum d’honnêteté intellectuelle et précisant que les choses ont commencé bien avant que le petit monte sur son trône. C’est depuis la mise en place du « programme 13000 » en 1987 que des entreprises privées peuvent cogérer une vingtaine d’établissements pénitentiaires français. Ils ont été construits par Vivendi, la Lyonnaise des Eaux ou Dumez et sont gérés de manière rentable mais souvent inhumaine et déplorable, notamment en matière de santé, par Sodexho, Eurest, Gecep, Gepsa.
Et depuis que le petit est devenu khalife à la place du khalife, son copain Bouygues prend les nouveaux marchés. A titre d’exemple, en février 2008, Rachida Dati déclarait, en présentant le contrat qui délègue à Bouygues à la fois la conception, le financement, la construction, la maintenance et la gestion des services dans les 3 nouvelles prisons qui seront construites à Nantes, Lilles et Réau (Seine et Marne) : « La modernisation de notre système pénitentiaire est en marche. Le contrat que nous allons signer s’inscrit dans cette politique, il permet de concevoir la prison de demain » Mais Rachida a oublié de révéler un petit détail, qui a toute son importance : le contrat prévoit que l’Etat deviendra propriétaire des prisons dans 27 ans et paiera entretemps un loyer de 48 millions d’euros annuels, tout en gardant à sa charge les surveillants…


Mais la plaisanterie ne s’arrête pas là, puisque tout comme au pays qui fait fantasmer Sarkozy, on a mis les taulards au boulot. Il y avait déjà le travail qui concerne l’intendance des prisons, qui était confié aux détenus volontaires. Mais les fameuses entreprises qui gèrent les prisons, passent des contrats avec des entreprises françaises (L’Oréal, Bouygues, EADS, Yves Rocher, BIC, etc.), pour leur proposer une main d’œuvre vraiment bon marché : un détenu est payé souvent à la pièce (ce qui est illégal en France) entre 200 et 300 euros par mois, bien sur sans aucun droit ni aucune protection sociale. L’Observatoire International des Prisons dénonce haut et fort cet esclavage moderne légal : « Non seulement les prisons en France détiennent le triste record européen du nombre de suicide, mais elle a déjà été condamnée par l’Europe pour des conditions inhumaines d’incarcération (surpopulation, hygiène, droits des détenus). Dans les prisons, les détenus qui travaillent sont dans des zones de « non droit ». François Besse, de l’OIP, connaît le problème : « En ce moment, nous aidons un détenu de la maison d’arrêt de Caen à essayer, malgré tout, d’obtenir des indemnités. L’an dernier, en restaurant des palettes en bois, il a enlevé la sécurité de son pistolet à clous. Il s’est crevé un œil. Puis, comme il avait besoin d’argent, il a repris le travail et s’est crevé le second… »

 


Mais pourquoi les détenus sont-ils volontaires pour travailler dans de telles conditions ? Il faut savoir qu’en prison tout est payant, de la savonnette au paquet de clopes, en passant par la télévision et les extras de bouffes qui permettent d’améliorer l’infâme nourriture qui leur est servie. Et tout cela se paye beaucoup plus cher qu’à l’extérieur… Et selon vous qui encaisse les bénéfices ? Martin et les autres n’en ont pas assez, d’ailleurs Sarko leur donne raison, plus, toujours plus ! Donc quand vous êtes enfermés à 3 ou 4 dans une cellule de 9m² 22 heures par jour, qu’il vous faut payer pour respirer et survivre, le choix s’avère très vite limité.

 

 

Une prison, ça rapporte ... énormément

 


Ligue des Droits de l’Homme de Toulon
Bouygues, Eiffage Construction, Sodexho-Alliance (Siges et Idex-Sogerex), Suez-Lyonnaise des eaux (Gepsa)... sont en prison. Pour y faire de l’argent, pas à cause de tout ce qu’on peut leur reprocher. [1]
Le système carcéral offre un excellent exemple de l’interpénétration "public-privé". Le partage des tâches est simple : le "service public" fixe les lois permettant les emprisonnements (parlement), régule les flux d’entrée et de sortie de prisonniers (police, justice) et le "service privé" fait ses choux-gras de l’exploitation du système. Le principe de base de cet accouplement monstrueux, c’est la "délégation de service public", que les contrats dits PPP (Partenariats public-privé, loi du 2 juillet 2003) ont porté à son maximum. Avec les PPP, administrations et entreprises ne font pratiquement qu’un pour l’exécution du service, et deux bien distincts pour ce qui concerne les bénéfices.

 


La gestion en PPP est pour les entreprises privées une manne. Elles espèrent engranger, sur le modèle américain, d’immenses profits. Grâce à un accroissement progressif -et d’ailleurs programmé- de la population carcérale, le système atteindra certainement une forte rentabilité. Les puissantes entreprises qui se sont lancées dans les PPP feront donc, avec tous les moyens dont elles disposent (les médias qu’elles contrôlent, leur copinage politique, la corruption...) tout ce qu’elles peuvent pour que la "justice" matraque de plus en plus l’habitant de base et le fasse passer par la case prison quand il leur conviendra. Leurs bénéfices en dépendent. Leur cotation à la bourse aussi.


L’histoire de la privatisation des prisons vient de loin, mais c’est en 1987 qu’elle a été relancée par Albin Chalandon (gouvernement de droite) avec la construction de 15 000 nouvelles cellules et l’attribution à une même entreprise de la conception, la construction et la gestion d’un établissement pénitentiaire. Sur les 25 prisons prévues par son programme, 21 ont été construites avec un total de 13 000 cellules.


Suite à la proposition de Pierre Méhaignerie (gouvernement de droite) Elisabeth Guigou (de gauche) décide en 1994 de reconduire la gestion mixte des 21 prisons-Chalandon et de lancer 6 prisons supplémentaires (4 000 cellules de plus). Les bénéficiaires de l’appel d’offre sont alors le groupe Eiffage Construction et le groupe Bouygues. En 2000, un milliard et demi d’euros sont débloqués pour ces constructions. En janvier 2002, l’administration pénitentiaire alloue au groupe Sodexho-Alliance (Siges et Idex-Sogerex) et au groupe Suez-Lyonnaise des eaux (Gepsa) le service de restauration pour 27 prisons.


En 2001, un programme de 35 nouvelles prisons -excusez du peu- est annoncé par Marylise Lebranchu (gouvernement de gauche). En 2002, Perben (gouvernement de droite) rebondit la-dessus. Un nouveau programme de 13 200 cellules est lancé, dont 400 à 600 cellules contre les enfants. Pour aller plus vite, il facilite la tâche des entreprises : elles sont désormais dispensées de la longue procédure prévue dans le Code des marchés publics et elles peuvent obtenir un crédit-bail avec un droit d’occupation temporaire de terrain public. De plus, Perben leur donne la gestion clef en main pour des durées de vingt à trente ans.


L’État est réduit au rôle de locataire (c’est lui qui verse au privé une redevance mensuelle) et de fournisseur (c’est lui qui envoie "gracieusement" les gens en prison, en fonction du besoin des entreprises qui gèrent les taules).
Les entreprises empochent le loyer et les frais de gestion (avec une marge confortable), le "prix de journée" pour l’entretien des prisonniers (sur lequel elles peuvent faire toutes les "économies" possibles), les sur-bénéfices de la "cantine" (tous ce que les prisonniers peuvent acheter -papier hygiénique, enveloppes...- vendu beaucoup plus cher qu’à l’extérieur) et les sur-bénéfices du travail des prisonniers (tenus au rendement et payés des clopinettes). De ce point de vue, la prison constitue l’équivalent d’une délocalisation de la production... les frais de déplacement en moins.


Les prisonniers, jusque-là soumis au seul pouvoir du directeur de prison, ont avec le PPP une double autorité. La première contrôle toujours l’application administrative de la peine, l’autre régit la logistique, le quotidien qui influe à chaque instant sur la vie en détention. Les choses sont encore plus compliquées pour eux.
Et la "Justice" là-dedans ? Il ne peut y avoir de "Justice" quand il n’est question que de profits.

 

Le recours aux constructeurs privés critiqué

 

Deux syndicats de personnels pénitentiaires ont critiqué le recours à des entreprises privées pour construire et gérer de nouvelles prisons en France après un incident à Mont-de-Marsan.
Une panne électrique générale dans le nouveau centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan, construit par le groupe Bouygues et mis en service le 7 décembre, a contraint les autorités à évacuer les 87 détenus présents. Le centre doit accueillir à terme plusieurs centaines de prisonniers. Selon une porte-parole, l’administration pénitentiaire, qui évoque un incident "inédit" dû à un début d’incendie sur un disjoncteur, n’était pas en mesure mardi de dire quand le centre serait remis en service.

 


La CGT Pénitentiaire et FO estiment que l’Etat doit reprendre la gestion des prisons plus directement et jugent que la sécurité des personnels et des détenus a été mise en cause. "Nous étions opposés à ce type de privatisation, car ça coûte très cher à l’Etat. Si en plus les équipements ne sont pas en bon état de marche (...), c’est catastrophique", a dit Céline Verzeletti, de la CGT Pénitentiaire. Le secrétaire général adjoint de FO Pénitentiaire, René Sanchez, estime pour sa part, dans un communiqué, qu’"il serait simplement bien de rappeler au privé ses obligations dans le cadre de la gestion déléguée".
La délégation de la construction de prisons au secteur privé est ancienne mais elle a été accentuée avec un plan de construction lancé sous le gouvernement Raffarin, qui comprenait le centre de Mont-de-Marsan. La population carcérale en France frôle des records avec 63.619 détenus pour 51.000 places.

Le Lot en Action mag n°10. 11 février 2010 par Bluboux


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • spartacus1 spartacus1 24 février 2010 10:44

    Bravo pour votre article !


    • Tarouilan Tarouilan 24 février 2010 16:00

      Trés bon article, mais il convient de placer d’abord le décor....... les détenus c’est qui ?

      Cet ex-gardien, pourait peut-être confirmer ... ?

      Une personne qui a passé 20 ans de sa vie dans une prison parisienne et qui a pris sa retraite actuellement, bien contente de ne plus se rendre quotidiennement dans cet endroit sinistre, m’a précisé, que largement plus de 50% sont des malades mentaux… ! personne n’en parle, alors que c’est un secret de polichinelle.

      Donc, la plus grande partie des détenus, ne sont pas des personnes jouissant de toute leur raison, que font-ils en prison… ?, tout les intervenants sont depuis toujours, bien entendu au courant, du service psy de la prison au directeur et personne ne fait rien, la première chose à faire, c’est de créer des conditions de vie permettant d’éviter de dégrader encore davantage l’état de santé mentale et physique de ces prisonniers, il est évident qu’une activité quelconque sera toujours mieux que de croupir dans 9m² à quatre, dans une crasse immonde (à la prison de la Santé à Paris  les matelas de mousse n’étaient jamais lavés…et ce pendant des années, imaginez les conséquences… !)  et avec de petites promenades dans des espaces grillagés, qui ne permettent même pas une activité physique minimum pour conserver la santé.

      Il est évident que de confiner à travailler dans des espaces grillagés, des malades mentaux transformés en esclaves, pour éviter la délocalisation d’entreprises françaises est ignoble et n’est pas la solution.

      Par contre, un travail dans l’intérêt de la société, qui pourrait améliorer l’état mental (et physique) des ces malades mentaux,  peut être envisagé, ……par exemple, le débroussaillage des forets, le nettoyage des plages, activités que les détenus pourraient choisir librement, seraient un progrès certain, reste à mettre au point les modalités de sécurité pour éviter évidement les évasions, c’est certainement possible, et un modeste pécule en contrepartie serait acceptable.

      Quand au cout de la « cantine » en prison, c’est plus que scandaleux.

      L’auteur de l’article avait soulevé la question la Chine… qui est vraiment très méconnu… car après effectivement des conditions autrefois peu sympathiques …… il en va  très différemment de nos jours………..aujourd’hui le sort des prisonnier là-bas est beaucoup plus agréable qu’en France, ils suivent tous une formation professionnelle après évaluation, ils reçoivent un pécule après formation en poursuivant un travail, mais ce pécule correspond à leur travail (et oui) et non pas à une aumône comme en France,  des petit « supermarchés » sont aménagés dans les prisons au prix « normal » pour faire leurs courses… nous sommes à des années lumières de la France, et à leur sortie, la qualité de la formation fait que les entreprises recherchent et apprécient ces prisonniers, des bourses au travail sont organisées par l’administration … nous sommes loin des concepts d’esclavage moyenâgeux, envisagés en France.




    • appoline appoline 24 février 2010 16:39

      @ Tarouillan,


      « que largement plus de 50% sont des malades mentaux ». Il ne faut pas confondre névrosés et psychotiques. Les premiers n’ont que rarement leur place en institution psychiatrique. N’oubliez quand même pas que l’être humain dans la plupart des cas garde son libre arbitre, il peut ou ne peut pas faire.

    • Tarouilan Tarouilan 24 février 2010 17:20

      @ Appoline, n’étant pas érudit dans cette discipline, je m’en tiens à l’appréciation d’une personne qui a été au contact quotidien pendant 20 ans, des prisonniers d’une prison de région parisienne, elle-même n’était pas psy, mais sûrement plein de bon sens commun, qui m’affirmait que plus de 50% sont des malades mentaux très atteints...,

      Un prisonnier, ne pouvait par exemple, donner de justification au fait qu’il avaient tué son prochain à plusieurs reprises, en dehors de reconnaître qu’il avait agit sous une pulsion de mauvaise humeur, bien entendu, dans ce cas, ce malade doit être isolé définitivement de la société.... ça tombe sous le sens... mais peut-on encore parler d’une personne ayant une affection psy légère... il tuait, ne savait réellement pas pourquoi, se retrouvait en prison, ..... relâché après une longue peine..., il recommençait... c’est quoi pour lui, la capacité à se controler ?


    • Tarouilan Tarouilan 24 février 2010 17:44

      hengxi47 ... 90% des gardiens.. dépressifs... ha ha ha ...c’est quand même un signe que cela ne va pas trés bien en France dans les prisons... et quand ils deviendrons les gardes chiourmes avec le tambour pour marquer les cadences de travail dans les galères manufacturières des amis à Sarkosy... cela ne risque pas de changer...

      Quand au seuil à partir duquel.......les prisonniers sont ou pas des malades mentaux.....irresponsables .... il est a craindre qu’ils le traverse aisément, grâce au bouillon de culture généré par un confinement permanent dans 9m² ..... à 4 personnes aussi déséquilibrés qu’eux... ou isolé à longueur de temps (longues peines) dans un cagibi minuscule... seul... avec sa folie... il faut leur donner une activité saine, de l’exercice, en tout cas, faire que la prison, ne les dégrade pas davantage..... ce que la société pourrait regretter...


    • Diane Saint-Réquier Diane Saint-Réquier 24 février 2010 10:54

      Article très intéressant, merci.
      Ketez un coup d’oeil au mien de janvier si vous voulez : http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/suicides-en-prison-le-macabre-68374


      • FALCO FALCO 24 février 2010 11:25

        Les prisons coutent énormément (construction, surveillance, entretien...)
        Les contribuables payent (y compris les entreprises)
        Faire travailler les prisonniers est un juste retour des choses.
        Il y a des plages, des forêts à entretenir...
        Equilibrer les comptes coûts/bénéfices est nécessaire.
        Le déficit public est suffisamment profond.


        • le naif le naif 24 février 2010 11:46

          Je vous souhaite de vous y retrouver un jour ( un excès de vitesse est si vite arrivé) et de tomber sur un directeur de prison qui partage vos idées, vous aurez certainement un dialogue très constructif.

          Slts


        • FALCO FALCO 24 février 2010 11:50

          j’espére que je serais incarcéré en CORSE...entretenir la nature serait pour moi un bonheur.
           


        • WatchTower WatchTower 24 février 2010 12:49

          Typique phrase issue de la non reflexion.
          Non remise en cause du cadre, non réflexion philosophique ( sur le systeme carcéral ).
          « Les prisons coutent, les contribuables payent, les prisonniers doivent travailler pour équilibrer le tout » : pensée bien inscrite dans le cadre imposé par le capitalisme. Évidemment à partir de là, vous ne pouvez que suivre les rails sur lesquels ils ont posé votre wagon.
          « Il y a des plages et des forets a entretenir », autrement dit il faut bien faire de l’argent. Puisqu’on ne VEUT pas en prendre autre part, autant trouver des petites astuces, créer de nouveaux marchés, en depit de tout. Tiens, je vais commercialiser mon urine en tant que boisson energisante : qui peut s’y opposer, cela va créer de l’emploi et du profit ! C’est exactement la même pensée qui pousse à la création de marchés totalement stupides ou néfastes ( armes, bouffe dangereuse,...).

          « Le déficit public est suffisamment profond ».
          Vous êtes vraiment un mouton.
          Loi 73 Giscard Pompidou, Art 104 traité de Maastricht.
          La dette vient uniquement de là.
          Vous suivez les rails. Sans remettre en cause le cadre. Alors oui evidemment, les solutions ( le liberalisme ) sont toutes faites. C’est le but de la manœuvre....


        • Samuel Moleaud 24 février 2010 13:30

          C’est ça. Himmler, Staline, le général Tojo, et les américains méfiants envers les américano-japonais ont voulu équilibrer les comptes coûts/bénéfices (phrase qui n’a pas de sens) en construisant leurs camps de travail en 1942-1945 ?
          Si le travail rend libre, allez y.
          La propagande est tellement active que certains en arrivent même à légitimer l’esclavage dans les prisons ça me dégoûte. Quand l’Homme aura-t-il compris qu’il ne peut y avoir d’échanges sains entre individus avec ces putains de calculs coûts/avantages utilitaristes, et que ceux-là même qui ont proféré ces théories économiques dans leurs bouquins n’étaient que des criminels fascistes tribaux ?


        • Tarouilan Tarouilan 24 février 2010 16:16

          Les prisons ne nous coûterons jamais aussi cher .....que les gabegies de Sarko et de ses acolytes......


        • appoline appoline 24 février 2010 16:45

          Prenez en quelques uns à la maison, pour faire la vaisselle ou passer l’aspirateur, vous vous rendrez plus utiles ainsi. Je préfère pour ma part m’occuper des victimes qui, privées de l’un des leurs n’ont pas fini de pleurer. 

          Les détenus sont le cadet de mes soucis, certains devraient même se satisfaire de la France, dans d’autres pays ils feraient moins les malins après avoir saccager des vies et des biens.



        • bluboux bluboux 24 février 2010 16:50

          @ Apoline
          Vous avez certainement raison, d’ailleurs en poursuivant votre discours, vivement le retour de la peine de mort, qui résoudra définitivement ce problème.


        • appoline appoline 27 février 2010 20:54

          Je ne vous le fais pas dire.


        • Gabriel Gabriel 24 février 2010 11:42

          La prison est un lieu ou le détenu doit purger une juste peine mais c’est aussi un lieu de réhabilitation pour que le délinquant soit éduqué et reconnaisse ses erreurs afin de réintégrer la société. Il serait juste que le détenu travail pour des sociétés et que celles-ci lui reverse un salaire afin d’indemniser ses victimes. Je doute franchement qu’une privatisation du monde carcéral remplisse toutes ces fonctions. L’intérêt privé ne regardera que le niveau de son tiroir caisse et n’aura que faire des côtés éducation, réintégration et indemnisation.

          On reconnaît le degré d’évolution d’une nation à l’état de ses prisons.


          • appoline appoline 24 février 2010 16:49

            @ Heng,

            Personne ne les a poussés à faire des conneries, il faut être responsable de ses actes.

          • foufouille foufouille 24 février 2010 16:52

            avec 100 000 lois
            facile de mettre appoline en prison
            il suffit d’etre soupsconne


          • Michel DROUET Michel DROUET 24 février 2010 12:20

            Nous sommes dans un processus de libéralisation voulu par nos dirigeants nationaux et européens et piloté en sous main par les lobbies du privé.
            Des pans entiers du secteur public ont été privatisés depuis une vingtaine d’année au profit de ces « créateurs de richesses » que sont les grands groupes privés et dont les profits ne sont distribués qu’à un petit nombre.
            Les autoroutes, l’électricité, le gaz sont désormais dans le giron du « secteur marchand » en attendant La Poste.
            Ce qui est nouveau, c’est que cette logique de transfert au privé touche désormais ce que l’on considérait jusqu’à présent des missions régaliennes de l’Etat
            C’est le cas pour les prisons, avec les dérives que vous soulignez (avoir davantage de personnes incarcérées pour assurer la rentabilité).
            En ce qui concerne la justice, on ne privatise pas mais on « restructure » dans le cadre de la RGPP, ce qui revient à dire que l’accès aux droits pour les justiciables va devenir plus difficile et cela coûtera moins cher à l’Etat.
            Pour la défense, on va tout droit vers des contrats avec des officines barbouzardes à l’instar de Blackwater aux U.S.A. : cela ne coûtera pas moins cher, au contraire, mais cela évitera de médiatiser les morts des soldats en opérations extérieures et d’avoir trop d’état d’âme vis à vis des « ennemis ».
            S’agissant de la police, le processus de transfert de certaines missions aux sociétés privées est déjà bien engagé (surveillance de bâtiments publics, par exemple). Par ailleurs la création de la police municipale n’est qu’un transfert vers les collectivités locales de missions de l’Etat.
            Dernier secteur qui fait l’objet de toute l’attention de nos gouvernants : l’éducation. Dans ce domaine on laisse pourrir des situations quand on ne favorise pas leur aggravation (par la suppression de la carte scolaire par exemple ou le non remplacement des enseignants qui partent à la retraite ou qui sont en maladie). Dans ce domaine également on favorise le secteur privé et il devient courant pour les familles de faire appel à des sociétés d’enseignement privées pour préparer tel ou tel examen ou tout simplement pour avoir des cours de rattrapage.

            Un jour prochain, il n’y aura plus besoin que du Ministère de l’Intérieur pour le maintien de l’ordre et pour protéger les intérêts du privé qui savent si bien ce qui est bon pour nous (et surtout pour leurs intérêts).
             


            • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 12:28

              Pour l’essentiel, vos observations sont exactes, même s’il est impossible de ne pas évoquer la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 (article 33), certes largement en dessous de ce qu’il eut été nécessaire de faire en la matière. Pour autant, elle prévoit en matière de travail, non pas un contrat aligné sur le droit commun, mais un engagement avec quelques garanties nouvelles, et une rémunération un peu plus adéquate. Pour autant, la situation carcérale en France, si elle reste indigne, n’est en aucun cas comparable à la situation qui prévaut aux États-Unis.
              Je vous laisse consulter le texte :

              http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021312171&categorieLien=id


              • WatchTower WatchTower 24 février 2010 12:38

                Aux USA les prisons, privatisées, constituent un rouage de l’économie nationale.
                Le plus grands complexes carcéraux, la plus grande population carcérale, se trouve aux Etats Unis.
                Le bizness entourant les prisons ( investissement pour les constructions toujours + complexes et technologiques, travail des prisonniers, profit émanant de la gestion de l’établissement ) s’est accru avec la population carcérale. Petit à petit, cette branche de la société, rentable, est devenue un rouage de l’économie, une obligation systémique, une nécessité vitale.
                Le PDG d’une prison dispose d’une certaine somme attribuée par l’Etat et par les actionnaires. Par tête, l’établissement reçoit tant de dollars. Le jeu est d’économiser au maximum les couts pour tirer du profit. Nourriture de moins en moins chère, location des détenus aux multinationales, négligence de l’hygiène ( même si relativement surveillé ) et des mesures de sécurités ( une cour géante pour des milliers de criminels endurcis ...),..

                Les prisons doivent ainsi être alimentée. C’est une obligation pour le nouveau système capitaliste. La criminalité doit donc être entretenue.
                Cela passe donc par la prolifération encouragée de la criminalité : armes, gangs, drogue...Allez voir mon article sur la drogue et l’OTAN, je donne une esquisse d’explication comme quoi le marché de la drogue est lui aussi une nécessité systémique, et que par ce fait c’est le système qui organise la production et la distribution de drogues dans le monde.

                Par ces faits, on peut confirmer que la gouvernance organise l’insécurité.

                Ajoutons à cela les critiques psycho et sociologiques du système carcéral moderne. Les livres tels que « En finir avec la prison » de Alain Brossat démontent totalement la légitimité d’une telle organisation ( pas seulement la privatisation, mais la prison telle qu’elle est organisée conceptuellement et physiquement ).
                A noter qu’arrivera le jour ou le cannabis ( 30% des détenus de Fr ) sera légalisée afin de vider les prisons ( preuve de l’échec social du capitalisme et de l’échec du système carcéral ) et en profiter pour créer de nouveaux marchés.


                • Michel DROUET Michel DROUET 24 février 2010 15:07

                  Juste pour signaler un article paru dans SINE HEBDO n° 62 en date du 11 novembre et intitulé : « La taule bientôt cotée en bourse » qui donnait déjà un très bon éclairage sur le problème 


                • zvalief 24 février 2010 13:46

                  merci à l’auteur pour nous rappeler le monde future que nous préparent tous ces politiciens véreux.
                  http://www.youtube.com/watch?v=PzwHl42DLlg&feature=related


                  • voxagora voxagora 24 février 2010 15:22

                    « ..les prisons coûtent (construction, surveillance, entretien) .. »

                    Mais les constructeurs travaillent et se payent,
                    les surveillants gagnent leur vie et celle de leur famille,
                    le personnel (d’entretien ou autre), c’est des milliers d’emploi ..
                    Un prisonnier paye son savon, ses clopes, sa dette à la société ..

                    Qd le gouvernement subventionne les constructeurs automobiles (ou autres)
                    pour maintenir ce secteur économique c’est parce qu’il y a les emplois à la clef,
                    c’est à dire que : ce qui coûte, rapporte !

                    Vous me direz : ceux qui travaillent dans l’automobile n’ont pas commis de délits.
                    1) on n’en sait rien 2) il y a des innocents en prison 3) si vous voulez qu’ils ne coûtent rien alors il n’y a qu’à s’en débarrasser ?
                    Mais le prisonnier rapporte !
                    Comme l’a dit quelqu’un plus haut dans un commentaire argumenté :
                    « le prisonnier est un rouage de l’économie ».
                    Oserai-je dire qu’il en faut ? serais-je cynique à ce point ?


                    • voxagora voxagora 24 février 2010 15:25

                      Rendons à César .. le commentaire argumenté est de Watch Tower.


                    • Francis48 24 février 2010 20:38

                      Bonjour à toutes et à tous

                      Merci pour cet excellent article qui a le mérite de nous rapeller que les industriels
                      sont capables de trouver de la main d’oeuvre à bon marché tout en se donnant bonne conscience..
                      Parler de prison est un peu vague.
                      Parle t’on des maisons d’arrêt qui en fait accueille la grande majorité des détenus.
                      Parle t’on des maisons centrales qui accueille des détenus condamnés à de longues peines.
                      Parle t’on des centres de détentions.....
                      Le probléme est différent selon l’établissement auquel on se réfère et surtout
                      selon qui nous sommes.
                      Si on est un directeur voire un simple surveillant on aura tout intérêt à ce que les détenus travaillent pour maintenir une certaine paix dans l’établissement
                      Si on est détenu condamné à une longue peine un petit revenu ne fera pas de mal et la possibilité de passer un peu de temps en dehors de la cellule sera apprécié..
                      Hélas les intérêts converge et c’est pourquoi les industriels trouvent de la main d’oeuvre à bon marché.
                      Bref cela arrange tout le monde d’autant plus que si j’ai bien compris personne n’est obligé de travailler même si dans certains établissement les conditions de détention y poussent inexorablement..
                      Dans d’autres ,travailler est un prévilège.....Et oui....
                      Mais tout ceci est sans importante puisque selon certains avis « ils n’ont que ce qu’ils mérite ».....Voire.
                      Les maisons d’arrêt sont des lieux ou d’abord on attent d’être jugé et ou on effectu une courte peine et la......ça se complique trés sérieusement.
                      D’abord la promiscuité. Ben oui 3 ou 4 dans un espace de 9 M carré c’est le paradis.C’est bien connu. Les expériences de Calhoum démontrent les effets de la promiscuité sur le comportement et je ne parlerai pas du manque d’oxygéne qui a une action sur le cerveau
                      tout aussi néfaste.....Bref tout est fait pour exacerber les comportements.
                      Mais si pardessus le marché vous êtes enfermé avec 1 ou 2 malades mentaux alors là c’est l’apothéose.....
                      Mais bon ces salauds n’ont que ce qu’is méritent et on ne va pas les pleindre tout de même.
                      Mais voilà , grace aux bons soins de notre gouvernement il est trés facile de se retrouver
                      dans une cellule et ces salauds peuvent être vous monsieur ou vous madame.
                      Un petit excés de vitesse , une pension alimentaire non payée, oui cela peut aller trés vite
                      et le temps de Colbert ou on arrétait les vagabonds qui n’avaient pas un sou en poche
                      pour les envouyer aux galéres n’est pas loin.......Et oui certains ont besoin de ganer de l’argent en construisant des prisons et d’aures de main d’oeuvre bon marchée.
                      Alors méfiez vous .
                      Demain ce sera peut étre votre tour.

                      Cordialement
                      Francis






                      • fhefhe fhefhe 25 février 2010 04:40

                        Il est vrai qu’en prison TOUT est payant , on n’appelle cela « Cantiner » .
                        Sans l’aide financière de ses proches (envoi de mandats) un détenu n’a « droit » qu’à ces 3 repas quotidiens.
                        L’Auteur a raison TOUT le superflus n’est pas gratuit.
                        Le travail en prison permet de « cantiner » avec un salaire inférieur à 60% du Smic , j’irai presque à dire que c’est de l’esclavage « légalisé ».....
                        Pour FALCO , qu’il sache que les détenus en Corse sont TOUS des condamnés pour crimes sexuels....ils sont isolés des autres détenus et considérés comme n’étant pas dangereux....pour l’administration pénitentiaire !!!!!
                        J’ai passé 71 mois et 21 jours pour vols qualifiés et association de malfaiteurs (attaques à mains armée ) de 1974 à 1980 , je pourrais en dire long sur le suget....mais ce dont je suis certain c’est que PERSONNE n’est à l’abri d’y séjourner.... !!!!
                        Rien n’est plus constant que le changement (boudha) ....l’ enfermement des « délinquants » a commencé au début des « civilisations » . Toutes les raisons ont été et sont bonnes pour incarcérer un individu (Ex : l’ Inquisition , « Déviant  » politique , etc...) et de TOUT temps la société qui a condamné , « esclavagise » ses détenus : Camp de Travail , Travaux Forcés etc....
                        Le prisonnier APPARTIENT à la société Civile et.........PRIVEE , le prisonnier est PRIVE de liberté mais CONSERVE LE DROIT de travailler pour des sociétes PRIVEES qui ne se PRIVENT pas d’en tirer d’énormes profits.
                        Enfin , c’est de CAYENNE que la fusée Ariane s’envole pour transporter ses satellites....afin de mieux nous surveiller , de nous « géocaliser ».....Oui de cayenne , là même ou des condamnés aux travaux forcés ....cassés des cailloux. !!!!!!!


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès