Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > (Re)devenez humains, respectez les animaux !

(Re)devenez humains, respectez les animaux !

J’ai eu connaissance de cette terrible image d’un chat crucifié vivant au lendemain des scandaleuses violences faites la semaine dernière aux anti-corridas pacifistes par les pro-corridas à Rodilhan (Gard). Je me suis donc dit que lorsque l’homme est une cruelle brute, il l’est à l’égard des animaux, et notamment de nos mammi-frères, tout comme à l’endroit des hommes qui ne partagent pas ses dérives barbares. Alors, qu’on ne vienne plus nous dire que ceux qui défendent les animaux n’aiment pas les humains. Bien au contraire, qui torture un animal, torture un homme.

Cette image ne doit pas éveiller de sentiment raciste. Les aficionados bourreaux sont bien Blancs de peau. A chaque civilisation nauséeuse, sa honteuse corrida.

« Est-ce ainsi que les hommes vivent ? »

« Ne serait-ce que pour enseigner la bienveillance à l'humanité, nous devrions avoir de la pitié pour d'autres créatures. » Plutarque

« Car aussi longtemps que les hommes massacrent les animaux, ils vont s'entretuer. En effet, celui qui sème la graine du meurtre et de la douleur ne peut pas récolter la joie et l'amour. » Pythagore

« Les naturels sanguinaires à l’endroit des bêtes témoignent d’une propension naturelle à la cruauté. » Michel de Montaigne

« La grandeur d'une nation peut être jugée par la manière dont ses animaux sont traités. » Mohandas Karamchand Gandhi

« Je ne prête pas beaucoup d'attention à une religion humaine pour laquelle les chiens et les chats ne sont pas ce qu'il y a de mieux. » Abraham Lincoln

« Plus nous allons au contact des animaux et observons leur comportement, plus nous les aimons. » Emmanuel Kant

« L'amour pour tout être vivant est le plus noble attribut de l'homme. » Charles Darwin

« Les animaux, dont nous avons fait nos esclaves, nous n’aimons pas les considérer comme nos égaux. » Charles Darwin

« Peu d'hommes pourraient supporter pendant cinq minutes l'observation d'un animal se débattant, avec un membre écrasé ou déchiqueté. » Charles Darwin

« Je ne vais pas tuer ou faire du mal à toute créature vivante inutilement, ni détruire toute belle chose, mais je vais m'efforcer de sauver et de réconforter toute vie douce, et garder et protéger toute beauté naturelle sur cette Terre. » John Ruskin

« Aime les animaux : Dieu leur a donné les rudiments de la pensée et de la joie intactes. Ne trouble pas leur joie, ne les tourmente pas, ne les prive pas de leur bonheur, n'œuvre pas contre l'intention de Dieu. » Fyodor Dostoievsky

« Vous ne serez jamais, et dans aucune circonstance, tout à fait malheureux si vous êtes bon envers les animaux. » Victor Hugo

« Si un homme aspire à une vie juste, il doit commencer par s'abstenir de faire du mal aux animaux. » Léon Tolstoï

« Le fait d’enfermer dans une cage des animaux libres et fiers est l’un des procédés les plus abominables de la colonisation. » Aragon

« L'Homme meurt, l'Animal périt. » Martin Heidegger

« L’animal ne possède rien, sauf sa vie, que si souvent nous lui prenons. » Marguerite Yourcenar

«  La question n'est pas : peuvent-ils raisonner ? Ni : peuvent-ils parler ? Mais : peuvent-ils souffrir ? » Jeremy Bentham

« Apprendre à un enfant à ne pas marcher sur une chenille est aussi précieux pour l'enfant que pour la chenille. » Bradley Miller

« Vous mettez un bébé dans son lit avec une pomme et un lapin. S'il mange le lapin et joue avec la pomme, je vous achète une nouvelle voiture. » Harvey Diamond

« L'homme est un animal qui a trahi, et l'histoire est sa sanction. » Emil Cioran

« Je ne suis pas un écologiste qui dit qu’une souris a autant de responsabilité que moi, je suis un écologiste qui dit que j’ai plus de conscience que la souris et que je suis donc responsable aussi de la souris. » Jean-Marie Pelt

« On me demande parfois : Pourquoi dépensez-vous autant de votre temps et d’argent à parler de la bonté des animaux quand il y a tant de cruauté faite aux hommes ? Je réponds : Je travaille à ses racines. » George T. Angell

« La bête sauvage et cruelle n’est pas derrière les barreaux de la cage, elle se tient devant elle. » Alex Munthe

« Il m’a toujours semblé que lorsque le taureau était tué, une part même d’humanité périssait avec l’animal. » Angelo Rinaldi

« Le jour où l’on comprendra qu’une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés de nos rires. » Boris Cyrulnik

 

La recension de citations à propos de la condition souffre-douleur des animaux, que l’on mange et que l’on ne mange pas, est inépuisable, tant le thème a inspiré les plus généreux et lucides penseurs, dont les bouchers ne sont que des sous-espèces de ceux-ci.

Comment ne pas appeler à un mieux-être, comment s’accommoder du pire, pour nous-mêmes ainsi que pour tout être ? Le Principe de la Cruauté de Clément Rosset est une vérité certaine, mais l’élan pour secourir, pour voler au secours, pour mettre un terme à une douleur innommable, injustifiée, relève du plus insensible des hommes.

En matière de pratiques envers le monde animal, de plus en plus de législations veillent à corriger le tir en poursuivant ce qui semble reprochable. Chaque fois, pour en arriver là, pour mentaliser les décideurs, une frange rebelle et utopique de l’opinion publique a dû désobéir, prendre certains risques pour contrer les attitudes conservatrices, réactionnaires, conventionnelles, dogmatiques. La désobéissance seule engendre de nouvelles lois. La majorité endormie aime que l’on qualifie de terroristes, d’extrémistes, de marginaux, de vauriens les résistants anticonformistes qui montrent le chemin. Le temps qu’on s’y habitue, que l’on négocie et qu’on les enveloppe dans un fait divers, à la page délinquance. Peu importe.

Vidéo de l’action anti-corrida historique du 8 octobre dans les arènes de Rodilhan (Gard) : http://www.youtube.com/watch?v=X_dP8_73KPM


Moyenne des avis sur cet article :  4.51/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • mixx 15 octobre 2011 09:37

    ne sert pas à grand chose, si ce n’est à dire vos états d’âmes...


    • Ariane Walter Ariane Walter 15 octobre 2011 10:30

      mixx,

      Ne sert pas à grand chose si ce n’est à révéler votre absence d’âme.
      Inférieur à l’animal. Il faut le faire.
      je n’ai pas vu votre nom dans la liste des grands penseurs.
      Comme quoi on peut savoir lire sans savoir penser.

      Merveilleuses citations, Michel. merci.


    • Kalki Kalki 15 octobre 2011 16:34

      Hollande le candidat du système va passer les retraites à 65 ans !!!

      Cette nuit, Libération mettait en ligne un document fort intéressant. Dans cet enregistrement clandestin, on entendait le président du conseil général de l’Ardèche, Pascal Terrasse, par ailleurs conseiller de Hollande pour les retraites, expliquer on ne peut plus clairement, mercredi matin, que l’âge légal de la retraite devra rester à 62 ans, voire passer à 65 ans.

      TRAVAILLER PLUS ET GAGNER PLUS ... MAIS SI IL Y A PAS DE TRAVAIL : COMMENT CELA SE PASSE ?

      Il faut être inhumain avec les humains !

    • Michel Tarrier Michel Tarrier 15 octobre 2011 09:51

      Cette image ne doit pas éveiller de sentiment raciste. Les aficionados bourreaux sont bien Blancs de peau. A chaque civilisation nauséeuse, sa honteuse corrida.

      Il existe peut-être, quelque part dans un autre pays ignoble, une tradition du chat crucifié en public et qu’un fieffé ministre de la culture aurait élevé au rang de patrimoine national ?


      • Michel Tarrier Michel Tarrier 15 octobre 2011 10:05

        Bravo à Agoravox d’avoir osé publier ce papier « rébarbatif » à l’intention de ceux qui ne veulent ni voir, ni savoir.

        Dénonçons, dénonçons sans nous lasser l’effroyable spécisme qui règne sur cette Terre !


        • ecophonie ecophonie 15 octobre 2011 16:53

          C’est parce que Agoravox publie que Agoravox est avec vous, c’est juste un site. 


        • TyRex TyRex 15 octobre 2011 10:11

          Vous avez entièrement raison... l’humain est inhumain vis à vis du règne animale, c’est indéniable. Même si d’énormes efforts sont fournis pour sauvegarder certaines espèces, nous ne pouvons renier que l’homme est responsable de la disparition progressive de la majorité d’entre elles.


          • Dominique Giraudet Dominique Giraudet 15 octobre 2011 10:20

            Merci Michel Tarrier de nous rappeler à l’essentiel , notamment grâce à ces magnifiques et profondes citations issues de l’esprit intègre et sensible de grandes consciences humaines de tout les siècles, passés et présent .

            Avec toute mon amitié,
            Dominique


            • Melara 15 octobre 2011 10:32

              Merci, même si ce genre d’image est aussi difficile à regarder que celle des enfants somaliens, par ex.
              Vous prêchez une convaincue.
              Peut-on vraiment être respectueux des autres humains, si on ne l’est pas pas pour son environnement au sens large ? Celui qui traite comme de la m.... les animaux, a souvent le même comportement avec ses proches, voire avec lui-même.
              Please, continuez à publier sur Agoravox même si ces articles ne sont pas populaires.


              • Montagnais Montagnais 15 octobre 2011 11:32

                Merci, très-nécessaire texte qui fait partie complètement du mouvement du 15 octobre.


                Rappelons cependant, Gandhi a dit, entre la violence et la lâcheté, il faut choisir la violence. 

                Et encore puisqu’on est en citations : Je peux unir le plus grand amour à la plus ferme opposition au mal.

                Ils méritent quoi les écorcheurs de chats, de taureaux, d’enfants ? 

                • mayla VdC 15 octobre 2011 11:50

                  l’indignation n’a jamais fait bouger d’un micron une cause même juste


                • mayla VdC 15 octobre 2011 11:48

                  Sans compter que le « spécisme » est également là ou on ne s’attend pas vraiment à le trouver...

                  Il prend des formes inattendues par exemple . dans l’acceptation de certaines choses, de dérives également mais si communément répandues à force de désinformation ou tout simplement de méconnaissances, qu’avant de porter un jugement, ou un avis, il est bon d’observer avec sincérité son propre comportement et ses décisions quotidiennes.

                  • mayla VdC 15 octobre 2011 14:23

                    Je suis totalement d’accord avec ce que vient d’écrire Michel TARRIER, si je complète ma petite intervention c’est parce qu’elle peut prêter à mauvaise interprétation.
                    Au moment ou cet article était publié, sans concertation je tenais sur ma page fb les propos suivants :

                    -« APPEL AUX VRAIS »AIMANTS" DES ANIMAUX,
                    ceux qui les aiment tel que la nature les a créés, avec leurs besoins spécifiques et leur droit à la vie en totale conection directe avec la nature 
                    BOYCOTTEZ LA MENSONGERE ET PSEUDO ALIMENTATION CROQUETTE. 
                    C’est une manne commerciale qui favorise la reproduction galopante de ces compagnons innocents et confiants. VOUS LEUR MENTEZ, VOUS NE LES RECONNAISSEZ PAS DANS LEURS REELS BESOINS.
                    c’est en plus pour tous ceux qui se réclament d’une alimentation vivante soit légumes, fruits céréales, un mépris clair de leur état biologique spécifique.

                    En alimentant vos animaux de cette façon vous êtes SPECISTES !!!
                    Les associations de protection animale BB, one Voice, 30 millions d’amis n’ont JAMAIS soulevé ce problème...
                    Je suis folle de rage de constater tant d’incompréhension tant de méconnaissances dont sont victimes ces animaux innocentsl qui en amène tant à l’euthanasie, à l’ablation de leurs organes reproducteurs, falsifiant leur devenir en les soumettant aux diktats castrateurs de leurs propriétaires.
                    CA PLUS LES VACCINS PLUS LES PUCES !!!VOUS PARTICIPEZ ODIEUSEMENT ET HYPOCRITEMENT A UN DESTIN QUI N EST PAS CELUI QUE LEUR ASSIGNE LA NATURE ; alors que les écolos qui alimentant leurs animaux de cette façon aillent donc se rhabiller...Ils sont quelque part TRONQUES et MENTEURS


                  • easy easy 15 octobre 2011 12:04

                    Au soir de ma vie, ce que je regrette le plus c’est qu’à son aube, on ne m’ait pas inculqué comme principe premier la censure de la cruauté.
                     (Dans les cours de catéchisme, il n’était pas explicitement appelé à éviter la cruauté et il était même assez clairement question de la cruauté des enfers)

                    C’est une affaire très compliquée que d’installer cette censure pour en faire un tabou à partir de la situation actuelle.

                    Car dans la situation actuelle et nonobstant les mille guerres que nous menons, nonobstant les formes les moins physiques ou visuelles de la cruauté, il y aurait à débattre du cas de l’âne portefaix et du poisson hameçonné.
                    Il ne fait aucun doute que le fait de repousser vers un minimum toujours plus minime la cruauté de l’homme, conduirait à des problèmes inédits. 

                    Le fait que des problèmes nous attendent au pôle de l’acruauté, ne devrait pas nous empêcher d’explorer l’hémisphère où il se situe car c’est tout un monde du relationnel qui est à découvrir alors que nous sommes en train d’étouffer d’entassement dans l’hémisphère de la cruauté

                    Et ce n’est pas la colonisation qui a inventé la cruauté mais plutôt la vie à la fois sédentaire et grégaire. La cité est le berceau de la cruauté

                    Dans la gamme des agissements humains, il y a ceux qui résultent de spontanéités ou réflexes ou pulsions et ceux-là, chacun comprendra la difficulté à les rendre idéaux. Et il y a ceux qui résultent d’action concertée, qui se veulent réfléchies et calmes, qui se prétendent non hystériques.

                    Or, dans cette seconde catégorie d’agissements, les plus sages donc, on trouve par exemple les condamnations de Justice.
                    Hormis le cas des deux femmes au bébé face à Salomon, tous les autres jugements avec condamnation demandent qu’une cruauté soit imposée au vilain.
                    Par exemple, pour 7 minutes d’abus sexuel, on peut, en toute réflexion et sagesse, imposer à un individu de subir 130 ans d’incarcération dans des conditions très dures.
                     
                    Au moment d’une affaire graveleuse, la masse s’hystérise et on entend alors des gens exiger contre le vilain les pires supplices (Lu sur ce site : « On le brûle une minute, on l’éteint, on le rebrûle une minute, on l’éteint... »).
                    Et à ce moment là de ce qu’on appelle le lynchage public, il n’y a plus aucune personne sermonnant ceux qui appellent à ces tortures. La manifestation de la cruauté humaine est alors totalement libre et personne, absolument personne n’a jamais été même grondé pour avoir émis des incantations aussi cruelles lors de ces moments d’hystérisation collective.
                    Et si à la sortie d’un jugement, le vilain n’a pas été condamné à être écorché vif, ceux qui hurleront au scandale pour le produire, ne seront en rien inquiétés.




                    Ca fait une poignée d’années seulement que dans nos moments de sagesse, nous avons refusé la torture en tous cas celle qui se réalise devant la foule. Et à la moindre guerre, nos instances les plus sages pratiquent la torture en cachette. Cela, pendant que dans d’autres Cités, la torture publique est pratiquée en toute officialité et lumière.

                    A l’intérieur même de notre sens de la Justice trône la cruauté. Et se placer en victime ouvre des droits nullement contestés à exiger de la cruauté contre un accusé.





                    Concernant le Christ et ce qui en découle, passé le moment qui avait immédiatement suivi la crucifixion où certains avaient été horrifiés, il s’est progressivement installé une fascination auto entretenue pour ce supplice. Si au début de la chrétienté, il y avait peut-être eu le culte du rejet de ce supplice, il sera devenu au fil du temps, quelque chose d’autre d’un seul symbole de refus. Il sera quasiment devenu une sorte de figure à imiter. Tous les spectacles de type procession avec un type déguisé en Christ trimbalant une croix et barbouillé de sauce tomate, ont inévitablement conduit certains à imiter le Seigneur et on a vu un Philippin demander à être crucifié en manière de suivisme. 

                    Au lieu de devenir le symbole de ce qu’il y a à exécrer, la Passion est devenue, sans restriction aucune, une chose à revivre, à reproduire, à vénérer.
                    Et si à l’occasion de la mort de son fils dans quelque bataille, une mère s’effondre, si elle porte le voile, si le décor est d’antique, un photographe ne manquera pas d’en saisir l’instant en preuve qu’il a revu Marie-Madeleine. On veut revoir le Christ, on veut revivre de la crucifixion




                    Je suis convaincu qu’il y a un monde énorme à explorer en se dirigeant vers l’acruauté. Mais cette exploration est difficile. Et à mon sens, il faudrait commencer par introduire cette démarche en acruauté dans le domaine de la Justice. 

                    On a certes eu du mal à se résoudre à ne plus condamner à mort (mais c’est très limite car beaucoup voudraient y revenir). En fait, il n’est pas du tout certain qu’en nous contentant de l’abolir, nous ayons quitté l’hémisphère de la cruauté. Car cela nous aura incités à réclamer, sans problèmes de conscience, des peines d’emprisonnement de durée infinie.
                    Il est archi évident qu’il serait moins cruel de proposer à tous ceux qui sont condamnés à des incarcérations, une capsule de cyanure ou une balle de plomb. Nous le savons tous, nos prisonniers iraient peut-être à 50% à préférer la mort immédiate. Nous le savons si bien que nous devons multiplier les précautions pour que nos prisonniers ne se suicident pas avec le moindre bout de ficelle ou de fourchette. Nous le savons mais nous ne débattons jamais, vraiment jamais de ce « paradoxe » car il avoue que l’enfermement total est une cruauté des plus perverses.

                    Puisqu’en siégeant calmement en conciles, nous trouvons logique et salutaire ou profitable de faire subir un enfermement à des gens qui lui préfèreraient la mort, nous envoyons un signal implicite à chacun, signal qui dit que l’exercice de la cruauté est salutaire, est solution. Reste alors à chacun à appliquer ce principe de lui-même, en solitaire. Ainsi, nous nous retrouvons à torturer des gens qui ont tortturé parce que nous torturons parce qu’ils torturent...





                    Il se pourrait, ce serait alors un vaste débat inédit, que notre névrose du toujours plus de fric soit profondément liée à la peur que chacun ressent devant la possibilité de devoir subir, en raison de quelque faute, la torture qui ne dit pas son nom, l’incarcération.
                    Car partant du fait établit qu’on risque moins un mauvais sort de ce genre en ayant soi-même un grand pouvoir politico-économique, chacun ne peut que fantasmer d’en être épargné en accédant, lui aussi, au Capitole.
                    Si cette course qu’entreprend chacun vers l’hyper citoyenneté est vrai, il y a deux manières de la traiter. Soit on décide de torturer également les gens de pouvoir (ce qui est la direction que choisissent la plupart des journalistes -les professionnels comme les amateurs- ce qui les classe automatiquement vers la « gauche ») soit on décide de ne plus torturer personne.


                    Dans le jeu qui s’opère autour de la torture, à défaut d’accéder au statut d’hyper citoyen par le fric, l’alternative, pour posséder un autre grand pouvoir, consiste à s’allier la foule en son état d’hystérie. Et c’est cela qui fait la voie du journaliste dénonciateur des hyper citoyens « Regardez comment ils profitent de nous, crucifions-les ».

                    Pour hystériser les masses et les manipuler vers quelque cible-Lune qu’il désigne de son doigt, le journaliste, le pro comme l’amateur, doit alors apparaître archange, révélateur, donc apocalyptique. Il doit révéler une perspective plus cruelle encore.
                    Et de même qu’il y a compétition entre ceux qui réussissent à approcher du Pouvoir par le fric, il y a compétition entre les journalistes-archanges. La foule hystérisée suit le doigt de celui qui montre les perspectives les plus cruelles.


                    Le principe manipulatoire est vieux comme le monde dans cet hémisphère de la cruauté. Ceux qui s’appelaient autrefois des prédicateurs s’appellent désormais des journalistes. Et depuis Internet, il y en a beaucoup.


                    • Michel Tarrier Michel Tarrier 15 octobre 2011 12:45

                      Ce spectacle d’un autre monde se passe à Matadi, un quartier pauvre de Kinshasa. La crucifixion a eu lieu suite… à la morsure d’un adolescent par le chat ! Kinshasa : 10 millions d’habitants… « Le Congo est aujourd’hui le quatrième producteur de pétrole du Golfe de Guinée, ce qui assure au pays une relative prospérité au point de vue macroéconomique. »


                      • lsga lsga 15 octobre 2011 12:53

                        tiens, ça me rappelle mon enfance en Catalogne. 


                        • darkcrystal darkcrystal 15 octobre 2011 13:28

                          A mon avis ils ont faim, ils vont bouffer le chat



                          • darkcrystal darkcrystal 15 octobre 2011 14:22

                            Après consultation de la bible, il ne faut pas bouffer le chat


                            « 28 Si un boeuf heurte de sa corne un homme ou une femme, et que la personne en meure, le boeuf
                            sera lapidé sans nulle exception, et on ne mangera point de sa chair, mais le maître du boeuf sera
                            absous. »



                          • dom y loulou dom y loulou 15 octobre 2011 14:39

                            la réalité n’est que cruelle parce que tant déclarent vivre sans peur 


                            ils s’endurcissent autour des terreurs qu’ils ne soignent pas

                            ne voyant du monde que les espèces prédateurs

                            et ne ressentent dès lors pas le mal qu’ils causent

                            unanimement veulent-ils se persuader qu’ils vivraient pour jouer les justiciers

                            et se regroupent pour se le justifier

                            en-dehors de toute loi harmonique naturelle

                            hallas ils ne sont pas Amour monseigneur créateur des mondes

                            mais ses enfants

                            inversant ce fait ils voudraient être des dieux, toujours la même rengaine, toujours les mêmes obsessions de pouvoir, toujours les mêmes jugements contre les personnes ppur étouffer leurs idées, toujours les mêmes perversions venant des mêmes, toujours les mêmes viols de l’intégrité humaine, toujours les mêmes barbaries mentales et associations de faits qui n’ont en essence rien en commun, voir les travaux d’un philosophe qui cherche forcément à améliorer sa vue de la réalité et y affute ses perspectives, autant son travail peut être qualifié de torture pour celui qui veut prétendre vivre sans cerveau ou pire, sans coeur.

                             Celui-là a un grave problème avec lui-même

                            pauvre aom

                            ensuite ils se demandent pourquoi la vie devient de plus en plus dure pour eux-mêmes et pestent encore contre l’univers et dressent leurs poings contre le ciel

                            impossible manière de vouloir y accéder quand ils le respirent pourtant

                            la terre flotte en orbite parmi les étoiles, elle est vivante comme chaque élément qui la compoe

                            « tout est fait d’âmes » dit Victor Hugo

                            avec ces shoa continuelles contre les animaux, mariées aux jugements permanents des babyloniens contre l’aom et les mensonges constants générant autant de crimes, rien de ce qui vient ne m’étonne plus

                            jamais responsables, jamais concernés, toujours manipulants volontaires et donc parfaitement manipulés, très agissants pour se montrer et se vanter, toujours affirmant la barbarie de la séparation qui leur octroierait un laisser-passer aux actes les plus horribles

                            ou inversément, ils n’existeraient pas et ne pourraient contenir les intentions atroces d’un autre

                            comme c’est pratique pour des psychopathes n’est-ce pas

                            jusqu’au jour où il est trop tard pour pleurer

                            oui pleurer enfin des maux subis

                            se rendre compte que TOUS LES ETRES SOUFFRENT

                            ce fait doit nous amener à la compassion et pas à se prendre pour des vengeurs idiots qui ne font que générer de plus vastes souffrances aux êtres ainsi

                            et enfin entrer dans une version d’échange avec la réalité qui lui corresponde, qui soit digne de l’existence et des êtres et de leur noblesse, leur générosité, qui soit alignée à la douceur infinie des êtres

                            larges et reposants avec leurs vérités précisément

                            les êtres compensent TOUS leur peur en étant aussi doux que possible, en étant aimants avec leurs congénères qui comprennent tous cette nécessité pour ne pas mourir très vite d’agir dans la peur aveugle comme le système des rothschilds le permet aux aom

                            pour leur perte

                            des profanateurs constants, car toute vie est sacrée, qui croient en leur impunité absolument illusoire
                            les souffrances des êtres en ce monde sont bcp trop immenses

                            et nos bourreaux travaillent sans relâche à notre perte

                            que l’on refuse la moindre injustice, le moindre jugement pernicieux fait de projections infâmes

                            que l’on tourne son attention vers le bien, le beau et le vrais et tout ira mieux

                            qu’on le refuse et nous voilà déjà tous en enfer sur terre

                            mais le cosmos ne vibre pas volontairement sur cette vibration infectieuse

                            il réagit et déploie déjà ses remèdes

                            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 15 octobre 2011 15:05

                              Bonjour à tous,

                              j’ai eu plusieurs fois à tuer des animaux, et à chaque fois m’y suis mal pris, j’en ai honte aujourd’hui, mais seulement parce que ma conscience n’est pas enfouie sous des monceaux de tranquillisants ou d’expédients dans la lune. L’idée que j’ai pu faire souffrir ces êtres innocents me harcèle et celle que je vais peut-être un jour avoir à leur faire face m’émeut. J’étais pourtant coule comme mon époque.

                              On nait dans la douleur et donc, brute de naissance en fonction, seule l’éducation nous en libère ensuite et surtout l’amour, y compris des animaux. Et pourtant, le taureau dans l’arène a une mort bien plus belle que les animaux livrés à l’abattoir dans de shoas quotidiennes indescriptibles... 


                              • easy easy 15 octobre 2011 15:34

                                Bonjour Lisa

                                Moi pareil 

                                Concernant le taureau de corrida, si avant son « combat » il avait vécu une vie plus « naturelle » que les autres bovins, alors, de mon point de vue d’homme, son sort me semble effectivement moins mauvais, à priori.
                                A regarder sa vie avant dans le détail, ce que je ne connais pas, il se pourrait qu’on découvre qu’elle était souvent pénible ou stressante.




                              • mayla VdC 15 octobre 2011 15:56
                                j’aurais pu cotinuer à disserter sur les abominations commises sur les animaux et les hommes, mais à quoi celà sert-t’il ? Pense-t’on régler en quelques écrits même fort bien tournés ce qui gangrène notre humanité ?
                                Michel TARRIER a une vision, une réaction hypersensibles de ces distortions infernales,

                                -« Cette âme est pleine d’ombre, le péché s’y commet.

                                Le coupable n’est pas celui qui y fait le péché
                                mais celui qui y a fait l’ombre.
                                VICTOR HUGO, Les Misérables

                                Et en réponse à ce que disait Gandhi : la violence est préférable etc...je crois qu’il ne faut pas le prendre au premier degré, je préfère nettement :


                                - »Les hommes deviennent meurtriers, voleurs et terroristes du fait des circonstances et des expériences de la vie. Tuer ou enfermer les meurtriers, les voleurs, les terroristes ou autres ne débarrassera pas le monde de ces personnages. Parce que chaque fois que nous en tuons
                                ou enfermons un, nous en créons une centaine d’autres qui prendront leur place.
                                Ce dont nous avons besoin, c’est d’analyser sans passions à la fois les circonstances qui créent de tels monstres et comment nous pouvons contribuer à éliminer ces circonstances. Si nous nous focalisons sur les monstres plutôt que sur ce qui les a créés, nous ne résoudrons pas les problèmes de la violence.
                                ARUN GANDHI, petit-fils de M. K. Gandhi


                                Quand les marécages disparaissent, il n’y a plus de moustiques. n’est-ce pas

                                • easy easy 15 octobre 2011 19:59

                                  J’applaudis.


                                • satirèv2 15 octobre 2011 16:17

                                  Bonjour

                                  si chacun devait tuer pour se nourrir,nous serions tous végétariens,lourd de sens..


                                  • Michel Tarrier Michel Tarrier 15 octobre 2011 16:23

                                    On m’a rapporté que Pierre Rabhi élevait et tuait des lapins...
                                    Si c’est vrai, curieux Colibri !
                                    Déjà qu’il a engendré trop d’enfants...
                                    Personne n’est parfait, même ceux de la soi-disant simplicté volontaire.
                                    Tuer un lapin, c’est tuer un chat, non ?


                                    • satirèv2 15 octobre 2011 16:39

                                      oui,mais ont’ils leur libre abitre les mangeurs de cadavre... entre le poulet et l’agneau..


                                      • boris boris 15 octobre 2011 17:43

                                        L’être humain est la pire saloperie qui soit.


                                        • Michel Tarrier Michel Tarrier 15 octobre 2011 17:49

                                          Raison de plus de faire le moins de gosses possible...
                                          Se réduire, c’est estomper notre immonde suprématie, redonner la place aux autres espèces, nous sommes invasifs, cruels, cupides, sordides...
                                          Lisez donc FAIRE DES ENFANTS TUE LA PLANÈTE, et vous mettrez votre égo de côté, au profit de + d’éco !


                                          • Constant danslayreur 15 octobre 2011 17:53

                                            « Cette image ne doit pas éveiller de sentiment raciste. Les aficionados bourreaux sont bien Blancs de peau  »

                                            Je traduis, « Tention hein, si ça se trouve même les blancs peuvent être vilains voire cruels, si si… si ça se trouve … la preuve, nîmois et espagnols ne sont pas noirs que je sache non ! Ben alors… »

                                            Meuuuh non je vous taquine, en fait je suis fan de vos trois derniers articles :

                                            •  Il y a trop d’humains sur terre, alors dénatalisons
                                            •  Il y a trop d’hommes pieux sur terre et pas assez de leur antithèse les femmes, alors dépieutons les crapauds de bénitiers et laissons les nanas dormir tranquilles… si vous voyez ce que je veux dire…
                                            •  A cause des hommes il n’y a plus assez d’animaux, alors plus que jamais dénatalisons mais repeuplons les gouttières et les sofas de ceux qui restent.

                                            Allez photo pour photo, un autre animal maltraité avec votre bénédiction tacite et la mienne : http://storage.canalblog.com/60/77/759448/55432032.jpg

                                            Pour vous faire plaisir, c’est un noir, pauvre du genre donc à être de trop… le candidat idéal à la dénatalisation quoi, pis ce ne sont visiblement pas des pieds de femme, un mec donc hélas, si ça se trouve et bien que dans la dèche, ce con est croyant voire pieux, enfin, il est de la même couleur de peau que vos Ponce Pilate du jour.

                                            Ne me remerciez pas voyons.


                                          • grossedondon grossedondon 15 octobre 2011 17:56

                                            Cette image insoutenable n’a pas fini de me hanter, et ceux qui osent faire de pareilles choses ne méritent absolument pas d’être intégrés dans la communauté des êtres humains. Force est néanmoins de constater que ce sont toujours les mêmes jeunes à casquettes et à l’air suffisant qui « s’amusent » de ce type de comportement, pour eux la vie ne vaut rien, et celle d’un chat encore moins. Tout ça me dégoûte profondément.
                                            Je ne vois pas l’intérêt de dénoncer la couleur des afficionados de la corrida comme étant blancs pour tenter d’équilibrer ette affreuse crucifiction de manière politiquement correcte.
                                            Les images sont ce qu’elles sont, que les demeurés qui jouissent du meurtre en direct de taureaux dans une arène soit blancs, ne change rien à l’affaire.


                                            • LE CHAT LE CHAT 15 octobre 2011 18:19

                                              quand on fait ça à un chat , on est capable ensuite de découper les gens à coups de machettes !


                                              • Razzara Razzara 15 octobre 2011 20:10

                                                Pfff, vous trouvez insoutenable l’image de ce chat crucifié ? Vous voulez peut-être que je vous colle un lien vers une vidéo qui montre comment sont abattus à la chaine et égorgés pour qu’on leur retirer le timus les bovins qui finissent en steak dans vos assiettes ? Je vous préviens de suite, le chat à coté c’est de la rigolade !

                                                Ceci-dit, et pour que l’on ne se méprenne pas, je déteste la violence faite aux animaux. Et effectivement, si tous ceux qui bouffent de la bidoche devait tuer l’animal avant, on éviterait certainement grand nombre d’excès.

                                                Razzara


                                                • nenecologue nenecologue 15 octobre 2011 22:17

                                                  totalement d’accord avec l’article.

                                                  D’ailleurs il faudrait aussi interdire le halal ...

                                                  • Razzara Razzara 15 octobre 2011 23:40

                                                    Interdire le Halal .... mmmmhhh si les choses étaient aussi simples ... Deux vidéos que je soumet à votre réflexion :

                                                    http://www.al-kanz.org/2011/06/03/misericorde-abattage-rituel/

                                                    http://observers.france24.com/fr/content/20090924-protecteurs-animaux-charal-films-videos-abattoirs-metz-l214-viandes-bovins

                                                    Précision : je ne suis pas musulman, ni fan d’aucune religion. Par contre, en ce qui concerne le fait de manger de la viande, et donc nécessairement de tuer volontairement un animal en pleine santé, je considère que cela doit, ou devrait, se faire avec respect et contrition pour cette vie enlevée.

                                                    Vous m’excuserez si je ne développe pas dans le détail tout mon point de vue sur ces questions. Mais pour être sincère il y a quelque chose qui me dérange dans cet article,. Dans la façon dont cette problématiques est abordée par un angle qui utilise le levier de l’émotionnel (confère la photo prise en illustration), pour se parer ensuite de bons mots illustres, et de dénoncer une violence effective qui n’aborde toute fois pas le fond du sujet dans sa dimension effective. Pour un peu je dirait que c’est un article écrit par quelqu’un qui n’a pas de réelle proximité à la nature et aux bêtes. De l’affectif assurément, mais du réalisme j’en doute.

                                                    Cordialement

                                                    Razzara


                                                  • Razzara Razzara 16 octobre 2011 00:42

                                                    Rassurez vous, je suis pour le respect de la loi en la matière. Mais est-ce réellement le fond du débat ? Vous vous méprenez sur le sens de mon commentaire il me semble.

                                                    J’ai juste choisi cette comparaison en rapport avec le commentaire précédent pour tenter d’illustrer ce que je considère être le fond de la discussion. Sans émotionnel, ni fausse compassion.

                                                    Cordialement

                                                    Razzara


                                                  • Michel Tarrier Michel Tarrier 16 octobre 2011 09:37

                                                    Rodilhan, 8 octobre 2011, jour H de la lutte anti-corrida
                                                    Scandaleux lynchage des manifestants pacifiques sous l’œil glauque des gendarmes !
                                                    La preuve que les bourreaux des animaux sont aussi ceux des hommes.
                                                    H comme historique, H comme haine des pro-corridas.
                                                    Partagez, faites tourner, nom de dieu !
                                                    En images et en musique :
                                                    http://www.youtube.com/watch?v=jaJYRvXA610


                                                      • Gollum Gollum 16 octobre 2011 10:00

                                                        Ce qui est fascinant c’est de voir dans l’image un gosse avec un T-shirt sur lequel on voit un cœur !


                                                        Alors que son visage exprime l’inverse... Abject.


                                                        • Constant danslayreur 16 octobre 2011 13:13

                                                          Non, ce qui est fascinant c’est que non seulement le môme en question ne tient pas le crucifix et que rien ne dit qu’il a participé au supplice du chat ni même qu’il accompagne les auteurs dudit.

                                                          Ça ne vous empêche pas de trouver que son visage de gamin, exprimerait je ne sais quelle horreur sans nom, ah bon smiley

                                                          Délit de sale gueule que ça s’appelle et c’est bien vous, qui êtes abject.

                                                          Et évidemment ce com traîne là depuis 10 heures sans que personne ne s’en émeuve, bravo AV.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès