Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Souffrance au travail : VI. La rémunération variable individuelle

Souffrance au travail : VI. La rémunération variable individuelle

Articles préalables Souffrance au travail :

I. Le surstress n’est pas une fatalité http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/souffrance-au-travail-i-le-91336

Souffrance au travail : II. La religion de la mobilité http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/souffrance-au-travail-ii-la-91418

Souffrance au travail : III. La fabrique à stress http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/souffrance-au-travail-iii-la-91460

Souffrance au travail : IV. La réingénierie http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/souffrance-au-travail-iv-la-91630

Souffrance au travail : V. L’ « empowerment » http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/souffrance-au-travail-v-l-91934

Jusqu’à une époque récente la plupart des employés étaient rémunérés par un salaire fixe et l'amélioration des résultats pouvait être récompensée par une promotion ou la révision du salaire. Souvent s’ajoutait aussi une ou plusieurs prime(s) annuelle(s) alors que les commissions et autres bonus étaient la carotte faisant avancer les commerciaux. Depuis quelques années « la carotte » n'est plus réservée aux fonctions commerciales

La tendance s’est progressivement inversée au point que de nos jours, à quelque modalités d’application près, les méthodes de rémunération variable concernent plus de 80% des cadres.

Généralement le système prévoit en premier lieu un salaire fixe, deuxièmement une part variable collective et en troisième lieu une part variable individuelle. Cette dernière dépendant à son tour de deux éléments : l’atteinte d’objectifs personnels et la qualité de prestation du salarié, du point de vue de sa hiérarchie.

S’il est évident que le salaire fixe n’est pas une nouveauté et s’il est certain que la part variable collective n’a pas vocation à diviser, il n’en va pas de même de la partie variable individuelle. Celle-ci, non seulement crée de l’individualisme, mais elle a aussi tendance à désactiver toute idée de contre-pouvoir par la mise en concurrence des salariés entre eux.

En vérité à partir du moment où le système prévoit une part variable individuelle, tant que les résultats sont là, la tension générée par la promesse d’un bonus peut, dans une certaine mesure, doper les performances en incitant les salariés à en faire plus. Encore que, même s’il est à peu près certain qu’une rémunération attrayante fait partie des facteurs influant directement sur la prestation d’un employé, il serait hasardeux de parler de motivation, au sens strict, par le biais de la seule rémunération variable individuelle. Car si celle-ci peut être démotivante, elle n’est jamais définitivement motivante puisque la satisfaction ne dure qu’une période à l’issue de laquelle les compteurs sont remis à zéro, et le défi recommence.

À l’inverse, ce qui est sûr, c’est qu’une baisse durable de revenu est souvent perçue comme une sanction, voire une insulte.

Quand à la motivation en elle-même, elle passe par des mécanismes beaucoup plus complexes, souvent imbriqués et toujours inscrits dans la durée. Comme nous avons déjà décrit en détail les phénomènes de motivation dans, Le management durable http://www.amazon.fr/management-durable-concret-r%C3%A9ussir-ensemble/dp/285008543X/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1301146198&sr=1-1 nous nous contenterons d’une brève récapitulation des conditions à créer pour faciliter l’émergence de la motivation de l’homme au travail : Donner du sens ; Communiquer utilement ; Associer les collaborateurs à certaines décisions ; Déléguer une partie de son pouvoir ; Faciliter le fonctionnement des équipes ; Respecter la parole donnée et les engagements collectifs comme ceux individuels, respecter les règles du jeu établies en commun et veiller à ce que chacun respecte ces mêmes règles collectives. Valoriser, encourager, remercier, mais sans verser non plus dans la flagornerie.

Au-delà de ces quelques réserves sur les effets d’une part variable individuelle, de sérieuses limites existent.

La première limite touche au fait que le système peut amener le salarié à effectuer des actions servant d’avantage ses propres intérêts que ceux de l’entreprise. Une situation devenue possible depuis que la plupart des gens ont à effectuer un travail multitâche, qui demande pour être correctement accompli une relative satisfaction plutôt que de la résignation et qui, à ce titre, peut permettre de traiter préférentiellement les aspects de la performance qui seront récompensés. On a là un comportement inverse à celui recherché par la rémunération variable individuelle. En voici l’exemple type : Mal conseiller le client pour arracher une vente supplémentaire.

La deuxième limite apparaît lorsque l’on constate que la rémunération variable peut littéralement exacerber la compétition entre collaborateurs. Il n’est en effet pas rare que certains, obnubilés par l'atteinte de leurs objectifs personnels, ne s'intéresser qu’à leur propre succès au détriment des collègues et, le cas échéant, de la performance globale de l'entreprise.

La troisième limite s’inscrit en tant que conséquence directe de l’individualisme et des jalousies dont nous venons de parler. C’est-à-dire que même en conservant la participation et l'intéressement comme variables collectives servant de garde-fou à certaines dérives, on observe des effets pervers directement liés à la part individuelle : montée de l’agressivité dans les équipes, parasitage de la communication interpersonnelle, rétention d’informations, effondrement de l'esprit d'équipe.

Nous situerons la quatrième limite au niveau de la confiscation du sens du travail que le système de rémunération variable individuelle a tendance à réduire au statut de simple chiffre. En se bornant à mesurer les écarts vis-à-vis des résultats attendus, il ne prend pas suffisamment en compte la complexité du travail. Il mesure, au mieux, non pas le travail mais les résultats de celui-ci. Tout le reste est oublié : les impondérables ; les indispensables ajustements quotidiens ; les solutions à inventer pour surmonter la résistance du réel ; la nécessité journalière d'interpréter certaines règles et aussi, les pannes, incidents et anomalies.   Enfin, ultime limite du système de rémunération variable individuelle, on observe des cas de dévoiement dans lesquels la part individuelle n’est plus utilisée comme objet récompensant une performance réussie mais, à l’exact contre-pied, comme un moyen de pression. Par exemple, pour inciter un sénior à accepter un départ anticipée en faisant en sorte que sa rémunération globale soit systématiquement inférieure au coût de la vie.

On le voit bien ici, les limites du système de rémunération variable individuelle ne sont ni rares ni anodines. C’est probablement en lui que l’on trouve l’archétype de tous les individualismes qui font la souffrance au travail.

Source http://astouric.icioula.org

À suivre Souffrance au travail : VII. Conclusion


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Cap2006 15 avril 2011 15:46

    la culture du chiffre incite surtout à pipoter les indicateurs...


    • Leo Le Sage 15 avril 2011 18:24

      @Alain02 (auteur)
      La prime est souvent sujet à controverses...
      Pourquoi donner plus à quelqu’un qui a fait du chiffres alors que peut-être que le client n’est pas intéressant ?
      Pourquoi refuser une bonne prime a Zoé parce que son client qui a certes peu payé est un véritable apporteur d’affaires ?

      Pourquoi ne pas inciter à l’honnêteté ?
      Si vous dites : plus de chiffres, certains vont bidonner...

      Peut-on même évaluer la qualité des relations entre collaborateurs ?
      (Qui a parlé de bilan social ?)
      N’est-ce pas essentiel de connaître cette qualité ?
      Les suicides ne sont elles pas dû à une grande injustice ?
      (hormis ceux qu’on pousse au suicide bien sûr...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès