Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Un président illégitime ?

Un président illégitime ?

On ne vous apprend rien, ça sent le roussi pour G.W. Bush et son équipe gouvernementale. Le récent départ de Karl Rove n’est rien de moins qu’opportun : l’individu était en ligne de mire pour pas mal de malversations, choses dont il a coutume depuis des lustres, la dernière en date étant la disparition bien venue pour lui d’échanges de mails au sein de l’équipe dirigeante, en particulier ceux évoquant l’implication directe du gouvernement dans le limogeage de juges fédéraux. Aujourd’hui, c’est pire encore, puisqu’on apprend par la bande la triste réalité : celle du vol manifeste des deux élections ayant menées Georges W. Bush à la victoire en 2000 et 2004.

Et ce, via une annonce passée quasi inaperçue, il y a quelques jours à peine, ce 16 août dernier exactement. Celle du changement d’appellation de la firme Diebold, et de sa division machines à voter : son "Election Systems" est devenue par un coup de baguette magique "Premier Election Solutions", une façon comme une autre de tenter de redorer une image plus que ternie ces derniers mois, un nombre consistant d’Etats américains ayant refusé de prolonger l’usage des machines à voter signées Diebold, en invoquant clairement des malfonctions manifestes, quand ce ne sont pas des trous béants dans le programme gérant les machines, une sorte de feuille Excel sortant au bout du compte d’une machine aussi vérolée que peut l’être n’importe quel ordinateur tournant sous Windows (à bord c’est du 98 ou du NT 4.0, on en est pas encore à Vista - remarquez, et c’est tant mieux, car se serait pire encore !).

Dans l’indifférence générale, donc, Diebold, comme Rove, fuit ses responsabiltés, non sans avoir auparavant bel et bien tenté ses derrnières semaines de vendre sa division machines à voter... ce dont personne n’a voulu, en définitive, tant la base matérielle est défectueuse. La demande pressante des autorités fédérales d’ajouter une sortie papier à ses machines à fabriquer un président n’est pas non plus pour rien dans cette décision : les Américains viennent enfin de s’apercevoir qu’ils ont voté à deux reprises... les yeux fermés... sans même avoir à la sortie de ticket de caisse, ou au moins un récépissé papier indiquant qu’ils avaient au moins participé à un élection. Dit comme ça, ça a l’air anodin : or ça ne l’est pas : la suspicion l’a finalement emportée, le machines ayant massivement servies à élire W. Bush à deux reprises sont aujourd’hui mise à l’index, en raison de leur manipulation hasardeuse, et de leur possibilité évidente d’aboutir à une autre manipulation, bien plus grave, celle du résultat final. Changer de nom, à ce stade, c’est implicitement reconnaître que les machines étaient corrompues... au bénéfice de candidats du même nom.

Si le patron actuel entreprise, Thomas Swidarski, a bien en effet tenté de masquer les déboires de l’entreprise en affirmant que la division machines à voter deviendrait "indépendante" pour devenir "plus efficace" on n’en est pas encore à l’adoption directe d’un système Linux, voire Nexstep (devenu...OS X) sur ses futures machines. L’ancien dirigeant de Diebold, Wally O’Dell avait été bien plus clair avec le but final imposé aux progammeurs de sa société, en affirmant juste avant la seconde élection présidentielle américaine qu’il "apporterait les votes de l’Ohio à W. Bush". De deux façons, il est vrai : d’une part en devenant l’un des plus gros contributeurs financiers de la campagne Bushienne, et d’autre part... en faisant de cet Etat charnière dans l’élection celui où le maximum de plaintes pour mauvais fonctionnements et erreurs de comptage auraient lieu. Au final, en Ohio, Bush avait obtenu entre 118 000 et 119 000 voix de plus que Kerry, sur un total de plus de 5,6 millions de votes exprimés. Et pas moins de 350 000 votes discutables (erreurs, mauvais comptages, pannes, etc). Or c’est le gain de cet Etat crucial qui a certifié la victoire finale en représentants républicains. Au Nouveau Mexique, idem : un état gagné par 5 988 vois d’écart seulement, et l’annonce de 20 000 votes "mal enregistrés" et qui ne seront jamais comptabilisés !

Au sein même de l’entreprise responsable de ce gâchis, un cadre gardant l’anonymat avait depuis inondé la presse de documents prouvant ce dont on se doutait depuis le début, à savoir que les machines étaient "pondérables" à souhait, tant on pouvait facilement s’introduire dedans pour "tempérer" le résultat final. Un site efficace, BradBlog, n’a rien fait d’autre que de clamer la même chose depuis plus de sept ans maintenant. Retenons comme haut fait d’arme de cette firme où l’incompétence n’a d’égal que la duplicité, celle d’avoir fait paraître sur son propre site la photo d’une banale clé. Celle qui verrouillait l’accès à la carte PCMCIA censée recueillir les votes finaux. Cette clé "de protection" n’était autre que la même que l’on trouve dans tous les hôtels, pour ouvrir... les mini-bars. Un petit malin, qui avait simplement agrandi la photo et était allé le lendemain faire faire le double chez le serrurier-minute du coin... avait réussi en cinq secondes chrono à récupérer les résultats d’une machine, réputée "inviolable" par son constructeur. Il aurait pu faire de même avec une clé de mini-bar véritable, le serrurier lui ayant alors affirmé qu’on trouvait cette clé partout ! Et ne parlons pas de cryptographie : chez Diebold, on a pris quelques habitudes, en particulier celles de mettre tout le temps le même code de protection. Et pas n’importe lequel : 12 345 678, ça c’est de la protection !

Incompétents, mais pas totalement idiots : fort récemment, on a pu découvrir que parmi ceux qui cherchaient le plus à modifier les articles de Wikipedia les concernant, Diebold arrivait en tête, talonné en France par quelques bons amis de notre président actuel, dont Patrick Balkany (monsieur "les pauvres vivent très bien"). Remarquez, la firme a été assez idiote pour manipuler ces textes à partir de son siège, ce que révèle les adresses IP interceptées. Retour donc à la case "idiots".

Incompétence ou idiotie, certes, mais aussi dès le départ volonté manifeste de manipuler les résultats : en juillet de l’année dernière, après la mise en évidence d’une "porte dérobée" sur le système, un dirigeant de Diebold, David Bear, avait, je cite "admis avoir installé une porte dérobée afin que les personnes en charge des élections puissent facilement mettre leur système à jour". Et d’ajouter sans sourire : "Pour que ceci pose un problème, il faudrait que certains de ces officiels aient des intentions néfastes, et ça, je ne le crois pas". Depuis une année, on savait donc que les dés avaient été sciemment pipés. Or, à l’origine de ce calcul et de cette manipulation, on retrouve notre ami... Karl Rove.

Deux élections remportées avec une marge très faible, et des dizaines de milliers de votes perdus ou non comptabilisés en raison d’erreurs techniques, et pas un journaliste aujourd’hui pour rappeler à la lumière des annonces actuelles qu’une firme pourrait être jugée responsable d’avoir grugé à deux reprises les électeurs, que W. Bush n’a donc aucune légitimité électorale véritable...

En France, récemment, l’élection électronique a eu lieu dans quatre-vingts communes lors de l’élection présidentielle, avec pas mal de problèmes à la clé. Nul doute qu’il y en aura davantage, de machines, malgré tout, dans cinq ans. Dans cinq ans, en effet, le crédit de notre nouveau président sera suffisamment entamé, à voir son omniprésence actuelle à vouloir s’occuper de tous les malheurs du monde (à l’en rendre un tantinet ridicule), pour qu’on puisse craindre qu’à force de se présenter comme le nouvel ami d’un président illégitime, la tentation soit grande d’employer les mêmes méthodes en cas de chute de confiance prévisible dans les sondages. Car, pour conclure, qui a déclaré, il y a quatre ans, en France, qu’il était le plus chaud partisan des machines à voter, je vous le demande ? Aurait-on élu un Bush bis sans le savoir ?

Remarquez, ce n’est pas encore gagné : au sein même de son mouvement politique, tous ne s’accordent pas sur la généralisation des machines à voter  : ce doit être la différence, en définitive, entre la France et les Etats-Unis. Autre différence : en France, Diebold, à un endroit, à déjà laissé sa place... à une entreprise de moteurs marins et moteurs de chars AMX. Diebold a en effet délaissé les hauteurs de Cassis... pour la Hongrie, et ça, ça ne s’invente pas ! Pour mémoire encore, chez Diebold le coût des salaires représente à peine 5 % de la valeur totale des automates que la société construit. En Hongrie, les choses (et les gens) n’ont donc pas la même valeur qu’en France, il suffisait de le savoir au départ, me direz-vous. Décidément, avec Diebold, tout se joue toujours à quelques pourcentages près...


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 21 août 2007 12:58

    Rien ne vaudra jamais les bons vieux rectangles de papier recyclés que l’on dépouille en public , avec l’ambiance qui va avec !vive la tradition !


    • Ronfladonf Ronfladonf 21 août 2007 13:24

      Bien d’accord avec vous le chat !


    • ripouette ripouette 21 août 2007 13:39

      quant à la fiabilité des machines à voter ; pour exemple cette news qui date de septembre 2004 smiley


      • mikendm 21 août 2007 13:51

        A l’époque du premier mandat de W l’émission de canal + 90 minutes avaient montré les lacunes de sécurité autour des machines puisqu’on voyait les box les contenants était laissés sur un parking sans surveillance, un élu républicain se posait des questions sur la fiabilité des votes enregistrés de cette manière. C’est dire mais l’info n’a pas été diffusée par la fox... smiley


        • Trick Trick 21 août 2007 13:55

          Je me rappelle aussi avoir suivi cette affaire en son temps. Et notamment ce Wiki : http://votergate.xwiki.com/xwiki/bin/view/Main/WebHome

          Souvenirs, souvenirs...


          • Manuel Atreide Manuel Atreide 21 août 2007 16:11

            Au moins on ne pourra pas dire dans 5 ans qu’on ne savait pas ....


            • Stan 21 août 2007 17:36

              Intéressant cet article. En fait, ça me rappelle qu’on me berce d’illusions depuis le sein protecteur de ma mère qui en fait n’est qu’une femme comme les autres, jusqu’au requiem qui m’accompagnera dans un repos aussi chiant qu’éternel.

              Bien... Il me reste à remercier Messieurs Harley et Davidson de m’avoir offert, entre les deux, l’illusion de quelques moments de VRAIE LIBERTÉ.

              On the road again !


              • SALOMON2345 21 août 2007 18:47

                LES DIABLES

                Quand ils ne volent pas la richesse, ils trichent pour être en position de la voler encore ! C’est la peste tous ces hommes d’« affaires ». Ils « trustent » tout, le pouvoir, le fric, le travail des autres, le beurre, la crémière etc.. : quelle idéologie saine saura éradiquer ces monstres froids et les chasser dans la plume et le goudron, comme au far west justement ?


                • Pak 21 août 2007 20:36

                  Les triches sont toujours possible mais la machine électronique offre des possibilités très intéressantes ! A quand le vote sur un site web sécurisé pour simplifier encore le contrôle des masses ? Comme ça un seul serveur à trafiquer et hop c’est gagné smiley


                  • morice morice 21 août 2007 20:51

                    Pak, il fudra s’attaquer dans ce cas au supercalculateur de Sandia en Californie : selon cette adresse (http://blog.empyree.org/post/341), c’est lui le « responsable » des modifications à la volée des machines à voter reliées au réseau. Le « marteau de Thor » est le surnom donné à la bête. 10368 processeurs AMD Opteron SledgeHammer à 2.0 Ghz comme puissance de feu. Oui, tu as bien lu 10000 processeurs.


                    • seigneur_canard seigneur_canard 21 août 2007 23:26

                      Hum, autant les histoires de conspiration sur le 11/09 me semblent relever du délire complet, autant la fraude électorale du clan Bush a deux reprise via ces bidules électroniques me semble plus que probable. Tripatouiller quelques données non sécurisées (ou dont on détient les clés), c’est à mon humble avis beaucoup plus simple pour parvenir au pouvoir qu’élaborer des attentats bidons. Peu de personnes bien placées peuvent faire basculer tranquillos les élections dans le « bon sens », beaucoup moins de risque de fuite. Enfin, si on arrive un jour a prouver la fraude, Deubeuliou va avoir pas mal de soucis... C’est tout ce que je souhaite à ce mec et à sa clique.


                      • morice morice 21 août 2007 23:45

                        « Délire complet », dites-vous : penseriez-vous qu’un gars qui s’est fait élire à DEUX reprises en bidouillant les bulletins aurait hésité à fomenter EGALEMENT le 11 septembre ? Personnellement, mon idée est faite. Quand on a choisi de tromper une nation entière, une, deux, ou TROIS fois c’est la même chose. « faire basculer » une élection, ou « faire basculer »... une opinion, dans ce second cas ? La preuve est faite depuis 2005 de la fraude : Diebold saborde aujourd’hui sa division machines à voter avant que les enquêtes n’aillent plus loin. Les machines vendues comme « impénétrables » avaient à l’origine un backdoor intégré, chose reconnue officiellement désormais.

                        Diebold = Rove, même départ, mêmes raisons. Le sabordage actuel de la division machines à voter de Diebold ne sert qu’à tenter de masquer les terribles réalités antérieures : oui, les machines pouvaient être « tempérées », oui, le principal bénéficiaire à bel et bien été W.Bush. A deux reprises : on comprend mieux le calme apparent de W.Bush disant aux journalistes qui l’annoncent battu en 2004 par Kerry « attendez, rien n’est encore joué ». Pour une fois, chez lui, c’était le mot exact. Rove lui avait donné les moyens d’être élu, électeurs... ou pas.


                        • FYI FYI 22 août 2007 11:45

                          Avec une précison, les américains ont en été les maîtres d’oeuvres de cette catastrophe, mais les anglais ont été plutôt du côté de la maîtrise d’ouvrage ... A bon entendeur.


                        • Shyankar 22 août 2007 00:31

                          j’aimerais beaucoup publier cet article sur mon website mais je n’oserais point sans votre acceptation. Mon website tente de créer une base de données alternatives et ainsi montrer au gens que le shéma type n’est pas la seule solution. Si je pourrai avoir votre réponse ici même ou via mon mail :

                          Shyankar@hotmail.fr

                          Bien a vous et encore merci pour votre article.


                          • stephanemot stephanemot 22 août 2007 04:40

                            Croustillant :

                            In August 2003, Walden O’Dell, chief executive of Diebold, announced that he had been a top fund-raiser for President George W. Bush and had sent a get-out-the-funds letter to Ohio Republicans. When assailed by critics for the conflict of interest, he pointed out that the company’s election machines division is run out of Texas by a registered Democrat. Nonetheless, he vowed to lower his political profile lest his personal actions harm the company.

                            In December 2005, Diebold’s CEO Wally O’Dell resigned following reports that the company was facing securities fraud litigation surrounding charges of insider trading.

                            In March 2007, it was reported by the Associated Press that Diebold was considering divesting itself of its voting machine subsidiary because it was « widely seen as tarnishing the company’s reputation ».

                            In August 2007, Wikipedia Scanner found that edits via the company’s IP addresses occurred to Diebold’s Wikipedia article, removing criticisms of the company’s products, references to its CEO’s fund-raising for President Bush and other negative criticism from the Wikipedia page about the company in November 2005.

                            In October 2005, a person using a Diebold computer removed paragraphs about Walden O’Dell, chief executive of the company, which revealed that he had been « a top fund-raiser » for George Bush. A month later, other paragraphs and links to stories about the alleged rigging of the 2000 election were also removed. The paragraphs and links have since been reinstated. Diebold officials have not responded to requests by the BBC for information about the changes

                            source : http://en.wikipedia.org/wiki/Diebold#Criticism


                            • Christoff_M Christoff_M 22 août 2007 05:12

                              peux tu nous faire une petite synthèse de ton texte en ANglais Stephanemot ce sera sympa et instructif pour tout le monde, merci d’avance


                              • nebari 22 août 2007 07:28

                                @ croustillant

                                sur un site français il semble plus interressant de lire des articles en français .

                                D’aileurs on ne voit jamais de commentaires en italien allemand ou espagnol.

                                Ne serait-ce pas du snobisme de vouloir faire croire que l’on fait parti de la culture dominante.


                                • morice morice 22 août 2007 09:33

                                  Christoff, ne me dites pas que vous ignorez le couper-coller avec traduction, type Google : vos nombreuses participations dans ce site prouvent que vous êtes un internaute averti.Le texte ne dit rien d’autre de ce qui est contenu dans le post d’origine : le patron de Diebold a bien été l’un des gros fournisseurs d’argent de la campagne de Bush, et qu’en mars 2007 la société s’est convaincue d’abandonner sa division machines à voter au prétexte qu’elle « ternissait la réputation de la société. Dans les liens du premier post, vous constaterez (en anglais, désolé) que la firme, au départ s’est lancée sans savoir faire de machines à voter, mais en rachetant un firme qui, elle, en faisait déjà. C’est un peu comme Microsoft, si vous préférez : de grands effets d’annonces (la division s’appelle au jourd’hui »Premier« alors qu’elle n’a même pas réussi à se faire racheter !) et derrière rien, du vent. Diebold »Premier« , c’est un peu le »Vista" de Diebold. La même incompétence interne repeinte de neuf à l’extérieur. Pour mémoire, il faut savoir que la firme, agêe de 147 ans, a été aussi dirigée quelque temps par...Eliott Ness. oui, celui à la mitraillette Thompson. La débandade actuelle de Diebold est gravissime : elle démontre que les élections américaines ont été... manipulées et trafiquées. Et que W.Bush n’a donc PAS été élu, par deux fois, à la régulière !


                                  • morice morice 22 août 2007 09:45

                                    Nebari, on pense simplement aider les gens en effectuant dans un article une synthèse en français d’articles en anglais (américain). C’est tout l’inverse du snobisme. Faire gagner du temps, c’est aussi de la pédagogie, pas du snobisme. Stephane aurait pu mettre simplement le lien, comme ceux de l’article de base, mais on n’aurait peut être pas été jusqu’à cliquer... disons que ça partait je pense au départ d’un bon sentiment ! Diebold est une firme américaine, on a appris le 16 août dernier ses déboires, et vous en avez la primeur en français, 4 jours après seulement, je pense qu’on peut difficilement faire mieux. A la presse papier maintenant de se pencher sur le cas. On verra bien s’il y en a un qui va révèler l’énorme scandale que cache cette attitude déplorable. Une firme accusée de toutes parts d’avoir founri des matériels électoraux manipulables à distance restructure la production de ses engins, afin de ne pas « ternir la réputation de la société », cela implique obligatoirement une forte suspicion sur deux mandats présidentiels... et cela ne provoquerait aucune vague ? Ça m’étonnerait : attendons nous dans les jours à venir à voir resurgir le cas de la légimité électorale Bushienne. Finalement, notre président actuel aurait mieux fait d’aller serrer la main à Kerry. Il aurait peut être aussi mangé du homard, plutôt que des hamburgers. C’est une affaire de goût, en ce cas.


                                  • morice morice 22 août 2007 11:11

                                    Aux toutes dernières nouvelles, c’est pire encore : en Ohio, des activistes ont découvert que les machines AccuVote TSx de Diebold contenaient non seulement les dates à la seconde près de chaque vote, mais aussi qui a voté et pour qui (http://www.bradblog.com/?p=4980)... la nouvelle responsable des scrutins, Deborah Bowen, se bat désormais pour en interdire l’usage : son prédécesseur, lui, en avait favorisé l’extension. Il est vrai qu’il faisait aussi parti du comité de soutien à W.Bush et même pressenti à une époque pour devenir ministre... de l’intérieur. A quoi peut donc servir de savoir qui a voté et pour qui, à moins de gérer tout ça dans une gigantesque base de données, celle permise par le Homeland Security, par exemple. On retouve bien dans ce cas un FICHAGE généralisé des citoyens américains, et une GESTION à un endroit centralisé, dont Sandia nous parît être le meilleur emplacement possible. Big Brother s’appelle donc Diebold, aux états-unis.


                                    • morice morice 22 août 2007 11:51

                                      Rectification : Deborah Bowen est responsable en Californie... et non en Ohio. la Californie, remportée par un républicain, pourtant,... Schwarzy. Qui prend ses distances avec W.Bush depuis le début...Blackwell, secrétaire de l’état, est bel et bien noyé dans les problèmes de comptages de vote (http://nashuaadvocate.blogspot.com/2005/02/chaos-in-ohio-blackwell-says-gop-chair.html). il s’en défen en parlant bien entendu de « conspiration » (http://www.truthout.org/cgi-bin/artman/exec/view.cgi/37/9805). Le 7 novembre 2006 il a dû laisser sa place à Jennifer Brunner. On l’accuse aujourd’hui d’avoir fait disparaître les registres des 2/3 des votes de 2004... (http://www.bradblog.com/?cat=11). Comme ça, il n’y a même plus de traces... l’information date du 1 août dernier, preuve que ça bouge pas mal côté révélations aux USA sur le système mis en place en 2004 (et donc aussi en 2000). Légalement, les enregistrements auraient dû être gardés 22 mois après les élections, selon les lois en vigueur en Ohio, or ils ont été détruits avant... l’arrivée de Brunner, qui a découvert le pot aux roses.


                                      • arturh 26 août 2007 12:42

                                        En précisant que je suis opposé aux machines à voter, je trouve cet argument « Bush a été élu en truquant les votes » tout aussi absurde que la même polémique qui avait eu lieu lors de l’élection de John Kennedy où, là-aussi, ses adversaires avaient prétendu pendant longtemps qu’il avait été élu avec moins de voix que son opposant Richard Nixon.


                                        • Gilles Gilles 2 septembre 2007 08:58

                                          Sauf que dans le cas de Kennedy, il est plus que prouvé que son père Joe, copain intime de truands notoires tels Sam Giancanna le successeur de Capone (Kennedy couchait avec une de ses charmante relations en plus, qui aurait service parait-il d’espionne), lui avait filé de pleines valises de pognons pour acheter des votes, par l’intermédiaire notamment de syndicalistes liés à la mafia.

                                          La mafia espérait que les Kennedy mettraient ainsi le hola à leurs velléités de lutte contre le crime organisé.... peine perdue et assassinat des deux frères !

                                          Là aussi trucage des élections mais à la manière artisanale !


                                        • Gilles Gilles 2 septembre 2007 09:06

                                          En plus ARthur, Bush en 2000 a réellement été élu avec moins de voix que son adversaire Gore. Pas besoin d’invoquer de trucage puisque cela tient aux méthodes légales du scrutin, état par état, et que se sont même les chiffres officiels des élections.

                                          Les votes ne sont pas comptabilisés ensemble sur tout le territoire mais par état. Chaque état élit un corps de grands électeurs qui ensuite éliront le président. Le parti qui gagne l’état, même de 0,1% remporte tous les grands électeur. Du coup un parti peut avoir plus de grands électeurs que son adversaire alors que le nombre d’électeurs est moindre pour lui.... 100% normal.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès