Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une « justice » parfois désespérante

Une « justice » parfois désespérante

JPEG

Une jeune femme qui élève seule ses deux enfants s’est rendue à une permanence

Assurée par une association de solidarité.

Ayant déposé un dossier de surendettement, elle a été convoquée au tribunal à la demande de son bailleur qui contestait le plan proposé par la commission de surendettement de la Banque de France.

Généralement, tout se passe pour le mieux, le Juge prenant en compte la difficulté de la famine efface certaines dettes quand la personne est incapable de faire face ou même met en place un PRP (Plan de rétablissement personnel).

Il faut bien entendu que la personne ou la famille concernée soit de bonne foi.

Ce qui a désespéré la mère de famille c’est que le juge, spécialisé dans le surendettement lui a dit qu’il parlerait de la situation de cette femme au juge des enfants pour un placement éventuel.

Les bras m’en sont tombés !

Cette dame connaît des difficultés financières, liées à son chômage et aussi au retard du versement par le père de la pension alimentaire ; elle est donc inquiète et en souffrance… et tout d’un coup un juge lui met sur la tête une épée de Damoclès.

C’est encore une fois, la double peine qui menace une mère :

  • La première étant la pauvreté ;
  • La deuxième étant le placement des enfants.

Encore une fois, je dis et je répète qu’un placement d’enfants ne doit se décider que s’il existe de la maltraitance, ce qui n’est pas le cas ici.

Si une personne qui élève seule ses enfants rencontre des difficultés, c’est le cas ici car les deux enfants souffrent d’une pathologie de carence respiratoire, comme leur mère, il est nécessaire qu’elle soit aidée et accompagnée.

C’est la fonction dévolue au travailleur social.

Nous espérons que le juge des enfants ne sera pas saisi et s’il l’est, l’association de solidarité avec l’aide d’une association de défense des droits de l’enfant demandera à être reçue et entendue au cours de l’audience.

Que la justice fasse son travail et rien que son travail et que l’on arrête de faire la chasse aux pauvres !

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.61/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Sozenz 9 juin 18:53

    c est la dure réalité des choses de ce monde , Pas de vraie justice , ni de vrais sentiments dans les juridictions .
    ils vont donner combien à la famille d accueil pour garder les enfants ? Beaucoup plus que ce qu ils auraient pu donner pour aider à sortir du souci financier que rencontre la famille .
    ils acceptent de détruire une famille . OUI, ce fonctionnement est à vomir ...

    il y a quelques années en arrière j ai connu une femme qui a du fuir pour pouvoir garder sa fille . et s est mise dans une situation aberrante .
    et j ai connu une autre jeune femme qui avait été mis en famille d accueil et qui a vécu des années d enfer .
    j ai même rencontré un femme qui paraissait très bien,avec ce coté petite bourgeoise et qui recevait des enfants , elle était cleptomane (http://www.clinique-psychologues-montreal.ca/problematique.php?prob_id=85 sur la cleptomanie et la pathologie qui lui est associé)

    Comment peut on parler de justice quand on voit des choses pareilles ..
    Tous ces exemples pour montrer l horreur d un monde de fous ....
    ils prennent ses enfants en otage pour la mettre au pas. quelle soit une bonne citoyenne de la consommation et non une bonne mère probablement... 

    Si ses enfants sont entourés d amour , je souhaite de tout mon cœur que cette maman trouvera la force et les paroles pour ne jamais se faire retirer ses enfants qu elle trouve aussi la bonne fortune à sa porte . Il n y a pas de pire calvaire pour une mère de se voir retirer ses enfants quand ils sont chéris.


    • flourens flourens 9 juin 20:45

      vous n’avez encore pas compris, mort aux salauds de pauvres


      • Yohan Yohan 9 juin 22:24

        mort aux sans dents a dit Hollande


        • Doume65 9 juin 23:20

          «  Nous espérons que le juge des enfants ne sera pas saisi  »

          Eh ben moi, j’espère au contraire qu’il sera saisi... et qu’il fera en sorte que la mère puisse conserver ses enfants.


          • PATRICE T PATRICE T 10 juin 16:24

            @Doume65
            Il faut effectivement l’espérer que le juge laissera la garde de ces enfants à leur mère ....
            ce qu’a voulu dénoncé Jean-François CHALOT c’est surtout le fait qu’un organisme, quel qu’il soit, saisisse le juge des enfants au seul fait de « pauvreté », avec tout ce que cela implique d’angoisse pour les parents concernés ....
            mais le fait de maintenir la garde ne résoudra le problème de fond qu’est la situation de pauvreté de cette maman.


          • soi même 9 juin 23:52

            Il est visible que les thons ne sont plus marin, c’est devenue une espèce terrestre athéiste et Francon.


            • Habana Habana 10 juin 08:25

              Je viens de lire à l’instant une expression que l’on connaît tous =

              « une opinion c’est comme un trou du cul, tout le monde en a un(e). »
              Mais que sait-on vraiment de cette affaire ? Rien !! Nada ! Que Tchi !
              Qui nous dit qu’elle n’a pas refusée 34 emplois dans l’année ?
              Qui nous dit qu’elle n’est pas allée acheter 3 écrans plats et un cabriolet à crédit alors qu’elle n’en a pas les moyens ?
              Bref...un jugement portée ici, encore plus rapide et aveugle que celui de la justice !!

              • ZenZoe ZenZoe 10 juin 09:53

                @Habana
                Même si elle a acheté 1 écran plat et 3 cabriolets, rien ne justifie qu’on sépare des enfants de leur mère s’il n’y a pas maltraitance, pour une fois je suis d’accord avec Chalot.


              • Habana Habana 10 juin 11:09

                @ZenZoe
                Oui mais une fois encore, ni vous ni moi n’avons précisément connaissance de son dossier !

                Il est, a n’en pas douté, fort possible que certains médias ou associations mettent uniquement en avant ses difficultés financières en occultant volontairement le reste !!

              • PATRICE T PATRICE T 10 juin 16:26

                @Habana
                Vous faites là, Habana, un procès d’intention et un raccourci bien facile ... et effectivement ... nous ne connaissons pas le dossier .....
                vos propos suinte la méchanceté ...


              • Spartacus Spartacus 10 juin 12:48
                Le parti pris se voudrait « humaniste », en fait il est collectiviste, par la volonté de spolier le bailleur, il est misérabiliste pour imposer a des enfants un avenir sombre dans la misère.

                En premier on pourrait imaginer en voyant cette personne et lui refiler 500€ de « sa poche » pour l’aider immédiatement tout en recherchant une solution extérieure de financement par une prise en charge sociale.

                Toujours être généreux avec l’argent des autres pour se donner bonne conscience et se croire social alors que ce n’est que du mépris......
                Pillez les « autres », solution du gauchiste qui a sa poche cousue sur son régime spécial...

                En quoi le propriétaire est responsable du chômage et de cette personne et devrait payer ?....
                Et le gauchiste préfère la solution de spolier cette personne dans une indifférence honteuse, propriétaire qui peut être attend après le paiement du loyer pour vivre, ou rembourser un emprunt et même s’il n’est pas en difficulté, au nom de quoi ce serait à lui de subir les aléas du social clientélisme qui ne protège que les statutaires et les corporations dans les bonnes cases....

                Au nom de quoi seule la maltraitance devrait être la seule raison de placement ? Ne pas pouvoir nourrir, instruire ou loger ses enfants n’est elle pas une raison ?

                Vouloir a tout pris que la mère élève ses enfants est elle vraiment la solution ou un parti pris de bonne conscience ? Si elle n’est pas en mesure de garantir la santé par absence de soins médicaux, ou assumer des conditions d’éducation ou de son développement intellectuel ?

                Parfois le social de l’instant est anti-social sur le long terme.....
                Pour prendre parti il faut tous les sons de cloche.




                • Samson Samson 10 juin 14:37

                  @Spartacus
                  « Au nom de quoi seule la maltraitance devrait être la seule raison de placement ? Ne pas pouvoir nourrir, instruire ou loger ses enfants n’est elle pas une raison ?

                  Vouloir a tout pris que la mère élève ses enfants est elle vraiment la solution ou un parti pris de bonne conscience ? Si elle n’est pas en mesure de garantir la santé par absence de soins médicaux, ou assumer des conditions d’éducation ou de son développement intellectuel ? »

                  Veiller au bien-être de tous les citoyens s’oppose naturellement à tous les préceptes de la sainte compétitivité. Plutôt donc que continuer à encourager fainéantise et oisiveté à coups de vaines aides sociales, je suggère de plutôt ouvrir des « camps » pour l’accueil des enfants « pauvres ». Pourvu de s’en remettre à la libre concurrence pour leur gestion et d’y rogner sur la malbouffe, ils devraient même être rentables. Et pour encore en optimiser le rendement, il suffira, comme pour les pensionnés allemands, de les délocaliser ! C’est bien connu, les mômes s’adaptent facilement et puis, ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse !

                  A terme, il sera tout de même moins onéreux de stériliser directement cette majorité de la population €uropéenne destinée grâce aux bon soins de nos gouvernants à la précarité : l’€urope pourrait commencer par les Grecs.
                  Et si les (futures) pauvres souhaitent y échapper, nul doute qu’un authentique progressisme « $ociali$te » à la sauce 2.0 prévoie une exception destinée à toute volontaire s’engageant à la GPA : il serait en effet hors de question que les couples LGBT fortunés se sentent discriminés, mais nul doute que la Cour de Justice €uropéenne y veille !


                • ZenZoe ZenZoe 10 juin 14:42

                  @Spartacus
                  Vous mélangez deux problèmes bien distincts, le surendettement et le placement des enfants.
                  * On peut penser comme vous que trop aider les gens les déresponsabilise et qu’il est injuste d’en faire supporter le coût à ceux qui n’y sont pour rien. Ca se discute en effet, et il y a beaucoup trop d’abus. Et le créancier devrait pouvoir être indemnisé, on est d’accord.
                  * Par contre le placement des enfants doit être le tout dernier recours.
                  « Ne pas pouvoir nourrir, instruire ou loger ses enfants n’est elle pas une raison ? » Non, ce n’est pas une raison pour séparer une famille. Si on peut loger et nourrir les enfants, on doit pouvoir loger et nourrir la famille. Quant aux soins médicaux et l’école, ils ne coûtent rien aux plus démunis et le problème ne se pose pas.
                  Pour en revenir au placement dans lequel vous semblez placer une grande confiance, sachez qu’il fait bien plus de ravages parmi les enfants que de ne pas toujours pouvoir manger à leur faim.


                • Albert123 10 juin 15:50

                  je vois pas de quoi vous vous plaignez, vous avez la République qui vous fait tant goder, son égalité et donc l’injustice qui va avec.


                  Et puis une fois bien dressés ces jeunes enfants pourront faire le bonheur d’un couple de sodomites ou de gomorrhéennes qui auront, eux, les moyens de les éduquer correctement.

                  Je vous trouve bien réactionnaire Chalot vous qui œuvrez au quotidien pour le camp de la modernité et du progrès pourtant, perdriez vous le fil à force ?



                  • Aristide 10 juin 17:35

                    Encore une fois, je dis et je répète qu’un placement d’enfants ne doit se décider que s’il existe de la maltraitance, ce qui n’est pas le cas ici.


                    Le problème de Chalot est qu’il invente des concepts assez flous qui démontrent sa méconnaissance du sujet.

                    La maltraitance est évidement la cause première de placement des enfants. Mais il existe aussi une négligence et une privation de soins qui peut aussi entraîner ce placement.

                    En l’occurrence, le juge a du être alerté de la situation désastreuse de la mère, il est de son devoir de saisir la juge des affaires familiales pour vérifier s’il n’y a pas de conséquences dramatiques pour les enfants. Il s’agit souvent de réagir en urgence, les enfants sont les premières victimes dans ce cas, il n’ y a aucune volonté de la justice de séparer les enfants de leur mère mais de vérifier qu’ils ne sont pas en danger.

                    C’est encore une insulte à tous les travailleurs sociaux, les personnels de la protection de l’enfance qui seront saisis par le juge. Ils ont l’habitude de ces cas, savent gérer une protection par un placement temporaire si nécessaire, ils ne le font jamais au détriment de l’intérêt des enfants. Ils conservent bien évidement le lien familial en premier lieu en proposant des aides, ...

                    Par exemple on comprend que la détresse économique peut entraîner des manques de soins graves pour des enfants, nourriture, hygiène, soins médicaux, ... on parle même pas d’école ou d’éducation : il s’agira de juger si la mère peut subvenir aux besoins de ses enfants et de trouver les solutions adaptées.

                    Chalot est encore dans le jugement primaire sans connaitre le sujet. Tout cela pour nous sortir ces titres d’articles ... à la mode France Dimanche.

                    PS : Je crois qu’un intervenant sur ce fil à souligné le peu d’éléments en notre possession, c’est pour cette raison que je me contente d’évoquer des possibilités.


                    • evilo (---.---.108.87) 10 juin 19:49

                      Pourquoi menacer une mère de lui placer ses enfants alors qu’elle a des difficultés financières ?

                      Qui n’a pas perdu un travail pour différentes raisons ?

                      Pourquoi penser tout de suite qu’elle a fait des crédits ou acheté un voiture hors de prix ?

                      Savez vous que lors d’un dépot de dossier de surendettemnt il y a enquête ?

                      S’il y a des petits enfants il y a une mère et surement des grands parents qui aident la mère pour nourrir les enfants et les habiller comme font la plupart des grands parents. Jusqu’à présent les études sont gratuites donc là dessus il n’y a pas de carence, sinon l’école aurait fait un signalement.

                      Et que dîtes vous du père qui ne paye pas la pension alimentaire ? Parfois il suffit de quelques €uros de plus pour boucler un budget ;

                      Ce n’est pas en placant les enfants qui ont des problèmes respiratoires, qu’ils seront mieux. Bien au contraire ces enfants doivent aimer surement leur mère et les séparer d’elle amenera encore du stress et de nouveau problème respiratoire.

                      Il y a tant d’enfants battus dans notre société où des enfants qui servent d’esclave à la maison sans que les services sociaux ne bougent tout simplement parce que la famille est respectable.

                      C’est du primaire aussi de dire que M. Chalot est dans le jugement sans connaître le sujet. Quand savez-vous ? N’êtes-vous pas dans le primaire pour avoir ce regard ?

                      Je suis d’accord pour dire qu’il y a une double peine 


                      • Aristide 10 juin 20:18

                        @evilo


                        Vous n’avez pas lu ce que j’ai écrit. Chalot dit n’importe quoi. Chalot affirme que seul la maltraitance devrait être la cause du placement des enfants. Il existe aussi la manque de soins ....

                        Il appartient au juge saisi du dossier d’endettement d’avertir le juge des affaires familiales. Les services sociaux que sont les aides sociales à l’enfance (ASE) sont là pour faire leur travail, ce sont des spécialistes, psychologues, médecins, assistants sociaux, ... Ce sont des professionnels qui savent faire la part dans ces affaires toujours complexes, ils ne décident jamais seuls, confier un enfant à une structure adaptée si nécessaire ou pourvoir à fournir des aides en fonction des cas.

                        Le jugement de Chalot est celui d’un associatif irresponsable qui croit que la bonne volonté est suffisante, et bien non, il faut aussi des professionnels et des juges. 

                        Les enfants aiment toujours leurs parents, même les enfants maltraités, il ne suffit pas de pleurer des larmes de crocodiles et de renifler pour régler les problèmes de manque de soins. Encore plus difficile à détecter, mais dont les conséquences sont tout aussi graves. Il appartient donc aux personnes qui en sont témoin d’alerter pour prendre les mesures adéquates, quelques soit la position sociale de la famille en cause.

                        Maintenant vous pouvez hurler avec Chalot sur la justice désespérante, sur ce domaine je sais que la modestie et la prudence sont la règle, tellement la souffrance des enfants provoque des dégâts irréparables.



                      • Le421 Le421 10 juin 20:39

                        Une justice désespérante et laxiste quand elle laisse dans les rues libres des assassins comme celui de Clément Méric.
                        Marrant (si je puis dire !!).
                        Aucune communication à ce sujet.
                        Imaginez un instant qu’un « rouge » assassine un malheureux militant des Républicains...


                        • Sozenz 10 juin 20:51

                          on va couper cours au histoire de fric :
                          http://www.dossierfamilial.com/famille/enfant/devenir-famille-d-accueil-57263

                          vous ferez le calcul pour ses deux enfants s’ils sont placés ....


                          • Sozenz 10 juin 21:00

                            et puis avec le chômage qu il y a même si elle refuse un travail , est ce aussi catastrophique ?
                            qu est le mieux pour les enfants . une mère qui s occupent d eux et qui connait parfaitement les problèmes que vont rencontrer ses enfants sur le plan de la santé puisqu ’elle est elle même atteinte .
                            de par se santé peut elle vraiment faire tous les boulots ?
                            de par toutes ces paramètres . quel est le mieux à votre avis .
                            faut quoi que les gens soit à l agonie pour avoir un peu de compassion ou un simple raisonnement de justice ?
                            C’ EST UNE MERE AVEC SES ENFANTS ; le rôle d une mère n est elle pas de s’occuper de ses enfants ? n est ce pas assez légitime ?
                            si vous aviez été l un de ses enfants ou cette mère que voudriez vous, vous ?


                            • rocla+ rocla+ 11 juin 07:58

                              Finalement le mieux est de ne pas avoir d’ enfant . 


                              Durex sed lex .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès