Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Violences conjugales, parlons-en !

Violences conjugales, parlons-en !

La « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » a eu lieu le 25 novembre dernier. Cette journée a été l’occasion de faire la lumière sur un sujet qui reste tabou pour de nombreuses femmes victimes de violences conjugales.

Des statistiques effarantes

En 2012, 148 femmes ont été tuées sous les coups de leur mari, de leur concubin ou de leur partenaire pacsé en France. À cela s’ajoutent 18 femmes décédées de la même manière, mais dans le cadre d’une relation non officielle. Par ailleurs, les services dédiés reçoivent chaque jour 27 plaintes de la part de personnes violées. Au cours des deux dernières années, ils ont enregistré 400.000 déclarations émanant de femmes ayant été victimes de violences sexuelles et/ou physiques ; elles ont entre 18 et 59 ans.

Violences conjugales : sous quelles formes se présentent-elles ?

Les brutalités peuvent se montrer sous plusieurs formes pouvant coexister dans certains couples. Physiquement, la violence se traduit en coups et blessures volontaires, brûlures, morsures, bousculades, strangulations ou séquestrations. Verbalement, un conjoint peut menacer, insulter, intimider ou dévaloriser son partenaire. Certains actes ont un impact sur le plan psychologique. La femme est souvent humiliée, son conjoint utilisant le chantage affectif ou lui interdisant de fréquenter sa famille ou ses amis.

Les viols et les agressions sexuelles figurent aussi parmi les violences conjugales. Sur le plan matériel, il peut s’agir d’une destruction de biens communs. En termes d’économie, la suppression d’une carte bancaire ou de tout autre moyen de paiement, l’interdiction de travailler ou le contrôle des dépenses sont considérés comme des actes de violence. Il en est de même pour la confiscation de documents, tels que le passeport, la carte d’identité nationale, le carnet de santé, les diplômes et le livret de famille. Les mutilations sexuelles et les mariages forcés peuvent aussi être inclus dans cette longue liste de violences subies par les femmes.

Un acte puni par la loi

Un conjoint violent cherche à dominer complètement sa partenaire et conduire sournoisement à sa destruction. Au final, la femme devient stressée, n’a plus confiance en elle-même et finit par s’isoler. Il lui est très difficile de se dégager de l’emprise de l’autre. Une agression conjugale ne peut être justifiée, quelles que soient les explications apportées par celui qui en est responsable. Un tel acte est puni par la loi. Une femme a des droits, qu’elle vive en concubinage ou soit mariée. Ceci est aussi valable si elle est divorcée, séparée ou liée par un PACS.

Les mesures prises par le gouvernement

Pour renforcer la lutte contre ces violences conjugales et celles qui sont faites aux femmes en général, la ministre des Droits des femmes a présenté récemment un plan étalé sur 3 ans (de 2014 à 2016). Grâce à ce programme, dont le budget est doublé par rapport à son prédécesseur, les pouvoirs publics visent à répondre à toute violence déclarée, le but étant de sortir le plus rapidement possible les victimes de ce cycle infernal dixit Najat Vallaud-Belkacem.

Le gouvernement a ainsi instauré plusieurs mesures, dont un numéro de référence (39 19) qui est mis gratuitement à la disposition des victimes tous les jours de la semaine pour faciliter l’accueil des plaignantes. Cette ligne sera fonctionnelle à partir du 1er janvier 2014. Les recours aux mains courantes seront aussi limités autant que possible afin d’encourager les personnes concernées à déposer directement des plaintes. Par ailleurs, les professionnels chargés d’enregistrer la parole de ces victimes bénéficieront d’une formation particulière.


Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • volpa volpa 3 décembre 2013 11:37

    Comptez les infanticides réalisés par ces femmes douces et câlines. ?

    Plus les manipulations pour faire porter le chapeau et provoquer les hommes.

    Oui, il y a des hommes violents, mais il faut parler de tout.


    • OMAR 3 décembre 2013 18:09

      Omar 33

      Oui volpa, ce sont des femmes qui ont été à l’origine de toutes les guerres de l’humanité..

      C’est une femme qui a largué les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagashaki..

      Attila, Gengis khan, Hitler, Napoléon, Mussolini, Seddam, G. Bush, Ben Laden, etc... c’étaient des femmes....
       
      Pire encore, la guerre, la misère, la destruction, la haine, la lèpre, la merde, la maladie, la connerie, la mort, et même l’idiotie : que des noms féminins !!!!!!

      volpa, tu serais pas salafiste ou wahhabite, dés fois ?


    • appoline appoline 3 décembre 2013 19:12

      Les infanticides ? Si elles n’étaient pas seules (physique et/ou moralement) pour assumer la charge familiale, ça irait peut-être un peu mieux, c’est fini le temps où les mecs partaient à la chasse, vieux


      Manipulations, face aux cocufiages, virées entre copains, match de foot (pour les mâles les moins intéressants), il en faut pour ne pas se laisser bouffer, même si cela n’excuse rien.

      Les hommes sont les plus violents physiquement (la femme gueule beaucoup, mais agit peu à mon grand regret) imbus de leur force, ils en usent. La solution : la défense et un coup bien placé, juste un, inutile de se répandre en moulinet. Monsieur est plié en deux, un bon coup de genou sous le menton et Madame peut se frotter les mains, il ne se relèvera pas de si tôt

    • volpa volpa 3 décembre 2013 20:12

      OMAR, Je n’ai pas dit tout ça et il faut garder une certaine mesure.

      Derrière chaque homme il y a une femme sauf quand c’est une tata.( un procès en perspective)

      La mère Tatcher tu connais sa vie ?.

      Moi je regarde et écoute les faits divers et les femmes ne sont pas bien loties.

      Oui, il y a des hommes sans scrupules et les femmes, non ?


    • volpa volpa 3 décembre 2013 20:17

      @ Madame Apolline porte en elle les germes de la violence physique.

      Avec ce qu’elle vient d’écrire, si elle en avait les moyens , elle serait une cogneuse.

      J’espère , si elle a un homme, il aime prendre des coups et chanter « Chérie fais moi mal ».


    • claude-michel claude-michel 3 décembre 2013 12:36

      Hélas cette violence est la même partout dans le monde...L’homme est une bête pensante avec une cervelle d’oiseau... !


      • appoline appoline 3 décembre 2013 19:13

        Il pense avec son cerveau du bas


      • claude-michel claude-michel 4 décembre 2013 08:19

        Par appoline....Genre DSK...en effet.. !


      • Prudence Gayant Prudence Gayant 3 décembre 2013 14:08

        L’auteur fait un article sur les violences faites aux femmes par leur conjoint, libre à un homme de faire un article dénonçant les femmes violentes au lieu de vouloir absolument dénaturer minimiser le rôle des hommes violents.

        Les hommes violents existent inutile de le nier en prenant le contre-pied de l’article pour cacher la réalité. 
        Les hommes se cachent-ils pour mourir sous les coups des femmes ? ils préfèrent critiquer l’article plutôt que de le reconnaître. 

      • appoline appoline 3 décembre 2013 19:15

        Dis donc le concombre non masqué. Quand même, pour un homme, refusé un combat à main nue n’est une gloriole, bon je vous rassure, il y a peu de lopettes, l’homme garde le quasi monopole des violences conjugales


      • Pillippe Stephan Uraniumk 3 décembre 2013 13:28

        @rodier
        excellent
        en plus bonjours la photos,retouches mal faite.
        juste avec le coup sur l’œil la fille elle est ko, le gars il lui met encore deux coups
        au visage avec 2 objets différent,mais bon c’est pas grave.

         


      • appoline appoline 3 décembre 2013 19:18

        Personne n’a à se laisser faire. A la violence, il faut répondre par la violence car en grande majorité quand ça part, le dialogue est dépassé depuis longtemps. Mais que ce soit une femme ou un homme, il n’a pas à subir cela sans répliquer, sinon, cela dure dans le temps car rares sont ceux qui ne recommencent pas quand ça a marché une fois


      • Ramana Ramana 4 décembre 2013 09:40

        Les filles viennent de vénus et les hommes de mars, d’accord, d’accord... mais il y a des beautés fatales et des justes colères !


      • Pillippe Stephan Uraniumk 3 décembre 2013 13:32

        ERRATUM

        3 coups au visage avec 3 objets différents

        lol


        • juluch juluch 3 décembre 2013 13:54

          Et les hommes maltraités..... ?


          On en parle pas ?



          • Prudence Gayant Prudence Gayant 3 décembre 2013 14:09

            On en parle pas ? mais vous ne faites que cela


          • juluch juluch 3 décembre 2013 14:11

            Ben non c’est la premiere fois......


            J’ai vu le sujet j’en ai profité.

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 3 décembre 2013 14:17

            Juluch et les autres hommes. Automatiquement les hommes se rebiffent et contre-attaquent. 

            Ils ont raison car les violences féminines existent et sont prouvées. Mais à vouloir toujours tirer la couverture à soi, rien n’avance ;
            Ce sont toutes les violences qui doivent être combattues et traitées comme elles doivent être, les violences des hommes sur les femmes et les violences de femmes sur les hommes.
            Ne faire de ce fait de société qu’un seul combat, celui de la violence.
            Vous verrez rarement une femme prendre fait et cause pour un homme violent et l’inverse pareillement.
            D’où des articles à ne plus finir.

          • OMAR 3 décembre 2013 18:13

            Omar 33

            Salut Juluch..

            Il est vrai qu’il a des hommes maltraités...

            Mais la plus part du temps, ils le sont par d’autres hommes...


          • nemotyrannus nemotyrannus 3 décembre 2013 18:28

            OMAR


            C’est une affirmation sans fondement dans le seul but de nier , nier et encore nier qu’il EXISTE des femmes violentes.
            « Oh , bien sur , si ils sont tapés c’est par d’autres hommes , ou alors c’est dans les couples homo... »

            Mon cul !





          • appoline appoline 3 décembre 2013 19:23

            Omar vit encore au temps des chars à boeuf. Je connais quelques nanas donc les maris n’ont pas intérêt à bouger d’une oreille, elles sont redoutables. Mari ou un autre homme d’ailleurs, beaucoup de nanas s’entraînent pour cela et refusent de passer pour des victimes, aussi leur marcher sur les pies représentent un grand danger pour celui qui les chatouille


          • nemotyrannus nemotyrannus 3 décembre 2013 14:02
            @Juliette

            C’est dramatique en effet et il faut combattre ce fléau.
            Cependant,Pensez à Présenter les violences conjugales sous les deux angles.

            Hommes-Femmes
            Femmes-Hommes
            Vous serez plus crédible si vous êtes vraiment motivée par l’égalité des sexes , ce serait plus juste et neutre et puis vous éviterez de vous mettre la communauté Agoravox sur le dos. 

            À 400 000 contre 140 000 , dire que ça n’existe pas tient du mensonge et dire que c’est un épiphénomène tient de la volonté de minimiser pour pas reconnaître que le monde manichéen que l’on tient pour véritable n’est qu’un délire.


            Je suis incroyablement écoeuré que malgré le fait que la campagne ait repris les chiffres du rapport ONDRP , elle se soit cantonnée aux femmes alors que deux lignes plus bas dans ce rapport il est aussi question des hommes.
            C’est surtout incroyablement suspect de la part de mouvements prétendument égalitaires.


            Bonne chance quand même dans votre combat.

            • ZenZoe ZenZoe 3 décembre 2013 16:45

              A chaque fois qu’un article sur les violences faites aux femmes sort, tous les lecteurs masculins ou presque d’AV rappliquent pour entonner à l’unisson « et nous ? »
              Il y a bien Prudence Gayant qui, courageusement, tente d’expliquer que c’est à l’auteur de délimiter le périmètre de son sujet (même si le titre aurait pu être plus précis effectivement), que la voie est libre et que chacun peut écrire un article sur les violences faites aux hommes (bien réelles), rien n’y fait.
              Tout ce qu’on lui répond, c’est « oui, mais... ».
              C’est dommage, en répondant comme ça, on donne l’impression d’évacuer et donc de nier cette violence contre les femmes, ce qui, je l’espère, n’est pas le propos des commentateurs.


              • nemotyrannus nemotyrannus 3 décembre 2013 17:22
                Ou mais délimiter ça on le fait déjà en dehors avec les conséquences que l’on connaît.
                Campagnes à sens unique et diabolisation de l’autre.

                On délimite , on ne parle que de ça et on finit par croire que ça ne marche que dans un sens.
                À tel point que l’on parle fréquemment de violences sexistes là ou c’est violences tout court.
                 
                On ne nie rien , nous commentateurs , rassurez vous.

                Si on niait on dirait que c’est n’importe quoi , ce qu’elle dit. 
                Alors qu’on précise , tout simplement. 





              • eric 3 décembre 2013 19:17

                Je nie ce machin en tant que concept.
                Il y a des violences. Des violences individuelles. Des violences collectives.
                Je ne vois pas de raison ni de les trop sexualiser, ni des les mettre dans un même panier.
                Les mutilations rituelles et les crimes de guerre.
                C’est particulièrement vrai des violences conjugales qui sont par définition liées a une relation. C’est la relation qui dans l’ensemble a un probleme. Les cas de mecs ou de filles fous furieux par ailleurs et dont le conjoint est assez paume pour ne pas partir en courant, sont quand meme des cas « pathologiques » et non « societaux » . Je donne plus bas une des façons dont les adeptes de la théorie du genre manipulent les chiffres a l’appui de leur cause. On voyait très bien dans le Nouvel Obs, un « intervenant social » belkacemien, expliquant que sa vocation était d’expliquer aux femmes qu’elles sont des victimes.
                C’est un grand retour en arrière pour la cause des femmes.


              • totof 3 décembre 2013 16:51

                148 femmes tuées par an est un phénomène marginal sur une population de plus de 60 millions d’habitants. Donc, les hommes sont très peu violents à notre époque.
                Par ailleurs, quelques liens sur la violence féminine :
                http://malvoltiolivier-fg.blogspot.fr/
                http://endehors.net/news/120-000-hommes-et-260-000-femmes-victimes-de-violences-de-leur-conjoint
                http://endehors.net/news/en-2010-146-femmes-et-28-hommes-ont-ete-tues-par-leur-conjoint
                C’est vrai que ça devient fatiguant cette misandrie ambiante, misandrie dont le seul but est de créer un écran de fumé sur la question de la lutte des classes et de poursuivre l’oeuvre de domestication de l’humain entamée par le pouvoir central ; Les femmes ne se demandent-elles pas pourquoi l’Etat leur donne du pognon pour critiquer les hommes ? C’est parce que l’Etat est gentil et attendri par la condition des femmes ?


                • appoline appoline 3 décembre 2013 19:26

                  Les femmes doivent prendre leur vie en main ; leur mari est violent, oust dehors, tant qu’à prendre une rouste autant que cela ne soit pas inutile et puis la rouste, elles peuvent la rendre ; mince, il faut arrêter de se laisser marcher dessus, d’un côté comme de l’autre. 

                  Les loups existent parce que les moutons existent. 

                • eric 3 décembre 2013 17:09

                  Pour ceux qui ne seraient pas au courant :

                  La violence faite au femme, n’est pas, un des aspects de le violence en tant qu’il concernerait particulièrement les femmes.

                  C’est une élément de la théorie du genre tel que la diffusent l’’UNESCO et nos pouvoir publics..

                  Tapez violence faite aux femmes wikipedia.

                  Cela mélange un peu tout, comme on le voit bien dans l’article de propagande copie colle ci-dessus. A suivre leur definition, tu refuse ta carte de credit a ta copine, c’est une violence faite au femme. L’inverse n’est pas vrai.

                  Cela repose sur des visions idéologiques nihiliste visant a la destruction du lien social.

                  Cela commence par une série de mensonges qu’il faut debunker.

                  A commencer par le premier. Oui des gens meurent de dysfonctionnement dans le couple, 148 femmes, mais aussi 15 % d’hommes.

                  Dans le premier cas, un tiers des « coupables » se suicident. Il n’y a pas de suicide féminin après meurtre de conjoint.

                  Au total, en vie humaine, il y a donc a peu prêt autant de victimes hommes et femmes dans des difficultés au sein d’une relation.

                  SI on rajoute ceux qui se suicident sans être devenu meurtrier, les SDF, massivement victimes eux aussi de problèmes de de-tricotages familiaux et qui finissent par mourir dans la rue, il est vraisemblable que les victimes sont d’abord des hommes.

                  Mais ce qui est sur, c’est que quand il y a des enfants, ils s’en prennent plein la gueule pour pas un rond quel que soit leur sexe.

                  Qu’ importe ! Ce qui compte, c’est que les problèmes familiaux peuvent devenir graves.

                  Les allumes du genre et de la « violence faite au femme » en cherchant des coupables et des victimes plutôt que des solutions relationnelles, mettent de l’huile sur le feux.

                  Ce sont des gens dangereux qu’il faut dénoncer.


                  • nemotyrannus nemotyrannus 3 décembre 2013 17:33

                    Est-ce que vous êtes de ceux qui craignent la dévirilisation des hommes , la perte de repère des hommes et de la famille traditionnelle , qui hurlent après les juges sexistes et qui parlent du suicide comme une violence sexiste , Zemmour et compagnie ?


                    Parce que bon , les masculinistes qui se croient plus légitimes dans leur révolte rétrograde , on en veut pas non plus.


                  • eric 3 décembre 2013 20:50

                    Dans votre commentaire, il n’y a que des mots qui sont des concepts premaches de la théorie des genres, dont le but n’est pas de décrire le réel, ou de dialoguer, mais de qualifier des « ennemis ».
                    Il est donc triplement sans intérêt. Absence de réflexion personnelle ; incapacité a décrire des réalités relationnelles ; stigmatisation des pensées qui ne correspondent pas a la votre avant toute discussion. Je ne vois pas l’intérêt d’ en discuter.


                  • nemotyrannus nemotyrannus 3 décembre 2013 23:42

                    Parce que sortir à tout va Théorie du genre / suicide / SDF , n’est pas la conclusion prémâchée et la position victimaire de ces gens là peut-être ?!

                    Non parce que le discours je le connais , hein.

                    Si vous voulez combattre les fem.Rad il faut pas le faire avec les arguments d’autre personnes délirantes et hors des réalités de ce monde.

                  • jymb 3 décembre 2013 18:51

                    Usant ces articles sexistes qui resservent ad nauséam les poncifs des méchants hommes martyrisant les gentilles femmes.

                    On espère sur Avox lire autre chose que la propagande télévisuelle habituelle stupide.


                    • marmor 3 décembre 2013 18:54

                      Proverbe arabe qui me plaît bien :
                      Quand tu rentres à la maison, bats ta femme, si tu ne sais pas pourquoi, elle, elle le sait !!


                      • appoline appoline 3 décembre 2013 19:28

                        Venez à La Rochelle, vous aurez vite fait de changer d’avis, quand vous en aurez pris une bonne vous changerez votre proverbe, vous prendrez du suédois


                      • volpa volpa 3 décembre 2013 20:21

                        Appoline, c’est pas de ma faute si vous êtes une femme.

                        Il faut accepter de ne pas avoir de zizi et être bourrée de testostérone.

                        C’est la nature.

                        Maintenant on peut grâce à la science se faire pousser des poils.

                        Alors, à bientôt Appolin.


                      • appoline appoline 4 décembre 2013 11:44

                        Rires Volpa,


                        Il est vrai que mes écrits sont un poil trop crus et quelque peu violents, mais les femmes qui se laissent frapper pour beaucoup, m’agacent, quant aux harpies qui violent leur famille m’agacent aussi. Donc, voilà, très cher ce n’est pas si facile. Non, les hommes m’adorent mais je les défie souvent

                      • volpa volpa 4 décembre 2013 12:51

                        Donc, nous n’allons pas nous tirer les cheveux.

                        Je me doutais bien que tu étais sympa.


                      • Marais 3 décembre 2013 18:57

                        Bonsoir Juliette,

                        148 femmes moururent sous les coups de leur conjoint au cours de l’année 2012 en France. En 2012, plus de 500.000 personnes sont mortes en France.

                        500.000 ! Entre les accidents de la route, les cancers, les fusillades, l’alcool, la cigarette, les suicides, la pauvreté... Pourtant on n’en parle pas, on ne parle que de ces 148 morts, alors qu’ils sont une goutte d’eau dans l’océan.

                        Utiliser ces morts pour vendre sa cause féministe est ignoble, abject. On doit le respect aux morts.
                        Laissez-les là où ils sont.

                        Et n’invoquez les morts célèbres comme la Fontaine ou Montesquieu car ce qu’ils ont créé vit encore, nous influence, a agrandi le patrimoine culturel de la France, et par ce biais ils sont encore parmi nous. Mais ces cohortes d’anonymes, qui ne vécurent que leur propre vie, qui existaient comme existent tant d’autres, dans la joie et la peine, dans l’abondance et la misère, dans la connaissance et l’ignorance, ceux-là doivent rester sous terre.

                        Ils sont morts et, je l’espère, il ne voient pas un spectacle aussi méprisable. Imaginez ceci : quand viendra votre tour, que votre cœur cessera de pulser, que votre corps cessera de bouger, que votre souffle s’arrêtera, et que vous viviez encore après cela, alors des humains s’accapareraient votre dépouille tels des charognards. Honte à eux ! Et honte à vous pour vous en être disparu ceci.

                        C’est, je l’avoue, un cri de colère et de rage, car ces morts qu’on traite sans respect, cette cohorte invoquée pour les besoins de tel ou tel, c’est nous. Pour 148 femmes projetées dans la lumière ignominieuse, combien d’autres ont souffert pareillement et restent dans l’ombre ? Hypocrisie et mensonge, tel est mon jugement.

                        Mais cessons là cette vaine querelle, vous n’êtes qu’une exécutante de leurs basses œuvres, comment sans rire de tristesse continuer cette logorrhée contre la servante quand les maîtres crachent leur dégoût de l’humanité et restent impunis ? Ah, ils ont construit leur forteresse dans les os et la chair des morts tués dans la souffrance et la douleur. Honte sur eux ! Et Honte sur vous !

                        En complément, je ne dirai qu’une chose : je vous méprise pour de telles paroles, car vous appliquez un procédé dont Machiavel n’aurait pas à rougir afin de faire triompher vos idées putrides et nauséabondes. Qu’importe, après cela, que vous vous riiez de moi, car je sais en mon âme et conscience que la déliquescence de notre société vient également de là, de ces spectres invoqués en vain. J’espère qu’après votre mort vous soyez utilisée par une cause amorale, que les torts qu’on fait aux morts vous soit fait également, qu’il soit fait à vos maîtres.

                        J’en ai fini là, et pour illustrer mon propos, je ne vous salue pas.


                        • eric 3 décembre 2013 21:03

                          Entierement d’accord avec vous, c’est sordide. C’est systématique. Instrumentalisation de cadavres. Ce sont les memes qui s’indignent sur des chiffres de SDF qui meurent dans la rue, ou des nombre de suicides a France Telecom, qui, si on les prenaient au pied de la lettre, évoqueraient qu’on meurt moins dans la rue que dans son lit ou que les employés de FT se suicident moins que le reste de la population. Et toujours pour dire le « bien et le mal » . Qui nous debarassera de ces cures nécrophages ! Le pire n’est meme pas cette utilisation nauséabonde de morts, ni même le mensonge comme méthode d’action, mais bien qu’ils prennent les autres pour des brelles. Ben non, nous aussi on sait regarder sur internet pour constater et prouver que vous racontez n’importe quoi...


                        • volpa volpa 3 décembre 2013 20:24

                          Je me marre bien.

                          Pour une fois que l’on ne parle pas de Merluchon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès