Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Violences urbaines, violences locales

Violences urbaines, violences locales

Deux ans après novembre 2005, the french riots risquent de se reproduire. On responsabilise le plus souvent l’Etat sur ces questions alors que les réalités sont vécues dans la proximité, le local, l’hyperlocal...


Le chat, la fuite et les voitures brûlées.


Une semaine dans les HLM, finalement tout s’est bien passé 15 à 20 voitures brûlées dans l’agglomération, quelques dégradations aux biens, mais les immeubles de logement ont été épargnés.

Un coup dur sur un quartier : la supérette a brûlé. Des angoisses dans notre entreprise, peu de volontaires pour l’astreinte, mais en définitive la routine.

Une visite soir et matin sur le patrimoine sensible, un échafaudage menaçant péril, un chat enfermé dans un logement, les pompiers se sont déplacés... une fuite d’eau dans un WC nouvelle sollicitation des pompiers, cette fois-ci, ils sont restés à la caserne.

Les HLM sur la brèche pour l’ensemble : les voitures brûlées, l’échafaudage, le chat et la fuite.

Le temps est au premier bilan. On réfléchit, on s’interroge. Révolte des exclus, mouvement social révélateur d’une situation que nos sociologues avertis prédisaient depuis longtemps, depuis qu’ils sont sociologues, acte de délinquance organisée lié à l’économie souterraine, faillite de l’Etat, désengagement des quartiers ou que sais-je  ?

Nul doute qu’il s’agisse de désespérance, nul doute également qu’il serait vain de conclure sur la jeunesse, les banlieues, la société au simple motif de violences urbaines auxquelles seule une catégorie limitée de la population adhère.

Des très jeunes et quelques aguerris qui maîtrisent un territoire.

Quelle population, de jeunes hommes à partir de 13 ans environ issus de quartiers populaires construits dans les années 60 d’une taille relativement importante rarement inférieure à 1 000 logements.

Des quartiers où la structuration par groupe affinitaire des adolescents présente une certaine hiérarchie qui recoupe l’occupation des territoires. Tous les adolescents de nos quartiers n’occupent pas les mêmes lieux, certains sont plus emblématiques que d’autres : les places Pablo (Picasso ou Neruda), les places de l’Europe.

Faisons le pari que nos affaires de violence sont nées précisément dans ces lieux occupés et souvent contrôlés par les jeunes les plus terribles. Ceux que traditionnellement on cantonne sur les espaces publics centraux à partir de 8 heures du soir.

Des lieux où le plus souvent la police va, mais reste en lisière parce que « si on descend de la voiture on n’est pas complètement sûr de la retrouver ».

Des lieux que les correspondants de nuit et les médiateurs contournent pour éviter la provocation. Des lieux où souvent on traficote. Des lieux dont on peut s’échapper facilement, des lieux dont l’approche est facile à contrôler.

Des lieux où nos jeunes, nos très jeunes côtoient des plus âgés, parfois délinquants expérimentés, que l’on ne confond que rarement. Il est vrai que, dans des opérations de maintien de l’ordre, on arrête par la force des choses ceux qui courent le moins vite. Les plus jeunes ont 13 ans, mais quel âge ont les plus âgés ?

Du caractère fusionnel de ces petits groupes ressort la détermination du premier cercle des révoltés, l’émergence de leaders sporadiques et le caractère no limit des actions perpétrées.

Un fait grave relevant le plus souvent du fait divers suffit à mettre le feu aux poudres, en l’occurrence la mort des deux adolescents de Clichy-sous-Bois ou à Villiers-le-Bel.

Les activités traditionnelles de ces groupes ou plus simplement les trajectoires individuels facilitent la création d’un premier maillage de l’information d’un quartier à l’autre souvent par contiguïté, le traitement médiatique fait le reste révélant puis confortant l’embrasement.

Au-delà de ces phénomènes de cristallisation plusieurs cercles d’adhésion se forment par mimétisme, sentiment d’appartenance, de frustration atteignant même des populations très éloignées de l’action violente. Cette extension de l’action puise cette fois-ci ses racines dans les dysfonctionnements sociaux traditionnels ce qui entretient l’amalgame et contribue parfois à faire passer d’authentiques voyous pour des héros.

Mise en cause de l’Etat, pas si sûr !

Quelles sont les cibles favorites de cette violence ? A en croire le traitement médiatique, il s’agirait d’une remise en cause de l’Etat appelé à l’aide en toute circonstance ce qui est, par ailleurs, bien naturel pour rétablir l’ordre public.

Eh bien, force est de constater que si l’Etat peut être mis en cause, les cibles, elles, sont locales voire hyperlocales et souvent très proches des outils traditionnels de régulation ou de reconquête de nos quartiers.

Les écoles plutôt les maternelles que les collèges, les locaux associatifs, les gymnases, certains lieux de consommation parfois même les régies de quartiers ou les missions locales sont visées par les émeutiers.

En d’autres termes, les logements ainsi que les équipements très emblématiques de la puissance publique sont peu visés.

Hasardons l’explication que contrairement aux idées souvent répandues la famille et les familles restent respectées et que le logement qui les abrite l’est également.

Pour avoir quelques souvenirs de révoltes plus limités dans les années 1990 les parties communes et souterraines des immeubles étaient la première cible. Nous disions alors « supprimons les portes cela évitera qu’on nous les cassent ».

Ce sujet n’est plus d’actualité. Cela est peut-être d’ailleurs à mettre au profit de la politique de la ville tant décriée par ailleurs.

L’espace public a trouvé sa place dans nos quartiers. Les conflits s’y développent, mais épargnent dans une certaine mesure la sphère privée.

Cet espace public, il a été reconquis, de nombreux acteurs y sont présents, les collectivités y réalisent souvent un travail admirable, la réaction des équipes de quartier, des associations et des élus locaux durant ces troubles a d’ailleurs été immédiate et le plus souvent marqué d’ouverture et de compréhension..

Partout où les troubles ont été déclenchées des politiques de proximité et de reconquête sont à l’œuvre, bizarrement moins de politique, moins de troubles. Ces politiques normalisent, offrent des perspectives limitées certes, mais des perspectives tout de même, elles forcent à la confrontation avec des dispositifs d’insertion et de formation, elles positionnent les institutions et les personnes qui les ont en charge.

En d’autres termes, elles perturbent les voies de l’économie souterraine et la vie entre soi, elles rendent plus difficile les manœuvres d’évitement face au parcours d’insertion sociale et professionnelle.

La discrimination de proximité

Pour autant elle n’ont pas fait la preuve d’une efficacité suffisante et sont génératrices de frustrations.

Elles buttent parfois sur l’insuffisante détermination des intéressés, mais surtout sur ces discriminations qu’ils vivent au quotidien.

Là aussi c’est la proximité qui est en jeu. Plus les choses deviennent pratiques et plus la discrimination est effective.

Le discours national est égalitaire, même faussement égalitaire, il nie l’évidence des communautés d’origine, des communautés religieuses, celles de lieux de vies et les handicaps qui l’accompagnent.

Il refuse de voir que chacun dans notre société se reconnaît dans un groupe ou dans des groupes et qu’il s’agit du corollaire de l’individualisme ambiant.

Il regroupe sous le vocable du communautarisme toute politique visant à prendre en compte des spécificités d’évidence.

Il valorise paradoxalement les communautés « méritantes » inaccessibles : les sur-diplômés, la classe médiatique, culturelle, etc.

Dans le même temps, il présente les quartiers et leurs habitant dans l’unique couleur de la misère.

Certains élus parlent d’une France en stéréo.

Il s’agit-là de deux mondes étanches hors de la confrontation du quotidien nourrissant la frustration sans l’espoir.

Dans la pratique ne devient pas Zidane qui veut et il est sans doute plus réaliste de raisonner l’ascenseur social vers un métier d’employé, d’ouvrier ou de fonctionnaire, vers un logement à Argenteuil plutôt qu’à Neuilly et de sortir le samedi soir dans la zone commerciale de son quartier plutôt que dans les hauts lieux de la jet-set.

Faut-il encore que ce quartier soit ouvert à tous et que monter sur la première marche de la promotion sociale ne soit pas un parcours du combattant inaccessible.

Cette question de la discrimination devient aujourd’hui d’application surtout locale. A un moment où le discours national se transforme avec une remise à l’honneur de l’égalité de traitement, de l’égalité des chances et de la création de nouveau droit, il ouvre la voie à une transition vers un changement des règles qui régissent la vie quotidienne à l’école, dans l’entreprise, et dans la commune.

Il s’agit-là d’une question centrale pour l’ensemble de la société française en ce qu’elle touche à la vie quotidienne de chacun d’entre nous et notamment les classes moyennes qui se sont habituées au fil du temps à isoler leur quotidien de celui des couches sociales les plus défavorisées.

Les situations de crise provoquent un effet de loupe sur la discrimination des populations les plus défavorisées, certaines passent de la relégation à l’exclusion totale et nous ne devons pas oublier que nous sommes dans le même temps dans une situation de chômage chronique et dans une crise du logement sans précédent depuis les années 60.

Affaire à suivre...


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 28 novembre 2007 10:25

    Il manque une conclusion claire. Doit-on comprendre que c’est parce que l’espace public est en voie de reconquete qu’il y a des troubles ? Avez vous reculé devant cette conclusion ?

    Il se pourrait que cela soit assez juste.

    Le deal et l’économie souterraine sont en effet une parfaite copie de l’économie légale. Et les troubles ne sont pas bons pour les affaires. On sait d’autres part que de l’armement lourd est présent là ou la came se trouve. Il faut bien se « protéger ». Et , malgré la violence inouïe, ces armes sont restées muettes (heureusement !)

    Alors, que faut -il penser ? Penser qu’il est étonnant qu’il y ai des émeutes, ou qu’il n’y en ai pas plus ?

    Que le mode de reconquete n’est pas approprié ? Ou que ce n’est qu’un « hoquet » dans un processus de normalisation ? Ou encore qu’il vaut mieux laisser l’économie souterraine faire elle même le travail de pacification ?

    En tout cas, une réflexion originale.


    • Gazi BORAT 28 novembre 2007 13:37

      à Le Peripate

      « ...Le deal et l’économie souterraine sont en effet une parfaite copie de l’économie légale.. »

      Exactement !

      Le commerce de produits illicites est aussi parfois le début de fortunes respectables par la suite..

      La digne famille Kennedy a bati sa prospérité de cette façon..

      gAZi bORAt


    • tvargentine.com lerma 28 novembre 2007 10:25

      Encore bravo mais n’oubliez pas le communautarisme qui est quand même un facteur important dans les gangs que l’on voit se former par communauté.

      Ensuite,la dégradation de l’environnement alors que les gens disposent d’une qualité de vie acceptable est bien souvent le fait d’individus dont les parents ne sont pas des « pauvres » mais des voyoux en cols blancs

      Pour eux ,dégrader,c’est marquer un territoire,comme des animaux.

      l’Etat et les municipalités ont trop souvent sous-traitées à des « associations » dites de proximité (de communautarisme ?) et cela ,n’a rien apporté.

      Seul l’Etat et ses représentants doivent restaurer en s’attaquant à des familles entières qui bien souvent vont des transferts à la Western Union supérieur à leur revenu déclaré.

      Un contrôle de la machine administrative doit se mettre en marche (SS,IMPOTS,RMI........)


      • vinvin 28 novembre 2007 12:47

        Bonjour.

        Faut établir l’ état d’ urgence un la loi martiale, et faire intervenir l’ armée une bonne foi pour toutes.

        (Il sera plus compliqué pour ces c*ons d’ incendier des chars leclerc ou des AMX-30, que les bagnoles ! )

        Cordialement.

        VINVIN.


        • Gazi BORAT 28 novembre 2007 13:35

          « ..faire intervenir l’armée une bonne fois pour toute.. »

          Et pourquoi pas, en place des AMX30, ne pas faire appel aux Stuka ?

          Leur sirêne lors des bombardements en piqué a toujours montré un effet des plus remarquables sur les populations civiles..

          gAZi bORAt


        • Brif 28 novembre 2007 14:35

          Surtout que les AMX30 sont très bien adaptés au combat de rue grace au toureleau avec la 7,62 dessus. Et le 20mm coaxial, c’est parfait pour tirer sur les immeubles. Et c’est vrai que pour l’incendier, ce sera plus difficile qu’avec la bagnole du voisin.

          Ces gens là déclarent la guerre, c’est bien par la loi martiale et par la guerre qu’il faut leur répondre. Il faut toujours parler avec le langage de ses interlocuteurs pour se faire comprendre. Dans leur cas, c’est le langage de la violence. Le seul qu’ils comprennent.


        • Gazi BORAT 28 novembre 2007 17:44

          @ brif

          « Guerrilla urbaine »

          Par contre le choix de calibre de chasse par les émeutiers n’est pas des plus judicieux.

          Les gilets pare-balle des forces de l’ordre sont conçus pour résister aux calibres à forte puissance d’arrêt et les plombs de chasse s’y écrasent facilement.

          Par contre, nombre de calibres tombés aujourd’hui en désuétude, les munitions à faible puissance d’arrêt mais bons indices de perforation, comme le 7,65 long que tiraient les P.A. « Unique »...

          http://www.zitocland.com/administrer/upload/160706_182037_PEEL_w3GcEz.JPG

          ...en dotation dans la police Nationale il y a encore quelques années traversent très facilement les gilets pare-balles..

          Etonnant, non ?

          Les Tchetchènes s’étaient aperçus il y a quelques années de l’avantage tactique de ces calibres démodés et s’étaient empressés de constituer des stocks de vieux Tokarev TT33...

          http://oldrifles.com/chi-m20-r_70.jpg

          ...qui utilisaient eux aussi ces munitions magiques pour leurs attentats individuels contre les troupes d’occupation russes.

          http://www.conjay.com/2013%207.62mm%20Tokarev%20Various.jpg

          gAZi bORAt


        • Philippe D Philippe D 28 novembre 2007 12:48

          @ L’auteur

          Article très intéressant qui donne un bon aperçu des situations complexes et des réactions à la « reconquète » de ces quartiers.

          J’écrivais hier sous un autre article un commentaire sur l’importance des erreurs d’urbanisme dans le développement de la violence dans ces quartiers sensibles. J’y prônais l’établissement d’une sorte de plan Marshall, ou Grande Cause Nationale, pour pouvoir agir efficacement sur ces problèmes :

          "Les erreurs d’urbanisme des 40 dernières années conduisent maintenant à une situation inextricable.

          Plus qu’à un nouveau Grenelle ce serait un véritable Plan Marshall qu’il faudrait engager. Une refonte totale des communes sinistrées. Des constructions massives, de logements sociaux, mais cette fois-ci intelligentes et dispersées dans TOUTES les communes autour de Paris, dans Paris intra-muros, et dans toutes les villes de province concernées.

          Prévoir un véritable plan de dé ghettoïsation : Destruction d’immeubles des cités au même rythme que la création d’autres logements dans d’autres endroits, à l’est au sud ou à l’ouest de Paris. Parvenir à déplacer sur une base incitative et volontaire des dizaines de milliers d’habitants, et éviter ainsi de nouveaux regroupements massifs par communautés ou par catégories sociales.

          Cela ne règlerait rien immédiatement mais donnerait au moins le signal d’un vrai changement dans l’approche des banlieues. En outre économiquement cela deviendrait un formidable booster pour créer de nouveaux emplois, de nouvelles entreprises.

          Un « Plan Marshall » suppose certes des moyens financiers considérables et l’état manque des ressources suffisantes. Il faudrait décréter ce projet Grande Cause Nationale et faire appel pour ce financement à l’épargne privée, au dons, au mécénat des entreprises privées, il faudrait utiliser tous les ressorts économiques qui pourraient bénéficier d’une façon ou d’une autre de cette activité.

          une vraie volonté politique est indispensable pour organiser une telle opération et parvenir à obliger toutes les communes à engager de tels chantiers. Sarkozy puisqu’il est là aujourd’hui pourrait trouver dans cette cause une belle occasion de concrétiser sa volonté réformatrice et d’employer son énergie.

          Sans une telle volonté nationale je ne vois pas très bien comment on ne sera pas amené à revivre de plus en plus fréquemment de nouveaux épisodes de type insurrectionnel"

          J’ai retrouvé hier soir, plus tard, la trace d’une déclaration de Sarkozy en campagne électorale (sur Skyrock le 13 mars dernier) dans laquelle il disait son intention de faire un Plan Marshall pour les banlieues.

          Vous êtes dans l’urbanisme et le logement social pouvez-vous nous donner des précisions et votre avis sur la ou les politiques d’urbanisme actuellement engagées pour ces banlieues ?

          J’ai lu quelque part que les destructions d’immeubles étaient le plus souvent très mal vécues par les habitants des quartiers. Qu’en est-il réellement ?


          • Yohan Yohan 28 novembre 2007 13:39

            Mal vécues. Pas bien longtemps en tout cas. Mais quand on n’a connu que les tours grises, c’est assez normal, on y a ses souvenirs, ses amis, ses habitudes (nostalgie, nostalgie).

            Offrez leur une autre espace de vie plus humain, ils finiront pas oublier l’ancien.


          • Philippe D Philippe D 28 novembre 2007 14:13

            @ Yohan

            Oui c’est bien ce que je crois aussi.


          • Bourricot Bourricot 28 novembre 2007 19:12

            Relogements mal vécus parce que la plupart du temps, les gens concernés sont propriétaires de leur logement et lors d’une destruction d’un immeuble l’Etat leur donne une compensation financière ridicule face au montant de la transaction originale(sans considérer donc en plus l’augmentation de l’immobilier).

            On leur propose bien souvent un nouveau logement mais à louer. Les gens y perdent finalement beaucoup en matière de finances.


          • Bulgroz 28 novembre 2007 14:30

            moto non homologue pour la voie publique, vitesse excessive, pas de casque, refus de priorite, pas d’assurance, pas de lumiere, 2 sur un vehicule... : en langage simple et bobo : c’est la faute de la france, c’est la faute de la republique.

            Les parents sont en droit d’exiger de savoir pourquoi des policiers blancs ont assasine ces enfants de la republique.

            Ailleurs, ca s’appele un accident.Et on demanderait des comptes aux parents pour avoir laisse leurs enfants contrevenir aux regles communes.


            • Anto 28 novembre 2007 15:41

              Commentaire hors sujet. Au choix, soit vous n’avez pas lu cet excellent texte, soit vous ne l’avez pas compris. Dans les deux cas, vous visez dans l’eau.

              Vous en etes encore a ergoter sur l’accident, alors que le point de depart de l’article, sont les manifestationa de violences qui ont suivi. Les circonstances de l’accident, tout le monde s’en fout. Les casseurs ont deja choisi leur version, et les beaufs comme vous, la leur. Vous ne comprenez pas qu’il s’agit juste d’une etincelle, d’un pretexte. Le vrai probleme sont ces emeutes dont on va commencer a feter sinistrement l’anniversaire par d’autres emeutes.

              Tres bon article par ailleurs.


            • LE CHAT LE CHAT 28 novembre 2007 16:21

              Le chat, la fuite et les voitures brûlées.

              Qu’ai je donc à voir avec cela ?????? smiley

              Ce qui est certain , c’est que les dealers et autres voyous veulent que se tiennent à distance les forces de l’ordre , c’est meilleur pour le « business »


              • Gazi BORAT 28 novembre 2007 17:48

                @ le chat

                Et bien sûr, le meilleur moyen d’éloigner des cités les foces de l’ordre - comme on le voit ici - est de provoquer des émeutes médiatiques...

                Apparemment, le seul que cela éloigne est Nicolas Sarkozy. D’habitude si ptompt à se rendre sur le terrain, il ne s’y frotte pas..

                gAZi bORAt


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 28 novembre 2007 20:13

                Bon ne reste plus qu’a équiper les CRS de ce matériel !

                http://apu.mabul.org/apu-6-g5vwgu4lhoo4ilk2guxg1uc2.jpg.html

                http://apu.mabul.org/apu-6-f0d4lu363twlt95maqp20pfs.jpg.html

                ,... puis pour plus de dissuasion,.... il reste encore celui-là !

                http://apu.mabul.org/apu-6-7o72xpqzr0fgx58pwqiwbyqv.jpg.html

                @+ P@py


                • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 28 novembre 2007 23:59

                  Suite aux émeutes de Villiers-le-Bel, et à une tension persistante qui n’est pas près de disparaître, il est souhaitable de se poser une question qui est celle-ci : « Et si l’embrasement des banlieues n’était, en fait, que les soubresauts d’un totalitarisme mafieux à l’agonie ? »

                  Notre pays est miné par trois décennies de corruption organisée par une classe politique arrogante, corrompue, et totalement incapable de proposer une véritable formation humaine aux jeunes.

                  Et j’ajoute même : « Est-ce que le principal responsable des récentes émeutes ne serait pas, en fait, Jacques Chirac ? ».

                  Cette hypothèse demande un développement assez long que voici :

                  J’ai créé, en novembre 1993, un laboratoire d’idées « les Clippers de France » qui avait pour ambition de définir les conditions dans lesquelles il serait possible de donner un complément de formation humaine aux jeunes, notamment à ceux des banlieues, par la navigation, en équipage, à bord de grands voiliers :

                  http://euroclippers.typepad.fr/mon_weblog/le_tarangini_voiliercole_de_la_ma rine_indienne/index.html

                  Cette association a compté jusqu’à trente amiraux, dont trois chefs d’Etat Major de la Royale, mais aussi des capitaines au long cours, des capitaines de pêche (Jean Recher), des éducateurs, des psychiatres, etc...

                  En avril 1995, j’ai reçu une lettre de Jacques Chirac qui me souhaitait bonne chance dans cette entreprise...

                  Au nom de quoi notre président de la république a-t-il ignoré un ensemble d’études et de recommandations émises par une élite maritime qui s’était constituée afin d’améliorer l’avenir des jeunes ?

                  En serions nous là si un important programme de formation humaine des jeunes avait été mis en place il y après de dix ans ?...

                  Puis, en janvier 1998, j’ai dénoncé, à la DNEF, le détournement des indemnités de la guerre du Golfe par François Mitterrand, et qui se monte à près de 3,5 milliards de dollars :

                  http://euroclippers.typepad.fr/mon_weblog/socialisme_et_corruption/index.ht ml

                  Ce détournement de fonds aurait permis de faire construire, pour nos jeunes étudiants, lycéens ou marginalisés, près de 100 voiliers de 80 mètres du type « Gorch Fock », voilier-école de Marine allemande !!!...

                  Puis il faut savoir que, de 1998 à 2007, j’ai alerté de nombreuses fois l’Elysée sur cette affaire et que Jacques Chirac l’a délibérément couverte !...

                  Pour quelles raisons notre président de la République a-t-il protégé les responsables d’un détournement de fonds publics de plusieurs milliards de dollars ?...

                  Je dois avouer que j’ai maintenant acquis la certitude que nous avons été dirigés, jusqu’à maintenant, non pas par d’authentiques dirigeants mais par de véritables mafieux sans scrupule qui sont plus soucieux d’arriver au pouvoir et de se constituer une fortune colossale plutôt que de trouver de véritables moyens de formation humaine des jeunes.

                  Des présidents de la République corrompus, comme l’ont été « l’Arsouille » et « Jakouille la Fripouille », peuvent-ils réellement faire les bons choix pour nos « ados » ?

                  Non, bien sûr, et c’est ainsi que j’avance l’hypothèse que la situation dramatique dans laquelle se trouve nos banlieues, et par là même nos forces de l’ordre, a d’abord pour principal responsable JACQUES CHIRAC, car il avait, en 1995, la possibilité de lancer un important programme maritime pour les jeunes des banlieues, et qu’il n’a rien fait alors même qu’il couvrait le détournement des indemnités de la guerre du Golfe par François Mitterrand...

                  Les banlieues s’enflamment !...

                  Faut-il s’en étonner ?

                  Jean-Charles Duboc


                  • Proudhon Proudhon 1er décembre 2007 16:55

                    Comme vous semblez très au courant des diverses escroqueries gouvernementales, sauriez-vous ce qu’il en est de l’affaire concernant l’appartement de Neuilly de Nicolas Sarkozy ?


                  • non666 non666 29 novembre 2007 09:50

                    Que de blabla pour decrire une guerre coloniale qui, de reculades en reculades, nous a fait reculer de la l’Afrique aux banlieues metropolitaines, d’Alger a Villiers le bel, Clichy ou les Minguettes.

                    Les colons avancent et ce n’est pas parcequ’ils viennent de pays de misère qu’ils sont moins agressifs que les colons israeliens en territoires occupés.

                    A chaque fois les commerces de « leurs » communautés sont miraculeusement epargnés, ce que soulignaient les invités d’yves calvi avant hiers. C’est bien une guerre de conquete larvée qui demarre et ce n’est pas la presence des representants de l’immigration au sommet de l’etat qui devrait nous rassurer, au contraire, ils travaillent poiur les leurs, c’est evident...


                    • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 29 novembre 2007 11:38

                      attention les gars

                      vous embarquez pas dans d’enormes explications a base d histoire et de sociologie quand il s’agit d’expliquer des actes de delinquance qui concernent 3 ou 400 types. Il n’y a tout simplement pas d’explication « globale », tant de gauche (on est coupable d’abandon des banlieues, donnons leur plus de fric) que de droite (« on est coupable d’exces de repentance, mettons les en prison »).

                      rappel : il y a une dizaine de voitures incendiees CHAQUE JOUR dans le Val d Oise.


                      • vinvin 30 novembre 2007 01:55

                        Bonjour.

                        (@Gazi Borat)

                        Je ne suis pas contre l’ intervention des STUKATS, bien au contraire. ( mais des B-52 seraient peut-etre plus éfficases.....)

                        (@ Brif)

                        Vous avez tout a fait raison : pour se faire comprendre des peuples « primitifs » il faut employé le meme langage qu’ eux, autrement dit la loi du plus fort.

                        Les droits de l’ homme ont étés crées par les pays dévelopés, et ne doivent pas etre imposés aux ressortissants des peuples primitif, ni etre apliqués envers eux, car eux ne les apliquent pas vis a vis de nous.

                        Bien cordialement a vous .

                        VINVIN.


                        • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 30 novembre 2007 10:44

                          @ non666

                          Vous avez tout à fait raison, ce sont aussi des émeutes ethniques et religieuses, et j’ai d’ailleurs rédigé un texte intitulé « Terrorisme et contrôle des banlieues » dans lequel j’explique que nous devons contrôler nos banlieues AVEC UNE POIGNE DE FER, car l’étape suivante c’est la main-mise d’Al Qaïda sur une partie du territoire :

                          http://euroclippers.typepad.fr/mon_weblog/terrorisme_et_contrle_des_banlieu es/index.html

                          Désolé pour le bla-bla, mais c’est parfois nécessaire afin d’avoir une véritable vue de la situation et de faire les bons choix.

                          Jean-Charles Duboc


                          • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 30 novembre 2007 10:59

                            @eleusis

                            Les énormes explications sont parfois nécessaires afin de véritablement cerner les jeunes qui sont récupérables de ceux qui ne le sont pas.

                            Je porte à votre attention que les derniers travaux de psychiatrie identifient très bien un certain type de délinquants qui sont totalement irrécupérables, et doivent être absolument neutralisés...

                            Ce sont les PSYCHOPATHES qui représentent entre 1% et 3% de la population et présentent, pour certains s’entre eux, des anomalies neurologiques qui rendent inefficace toute thérapie ou action sociale.

                            J’ai développé cet aspect dans une note intitulée « Délinquance et psychopathie »

                            http://euroclippers.typepad.fr/mon_weblog/dlinquance_et_psychopathie/index. html

                            Et s’il y a 300 à 400 types qui provoquent des émeutes, et vont jusqu’à tirer sur les forces de l’ordre, la principale des causes vient de l’existence d’un noyau dur de psychopathes asociaux qui entraînent une partie des jeunes dans ces exactions.

                            La neutralisation des plus violents, qui sont souvent des monstres inhumains, est nécessaire.

                            Jean-Charles Duboc


                            • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 30 novembre 2007 11:17

                              @vinvin

                              Vous avez tout à fait raison, mais j’émets une réserve.

                              Tous ces jeunes ne sont pas des gangsters et l’utilisation des B 52 présente comme inconvénient d’éliminer tous ceux qui sont récupérables...

                              Pour se faire comprendre des peuples primitifs, et AGRESSIFS, il faut deux ingrédients :

                              1/ LA FORCE

                              2/ LA COMPRÉHENSIOON ET L’EXPLICATION

                              Pour la force, sachez que je serai beaucoup plus dur que MAM si j’étais ministre de l’Intérieur.

                              Je donnerais mon accord aux forces de l’ordre pour l’élimination, par les armes, comme aux Etats-Unis, de tout terroriste qui tire sur les forces de l’ordre.

                              Mon point de vue est que les individus qui ont tirés sur nos policiers auraient dû est abattus.

                              Tout simplement parce que c’est une réponse proportionnelle à l’agression.

                              Mais une partie de ces jeunes est absolument récupérable et c’est la raison du projet éducatif « euroclippers » que vous pouvez découvrir sur mon blog :

                              http://euroclippers.typepad.fr/mon_weblog/le_gorch_fock_voiliercole_de_la_m arine_allemande_1/index.html

                              Bien à vous.

                              Jean-Charles Duboc


                              • vinvin 1er décembre 2007 13:06

                                Bonjour Monsieur Duboc !

                                Je viens de parcourir votre blog :

                                (Magnifique photos de vos navires !)

                                Sauf erreur de ma part, il me semble avoir vu un jour une émmission télévisée, qui retraçait l’ histoire de l’ un de vos voyages avec des jeunes a « problèmes »......

                                Car vous avez déja voyeger avec ses jeunes n’ est-ce pas ?

                                (Ou bien alors je confond avec une autre personne qui l’ a fait !.....)

                                Ceci dit votre projet est interressant, mais perieux : En effet, sachez qu’ en cas de rébélion de votre équipage ou passagés vous serez seul sur un bateau en plein océan, il qu’ il risque d’ etre difficile d’ appeller des CRS.

                                Bref, je vous félicite pour votre projet qui je l’ espère pourra se réaliser, et je vous souhaite bon courrage pour la suite de votre projet.

                                Bien cordialement a vous.

                                VINVIN.

                                PS Bof, il n’ y a pas que les détournements de fonds de la guerre du golfe avec Miterrand......

                                Tous, ou prsque tous, les hommes politique détournent de l’ argent, alors.....

                                Et pour finir, rien qu’ avec tout ce que ses jeunes andouilles ont « bousillés » depuis Dimanche dernier, combien de navires aurriez-vous pu construires également ?


                                • coati coati 2 décembre 2007 12:06

                                  @ l’auteur « il nie l’évidence des communautés d’origine, des communautés religieuses » dîtes-vous en parlant du « discours national ».

                                  Cela vous dérange ça ? Moi je trouve que c’est précisement l’idéal vers lequel l’humanité doit tendre. Précisement je dis, car il s’agit bien de « nier » ce qui est effectivement une évidence à nos yeux (couleur de peau, morphotype). Chacun doit faire un effort de raison pour dépasser ces apparences. il ne doit pas exister de « communauté d’origine ». c’est totalement stupide. Comme le fait de « prendre en compte des spécificités d’évidence ». Vous avez une vision raciste des choses tout en voulant apporter des solutions au malaise des cités.


                                  • coati coati 2 décembre 2007 12:07

                                    « il nie l’évidence des communautés d’origine, des communautés religieuses » dîtes-vous en parlant du « discours national ». Cela vous dérange ça ? Moi je trouve que c’est précisement l’idéal vers lequel l’humanité doit tendre. Précisement je dis, car il s’agit bien de « nier » ce qui est effectivement une évidence à nos yeux (couleur de peau, morphotype). Chacun doit faire un effort de raison pour dépasser ces apparences. il ne doit pas exister de « communauté d’origine ». c’est totalement stupide. Comme le fait de « prendre en compte des spécificités d’évidence ». Vous avez une vision raciste des choses tout en voulant apporter des solutions au malaise des cités.


                                    • Martin Lucas Martin Lucas 2 décembre 2007 13:12

                                      Il y en a pas mal des motivations, pour ces jeunes qui ont tout cassé, ce soir là.

                                      La première est sans doute celle de l’impunité des agents de police.

                                      Amnesty international l’a fait remarquer dans un rapport édifiant.

                                      Tant que la police ne fera pas le ménage dans ses rangs, d’autres feront leur propre justice.

                                      http://www.re-so.net/spip.php?article2478


                                      • coati coati 2 décembre 2007 13:50

                                        Martin Lucas, comment-vous dire... vous me donnez la nausée. Vous ne méritez pas plus de considération que ceux qui tirent sur la Police au fusil de chasse.


                                      • idyllique 2 décembre 2007 13:50

                                        Depuis les années 80 nous faisons toutes les erreurs possibles pour que dans ce pays les jeunes des cités deviennent des bêtes sauvages ! Toutes les villes de France sont ceinturés par ces populations à la dérive ! Et que propose-t-on actuellement ? D’en faire entrer d’autres (immigration choisie alors que nous ne savons pas quoi faire des 5 millions de chômeurs, des 1,5 millions de rmistes !) alors que nous subissons une immigration illégale de centaines de milliers de sans papier chaque année !

                                        Il faut stopper d’urgence l’immigration. Renvoyer sans état d’âme chez tous les sans papier sans exception. Réservons nos états d’âme aux retraités qui ont travaillé dur toute leur vie et dont les 3/4 des retraites ne dépassent pas 1000€ ! De plus un génération qui a connu les horreurs, l’extr^me pauvreté de la seconde guerre mondiale (l’assistanat d’Etat n’existait pas en ce temps là). Depuis les années 90, malgré une politique d’assistance qui grève gravement le pouvoir d’achat des classes moyennes, notre pays est entré dans l’ère de la paupérisation durable, aggravée par l’arrivée massive de nouvelles populations étrangères qui ne peuvent plus s’intégrer et qui vivent à nos crochets (combien de milliards d’euros dépensés pour toutes ces banlieues en vain ?)

                                        Autre fléau qui sape l’éducation des enfants : laxisme parental (plus prompt à passer du temps à la CAF et incollables pour avoir droit à toutes les aides, qu’à surveiller leurs mômes !), une culture TV qui détruit chaque jour un peu plus nos valeurs morales, ces mômes sont nourris à la violence, aux crimes, viols, braquages dès le berceau ! Toutes les chaînes TV proposent des séries épouvantables, vidéos, films prônent la culture de violence ! Une société ne peut que s’écrouler lorsqu’elle vénère un footballeur, un animateur de TV qui gagne plusieurs smic par jour jour, alors que le savant dans son labo gagne un smic et demi en début de carrière ! Stopper aussi cette gauche avec leur idéologie de la bienpensante (on en fait pas assez dans l’assistanat...) excuse tous ces débordements et acceptent des les exorcicer en envoyant les journalistes observer les sauvages en action avec de longs débats TV à se masturber le cerveau en bonne compagnie !


                                        • coati coati 2 décembre 2007 13:58

                                          @Idyllique Je ne saurais mieux dire. Entièrement d’accord. Par rapport à l’assistanat je crains hélas qu’un retour en arrière ne déclenche une crise incontrôlable. Si on enlève l’aide sociale c’est le chaos. Tout s’effondre. Mais pourquoi pas après tout.


                                        • tvargentine.com lerma 2 décembre 2007 16:47

                                          Les français approuvent majoritairement les nouvelles lois sur l’immigration et la gauche caviar n’a qu’a heberger dans leurs villas (avec un S) tous ces gens qui pensent que la France est un eldorado.

                                          Il faut effectivement renforcer les contrôles d’identités et des aides sociales que touchent des immigrés économiques à l’heure ou des retraités font les poubelles pour manger

                                          Le temps des colonies est terminée depuis 40 ans et Mr BOUTEFLIKA a 100 milliard de dollars dans ses caisses pour récuperer sa misère dans son pays et construire un pays moderne


                                          • vinvin 2 décembre 2007 21:09

                                            Bonjour.

                                            bouté-flik-a on s’ en fout.

                                            le problème est pas là.

                                            Le problème se trouve au niveau de l’ immigration en général : Que les gens viennent d’ Algerie, d’ Afrique Noire, de l’ ancien bloc Soviétique, etc.....

                                            Et puis il y a cette saloperie de religion de m*rde qui n’ aide pas du tout l’ humanité a vivre en harmonie.

                                            (je parle de toutres les religions bien sur) !

                                            Pour ce qui concerne la france uniquement, je pense qu’ il faudrait adopter une loi comme quoi la Nationalité ne soit plus un aquit définitif, Y COMPRIS POUR LES ANDOUILLES NES EN FRANCE.

                                            A partir de là, il y aurait moyen de s’ arranger :

                                            Ceux qui respectent les lois et les valeurs de la France ainsi que LA LAICITEE pourraient restés :

                                            Les déliquants, (voir les voyous,) seraient quand a eux déstitués de leur nationalités, et racompagnés a Roissy manu-militarye.

                                            (Qu’ ils aillent brulés les voitures et les bus chez eux !)

                                            Allah une, Allah deux, hallah trois, et Hop a Roissy !

                                            Bien cordialement.

                                            VINVIN.


                                            • Pie 3,14 2 décembre 2007 21:27

                                              A Vinvin

                                              S’il y a un test de français vous êtes bon pour le charter.

                                              A moins que vous voliez par vos propres moyens car quand les andouilles voleront , vous serez chef d’escadrille.


                                            • moebius 2 décembre 2007 21:26

                                              commentaire particulierement idiot, un français sans doute


                                              • manusan 3 décembre 2007 07:54

                                                La consigne est clair pour les médias, pas trop de vague avant le business de Sarko en Algérie (5 milliards quand même).

                                                Après, le Français s’amusera un peu, tout impatient qu’il est avant Noël, de voir qu’il y a quand même des choses qui bougent dans le pays, enfin surtout à la TV. Mais en fait, si ça le passionne tant que ça, c’est qu’il a une vie quotidienne méga chiante.


                                                • zadig 3 décembre 2007 10:28

                                                  La crise économique actuelle rend le problème des banlieues insoluble. ( et le pire est à venir )

                                                  De multiples exemples à l’étranger donnent une idée de ce qui nous attend.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès