Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Vite et Bien ne sont pas compatibles

Vite et Bien ne sont pas compatibles

Le 23 janvier 2010, des associations françaises, Espagnoles et Italiennes se réunissaient à Hendaye pour dire non aux projets de trains à grande vitesse.

Témoin privilégié en tant que responsable associatif pour la région Rhône-Alpes, et concerné par le projet Lyon-Turin, j’étais présent lors de cette journée mémorable.

Les arguments des contestataires sont simples et logiques : ils se basent sur l’article 1 de la loi du Grenelle de l’Environnement du 3 août 2009 qui permet à un projet alternatif au projet initial soit réalisé, s’il est plus respectueux de l’environnement, et offre une meilleure rentabilité. lien

Les manifestants d’Hendaye ne sont pas des passéistes, voulant retrouver les tortillards d’antan.

Ils sont seulement des citoyens responsables qui n’acceptent pas de voir leur région massacrée par un projet non rentable, et qui préfère privilégier des trains modernes régionaux.

Ce ne sont pas non plus des « nimby » (Not In My Back Yard / pas dans mon jardin), et c’était visible sur leurs banderoles qui disaient : « ni ici, ni ailleurs ».

A Hendaye, après la signature de la charte dans la matinée, près de 30 000 personnes (15 000 d’après la Préfecture) ont manifesté pacifiquement franchissant la frontière jusqu’à Irun, la ville voisine espagnole. lien

Ils venaient des 4 coins de  France, mais aussi d’Espagne et d’Italie. lien

Le même jour, en Val de Suze, il y avait autant de manifestants contre le projet Lyon Turin, avec les mêmes arguments.

Tous demandent la modernisation de l’existant, et la mise en place d’alternatives respectueuses de l’environnement.

Ils demandent qu’un véritable débat public citoyen soit mis en place, au lieu des pseudos débats connus précédemment, qui relèvent plus de la communication que du débat.

Ils demandent que de véritable expertises indépendantes soit financées, et permettent de faire la lumière sur la validité ou non, des projets Européens LGV et Fret.

Ils entendent être reçus par les responsables européens en charge des projets ferroviaires, afin de produire leurs arguments.

Ils prennent acte du fait que la grande majorité des lignes LGV ne sont pas rentables, ceci expliquant la volonté de la SNCF d’augmenter ses tarifs. lien

(Les péages ferroviaires ont été effectivement revus à la hausse, provoquant l’augmentation du prix des billets, et faisant baisser la fréquentation. lien)

Ils constatent que les couts estimés des projets sont volontairement baissés, et la fréquentation espérée de la ligne projetée volontairement surestimée, afin de faire apparaitre une pseudo rentabilité.

(Rappelons que le tunnel ferroviaire sous la Manche a vu son prix final tripler : 4,6 milliards d’euros au départ, et 13,5 milliards d’euros à l’arrivée. lien )

Aujourd’hui, la SNCF est dans le rouge : en 2005, SNCF et RFF avaient déjà un trou de plus de 40 milliards dans leur caisse. lien

Le budget 2010 sent l’austérité à plein nez : investissements et dettes sont en hausse, TGV et Fret sont en berne. lien

La rentabilité de la branche TGV est passée de 20,1% en 2007, à 10,2% en 2009, et continue de s’effriter. lien

En 1994 la dette de la SNCF atteint 156 milliards d’euros, et passe l’année suivante à 177 milliards d’euros. Le trafic était de 62 milliards de voyageurs/kilomètre en 1991 et il est passé en 1995 à 55 milliards.

C’est d’ailleurs pour cette raison que la SNCF envisage de supprimer de nombreuses lignes TGV d’ici la fin 2010, même si Dominique Bussereau conteste cette décision. lien

Comme l’écrivait dans son livre (« vous, les politiques », chez Albin Michel) l’ancien ministre des finances Francis Mer : « le réseau ferré est financé à 20% par l’usager, et payé à 80% par le contribuable ».

 A la fin du mois de septembre 2009, Guillaume Pepy, président de la SNCF avait annoncé que l’exercice 2009 afficherait des pertes.

Tout cela était écrit dans un livre (la fracture ferroviaire/édition de l’atelier/2007) présenté par son auteur, Vincent Doumayrou, présent lui aussi lors de cette journée mémorable d’Hendaye. lien

En Rhône-Alpes, au sujet du Lyon-Turin, les associations contestent le projet lgv mais aussi celui de fret ferroviaire, faisant valoir que la création d’une ligne nouvelle de fret n’est pas de nature à relancer celui-ci, et affirment, chiffres à l’appui que la solution passe par une nouvelle technologie, et non pas par une nouvelle ligne.

Pour réussir le fret ferroviaire et prendre des parts de marché à la route, sans l’aide d’écotaxes, il faut répondre à trois critères :

Franchir des pentes de 3% et plus, se déplacer à 130 km, et surtout pouvoir charger et décharger les marchandises en moins de 6 minutes.

C’est ce que permet le procédé r-shift-r. lien

Les associations présentes à Hendaye contestent la mondialisation actuelle du transport des marchandises, qui permet par exemple à une pomme de terre, cultivée en Belgique, lavée et coupée en Italie, cuite en Espagne, d’être finalement mangée en France, au nom des lois du marché.

Ils entendent lutter contre les trafics inutiles, et veulent favoriser la consommation sur place des produits fabriqués, ou cultivés.

Et surtout, ils préfèrent aller un peu moins vite, en préservant leur environnement, évitant ainsi de creuser un peu plus la dette française.

Car comme disait un vieil ami africain :

« Les hommes blancs ont tous une montre, mais ils n’ont jamais le temps ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 27 janvier 2010 12:31

    Déplacez vous uniquement à pied !
    vitesse moyenne 4 km/h
    parce que mêmele crotin de cheval c’est poluant....
    CQFD ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 13:56

      jeff,
      a part l’humour discutable sur « le crottin de cheval », je vous serais reconnaissant d’etayer un peu vos arguments,
      d’abord, parce que le crottin de cheval prend deux T,
      ensuite, parce qu’il peut être aussi une source énergétique tout à fait intéressante, si vous voulez bien vous donner la peine de lire l’article que j’ai écrit sur ce sujet sur Agoravox :
      voici le lien :
      http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=64657
      bonne lecture,
      et j’attends avec curiosité votre réponse argumentée.
       smiley


    • sissy972 27 janvier 2010 14:24

      Bonjour Olivier,
      Combien il a raison votre ami africain. Toujours plus vite toujours plus loin.
      A quand un TGV sur la ligne Paris-Fort-de-France ?
      Sylvia


      • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 18:52

        Bonjour Sylvia,
        très bonne idée,
        et nous le prendrons ensemble ?
         smiley


      • sissy972 27 janvier 2010 19:13

        Cher Olivier,
        Je crains fort que non. 8h d’avion me semble une éternité alors en TGV !


      • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 19:47

        Sylvia,
        va pour le tgv,
        mais j’ignorais qu’ils avaient sorti une version amphibie.
         smiley


      • sissy972 28 janvier 2010 13:52

        Bonjour Olivier,
        Je n’ai pas eu le temps de répondre hier soir, suite à votre réponse.
        je crois qu’il y a eu un malentendu. Je disais que je ne prendrai pas le tgv paris-fort-de-france s’il existait (on peut toujours rêver) car le trajet serait interminable. Je trouve le trajet en avion de 8h long déjà alors en tgv ce serait un voyage d’une semaine.
        Bonne journée.
        Sylvia


      • olivier cabanel olivier cabanel 29 janvier 2010 06:17

        Sylvia,
        c’est bien ce que j’avais compris,
        je voulais juste faire un peu d’humour potache,
        ici, on se le gèle,
        vous avez bien de la chance.
         smiley


      • cmoy patou 27 janvier 2010 15:29

        @ Olivier,

        Ce joli texte n’est pas de moi , mais il m’a interpellé et surtout fait méditer.

        Ralentis ton rythme ! :

         As-tu déjà observé les enfants jouer sur un carrousel ou écouter la pluie tomber sur le toit ?
         Déjà suivi un papillon volant gaiement ou bien admiré un coucher de soleil ?
        Tu devrais t’y arrêter.

         Ne danse pas trop vite car la vie est courte.

         La musique ne dure pas éternellement.

        Est-ce que tu cours toute la journée, toujours pressé(e) ?
         Lorsque tu demandes « Comment ça va ? », est-ce que tu prends le temps d’écouter la réponse ?

        Lorsque la journée est terminée, est-ce que tu t’étends sur ton lit avec100 000 choses à faire qui courent dans ta tête ?

         Tu devrais ralentir.
         As-tu déjà dit à ton enfant « nous le ferons demain », et de le remettre au surlendemain ?

        As-tu déjà perdu contact avec un ami, laissé une amitié mourir parce que tu n’avais jamais le temps d’appeler pour dire bonjour ?

         Tu ferais mieux de ralentir, ne danse pas trop vite car la musique cessera un jour.
         La vie est si courte.

        Lorsque tu cours si vite pour te rendre quelque part, tu manques la moitié du plaisir d’y être.

         Lorsque tu t’inquiètes et te fais du souci toute la journée, c’est comme un cadeau non ouvert que tu jetterais .
         La vie n’est pas une course, tu dois ralentir ton rythme, prends le temps d’écouter la musique avant que la chanson ne soit terminée.


        • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 18:58

          Patou,
          merci pour ce très joli texte,
          j’ai vraiment apprécié,
          c’est dommage de ne pas connaître l’auteur,
          encore merci
           smiley


        • cmoy patou 27 janvier 2010 20:08

          Effectivement l’auteur de ce texte est anonyme.

          On peut trouver ce texte et d’autres très beaux sur ce site : http://www.lespasseurs.com/


        • Pyrathome pyralene 27 janvier 2010 17:31

          Olivier , le transport ferroviaire coute cher ,c’est faux !! beaucoup moins que le transport routier....
          Si les boites de transport routier devaient payer l’entretien de la voierie , autoroutes , routes , elles couleraient aussitôt.... le ferroviaire , c’est la SNCF qui payait , maintenant RFF , juste une histoire comptable et une préparation de privatisation sans avenir .....
          alors les déclarations ineptes de Mer sont malhonnètes , on connait le personnage !!
          Facile de jeter l’oprobe dans ces conditions , ils oublient tout simplement de prendre en compte tous les détails et de démontrer les bienfaits du transport ferroviaire , sécurité ,fiabilité ,propreté , rapidité...c’est une question de volonté politique !!


          • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 19:04

            Pyralène,
            je suis d’accord sur l’analyse,
            c’est un problème de gestion.
            ici en Rhône-Alpes, grâce à la région, les TER se sont vraiment développé, et les parkings des gares sont saturés devant le succès.
            le problème c’est que la SNCF ne croit pas au fret ferroviaire,
            on oublie souvent qu’elle est le premier transporteur routier du pays, par ses filiales interposées (sernam, bourgey montreuil etc)
            le procédé r-shift-r a été validé par l’état, et il va y avoir une expérience en vrai grandeur très bientôt,
            ce système ne nécessite pas une voie nouvelle, et pourrait, si il était généralisé être réellement compétitif par rapport à la route,
            espérons que cela se réalise, çà permettrait d’enlever une bonne partie des camions de la route, et ce serait une bénédiction.


          • canisius 27 janvier 2010 19:03

            Mr Olivier, bonjour
            N’est il possible d’esperer des lignes TGV pour des liaisons européennes (Paris-Rome m’arrangerait bien) pour nous éviter l’avion que je supporte de plus en plus mal


            • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 19:09

              Canisius,
              les liaisons tgv ne sont pas la panacée,
              je ne conteste pas les axes principaux, mais les projets actuels français ne sont pas cohérents,
              à preuve le moindre succès des liaisons annexes à Paris Marseille,
              pour les liaisons internationales (Paris Rome par exemple), il faut faire de vrais études pour voir s’il y a une chance de rentabilité,
              sinon, c’est un échec financier, doublé d’un gâchis environnemental,
              j’ai personnellement mesuré l’impact sonore d’un tgv dans la région d’Angers, et mesuré près de 130 db à la limite de l’emprise.
              c’est énorme,
              si on y rajoute les vibrations, la perte de paysage, la disparition de sources, tarissement de puits, le jeu en vaut-il la chandelle ?


            • canisius 27 janvier 2010 20:53

              Donc, vive l’aviation


            • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 21:43

              canisius
              il ne faut pas faire de la caricature,
              contester des liaisons inutiles, non rentables, ne veut pas dire contester le tgv.
              contester l’autoroute ferroviaire telle qu’elle est souvent prévue, ne veut pas dire contester le fret ferroviaire,
              (avez vous ouvert le lien r-shift-r ? : vous y verriez que l’on peut développer du fret ferroviaire rentable, sans créer une nouvelle ligne)

              il faut des lignes TGV lorsqu’elles sont économiquement rentables, et privilégier les TER à cadence rapide, pour répondre à la demande du plus grand nombre.
              je ne crois pas qu’il y ait une réelle concurrence entre l’avion et le tgv.


            • kitamissa kitamissa 27 janvier 2010 21:16

              il y a quand même aussi la réalité du monde tel qu’il est ...le TGV est emprunté essentiellement par le monde du travail et des affaires,et la perte de temps par les transports coute cher ....

              plus aucune région ne doit rester enclavée au nom de je ne sais quoi de rétrograde et dépassé ,comment vouloir freiner le progrès en 2010 ?

              donc se trainer à 130 alors que les grands express des années 50 roulaient déjà à 160 km/h ,c’est un retour en arrière assuré ...

              à ce compte là, on revient aux chars à boeufs et à la bougie !..

              le temps c’est de l’argent et ça depuis toujours !


              • olivier cabanel olivier cabanel 27 janvier 2010 21:47

                Kitamissa,
                développer un réseau de TER rapide n’est pas retourner aux chars à boeufs et à la bougie,
                ici en rhône alpes, les ter sont en plein essor,
                on ne regarde même plus les horaires de trains, tant il y a le choix,
                on arrive en gare, et on prend le premier train qui arrive, toutes les villes sont à portée de train, et les trains sont bondés.
                je ne crois pas que couvrir la France de lignes nouvelles tgv soit une réponse adaptée.


              • kitamissa kitamissa 27 janvier 2010 22:09

                après c’est certain c’est un choix de société !

                ou l’on garde nos chères petites routes et nos petites voies ferrées ,ou l’on se met au diapason des pays qui ont décidé de se battre ,la guerre actuelle,c’est la course à la compétitivité ,si on n’a pas compris ça,on crève ...

                la France et le Royaume Unis ont été dans leur temps les premières puissance mondiales grâce à leurs reseaux de communication ,y compris les voies maritimes ,maintenant nous ne sommes plus que des petits pays noyés dans l’Europe qui elle s’organise dans les pays restés engoncés dans le communisme durant 70 ans et qui emmergent ,et nous nous devrions stagner et même reculer ?

                je ne pense pas que ce soit la bonne solution pour évoluer !


                • olivier cabanel olivier cabanel 28 janvier 2010 06:28

                  Kitamissa,
                  merci d’avoir mis le débat sur l’aspect philosophique.
                  effectivement, c’est un choix de société.
                  je ne crois pas que le choix actuel soit pérenne,
                  autant la chute du communisme, avec celle du mur de Berlin est plutot la chute du dévoiement d’une idée noble (le partage/ mettre en commun/ solidarité) par quelques politiciens (j’appelle plutôt çà la chute d’une dictature de gauche)
                  autant le capitalisme vient de faire la preuve de son échec,
                  course sans fin portée par l’idée de la compétition sur l’air de « que le meilleur gagne, les autres peuvent crever »
                  je crois à autre chose,
                  les idées nouvelles sont portées par ceux qu’on appelle « les décroissants »
                  je me suis exprimé à plusieurs reprises lors d’articles sur AgoraVox :
                  celui ci par exemple : http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=57120
                  et je crois plutôt à cette évolution, portée par l’idée de consommer différement,
                  de garder des valeurs de partage, de fraternité, d’égalité :
                  qui peut encore accepter aujourd’hui l’idée que l’un d’entre nous, aussi « bon » soit il, gagne plus de 300 fois le salaire moyen ?
                  c’est juste une idée de vase communicants,
                  si quelques pour cent des citoyens s’attribuent la richesse de 90% d’un pays, fatalement, il y a dix pour cent qui se partagent des miettes, et qui bloquent justement le système qui les a appauvrit, puisqu’ils ne peuvent plus consommer,
                  c’est le serpent qui se mord la queue.
                  et c’est sans avenir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès