Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > We are all Brothers, Big Brothers

We are all Brothers, Big Brothers

Notre vie privée est devenue un livre ouvert pour les entreprises (cartes de crédit, de fidélité, cookies Internet, relevés téléphoniques, GPS...). En revanche, notre vie privée vis-à-vis de n’importe quel quidam est relativement préservée surtout si on a un nom et prénom répandu. Mais ça ne va pas durer...

Déjà, nous avons pris le pli de "googeliser" chaque personne rencontrée.

Un petit passage par Linked in nous en dira plus sur son parcours professionnel, son réseau, le site de son ancienne école nous dévoilera la date de son mariage et la date de naissance de ses enfants, un site de généalogie nous révélera qui sont ses aïeux, Copains d’avant affichera sa bouille d’antan sur ses anciennes photos de classe et enfin AgoraVox nous livrera ses opinions sur la dernière polémique du jour ! Pour les enfants, c’est encore plus simple, tout est dans Facebook.

Inversement, une page "Aucun document trouvé" nous aurait laissés sacrément perplexes. Aurait-on affaire à un ermite, un hors-la-loi, une victime de la fracture numérique, un evni - un être vivant non identifié ? Je vous le dis tout net, ça aurait été louche donc méfiance !

Quelques sites commencent rapidement à agréger et compulser notre vie numérique. Un des derniers en date Spock.com souhaite livrer les secrets des six milliards d’êtres humains. Ambitieux compte tenu du nombre de personnes qui n’ont toujours pas accès à l’eau potable et au minimum vital.

A moins d’avoir une certaine notoriété, soyons rassurés, la très grande majorité des infos sont des infos que nous avons bien voulu donner ou qu’on accepte être publiques.

Il est vrai qu’aux US ils sont "en avance" sur nous. Pour une poignée de dollars, casier judiciaire, crédits non remboursés, actes de divorce (www.whitepages.com), valeur de votre maison (Zillow) vous sont livrés dans l’heure. Ce sera d’autant plus facile que vous avez le n° Sécurité Sociale de votre cible. Grâce à quelques mashups, vous pouvez même savoir s’il y a des délinquants sexuels dans votre quartier (www.mapsexoffenders.com) et de recevoir des alertes SMS s’il y en a un qui s’installe près de chez vous ! Et en Suède, vous pouvez accéder à la feuille d’impôts en ligne de votre voisin, boss ou futur petit(e) ami(e) (www.ratsit.se).

Nous sommes à l’aube du Big Brother 2.0.

  • Phase 1 : Tout le monde sait tout sur tout le monde : nous y sommes ;
  • Phase 2 : Tout le monde sait ce que tout le monde pense de vous : nous commençons à y être ;
  • Phase 3 : Tout le monde change son comportement compte tenu des phases 1 et 2 : ça va vite arriver...

eBay nous donne un avant-goût de la phase 2 avec ses étoiles multicolores selon que vous êtes un bon ou mauvais vendeur. Agoravox fait mieux encore, il vous indique non seulement ce que vous valez (pardon ce que tout le monde pense que vous valez) comme rédacteur mais aussi comme critique (commentaires constructifs OUI / NON ? Carlo, je vous souffle une idée pour booster la fréquentation d’Agoravox. Mettez en ligne le % de votes total pour les articles et surtout pour les commentaires constructifs de Demian ;-)).

Vous me direz qu’au pire, nous pouvons changer de pseudo pour se refaire une virginité. Mais d’ici quelques années, le pucelage numérique sera comme notre vrai pucelage, il ne se perdra qu’une seule fois et pour nos enfants, ils risquent même de le perdre avant ! A la différence de nos cerveaux, le numérique n’a pas cette capacité d’oublier et il est très facile de retrouver l’info. Un jour ou l’autre, toute info qui est apparue sur le Net sur vous peut ressurgir des années après. Ou il faut payer pour effacer ses traces... Et oui, déjà quelques entreprises opportunistes sont sur ce créneau fructueux et en plein développement (reputationdefender, namyz...).

Allez, soyons optimiste, grâce à Google, c’est l’occasion ou jamais que le monde sache enfin à quel point tout le monde pense que vous êtes extraordinaire, exceptionnel, génial... mais l’inverse est possible...

Imaginons un peu, un collègue vous a dans le nez, il fait des "recommandations" négatives ou autrement dit vous casse du sucre sur le dos en les publiant sur Linked In (aujourd’hui, Linked In vous demande d’autoriser cette publication mais qui sait demain...). Dans Copains d’avant, un ex-petite amie du lycée pourrait s’épancher sur votre sort et dire à quel point vous avez été un mufle avec elle et d’ailleurs, avec toutes vos autres ex petites amies. Dans Peuplade.fr, vos voisins pourraient sortir par le menu le détail de toutes vos mauvaises manies, que votre appart est devenu un véritable capharnaüm ou la caverne d’Ali Baba pour d’autres... Votre boss, votre femme ou mari, un recruteur, vos enfants, parents et amis pourraient tomber sur n’importe lequel de ces commentaires, il suffira de "googeliser" votre nom et prénom. Même pas, que dis-je, ils auront un flux RSS sur vous qui les préviendra dès que vous aurez bougé le petit doigt.

Et comme les mashups sont très tendance, on pourrait imaginer de les intégrer dans Google Earth. Un petit clic sur votre quartier, votre maison, tout le monde saura à quel blog vous avez contribué, qu’est ce que vous avez dit ainsi que les photos de vous, de votre famille, de vos vacances... tout le monde aura accès à une synthèse de tous les sites qui vous citent, quels sont vos derniers achats et ventes sur eBay... et puis si l’envie leur en prend, certains écriront ce qu’ils pensent de vous, avec une note sur 5 sur votre amabilité, votre générosité, votre sens de l’initiative... et se délecteront de tous les ragots qui se racontent sur vous (et vice versa ;-))... D’ailleurs toute personne qui cliquera sur votre maison saura ce que M. Tartempion (version nominative) / ON (version anonyme) pense de vous.

Nous verrons fleurir de nouvelles cartes avec les quartiers où les gens se trouvent le plus aimables, hypocrites, serviables, imbuvables... Qui sait, les annonces immobilières seront peut-être ornées d’étoiles pour indiquer si avec vos futurs voisins, vous aurez affaire à de joyeux lurons, des pisse-froid ou que sais-je encore.

Tout le monde saura tout ce que vous ne voulez pas qu’on sache sur vous. Comme la manipulation est aisée et le fil ténu entre la médisance et la calomnie, on pourrait vous juger sur des actes que vous n’avez pas commis et des pensées que vous n’avez jamais eues, simplement parce que certains se sont amusés à propager ces infos sur la toile.

Ne soyons pas rabat-joie, nous devrions bien tirer quelque avantage à notre future société « panoptique » ( cf. Michel Foucault - Surveiller et Punir sauf que nous sommes tous prisonniers et gardiens à la fois !).

Panoptique

Côté Face :

  • Si vous "googelisez" quelqu’un, vous prenez moins de risques, avez moins de mauvaises surprises, vous savez à quoi en général vous en tenir (parcours, famille, origines...) ;
  • Si vous êtes "googelisé", ça peut aussi vous donner l’occasion d’entrer en contact avec des personnes que vous ne côtoieriez pas autrement (passions, hobbies, opinions...) ;
  • Qui sait, cette "transparence quasi totale" nous inciterait peut-être à être moins affabulateurs, moins hypocrites, plus humbles. Nous nous assumerions plus tels que nous sommes. On tuerait dans l’œuf les téléscopages type sénateur américain Larry Craig, politicien ultra-conservateur homophobe et gay !
  • Qui sait, nous deviendrions peut-être même plus tolérants.

Mais la médaille à son revers donc passons Côté Pile :

  • Finis les doubles vies, les cercles d’amis qu’on préfère garder séparés, ce jardin secret, cette vieille histoire qu’on croyait enterrer, ces passions ou hobbies contradictoires. Nous avançons vers une société hypermnésique qui gardera une trace de tout ce que nous avons fait depuis notre naissance. Le moindre petit écart pourrait un jour ressurgir sans prévenir. Il faudra être cohérent de bout en bout, tout au long de sa vie. La pression sociale nous incitera à rester dans la norme de notre communauté car toute déviation sera vite révélée aux yeux de tous. Le pardon sera plus difficile car il est plus facile de pardonner quand peu de gens savent que lorsque tout le monde sait.
  • Qui osera prendre de vrais risques, être pionnier, s’opposer aux règles établies de notre communauté ? Ceux qui sont prêts à aller jusqu’au bout de leurs idées, qui acceptent de ne plus pouvoir revenir en arrière et prêts à être exclus de leur communauté, sans doute la majorité d’entre nous !

Au final, qui gagnera ? Pile ou Face ? Aujourd’hui, à défaut de trancher, je pencherai pour la tranche car il est vain de prédire comment nous nous adapterons à ces changements...


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Georges-Libère de Saint-Sernin Georges-Libère de Saint-Sernin 29 octobre 2007 13:11

    Hé oui ! Internet est comme la langue selon Esope, le fabuliste grec du 5ème siècle avant Jésus-Christ , la pire et la meilleure des choses. Je dirai même la plus pire ou la bien meilleur, parce que c’est une langue avec une puissance démultipliée pour nuire ou pour faire du bien.


    • tvargentine.com lerma 29 octobre 2007 13:43

      Durant des années les américains se sont battus pour avoir une société de droit et permettre l’accessibilité à l’information.

      Aujourd’hui,vous leur reproché ce droit ????

      Moi,j’aimerais pour mon pays,avoir le 10% des droits pour accèdes aux documents et informations necessaires face à une administration ou une société privée.

      Chose impossible en France !

      De toute évidence,vous faites parti des ces mouvements sectaires,qui n’aiment pas le nucléaire,l’armée,les ogm, le travail,l’argent,les flics......et qui virent à la parano avec l’élection de Nicolas Sarkozy !


      • Martin Lucas Martin Lucas 29 octobre 2007 13:59

        Article qui pose les bonnes questions !

        Je pense effectivement que le seul moyen de lutter contre la concentration du pouvoir reste la démocratisation de l’information privée.

        Lire à ce propos :


        • JL JL 29 octobre 2007 17:30

          Je relève : «  »Phase 1 : Tout le monde sait tout sur tout le monde ... Phase 2 : Tout le monde sait ce que tout le monde pense de vous ... Phase 3 : Tout le monde change son comportement «  »

          Effectivement, au motif que « Ceux qui n’ont rien à cacher n’ont rien contre cette évolution ». Imparable !


          • Martin Lucas Martin Lucas 30 octobre 2007 11:44

            Je n’irai pas sur ce chemin crypto-fachiste (ceux qui n’ont rien à cacher etc..), mais dans face à une croissance irrépressible de l’information privée, il vaut mieux faire en sorte que celle ci soit accessible à tous, et que tous y soient soumis, pour éviter les effets de concentration.

            Reste que ceci est sans doute une utopie, car dépendant de la structure sociale. Si les dirigeants ont les moyens de manipuler et de sélectionner l’information, ils ne seront pas enclins à la libérer.


          • Bigre Bigre 29 octobre 2007 23:47

            Chaque technologie apporte son lot d’avantages et d’inconvénients.

            Réfléchir à ces 2 aspects est important.

            Les technologies de l’information peuvent être trop invasives, trop indiscrètes et amener des dérives fort peu souhaitables. Et je ne crois pas du tout que le volume de données soit un frein. Les technologies d’analyses existent. ECHELON fonctionne toujours non ? Et analyse tous les emails, non ?

            Elles permettent aussi la meilleure diffusion de documents publics, (il y a encore un manque de transparence des administrations en France comme ailleurs - mais moins dans certains pays nordiques).

            Actuellement, les technologies évoluent, les règles d’usage ne suivent pas. Qu’en est-il des droits de rectification des données personnelles sur des sites hébergés en Russie ? Le déséquilibre entre les différents usagers est gênant.


            • Christoff_M Christoff_M 30 octobre 2007 02:08

              Attention à la fente dans laquelle tu glisseras ta carte... Ou à ne pas acheter des produits trop olé olé sur internet... Au moindre pépin ou enquète sur ta pomme, cela pourra servir de moyen de pression ou de chantage, dans la France conservatrice et puritaine de cette année 2007...


              • Johan Johan 1er novembre 2007 11:49

                Aujourd’hui je n’ai rien à cacher.

                Mais demain ? Pourrais je assumer mes idées sans subir l’ostracisme de mes concitoyens confondant le fait d’être des honnêtes gens et celui d’opininer pour le fascisme ?

                Un monde gris, conformiste, n’est pas souhaitable. Un monde brun n’est pas loin. A une époque où ce sont les plus conformistes qui se prétendent les pourfendeurs de la pensée unique (et je ne vise ni la Droite ni la Gauche, simplement une clique détestable), il n’y a entre ces deux couleurs que d’infimes différences.

                Allez je vous laisse, je dois retirer mon image et mon parcours de mon profil smiley


                • Fares 2 novembre 2007 01:10

                  Tout à fait d’accord avec votre commentaire : qui peut prétendre qu’il sera toujours du « bon coté » de la barrière quoi qu’il arrive ?

                  Par contre pour ce qui en est de retirer votre image et votre parcours dans votre profil : trop tard, google les a mis « en cache » :)


                • TSS 3 novembre 2007 19:14

                  « on ne risque rien car on n’a rien à cacher »puis un jour on se fait prendre sur le trottoir,par hasard,dans une affaire qui ne nous concerne pas !soupçons...,c’est soupçonneux un representant de l’ordre,interrogatoire,fichage et on passe du coté obscur !

                  ne pas oublier que lorsque l’on porte plainte pour un vol ou toute autre chose on est enregistré dans un fichier d’où on ne peut plus sortir !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès