Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’absence de progrès peut nuire gravement à la vie

L’absence de progrès peut nuire gravement à la vie

La réponse du berger à la bergère à l’article "Attention ! Le progrès peut nuire gravement à la santé, je me la devais. Un commentaire n’aurait pas suffit. Une reprise du texte suivi de mon corollaire me semblait le plus lisible.

1.jpg"Si l’être humain n’est à la base qu’un des éléments d’une chaîne complexe, il s’est attribué toutefois un rôle supérieur dont la prédominance n’est d’ailleurs discutée qu’au sein de sa propre race, ce qui en limite naturellement la portée. Même s’il est le seul à pouvoir remettre en cause l’existence même de la planète où il vit, cette supériorité ne l’a pas rendu pas plus raisonnable pour autant, et l’on peut se demander si l’attribution initiale des rôles n’a pas connu dès le départ quelques ratées. Se jugeant lui-même imparfait, il a tenté au fil du temps d’améliorer ses capacités au travers de ce que l’on appelle de nos jours les progrès technologiques."

L’évolution a, en effet, poussé le bouchon très loin. L’homme est devenu un prédateur comme d’autres sur une branche de l’arbre de la vie. Mais, il n’a plus eu de moyens de défenses comme ses autres copains du vivant. Il ne court pas vite, pas de carapace, pas de venin. Mais il a quelque chose de plus perfectionné : son cerveau. Je ne vais pas revenir sur ses développements, ses découvertes pour remédier à son manque. Le feu a peut-être été son premier gadget. Ceux-ci font partie des Sciences en général. Mais bien plus récemment, il lui a fallu des outils de plus en plus précis, de plus en plus fins, que l’on a appelé technologie. L’efficacité est à ce prix.

Dans les faits, ces progrès se résument en fait à des choses pas toujours évidentes dans leur utilité, et ce, malgré le fait que tout être humain « civilisé » se doit de posséder ou du moins de savoir utiliser.

Cette technologie s’est construite dans des niches du savoir pour perfectionner au mieux et au plus rapide, la connaissance de son univers et de son environnement. Ce qui n’est pas utilisé chez l’un, l’est chez l’autre. Pas de doute.

Parmi ces « nouvelles technologies », l’informatique occupe une place de choix. Après avoir été la cause de millions de suppressions d’emplois à travers le monde, cet outil est censé apporter dans chaque foyer la connaissance et l’ouverture d’esprit. Les personnes ne trouvant plus de travail dans leurs domaines pour cause d’informatisation peuvent en effet prendre connaissance des raisons de leur chômage au travers de services dédiés, ce qui paraît-il est un progrès.

L’informatique, les automatismes sont venus à l’esprit pour comptabiliser, pour calculer son progrès. Cette histoire passe par là. Ce furent les abaques chinoises, qui permirent les premières approches. L’informatique, elle, est toute jeune mais a fait des pas de géant en à peine, un siècle. Elle a touché toutes les activités humaines, de proche en proche, jusqu’à en être dépendantes dans les entreprises et même chez le particulier. Les élections ont été son sponsor pour évaluer les suffrages. Son histoire a pris un tournant depuis trente ans chez l’homme de la rue. Dans l’entreprise, il a remplacé la "quantité" de main d’oeuvre nécessaire, par la "qualité". Ce n’est plus "Les Temps modernes", avec un travail à la chaîne. L’informatique a détruit beaucoup de jobs et en a créé de nouveaux plus spécialisés, avant de les détruire à leur tour. Rationaliser a été le cheval de bataille , le cheval de Troie, pour produire au moindre coût. 

Si Internet s’est révélé de son côté une fabuleuse ouverture sur le monde, il est également devenu l’espace idéal où l’on vend n’importe quoi à des consommateurs n’ayant pas un besoin réel du dernier gadget à la mode, mais qui doivent prouver à leur entourage qu’ils sont « modernes ». Avec ce système, on se déplace bien moins pour se rendre chez son commerçant, préférant « fureter » sur divers sites pour trouver l’objet de ses rêves, et ce, au meilleur prix. Si la commande une fois livrée se révèle défectueuse ou non conforme, il ne reste plus qu’à la renvoyer à ses frais, ce qui fait perdre une bonne partie des économies initialement réalisées. Toutefois, il s’agit là aussi d’un progrès incontournable.

Internet a été, d’abord, l’outil qui a servi pour les communications entre les universités. Ce n’est que bien plus tard, que ce qu’on a appelé le Web, le www, le dotcom est arrivé d’abord pour l’entreprise et ensuite pour les le citoyen lambda. Celui-ci s’est longtemps demandé qu’est-ce qu’il pouvait en faire chez lui. Vendre, communiquer avec sa banque par le web étaient tout désigné, mais ce n’est pas encore toute la population qui s’est connectée. Le téléphone était lent. Les fils en fibre de verre, les bornes devaient s’installer pour accélérer les communications. Incontournable pour les uns. Manquant toujours de convivialité pour d’autres. Le prix de la connection, l’âge de l’internaute éventuel sont aussi des obstacles pour faire le pas.

Dans ce domaine de la technologie, la téléphonie occupe une place considérable. Là où autrefois on s’écrivait de longues lettres d’amour dans un Français dont chaque mot était pesé, la rapidité des transferts de données a bizarrement réduit le dialogue à un « Je ta tend a 21 h a l’an droit habituel. N’oublie pas les préservatifs ». Également grâce à ces outils, on se parle de moins en moins directement, mais on se téléphone, même si l’interlocuteur est de l’autre côté de la rue.

Tout devient de plus en plus virtuel. La télévision a tué le cinéma. L’ordinateur a tué la télévision. Le langage jeune a pris des raccourcis dans le langage, toujours dans l’esprit d’aller toujours de plus en plus vite.

La généralisation d’un outil tel que le GPS s’est également révélée comme faisant progresser nettement la race humaine. Là où autrefois on demandait sa route au paysan du coin qui vous invitait souvent à partager son repas, c’est à présent une voix synthétique qui vous annonce que vous êtes arrivé à destination. Lors de ce voyage, les enfants assis à l’arrière n’auront rien vu du paysage, car passionnés par le DVD de« L’âge de glace épisode 244 ». Cela permet toutefois aux parents de pouvoir discuter tranquillement de la manière dont ils vont pouvoir payer les mensualités tant de la voiture qui les transporte, que du crédit « vacances » qui leur permet d’aller non pas à l’endroit dont ils rêvent, mais là où il est de bon ton d’aller pour en discuter ensuite avec ses amis ou collègues de travail.

Le GPS est loin d’être un gadget quand le convoyeur ne sait pas consulter une carte. Trouvez quelqu’un pour se renseigner en plein champ ? Oui, peut-être à une vache. Cette invention a été possible grâce à la triangulation entre les satellites. La règle de l’observation et de l’orientation reste à observer.

Une fois rentré dans leur luxueuse demeure, qui en fait appartient à un établissement bancaire, ils pourront enfin voir où ils sont allés grâce au Home Cinéma qui projettera sur grand écran le film de leurs vacances dont ils n’ont que peu profité, car trop occupés à réaliser ce même long métrage. Lors d’une soirée entre relations, ils vanteront les aspects culturels des lieux visités grâce aux renseignements trouvés sur Google, ce qui leur donnera l’impression d’être ce qu’ils auraient voulu devenir, mais ne sont pas.

Voyager est une opération habituelle que l’homme a pris pour suivre les transhumance des animaux. La sédentarisation est considéré comme un progrès des civilisations. Certaines d’entre elles n’ont pourtant pas cesser de se déplacer, d’aller voir si l’herbe n’était pas plus verte ailleurs. Cela s’est fait par les invasions de territoires ou très récemment suite à une conquête syndicale par les vacances. Les gens du voyage, eux, restèrent les transhumants de profession de foi, tandis que les vacanciers n’auront que des périodes courtes pour essayer de comprendre l’autre et son exotisme particulier. Les photos numériques ont fait explosé la consommation de souvenirs. La mémoire, ce n’est pas une donnée très fidèle pour l’homme. 

Certains m’opposeront que les progrès technologiques ont permis une espérance de vie bien plus longue que par le passé. Si la période entre la naissance et la mort s’est effectivement allongée, encore faut-il que cet allongement soit propice à y faire quelque chose, sans pour cela supposer de laisser son œuvre à la postérité. Délayer en effet 80 ans d’ennui dans quelques mois de vie réelle finit par donner un breuvage insipide, même si l’équivalent moderne d’une rondelle de citron peut donner un aspect plus présentable. 

Une vie n’est qu’un passage. Chacun aura un chemin différent ou semblable à son contemporain. Le travailleur se fait payer par un salaire, des émoluments ou par des rentes que sa génération aura constitué ou qu’une précédente aura transmise. Le bonheur est affaire personnelle, de motivation, de chance, de potentiel.

Description caricaturale me direz-vous ! Oui, sans aucun doute, mais assez proche de ce qu’est devenue la vie dite moderne, faite d’apparences, de paraître et de faux semblants. Si l’être humain vit depuis sa création grâce à ce que lui donne quotidiennement la nature, il s’en est progressivement écarté. La raison de cet éloignement progressif et constant réside en un seul raisonnement qui est un besoin d’expliquer l’inexplicable, de comprendre l’incompréhensible, sans pour cela consentir le moindre effort qui pourrait l’amener à un sentiment de modestie face à cette nature qui lui donne tout sans rien demander en échange .

La vie ancienne était un peu à relier aux fourmis, à l’abeille avec une reine dans la ruche qui tenait le troupeau et des ouvriers esclaves qui la nourrisait. L’homme croyait au droit divin avec son cortège de servitudes. L’homme a utilisé la nature tout en la considérant comme l’ennemie. Cela pendant très longtemps. Il prend conscience très récemment qu’elle nous indique beaucoup de chemins à suivre. L’évolution continue. Des espèces disparaissent, de nouvelles mieux adaptées apparaissent. L’évolution se cherche en permanence. La nature, si elle se régénère en définitive, va beaucoup plus lentement qu’au rythme de l’homme. C’est son seul défaut.

Il est donc important de se créer son propre monde que l’on puisse maîtriser par la simple pression du doigt sur une touche « Marche/Arrêt », ce que l’être humain n’a pas réussi à faire pour sa propre vie, sans parler des fonctions avance ou retour rapide.

1.jpgLe temps est une variable qui va à sens unique. Appelé 4ème dimension après les trois qui constituent l’espace de l’homme. La touche "Marche/Arrêt" n’existe pas. L’accès direct à l’information date des disques durs. On parle de fracture numérique, de traitement de l’information, pour se dissocier de l’analogique. L’ordinateur numérique a eu l’avantage de la précision par rapport à celui qui travaillait en analogique. Celui-ci existe encore pour modéliser l’environnement avec des mesures comme dans un oscilloscope. 

L’histoire et l’évolution de l’informatique, je l’ai connue pendant 40 ans. J’ai presque tout connu et utilisé. J’en ai écrit une histoire qui si cela intéresse, se trouve sous ce titre "La Grande Gaufre". Histoire de machines, mais aussi en alternance avec celle des hommes qui l’ont utilisée à bon escient ou à mauvais, en mercenaires du progrès. Cette histoire continue et est mise à jour en permanence.

Les gadgets et les "nice to have" ont été légions. C’est évident. Jusqu’où aller trop loin, quand tout est possible en y mettant les moyens. Voilà la question qui reste primordiale.

L’ordinateur, lui, n’a fait qu’être responsable, mais jamais coupable.

Je ne sais si la bergère sera contente, mais c’est ce que je me devais de lui dire comme droit de réponse.

Mais comme tout finit en chanson, entamons un karoké parodique de l’histoire : "Je ne suis pas bien portant" de K. Koger, G. Bourzac, & M. Joseo

 

Depuis que j’fais d’l’informatique

Je n’ai plus que des embêtements

Ah mon Dieu quelle gymnastique

C’est pas tous les jours très marrant

Mais attendez que j’vous explique

Tout ce qui cause mon tourment :

J’ai le Mac qu’est patraque

Le PC déglingué

Le Pentium sans calcium

J’ai l’écran qu’est tout blanc

L’disque dur pas bien dur

Le clavier tout bloqué

Le modem qu’a la flemme

L’imprimante bien trop lente,

Les cartouches qui se touchent

Et les buses qui abusent

Les polices qui pâlissent

L‘DVD fatigué

Le scanner qu’a ses nerfs

L’menu pomme dans les pommes

L‘CD rom c’est tout comme

La mémoire sans espoir

Les options en option

La souris rabougrie

Le mulot qu’est trop gros

---

Ah mon Dieu qu’c’est palpitant

Toute cette informatique

Ah mon Dieu qu’c’est palpitant

Mais qu’est-ce qu’on perd comme temps.

---

Comme j’ai un bug dans le système

J’téléphone au réparateur

Y’me demande : « quel est votr’ problème

Je vous écoute j’ai un quart d’heure »

J’lui dis soyez pas si pressé

Et laissez moi vous expliquer :

J’ai le Mac qu’est patraque

Le PC déglingué

Et puis j’ai ajouté

Voyez vous ce n’est pas tout :

J’ai l’e-mail qui s’emmêle

Les circuits qui sont cuits

L’raccourci riquiqui

J’ai l’index qu’est perplexe

Les pixels en rondelle

L’USB constipé

J’ai les bits qui s’agitent

La sauvegarde pas gaillarde

La disquette qui caquette

L’utilitaire qu’a des vers

Les icônes qui déconnent

L’processeur qu’est farceur

Le graveur qu’est en pleurs

Le lecteur qui bat l’beurre

L’moniteur et ta sœur

---

Ah ! mon Dieu qu’c’est palpitant

Toute cette informatique

Ah mon Dieu qu’c’est palpitant

Mais qu’est-ce qu’on perd comme temps.

---

J’ai invité la belle Suzanne

L’autre jour au cybercafé

Elle m’a dit : « j’préfère ta bécane

Allons chez toi fais moi surfer ! »

Hélas ma machine est en panne

Que j’lui réponds, j’suis désolé :

J’ai le Mac qu’est patraque

Le PC déglingué

Le Pentium sans calcium

J’ai l’écran qu’est tout blanc

L’disque dur pas bien dur

Le clavier tout bloqué

Le modem qu’a la flemme

L’imprimante bien trop lente,

La cartouche qui se touche

Et les buses qui abusent

Les polices qui pâlissent

L‘DVD fatigué

Le scanner qu’a ses nerfs

L’menu pomme dans les pommes

L‘CD rom c’est tout comme

La mémoire sans espoir

Les options en option

La souris rabougrie

Le mulot qu’est trop gros

Et puis j’ai ajouté

Voyez vous, ce n’est pas tout :

J’ai l’e-mail qui s’emmêle

Les circuits qui sont cuits

L’raccourci riquiqui

J’ai l’index qu’est perplexe

Les pixels en rondelle

L’USB constipé

J’ai les bits qui s’agitent

La sauvegarde pas gaillarde

La disquette qui caquette

L’utilitaire qu’a des vers

Les icônes qui déconnent

L’processeur qu’est farceur

Le graveur qu’est en pleurs

Le lecteur qui bat l’beurre

L’moniteur et ta soeur

En plus d’ça, j’vous l’cache pas

J’ai aussi, quel souci

Les octets pas très frais

Les virus plein d’tonus

Les majuscules qui s’bousculent

Les minuscules qui copulent

Le Windows qu’est morose

Les programmes, c’est un drame

Et la puce en lotus

Le cordon en tire-bouchon

L’MS DOS qu’a des bosses

Les menus mal fichus

Le logi-ciel mon mari !

Et l’audio qu’est idiot

La carte son qu’est marron

La couleur quelle horreur

Les fenêtres qui s’pénètrent

Les symboles qui s’affolent

Le système bien trop blême

Le réseau qui prend l’eau

Et du coup, voyez vous

Il vaut mieux qu’vous partiez

Car je sens, c’est navrant

J’peux plus rien maîtriser !...

---

Ah mon Dieu qu’c’est palpitant

Toute cette informatique

Ah mon Dieu qu’c’est palpitant

Mais qu’est-ce qu’on perd comme temps

---

Ah mon Dieu qu’c’est affolant

Toute cette informatique !

Ah mon Dieu qu’c’est affolant

Mais qu’est-ce qu’on ferait sans...

 

 

Lenfoiré,


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Halman Halman 11 octobre 2010 10:14

    Le véritable problème avec l’informatique c’est l’interface clavier fauteuil.

    Quand on appelle panne l’oubli de brancher l’alimentation de l’ordinateur portable, la volonté délibéré par flemme ou par idéologie de ne jamais passer d’antivirus, etc.

    Le rapport entre l’utilisateur de pc et l’informatique m’a toujours sidéré.

    Ils sont capables de tout les utilisateurs de pc.

    De toute manière comme c’est mon travail de dépanner des pc, je sais par expérience quotidienne depuis 20 ans que 9 fois sur 10 entre ce que décrit la personne comme panne et ce que l’on découvre sur place cela n’a presque jamais rien à voir.

    Forcement, ils ne vont pas dire qu’ils manipulent leur portable à coups de pieds, qu’ils arrachent les prises ps2 des claviers pendant le fonctionnement et qui sont tout étonnés qu’au bout de 20 fois le clavier soit mort, qu’ils se servent de leur portable dans le bus et le métro comme repose pieds, les mettent dans un sac a dos et s’adossent dessus sur leur siège, et autres gags de ce genre dont je pourrai en décrire des dizaines de pages.

    Qu’ils ont ouvert leur pc pour changer des barrettes sans rien y connaitre mais qui fait le genre qui s’y connait et comprennent pas pourquoi ça bipe quand ils allument le pc. Ce n’est pas eux c’est arrivé comme ça.

    Qu’ils ont mis des pots de fleur ou un aquarium sur l’écran et que ça l’a fait cramer quand ils ont cogné d’un coup de coude dedans et que ça a débordé.

    Ils ne vont pas vous expliquer qu’ils se sont énervés sur leurs portables et qu’ils ont arraché la moitié des touches et le trackpoint. C’est forcement le pc qui est de la quincaille, bin voyons ! Un pc tout neuf de marque qui n’a pas 3 mois !

    Ceux qui vous appellent au secours parce que l’écran ne marche plus.
    On arrive sur place et on découvre que le cable svga a disparu !
    Bien sur ce n’est jamais personne !

    Ceux qui refusent d’utiliser un portable ou une tablette pc sans souris. Qui vous disent comme prétexte que le touchpad ils n’y arrivent pas. Qui donc font la queue pendant une heure derrière le pc du poste de soins pour faire leurs transmissions et bien sur partent parce sans faire leurs transmissions parce que c’est l’heure de partir.
    Gros poil dans la main oui !

    Le genre qui achète la marque de daube la pire quincaillerie sur le conseil d’un qui s’y connait et qui pleure parce que la carte graphique crame au bout de 2 mois. Et qui vous l’amène au service informatique pour faire un miracle.

    Le genre qui détruit les câbles d’alimentation au point que le fils électriques soient à l’air libre et qu’ils fassent des étincelles et qui vous disent que c’est leur disque dur qui est mort. C’est le 1er avril je suppose ?

    Le genre qui on se demande comment, parce qu’il en a marre de son écran ou de son portable, détruit l’écran avec au minimum un énorme tourne vis ou un marteau. On trouve des boitiers d’écrans cathodiques ouverts avec des trous de la taille d’une main. Bien sur allumé au risque que quelqu’un y mette la main et s’électrocute.
    On trouve des tablettes pc et des portables avec des touches qui n’ont pu être arrachées qu’avec un tourne vis ou une grosse paire de ciseaux.

    Alors pour les tablettes et les portables je leur dit, ce qui est la vérité, que nous n’avons plus de budget pour les remplacer et qu’ils se débrouillent avec.

    Le genre qui met l’unité centrale du pc sur une étagère entre une fenêtre et un pot de fleur, et comme ça tire sur les câbles du clavier et de la souris, le pc qui tombe tous les deux jours par terre et qui est mort évidemment.

    Le genre qui bouche les ouvertures d’air du pc par des tonnes de dossiers et qui s’étonne que le ventilateur fasse un bruit de turbine et que le pc s’arrête 10 fois par jours en surchauffe. Dites leur, mais revenez deux jours plus tard et vous retrouvez le pc coincé sous des tonnes de dossiers.

    Le genre qui vous dit que le pc est mort et quand on se déplace il suffisait de remettre le cordon d’alimentation du portable pour qu’il fonctionne parfaitement, déboussolés par le mode mise en veille prolongé et batterie vide ! Ca c’est 4 fois par jour !

    Que le pc met des messages partout dans tous les sens, ça s’affole, alors que c’est le bios qui empêche de redémarrer par surchauffe et on leur ouvre leur pc c’est une masse de poussières et de cendres de cigarettes qui bloquent les refroidissements, les ventilos, le pc qui surchauffe.
    Etonnés qu’on revienne avec un aspirateur pour nettoyer un pc.

    Qui installe n’importe quelle version de windows sur n’importe quel pc sans les drivers et pourquoi ça plante ?

    Un grand classique. Ca se plaint à la hotline qu’ils n’ont plus accès à leurs logiciels en ligne et quand on débarque dans le bureau on découvre, des câbles réseaux et prises réseaux arrachés par les roulettes des fauteuils, les câbles tirés à mort parce qu’on veut l’imprimante là sur le bureau et non pas près des prises.

    Qui essaie de copier Office du pc du bureau sur un cd et qui ne comprend pas pourquoi copié sur le pc de la maison ça ne marche pas.

    Qui ouvre 36 fois sur sa session un logiciel et qui hurle à la hotline que le pc est planté et qui pique sa crise. En général des médecins.

    Quand pour simplement changer un écran ou une imprimante c’est comme si c’était la guerre. Ca crie, ça court partout, on dirait qu’il y a le feu.

    Quand ça change un écran dans une journée et que ça raconte son « exploit » à tout le monde pendant toute la journée.

    Quand ça met des heures dans un magasin à choisir une souris.

    Quand ça n’en dort pas de la nuit pendant une semaine pour changer une imprimante.


    Qui revient de vacances et qui a oublié les mots de passe de windows, de sa session bureautique, de ses logiciels professionnels et qui ne comprend pas pourquoi on ne connait pas par cœur tous les codes de tous les logiciels de tous les agents de l’hôpital.

    Qui au lieu de mettre toutes ses données dans un même fichier excel ça ouvre un nouveau fichier à chaque fois et se fait une arborescence de sous dossiers qui crament les neurones et les yeux.

    Qui transforment les portables et tablettes pc en juke boxe avec le disque dur rempli de vidéos et musiques avec juste 200 mo de libre et qui s’étonnent qu’il soit lent et qui vous explique que cette marque c’est de la merde.

    Qui font des déménagements d’ordis du service à la sauvage sans nous prévenir, les branchant sur des prises réseaux non brassées, et après nous on cherche le pc concerné par la panne pendant deux heures dans tout l’hôpital.

    Quand vous passez des semaines à leur pondre des documents sophistiqués avec des dizaines de colonnes de formules de calculs et saisies automatiques, des tableaux croisés dynamiques, des liaisons avec des fichiers word, des tas de documents automatiques, et qu’au final ils préfèrent utiliser leurs vieux documents et passer des journées à saisir les coordonnées et données de 200 personnes sur 4 documents différents.
    Alors que vous avez passé un temps de délire à leur saisir toutes les informations des 5000 agents de l’hôpital, avec toutes leurs carrières détaillées au jour près sur 30 ans.

    Zeeennnnn…..

    Qui écrivent au crayon sur les écrans des tablettes, et au marqueur sur les écrans des pc. Et qui s’étonnent qu’au bout de 3 mois la tablette est morte. Qui sont tout étonnés quand je leur dit que mes portables personnels ont 10 ans et sont comme neufs.

    Ceux qui branchent un disque dur externe et qui n’ont pas la patience d’attendre 2 minutes 3 secondes que le pc lise sa fat et qui diagnostiquent que leur disque est cramé. Alors que la plupart du temps il suffit juste d’attendre un tout petit peu.

    Le genre qui appelle au secours c’est super urgent la hotline parce que des icones ont disparues. J’y vais, des tonnes de post its géants autour de l’écran, je les soulève, et oh miracle l’icone qui manquait qui était cachée derrière le post it.
    Comment rester zen quand ils vous expliquent que "de toute manière c’est le service informatique qui bidouille les pc des gens et effacent des trucs" !!!!!!!!!!!!!!

    Qui, on se demande pour quelle raison, par quelle sorte de réflexe, débranchent la prise d’alimentation d’un portable dès qu’ils en ont plus besoin et sont étonnés que la batterie ne soit pas chargée quand ils veulent s’en servir et nous appellent « le pc est planté » et nous diagnostiquent un super savant « la batterie est morte ».

    Tiens, dommage je n’avais pas d’appareil photo, mais il y a deux semaines on me l’a refait : un cadre de la pharmacie qui avait COLLE DES AIMANTS sur son uc pour tenir des post it !!!!
    J’ai les ai embarqués et foutus à la poubelle. C’est marrant mais depuis il ne nous appelle plus tous les jours parce qu’il se passe des choses bizarres.
    Véridique !

    Vous en voulez d’autres ?

    Ca c’est 10 fois par jours.

    Et j’en ai marre de répondre aux gens qui vous disent que de toute façon leurs petit cousin de 10 ans les a soi disant dépannés.

    J’en ai marre de préparer des pc haut de gamme fignolés aux petits oignons et que le petit neveu qui s’y connait à la c*** passe par derrière et le change pour une quincaille trouvée dans une brocante dont il manque des vis et dont le lecteur de disquette n’est même pas connecté, ne voyant pas le problème d’installer Win95 sur un 8086.
    Il y en a eu un qui m’a expliqué le plus tranquillement du monde qu’il allait installer Windows Xp sur un 80486.
    Avec ces fous là, il ne vaut mieux rien dire.

    Maintenant quand je vais chez les gens et qu’ils ont un problème informatique, maintenant je ne dis plus rien, je les laisse se dépatouiller. Puisqu’ils savent tout mieux que tout le monde.

    C’est bizarre que le simple fait de sortir un ordinateur neuf de sa boite et de l’allumer fait par miracle de l’utilisateur un super pro qui se met à dépanner la famille et même au boulot.

    Ces gens qui ramènent leurs sciences pendant des heures pour installer internet mais quand il s’agit seulement de mettre le câble jaune dans la prise jaune, le câble blanc dans la prise blanche, de mettre le cd d’installation et de copier les codes et emails donnés dans le courrier et de cliquer sur ok quand on leur demande et que ça leur prend des plombes même quand ils s’y mettent à 5.

    Ca blablablabla, et moi ducon je le fais en quelques minutes sans rien dire.

    Il y a aussi ces cadres de services qui accumulent dans leurs bureaux les tablettes « en panne » et qui font une fiche d’alerte quand leur service est dans la mouise au lieu de nous appeler à chaque fois.
    On se déplace en panique.
    Et on trouve dix tablettes dont il suffisait d’appuyer sur le bouton du wifi pour qu’elles refonctionnent parfaitement ou plus simplement qui avaient juste le stylet cassé à remplacer.
    Et il faut rester zen avec des gens comme ça.

    Ca achète des fortunes des antivirus à des « dépanneurs professionnels » alors qu’on les trouve gratuitement sur internet.

    Pendant les formations, ça oublie ses lunettes, ça oublie ses convocations, ça vient avec la copine pour l’accompagner, ça téléphone pendant que le prof parle. Relax, décontracté quoi.

    Ceux que j’adore. Ils plantent leur pc, sans avoir jamais fait la moindre copie de leurs documents sur une clé usb. Et c’est au bord de la crise cardiaque parce que ça a perdu des années de travail.


    Ca parait hallucinant, mais c’est notre lot quotidien dans les hôpitaux.

    J’ajouterai par exemple, ces administrations et ces sociétés qui ont leur vocabulaire informatique maison.

    Ces administrations où on ne dit pas écran mais cliché, cliquer mais cliqueter, l’unité centrale mais boîtier, le scanner à mains mais douchette ( fallait l’inventer celle là !), icône mais loguette, et j’en passe et des plus stupéfiantes.

    Alors bien sur, quand ces gens nous appellent et que bien entendu on se demande de quoi ils peuvent bien nous parler, on se prend des réflexions du genre "mais enfin vous vous y connaissez en informatique ou pas ?"

    De la part de la secrétaire qui vient de « cliqueter » partout pour faire sa pro devant les collègues et qui se retrouve avec des barres de menus partout, des fenêtres dont elle ne connaissait pas l’existence et qui lui envahissent soudain l’écran et qui nous balance l’automatique « mon pc a planté »...

    Donc il reste à inventer une start up chargée de créer un dictionnaire en ligne du vocabulaire super perso informatique des utilisateurs de toutes les administrations et sociétés privées, afin que nous ne perdions pas trois quarts d’heures avec chaque personne à essayer de décrypter ce qu’elle veut nous raconter, pour découvrir tout simplement qu’elle avait oublié de cliqueter sur le ok là, opération ultra compliquée qui demande au moins un ingénieur expérimenté, juste pour une opération de deux secondes qui consiste à cliquer là !


    Pour terminer, parce j’y passerai la journée.
    Ce réflexe bizarre que les gens ont d’incliner l’écran à fond vers le plafond.
    Qui me disent « il faut changer l’écran j’y vois plus rien. »
    Que je leur remets vertical, leur nettoie et leur montre qu’ils n’ont plus le reflet des néons et des fenêtres dans l’écran et qu’ainsi oh miracle on y voit parfaitement bien.
    Et qui font les étonnés et qui vous disent qu’ils ont toujours étés habitués à travailler comme ça et qui vous remettent l’écran vers le plafond dès qu’on a le dos tourné.
    Et que ça va pleurer à la médecine du travail parce que ça a mal aux yeux et aux cervicales.

    J’adore ces gens là mais je les adore....


    • L'enfoiré L’enfoiré 11 octobre 2010 10:25

      Cher Halman,
       Merci pour votre commentaire que je sens être circonstancié.
       Cet article a été écrit surtout à la suite de votre commentaire qui est resté sans réponse sur le précédent « celui de la bergère » :-°
       Je serai absent pendant 2 ou 3 heures. Permettez-moi de vous répondre à mon retour.
      A toute à l’heure.
       smiley


    • foufouille foufouille 11 octobre 2010 11:27

      et ben ca tefait du boulot au moins !

      bon c’est sur que les debiles sont fatiguant


    • L'enfoiré L’enfoiré 11 octobre 2010 13:33

      Halman,
       Merci pour cette expérience au niveau hardware.
       La mienne se situe au niveau software.
       Il m’a semblé amusant d’ajouter cette interprétation d’une vieille chanson connues par certains.
       Vous avez pu y mordre à fond.
       J’ai eu un copain qui avaient les mêmes soucis dans la même fonction.
       Aujourd’hui, tout le monde croit pouvoir utiliser et programmer un ordinateur.
       Mais cela reste toujours un métier.
       smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 11 octobre 2010 14:07

      Halman,

      Comme je l’ai fait sur mon blog, dès sa sortie, j’ajoute :
      "PS : (ni la chanson originale, ni les paroles modifiées ne sont de moi, mais je l’assume sans hésitations),

       smiley


    • Redj Redj 11 octobre 2010 14:10

      @Halman,

      merci pour cet inventaire on ne peut plus vrai.

      Je crois qu’on a les mêmes utilisateurs...


    • ALBIE Alain 11 octobre 2010 12:49

      Une question :


      où as tu eu l’autorisation de reproduire mon article ? Pas de moi en tout cas.

      Encore un bel exemple du célèbre : faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais.

      La rédaction ? Je vous ai envoyé un courrier à ce sujet. Certains sont ils plus citoyens que d’autres ?

      • ALBIE Alain 12 octobre 2010 02:24

        Même en pompant les articles des autres, tu n’arrives visiblement pas à réunir grand monde,même si par orgueil très mal placé tu dis « écrire pour toi même ».


        La remise en question n’étant pas ta tasse de thé, il te reste à te spécialiser dans la distribution de leçons et les discours moralisateurs.

        félicitations à la rédaction pour ce grand moment de déontologie, vous êtes aussi pitoyable que cette personne s’attribuant un titre bien trop honorifique pour ce qu’il est dans la réalité.

        Rêver d’être quelque chose ou quelqu’un ne suffit heureusement pas pour l’être dans la réalité.

        Sa dernière phrase du genre :

        « Aujourd’hui, tout le monde croit pouvoir utiliser et programmer un ordinateur.
         Mais cela reste toujours un métier. »

        Cette même personne qui fait grand étalage d’un savoir ne savait même pas il y a une semaine ce qu’était un proxy : La classe dans toute sa splendeur.

        Allez, bonne continuation, ne te prend pas les pieds dans ta prétention, tu ne t’en relèverais pas, et pas grand monde ne viendra te relever.

        • L'enfoiré L’enfoiré 12 octobre 2010 08:12

          Comme il était dit dans le chapeau de l’article, le droit de réponse existe bel et bien.
          C’est expliqué ici.


          • ALBIE Alain 12 octobre 2010 13:20

            A l’attention du grand démocrate qui repli les commentaires qui le lui plaisent pas :

            « Le droit de réponse, recours existant dans certains pays, dont la France, permet à toute personne, physique ou morale, »nommée ou désignée« dans un média de donner sa version des faits. »

            Je ne t’ai ni nommé, ni désigné, et au contraire fortement évité et non invité.

            Pour la liberté d’expression, pas difficile de faire mieux ici en Chine, ça te dérange donc tant que cela la vérité ?

            Bon, bonne continuation. Ne te fâches pas avec la modération d’ici, ils ont l’air copain avec toi. Parce qu’après, tu n’as plus d’endroit à aller, mais tu as raison, obligatoirement.


            • L'enfoiré L’enfoiré 12 octobre 2010 13:28

              La vérité ne m’a jamais donné de problème.
              Mais où se trouve-t-elle ? Dans la tête d’une seule personne ?
              Le droit de réponse n’a pas été inventé pour les chiens, pas plus par les fourmis.
              Elles suivent la reine dans la fourmilière.
              Bonne continuation aussi. La modération, j’en ai fait partie pendant un an sur cette antenne.
              J’en connais un peu plus, donc.
              Merci pour confirmer que j’ai raison.

              Le grand démocrate enfoiré,
               smiley


            • L'enfoiré L’enfoiré 12 octobre 2010 13:30

              Une chose encore.
              Un commentaire contradictoire à ce qui est exprimé dans l’article n’est absolument pas interdit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

L’enfoiré

L'enfoiré

Mon blog "Réflexions du miroir" (pour voir la suite) se fixent comme objectif d’apporter quelques idées personnelles face aux problèmes de notre temps. Essayer de garder une objectivité journalistique tout en y apportant un peu de liberté critique sans vraiment râler outre mesure ni sans raison. Belge, Bruxellois, âgé de 69 ans. Job : Ancien informaticien dans un groupe de (...)


Voir ses articles

Inscrivez-vous pour participer à AgoraVox

Derniers articles de l'auteur

Tous les articles de cet auteur


A lire dans la même rubrique

Technologies
Voir tous les articles de la rubrique


Les thématiques de l'article


Palmarès

3 derniers jours

Articles les plus lus

  1. Pas de prime de Noël ? Le gouvernement n’a toujours pas annoncé la reconduction de la prime de Noël
  2. Fin de la séparation des pouvoirs en France
  3. Syrie : Alep libérée ? Le point sur la situation militaire
  4. L’erreur fatale de Mélenchon
  5. OBAMA veut à tout prix la guerre
  6. Dimanche 7 mai 2017 : Marine Le Pen vs Jean-Luc Mélenchon au second tour des présidentielles en France
  7. En Syrie, la fête est finie pour les charlatans
  8. Inquiétants les drôles de drones d’Amazon…
  9. Jacqueline Sauvage : pour une « grâce totale »
  10. Entretien avec Aude Lancelin, prix Renaudot de l’essai - De la servitude des médias

Derniers commentaires