Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’acte de naissance du Web 2.0

L’acte de naissance du Web 2.0

Il n’y a plus à douter, la machine de guerre de Microsoft se met en branle. Objectif : le web 2.0. Nous allons maintenant assister à la conversion du géant vers les services web.

Le web 2.0 représente cette transition de l’univers isolé des sites web fermés vers des flux de contenu libre et de services ouverts basés sur une plateforme web.

Deux mémos "internes" ont été "divulgués" sur Internet cette semaine. L’un est de Bill Gates lui-même, président mythique de Microsoft, le géant des logiciels, l’autre, de son chief technology officer, Ray Ozzie, nouveau dauphin à Redmond. Objectif : prendre le virage web 2.0.

Quand Gates parle, Wall Street écoute.
Et ses employés aussi. Et quand Microsoft bouge, il ne fait pas bon être sur son chemin.

La décision de Microsoft, par la notoriété et le poids économique de cette compagnie, lance de facto la mise en oeuvre des services web à une échelle globale, annonçant du coup le démarrage effectif du web 2.0 dans toute l’industrie informatique...

Le dernier courriel de Bill Gates en 1995 avait résulté en l’un des plus grands coups de barre de l’histoire de l’informatique, son "Internet Tidal Wave" (PDF 444K) avait sonné le glas de Netscape et des initiatives « grassroot », et a permis à Internet (le protocole TCP/IP en fait) de trouver une crédibilité financière et industrielle. On l’oublie souvent, mais à l’époque, sur « l’autoroute de l’information », plusieurs réseaux étaient en concurrence (AOL, Compuserv, Minitel et les grands télécom, et aussi celui de MS entre autres).

La « divulgation » des mémos peut sembler louche. Peut-être ont-ils pris une précaution juridique, en annonçant publiquement leur intention de s’attaquer au web 2.0 (qu’ils appellent "Internet Software Services"). Cette fois, contrairement aux accusations de monopole qui ont failli démembrer la compagnie, les dirigeants de Microsoft annoncent au grand jour leur « retard », et ajoutent qu’ils feront tout ce qu’il faut pour « réagir » à la nouvelle « concurrence ». Et s’ils gagnent encore, vous aurez été averti. (Mais ça, c’est une autre histoire).

Voyons comment ils annoncent le Web 2.0. comme la plateforme Internet.

Le nouveau champ de bataille de Gates
Monsieur Gates déclare d’emblée : « this coming "services wave" will be very disruptive. »
La prochaine vague sera celle des services web : "We will build our strategies around Internet services and we will provide a broad set of service APIs and use them in all of our key applications."

Il affirme, et je n’ai pas de peine à le croire, que la compagnie a les ressources nécessaires pour harnacher le phénomène et y prendre part rapidement.

Vient ensuite la révélation : "Advertising has emerged as a powerful new means by which to directly and indirectly fund the creation and delivery of software and services along with subscriptions and license fees."

La publicité est reconnue comme un vecteur viable pour les services sur Internet ! Une reconnaissance quasi explicite que le modèle d’affaire de Google (avec son adWord/adSense, la publicité par mot clef) est viable, enviable, comme l’avenir du logiciel, des services et du contenu. Il n’est dit comment une compagnie qui roule sur des milliards de dollars en vente de licences pourra supporter ce nouveau mode de financement des services logiciels par la publicité.

C’est dans le deuxième mémo que l’on trouve des pistes de réponse. Mais Gates annonce le début des hostilités de la plateforme web. Windows Live est sa machine de guerre.

Mais cette guerre ne sera pas nécessairement une guerre sale.

L’acte de naissance du web 2.0
Dans le deuxième mémo, celui de Ray Ozzie, beaucoup plus long, beaucoup plus détaillé et de loin le plus intéressant et le plus stimulant - ce mémo-là en particulier - c’est l’acte de naissance du web 2.0.

Pas la naissance. L’acte de naissance. La reconnaissance, autrement dit, par l’autorité des autorités, Microsoft, que le phénomène forme une véritable vague de fond.

Le phénomène existe depuis quelques années, évidemment. Mais Microsoft vient de dessiller les yeux à plus de gens d’affaires en un email que tous les posts de la blogosphère au complet dans les cinq dernières années.

Autrement dit, Microsoft vient de rendre crédible cette mouvance, simplement en l’identifiant comme le nouveau territoire à conquérir.

Les technologies et les pratiques d’affaires qu’Ozzie identifie deviendront, de facto, l’ébauche du modèle économique du Web 2.0.(en fait, cette collection d’approche que l’on nomme Web 2.0)

Dans "
The Internet Services Disruption", Ozzie identifie 3 préceptes :

1. Le modèle économique de la publicité est viable sur le web.
La publicité ciblée permet la création et la distribution de services qui n’existaient pas auparavant. Vraisemblablement, la publicité pourrait offrir de meilleurs revenus que les licences dans certaines circonstances...

2. Le modèle de libre-service sur le web est le plus performant.
Les produits sont découverts sur le web via une combinaison de blogs, de mots-clefs, de bouche à oreille et de marketing viral. L’effet réseau dépasse toutes les armées du service des ventes du monde entier...

3. La demande de service simple, intégré, efficace a atteint un seuil critique.
Une kyrielle d’outils nous permet de nous brancher au réseau (PC, Blackberry, portable, jeux vidéo, etc.) de façon autonome et mobile.
L’offre pour des outils simples et interopérables sera essentielle...

"Products must now embrace a “discover, learn, try, buy, recommend” cycle - sometimes with one of those phases being free, another ad-supported, and yet another being subscription-based."

Complexity kills, rajoute-t-il. La complexité étouffe. Il faut développer léger, et réduire la complexité.

Et lui aussi apporte une révélation : "We will design and license Windows and our internet-based services as separate products, so customers can choose Windows with or without Microsoft’s services."

Oui, vous avez bien lu. Les services de Microsoft seront modulaires et interopérables avec d’autres services.

Il répète encore, si vous n’avez pas compris : " We’ll design and license Windows and our services on terms that provide third parties with the same ability to benefit from the Windows platform that Microsoft’s services enjoy."

J’insiste, lisez bien encore :"Our services innovations will include tight integration with the Windows client via documented interfaces, so that competing services can plug into Windows in the same manner as Microsoft’s services. "

Ça, c’est la fin définitive du web 1.0...


— -
Références
Source des mémos "divulgués" : Scripting News de Dave Winer
Mémo de Bill Gates : Internet Software Services
Mémo de Ray Ozzie : The Internet Services Disruption
Financial Times : The Microsoft memos revealed
Tim O’Reilly : What Is Web 2.0 (Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software)
Nicolas Carr : The amorality of Web 2.0 (longue note lucide pour empêcher de tourner en rond)
News.com : Gates telegraphs Microsoft’s software services
News.com : Microsoft to reorg ; Allchin to retire
NY Times : Internet Services Crucial, Microsoft Memos Say
Web 2.0 (article du wikipedia)
Media & Tech : Bill Gates annonce la révolution des services logiciels (un des rares commentaires éclairés dans la blogosphère francophone)
Media & Tech : Nouvelle Stratégie de Microsoft


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • (---.---.224.129) 14 novembre 2005 14:52

    Merci de penser à ceux qui ne parlent pas l’anglais ...


    • (---.---.162.15) 29 novembre 2005 00:52

      Allons donc, voilà maintenant que Microsoft « a permis à Internet (le protocole TCP/IP en fait) de trouver une crédibilité financière et industrielle » ! Encore un petit effort et c’est Microsoft qui aura lancé l’Internet pour tous... Tout cet article est une perle à garder précieusement et à relire dans 5 ans !... Merci monsieur le directeur conseil en communication marketing !

      Am.


      • Jean-Pierre An Alré (---.---.101.126) 4 juin 2006 16:47

        Bonjour

        Bill Gates n’est plus CEO (PDG) de Microsoft, mais architecte en chef « Chief Software Architect ». C’est Steve Balmer qui est CEO depuis 2000.

        Pour la pile TCP-IP Microsoft ne l’a pas inventé (mais l’article n’affirme pas cela), elle date des années 70. Par contre il est indéniable que MS l’a popularisé.

        Avant 1995 il fallait se décarcasser pour s’équiper d’une pile TCP-IP. A l’époque le protocole dominant c’était IPX de Novell je crois. Des sociétés vendaient des piles tel Trumpet Software. Du jour au lendemain leur business est mort !

        Quand au Web 2.0 c’est surtout du marketing, Javascript et XML-RPC font ça depuis 1996. L’informatique c’est le domaine où rien ne marche jamais tout à fait correctement, mais qui bat tous les autres pour la vitesse de création de nouveaux concepts.

        Ah si nos hommes politiques pouvaient s’en inspirer smiley

        Jean-Pierre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès